30 septembre 2006

Veille généalogique avec Google Reader

Avec Google Reader, je peux voir dans un unique écran tous les nouveaux messages des blogs généalogiques qui m'intéressent (je ne les ai pas encore tous mis ;-)). Pour essayer, allez voir : http://www.google.com/reader

Cliquer sur l'image ci-dessous pour la voir en grand.

Google Reader

Pour en savoir plus :

AD 13 Archives en ligne des Bouches-du-Rhône

La série des mises en ligne continue... Cette fois-ci, ce sont les AD 13 qui rendent accessibles leurs registres paroissiaux et d'état-civil et leurs tables décennales. Pour y aller directement, l'adresse est : http://www.archives13.fr/dorisuec/jsp/login.jsp

26 septembre 2006

Capissuchi-Bollogne en Haute-Marne

Capizucchi-Bologne : d'azur à la bande d'orNotre ami Gérard Planson a trouvé (aux AD de Lille) des infos intéressantes sur la famille Capizucchi de Bologne en lisant le répertoire de la série F des AD de Haute-Marne.

Série F 691 Archives départementales de Haute-Marne
CAPISSUCHI-BOLLOGNE 1595-1735
1ère mention 1595
Lettres closes donnat "sauvegarde à Claude, Jean, Pierre et Lois de BOLLOGNE frères et André de Bollogne leur cousin en faveur de notre amé et féal conseiller Aumosnier Me Estienne DE BOLLOGNE ...." pour leur maisons assises dans la vallée de Barcelone en terres neuves, Le Plan , Aci, Manosque et autre lieux, etc. (traces de sceaux plaqués Paris 1595 21 février).

Merci Gérard. Il ne reste plus qu'à se rendre aux AD de Haute-Marne pour accéder au contenu ;-)

Il était déjà question de ces personnages dans les articles suivants :


23 septembre 2006

Dauphiné : Branche des seigneurs de la Porte, dite de l'Artaudière

Source : Nobiliaire universel de France, tome 1.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36861f/f383.item

Armes : De gueules à la croix d'or.

Tags :
de la PorteBranche des seigneurs de la Porte, dite de l'Artaudière.
  1. Falcon DE LA PORTE, Ier du nom de cette branche, chevalier, était fils puîné d'Humbert de la Porte, Ier du nom, damoiseau d'Eydoche, et de Jeanne d'Arces. Il épousa, le 20 octobre 1450, noble Françoise de Blanc, proche parente de Julien de la Rovère, élu pape sous le nom de Jules II, et fille d'Antoine de Blanc, et de Peyronne Rolland. Il testa le 15 avril 1465, et laissa de son mariage :
    1. André, qui suit ;
    2. Antoinette ;
    3. Jeanne ;
    4. Anglantine, toutes trois mariées, sans que le nom de leurs maris se soit conservé ;
    5. Claudine.

  2. André DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur de l'Artaudière, Saint-Lattier, la Forteresse et autres lieux, épousa, le 20 octobre 1483, noble Philippine Artaud, veuve de noble Pierre de Maubec, et fille de Guillaume Artaud, et Guigonne de Quincieu. Il testa le 19 avril 1517, et laissa de son mariage :
    1. Guigues, dont l'article suit ;
    2. Charles de la Porte, seigneur de Saint-Varan marié en 1529, à Marguerite du Monset ;
    3. Françoise, religieuse à Saint-Just de Romans ;
    4. Autre Françoise, mariée le 21 juin 1552, à noble Claude de Chaponay de Saint-Bonet ;
    5. Marguerite, mariée à noble et puissant homme Guillaume de Gottefrey.

  3. Guigues DE LA PORTE, chevalier, seigneur de l'Artaudière et autres lieux, épousa, le 5 décembre 1516, Guigonne de Salvaing, fille de Georges de Boissieux de Salvaing et de Claudine de Guiffrey. Il testa le 30 octobre 1539, et laissa :
    1. André, qui suit ;
    2. Philippine, religieuse à Laval ;
    3. Lionnette, mariée à noble Jean de Moreton de Chabrillan. Ils eurent entre autres enfants Murianne de Chabrillan, qui épousa le 17 novembre 1613, Vital de Narbonne-Pelet, baron de Combas.

  4. André DE LA PORTE, IIe du nom, chevalier, seigneur de l'Artaudière, Saint-Lattier, la Forteresse, etc., gentilhomme de la chambre du roi et chevalier de son ordre, fut grand homme de guerre, et soutint, suivant l'historien Chorrier, le choc de ceux de la religion pendant plusieurs années. Le roi l'employa aussi, en 1516, dans des négociations entre les catholiques et les réformés ; et il obtint par son grand crédit, en 1568, que les murailles de Saint-Marcellin ne seraient pas démolies. Le dauphin d'Auvergne, gouverneur pour le roi en Dauphin, le chargea, en 1574 de traiter de la paix avec Saint-Romain, qui commandait dans le Languedoc. André de la Porte servit sous les rois François Ier, Henri II, François II, Charles IX, Henri III et Henri IV. Il reçut de ces divers monarques des lettres flatteuses qui attestent l'estime qu'ils avaient pour lui et le prix des services qu'il leur avait rendus. Charles IX lui envoya le cordon de son ordre, le 1er octobre 1568. Il testa le 20 août 1586, et avait épousé, le 14 janvier 1546, Murcianne de Guiffrey, fille de noble Claude de Guiffrey et de Gabrielle de Beaumont. De ce mariage vinrent :
    1. Claude de la Porte, seigneur de l'Artaudière, lequel épousa Louise de Prunier de Saint-André, fille d'Artus de Prunier, marquis de Virieu premier président du parlement de Provence, puis de celui de Dauphiné, et d'Honorade de Simiane de la Coste. Il testa le 16 février 1639, et ne laissa pas de postérité ;
    2. Antoine, dont l'article suit ;
    3. Anselme, qui n'a pas été marié ;
    4. Lucrèce, mariée le 5 novembre 1580, à noble Jean d'Iseran, seigneur de la Grange.

  5. Antoine DE LA PORTE, chevalier, seigneur de l'Artaudière et autres lieux, épousa, le 7 janvier 1602, Catherine de Bressieu, fille de noble Louis de Bressieu et de Marguerite de Revel. Il testa le 28 mai 1629, et laissa :
    1. Jean, dont l'article suit ;
    2. Claude de la Porte, seigneur de Saint-Véran ;
    3. Antoine, mort sans alliance ;
    4. Louise, mariée le 3 février 1627, Claude de Morard d'Arces ;
    5. Murcianne ;
    6. Marguerite, mariée au seigneur de Grollée.

  6. Jean DE LA PORTE, chevalier, seigneur de l'Artaudière, Saint-Véran et autres lieux, épousa, le 1er août 1647, Laurence de Simiane, fille de messire Claude de Simiane, président au parlement de Dauphiné, et de Louise de Faure de Saint-Sylvestre de Vercours. Il eut de ce mariage :
    1. Joseph de la Porte, capitaine au régiment des Cravattes, marié, le 4 mars 1681, à noble Marianne d'Aviti, seigneur de Mont-Martin, et de Marie du Puy de Murinais. Il n'y eut point d'enfants de ce mariage et Joseph de la Porte étant mort avant son père, ce fut Claude Mathias qui succéda ;
    2. Claude Mathias, dont l'article suit.

