30 mai 2006

Ascendance de Gaspard Gustave CORIOLIS

Blason de la famille de Coriolis sur HeraldiqueGenWebEn avril et mai 2006, je m'étais déjà intéressé à la généalogie de cette famille. Suite à la publication du 1er article, les commentaires de Guillaume et de Coriolis m'ont incité à aller plus loin dans la recherche des ancêtres de Gaspard Gustave Coriolis. Pour suivre la progression de cette généalogie, vous pouvez relire les articles précédents :
  1. Coriolis
  2. A la recherche des ancêtres de Gaspard Gustave Coriolis
  3. A la recherche des ancêtres de Gaspard Gustave Coriolis (II)
Les principales sources pour cette généalogie sont :
  1. Les Français en Amérique pendant la guerre de l'indépendance des États-Unis
  2. Les relevés AG13 sur Geneabank
  3. Une vieille famille provencale : les Roux d'Alain Agnel-Giacomoni.
Voici donc l'ascendance de Gaspard Gustave :

Première génération

Gaspard Gustave CORIOLIS1. Gaspard Gustave CORIOLIS est né le 21 mai 1792 à Paris, Seine, France. Il est décédé le 19 septembre 1843 à Paris, Seine, France.
Vous pourrez trouver sur le site Cimetières de France et d'ailleurs de Philippe Landru les photos de l'acte de décès et de la tombe de Coriolis.
Deuxième génération

2. Jean Baptiste Elzéar CORIOLIS a épousé Marie Sophie DE MAILLET.

Source : http://www-gap.dcs.st-and.ac.uk/~history/Printonly/Coriolis.html

Sous-lieutenant dans le régiment Bourbonnais en 1773, a combattu dans le corps de Rochambeau en 1780 et est retourné en France quand il a été promu au grade de capitaine le 15 juillet 1784.

Source : http://www.gutenberg.org/etext/11590

Dans Les Français en Amérique pendant la guerre de l'indépendance des États-Unis 1777-1783, par Thomas Balch, on apprend que le chevalier de Coriolis était le beau-frère de Claude Blanchard, commissaire principal des guerres attaché à l'expédition de Rochambeau.

Sur geneabank, j'ai retrouvé le mariage de Claude Blanchard et Thérèse Charlotte de Coriolis.

paroisse: Aix-en-Provence Sainte Madeleine
date: 2/3/1773
nom-epoux: BLANCHARD
prenoms-epoux: Claude
nom-epouse: de CORIOLIS
prenom-epouse: Thérèse Charlotte
Nom-pere-epoux: BLANCHARD
prenom-pere epoux: Jean Claude Nicolas
Nom-mere-epoux: PAYNEAU des NOUES
prenom-mere-epoux: Henriette
Nom-pere-epouse: de CORIOLIS
prenom-pere-epouse: Joseph Edouard
Nom-mere-epouse: de BLANCARD
prenom-mere-epouse: Marie Cécile
3. Marie Sophie DE MAILLET.


Troisième génération

4. Joseph Edouard DE CORIOLIS a épousé Marie Anne Cécile DE BLANCARD le 14 avril 1733 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
Paroisse: Aix-en-provence Saint Sauveur
Date: 14/4/1733
Nom époux: CORIOLIS (DE)
Prénoms époux: Joseph Edouard
Nom épouse: BLANCARD (DE)
Prénom épouse: Marie Anne Cécile
Nom père époux: CORIOLIS (DE)
Prénom père époux: Honoré
Nom mère époux: LANFANT (DE)
Prénom mère époux: Marie
Nom père épouse: BLANCARD (DE)
Prénom père épouse: Gaspard
Nom mère épouse: MILLOT DE CORMETTE
Prénom mère épouse: Anne Cécile
5. Marie Anne Cécile DE BLANCARD.


Quatrième génération

8. Honoré DE CORIOLIS a épousé Marie DE LANFANT le 18 juin 1697 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-Provence Sainte Madeleine
date: 18/6/1697
nom-epoux: DE CORIOLIS
prenoms-epoux: Honnoré
nom-epouse: DE LANFANT
prenom-epouse: Marie
Nom-pere-epoux: DE CORIOLIS
prenom-pere epoux: Edouard
infos pere epoux: +
Nom-mere-epoux: D'HUGUES
prenom-mere-epoux: Magdeleine
Nom-pere-epouse: DE LANFANT
prenom-pere-epouse: Jean Louis
infos pere epouse: +
Nom-mere-epouse: DE SAUVAIRE
prenom-mere-epouse: Magdeleine
infos mere epouse : +
9. Marie DE LANFANT.

10. Gaspard DE BLANCARD a épousé Anne Cécile MILLOT DE CORMETTE le 10 octobre 1712 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Saint Sauveur
date: 10/10/1712
nom-epoux: BLANCARD (DE)
prenoms-epoux: Gaspard
nom-epouse: MILLOT
prenom-epouse: Anne Cécile
Nom-pere-epoux: BLANCARD (DE)
prenom-pere epoux: Jean
Nom-mere-epoux: RAMBERT (DE)
prenom-mere-epoux: Magdeleine
Nom-pere-epouse: MILLOT
prenom-pere-epouse: Balthazar
Nom-mere-epouse: RANCUREL (DE)
prenom-mere-epouse: Anne
11. Anne Cécile MILLOT DE CORMETTE.


Cinquième génération

16. Edouard DE CORIOLIS est décédé avant 1697. Il a épousé Marguerite D'HUGUES le 9 octobre 1668 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Saint Sauveur
date: 9/10/1668
nom-epoux: CORIOLIS(DE)
prenoms-epoux: Hasdourdum(?)
nom-epouse: HUGUES(D')
prenom-epouse: Marguerite
Nom-pere-epoux: CORIOLIS(DE)
prenom-pere epoux: Honoré, baron De LIMAYE
Nom-mere-epoux: DANDRE
prenom-mere-epoux: Constance
Nom-pere-epouse: HUGUES(D')
prenom-pere-epouse: Pierre
Nom-mere-epouse: CLAVIER(DE)
prenom-mere-epouse: Marquisse
17. Marguerite D'HUGUES.

18. Jean Louis DE LENFANT est décédé avant 1697. Il a épousé Magdelaine DE SAUVAIRE le 11 février 1646 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Saint Sauveur
date: 11/2/1646
nom-epoux: LENFANT
prenoms-epoux: JEAN LOUIS
nom-epouse: SAUVAIRE
prenom-epouse: MAGDELEINE
Nom-pere-epoux: LENFANT
prenom-pere epoux: AYME
Nom-mere-epoux: ALBINE
prenom-mere-epoux: SIBILE
Nom-pere-epouse: SAUVAIRE
prenom-pere-epouse: JOSEPH
Nom-mere-epouse: CHARRIER (DE)
prenom-mere-epouse: ANNE
19. Magdelaine DE SAUVAIRE est décédée avant 1697.

20. Jean DE BLANCARD a épousé Magdeleine DE RAMBERT.

21. Magdeleine DE RAMBERT.

22. Balthazar MILLOT DE CORMETTE a épousé Anne DE RANCUREL.

23. Anne DE RANCUREL.


Sixième génération

32. Honoré DE CORIOLIS a épousé Constance D'ANDRÉ le 2 juillet 1626 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 2/7/1626
nom-epoux: CARRIOLIS(DE) HONNORE
infos epoux: SEIGNEUR DE LIMAYE
nom-epouse: ANDRE CONSTANCE
Nom-pere-epoux: CARRIOLIS (DE) JEAN LOUIS
infos pere epoux: SEIGNEUR DE LA BASTIDE DES JOURDANS ET LIMAYE
Nom-mere-epoux: ?
prenom-mere-epoux: ?
Nom-pere-epouse: ANDRE FRANCOIS
infos pere epouse: ECUYER
Nom-mere-epouse: REYNAUD MELCHIONE
33. Constance D'ANDRÉ.

34. Pierre D'HUGUES a épousé Marquise DE CLAVIER.

35. Marquise DE CLAVIER.

36. Aymé LENFANT est né à Auxerre, Yonne, France. Il a épousé Sybille ALBINE le 3 juin 1603 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 3/6/1603
nom-epoux: LENFENT
prenoms-epoux: AYNIEL
infos epoux: AUXERRE 89024 H AIX
nom-epouse: ALBINE
prenom-epouse: SIBILLE
Nom-pere-epoux: LENFENT
prenom-pere epoux: BENOIST+
Nom-mere-epoux: ALLARDE
prenom-mere-epoux: FRANCOISE
Nom-pere-epouse: ALBIN
prenom-pere-epouse: ANTHOINE+
Nom-mere-epouse: PERRINETTE
prenom-mere-epouse: LOISE

paroisse: Aix-en-Provence Sainte Madeleine
date: 8/6/1603
nom-epoux: LENFANT
prenoms-epoux: AYME
nom-epouse: ALBINE
prenom-epouse: SYBILLE
37. Sybille ALBINE.

38. Joseph SAUVAIRE a épousé Anne DE CHARRIER le 30 avril 1620 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 30/4/1620
nom-epoux: SAUVAIRE
prenoms-epoux: JOSEPH
nom-epouse: CHARRIER
prenom-epouse: ANNE
Nom-pere-epoux: SAUVAIRE
prenom-pere epoux: CHARLES
infos pere epoux: BOURGEOIS
Nom-mere-epoux: FREPADE
prenom-mere-epoux: MARGUERITE
Nom-pere-epouse: CHARRIER
prenom-pere-epouse: JEHAN
infos pere epouse: BOURGEOIS+
Nom-mere-epouse: DESCALLIS
prenom-mere-epouse: SIBILLE
39. Anne DE CHARRIER.


Septième génération

64. Jean-Louis DE CORIOLIS a épousé Jeanne DE MARTIN le 8 septembre 1594 à Trets, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: TRETS - NOTAIRES
date: 8/9/1594
nom-epoux: DE CARIOLIS
prenoms-epoux: JEAN LOUIS
nom-epouse: DE MARTIN
prenom-epouse: JEANNE
Nom-pere-epoux: DE CARIOLIS
prenom-pere epoux: HONORE
infos pere epoux: SEIGNEUR DE LA BASTIDE DES JOURDANS
Nom-mere-epoux: DE RUSSAN
prenom-mere-epoux: SIBILLE
Nom-pere-epouse: DE MARTIN
prenom-pere-epouse: MELCHION+
infos pere epouse: COSEIGNEUR DE PUYLOUBIER
Nom-mere-epouse: DE VELLE
prenom-mere-epouse: ISABEAU
65. Jeanne DE MARTIN.

66. François D'ANDRÉ a épousé Melchionne RAYNAUD le 29 mai 1602 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 29/5/1602
nom-epoux: ANDRE
prenoms-epoux: JEAN FRANCOIS
infos epoux: GREFFIER
nom-epouse: RAYNAUD
prenom-epouse: MELCHIONE
Nom-pere-epoux: ANDRE
prenom-pere epoux: PHILIBERT
infos pere epoux: GREFFIER+
Nom-mere-epoux: ANTOINE
prenom-mere-epoux: CONSTANCE
Nom-pere-epouse: RAYNAUD
prenom-pere-epouse: ARNAUD
infos pere epouse: NOTAIRE ROYAL UPAIX 05173
Nom-mere-epouse: ?
prenom-mere-epouse: LOUISE DELPHINE
67. Melchionne RAYNAUD.

72. Benoit LENFANT a épousé Françoise ALLARDE.

73. Françoise ALLARDE.

74. Anthoine ALBIN a épousé Loise PERRINETTE.

75. Loise PERRINETTE.

76. Charles SAUVAIRE a épousé Marguerite FRÉPADE.
paroisse: Aix-en-Provence Sainte Madeleine
date: 1/12/1601
nom-epoux: SAUVAIRE
prenoms-epoux: CHARLES
nom-epouse: DESCALIS
prenom-epouse: FRANCOISE

paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 28/11/1601
nom-epoux: SAUVAYRE
prenoms-epoux: CHARLES
infos epoux: MARCHAND
nom-epouse: DESCALLIS
prenom-epouse: FRANCOISE
Nom-pere-epoux: SAUVAYRE
prenom-pere epoux: HONORE+
Nom-mere-epoux: FREGIER
prenom-mere-epoux: MITRONE+
Nom-pere-epouse: DESCALLIS
prenom-pere-epouse: PONS
infos pere epouse: AVOCAT A LA COUR+
Nom-mere-epouse: PUGET
prenom-mere-epouse: MARTHE+
77. Marguerite FRÉPADE.

