25 février 2006

La maison de Theys du Dauphiné

Theys
Armes : de gueules, à deux fasces engreslées d'argent.

Dessin de Amaury de la Pinsonnais publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb

Annuaire de la noblesse de France 1876
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036603
Technorati Tags :
Cette maison d'ancienne chevalerie du Dauphiné est connue depuis Morard de Theys, qui vivait en 1185. Le château de Theys, situé près de Grenoble, est appelé, dans les anciens titres latins, Toedium (ennui), et sa position, comme le fait remarquer Chorier, semble mériter ce nom. Au XVIe siècle, il fut apporté en dot, par Jeanne de Theys, à Claude de la Porte, seigneur d'Eydoches, de Chaponay, etc., qui vendit, en 1563, le fief de Mollarond à Guillaume de Portes, tige des Portes d'Amblérieux.

En 1230, vivait Anthelme de Theys, et, en 1244, Richard-Albert de Theys reconnut tenir fief de Chabert de Morestel. Girard de Theys ; mistral de Bellecombe en 1287, eut son fils pour successeur dans cette charge. François de Theys servit l'empereur Albert en Italie ; Mermet et François de Theys combattirent à Varey en 1325 ; et autre François de Theys, seigneur de Thorane en 1342, fut membre du conseil donné par le Dauphin à l'archevêque de Lyon, son lieutenant général. Jean de Theys, fils de François et père de Pierre de Theys, seigneur de Molard, est cité par Chorier comme vivant en 1429.

Pierre de Theys, dit le capitaine la coche, lieutenant du baron des Adrets, gouverneur de Grenoble en 1561, défendit avec bravoure cette ville. Il combattit à Jarnac et à Moncontour et périt assassiné le 28 novembre 1569 (Biographie du Dauphiné, par Rochas). Un autre Pierre de Theys, seigneur d'Herculais, en latin de Reculato, se fit également remarquer dans les guerres civiles de religion sous les ordres du connétable de Lesdiguières. Virginie de Villeneuve, veuve de Pierre de Theys, fit enregistrer, en 1697, les armes de son mari dans l'Armorial général (Reg. du Dauphiné, p. 409).

La souche de cette maison s'est divisée en plusieurs branches, dont la principale, celle des seigneurs de Sillans, s'est éteinte avec Guy de Theis, seigneur de Sillans et de Mollarond , mort sans postérité vers le milieu du XVIe siècle. Sa soeur et héritière, Jeanne de Theys, épousa Claude de la Porte, comme il est dit ci-dessus.

Guy Allard s'exprime ainsi au sujet de cette famille : « Ceux de cette maison estoient gens de bonne mine, c'est ce qui a donné lieu à cet épitète : MINE DE THEYS... » (Nobiliaire du Dauphiné, page 347.)

Armes : de gueules, à deux fasces engreslées d'argent.

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+