  7. Claude-Mathias DE LA PORTE, chevalier, marquis de l'Artaudière, épousa, le 19 mai 1695, Justine Heyrand de Saint-Marcel, fille d'Etienne Heyrand de Saint-Marcel conseiller au parlement de Grenoble, et de Françoise de Brenier. Ce fut en 1729 qu'eut lieu l'érection de la terre et seigneurie de Saint-Lattier, sous le nom de marquisat de l'Artaudière, en faveur de Claude-Mathias, qui testa le 11 avril 1728, et laissa :
    1. Claude Joseph François, qui suit ;
    2. Justine Angélique, mariée à Nicolas de Vachon de Briançon, marquis de Belmont ;
    3. Marie-Laurence Anise, abbesse des Hayes en Dauphiné ;
    4. Catherine Pulchérie ;
    5. Françoise Gabrielle ;
    6. Marie Renée ;
    7. Paule Henriette Nicole, toutes quatre religieuses.

  8. Claude Joseph François DE LA PORTE, chevalier, marquis de l'Artaudière, seigneur de Saint-Lattier; la Forteresse, et autres lieux, épousa, le 19 septembre 1796, Elisabeth de Montchenu, fille de Nicolas de Montchenu (1), et d'Anne de Vauconcourt de Naillac. De ce mariage vinrent :
    1. Joseph Nicolas, qui suit ;
    2. Jean Laurent de la Porte, comte de Saint- Pierre et de Saint-Chef, de Vienne, vicaire général de Toulouse, vivant ;
    3. Antoine François, lieutenant des vaisseaux du roi ;
    4. Angélique Joséphine Adrienne, mariée, en 1767, à Louis, marquis de Lattier, seigneur de Bayanne, colonel du régiment de Bretagne, vivante, dont une fille mariée au comte de Rochefort d'Ally ;
    5. Antoinette, mariée, en 1779 à Pierre-Paul d'Ambois, baron de Naillac, chevalier de l'ordre de Saint-Louis, et ambassadeur près le prince de Deux-Ponts et la république de Gênes.

  9. Joseph Nicolas DE LA PORTE, chevalier, marquis de l'Artaudière, seigneur de Saint-Lattier, Saint-Etienne, Montaigne, Quincivet, la Forteresse et autres lieux, a été page du roi, officier supérieur dans l'ancienne gendarmerie de France, marié à demoiselle Marie Joséphine Gabrielle Victoire Emé de Marcieu, marquise de Montmiral, baronne de Crepol, fille de Pierre Emé, marquis de Marcieu, lieutenant général des armées du roi, et grand-croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, gouverneur des villes et citadelle de Grenoble, et commandant pour le roi dans la province de Dauphiné, et de demoiselle de Prunier de Saint-André, vivants.
Armes : « de gueules à la croix d'or. »
Devise : « Pur elle tout mon sang. »
(1) Claude de Montchenu, fils d'Amédée de Montchenu, mourut en 1122, dans la Terre Sainte. Son tombeau et ses armes se voyaient dans l'église de Saint Jacques le Mineur, aux portes de Jérusalem. Hic jcet Claudius Montecanutus obiit ann. M. C. XXII. Antoine de Montchenu, chambellan du roi Charles VIII, l'accompagna à Naples. Marin de Montchenu, premier maître d'hôtel du roi François Ier, le suivit à Madrid, vendit une partie de ses terres pour lever et équiper 6000 Suisses pour le service du roi, fut enterré, en mémoire de ses services, dans l'église de Saint-Denis. Georgette de Montchenu, mariée à Humbert de Batanay, favori et chambellan du roi Louis XI, fut grand'mère de Diane de Poitiers, comtesse de Brezé, puis duchesse de Valentinois.

22 septembre 2006

Dauphiné : Branche des seigneurs de la Porte, dite de Bocsosel-Montagneux

de la PorteSource : Nobiliaire universel de France, tome 1.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36861f/f383.item

Armes : De gueules à la croix d'or.
Branche des seigneurs de la Porte, dite de Bocsosel-Montagneux.

  1. François DE LA PORTE Ier du nom de cette branche, chevalier, seigneur de Bocsosel, Montagneux, etc., était cinquième fils d'Aymard de la Porte Ier du nom, et de Catherine de Virieu. Il fut député, par les états de la province, vers le roi Henri III, pendant son séjour en Dauphiné en 1572. Il épousa, 1.° le 5 janvier 1571, Louise de Catinel, fille de noble Louis de Catinel seigneur de Doissin et de Saint-Pierre, et de Jacqueline de Vallin ; 2.° le 20 mars 1599, Antoinette de Boissac, fille de noble Pierre de Boissac , seigneur d'Avernois, et de Marie Athaud de Licieudegage. Il laissa du premier lit :
    1. Jean-Baptiste de la Porte, capitaine au régiment de Seault, lieutenant des gendarmes de Mgr. Gaston, duc d'Orléans, qui l'honorait d'une affection particulière ; il épousa Jeanne de Vallin, de laquelle il laissa : 1.° François, capitaine au régiment de Seault, mort sans postérité en 1648, 2.° Pierre, chanoine du noble chapitre de Saint Pierre de Vienne, chevalier de Malte en 1638 ; 3.° Gasparde, mariée à Jean-Armand Mitte, comté de Miolans, marquis de Saint-Chaumont et de Chevrières, qu'elle fit père de Marie-Hyacinthe Mitte de Saint-Chaumont, mariée à Guy-Henri de Bourbon, marquis de Malause, vicomte de Lavedan, mort en 1706 ;
    2. Claude, qui mourut avant son père ;
    3. Benoît, Ier du nom, qui était du second lit, dont l'article suit ;
    4. Gasparde, mariée, le 27 mars 1599, à noble Antoine d'Iserau de Lemps, seigneur du Mouchet ;
    5. Espérance, mariée, le 1er mai 1605, à noble Balthazar de Girard de Saint-Paul, lieutenant général des armées du roi, mort au siége de Thionville en 1643, Jean de Girard de Saint-Paul, archevêque d'Embrun, était de cette famille.

  2. Benoît DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur d'Eydoche, Bocsosel et Montagneux, capitaine au régiment de Saint-Paul ; puis commandant d'une compagnie d'ordonnance sous les ordres du maréchal de Créqui, avait épousé, le 14 août 1634, Catherine de Rame, fille de noble Guillaume de Rame, seigneur de Rame et de Réalon, et de Catherine de Plouvier. De ce mariage vinrent :
    1. Jean-Baptiste, dont l'article suit ;
    2. François de la Porte-Saint-Hilaire, capitaine au régiment de Picardie ;
    3. André de la Porte de Cheysieu, capitaine au régiment de Navailles, servit, ainsi que son frère François, en 1669, au siége de Candie, sous les ordres du maréchal de Navailles.

  3. Jean-Baptiste DE LA PORTE, chevalier, seigneur, d'Eydoche, Bocsosel, Montagneux et autres lieux, épousa, le 24 juillet 1661, Anne-Clémence de la Poype Serrières (1), fille d'Abel de la Poype, comte de Serrières, mestre-de-camp d'un régiment d'infanterie, et de Claudine de Disimieux de laquelle il laissa :
    1. André, qui suit ;
    2. Henri, commandeur de Malte en 1680 ;
    3. Jean-Baptiste, chanoine du noble chapitre de Saint Chef à Vienne ;
    4. Catherine, abbesse de Laval-Bressieu, en 1713.