78. Jehan CHARRIER a épousé Sybille D'ESCALIS.

79. Sybille D'ESCALIS.


Huitième génération

128. Honoré DE CORIOLIS a épousé Sibille DE RUSSAN le 10 septembre 1566 à Trets, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: TRETS - NOTAIRES
date: 10/9/1566
nom-epoux: DE CARRIOLIS
prenoms-epoux: HONORE
infos epoux: AIX 13
nom-epouse: DE ROUSSET
prenom-epouse: SIBILLE
Nom-pere-epoux: DE CARRIOLIS
prenom-pere epoux: CLAUDE
Nom-mere-epoux: BRUN
prenom-mere-epoux: NICOLE
Nom-pere-epouse: DE ROUSSET
prenom-pere-epouse: JEAN+
Nom-mere-epouse: DE CABANES
prenom-mere-epouse: DELPHINE
129. Sibille DE RUSSAN.

130. Melchion DE MARTIN a épousé Isabeau DE VELLE.

131. Isabeau DE VELLE.

132. Philibert D'ANDRÉ a épousé Constance ANTOINE le 3 juillet 1569 à Marseille, Bouches-du-Rhône, France.

133. Constance ANTOINE.

134. Arnaud RAYNAUD a épousé Louise Delphine HUPAYS le 2 juin 1578 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 2/6/1578
nom-epoux: RAYNAUD
prenoms-epoux: Arnaud
nom-epouse: HUPAYS
prenom-epouse: Louise
Nom-pere-epoux: RAYNAUD
prenom-pere epoux: Nicolas
Nom-mere-epoux: PAUL
prenom-mere-epoux: Catherine
Nom-pere-epouse: HUPAYS
prenom-pere-epouse: Delphin
Nom-mere-epouse: ARBAUD
prenom-mere-epouse: Louise
135. Louise Delphine HUPAYS.

144. Georges LENFANT. Ecuyer, seigneur de la Patrière et de Cimbré.


Neuvième génération

256. Claude DE CORIOLIS a épousé Nicole BRUN.

257. Nicole BRUN.

258. Jean DE RUSSAN a épousé Delphine DE CABANES le 1 mai 1545 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 1/5/1545
nom-epoux: RUSSAN(DE)
prenoms-epoux: Jehan
nom-epouse: CABANES(DE)
prenom-epouse: Delphine
Nom-pere-epoux: RUSSAN(DE)
Nom-pere-epouse: CABANES(DE)
prenom-pere-epouse: Melchion
Nom-mere-epouse: PUGET
prenom-mere-epouse: Melchione
259. Delphine DE CABANES.

264. Honoré D'ANDRÉ a épousé Anne SISTERNE.

265. Anne SISTERNE.

266. François ANTOINE a épousé Jeanne SISTERNE.

267. Jeanne SISTERNE.

268. Nicolas RAYNAUD a épousé Catherine PAUL.

269. Catherine PAUL.

270. Honoré HUPAYS a épousé Louise ARBAUD le 8 novembre 1545 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France.
paroisse: Aix-en-provence Notaires
date: 8/11/1545
nom-epoux: HUPAYSSE
prenoms-epoux: Honoré
nom-epouse: ARBAUD
prenom-epouse: Louise
Nom-pere-epoux: HUPAYSSE
prenom-pere epoux: Nicolas
Nom-mere-epoux: DELPHIN
prenom-mere-epoux: Jehanne
Nom-pere-epouse: ARBAUD
prenom-pere-epouse: Jehan
Nom-mere-epouse: NEVEU
prenom-mere-epouse: Olive
271. Louise ARBAUD.

288. Ambroise LENFANT s'est marié en 1399. Ecuyer.


Dixième génération

512. Jehan CORIOLIS a épousé Hélix ROCHE.
prévôt de l'église d'Aix
Source : Une vieille famille provencale les Roux, Alain Agnel-Giacomoni.
513. Hélix ROCHE.

514. Jehan BRUN a épousé Marguerite D'ASTOUAUD.
cosgr de Vénasque
Source : Une vieille famille provencale les Roux, Alain Agnel-Giacomoni.
515. Marguerite D'ASTOUAUD.

518. Melchion DE CABANES a épousé Melchionne PUGET.

519. Melchionne PUGET.

540. Nicolas HUPAYS a épousé Jeanne DELPHIN.

541. Jeanne DELPHIN.

542. Jehan ARBAUD a épousé Olive NEVEU.

543. Olive NEVEU.

576. Jean LENFANT.
LENFANT, famille ancienne, originaire de l'Anjou, établie en Provence, où elle s'est divisée en plusieurs branches, dont il ne reste aujourd'hui que l'aînée.

I. Jean LENFANT, écuyer


Onzième génération

1024. Jehan CORIOLIS a épousé Marguerite DE VILLE.
de Marcoux
Assesseur d'Aix en 1494
Teste en 1519
Source : Une vieille famille provencale les Roux, Alain Agnel-Giacomoni.
1025. Marguerite DE VILLE.
Dame en partie de Riez
Source : Une vieille famille provencale les Roux, Alain Agnel-Giacomoni.

28 mai 2006

Les trois Furmeyer par Joseph Roman

Source :

BnF/Gallica : Société de l'histoire du protestantisme français. 1882 (T. 31), page 359. http://gallica.bnf.fr/document?O=N065772
Le premier capitaine protestant dont il soit fait mention à propos des guerres religieuses dans le Haut Dauphiné, est Antoine Rambaud, seigneur de Furmeyer. Il fournit une carrière brillante mais éphémère, puisqu'il n'est pas question de lui hors des années 1562 et 1563. Videl, Chorier et les autres historiens qui ont prononcé son nom dans leurs ouvrages ne sont d'accord ni sur sa vie, ni sur sa mort, ni même sur son prénom, puisque les uns le nomment Jacques et les autres Antoine. Quelques documents nouveaux que j'ai pu recueillir me permettent de compléter la biographie de ce personnage et de donner sur sa famille des détails inédits.

Ce ne fut pas un seul, mais en réalité trois frères Rambaud de Furmeyer qui embrassèrent le protestantisme et le soutinrent l'épée à la main dans le Gapençais. Le père de ces trois capitaines était Guélis Rambaud, coseigneur d'Ancelle, Montgardin, Montorsier et Furmeyer. II avait épousé Anne Matheron et professait la religion catholique avec un zèle ardent. Il mérita d'être gratifié par le juge épiscopal de Gap du produit d'une confiscation opérée sur Jean Farel, frère du réformateur Guillaume Farel, condamné pour crime d'hérésie. Cette confiscation avait été probablement opérée en 1541, à la suite d'un procès que Guélis Raimbaud avait peut-être contribué à faire naître; un arrêt du Parlement de 1547 le força du reste à restituer ces biens à leurs anciens maîtres.

Le nom des enfants de Guélis Rambaud et d'Anne Matheron nous est révélé par deux documents tout à fait authentiques, c'est-à-dire par les testaments de Jacques Rambaud leur père datés de 1576 et 1590. Il en résulte que Guélis Rambaud eut trois fils dont il sera parlé tout à l'heure et sept filles, qui furent mariées à autant de capitaines, qui tous ont été la souche de familles protestantes. Alix Rambaud épousa Pierre de Beaufort, de la Mure, dont la famille toujours fixée dans le même pays, s'est éteinte au XVIIIe siècle, fidèle à la réforme après avoir fourni pendant deux siècles de nombreux capitaines aux armées royales. Marguerite épousa Guillaume de Montorcier, coseigneur d'Orcières, Champoléon et Montorcier, descendant d'une très ancienne famille et dont le fils Benoît de Montorcier mourut à Gap en 1577, le dernier de sa race, après avoir embrassé la réforme et combattu pendant plusieurs années dans la compagnie des gens d'armes de Lesdiguières. Alix épousa Marcellin de Guibert, seigneur du Collet, dont la famille s'éteignit bientôt dans celle de Vulson, zélée protestante. Jeanne épousa Balthazard de Jouven, seigneur du Mas, père ou oncle du capitaine Roissas, qui défendit avec tant de courage et de succès la ville de Livron contre Henri III. Anne épousa Michel Gras, seigneur de Valgaudemar, dont la famille quelque temps protestante revint plus tard au catholicisme. Isabeau épousa Gaspard de la Villette, coseigneur de Veynes, et devenue veuve en 1568 elle présentait requête pour être autorisée à établir un temple dans son château. Enfin Marguerite épousa Simon de Montauban, seigneur de Sarfayes, du Villard, de Saint-André et de Notre-Dame en Bauchaine, dont les enfants héritèrent de presque tous les biens de la famille de Furmeyer et jouèrent un rôle prépondérant parmi les protestants du Gapençais et dans les armées de Lesdiguières.

Deux des fils de Guélis Rambaud, Daniel et Antoine, suivirent la carrière des armes, Le premier est connu seulement par la part active qu'il prit à la surprise de Romette en 1563, et par le testament de Jacques, son frère, daté de 1576. A cette époque il était déjà mort, laissant seulement un fils naturel nommé Abraham. On donne à Daniel Rambaud le titre de seigneur de la Buissière, je n'ai pu retrouver la terre dont il portait le nom. Le nom d'Antoine Rambaud, second fils de Guélis, apparaît pour la première fois à ma connaissance en 1556 avec celui de son père. Du reste pas plus de lui que de son frère Daniel on ne sait rien jusqu'aux guerres de religion. Tout ce qu'on peut affirmer c'est qu'il embrassa la carrière des armes.

Jacques Rambaud, troisième fils de Guélis Rambaud, nous est connu au contraire par de très nombreux documents; il entra dans les ordres, fut pourvu d'un canonicat au chapitre de Saint-Arnoul de Gap et obtint l'une des deux prébendes de Montalquier situées dans le territoire même de cette ville. A la mort d'Antoine de Rousset, prévôt du chapitre, arrivée de 1555 à 1558, il fut même choisi par ses collègues pour le remplacer et il existe dans les archives des Hautes-Alpes une foule de pièces signées de lui en cette qualité à cette époque, Il signait uniformément Jacques Rambaud.

La réforme ne tarda pas à entrer dans la famille Rambaud et voici par quelle voie. Marguerite Rambaud, soeur des trois Furmeyer, avait épousé, comme nous l'avons vu, Guillaume de Montorcier; Jeanne de Montorcier, leur fille, épousa en 1547 Jean Farel, apothicaire à Gap, et frère du réformateur Guillaume Farel. Jean Farel devint donc par cette alliance neveu des Furmeyer. Son ardeur de prosélytisme nous est connue entre autres documents par une déposition d'un certain Alvat, notaire à Manosque, et par un jugement du juge épiscopal de Gap qui le condamne à la confiscation d'une partie de ses biens pour crime d'hérésie, il est donc très probable que ce fut son influence qui détermina les familles Rambaud et Montorcier à embrasser la réforme.

Plusieurs membres du clergé de Gap avaient adopté les idées nouvelles; à leur tête il faut placer l'évêque Gabriel de Clermont et après lui Jacques Rambaud, prévôt du chapitre. Cette conversion nous est connue par une mention du registre des assemblées capitulaires de Mutonis, notaire épiscopal. On y lit sous la date du 2 avril 1562 un procès verbal duquel il résulte qu'à la place de Jacques Rambaud, déchu pour incapacité ou hérésie, les chanoines ont élu prévôt du chapitre de Gap leur collègue Barthélemy Martin. Jacques Rambaud en perdant son titre de prévôt, conserva néanmoins jusqu'au 17 octobre 1566 l'usage de sa prébende de Montalquier; il consentit à cette époque à la résigner entre les mains du chanoine Antoine Michel.

