02 août 2006

La maison de Cardon de Vidampierre

DE VIDAMPIERRE, (CARDONE OU CARDON qui est le même), maison originaire des confins de l'Aragon et de la province de Catalogne, où elle a toujours tenu un des premiers rangs parmi les anciennes familles de ce pays, étant alliée à toutes les maisons les plus considérables ; l'aîné de cette maison porte la qualité de duc.

Didier de Cardone, cadet de cette illustre maison est le premier qui a établi sa branche d'abord dans le Barrois, et ensuite en Lorraine. Didier de Cardon vint en Lorraine, à l'occasion de la guerre que Jean duc de Calabre Lorraine et de Bar-le-duc, au droit de René d'Anjou, roi de Sicile, son père, pour les prétentions légitimes que ce prince avait sur le royaume d'Aragon, à cause d'Yolande, son aïeule maternelle, fille de Jean, roi d'Aragon, fit en 1468, au roi Ferdinand, qui s'était emparé de ce royaume. Le duc Jean, appelé et favorisé par les peuples de Catalogne qui le déclarèrent prince de Gironne, arriva dans ce pays avec une armée nombreuse ; mais, après quelques avantages, il mourut à Barcelone, le 2 décembre 1470.

Le prince Féry, comte de Vaudémont, son beau-frère, général de son armée, soutint encore cette guerre ; mais se trouvant affaibli, il fit un traité avec le duc de Cardone, qui gouvernait pour lors toute la Catalogne, pour lui fournir des vivres et mettre en santé les équipages de son armée pendant sa retraire ; le duc de Cardone donna au prince Féry, Didier de Cardone, cadet de sa maison, pour otage et pour sûreté de sa parole et du traité qui venait de faire avec lui.

Didier de Cardone, jeune et aimant la guerre, s'attacha au prince Féry, comte de Vaudémont, qui eut toujours beaucoup de bonté pour lui, et ensuite au duc René son fils, qui succéda, deux ans après, au duc Nicolas, son cousin, lequel mourut à Nancy, le 24 juillet 1473.

C'est ainsi que Didier de Cardone, établit le premier sa branche en Lorraine, et Barrois s'étant marié (1) avec la fille d'un riche gentilhomme, à Bar-le-duc, laquelle s'appelait Barbe du Puy, fille de Didier du Puy et de Marguerite Genicourt, duquel mariage est sorti Antoine de Cardone, qui a continué la postérité.
(1) Contrat de mariage de 1484. Voyez aussi Moréri, édition de Paris, 1759, in-fol., Dupuy, et la généalogie de cette maison, imprimée Nancy.
Antoine de Cardone, fils de Didier Cardone et de Barbe du Puy, épousa en premières noces Jeanne de Montreuil, dont il n'eut point d'enfans, et il épousa en secondes noces (2) Hélène de Bar, fille de Jean de Bar, de Bar, et de Catherine d'Ourches, dont il eut Didier de Cardone.
(2) Contrat de mariage de 1521.
Antoine de Cardone était seigneur de Heippe, Gomecourt et de Vidampierre (3), qu'il avait eu par succession de Jean de Bar qui en était le seigneur, ce qui a donné lieu à ses enfants d'en porter le nom jusqu'à présent. Il avait accompagné à Rome le grand cardinal de Lorraine, frère de Claude, duc de Guise, sous le pontificat de Léon X qui lui donna une bulle ou indult (4), par laquelle il lui accorda, pour lui, sa femme et ses enfants, beaucoup d'indulgences et de beaux privilèges. Cette bulle est décorée des armes du pape Léon X, de celles de Lorraine et de la maison de Cardon, qui sont les mêmes que cette maison porte aujourd'hui.
(3) Testament 1565.
(4) Bulle de 1521.
Antoine de Cardon eut une soeur qui, étant fille d'honneur de madame la duchesse de Guise, se maria à N. de Montbonnot, gentilhomme d'Anjou. Didier de Cardon, second du nom, fils d'Antoine de Cardon et de Marguerite de Bar, épousa (5) Marie de Xonot, fille de Jean Xonot, seigneur de Mezeroy et de Villers en Voivre, et de Marie de Moncel, duquel mariage est issu Daniel de Cardon ; Didier de Cardon fut tué devant Jametz, Capitaine d'une compagnie de chevau-légers ;
(5) Contrat de mariage de 1573.
Marie de Xonot était veuve, de Joachim de Savigny, seigneur des Roches ; c'est le même Didier de Cardon, énoncé dans le procès-verbal de la noblesse pour la rédaction de la coutume de Bar, en l'an 1579 (1). Didier de Cardon avait deux soeurs, Jeanne, qui fut mariée à Nicolas de Moncel, seigneur de Beauzey, et Françoise de Cardon à Nicolas d'Ambly. Daniel de Cardon, seigneur de Vidampierre, Gomecourt, Beauzey, Heippe, Villers en Voivre, et Mèzeray, chambellan de S. A. le duc Henry de Lorraine, était fils de Didier de Cardon et de Marie Xonot.