  4. André DE LA PORTE, chevalier, seigneur d'Eydoche, Bocsosel, Montagneux et autres lieux ; il fut nommé, le 28 juillet 1694, commissaire de l'arrière-ban de la noblesse de Dauphiné, et testa le 5 juillet 1749. Il avait épousé, le 22 novembre 1707, Espérance de Viennois, fille de Charles de Viennois, seigneur de Visan, et de Françoise de Clavaison. De ce mariage vint :

  5. Jean-Baptiste Angélique DE LA PORTE, chevalier, seigneur d'Eydoche, Bocsosel et Marlieu, épousa, le 21 avril 1731, Louise de Melat de Châteauvieux, fille de messire Gaspard de Melat de Châteauvieux, et de noble Louise de Perotin de Saint-Sulpice. De ce mariage vinrent :
    1. Etienne-François, qui suit ;
    2. Joseph, commandeur de l'ordre de Malté, mestre de camp de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis ;
    3. N qui a été page de Louis XV. Il fut tué au château de Choisy, d'un coup de fusil, par la maladresse d'un de ses camarades ;
    4. Ferdinand, chanoine et comte de St-Pierre et St-Chef de Vienne, vicaire-général de Grenoble ;
    5. Louise-Gabrielle, religieuse à Saint-Pierre de Lyon ;
    6. Marie-Pierrette, religieuse avec sa soeur ;
    7. Rose, Sophie, Hélène, Marthe-Julie, toutes quatre chanoinesses du noble chapitre d'Alix, vivantes.

  6. Étienne-François, comte DE LA PORTE, chevalier, seigneur d'Eydoche, Bocsosel et Marlieu, fut colonel du régiment de la vieille marine, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il a épousé en 1774 demoiselle de Bréget, fille de noble N de Bréget, officier des gardes de MONSIEUR, frère de Louis XVI, et de demoiselle Herbert. II avait substitué tous ses biens, en cas qu'il n'eût pas d'enfants, à son cousin le marquis de la Porte de l'Artaudière, officier supérieur de l'ancienne gendarmerie ; mais il fut père de :
    1. Alphonse, mort jeune sans postérité ;
    2. Joséphine, mariée en 1794, N Ekensson, Anglo-Amricain, dont une fille, vivante.
Ici finit la branche des seigneurs de la Porte, dite de Bocsosel-Montagneux.
(1) Anne-Clémence de la Poype, dame de la Porte, nièce de Louise de Budos, seconde femme d'Henri Ier, de Montmorency, connétable de France, était nièce, à la mode de Bretagne,de Charlotte-Marguerite de Montmorency, mariée à Henri II, prince de Condé, cousine issue de germains de Louis, prince de Condé, dit le grand Condé, vainqueur de Rocroy, etc. , d'Armand de Bourbon, prince de Conti, et d'Anne-Geneviève de Bourbon, duchesse de Longueville.
A suivre : Branche des seigneurs de la Porte, dite de l'Artaudière

21 septembre 2006

Dauphiné : branche des seigneurs de la Porte, dite d'Eydoche et de Theys

Source : Nobiliaire universel de France, tome 1.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36861f/f383.item

Armes : De gueules à la croix d'or.
de la PorteLA PORTE (DE), en Dauphiné. Tous les historiens s'accordent à dire que non seulement cette maison est considérable par son ancienneté, mais encore par ses alliances, les emplois et les charges dont elle a été honorée. Elle a fourni plusieurs chevaliers de l'ordre et plusieurs gentilshommes de la chambre du roi; elle compte aussi des magistrats du plus haut rang.

Les armes de cette famille se voyaient sur les vitraux de la sainte chapelle du palais à Paris, avec beaucoup d'autres. C'étaient celles des gentilshommes français qui se croisèrent dans le dixième, le onzième et le douzième siècles.

Cette maison s'est divisée en plusieurs branches. L'aînée est éteinte depuis l'an 1716, par la mort de Joseph de la Porte, premier président du sénat de Nice, et ensuite premier président du parlement de Metz.

La seconde branche s'est conservée dans le Viennois, lieu même de son origine.

La troisième s'est transplantée dans le bailliage de Saint-Marcellin, depuis environ quatre siècles.

Les preuves que la famille de la Porte a faites pour différents chapitres nobles, et celles exigées pour être admise à la cour et à l'honneur de monter dans les carrosses du roi, ont reçues par M. Chérin, généalogiste de sa majesté.

  1. Albert DE LA PORTE, qualifié de noble, ainsi qu'il est prouvé par les cartulaires de l'église de Vienne en Dauphiné, vivait en l'an 1197 et l'on trouve auparavant, dès l'an 1130, Pierre de la Porte, chanoine, avec la certitude qu'il existait dans le Viennois une famille noble de ce nom de temps immémorial, et dont Albert de la Porte était issu. On le croit père de :

  2. Girard DE LA PORTE, qui se rendit caution en 1198 avec les principaux seigneurs de la province, tels que Aymar de Sassenage, Guillaume de Clermont, Ismidon de Bocsosel, Aymar de Loras, etc., d'un contrat consenti entre Albert II, baron de la Tour-du-Pin, et Aynarde, veuve du baron de Bressieu, à l'occasion du mariage de leurs enfants.

  3. Guillaume DE LA PORTE, Ier du nom. Par un acte de 1309, passé avec le comte de Savoie, on voit que Guillaume de la Porte, qui ne vivait plus alors, avait été qualifié pendant sa vie du titre de chevalier, et qu'il avait des hommes liges dans les paroisses d'Eydoche, Champier, Flerin, le Mothier et autres. Il est expressément marqué dans les reconnaissances des habitants de ces paroisses que tous doivent des corvées, à l'exception des héritiers de Guillaume de la Porte, chevalier. Il fut père de :
    1. Pierre, dont l'article va suivre ;
    2. Guillaume de la Porte, prieur de Caneyrat ;
    3. Autre Guillaume de la Porte, prieur de la Côte-Saint-André. Nota. On trouve en 1319, qu'un Guillaume de la Porte fut témoin d'un acte souscrit, par le Comte Edouard de Savoie comme faisant partie des gentilshommes les plus considérables de la province et de la suite du comte.
    4. Guigonne, mariée à Pierre de Chaponay, seigneur de Fésin et de Ponsonas. Ils furent inhumés dans l'église des Jacobins de Lyon ; l'un en 1284, l'autre en 1291, et on distinguait encore leurs armes sur leurs mausolées en 1790.
    5. Guillemette, mariée à Etienne de la Poipe, seigneur de Serrières, connétable pour le dauphin Humbert dans la baronnie de la Tour-du-Pin. Elle mourut en 1292, et son mari en 1289.

  4. Pierre DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, est qualifié de damoiseau dans un acte de 1317, et dans un autre d'une date antérieure (1303) il est nomma Petrus Porta de Bocsosello domicillus. Il fut père de :
    1. Falcon Ier, dont l'article suit ;
    2. Artaud, qui fut muet.

  5. Falcon DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, est qualifié de damoiseau dans son contrat de mariage, passé le jeudi avant la fête de Saint-Antoine de 1315, avec Alix de Baternai, fille de noble Jourdain de Baternai. Il épousa en secondes noces, le 18 mai 1336, Agnès de Virieu, fille d'Aymon de Virieu, damoiseau, de laquelle il laissa :
    1. Guillaume, dont l'article suit ;
    2. Jean, qui se croisa en 1345 et 1347, avec le dauphin Humbert II ;
    3. Jeanne, mariée à noble Jean Corbeil de Saint-Albin.

  6. Guillaume DE LA PORTE, IIe du nom, chevalier, épousa, 1.° le 18 janvier 1350, Béatrix de Bocsosel ; 2.° en 1360, Aynarde de Varses. Il ordonna par son testament, fait en 1387, que soixante prêtres assisteraient à ses funérailles, et choisit pour lieu, de sa sépulture le prieuré de Bocsosel. Il eut de son second mariage :
    1. Falcon II, qui suit ;
    2. Jean ;
    3. Raymond ;
    4. Guigonne, mariée à noble Jean de Quincieu.