Cet acte de rigueur du chapitre de Gap à l'égard de Jacques Rambaud fut probablement la cause immédiate de la prise d'armes des protestants du Gapençais; ce fut en effet le 2 mai, c'est-à-dire dix jours plus tard, qu'Antoine Rambaud, celui qui porte par excellence le nom de capitaine Furmeyer, s'empara de Gap sans coup férir à la tête de quelques centaines d'habitants du Champsaur. Rien n'avait été préparé pour la défense, aussi y eut-il peu de sang versé; par contre les monuments ecclésiastiques furent extrêmement maltraités. Il résulte de documents positifs que la ruine de la cathédrale de Gap, de plusieurs autres églises, du palais épiscopal et de la maison canoniale, jusqu'ici attribuée mal à propos à Lesdiguières, furent le fait des soldats de Furmeyer. Les protestants pillèrent également le trésor du chapitre et détruisirent la plupart des reliques : deux inventaires de ce trésor datés de 1550 et 1566 démontrent que tous les objets de valeur qui en faisaient partie, étaient à cette dernière époque ou en gage ou entre les mains des huguenots.

Nous allons suivre maintenant Furmeyer dans ses courses aventureuses à travers le Dauphiné et la Provence.

Le 4 mai Furmeyer somme Tallard, bourg voisin de Gap, de se rendre; après avoir fait attendre huit jours leur réponse, les bourgeois refusent. Le 4 mai Furmeyer y entre en vainqueur, s'empare du trésor de l'église et emmène des otages.

Gap et ses environs soumis, Furmeyer rentre dans le Champsaur, traverse le Triève, et nous le retrouvons au commencement de juin à Grenoble, auprès du baron des Adrets. Le 4 du même mois il se présente avec ses soldats aux portes de la Grande Chartreuse, sous prétexte de rechercher des armes et des munitions cachées, mais en réalité pour faire main basse sur les richesses de ce couvent.

Peu de jours après il remonte dans le Gapençais, puis descend en Provence. Le 15 juin il s'enferme, avec ses soldats parmi lesquels était le jeune Lesdiguières, dans Sisteron, assiégé par les catholiques. Il prend part pendant près de deux mois à la défense de la Place; puis jugeant toute résistance impossible après la destruction d'un petit corps d'armée amené par Montbrun au secours de ses coreligionnaires, il quitte Sisteron à la fin du mois d'août, rentre à Gap, l'abandonne le 4 septembre, emmenant avec lui quatre cents soldats et va rejoindre à Valence le buron des Adrets. Après avoir pris part aux combats qui eurent lieu sur les bords du Rhône entre le baron des Adrets et le duc de Nemours, il fut envoyé par le chef des protestants à Grenoble pour faire lever le siège de cette ville investie par les catholiques. Il y arriva le 16 novembre; sa troupe un peu grossie depuis sa sortie de Gap, se composait de cent cavaliers et de cinq ou six cents fantassins, tandis que le baron de Sassenage assiégeait Grenoble à la tête de six mille hommes. Traversant le Diac avec une audace incroyable sous le feu de leurs ennemis, ses soldats culbutèrent cette armée dix fois plus nombreuse que la sienne et délivrèrent Grenoble.

Du 27 janvier au 6 février 1553 eut lieu la réunion des états de Valence, sous l'influence des réformés; le baron des Adrets y fut privé de son commandement, Crussol nommé chef des protestants à sa place et Furmeyer élu membre du conseil de défense du Dauphiné avec Montbrun, Saint-Auban et Mirabel.

A peine les états terminés, Furmeyer rentre dans le Gapençais avec le frère de Crussol et cherche à barrer le chemin à Suze et à Maugiron, qui avec une petite armée se dirigeaient de Sisteron sur Grenoble, traînant avec eux de l'artillerie pour faire le siège de cette ville. Furmeyer ne fut pas assez fort pour les arrêter, mais pendant douze jours il les harcela constamment, de sorte qu'ils n'eurent pas le courage d'entreprendre le siège de Grenoble et durent aller faire reposer leurs troupes. Immédiatement après le passage de l'armée catholique, Furmeyer se jette sur le village fortifié de Romette, près de Gap, et s'en empare avec l'aide de son frère Daniel, sieur de la Buissière. Le 13 mars il fait pendre la garnison et inflige aux milices Gapençaises qui la voulaient secourir, une sanglante défaite près du torrent du Buzon.

Peu de temps après la paix fut conclue entre les deux partis et le maréchal de Vieille-Ville vint la faire exécuter en Gapençais. A partir de ce moment les noms d'Antoine et de Daniel Rambaud disparaissent de notre histoire. Videl est le seul historien qui parle de la fin du capitaine Furmeyer et il prétend qu'il fut assassiné. Je n'ai pu trouver la preuve positive de ce fait, mais je suis parvenu à retrouver la date à laquelle il a dû se passer.

On a vu plus haut que l'ancien prévôt du chapitre de Gap signait toujours Jacques Rambaud avant son abjuration; ses testaments au contraire et d'autres documents sont signés Furmeyer, preuve qu'àlors il avait succédé dans cette seigneurie à son frère aîné. Quand a-t-il remplacé la première signature par la seconde, tout le problème est là.

Or les protocoles de Mutonis, notaire et secrétaire capitulaire de Gap, contiennent l'acte de résignation par Jacques Rambaud entre les mains d'Antoine Michel, de la prébende de Mont-Alquier qu'il possédait encore malgré son abjuration. Cet acte signé Furmeyer et daté du 7 octobre 1566, prouve qu'à cette époque Antoine Rambaud était mort et que Jacques son frère lui avait succédé dans la possession de la terre de Furmeyer.

Il est à présumer même que cet évènement eut lieu soit dans les derniers jours de l'année précédente, soit dans les premiers jours de janvier de 1566. Je possède en effet une expédition authentique d'une ordonnance du vibailli de Gap datée du 9 janvier 1566 dans laquelle ce magistrat décide, qu'à la suite des nombreux meurtres et rapines commis dans la ville de Gap à l'occasion de la misère et de l'épidémie qui y sévissent, il croit indispensable de nommer un magistrat spécial pour veiller à la sécurité publique et il choisit pour remplir ces fonctions nobles, Benoît de Flandria. Il est possible que le capitaine Furmeyer ait été assassiné au milieu des émeutes qui ensanglantèrent à cette époque la ville de Gap; il avait dû se créer comme chef des protestants de nombreux ennemis qui prirent certainement, suivant les moeurs du XVIe siècle, le premier prétexte venu pour se débarrasser de lui impunément.

Des trois frères Rambaud, Daniel fut celui qui joua le rôle le plus effacé. J'ignore l'époque de sa mort, mais elle eut lieu certainement avant 1576, puisque Jacques Rambaud, son frère, dans son testament daté de cette année fait un legs à Abraham fils naturel de feu son frère Daniel. Les descendants de ce fils naturel ont vécu obscurément pendant près d'un siècle dans la ville de Gap, et cette branche bâtarde s'est éteinte dans la personne de Françoise Rambaud, mariée en 1663 à Jean Siméon, bourgeois de Remollon, arrondissement d'Embrun.

Après la mort de ses deux frères, Jacques Rambaud, qui ne parait pas avoir été un homme de guerre, s'occupa de diverses négociations.

Il fut l'un des commissaires chargé par les réformés de régler avec la reine Catherine de Médicis, les conditions de l'établissement de la paix de Poitiers en Dauphiné; à cet effet il se trouva à Montluel en Bresse le 20 octobre 1579 et discuta avec la reine les prétentions de ses coreligionnaires. Un article spécial de la requête présentée à cette occasion par les protestants à la reine mère, stipule que Furmeyer ne pourra pas à l'avenir être inquiété pour son passé.

Il fut également choisi pour être l'un des députés qui du 12 mai au 17 juin 1581 conférèrent dans le bourg de Mens avec les commissionnaires du parlement de Grenoble pour tâcher, mais inutilement, de rétablir la paix en Dauphiné.

Enfin au mois de juillet 1588 il fut choisi avec Marquet par Lesdiguières pour traiter avec Saint-Jullin, gouverneur du Gapençais pour les catholiques, d'une trêve pour les villes de Gap et de Tallard.

Après avoir renoncé au catholicisme, Furmeyer épousa Louise de Moustiers, fille du seigneur de Ventavon; ce mariage est nécessairement antérieur à 1576, puisque dans son testament daté de cette année, il en fait déjà mention. Il est également certain que Jacques Rambaud n'eut aucun enfant de ce mariage et fût le dernier de sa famille, car il donne tous ses biens à des collatéraux.

Il passa les dernières années de sa vie dans son château d'Ancelle-en-Champsaur. Il avait converti au protestantisme la plus grande partie de ses vassaux et avait établi dans ce village une église qui subsista jusqu'à la révocation de l'édit de Nantes.

II fit restaurer le château seigneurial dont il ne reste plus maintenant que des décombres; la porte principale seule existe encore en partie, elle a été utilisée pour construire la porte d'une maison de pauvres cultivateurs. Les pieds droits se composent d'assises de pierres de taille alternativement plates et vermiculées; au haut on voit un grand écusson ovale de la famille Rambaud avec ses armoiries; d'azur au pin d'or surmonté d'une colombe essorante de même. Cette sculpture porte tous les caractères de la fin du XVIe siècle.

Il existe deux testaments originaux de Jacques Rambaud, le premier de 1576 et le second de 1590; la mort du testateur ne tarda pas sans doute à suivre ce dernier acte de ses volontés. Il en résulte qu'il mourut sans postérité; il n'y est fait aucune mention de son frère Antoine, mort probablement sans alliance; il n'y est parlé de son frère Daniel qu'à l'occasion d'un legs fait à Abraham, son fils naturel. Il partage sa fortune entre les enfants de ses soeurs; le plus favorisé est Gaspard de Montauban du Villard, fils de Simon de Montauban, auquel il lègue les coseigneuries d'Ancelle, de Montgardin et de Montorcier. Après lui viennent les enfants de Gaspard de la Villette, auxquels il donne ses terres de Furmeyer et de Veynes.

La famille de Montauban, dont une partie émigra au moment de la Révocation de l'Édit de Nantes, s'éteignit au commencement du XVIIIe siècle. Celle de la Villette au contraire a conservé jusqu'en 1789 les seigneuries qui lui venaient de Jacques Rambaud, seigneur de Furmeyer. Elle existe encore, mais rentrée d'émigration dans un état de fortune peu prospère, elle n'a pas tardé à quitter le Dauphiné.

J. ROMAN

Notes inédites sur la famille Farel par Joseph Roman

On sait que Guillaume Farel eut au moins six frères et soeurs: Daniel, Claude, Jean Gabriel, une fille mariée à Honorat Riquetti, ancêtre direct de Mirabeau; Jean-Jacques, et Gauthier ou Gaucher. Lorsque le Réformateur testa le 15 août 1558, Claude et Gaucher étaient les deux seuls de ses frères qui vivaient encore. Ils avaient épousé deux soeurs, savoir Claude Louise de Beauvais, et Gaucher, Françoise de Beauvais. De Claude on ne savait rien de plus, et de Gaucher, seulement qu'il testa en 1510 et laissait trois fils, Jacques, Israël et Jean Zacharie. Nous avons découvert, il y a deux mois, dans les minutes de Claude Sochon, notaire à Gap, de 1577 à 1581, deux actes résumés ci-après, qui confirment quelques-uns des renseignements ci-dessus et nous apprennent : 1° qu'en septembre 1578, Claude et Gaucher Farel étaient morts, ainsi sans doute que la femme de Claude, Louise de Beauvais et, peut être aussi, un des fils de Gaucher, Israël; 2° que Claude avait eu au moins quatre filles, dont trois étaient mariées à cette date.

Le premier acte est du 26 septembre 1578. C'est une quittance donnée par noble Jean Zacharie Farel, écuyer de Senarclens, bailliage de Morges, tant en son nom que comme procureur de noble Françoise de Beauvais, sa mère; de noble Jean de Bretignier donzel (damoiseau) de Lille, mari et conjoint de noble Marthe Farelle sa femme; de Pierre Vaulet de Grandson et de Suzanne Farelle, mariés, le dit de Bretignier étant tuteur d'Elisabeth Farelle, soeur des dites Marthe et Suzanne, susnommées; de Jacques Solliard bourgeois de Cossonay, et de Marie Farelle, mariés; icelles Elisabeth, Marthe, Suzanne et Marie Farelles, héritières universelles de feu Claude Farel, ainsi qu'il a fait apparoir par une procuration reçue par maistre Jean Grinser, de Cossonay, notaire public au bailliage de Morges, terre de messieurs de Berne. La quittance est donnée à Gaspard Gaillard, bourgeois de Gap pour une somme due depuis 1573.

