31 décembre 2007

La famille Roselly de Lorgues

Annuaire de la noblesse de France 1863 page 175
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36591j/f189.item

Armes : d'azur à un coeur percé d'une flèche d'or, au chef d'argent chargé de trois roses de gueules.

Dessin de Sébastien Avy publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.
La famille Roselly de Lorgues, dont le nom s'écrivait autrefois Rosselli et Roselli, est originaire d'Italie, où elle est encore représentée par plusieurs branches, qui occupent un rang distingué dans la noblesse. Un de ses membres, Cesare Rosselli, embrassa fort activement le parti du roi René. On sait que ce bon prince, après avoir vu la plus grande partie du peuple napolitain reconnaître ses droits au trèfle et se soumettre à son autorité, fut obligé par la trahison d'abandonner ses États à son compétiteur Alphonse d'Aragon en 1442. Cesare Rosselli se vit alors contraint de s'expatrier. Il mourut peu après son arrivée en Provence.

Antonio Rosselli, fils de Cesare, reçut, pour toute indemnité de ses biens perdus en Italie, la charge de notaire de la couronne, qui avait des privilèges fort étendus et qui était généralement exercée par des membres de la noblesse. Un mariage d'inclination le fixa dans la petite ville de Seillans, où il acquit une grande partie des terres de la seigneurie.

Sa charge, dont le titre changea en 1486 par la réunion du comté de Provence à la France, s'est perpétuée dans sa famille et a été transmise de père en fils par rang d'aînesse, depuis le XVe siècle, jusqu'à Pierre Rosselly, grand-oncle de M. Rosselly de Lorgues, représentant actuel du nom. Pendant cette longue période on voit que ces notaires royaux étaient les premiers magistrats de la cité, possédaient de grandes terres et jouissaient de tous les signes et de tous les privilèges de la noblesse.

Les armes de la famille Rosselly n'ont jamais été modifiées ; on les retrouve sur les protocoles de l'ancien notariat royal et dans les archives municipales de Seillans, chaque fois qu'un Rosselli a exercé les fonctions de consul de la commune, notamment en 1642, pendant la minorité du roi Louis XIII, en 1640 sous le ministère du cardinal Richelieu, et en 1659 sous celui de Mazarin. Mais le roi René changea la devise qui n'avait que ces deux mots Cor mundum, en celle-ci : Vulnerasti cor meum Ros Coelli pour témoigner la part qu'il prenait aux afflictions de son fidèle serviteur.

Durant plus de trois cents ans l'origine italienne des Roselli est restée visible dans leur signature. L'y grec ne s'est substitué à l'i que vers le commencement du siècle dernier. Leur nom, conformément à l'usage suivi au delà des monts, n'avait jamais été précédé de la particule.

En 1756, Antoine Léger Rosselly, fils de Joseph César Rosselly, notaire royal à Seillans, s'établit à Lorgues et acheta, pour les réunir dans ses mains, plusieurs études de notaire. On le désigna du surnom de Lorgues pour le distinguer des membres de sa famille restés à Seillans et de ceux qui s'étaient établis sur divers autres points de la Provence. Il fut père d'Antoine Benoît Rosselly, auquel il transmit cette désignation distinctive de de Lorgues.

C'est sous ce nom que M. Antoine François Félix Roselly de Lorgues, fils du précédent, né à Grasse le 11 août 1805, fut toujours connu et qu'il fit ses premiers pas dans le monde avec le patronage du chancelier de Pastoret, son parent. Il fut d'abord destiné à l'administration préfectorale, mais, après la révolution de juillet 1830, renonçant à toute fonction politique, il résolut de s'adonner uniquement aux lettres.

En 1833, il fonda le Journal des instituteurs primaires ; puis il écrivit un livre : le Christ devant le siècle, qui fut suivi de plusieurs ouvrages importants, dont le dernier, la Vie de Christophe Colomb, mit le sceau à sa réputation littéraire.

Cet écrivain catholique a été nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1837, officier en 1855, chevalier de Saint Grégoire le Grand en 1854, officier des saints Maurice et Lazare 13 mars 1857, commandeur de l'ordre de Saint-Sylvestre le 20 mars 1857, et commandeur de l'ordre de Charles III le 17 janvier 1860. Le nom de de Lorgues lui a été conféré régulièrement par décret impérial du 15 décembre 1860. Nous apprenons qu'une instance d'opposition a été engagée par la commune de Lorgues devant le conseil d'État. Quelle que soit la décision à intervenir, c'est ici la place de la famille Roselly de Lorgues, car ce n'est point au nom de Lorgues, mais à son antique origine, qu'elle doit d'y tenir son rang.

Armes : d'azur, à un coeur percé d'une flèche d'or; au chef d'argent chargé de trois roses de gueules.

Devise : VULNERASTI COR MEUM ROS COELLI.

Couronne de comte.

3 commentaires:

raskazevorony a dit…

Merci pour cette contribution intéressante.
Pouvez-vous nous donner plus d'information sur la requête exercée par la ville de Lorgues. Quand a-t-elle été déposée et quel en est le résultat ?
Merci d'avance
R.V.

Gilles a dit…

Dans Origine, Étymologie et Signification Des Noms Propres Et Des Armoiries Par Adolphe De Coston

Des circulaires ministérielles des 21 mars 1808 et 25 juin 1828 ont défendu de prendre le nom d'une commune, et une ordonnance du 8 janvier 1817 permet aux communes de demander la révocation d'une décision ou d'une concession contraire à cette mesure prohibitive. ... Ces principes ont été appliqués par un décret du 12 août 1862, rendu sur la demande de la commune de Lorgues, et annumlant un décret du 15 décembre 1860, qui autorisait le littérateur Roselly ou Rosselly à ajouter à son nom celui de Lorgues, où son père avait exercé les fonctions de notaire. Cette famille, originaire d'Italie, s'appelait primitivement Rosselli, diminutif de Rossi pour Rosso, Roux.

Voir http://books.google.fr/books?id=jXv6x3wCodsC&pg=PA48

Raskazé Vorony a dit…

Merci. Il s'agit donc d'une affaire ancienne. A la lecture de votre article, j'avais pensé à une affaire récente dont je ne voyais pas bien l'intérêt.
Merci donc de cet éclaircissement.