  7. Falcon DE LA PORTE, IIe du nom, chevalier, épousa, le 22 août 1391, Arnaude de Gatablier, fille de noble Jean de Gatablier, miles. Il testa en 1400, et laissa :
    1. Humbert Ier, qui suit ;
    2. François, qui consentit un acte en 1437, avec les principaux gentilshommes de la province ;
    3. Antoine, qui eut une fille nommée Jeanne, laquelle épousa noble Jean Pourret de Voreppe.

  8. Humbert DE LA PORTE Ier du nom, chevalier, damoiseau d'Eydoche, qualifié de puissant homme, épousa Jeanne d'Arces, proche parente de Jean d'Arces, cardinal, et fille de noble Pierre d'Arces et d'Anglantine Chapot. Humbert de la Porte donna une quittance de 300 florins d'or son à beau-père, sous la date du 20 juillet 1439. Il laissa de son mariage :
    1. Jean Ier, qui suit ;
    2. Falcon, qui fit la souche de la branche de l'Artaudière, que je rapporterai plus loin ;
    3. Antoine de la Porte, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Quiès ;
    4. Pierre, religieux ;
    5. Antoinette, mariée, le 23 janvier 1437, à Jean de Rostaing de Chevrières ;
    6. Jeanne, mariée, le 20 avril 1446, à Innocent de Salignon de la Côte-Saint-André ;
    7. Anglantine, mariée à Pierre de Salignon, frère du précédent, et commandant à Bayonne pour les rois Louis XI et Charles VIII.

  9. Jean DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, damoiseau d'Eydoche, consul de la ville de Vienne, épousa, le 20 octobre 1450, Antoinette de Blanc, fille de noble Antoine de Blanc de la Côte-Saint-André, et de Peyronnette de Rolland. De ce mariage vinrent :
    1. Pierre II, qui suit ;
    2. Jeannin, qualifié de noble citoyen de Vienne, homme lettré et magistrat éclairé ; il rendit des services à son pays sous le règne de Louis XI, et mourut l'an 1482 ;
    3. Antoinette, mariée, le 8 septembre 1468, à Didier du Chastel alias Barillon, fils de noble Antoine du Chastel de Vinay.

  10. Pierre DE LA PORTE, IIe du nom, chevalier, seigneur de Ternay, capitaine de gens de pied, fut de l'arrière-ban de la province de Dauphiné, et alla au secours du roi Charles VIII en Italie, sous le commandement de Louis de Luxembourg, qui avait l'avant-garde sous ses ordres. Il fut fait prisonnier à Trévi sur l'Adda en 1509, avec Fontrailles et plusieurs gentilshommes de sa province. Il avait épousé, le 20 juillet 1496, Anne de Lovat, fille de noble Humbert de Lovat de la Frette, et de noble Jeanne de Célas. De ce mariage vinrent :

  11. Aymard DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur de Chaponay, Eydoche et autres lieux, qualifié de puissant homme, fut un des gentilshommes qui complimentèrent Eléonore d'Autriche, soeur de l'empereur Charles-Quint, et femme de François Ier, roi de France, lorsqu'elle fit son entrée dans Vienne le 8 janvier 1533. Il avait épousé, le 11 janvier de la même année, Catherine de Virieu, fille d'Artaud de Virieu, seigneur de Corbas, et de Catherine de la Fontaine. De ce mariage vinrent :
    1. Claude Ier, dont l'article viendra ;
    2. Pierre, chevalier de Malte en 1526 ;
    3. Artaud ;
    4. Pons, chevalier de Malte, commandeur de Chazelles et de Vaulfranche, grand-procureur-genéral de l'ordre du pays d'Auvergne. Il reçut, en 1587, plusieurs lettres gracieuses du roi Henri III et du duc d'Epernon, grand-amiral et colonel-genéral de l'infanterie française, qui le remerciaient des services qu'il avait rendus à l'Etat ;
    5. François, qui a fondé la branche de Montagneux-Bocsosel, que je rapporterai plus loin.

  12. Claude DE LA PORTE Ier du nom, chevalier, seigneur de Chaponay, Eydoche, Sillans et autres lieux, fut gentilhomme de la chambre du roi en 1559, et chevalier de l'ordre de Saint-Michel en 1578. Il reçut commission du roi Charles IX pour lever et commander deux bandes, l'une de cent arquebusiers, l'autre de deux cents hommes de pied, et rendit des services signalés au roi, en diverses occasions. Il avait épousé, le 6 octobre 1557, Jeanne de Theys, fille et unique héritière de noble et puissant seigneur Claude de Theys, et de Catherine de Virieu, et s'était engagé, en formant cette alliance, de prendre le nom et les armes de Theys. Il eut de ce mariage :
    1. François Ier, qui suit ;
    2. Joffrey ou Soffrey, chevalier de Malte en 1586 ;
    3. Pierre, commandeur de Bellecombe dans la langue d'Auvergne, et signa en cette qualité un acte de 1602 ;
    4. Huguette Bonne, mariée, le 17 avril i5gi, à Pierre de Filon, conseiller au parlement de Dauphiné ;
    5. Clémence, mariée à Gaspard de l'Aube, seigneur de Bron, Beaumont et Saint-Trivier ;
    6. Antoinette, mariée à Ferrand-Tête, seigneur de la Motte-Collonges ;
    7. Louise, abbesse du Val-Bressieu.

  13. François DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur de Sillans, Chaponay, Eydoche et autres lieux, qualifié de puissant homme, fut capitaine d'une compagnie de deux cents hommes de pied dans le régiment du comte de Monlor, et rendit des services signalés aux rois de France Charles IX, Henri III et Henri IV. Il fut gentilhomme de la chambre du roi et chevalier de son ordre. Il avait épousé en premières noces, le 25 mars 1586, Renée du Chastellier, fille de noble Jean du Chastellier, chevalier, conseiller du roi Charles IX en son conseil d'état, et intendant de ses finances, et d'Hyppolite de Scaravelly, dame de Millieu, fille d'honneur de la reine Catherine de Médicis. Parmi les parents et amis qui signèrent ce contrat de mariage on distingue le nom de Bernard de Nogaret, seigneur de la Valette, grand-amiral de France. On ignore le nom de la seconde femme de Francois de la Porte, mais on sait qu'il se remaria en troisièmes noces à Marguerite Audeyer, fille de noble Jean-Claude Audeyer, président au parlement de Dauphiné, et d'Anne Edmée de Saint-Julien-de-Marcieu. Il laissa de son premier mariage :
    1. Pons Ier qui suit ;
    2. Hyppolite, religieuse à Laval-Bressieu ;
    3. Renée-Anglantine, morte jeune.

  14. Pons DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur d'Eydoche, de Charrey et de Quinssonas, eut une compagnie de cavalerie dans le régiment du colonel Allard, et fut employé par Louis XIII, sous le commandement du maréchal de Créqui. Il marcha au secours de Cazal en 1629. Il avait épousé, le 15 février 1605, Françoise de Fillion d'Aiguebelle, fille de Melchoir de Fillion, seigneur d'Aiguebelle, procureur-général du parlement de Dauphiné. Il testa le 18 septembre 1636, et laissa :
    1. Joseph Ier, qui suit ;
    2. Jean-Baptiste, officier de marine royale ;
    3. Huguette-Bonne ;
    4. Espérance, mariée à François de Claveison, seigneur de Chavannes ;
    5. Anne, religieuse à Saint-André-le-Haut à Vienne ;
    6. Marie Emphélise Sémalie, religieuse avec sa s?ur ;
    7. Geneviève-Aveldine, morte jeune.