A cette quittance est jointe la procuration dont il est question dans le texte précédent; elle est datée du 3 septembre 1578. Elle est donnée par la main de Jean Grinsor, de Cossonay, notaire au bailliage de Morges, par Françoise de Beauvais, veuve de Gaucher Farel en son vivant donzel (damoiseau) de Senarclens; Jean de Brétignier, donzel de Lista, Marthe, sa femme et Suzanne Farelle, étant en état de minorité. Ils créent leur procureur Jean-Zacharie Farel, fils de Gaucher. Un frère de Jean-Zacharie, nommé Jacques Farel, y parait également. Cette procuration a pour but de toucher le prix de vente des biens de la famille Farel qui ont été vendus, à Gap, le 11 juillet 1556 et dont les événements n'ont pas permis aux vendeurs d'être remboursés. Elle est passée au château de Senarclens, en présence de noble Pierre Chevrier, Jean Barral et Guillaume Chamol, bourgeois de Cossonay.

Nous savons donc maintenant que Claude Farel avait eu de Louise de Beauvais Marthe, mariée à Jean de Brétignier, damoiseau de Lille ou Lisle; Suzanne, mariée à Pierre Vaulet de Grandson; Marie, mariée à Jacques Solliard, bourgeois de Cossonay; Elisabeth, non mariée en 1578.

Le registre du notaire Sochon nous apprend, au surplus, que si une grande partie de la famille Farel s'était expatriée, il restait encore en 1577 à Gap des Farel protestants; en effet nous voyons, le 20 février 1577, Jean Vial, capitaine protestant, épouser Catherine Farelle, fille de feu Pierre Farel, de Gap, et d'Alexandre de Caseneufve; ils se marient à la manière des fidèles chrétiens et l'ordre de l'église réformée. Cette famille Vial, qui fut anoblie par l'influence de Lesdiguières et qui posséda en Dauphiné les seigneuries de Daillon et d'Alais, dont elle porta le nom, resta ferme, malgré la révocation de l'édit de Nantes, dans la foi protestante et s'est éteinte au commencement de ce siècle seulement.

J. ROMAN
Source :

BnF/Gallica : Société de l'histoire du protestantisme français. 1888 (T. 37), page 80. http://gallica.bnf.fr/document?O=N065778

24 mai 2006

Chronique de l'ascendance de Jeanne Bernard, épouse d'Angellin Baille, apothicaire à Seyne

Voir aussi Jeanne Bernard dans mon arbre geneanet.

Chronique de l'ascendance de Jeanne BERNARD


Première génération

1. Jeanne BERNARD. Jeanne a signé un testament le 6 juillet 1600 en Seyne-les-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, France.

Sources : Mme Yvette Laval et Mr Gérard Planson

Angelin BAILLE apothicaire à Seyne dans la deuxième moitié du XVIème siècle
Par testament du 25.6.1598, il a nommé pour ses héritiers universels les Capitaines Charles, Jessé, Balthazar et Jacques ses enfants par égales portiions à diviser entre eux
x Jehanne BERNARD
Test. et codicille en 1600, elle est alors veuve d'Angelin et elle cite ses enfants : Gessé, Honorade, Pierre, Charles et Simondy. Sur le codicille, il est noté que "Gessé ou Jesse reçoit 25 écus de François BERNARD capitaine, frère de Jehanne de Tallard. Or, dans son Inventaire des AD 05, l'abbé Guillaume précise :
Arnoux Bernard , (descendant des BERNARD de St. Barthelemy) marié à Aimée LEYDET eut huit enfants dont : François x 1579 à Jehanne de BOSSE alias de GUIBERT et Jehanne épouse d'Angelin BAILLE.
(Ce rapprochement a été retrouvé par Mme. Yvette LAVAL)
Jeanne a épousé Angelin BAILLE.


Deuxième génération

2. Arnoulx DE BERNARD a épousé Agnès DE LAIDET DE SIGOYER environ 1550.
Source : Armorial Haut-Alpin. Jean Grosdidier de Matons.

V. Arnoulx I, déroge en 1580 comme maître de poste à Bellafaire, x Agnès Leydet (Allard). Dont François, qui suit; Charles x 25.3.1579 Lucrèce Arnaud (AHP B 2207, 28), probablement des Arnaud de Bréziers, postérité nconnue; Jean, qui fait branche (BRANCHE DES SIEURS D'ASTOIN en B) ; Claude, prévôt de l'église d'Apt, donataire de Jean son oncle (voir supra) en 1574.
3. Agnès DE LAIDET DE SIGOYER.
Source : Héraldique & Généalogie 1985 page 426 (Gérard de Villeneuve)

A propos de : La Famille LAYDET
(H.& G. 1985-1, p. 40)
p.40, 2° colonne:
XII. Jean de LAIDET (x 1527 Guillemette de MARGAILLAN) avait aussi au moins une fille :

Agnès de LAIDET x ca 1550 noble Arnoul BERNARD (VIe degré) fils d'Antoine, d'où les BERNARD de St Barthélemy et de Belleaffaire, et petit-fils de Louis BERNARD auteur des sgr de Fayssac et de Lausière. (cf. Laîné: Généalogie de la fam. de BERNARD de LAUSIERE en Dauphiné, Provence, Bugey, Paris 1839, extrait des Arch. Généal. et Histor. de la Nsse de France. )

Gérard de VILLENEUVE
Troisième génération

4. Antoine DE BERNARD.
Source : Armorial Haut-Alpin. Jean Grosdidier de Matons.

IV. Antoine II, fait enregistrer le 7.10.1593 les titres portant confirmation au profit de noble Antoine, son aïeul, par Jacques de Beaufort, comte d'Alais (vers 1450), vicomte de Valerne, des biens et droits au terroir de Bellafaire, concédés, en 1389, à ses ancêtres par Raymond de Beaufort, vicomte de Valerne (AHP B 2212). Il x N.....
Dont Arnoulx I, qui suit; Jean, prévôt de la cathédrale d'Apt, donateur à Claude le 5.8.1574 (AHP B 2218, 1078).
6. Jean DE LAIDET a épousé Guillemette DE MARGAILLAN le 3 juillet 1527.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

XII. Jean de LAIDET, sgr de Sigoyer en partie, teste 23.1.1562 x 3.7.1527 Guillemette de MARGAILLAN, de Mons en Trines, en Dauphiné, fille de Gui, sgr de Miribel, et de Catherine RAMBAUDE
7. Guillemette DE MARGAILLAN.


Quatrième génération

8. sgr de Bellaffaire Fazy DE BERNARD.
Source : Armorial Haut-Alpin. Jean Grosdidier de Matons.

III. Fazy ! connu avec certitude dans un acte du 4.6.1528 comme ayant été sgr de Bellafaire en 1489, sous le nom de Jean Fazy (AHP B 2212), et comme père d'Antoine II, qui suit; d'après Allard, aurait eu en outre Esprit; Jean, prévôt du chapitre d'Apt, 1538 (G 1558); Honnorade x Balthasar Tornatoris a. 1496 (G 2767); Marie (Allard); Vital, sgr de Rousset, près de Claret (Isnard, 325); Guillaume (Allard); Guillaume, qui fait branche (Rameau cadet de Bellafaire en A-a. Saint-Allais donne à Fazy un seul fils, Louis, qui t. 2.3.1512 x Béatrice de Guy. Il est possible que Fazy II soit le père d'un Jean Fazy III.
12. Antoine DE LAIDET a épousé Alix DE GROLÉE DE BRESSIEUX.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

XI. Antoine de LAIDET, sgr de Bormes et de Sigoyer en partie, chev. de l'O. du Roi par acte du 22.7.1485, commdt la Cie d'hommes d'armes du sgr de SAINT-VALLIER, gouvern. de Provence, puis un des commdts des arbalétriers de Provence à la bataille de Fornoue livrée par Charles VIII en 1495. Il + Bormes et x Alix de GROLéE de Bressieux, qui décéda dans le même temps que lui
13. Alix DE GROLÉE DE BRESSIEUX.

14. Gui DE MARGAILLAN a épousé Catherine RAMBAUDE.

15. Catherine RAMBAUDE.


Cinquième génération

16. Antoine DE BERNARD.

24. Jacques DE FOS DE LAIDET a épousé Louise DE LAIDET. Jacques a signé un testament le 25 septembre 1468.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

X. Jacques de FOS de LAIDET, teste 25.9.1468. Il fut institué héritier de la terre de Sigoyer par le testament de sa mère du 7.9.1453, à condition de prendre le nom et les armes de LAIDET. Il x 1°/ Anne de LAIDET ou de FOS-LAVENA, fille de Jean de FOS, baron de LAVENA, cosgr de Sigoyer, peut-être de la branche de Valernes. 2°/ Louise de LAIDET ou de FOS, fille d'Honoré, cosgr de Sigoyer, de la branche de Valernes, et de Marguerite de BEAUVEZET, probablement cousine de le précédente.
25. Louise DE LAIDET.

Sixième génération

48. Albert DE FOS I a épousé Mabile DE LAIDET.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

IX. Albert Ier de FOS, des Vtes de MARSEILLE. Destiné primitivement à l'Ordre de Malte (chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem) il dut prendre possession de Bormes à la mort de son frère aîné et se maria sur ses vieux jours avec Mabile de LAIDET, sa parente au 7e degré, fille de Jean et de Béatrice de SABRAN d'où la nouvelle maison de LAIDET, qui suivra.
49. Mabile DE LAIDET.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

IX. Mabile de LAIDET, dame de Sigoyer, x son cousin au 7° degré Albert 1er de FOS, des vicomtes de MARSEILLE, fils puîné de Rossolin IV et de Baucette de BLACAS. Il testa le 2.8.1438. Mabile testa le 7.9.1453, instituent pour héritier son fils puîné Jacques de FOS, à charge pour lui de porter le nom et les armes des LAIDET.
50. Honoré DE LAVENA a épousé Marguerite DE BEAUVEZET.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

X. Honoré de LAVENA ou de LAIDET, cosgr de Sigoyer x v. 1438 Marguerite de BEAUVEZET. Vers 1480 le Conseil de Sisteron, effrayé par la peste, alla se réunir à Valernes, au dessus du jardin d'Honoré LAYDET (Laplane).
51. Marguerite DE BEAUVEZET.


Septième génération

96. Rossolin DE FOS IV a épousé Baucette DE BLACAS.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VIII. Rossolin IV de FOS, sgr et baron de Bormes, teste 1386 x Baucette de BLACAS, fille de Blacas V sgr d'Aups, et de Béatrix de VILLENEUVE-Ampus.
97. Baucette DE BLACAS.

98. Jean DE LAIDET est décédé après 1412. Il a épousé Béatricette DE SABRAN.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VIII. Jean de LAIDET de Sigoyer + ap. 1412 x Béatricette de SABRAN, fille de Jean de SABRAN, baron d'ANSOUIS, et d'Isoarde de ROQUEFEUIL-PUYLOUBIER
99. Béatricette DE SABRAN.

100. Philippe DE LAVENA a épousé Stéphanette DE BAUX.

101. Stéphanette DE BAUX.


Huitième génération

192. Rossolin DE FOS III a épousé Isoarde DES PORCELLETS.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VII. Rossolin III de FOS, sgr et baron de Bormes x Isoarde des PORCELLETS, fille de Guillaume IV des P., chev. sgr de Fos, Martigues, la Vallée Saint-Pierre, cosgr de Riez et la Bastide des Jourdans, etc., baron de Provence, chambellan du roi Robert, Cte de PROVENCE, et d'Isoarde de MONTAUBAN-Saint-André.
193. Isoarde DES PORCELLETS.

194. Blacas DE BLACAS V a épousé Béatrix DE VILLENEUVE AMPUS.

195. Béatrix DE VILLENEUVE AMPUS.

196. François LAIDET est décédé après 1367. Il a épousé Briande ADHÉMAR.

197. Briande ADHÉMAR.

198. Jean DE SABRAN a épousé Isoarde DE ROQUEFEUIL PUYLOUBIER.

199. Isoarde DE ROQUEFEUIL PUYLOUBIER.

200. Henri DE LAVENA a épousé Alasie DE LAIDET.

201. Alasie DE LAIDET.


Neuvième génération

384. Rossolin DE FOS II est décédé après 1331. Il a épousé Douceline GANTELMI.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VI. Rossolin II de FOS, des Vtes de MARSEILLE, chev. sgr de Bormes + ap. 1331, x Douceline GANTELMI, peut-être fille de Bérenger GANTELMI, sgr de Graveson et d'Albaron, Gd Sal de Provence en 1283 et 1290. Elle fut inh. dans l'égl. des Frères Mineurs d 'Hyères.
385. Douceline GANTELMI.