Il épousa, en premières noces (2), Catherine de Rarécourt, fille de Nicolas de Rarécourt, seigneur de Maujouy, Houdémont, Julvécourt, lieutenant d'une compagnie de cinquante hommes d'armes ; duquel mariage il n'eut qu'une fille morte religieuse.

Daniel de Cardon se remaria en secondes noces avec Louise de la Mothe, fille de très honoré seigneur Louis de la Mothe, seigneur de Lanfroicourt (3), Vandeleville, Fauconcourt, et d'honorée dame Anne de Gatinois, dont il eut plusieurs enfants morts en bas age. Il n'est resté que Jean Philippe de Cardon.

Daniel de Cardon quitta pour lors le Barrois, où ses prédécesseurs avaient toujours demeuré, et vint s'établir en Lorraine. Louise de la Mothe, sa femme, étant la dernière et seule héritière de sa maison, tous ses biens tombèrent dans celle de Daniel Cardon. Il avait, avant son second mariage, son entrée dans l'assemblée de l'ancienne chevalerie, comme il est prouvé par plusieurs lettres (4) du duc Henry, par lesquelles il lui est ordonné de se trouver aux assemblées de ladite noblesse, à Nancy.

Daniel de Cardon était très estimé et considéré de Charles IV. Il signa au testament du duc Henry, avec la première noblesse du pays. Daniel de Cardon fut enterré dans la chapelle seigneuriale du château de Vandeleville en 1638.
(1) Partage de 1570.
(2) Contrat de mariage de 1604
(3) Contrat de mariage de 1621
(4) 10 février 1619 ; 17 octobre 1619, et 24 octobre 1621.
Jean-Philippe de Cardon, chevalier, seigneur de Vidampierre, Vandeleville, Fauconcourt, Heippe, Vraiville, Courcelles et grand grayer du duché de Lorraine et de Bar, était fils de Daniel de Cardon, et de Louise de la Mothe. Il avait épousé (1) Marie de Tournebulle, fille de très honoré seigneur Anéa de Tournebulle, chevalier, seigneur de St-Lumiersein, Busemont, Possesse, etc. gouverneur du fort de Nioullet près de Calais ; et de dame Nicole de Comitin : ils ont eu douze enfants, dont cinq morts en bas age. Louis de Cardon, major de cavalerie dans le régiment de Pracontal, au service de S. M. très chrétienne, mourut à Stralen.

Jean Philippe de Cardon, IIe du nom, sera mentionné plus bas, et Nicolas de Cardon, chambellan de l'empereur, capitaine de cuirassiers à son service, fut tué sut les frontières de la Transylvanie.

Jean-Philippe de Cardon de Vidampierre, étant resté très jeune sans père ni mère, alla trouver Charles IV à Bruxelles, où il était alors, qui le prit pour son page. Nommé ensuite enseigne colonel au régiment de Fauche, il se trouva à la bataille de Lens, où il fut blessé de trois coups d'épée et fait prisonnier : de là, il fut nommé cornette puis lieutenant des chevau-légers de la garde du duc Charles IV ; il s'acquit l'estime et l'amitié toute particulière de ce prince, qui lui donna une pension considérable (2) et la charge de grand gruyer de Lorraine, charge qui a été créée par Jean duc de Calabre, et qui a toujours été remplie par les plus anciennes maisons de ce duché.