  15. Joseph DE LA PORTE, Ier du nom, chevalier, seigneur d'Eydoche, Aiguebelle et autres lieux ; conseiller au parlement de Metz en 1669, premier président de la chambre des comptes de Dauphiné en 1678, et envoyé par Louis XIV, en 1682, pour présider le sénat de Nice. Il devint ensuite premier président du parlement de Metz, et mourut dans cette charge en 1716, sans laisser de postérité de Charlotte-Christine de Servien, son épouse, fille d'Ennemond de Servien, président de la chambre des comptes de Dauphiné, et nièce d'Abel Servien, ministre-secrétaire d'Etat, et surintendant général des finances, chancelier de l'ordre du roi.
Ainsi finit la branche des seigneurs de la Porte, dite d'Eydoche et de Theys.

A suivre : Branche des seigneurs de la Porte, dite de Bocsosel-Montagneux

18 septembre 2006

Archives numérisées de la Vienne et de l'Eure-et-Loire

Via FranceGenWeb : Dès les premiers jours d'octobre, les archives de la Vienne et de l'Eure-et-Loire vont mettre en ligne leurs registres paroissiaux et d'état-civil. Décidement, ça bouge en ce moment...

Archives en ligne de la Vienne : http://www.archives-vienne.cg86.fr/
Archives en ligne de l'Eure-et-Loire : http://www.archives28.fr/

AD 21 Mise en ligne des registres paroissiaux de Côte d'Or

Via le blog geneanet, on apprend qu'après la mise en ligne des tables décennales de l'état civil (1802-1902) en janvier dernier, il est dorénavant possible de consulter sur le site des archives départementales de la Côte d'Or, les images numériques des actes transcrits dans les registres paroissiaux (XVIe siècle-1792) ainsi que ceux de l'état civil enregistrés pour l'ensemble des communes du département de 1792 à environ 1860.

A voir :

16 septembre 2006

Provence : Garidel (de)

Source : Nobiliaire universel de France, tome 3.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k368634.item

Armes : D'azur à 3 palmes d'or, sur 3 roches d'argent, ayant en chef 3 étoiles.

Tags :
GARIDEL (de) ; en Provence. Cette famille originaire du comté, de Nice, a donné dans le quatorzième et quinzième siècle, des militaires distingués dans les armées du roi de Naples et du duc de Savoye.

Il existe une vieille tradition dans cette famille, laquelle cependant n'est pas prouvée ; c'est que ses auteurs avaient possédé, dans le quinzième siècle, une petite partie de co-seigneurie à Châteauneuf, diocèse de Grasse. Le premier dont on ait des actes suivis est :
  1. Jean GARIDELLI, qui vivait en 1460 ; il eut quatre fils :
    1. Antoine Garidelli, pourvu en 1533, de la charge de conseiller du roi, procureur pour les pauvres au parlement de Provence ; il fut le successeur de Laurent de Castellanne, second possesseur de cette charge, depuis la création du parlement. Cet Antoine mourut sans enfants ;
    2. Honoré, qui fui premier consul de Fréjus, lors de l'entrée de Charles-Quint, en Provence ; il se distingua par sa fidélité envers François Ier; il fit son codicille à Fréjus, le 31 mars 1535, dans lequel il est qualifié nobilis. Cette qualité est précitée dans l'acte ; ce codicille justifie qu'outre cet Antoine, dont je viens de parler, Honoré avait encore deux frères, qui suivent ;
    3. Guillaume, qui fut père d'Audin Garidelli, évêque de Vence, en 1576, mort le 23 avril 1588. L'histoire de l'Eglise dit que ce vertueux prélat annonçait souvent la parole de Dieu ;
    4. Antoine, qui suit ;

  2. Antoine DE GARIDEL, est celui qui a fait souche ; il se maria à Pertuis, avec noble Catherine Verneti, le 2 février 1503 ; dans cet acte il est qualifié de noble, fils de noble Jean, citoyen de la ville de Grasse. Le même, faisant son testament à Marseille, le 3 novembre 1528, se qualifie d'écuyer. Il eut un fils, qui suit :

  3. Albert DE GARIDELLI, se consacra à l'étude des lois ; il est qualifié noble dans le testament de son père, déjà cité, et dans ses lettres de licences, noble et fils de noble. Messieurs les gens du roi du parlement de Provence déclarèrent solennellement qu'il était homme de qualité dans une procédure faite contre lui, en 1589, comme étant de la religion prétendue réformée, Il épousa, 1.° demoiselle Catherine de Cazeneuve, et 2.° demoiselle Lucrèce de Combe. Du premier lui vint :
    1. Samuel de Garidel, qui prend la qualité de noble et d'écuyer dans deux actes, l'un du 13, l'autre du 17 mars 1590. Il servit avec distinction sous le prince de Condé, et fut tu à la bataille de Moncontour ;

      Du second lit :
    2. Joseph, qui suit ;

  4. Joseph DE GARIDEL, est l'auteur, de deux branches actuellement existantes. Il fut un célèbre jurisconsulte, et remplit avec distinction, en 1640, la place d'assesseur et procureur du pays de Provence. Il épousa, 1 .° à Aix, en 1605, demoiselle Angélique de Chailan, fille de messire Antoine. de Chailan, seigneur de Moriès, et de dame Susanne de Gombert, et 2.° le 29 décembre 1619, 1'héritière de la branche des de Thilia de Manosque, fille de messire N de Thilia et de dame Susanne de Monier. Du premier lui vint :
    1. Pierre, dont l'article suit ;

      Du second lit:
    2. Paul, qui a formé une branche rapportée plus bas.

  5. Pierre DE GARIDEL, fit la profession d'avocat comme son père et son aïeul ; il eut de son mariage avec demoiselle Louise de Barthélemy :
    1. Pierre de Garidel, célèbre professeur d'anatomie de l'université d'Aix, qui a mérité à juste titre d'être mis au nombre des grands hommes de son siècle ; son Histoire des Plantes assure à cet illustre botaniste une place auprès de Tournefort et de Linné ;
    2. Jean-Joseph, qui suit ;
    3. N , mariée à M. Lieutaud, dont le fils est mort premier médecin du roi Louis XVI.

  6. Pierre-Joseph DE GARIDEL, épousa, le 27 novembre 1687, demoiselle de Loque de Puymichel, dont il eut :
    1. Jean-Baptiste, qui suit ;
    2. Une fille, mariée à M. Brochier, trésorier général de France, le 22 novembre 1709.

  7. Jean-Baptiste DE GARIDEL, a épousé, le 13 juin 1730, demoiselle Louise-Henriette-Victoire de Thoron, fille de messire Jean-Joseph de Thoron, seigneur d' Entrages, conseiller en la cour des comptes, aides et finances, et de dame Claire de Saint-Jacques. De ce mariage est venu :

  8. Bruno-Aimable-Pierre DE GARIDEL, seigneur de Villemus, pourvu d'une charge de conseiller au parlement de Provence, le premier juin 1777, et marié en premières noces avec mademoiselle Gouvier de Pontevès de Beauduen, fille de M. de Beauduen, conseiller en la cour des comptes ; et de madame de Gautier Girenton ; et en secondes noces avec mademoiselle Louise Marie Thérèse Pin, fille de noble Félix-Joachim Pin, ancien trésorier des états de Provence, et secrétaire du roi ; et de dame Claire Pascal, dont il a des enfants encore jeunes.
M. de Garidel, venant aux droits de sa mère, a succédé au dernier rejeton de la famille de Thoron d'Entrages, qui portait pour armes, un taureau surmonté de trois étoiles.