386. Guillaume DES PORCELLETS IV a épousé Isoarde DE MONTAUBAN SAINT ANDRÉ.

387. Isoarde DE MONTAUBAN SAINT ANDRÉ.

392. Roger LAIDET est décédé après 1326. Il a épousé Philippine DE POITIERS.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VI. Roger, marquis de FOS, sgr du Vanet, + ap. 1320, x Philippe ou Philippine de POITIERS, fille d'Aimar de POITIERS, Cte de Valentinois, et de Fleurie de BEAUJEU. Elle épousa également Bertrand de BAUX, comte d'Avellino, gd justicier du royaume de Naples, av. 1254.
393. Philippine DE POITIERS.

400. Philippe DE LAVENA a épousé Mabile DE SIMIANE.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VII. Philippe de LAVENA, sgr de Valernes, cosgr de Sigoyer x Mabile de SIMIANE, peut-être fille de Guiran de S. sgr d'Apt, Caseneuve, etc. sénéchal de Prov. en 1380 et de Marie de MARSEILLE de Signe.
401. Mabile DE SIMIANE.

402. Guillaume Arnoul DE LAIDET.


Dixième génération

768. Rossolin DE FOS I a épousé Mabile D'AGOULT le 24 novembre 1286.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

V. Rossolin Ier de FOS, chev., sgr et baron de Borrnes. x p.c.24.11.1286 Mabile d'AGOULT, fille de Reforciat d'AGOULT, sgr de Vergons, Baumes et Murs, cosgr d'Agoult, Trets et de la vallée de Sault, et de Raibaude, dame de Causols et Cipières. Elle teste le 21.5.1332.
769. Mabile D'AGOULT.

784. Guillaume LAIDET a épousé Louise DE SABRAN FORCALQUIER.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

V. Guillaume "LAIDET", marquis de FOS, sgr de Sigoyer, lieut. et chambellan d'Amédée V, comte de Savoie, + ap. 1302. x Louise de SABRAN FORCALQUIER, fille de Giraud de SABRAN, Cte de Forcalquier, et d'Agnès de MONT-SAINT-JEAN, dame de Cressia en Bourgogne.
785. Louise DE SABRAN FORCALQUIER.

786. Aimar DE POITIERS a épousé Fleurie DE BEAUJEU.

787. Fleurie DE BEAUJEU.

800. Laidet DE LAVENA.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

VI bis. Laidet de LAVENA, fils de Guillaume LAIDET, Mis de Fos et sgr de Sigoyer et de Louise de SABRAN-Forcalquier, fut sgr de Valernes et Vaumeilh et cosgr de Sigoyer vers 1326. x N...

Onzième génération

1536. Roger DE FOS II est décédé après 1286. Il a épousé Barrasse DE BARRAS.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

IV. Roger II, marquis de FOS, sgr et baron de Bormes, la Mole et Collobrières. Il suivit avec son père le comte Charles d'ANJOU à la conquête du royaume de Naples, testa en 1286 et fut inhumé dans l'église des Frères Mineurs d'Hyères, x Barrasse de BARRAS + ap. 1286
1537. Barrasse DE BARRAS.

1538. Reforciat D'AGOULT a épousé Raibaude DE CAUSOLS.

1539. Raibaude DE CAUSOLS.

1568. Irat DE FOS a épousé Alasie DE LAIDET.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

IV. Irat marquis de FOS, sgr de Sigoyer. Il hérita de Bertrand de FOS, sgr de la Garde, du Canet et de Pierrefeu, et eut de sa femme Sigoyer-Malpoil. x Alasie de LAIDET, sa belle-soeur, autre fille d'Arnoul II de LAIDET, dernier mâle de son nom, et de Catherine de LAVENA
1569. Alasie DE LAIDET.

1570. Giraud DE SABRAN a épousé Agnès DE MONT-SAINT-JEAN.

1571. Agnès DE MONT-SAINT-JEAN.

1600. Guillaume LAIDET est imprimé en tant que #784.

1601. Louise DE SABRAN FORCALQUIER est imprimé en tant que #785.


Douzième génération

3072. Guillaume DE FOS a épousé Giraude D'AMPUS.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

III. Guillaume, marquis de FOS, sgr de Bormes, La Mole, Collobrières et autres terres, il accompagna Charles d'ANJOU, comte de PROVENCE et frère de Saint-Louis, à la conquête du royaume de Naples et + ap. 1272; il fut inhumé à Hyères. x Giraude, fille de Giraud, sgr d'AMPUS.
3073. Giraude D'AMPUS.

3136. Philippe DE FOS a épousé Béatrix DE CASTELLANE.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

III bis. Philippe de FOS, dit de LAVENA, chev. sgr de Sennes (arrdt de Gap), de Sigoyer, Theus, Channes, Valenies, du Pot en 1272 par donation de son aieule Galburge de MéVOUILLON; bailli de Gap de 1276 à 1279, sénéchal de Provence de 1285 à 1287. Selon Laplane, il ne possédait en fait que des terres aux environs de Sisteron, dont une partie seulement de Sigoyer, mais bien Channes et le Val de Lavena. Il était, selon Cortez, "fils ou frère de Robert de LAVENE, docteur en droit, viguier de Marseille en 1257, cons, du Roi en 1263". Il accompagna le comte de PROVENCE au royaume de Naples, hérita d'Alasie de LAIDET, dame de Lavena et de Sigoyer, son aieule, ainsi que de Robert de LAVENA, cousin germain d'Alasie, testa à Sisteron le 2.8.1286 et mourut av. le 22.1.1302. x Béatrix de CASTELLANE, veuve de Bertrand de MéVOUILLON, sgr de Mison.
3137. Béatrix DE CASTELLANE.

3138. Arnoul DE LAIDET II a épousé Catherine DE LAVENA.

3139. Catherine DE LAVENA.


13. génération

6144. Roger DE FOS a épousé Tiburgette DE BAUX.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

II. Roger de FOS, des vicomtes de MARSEILLE, sgr de Fos et d'Hyères. Il combattit le comte de PROVENCE Charles Ier d'ANJOU, qui en 1246 jeta les yeux sur Hyères. Avant de lancer son attaque sur la ville, il se fit céder tous les droits que les marseillais avaient acquis sur le territoire, y plaça un bailli et ordonna aux seigneurs de partir. Roger, Bertrand et Mabile de FOS refusèrent et l'histoire locale rapporte qu'il fallut un long siège de cinq mois pour qu'ils se soumettent (Abbonen). Vaincus, Amiel et ses frères rencontrèrent Charles Ier à Tarascon: une transaction du 18.9.1257 fit d'Hyères une ville comtale et enleva à la maison de FOS tous ses droits sur la ville. En échange, Roger de FOS reçut les seigneuries de Bormes, La Mole et Cavalaire. x Tiburgette de BAUX, fille de Guillaume de BAUX, prince d'orange, et de Galburge d'AGOULT
6145. Tiburgette DE BAUX.

6146. Giraud D'AMPUS.

6272. Roger DE FOS est imprimé en tant que #6144.

6273. Tiburgette DE BAUX est imprimé en tant que #6145.


14. génération

12288. Amiel DE FOS II a épousé Alasie DE LAIDET.
Source : La généalogie de la famille de Laidet en Provence par Olivier d'Hauthuille. Héraldique & Généalogie 1985 à partir de la page 37.

I. Amiel II de FOS, marquis de FOS, sgr souverain d'Hyères, de La Garde et de Cuers, fils de Pons de FOS et de Walpurge d'AGOULT. Il combattit Guillaume des PORCELLETS, csgr de Fos, dans une guerre sanglante où il fut fait prisonnier; un traité juré solennellement à Arles le 2 mars 1188 mit fin aux combats. Amiel de FOS fut par ailleurs, alors qu'il était absent, attaqué dans ses possessions par Alphonse II, roi d'ARAGON et comte de PROVENCE: accueillis sans méfiance par les habitants d'Hyères, le comte et ses hommes s'emparèrent de la ville, qu'Amiel, revenu en hâte, put reprendre. En 1196, il fit hommage au comte de PROVENCE de certaines de ses possessions (ABBONEN). Il + ap.1204 (id.) et av.1225. x Alasie de LAIDET, dame de Lavena.
12289. Alasie DE LAIDET.


15. génération

24576. Pons DE FOS a épousé Walpurge D'AGOULT.

24577. Walpurge D'AGOULT.

Compléments sur la généalogie Audiffret

Les personnes qui s'intéressent de près à la généalogie Audiffret (ou Audiffred) pourront trouver des compléments dans les relevés de Jausiers d'Hélène et Thierry Bianco (voir la page Actes à gogo)

23 mai 2006

Blasons Audiffret et Capizucchi de Bologne

Blason de la famille de Capizucchi de Bologne sur HeraldiqueGenWebNouveaux dessins d'Amaury de la Pinsonnais publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb

Capizucchi de Bologne

Armes : d'azur à la bande d'or.

voir cette notice.

Blason de la famille de Audiffret sur HeraldiqueGenWebAudiffret

Armes : d'or, au chevron d'azur, chargé de cinq étoiles d'or, et accompagné en pointe d'une montagne de trois coupeaux de sable, celui du milieu surmonté d'un faucon du même, la tête contournée et sa patte dextre levée; à la bordure componée d'or et de sable de 28 pièces.

Voir la maison d'Audiffret.


Tags :

22 mai 2006

Nobiliaire de Provence : Jonquières

Annuaire de la noblesse de France 1846 page 207
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036575

Armes : de gueules, à deux fresnes d'or, appointés et surmontés d'un faucon du même.

Dessin réalisé par Amaury de la Pinsonnais et publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.
Blason de la famille de Fauque de Jonquières sur HeraldiqueGenWebLa famille Faulque de Jonquières, disent les généalogistes, est originaire du royaume de Naples, où elle portait le nom de Faulco, dont la terminaison italienne se soutint pendant les premiers temps que cette maison passa en France. On voit dans plusieurs contrats le même individu être appelé tour à tour Faulco, Foulco, et enfin Foulque et Faulque de Jonquières.

Cette ancienne maison, de noblesse d'épée, a toujours suivi la carrière des armes, qui de tout temps a été la plus glorieuse. Maynier, dans son ouvrage intitulé : Nouvel état de Provence, rapporte les services signalés que plusieurs membres de cette famille ont rendus à leurs souverains. Cet auteur ne met point en doute que la maison de Foulco n'ait été attachée aux rois de France avant que la maison d'Anjou régnât à Naples. Le premier de cette famille, dont l'existence soit authentiquement établie, est Guillem Foulco, un des gentilshommes qui assistèrent le frère de saint Louis, lors de son mariage, en 1245; il fit partie de l'expédition du royaume de Naples où il s'illustra et s'établit. Ses descendants servirent dans les armées napolitaines. Bertrand de Foulco, lors des guerres entre les Guelfes et les Gibelins, combattit pour le roi Robert, comte de Provence, coutre Louis de Bavière. Il eut deux enfants, l'un Gaspard, qui lors de la guerre entre la reine Jeanne et Charles de Duras, revint en Provence et s'y fixa ; l'autre, Jehan, resta en Italie où il forma une branche qui subsistait encore sous le nom de comte de Faulco-Paco. On voit encore ce nom de Faulque et Faulco dans les guerres du condé de Provence, après la réunion de cette province à la couronne de France, sous les rois Charles VIII, Louis XII et François Ier jusqu'à Henri IV.

