22 mai 2006

Nobiliaire de Provence : Jonquières

Annuaire de la noblesse de France 1846 page 207
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036575

Armes : de gueules, à deux fresnes d'or, appointés et surmontés d'un faucon du même.

Dessin réalisé par Amaury de la Pinsonnais et publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.
Blason de la famille de Fauque de Jonquières sur HeraldiqueGenWebLa famille Faulque de Jonquières, disent les généalogistes, est originaire du royaume de Naples, où elle portait le nom de Faulco, dont la terminaison italienne se soutint pendant les premiers temps que cette maison passa en France. On voit dans plusieurs contrats le même individu être appelé tour à tour Faulco, Foulco, et enfin Foulque et Faulque de Jonquières.

Cette ancienne maison, de noblesse d'épée, a toujours suivi la carrière des armes, qui de tout temps a été la plus glorieuse. Maynier, dans son ouvrage intitulé : Nouvel état de Provence, rapporte les services signalés que plusieurs membres de cette famille ont rendus à leurs souverains. Cet auteur ne met point en doute que la maison de Foulco n'ait été attachée aux rois de France avant que la maison d'Anjou régnât à Naples. Le premier de cette famille, dont l'existence soit authentiquement établie, est Guillem Foulco, un des gentilshommes qui assistèrent le frère de saint Louis, lors de son mariage, en 1245; il fit partie de l'expédition du royaume de Naples où il s'illustra et s'établit. Ses descendants servirent dans les armées napolitaines. Bertrand de Foulco, lors des guerres entre les Guelfes et les Gibelins, combattit pour le roi Robert, comte de Provence, coutre Louis de Bavière. Il eut deux enfants, l'un Gaspard, qui lors de la guerre entre la reine Jeanne et Charles de Duras, revint en Provence et s'y fixa ; l'autre, Jehan, resta en Italie où il forma une branche qui subsistait encore sous le nom de comte de Faulco-Paco. On voit encore ce nom de Faulque et Faulco dans les guerres du condé de Provence, après la réunion de cette province à la couronne de France, sous les rois Charles VIII, Louis XII et François Ier jusqu'à Henri IV.

Gabriel Faulque, qui servit longtemps dans les armées du roi Henri IV après avoir prouvé qu'il remontait par divers degrés de génération, de père en fils, à tous ces guerriers nommés ci-dessus, se maria avec Anne des Baux, de l'illustre famille des Baux, anciennement princes d'Orange, dont il eut :

François Faulque, écuyer, qui de Marguerite de Saint-Maurice, sa femme, laissa :

Gabriel Faulque, coseigneur de Venasque et de Saint Didier. II servit dans les armées de Louis XIII et épousa demoiselle Paparin de Chaumont, soeur de l'évêque de Chartres. Son fils fut :

Alexandre Faulque, lequel ajouta à son nom celui de Jonquières d'un arrière-fief qu'il possédait ; il fut père de :

Jacques Philippe Faulque de Jonquières, qui épousa sa cousine germaine et laissa un fils :

Gaspard Victor Faulque de Jonquières, officier au régiment de Nice, marié en 1740, à Étienne de Peissonnel ; 2° à demoiselle d'Eyroux de Pontevez, dont : a. Victor Faulque de Jonquières, officier au régiment de Soissonnais, mort des suites des fatigues de la guerre, après avoir fait plusieurs campagnes de Flandre et toutes celles de Corse; b. Jacques Philippe, qui suit :

Jacques Philippe Faulque de Jonquières, né en 1748, épousa en 1778 Eulalie de Charlet, fille de Joseph de Charlet de Beauregard, auditeur de rote ; son fils est le chef actuel de la famille.

Les armoiries de la maison de Jonquières étaient gravées depuis plusieurs siècles au-dessus de la porte de l'église paroissiale du bourg de Roussillon, lorsque vers 1760 la façade du monument ayant été reconstruite, des habitants s'opposèrent à leur rétablissement. Le comte du Luc, alors seigneur de Roussillon, s'étant éclairé sur les droits des parties, débouta les habitants de leur opposition et ordonna que l'écusson armorié serait gravé de nouveau à son ancienne place. La maison Faulque de Jonquières jouissait encore d'autres privilèges, comme fondatrice de l'hospice de la Charité, et comme étant la seule noble du bourg de Roussillon. Elle fut maintenue le 4 mars 1779 par un arrêt du parlement d'Aix.