Branche puînée.
  1. Paul DE GARIDEL, Ier du nom, fils de Joseph et de dame Susanne de Thilia, fut un grand jurisconsulte. Il occupa, en 1672, la place d'assesseur et procureur du pays, et eut de son mariage avec Isabeau de Poucard, deux fils :
    1. Jean-Baptiste, qui suit ;
    2. Ignace de Garidel, qui entra dans la congrégation de l'oratoire, et mourut à Arles, au commencement du siècle dernier, après avoir rempli les premières places de sa province.

  2. Jean-Baptiste DE GARIDEL, Ier du nom, entra dans les cadets gentilshommes en 1681 ; établissement fondé par Louis XIV, pour les jeunes gentilshommes de son royaume, et fut successivement lieutenant dans un régiment de dragons, et capitaine dans le régiment de Béarn, infanterie. Il épousa en 1696 à Manosque, mademoiselle de Burle, fille de messire Marc-Antoine de Burle, sieur de Champclos, et de dame Claire du Virail, des anciens seigneurs de Vallée, dont il eut quatre fils :
    1. Paul, dont l'article suit ;
    2. Marc-Antoine, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, qui a servi avec distinction dans le régiment de Soissonnais, infanterie, où il était capitaine des grenadiers. Il fut le premier à monter au fort Saint-Philippe de Port-Mahon. Lors du siège de 1736, il soutint pendant plus d'une heure tout le feu des assiégés ; forcé de se retirer du service par la réforme de son régiment, il est mort à Manosque, des suites de ses blessures ;
    3. Balthazar de Garidel, prêtre de l'oratoire ; il fut longtemps, supérieur du séminaire de Saint-Magloire, à Paris, et s'est acquis dans cette place et dans plusieurs autres, dont sa congrégation l'avait honoré, une réputation justement méritée ;
    4. Ignace de Garidel, capitaine dans le régiment de Soissonnais, infanterie, et ensuite commandant du bataillon provincial d'Aix, retira à Manosque depuis la réforme de son régiment, y est mort.

  3. Paul DE GARIDEL, IIe du nom, seigneur du Caïre, épousa demoiselle Marie de Mongès, fille de noble de Mongès, seigneur du Caïre, et de dame Louise de Rabillot, des conseillers aux comptes de ce nom. De ce mariage sont issus :
    1. Jean-Baptiste, qui suit ;
    2. Françoise, qui a épousé M. du Virail des anciens seigneurs de Vallée, écuyer, de la ville de Sisteron ;
    3. Marie, qui a épousé M. de Tende, sieur d'Ardenne, descendant d'Annibal de Tende, fils naturel de Claude de Savoye, comte de Tende, gouverneur de Provence.

  4. Jean-Baptiste DE GARIDEL, seigneur du Caïre, a épousé mademoiselle Gabrielle de Pochet, fille de noble François de Pochet, ancien assesseur et procureur du pays de Provence, et de dame Thérèse de Bessière. Ledit Jean-Baptiste, ayant été attaqué par l'administrateur des domaines, pour le payement du droit de franc fief, en a été déchargé sur l'inspection des titres ci-dessus, par ordonnance de M. l'intendant de Provence, du 22 août 1782. Il.a laissé deux fils qui suivent :
    1. Paul de Garidel, IIIe du nom, né à Manosque, le 11 février 1779 ;
    2. Noble-Hippolyte, né à Aix, le 1er avril 1780, et mort dans les armées autrichiennes sur le champ de bataille, servant sous les ordres de l'archiduc Charles V d'Autriche.
Armes anciennes : D'azur à 3 palmes d'or, sur 3 roches d'argent, ayant en chef 3 étoiles.

Joseph, Ier de Garidel, en quittant la religion prétendue réformée, prit une croix d'or accostée de deux triangles d'argent, sur un fond d'azur ; ce sont les seules armes que ses descendants aient portées depuis lors.

Voir aussi : Pierre Joseph de Garidel sur Wikipédia et le livre de raison des Garidel sur Geneprovence

13 septembre 2006

Provence : Bonardi (de)

Source : Nobiliaire universel de France, tome 2
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s/f45.item

Armes : De gueules à trois bandes de sable, liserés d'or.

Dessin de Sébastien Avy publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.
BONARDI (DE), famille noble, originaire de la ville de Mondovi dans les Etats de Piémont, transportée en Provence dans le quatorzième siècle.

La branche aînée subsiste encore dans le Piémont, et y occupe un rang distingué de temps immémorial. Le premier auteur de la branche établie en France, dont la postérité suit, est :

  1. Noble Jacques DE BONARDI, qui vivait en la ville de Digne dans le quatorzième siècle, ainsi qu'il est prouvé par actes du 25 août 1385, du 17 décembre 1419, des 20 mars, 4 juillet et 4 août 1430. Il épousa demoiselle Hugua, dont il eut :

  2. Noble Antoine DE BONARDI, qui épousa noble Marguerite Malisang, dont il eut Jean, ainsi qu'il appert par plusieurs des actes précédemment citas, et par un autre du 20 juin 1482.

  3. Noble Jean DE BONARDI épousa noble Catherine Richaudi, fille de noble Claude Richaudi. De ce mariage est né Claude Bonardi, ainsi qu'il appert par des actes du 14 juillet 1484, du 29 juin 1489, du 26 janvier 1497.

  4. Noble Claude DE BONARDI, écuyer, épousa noble Antonine Bremond, dont il eut Gaspard, ainsi qu'il appert par actes du 19 mars 1503, du 19 mars 1504, du 16 novembre 1537, du 30 septembre 1547.

  5. Gaspard DE BONARDI, écuyer, épousa, le 24 mai 1587, noble demoiselle Suzanne de Trognon, fille de Jacques de Trognon, écuyer, et de demoiselle N..... des comtes de Vintimille, dame en partie du lieu de Saint-Laurent. De ce mariage sont nés :
    1. Gaspard, qui suit ;
    2. Pierre, prieur de Saint-Martin de Bromes ;
    3. Jean, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ;
    4. Charles.

  6. Gaspard DE BONARDI, écuyer, eut, de son mariage contracté le 18 avril 1624 avec noble demoiselle Marguerite Morel, fille de Domange Morel, écuyer, et de Marguerite Taxil :
    1. Melchior, qui suit ;
    2. Catherine, mariée, le 18 novembre 1656, à François des comtes de Vintimille, fils de Gaspard, coseigneur de Montpezat et de Marguerite de Pontevez.

  7. Melchior DE BONARDI, écuyer, épousa, en 1674, le 29 septembre, demoiselle Anne de Fresse, fille de François de Fresse, seigneur de Monval et de Lineau, et de dame Catherine Gibaudy. De ce mariage naquit :

  8. Balthazar DE BONARDI, écuyer, lieutenant d'infanterie en 1712, mousquetaire dans la deuxième compagnie en 1714, capitaine de cavalerie en 1724, eut, de son mariage contracté, le 1er décembre 1726, avec Marie-Anne de Roux de Feissal, fille de Jean-François de Roux d'Alaric, seigneur de Feissal et de la Javie, et de dame Marguerite de Barras du Castelard :
    1. Augustin de Bonardi, officier au régiment de Languedoc, dragons, mort sans postérité ;
    2. Louis, officier de la marine royale, mort sans postérité ;
    3. Jean-Baptiste, qui suit ;
    4. Ursule, religieuse.