Gabriel Faulque, qui servit longtemps dans les armées du roi Henri IV après avoir prouvé qu'il remontait par divers degrés de génération, de père en fils, à tous ces guerriers nommés ci-dessus, se maria avec Anne des Baux, de l'illustre famille des Baux, anciennement princes d'Orange, dont il eut :

François Faulque, écuyer, qui de Marguerite de Saint-Maurice, sa femme, laissa :

Gabriel Faulque, coseigneur de Venasque et de Saint Didier. II servit dans les armées de Louis XIII et épousa demoiselle Paparin de Chaumont, soeur de l'évêque de Chartres. Son fils fut :

Alexandre Faulque, lequel ajouta à son nom celui de Jonquières d'un arrière-fief qu'il possédait ; il fut père de :

Jacques Philippe Faulque de Jonquières, qui épousa sa cousine germaine et laissa un fils :

Gaspard Victor Faulque de Jonquières, officier au régiment de Nice, marié en 1740, à Étienne de Peissonnel ; 2° à demoiselle d'Eyroux de Pontevez, dont : a. Victor Faulque de Jonquières, officier au régiment de Soissonnais, mort des suites des fatigues de la guerre, après avoir fait plusieurs campagnes de Flandre et toutes celles de Corse; b. Jacques Philippe, qui suit :

Jacques Philippe Faulque de Jonquières, né en 1748, épousa en 1778 Eulalie de Charlet, fille de Joseph de Charlet de Beauregard, auditeur de rote ; son fils est le chef actuel de la famille.

Les armoiries de la maison de Jonquières étaient gravées depuis plusieurs siècles au-dessus de la porte de l'église paroissiale du bourg de Roussillon, lorsque vers 1760 la façade du monument ayant été reconstruite, des habitants s'opposèrent à leur rétablissement. Le comte du Luc, alors seigneur de Roussillon, s'étant éclairé sur les droits des parties, débouta les habitants de leur opposition et ordonna que l'écusson armorié serait gravé de nouveau à son ancienne place. La maison Faulque de Jonquières jouissait encore d'autres privilèges, comme fondatrice de l'hospice de la Charité, et comme étant la seule noble du bourg de Roussillon. Elle fut maintenue le 4 mars 1779 par un arrêt du parlement d'Aix.

Louis Victor Faulque de Jonquières , chevalier de la Légion d'honneur et de l'ordre du Phénix de Hohenlohe, né en 1781, marié 18 octobre 1815 à Hortense Bruslé, fille d'un ancien officier supérieur, chevalier de Saint Louis, née à Saint-Domingue, dont :
  1. Philippe Auguste Victor Faulque de Jonquières, né 30 novembre 1816.
  2. Eulalie Faulque de Jonquières, mariée 8 octobre 1843 à don Carlos d'Algara, ancien chef d'escadron au service de Charles V.
Frères.

  1. Elzéar Vincent de Paul Faulque de Jonquières, marié en 1844 à Eugénie d'Arnaud, sa cousine, fille d'un ancien officier de l'armée de Condé, chevalier de Saint-Louis.

  2. Frédéric-Auguste Faulque de Jonquières, chevalier de la Légion d'Honneur, marié en 1818 à Elisabeth Sophie Fortunée Graeb, fille d'un ancien avocat au parlement de Flandre, chevalier de la Légion d'honneur; remarié en 1829 à Élisa Gordon. Du premier lit: Philippe Amédée, né en septembre 1824.

  3. Jean Baptiste Eugène Faulque de Jonquières, marié à
    Elisa de Briche, dont :
    1° Ernest, né en 1820, officier de marine.
    2° Amable, né en 1825, officier de marine.
    3° Paul, né en 1827.

  4. Eulalie Philippine, veuve du comte de Bonadona ; remariée au chevalier de Briche, ancien sous-préfet, etc.
Armes : de gueules, à deux fresnes d'or, appointés et surmontés d'un faucon du même.
Supports : deux griffons.
Couronne de comte.
Devise : In altissimis sido.

21 mai 2006

Nobiliaire de Provence : Castellane

Castellane
Annuaire de la noblesse de France 1845 page 195
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036574

Armes : de gueules, à la tour donjonnée de trois pièces d'or, celle du milieu supérieure.
La maison de Castellane est issue de ces anciens barons féodaux de Provence, qui, après avoir chassé les Sarrasins du pays, s'attribuèrent la souveraineté sur les domaines devenus le prix de leurs exploits et sur ceux qu'ils avaient reçus comme patrimoine. C'est à ce titre que les sires ou princes de Castellane, ainsi qualifiés dans les chartes des dixième et onzième siècles, possédaient la ville et depuis la baronnie de Castellane, connue depuis l'an 890. Elle est située près de Senez, sur la rive droite du Verdon, au pied d'une montagne. Trente-quatre paroisses relevaient de cette ville, qui porte encore les armes de Castellane, telles que les avait la branche de Salerne, la tour accompagnée de trois fleurs de lis d'or, deux en chef et une en pointe.

Les comtes de Provence, jaloux de la puissance et de l'autorité des barons de Castellane, ne négligèrent aucun moyen pour les soumettre. Quoiqu'ils eussent été confirmés dans leur suzeraineté et même dans l'exercice des droits réguliers par les empereurs, dont ils relevaient à cause du royaume d'Arles, il leur fallut soutenir leur indépendance par de longues guerres. En 1189, à la suite d'une campagne malheureuse, les Castellane furent contraints à rendre hommage; les comtes de Forcalquier et les princes d'Orange eurent le même sort, et tous devinrent vassaux de celui avec lequel ils traitaient auparavant d'égal égal.

Boniface Ier, sire de Castellane, vivant en 1089, est le premier auteur certain de cette maison, dont les moeurs, l'opulence et les profusions dictèrent au roi René cet adage longtemps populaire dans le pays : Dissolution des Castellane. Boniface IV, formant le sixième degré de filiation, acquit une grande célébrité par ses poésies qu'il dédia à Charles d'Anjou, comte de Provence. il accompagna ce prince à la conquête du royaume de Naples en 1264, et fut l'un des principaux seigneurs de sa nouvelle cour.

La postérité de Boniface IV est devenue si nombreuse qu'elle a formé près de trente branches, dont la plupart , celles, par exemple, des seigneurs d'Allemagne, de Salerne, de La Verdière, des comtes de Grignan, des marquis d'Entrecasteaux, etc., ne subsistent plus. Les branches des marquis de Grimaud, des seigneurs de Mazaugues, de Norante, de Majastres, de Novejean. se sont perpétuées jusqu'à nos jours.

La maison de Castellane est, après celle de Villeneuve, la famille du royaume qui a le plus fourni de chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. On en compte au moins cent qui, presque tous, moururent en possession de commanderies et d'autres dignités de l'ordre. Elle a donné à l'Eglise deux archevêques d'Arles, huit évêques et plusieurs autres prélats. Parmi les officiers supérieurs sortis de son sein , on remarque six maréchaux de camp et deux lieutenants généraux.

Elle a contracté des alliances avec les maisons d'Adhémar, de Bérenger, de Blacas, de Brancas, de Forbin, de Forcalquier, de Glandevez, de Pontevez, de Rohan Chabot, de Sabran, de Saulx-Tavannes, de Sévigné, de Villeneuve, de Villoutreys, de Linche, établie aujourd'hui en Valachie, etc.

L'ancienne baronnie de Grignan, en Provence, dont Géraud Adhémar reçut l'investiture de l'empereur Frédéric Barberousse en 1664, fut érigée en comté au mois de juin 1557 en faveur de Louis Adhémar de Monteil, baron de Grignan. Ce seigneur étant mort sans postérité, son comté passa à son neveu Gaspard de Castellane, rejeton des marquis d'Entrecasteaux. Le comte de Grignan , gendre de madame de Sévigné, appartenait à ce rameau éteint de Castellane.

La branche de Novejean a été appelée à la pairie en 1815 dans la personne de Boniface Louis André, comte de Castellane, lieutenant général, né en 1758, mort en 1837. Il avait eu de son union avec Alexandrine Charlotte Sophie de Rohan Chabot, une fille, mariée au duc d'Otrante, et un fils Esprit Victor Elisabeth Boniface, comte de Castellane, pair de France et lieutenant général, commandant la 21° division militaire, à Perpignan, né le 21 mars 1788, marié avec mademoiselle de Greffullie, dont il a, entre antres enfants : 1. Sophie, mariée le 27 juin 1836 au marquis de Contades; 2. Henri, marquis de Castellane, député, né le 24 septembre 1814, marié le 10 avril 1839 à Pauline de Talleyrand-Périgord. Une autre branche est aujourd'hui représentée par Jules, comte de Castellane, président de l'Athénée royal, marié le 7 mai 1842 avec Léonie de Villoutreys.

Armes : de gueules, à la tour donjonnée de trois pièces d'or, celle du milieu supérieure

Nobiliaire de Provence : Candolle

Notice mise à jour ici.

18 mai 2006

Nobiliaire de Provence : Bovis


Annuaire de la noblesse de France 1862 page 142
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036590

Armes : Coupé, au 1 d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois roses d'argent; au 2 de gueules, au boeuf passant d'argent.

Dessin de Sébastien Avy publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.

La famille de Bovis parait être originaire de Florence, et issue d'un noble guelfe que les Gibelins auraient obligé à chercher un asile dans les États du duc de Savoie. Suivant Augustin della Chieza et d'autres auteurs héraldiques, on trouve des nobles du nom de Bovis anciennement établis en Toscane dès le XIIe siècle. On les retrouve à Novare, à Fossan et dans le marquisat de Saluces en Piémont, ainsi qu'à Sallenches en Savoie, dès le XIVe siècle.
  1. Noble Honoré Bovis, qui de Savoie vint s'établir, vers 1497, dans la vallée de Barcelonne en Terre-Neuve (Barcelonnette, Hautes-Alpes), est l'auteur direct de la famille provençale.

  2. Isnard Bovis, son fils, ayant, en 1526, contracté mariage avec Jeanne Laviguière d'Issarens, vint habiter près d'Entrecasteaux (Var), où sa descendance s'est perpétuée jusqu'à nos jours. Il eut un fils, qui suit.

  3. Nicolas Bovis, capitaine, commandant du navire de Sa Majesté le Sebire (procuration à lui passée le 2 février 1590, à Avignon, par la comtesse de Grignan), vint s'établir en 1550 en la ville de Lorgues. De son mariage avec Marguerite Jassaud de la Mouthière il eut :

    1. Gaspard, qui suit;
    2. Jean-Baptiste, auteur de la branche d'Aix, établie ensuite à la Guadeloupe, où elle existe encore aujourd'hui. Le chef de cette branche fut admis en 1819 dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, après avoir fait ses preuves de noblesse.

  4. Gaspard Bovis, Ier du nom, capitaine, contracta mariage, vers 1560, avec Marguerite Rodeillade, dont il eut :

    1. Octave, qui suit;
    2. César, auteur de la branche de Moustiers (Basses Alpes), qui s'est éteinte vers 1825. Ce dernier est titré d'écuyer et conseiller du roi dans une transaction du 1er juin 1626; il est aussi qualifié de noble par le roi dans ses lettres de provision de viguier de la ville de Moustiers, en 1627.

  5. Octave Bovis, écuyer, fut maintenu dans sa noblesse par une sentence du juge royal de Lorgues, en 1625, dans un procès qu'il soutint contre les capitaines Fournier. Il fut consul de la ville de Lorgues, et laissa un fils, qui suit.

  6. Gaspard II Bovis épousa, le 8 février 1649, Jeanne Meissonnier d'Ampus, fille de Melchior et de dame Antoinette de Pasquet.

  7. Esprit Ier Bovis, fils de Gaspard II, fut conseiller du roi, commissaire aux revues des troupes de Sa Majesté, et fit enregistrer, en 1697, ses armes dans l'Armorial général de France, recueil officiel dressé par ordre de Louis XIV. De son mariage, contracté le 20 juillet 1683, avec Madeleine de Laurens, il eut un fils, qui suit.

  8. Esprit II Bernard de Bovis, écuyer, conseiller du roi, commissaire aux revues des troupes de Sa Majesté, viguier et premier capitaine pour le roi des ville et viguerie de Lorgues, chevalier du guet, etc., épousa, le 14 mai 1728, à Marseille, Françoise de l'Aigle, fille de noble César et de dame Antoinette de Parédès (Espagne), dont il eut deux fils :

    1. Esprit III Joseph, qui continua la descendance;
    2. Antoine César, capitaine de dragons chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, dont il n'existe aujourd'hui aucune postérité mâle.

  9. Esprit III Joseph de Bovis, écuyer, maire et premier consul de la ville de Lorgues, a figuré en ces qualités comme député de la communauté de Lorgues à l'assemblée des états de Provence tenus à Lambesc en 1780. Il avait épousé, le 1er juin 1759, à Fayence, Anne-Marie de Robert d'Escragnolles, fille de messire Louis de Robert, seigneur comte d'Escragnolles, et de dame Catherine de Théas d'Andon. Il en eut un fils, qui suit.