(3) Jean-Philippe de Cardon est enterré dans la chapelle seigneuriale de Vandeleville. Jean-Philippe de Cardon, comte de Vidampierre (4) second du nom, chevalier, seigneur de Vandeleville, Fauconcourt, Heippe, Lanfrancout, Villers, Bonnaille, colonel d'infanterie pour le roi très chrétien (5), chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis
(1) Contrat de mariage de 1657.
(2) Provisions de la charge de grand gruyer en 1662
(3) En 1677.
(4) Titré comte de Vidampierre en 1712
(5) En 1706
(1), conseiller d'état, premier gentilhomme de la chambre, chambellan de S. A. R. le grand duc Léopold de Lorraine, gouverneur des princes ses fils (2), (leurs A. R. François Ier, depuis empereur, le prince Charles, gouverneur du Pays Bas, et le prince Clément), enfin premier gentilhomme de la chambre de l'empereur François, et fils de Jean-Philippe de Cardon, et de Marie de Tournebulle , a épousé (3) Françoise Gabrielle Eugénie de Capisuchy Bologne, fille de messire Pierre Gaston Capisuchy Bologne, marquis de Bonnecourt, seigneur de Thivet, Vezaignes, Poinson et Andilly, commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint Louis ; et de dame Charlotte Elisabeth de Broussel ; de ce mariage sont issus cinq enfants dont il sera parlé plus bas. Jean Philippe, comte de Cardon de Vidampierre (4) a été enterré dans la chapelle seigneuriale de Vandeleville. Le grand duc Léopold, voulant témoigner à Jean-Philippe Cardon, comte de Vidampierre les satisfactions qu'il éprouvait de ses services, lui fit une pension de 6000 fr. réversible à sa femme et ses enfants mâles, et érigea sa terre de Vandeleville en comté. L'on rapportera ici un extrait des lettres patentes rendues à cet effet (5), étant trop étendues pour les donner en leur entier.
(1) En 1704
(2) Commission de gouverneur en 1711
(3) Contrat de mariage en 1707.
(4) Mort en 1744
(5) En 1723
Lettres patentes données par le duc de Lorraine, par lesquelles, en considération des services de la famille de son très cher et féal conseiller d'état, premier gentilhomme de la chambre des princes ses fils, ci-devant colonel au service de France, et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, le sieur Jean-Philippe, comte de Cardon de Vidampierre, chevalier, seigneur de Vandeleville, de Fauconcourt, etc. et spécialement du sieur Jean-Philippe Cardon de Vidampierre, son père, en qualité de lieutenant des chevau légers de la gardé du duc Henni IV, et ensuite de grand gruier de Lorraine, et de son aïeul le sieur Daniel de Cardon de Vidampierre, comme chambellan du duc Henri, et aussi de belles et louables qualités qui se rencontraient en la personne dudit sieur Jean-Philippe, comte de Cardon de Vidampierre, qui avait porté S. A. R. à lui confier le soin de l'éducation des princes ses fils, sa dite Altesse lui donna ses terres et seigneuries de Dommarie et Deulémont, et les unit à celles de Vandeleville et Fauconcourt, et érigea le tout en dignité de comté sous le nom de comté de Vandeleville ; voulant que le sieur comte de Cardon de Vidampierre, ses enfants, héritiers, ayant cause, puissent se qualifier comtes de Vandeleville, etc. Ces lettres signées Léopold, et plus bas par S A. R., signé Labbé scellé et dûment enregistré.

Jean Joseph Antoine Cardon, comte de Vidampierre, fils aîné de Jean Philippe de Cardon, comte de Vidampierre et de Vandeleville, et de Françoise Gabrielle Eugénie Capisuchy de Bologne, officier au régiment du roi très chrétien, chambellan du roi Stanislas, roi de Pologne, a épousé Marguerite Floquet, fille du sieur Antoine Floquet, maître d'hôtel du roi de Pologne, dont sont issus plusieurs enfants, mentionnés plus bas.

Charles Hubert de Cardon de Vidampierre, fils cadet de Jean-Philippe, maréchal des camps (1) et armées du roi très chrétien, premier gentilhomme de la chambre de Stanislas, roi de Pologne, marié à N.... de Grandvilard (2) n'a pas laissé de postérité.

Léopoldine Elisabeth Cardon de Vidampierre, soeur du précédent, fille d'honneur de S. A. R. madame la duchesse de Lorraine, dame de l'ordre impérial de la croix étoilée, mariée (3) à François, comte de Bloise, d'Hannouville, chambellan du duc Léopold, etc.

Anne Marguerite de Cardon, soeur de la précédente, fille d'honneur de S. A. R. madame la duchesse de Lorraine , dame de l'ordre impérial de la croix étoilée, mariée à Joseph Jean François Alexandre, comte de Rasière, saigneur d'Euvezin, Bouillonville, Essey, grand bailli de Thiaucourt.
(1) Brevet de 1784
(2) Contrat de mariage de 1734.
(3) Contrat de mariage de 1736
Léopoldine Charlotte Elisabeth de Cardon de Vidampierre, troisième soeur, dame d'honneur de S. A. R. madame la duchesse de Lorraine, a épousé (1) du Tertre de Laubepin, marquis de Chilly, seigneur de Chilly et capitaine au régiment de Monaco.

Jean Joseph Antoine, comte de cardon de Vidampierre, second du nom, fils de Jean Joseph Antoine et de Marguerite Floquet ; capitaine d'infanterie, fusillé (2) à Quiberon, en Bretagne, comme faisant partie du corps du comte de Damas, émigré.

Charles Joseph, comte de Cardon de Vidampierre et de Vandeleville, frère cadet, dernier du nom, ancien capitaine de cavalerie, chevalier des ordres royaux de Saint louis et de la Légion d'honneur, marié (3) à Louise Josèphe de Cherisey (4) fille de Jean-Joseph de Cherisey, lieutenant général des armées du roi, commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, et de dame Charon, duquel mariage est née une fille.

Anne Josèphe Claude Cardon de Vidampierre, soeur des deux précédentes, élevée à la maison royale de Saint-Cyr, a épousé (5) Louis Philippe Eugène, vicomte de Béthune, fils de Marie François Joseph, comte de Bethune seigneur de Penin, Ene, Saint-Venant, Lille, Gouy, maréchal des camps et armées du roi, assassiné révolutionnairement à Arras, en 1793, et de N. de Calonne.
(1) Contrat de mariage de 1744.
(2) En 1793, le 30 juillet.
(3) Contrat de mariage de 1793
(4) Moinesse et chanoinesse de Saint Louis de Metz
(5) Contrat de mariage de 1802

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+