  9. Jean Baptiste DE BONARDI, baron du Menil-Lieubray, seigneur de Saint-Sulpice, surnuméraire à l'Ecole royale d'artillerie de Grenoble en 1754, lieutenant au régiment royal, infanterie, en 1755, maître des comptes à Paris en 1764, honoraire en 1784, épousa, en 1759, demoiselle Marie-Jeanne Chevallier de Sourivière, fille de Jean-Baptiste Chevalier de Sourivière, chevalier, auditeur à la chambre des comptes de Paris. Il eut, de ce mariage :
    1. Jean Balthazar Hector Amédée, dont l'article suit ;
    2. Raymond Gaspard de Bonardi, comte de Saint-Sulpice, auteur de la branche rapportée plus loin.

  10. Jean Balthazar Hector Amédée DE BONARDI, marquis du Menil, ancien officier de carabiniers, membre du collage électoral du département de la Seine Inférieure, a épousé, en 1788, demoiselle Marie-Françoise Boula de Mareuil, fille de M. Alexandre Jean Boula de Mareuil, ancien premier avocat général à la cour de Paris, et conseiller d'honneur à cette cour, et de dame Marguerite Josèphe de la Haye de Bazinville. De ce mariage sont issus :
    1. Alexis de Bonardi, baron du Menil, marié, le 10 juin 1813, à demoiselle Clémentine Sophie Morin de Sainte Colombe, fille de M. André Marie Julien Morin de Sainte Colombe, écuyer, et de dame Lucile de la Foville, de laquelle il a : i. Jean Ernest de Bonardi du Menil, né le 27 avril 1814 ;
    2. Euphrasie de Bonardi du Menil, épouse de Charles, baron de la Borde, colonel de cavalerie, commandant de la légion d'honneur, ancien aide de camp du général de Bonardi Saint-Sulpice, dont l'article va suivre ;
    3. Eugénie ;
Branche de Bonardi Saint-Sulpice, prise au neuvième degré.
  1. Raymond Gaspard DE BONARDI, comte de Saint-Sulpice, chevalier, lieutenant général des armées du roi, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, commandant de la légion d'honneur, grand-croix de l'ordre du mérite militaire de Bavière, a épousé, en 1795, demoiselle Antoinette Poursin de Grand-Champ, fille de M. Poursin de Grand-Champ, écuyer, et de demoiselle Piard. De ce mariage sont issus :
    1. Eugène de Bonardi, baron de Saint-Sulpice, chevau-léger de la garde du roi ;
    2. Camille de Bonardi Saint-Sulpice.
Armes : De gueules à trois bandes de sable, liserés d'or.

10 septembre 2006

Descendance d'Alexandre DE VENTAILHAC et Marguerite DE SAVOURNIN

Suite à quelques messages échangés avec Mr François ROURE, que je remercie, et aux dépouillements de Françoise et Bernard APPY, je peux proposer la descendance d'Alexandre DE VENTAILHAC et Marguerite DE SAVOURNIN qui corrige et complète la descendance de Jehan SAVORNIN publiée en janvier 2006.

Première génération

DE VENTAILHAC1. Alexandre DE VENTAILHAC, seigneur d'Eygalier en Dauphiné. Alexandre a épousé Marguerite DE SAVOURNIN, fille de Honoré DE SAVOURNIN et Sarah DE LOBET. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 2 M i. sgr d'Eygaliers Samuel DE VENTAILHAC.

+ 3 F ii. Anne DE VENTAILHAC.
Deuxième génération

2. sgr d'Eygaliers Samuel DE VENTAILHAC (Alexandre). Samuel a épousé Madeleine DE SAINT-FERRÉOL. Ils ont eu les enfants suivants:
4 M i. sgr d'Eygaliers Alexandre DE VENTAILHAC.

+ 5 M ii. sgr des Baux et d'Eygaliers Claude Joseph Gabriel DE VENTAILHAC.

6 F iii. Jeanne Delphine DE VENTAILHAC est née le 20 janvier 1705 à Eygaliers, Drôme, France.
3. Anne DE VENTAILHAC (Alexandre). Anne a adopté la religion le protestante. Anne a épousé Antoine LIEUTAUD, maitre chirurgien d'Aix-en-Provence. Antoine et Anne ont eu les enfants suivants:
7 M i. Théophile LIEUTAUD est né le 19 mars 1670 à Velaux, Bouches-du-Rhône, France. Parrain : Théophile SAVOURNIN, avocat en la cour, marraine : Anne SAVORNINE.

8 F ii. Isabeau LIEUTAUD est née le 3 décembre 1672 à Velaux, Bouches-du-Rhône, France. Parrain : Claude de CANDOLLE, représenté par Jean-François de CANDOLLE son fils,
marraine : N. MARRE, représentée par Simone VALETTE

9 M iii. Pierre LIEUTAUD est né le 17 septembre 1677 à Velaux, Bouches-du-Rhône, France. Parrain: Pierre SABATIER, d'Eyguières, marraine : Jeanne BOSSE.
Troisième génération

5. sgr des Baux et d'Eygaliers Claude Joseph Gabriel DE VENTAILHAC (Samuel, Alexandre). Claude a épousé Françoise DE BLANLUZ. Ils ont eu les enfants suivants:
10 M i. sgr d'Eygaliers Jean Alexandre DE VENTAILHAC. Jean a épousé Marie Madeleine DE LANCELIN DE LA ROLIÈRE, fille de sgr de la Rolière Alexandre DE LANCELIN et Marie Madeleine D'ALLARD, le 23 novembre 1767 à Livron, Drôme, France.

+ 11 F ii. Madeleine Philippe DE VENTAILHAC est née le 20 septembre 1724.

+ 12 F iii. Marguerite Renée DE VENTAILHAC est née en 1726, et est décédée le 23 février 1763.
Quatrième génération

11. Madeleine Philippe DE VENTAILHAC (Claude Joseph Gabriel, Samuel, Alexandre) est née le 20 septembre 1724 à Eygaliers, Drôme, France. Madeleine a épousé sgr du Roux Charles ODDE DE BONNIOT, fils de César ODDE DE BONNIOT et Genevève DE BARDONNENCHE. Ils ont eu les enfants suivants:
13 M i. sgr du Roux et de Grignollet Charles Joseph ODDE DE BONNIOT. Habite Tourres, comparait en 1788 et 1789 aux Etats Généraux, la ruine de sa maison, qui n'était pas des plus opulentes, fut encore achevée par la Révolution et par le grand nombre d'enfants que lui procréa son épouse. Charles a épousé Olympe Marthe Justine DE TAXIS, fille de François Alexandre DE TAXIS et Marie Marthe ODDE DE BONNIOT, le 19 octobre 1774.

14 F ii. Magdelaine ODDE DE BONNIOT.
12. Marguerite Renée DE VENTAILHAC (Claude Joseph Gabriel, Samuel, Alexandre) est née en 1726. Elle est décédée le 23 février 1763 à Mirabel-aux-Baronnies, Drôme, France. Marguerite a épousé Jean Joseph CATON DU COLOMBIER, fils de Antoine CATON DU COLOMBIER et Marie Madeleine DE RIGOT DE MONTJOUX, le 23 août 1758. Ils ont eu les enfants suivants:
15 M i. François CATON DE THALAS. François a épousé Clorilde VACHIER le 9 janvier 1783 à Buis-lès-Baronnies, Drôme, France.

+ 16 M ii. César CATON DE THALAS est décédé le 17 août 1801.
Cinquième génération

16. César CATON DE THALAS (Marguerite Renée DE VENTAILHAC, Claude Joseph Gabriel, Samuel, Alexandre) est décédé le 17 août 1801. Garde du corps du roi dans la compagnie de NOAILLES en 1787. César a épousé Julie Madeleine DE RIGOT DE MONTJOUX le 30 août 1788. Ils ont eu les enfants suivants:
17 M i. Augustin Esprit François Hector CATON DE THALAS. Volontaire royal en 1814, héritier de son oncle maternel Charles Esprit de RIGOT, marquis de Montjoux et ancien Cpte au régiment de Flandre +Fribourg, Suisse, 1833, des château et terres de ce nom près de Dieulefit. Augustin a épousé Zoé DE DURAND DE LA MOLINIÈRE, fille de César DE DURAND DE LA MOLINIÈRE et Julie ODDE DE BONNIOT DE CHÉNICOURT, le 6 janvier 1818.