  10. Esprit IV Bernard de Bovis, écuyer, maire de la ville de Lorgues, obligé d'émigrer pendant la période révolutionnaire, vit tous ses biens confisqués et vendus. Après la restauration, il fut nommé par Sa Majesté Louis XVIII sous-préfet de Grasse et chevalier de la Légion d'honneur. Il épousa le 6 mars 1788 Marie Macrine de Catelin, fille de noble Thimothée de Catelin, lieutenant particulier civil et des soumissions en la sénéchaussée de Marseille, et de Claire Françoise de Mémuzat. De cette union est issu un seul fils qui suit.

  11. Esprit V Benoît Gustave de Bovis, écuyer, épousa, le 8 octobre 1817, à Aix, Marie Louise Josèphe de Bovis-Beauvoisin, sa cousine au quinzième degré. De ce mariage sont issus et vivants :

    1. Esprit Joseph Edmond de Bovis, officier de marine, *, marié en 1850 à Emily Dring-Lansdal, de Brighton (Angleterre), dont il a : a. Esprit Jean-Bernard, né 2 novembre 1854; b. Louis François David, né 10 février 1853; c. Pauline Marie Josèphe, née 12 janvier 1855; d. Joseph Edric Henri, né 3 novembre 1857; e. Benoît Roger Stanislas, né 23 avril 1858; f. Paul Raymond Robert, né 14 juillet 1859; g. Emmy Sophie Lamberte Philomène, née 17 septembre 1860.
    2. Marie-Louise Berthe, mariée, le 20 janvier 1842, à Marseille, avec M. de la Paquerie.
    3. Louis Paul Robert, marié, le 9 février 1861, à Lisle (Vaucluse), avec Mathilde de Casal.
    4. Henri Etienne Léopold, marié, le 1er mai 1864, au Teil (Ardèche), avec Gabrielle d'Hilaire de Jovyac.
Armes : Coupé, au 1 d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois roses d'argent; au 2 de gueules, au boeuf passant d'argent.


Couronne : de comte.


Supports : deux lions.


Devise : DEVOIR QUAND MÊME.

Compléments envoyés par Robert Bérard le 12/01/2011. Merci Mr Bérard.

- BOVIS Marie Louise Antoinette Berthe, née à Grasse 06 le 3/2/1820 épouse le 22/12/1842 ( pas le 20 ) à Marseille LEFEBVRE de la PAQUERIE, enseigne de vaisseau, né à Brest le 20/8/1813 fils de Étienne Jérôme, propriétaire et maire de Plougastel 29 et de BARAZER Marie Rose Joséphine

- BOVIS Henry Étienne Léopold né à Lorgues 83 le 9/6/1824 épouse à Le Teil 07 le 30/4/1861 ( pas le 1/5/1864 ) Gabrielle Mélanie d'HILAIRE de JOVYAC née à Bourg St Andéol 07 le 21/3/1828 fille de Alexandre Balthazard, propriétaire et de Marie Louise Anne Azéline DAUPHIN de VERNA

17 mai 2006

Blasons du nobiliaire de Provence

Ces derniers jours, j'ai modifié les articles de l'été 2005 sur le nobiliaire de Provence pour y ajouter les blasons d'HéraldiqueGenWeb. Même si vous connaissez déjà ces pages, je vous invite à le revoir à nouveau pour y découvrir les blasons. Articles mis à jour pour le moment :
Au passage, j'ai relevé quelques notices manquantes que j'essaierais de publier dans les jours ou semaines à venir :
Tags :

14 mai 2006

Etienne et Louis de Bologne, abbés de Livry en l'Aunois

La France Pontificale
Archidiocèse de Paris
par Honoré Fisquet
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N204178
page 481
33. -- ETIENNE II DE BOLOGNE, issu d'une famille italienne qui était venue s'établir en Bassigny, aux environs de Chaumont, fut chapelain ordinaire de Henri III qu'il confessa au moment de sa mort, remplit les mêmes fonctions auprès de Henri IV. Il est indiqué comme abbé de Livry dans un décret qui porte la date de 1597, et qui avait pour but l'autorisation d'aliéner six arpents de terre aux seigneurs de Torigny et de Manette, afin de compléter le subside concédé au roi par le Saint-Siège en 1586. Etienne était aussi prieur de Sainte-Catherine du Val des écoliers, à Paris, et jouit de ce titre jusqu'au 16 février 1603.

34. -- LOUIS DE BOLOGNE, frère du précédent. Né comme lui au Plan, près de Barcelonnette, en Provence, il lui succéda comme abbé de Livry le 10 juin 1598. Il fut aussi, du 9 mai 1603 à 1618, prieur commendataire de Sainte-Catherine du Val des Ecoliers de Paris; il avait en outre la charge d'aumônier du dauphin. Antoine son frère, évêque de Digne, le choisit pour coadjuteur, mais une paralysie dont il fut alors, atteint et qui se trouva incurable, ne lui, permit pas de recevoir l'onction épiscopale, même après la mort de son frère Antoine, arrivée le 24 septembre 1615. Louis de Bologne se fit donner pour coadjuteur un de ses neveux, appelé Raphaël, et mourut à Nogent, en Champagne, au mois de février 1628.

La maison d'Audiffret (X)

1er RAMEAU DE LA 6e BRANCHE,
ETABLIE A LAMBESC ET QUI FOURNIT CEUX DE LA MARTINIQUE ET DE CAYENNE.

X. ANDRE D'AUDIFFREDI, chevalier, second fils de Jean-Gaspard d'Audiffret et de Mathieuve Nicole mentionnés page 237, conserva le nom primitif d'Audiffredi, et épousa à Lambesc, par contrat du 5 septembre 1574, Catherine Arquier de laquelle il laissa :

XI. JEAN D'AUDIFFREDI, chevalier, qui épousa en 1599 Honorade de Caisan, de laquelle il eut :

XII. JEAN-JOSEPH D'AUDIFFREDI, qui épousa le 17 janvier 1638 Marie Chapus; il laissa d'elle :

XIII. ARNAUD D'AUDIFFREDI, lieutenant des vaisseaux du roi, capitaine d'une compagnie franche de la marine, chevalier de l'ordre de Saint-Louis, nommé le 29 décembre 1592, capitaine des vaissseaux du roi ; il épousa à Oléron, le 8 novembre 1691, Madeleine de Bourges, et est mort à Rochefort ; il laissa de sa femme :

  1. Joseph Arnaud, dont l'article suivra
  2. Jacques Alexandre, qui fonda le deuxième rameau de la sixième branche rapporté page 240.

XIV. JOSEPH-ARNAUD D'AUDIFFREDI, né à Oléron, épousa à la Martinique Marie de Champion de Vaucourtois ; il laissa de ce mariage:
  1. Louis Joseph, dont l'article suit
  2. Louis-François;
  3. Marie-Charlotte.
XV. LOUIS-JOSEPH D'AUDIFFREDI, capitaine de dragons dans les troupes nationales de la Martinique, s'y est marié, et a eu plusieurs enfants.

2e RAMEAU DE LA 6e BRANCHE,
ETABLI A CAYENNE.

XIV. JACQUES-ALEXANDRE D'AUDIFFREDI, chevalier, second fils d Arnaud, mentionné ci-devant, page 239, et de Madeleine de Bourges, né à Oléron, major d'un régiment d'infanterie et chevalier de l'ordre de Saint-Louis. Il épousa à Cayenne Élisabeth Leroux, fille du colonel de la milice de cette île, le 1er juillet 1731 ; il eut de ce mariage :
  1. Michel-Ange, dont l'article suivra
  2. Louis Alexandre Arnaud, mort enseigne des vaisseaux du roi;
  3. Marie-Anne, qui épousa Claude François de Karekoro, capitaine d'infanterie, à Cayenne;
  4. Rose Elisabeth, mariée à Jean Paul Michel, comte de Tersac, et baron de Saint-Martin, proche de Toulouse ;
  5. Madeleine Thérèse, qui fut mariée à Jean François de Regis-Couraut, conseiller du conseil supérieur de la marine, à Cayenne;
  6. Félicité.
XV. MICHEL-ANGE D'AUDIFFREDI, chevalier, capitaine d'infanterie des troupes nationales de Cayenne.

3e RAMEAU DE LA 6e BRANCHE,
DIT DES SEIGNEURS DE BEAUCHAMPS.

XI. JEAN D'AUDIFFRET, chevalier, second fils d'autre Jean d'Audiffret mentionna ci-dessus page 237, et de Jeanne de Sigaud, épousa en 1598 Françoise de Tributiis, d'une très ancienne et illustre famille, et nièce, par sa mère, du cardinal Antoine Pèlegrin ; de ce mariage vinrent :
  1. Antoine, dont l'article suivra
  2. Jean, marié, en 1638, à Anne de Brunet, de laquelle il eut : A. Antoine, qui épousa Marguerite Leblanc qui le rendit père de Guillaume, qui épousa N. de Montgrand, et mourut sans postérité en 1731.
XII. ANTOINE D'AUDIFFRET, chevalier, épousa, en 1630, Octavie de Pioule, de laquelle il eut :
  1. Pierre, dont, l'article suit
  2. Gaspard, prêtre de l'Oratoire.
XIII. PIERRE D'AUDIFFRET, chevalier, fit l'acquisition de la terre et seigneurie de Beauchamps dans la viguerie de Forcalquier, et épousa, en 1680 Marie-Thérèse de Rians, fille de Boniface, conseiller à la cour des comptes d'Aix et de Jeanne de Beaufort, dont il a eu :
  1. François, de l'Ordre des frères prêcheurs, prieur du couvent d'Aix, mort en donnant ses soins aux pestiférés, dans l'année 1721 ;
  2. Etienne, dont l'article suivra;
  3. Christophe, prêtre de l'Oratoire ;
  4. Joseph, mort sans alliance;
  5. Marie, religieuse à Saint-Barthélemy d'Aix;
  6. Une autre Marie, religieuse Bernardine à Manosque;
  7. Thérèse, religieuse à Sainte-Marie de Sisteron;
  8. Marie-Anne, morte sans alliance.
XIV. ETIENNE D'AUDIFFRET, chevalier, seigneur de Beauchamps, gouverneur pour le roi de la ville de Manosque, a épousé, en 1698, Raimonde de la Boulie, fille de Libéral de la Boulie, secrétaire du roi, et de Marie-Anne de Souchon d'Esproux, dont il eut :
  1. Etienne Christophe, dont l'article suivra
  2. Scipion, aumônier ordinaire de la maison du roi, en avril 1772, abbé commendataire et baron de la Bloutiêre, en basse Normandie, dès 1763 chanoine de l'Église de Meaux, prieur, seigneur de Douges et de Saint-Gildas de Haute-Perche, et vicaire général du cardinal Ottoboni ;
  3. Jean Libéral, capitaine au régiment de Tallard, mort en 1739 au Quesnay;
  4. Marie-Anne, alliée avec Jean de Bourguignon, seigneur de la Marre;
  5. Lucrèce, morte abbesse de Sainte Claire de Manosque.
XV. ETIENNE CHRISTOPHE D'AUDIFFRET, chevalier, seigneur de Beauchamps, lieutenant au régiment de Tallard, épousa Marie de Bessière, dont il eut :
  1. Philippe Scipion, mort officier de marine, sans alliance, après avoir été page de la petite écurie du roi, en 1747, sur preuves de noblesse d'ancienne extraction, dressées par M. d'Hozier;
  2. Paul, dont l'article suivra;
  3. Joseph Honoré, officier dans les gardes du corps du roi; épousa Madeleine Marguerite Delphine Angélique d'Aiminy, de laquelle il eut Joseph, Scipion et Marie, morts en bas âge.
XVI. PAUL D'AUDRIFFRET, seigneur de Beauchamps, épousa Marie Elisabeth de Raffini, dont il eut :
  1. Louis, qui suivra;
  2. Jeanne Julie.
XVII. Louis D'AUDIFFRET, chevalier.

Blason de la famille de Audiffret sur HeraldiqueGenWebArmes : d'or, au chevron d'azur, chargé de cinq étoiles d'or, et accompagné en pointe d'une montagne de trois coupeaux de sable, celui du milieu surmonté d'un faucon du même, la tête contournée et sa patte dextre levée; à la bordure componée d'or et de sable de 28 pièces.