Louis Victor Faulque de Jonquières , chevalier de la Légion d'honneur et de l'ordre du Phénix de Hohenlohe, né en 1781, marié 18 octobre 1815 à Hortense Bruslé, fille d'un ancien officier supérieur, chevalier de Saint Louis, née à Saint-Domingue, dont :
  1. Philippe Auguste Victor Faulque de Jonquières, né 30 novembre 1816.
  2. Eulalie Faulque de Jonquières, mariée 8 octobre 1843 à don Carlos d'Algara, ancien chef d'escadron au service de Charles V.
Frères.

  1. Elzéar Vincent de Paul Faulque de Jonquières, marié en 1844 à Eugénie d'Arnaud, sa cousine, fille d'un ancien officier de l'armée de Condé, chevalier de Saint-Louis.

  2. Frédéric-Auguste Faulque de Jonquières, chevalier de la Légion d'Honneur, marié en 1818 à Elisabeth Sophie Fortunée Graeb, fille d'un ancien avocat au parlement de Flandre, chevalier de la Légion d'honneur; remarié en 1829 à Élisa Gordon. Du premier lit: Philippe Amédée, né en septembre 1824.

  3. Jean Baptiste Eugène Faulque de Jonquières, marié à
    Elisa de Briche, dont :
    1° Ernest, né en 1820, officier de marine.
    2° Amable, né en 1825, officier de marine.
    3° Paul, né en 1827.

  4. Eulalie Philippine, veuve du comte de Bonadona ; remariée au chevalier de Briche, ancien sous-préfet, etc.
Armes : de gueules, à deux fresnes d'or, appointés et surmontés d'un faucon du même.
Supports : deux griffons.
Couronne de comte.
Devise : In altissimis sido.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Il existe une généalogie plus complète que je peux vous faire parvenir (tirée de l'annuaire de la Noblesse + compléments familiaux)

demande à marc.buffenoir@modulonet.fr

Anonyme a dit…

vous indiquez un guilhem Foulco ayant assisté au mariage de Charles en 1245, le chevalier-troubadour Bertran d'Alamanon (mon ancêtre?) dans un sirventès daté de 1234 contre l'archevêque d'Arles, lui reproche d'avoir fait assassiner "Jonquera en qui personne n'avait jamais trouvé de faute."
"Jonqera aucis per aver
Dinz la maison escura,
Qes anc nuls homs no-i poc saber
Nuilh' autra forfachura."

peut-être le père de Guilhem ?
en tous cas une présence d'un Jonquières antérieur.
salutations

jan louis Gautier-Pujol

Gilles a dit…

Peut-être ? A vérifier... En tous cas, merci pour l'information.

Anonyme a dit…

je vous donne ce que j'ai trouvé à ce sujet. en 1234 une convention a été conclue à Arles entre le podestat et l'archevêque à propos des revenus que la ville tirait des péages en particulier celui du sel. en opposition aux droits de l'Empereur, les deux signataires étaient convenus de se partager ces revenus, mais l'archevêque ne toucherait sa part qu'après expiration d'un contrat-bail antérieur entre la commune et guillaume de Jonquières (le père du vôtre apparemment). l'archevêque tendit un guet-apens et fit assassiner Jonquières, puisque sa mort lui apportait enfin les revenus de la gabelle, c'est cet incident qui amena la révolte d'Arles de 1235. mes sources: Anibert:mémoires historiques et critiques de l'ancienne république d'Arles, page 73 et suivantes.
salutations
jl Gautier Pujol

Gilles a dit…

Merci beaucoup pour tous ces renseignements. J'ai vu que l'ouvrage était sur Google Livres, je vais le lire...

Anonyme a dit…

bonne lecture ! j'ai omis de signaler qu'il s'agissait du tome III des livres d'Anibert. Par ailleurs, un "guillemum de Jonqueriis" était du nombre des consuls du "burgo vero" d'Arles nommés par l'archeveque en avril 1211. jlGP.