07 septembre 2006

Couleurs et héraldique sur pourpre.com

En cherchant une définition des couleurs utilisées en héraldique, je suis tombé sur le site de la couleur http://pourpre.com/. Celui-ci donne une valeur RVB (Rouge-Vert-Bleu) précise pour chacune des couleurs. Voir ci-dessous les principales couleurs :



Ces couleurs me plaisent bien, pour les métaux or et argent, je préfère utiliser les couleurs jaune d'or et blanc d'argent.

En tous cas, bravo à l'auteur de ce site...

Comtat Venaissin : Payen ou Payan (de)

Source : Nobiliaire universel de France, tome 3.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k368634/f48.item
Blason de la famille de Payen sur HeraldiqueGenWebPAYEN ou PAYAN (DE), famille ancienne, originaire du comtat Venaissin.
  1. Philibert DE PAYEN, testa le 23 août 1495. Il fut père de :
  2. Raimond DE PAYEN, testa le 11 novembre 1560. Il eut pour fils :
  3. Christophe DE PAYEN, marié, le 20 mars 1572, à Marguerite de l'Hôtel, de laquelle il eut :
  4. Denis DE PAYEN, co-seigneur de la Garde, chevalier de l'ordre de S. S., par lettre du comte Palatin, du 15 février 1612, gentilhomme de la fauconnerie, le 2 novembre 1633, capitaine au régiment de Suze ; prouva sa noblesse par enquête en 1612 ; marié le 1er février 1603, à Magdeleine Philibert, qui testa le 18 janvier 1642. Il laissa :
    1. Jean, dont l'article suit ;
    2. Pierre ;
    3. Jacques, seigneur de Saint-Auban.
  5. Jean DE PAYEN, seigneur de la Garde, co-seigneur de Saint-Marcel, bailli et régent général, en l'évêché de Viviers, gentilhomme ordinaire de la grande fauconnerie de France, assista aux états de Languedoc, en 1667. Il fut maintenu dans sa noblesse, le 12 décembre 1670. Il avait épousé N... Magnin de Montroux, de laquelle il laissa :
  6. François DE PAYEN DE L'HÔTEL, seigneur de la Garde, a épousé Suzanne de l'Eglise, dont :
  7. Jean-Antoine DE PAYEN DE L'HÔTEL, seigneur de la Garde, qui servit en qualité de capitaine dans la garde papale à Rome, et fut décoré des ordres de Sa Sainteté. Il avait épousé, 1. une demoiselle de Pons ; 2. Jeanne d'Amblard, de laquelle il a laissé :
  8. Jean Antoine DE PAYEN DE L'HÔTEL, seigneur de la Garde, officier de dragons, qui épousa, le 28 avril 1758, Marie-Louise Thérèse de Gordon (1). De ce mariage :
  9. Louis François Antoine Maurice DE PAYEN DE L'HÔTEL, baron de la Garde, né le 9 août 1761, officier dans le régiment de Rohan-Soubise, infanterie en 1779. Il a émigré en 1791, a fait la campagne de 1792 dans la marine à pied ; a épousé, 1.° le 4 juin 1783, Anne Catherine Mélanie de Gordon, de la même famille que la précédente ; 2.° Anne Marguerite Hortense de Blegier-Pierre-Grosse. De ce mariage sont issus :
    1. François Charles Maurice Léopold de Payen de l'Hôtel, né le 4 septembre 1791, entré aux mousquetaires gris le 31 juillet 1814 ;
    2. Marie Olympe, née le 28 octobre 1793.
Armes : « D'azur, au chevron d'or accompagné de trois étoiles de même. »

(1) Famille ancienne de l'Ecosse, passée en France en 1460, et reconnue, le 31 janvier 1727, par celle qui est fixée en Angleterre, qui a pour chef le duc de Gordon, pair d'Ecosse.

05 septembre 2006

Dauphiné : de Lambert d'Hautefare

Source : Nobiliaire universel de France, tome 3.
Auteur : Nicolas Viton de St-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k368634/f47.item
LAMBERT (DE), famille noble du Dauphiné
  1. Charles de LAMBERT épousa Anne de Molard. Il laissa de ce mariage :
    1. Charles François, dont l'article suit ;
    2. N..., chanoine ;
    3. N..., mariée et morte sans postérité.

  2. Charles François DE LAMBERT fut pourvu, en 1713, d'une charge de secrétaire du roi, qu'il exerça pendant vingt-trois ans au parlement de Grenoble. Il épousa Marie de Boisson, de laquelle il eut :
    1. Hugues François, dont l'article suit ;
    2. N..., morte sans postérité.

  3. Hugues François DE LAMBERT fut nommé syndic de la noblesse du Voironnais, par délibération du 27 septembre 1754. Le 26 avril 1780, il prêta hommage devant la chambre des comptes du Dauphiné, comme noble. Il épousa Françoise Elisabeth de Gourbis, de laquelle il eut :
    1. Gaspard, dont l'article viendra
    2. Jean François Séraphin, marié à N...
    3. Angélique Françoise Elisabeth, mariée à noble Scipion Desgranges.

  4. Gaspard DE LAMBERT, baron d'Hautefare, fut marie à Françoise Julie de Croy-Chanel. De ce mariage sont issus :
    1. François Gaspard Sidoine, capitaine au régiment de Monsieur, infanterie légère, chevalier de la Légion d'honneur ;
    2. Isidore Séraphin ;
    3. Claude Gaspard ;
    4. Clémence ;
    5. Françoise Arthémise ;
    6. Fanny Louise Sophie.

Armes : D'argent, à la branche de rosier, de sinople, mise en barre, chargée de trois roses de gueules, posées deux et une ; au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or.

01 septembre 2006

Mise à jour de GénéProvence

Comme chaque mois, Jean-Marie Desbois nous livre une série de documents très instructifs. Ce mois-ci :
  • Biographies >> Jean Turcan (1846-1895), sculpteur arlésien
  • Documents >> Des voeux de nouvel an (Manosque-Apt, 1810)
  • Faits divers >> Insultes au factionnaire (Aix-en-Provence, 1802)
  • Faits divers >> Voyager en temps d'épidémie (Montgardin, 1791)
  • Les grandes familles de Provence >> De Sade
  • Vie quotidienne >> Saint-Martin-de-Crau au XIXe siècle
L'adresse du site : http://perso.orange.fr/geneprovence/

Au bas de la page sur la famille de Sade, Jean-Marie a été très sympa en citant mon blog dans les liens à consulter. Merci.

Livres entiers téléchargeables en PDF sur Google Books

Comme cela vient d'être annoncé dans cet article du blog officiel de Google, une grande partie des livres libres de droits numérisés par Google sont désormais téléchargeables en PDF dans leur intégralité.

Exemple :
  1. Allez sur Google Books
  2. Cherchez "nobiliaire" en ayant auparavant sélectionné le bouton radio "page entière des livres"
  3. Cliquez sur le bouton "Chercher des livres"
  4. Choisissez, par exemple, le nobiliaire de Guienne et de Gascogne. En colonne de droite, vous disposez maintenant d'un bouton "Télécharger" pour télécharger l'intégralité du livre en PDF.

Voir aussi ce post du blog Inside Google Book Search.
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+