Couronne : de comte, surmontée d'un fer de flèche d'or.

Supports : deux faucons; l'écu de forme ovale, orné de branches de laurier et d'olivier, de sinople.

Tags :

La maison d'Audiffret (IX)

6e BRANCHE,
ETABLIE A AIX ET MANOSQUE EN PROVENCE.

IX. JEAN-GASPARD D'AUDIFFRET, chevalier ; sixième fils de Pierre d'Audiffret premier du nom, gouverneur de Lérida et d'Antoinette de Barallier mentionnés page 203; il s'établit à Aix en Provence, et y épousa, le 18 mai 1528, Mathieuve de Nicole de laquelle il eut :
  1. Jean, qui suit;
  2. André, qui a forma le premier rameau de la sixième branche, lequel sera rapporté immédiatement, page 238;
  3. Esprit, qui fit une branche qui s'éteignit au commencement du dix-huitième siècle.
X. JEAN D'AUDIFFRET, chevalier, se retira à Manosque, et y épousa Jeanne de Sigaud de laquelle il eut :
  1. Pierre, dont l'article suit;
  2. Jean, auteur du troisième rameau, dit des seigneurs de Beauchamps, rapports plus loin page 241.
XI. PIERRE D'AUDIFFRET, chevalier, qui servit avec distinction dans les armées françaises, et y fut connu sous le nom du capitaine d'Audiffret. Il épousa : 1. en 1594, Marguerite de Sébastiane ; 2. Madeleine de Rodulphe. Il laissa du premier lit :
  1. Jean Antoine, dont l'article suivra;
  2. Du second lit, François d'Audiffret, qui fit l'acquisition de la terre de Saint-Jaume, et épousa Anne de Castellanne. Sa postérité s'éteignit à la troisième génération.
XII. JEAN-ANTOINE D'AUDIFFRET, chevalier, épousa en 1627 Jeanne d'Hostager de laquelle il laissa :

XIII. PIERRE D'AUDIFFRET, chevalier, épousa Louise de Jouffrey, cousine germaine du marquis de Savine, lieutenant général des armées du roi. De ce mariage vinrent :
  1. Antoine, dont l'article suit;
  2. Joseph,
  3. Pierre,
  4. Ignace,
  5. Alexandre,
  6. Hortense,
  7. Françoise
  8. et Marie.
XIV. PIERRE-ANTOINE D'AUDIFFRET, chevalier, major d'un régiment d'infanterie; puis, en 1720, commandant des troupes destinées à garder les lignes pour empêcher la communication de la haute Provence avec la basse, dans le temps de la peste; il fut chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis; il avait épousé N. de Milon, de laquelle il laissa :

XV. PIERRE D'AUDIFFRET, chevalier de Saint- Louis, capitaine de grenadiers au régiment de Gondrin; il fixa sa résidence à Lyon à sa sortie du service.

A suivre : RAMEAUX DE LA 6e BRANCHE.

Tags :

La maison d'Audiffret (VIII)

2e RAMEAU DE LA 5e BRANCHE DIT DES MARQUIS DE GRÉOUX, QUI SE FOND PAR LES FEMMES DANS LA MAISON D'ALBERTAS.

XIII. HONORÉ D'AUDIFFRET, chevalier, marquis de Gréoux, second fils d'Étienne, mentionné page 231, et de Françoise d'Antoine, succéda à sa branche, par la mort de Jean-Paul, qui ne laissait pas d'héritiers; il épousa N. de Varage, soeur du baron d'Allemagne, et eut les enfants qui suivent :
  1. Jean-Baptiste, dont l'article viendra;
  2. Joseph Simon, marquis. d'Audiffret, lieutenant des vaisseaux du roi et chevalier de l'ordre de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de Saint-Lazare, reçu le 8 février 1762;
  3. et 4. Théodore et Charlotte.
XIV. JEAN-BAPTISTE D'AUDIFFRET, chevalier, marquis de Gréoux, né le 4 mai 1714, épousa Madeleine de Villeneuve, fille de Louis Sauveur Jacques de Villeneuve, marquis de Forcalquier, ambassadeur à la Porte Ottomane; de ce mariage, il ne vint que deux filles :
  1. Marie Thérèse Henriette d'Audiffret, mariée à Jean-Baptiste Boniface d'Albertas de Joucques.
  2. Charlotte Constance.
A suivre : 6e BRANCHE, ETABLIE A AIX ET MANOSQUE EN PROVENCE.

Tags :

13 mai 2006

La maison d'Audiffret (VII)

1er RAMEAU DE LA 5e BRANCHE.

XII. Louis D'AUDIFFRET, chevalier, fils de Louis d'Audiffret, et de Anne de Cornier, sa femme, mentionnés page 231, fut élu, second consul de la ville de Marseille en 1635; il fonda, conjointement avec son frère Etienne, à l'observance de Saint François de Marseille, le 17 avril 1657, une chapelle, sous la réserve de présentation par leurs descendants; l'un et l'autre furent, également maintenus dans leur noblesse d'ancienne extraction, par jugement du 29 novembre 1668. Il est auteur d'un ouvrage intitulé : De l'immuable fidélité de la ville de Marseille; il avait épousé, le 13 novembre 1653, Louise d'Arène, de laquelle il laissa:
  1. François, mort garde du corps du roi;
  2. Marcellin, chanoine de Saint-Victor;
  3. Théodoric, marié à N. de Pont le Roi, et mort sans postérité;
  4. Jean-Baptiste, dont l'article suit;
  5. et 6. Deux filles religieuses.
XIII. JEAN-BAPTISTE D'AUDIFFRET, chevalier, qui parcourut avec honneur la carrière diplomatique, et fut successivement envoyé extraordinaire de France à Mantoue, à Parme, à Modène, en 1700 et 1701 ; puis enfin auprès du roi de Pologne Stanislas, duc de Lorraine; il mourut à Nancy, le 9 juillet 1733, âgé d'environ 76 ans. Il avait employé ses loisirs à l'étude des sciences géographiques, et publia, en 1689, la première partie de la Géographie ancienne, moderne et historique, qui ne renferme que l'Europe. Dans cet ouvrage, l'auteur combine les événements de l'histoire avec la description des lieux, et par cette méthode, nouvelle alors et perfectionnée depuis, donne à la science un degré d'intérêt qu'elle ne peut attendre d'une nomenclature sèche et aride. Il avait épousé à Nancy, pendant qu'il fut envoyé auprès de Léopold, duc de Lorraine, N. de Persuillac, d'une des plus nobles familles du Quercy, établie en Lorraine depuis plus d'un siècle.

A suivre : 2e RAMEAU DE LA 5e BRANCHE DIT DES MARQUIS DE GRÉOUX, QUI SE FOND PAR LES FEMMES DANS LA MAISON D'ALBERTAS.

Tags :

La maison d'Audiffret (VI)

5e BRANCHE
DONT LES MARQUIS DE GRÉOUX ÉTABLIS À MARSEILLE.

  1. GUILLAUME D'AUDIFFRET, chevalier, cinquième fils de Pierre d'Audiffret, premier du nom, gouverneur de Lérida, et d'Antoinette de Barallier, mentionnés page 201, s'établit à Marseille, et épousa Madeleine de Tourrel ; il fit son testament, en 1558, en faveur de Guillaume, Jacques et Pierre, ses fils, qu'il substitua l'un à l'autre, et institua pour sa légataire Madeleine de Tourrel, alias Turrel, sa femme, et fut père de:
    1. Guillaume;
    2. Jacques, tous deux désignés héritiers dans le testament de leur père; il paraît qu'ils moururent sans alliance;
    3. Pierre, dont l'article suit.
     
  2. Pierre D'AUDIFFRET, chevalier, qui épousa, 26 octobre 1569, Isoarde de Félix de la Reynarde, dont il eut:
    1. Jacques, qui entra au service, et mourut sans alliance;
    2. Louis, dont l'article suit;
    3. et 4. Marguerite et Suzanne.
     
  3. Louis D'AUDIFFRET, consul de Marseille, en 1634, et marié, le 28 février 1612, avec Anne de Cornier, de la ville de Marseille; de ce mariage vinrent:
    1. Etienne, dont l'article suivra;
    2. François, chanoine de Saint-Victor, à Marseille;
    3. Jean Baptiste, aussi chanoine de Saint Victor;
    4. Louis, qui a fondé le premier rameau de cette cinquième branche, rapporté page 234;
    5. Catherine, mariée, le 24 juin 1648, avec Louis d'Aymer de Pierre-Rue;
    6. Jeanne., qui. épousa, le 23 février 1656 Guillaume de Seguiran.
     
  4. ÉTIENNE D'AUDIFFRET, chevalier, fit ses preuves d'ancienne noblesse, par devant les commissaires départis par le roi, lors de la recherche de 1668, et en obtint un jugement de maintenue le 29 novembre de la même année. Il fonda, conjointement avec son frère Louis, à l'observance de Saint-François, de Marseille, le 17 avril 1657, une chapelle, sous réserve de présentation par leurs descendants; il fit son testament le 16 mars 1680, et avait épousé 1. le 17 mai 1648, Anne de Beissan; 2. le 13 juin 1653, Françoise d'Antoine, fille de Jérôme d'Antoine, conseiller au parlement d'Aix, et laissa de ce dernier mariage:
    1. Jérôme, dont l'article suit;
    2. Honoré, marquis de Gréoux, chef du deuxième rameau de cette cinquième branche, qui sera rapporté page 235.
    3. Louis, mousquetaire en 1681, enseigne, puis lieutenant au régiment des gardes françaises, le 28 septembre 1683; il servit au siège de Courtray, la même année à l'armée qui couvrit le siège de Luxembourg en 1684; passa sous lieutenant de la Compagnie Colonelle, le 14 février 1686; se trouva à l'attaque de Valcourt, en 1690; fut fait sous-aide major le 28 janvier 1690; combattit à Fleurus au mois de juillet; servit au siège de Mons en 1691, à celui de Namur et à la bataille de Steinkerque en 1692, à la bataille de Neerwinde au mois de juillet 1693, passa à une lieutenance le 2 septembre, et servit au siège de Charleroy au mois de novembre; il était à la marche de Vignamont, au Pont d'Espierre, en 1694; au siège de Bruxelles en 1695, en Flandre en 1696 et 1697, et ayant été fait aide major le 25 février 1698, il servit en cette qualité au camp de Compiègne au mois d'août; en Flandre en 1701, au combat de Nimègue en 1702, à celui d'Eckeren en 1703; en Flandre en 1704; obtint, le 22 mars 1705, une commission pour tenir rang de colonel; se trouva à la bataille de Ramillies en 1706, et passa à une compagnie le 18 juillet 1707; il la commanda à la bataille de Malplaquet en 1709, aux sièges de Douai, du Quesnoy et de Bouchain en 1712, à ceux de Landau et de Fribourg en 1713; brigadier des armées du roi, par brevet du 1er février 1729, et fut fait gouverneur du château d'If, par provision du 10 juin 1729, en quittant sa compagnie, qui fut donnée à M. de Chaumont. Il mourut dans son gouvernement le 5 mai 1744, âgé de 82 ans. Par acte du 16 mars 1695, il donna à Jérôme, son frère, quittance de son legs au testament de son père, du 16 mars 1680;
    4. Théodorique, mariée à M. de Bausset.
     
  5. JÉRÔME D'AUDIFFRET, chevalier, né le 14 mai 1654; il fit l'acquisition de la baronnie de Gréoux, qui fut érigée en marquisat, par lettres patentes du mois de septembre 1702; il avait été pourvu, le 26 avril 1686, de l'office de conseiller du roi, lieutenant général civil et criminel de la marine et de l'amirauté des mers du Levant au siège de Marseille; il épousa, le 21 juillet 1678 Marguerite de Foresta, dont:
    1. François Étienne, mort jeune;
    2. Jean-Paul, dont l'article suit.
     
  6. JEAN-PAUL D'AUDIFFRET, chevalier, baron de Gréoux, né le 11 février 1683, fut reçu page du roi dans la grande écurie; le 10 décembre 1698, d'après ses preuves de noblesse, faites par devant le seigneur d'Hozier, juge d'armes de France. Il mourut sans postérité, en décembre 1699.

A suivre : 1er rameau de la 5e branche.
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+