28 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : BR

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item


BRACON. Dès 1282, on voit apparaître le nom des seigneurs de Bracon, qui sont finis depuis longtemps.

BRANCHET. Famille éteinte, et dont les Bouttechoux relevèrent les armes pendant quelques générations. Armes : d'or, à trois bâtons noueux de sable mis en pal ; au chef cousu d'azur.

BRANCION. La similitude des armoiries a fait supposer que la maison actuelle de Brancion, qui subsiste de nos jours avec éclat à la cour de l'empereur, descendait des anciens sires de ce nom. Quoiqu'il en soit, sa filiation est prouvée depuis le XIVe siècle. Elle a résidé dans les duché et comté de Bourgogne, a fourni des officiers supérieurs, a été admise à Malte, à Château-Châlons et à Lons le Saulnier. Alliances : Bouton, de Clervis, de Villers, de Montrichard, de Jouffroy, de Clermont-Tonnerre, etc. Armes : d'azur, à trois fasces ondées d'or.

BRANGES. Ancienne famille fixée à Saint-Amour au siècle dernier. MM. de Branges, seigneurs de Bourcia, de Civria et de la Boissière, furent convoqués aux états de la noblesse du bailliage d'Orgelet en 1789. Armes : de gueules, au sautoir d'or.

BRANDINS. Originaire de Rochefort-Seurre. Armes : d'azur, à trois pommes de pin soutenues et feuillées d'or, à un croissant d'argent en chef.

BREBIA. Cette famille était originaire du Milanais. Elle s'est alliée à la maison de Watteville. Armes : parti de gueules et d'azur, au sautoir d'argent brochant sur le tout.

BRESSAND D'ARGILLY. Jacques Bressand, de Pontarlier, fut autorisé, par patentes du roi d'Espagne, à joindre à son nom celui d'Argilly, famille dont il se prétendait issu, et à en porter les armes. 1648. Armes : d'Argilly.

BRENOT. Alliances : Lullier, d'Orsàns, de Chantrans, de Maisières, Prevost. Armes : d'argent, à trois bandes de sable.

BRESSEY. Maison d'ancienne chevalerie. Les seigneurs de Bressey se sont éteints après avoir produit huit chevaliers de Saint-Georges. Alliances : d'Angoulvent, d'Aubonne, de Vaudrey, de Poutier, de Jouffroy, de Thommassin, etc. Armes : d'azur, à deux fasces d'or, la première chargée d'une étoile du champ ; au franc canton dextre, chargé d'une clef de gueules.

BRESSON. Antoine-Thérèse Bresson, seigneur d'Amblans, convoqué aux états de la noblesse du bailliage d'Ornans en 1789, appartenait à une famille anoblie en 1638.

BRET. Joseph Bret, recteur de l'université du comté, fut anobli en 1720.

BRETENOIS. Pierre Bretenois, de Dole, obtint des lettres de réhabilitation de noblesse en 1592. Armes : d'azur, à la bande d'or, chargée de trois étoiles de gueules.

BRETIGNY. Selon l'historien Gollut, Gundobald de Bretigny, maire du palais sous Lothaire, en 588, aurait été d'origine franc-comtoise, et ses descendants se seraient alliés aux Germigney et Gevigney. Armes : d'or, au lion dragonné de gueules, couronné, armé et lampassé d'argent.

BRETON. Ancienne maison éteinte, de Salins. On trouve Jean Breton, écuyer, receveur de Chalamont pour le service de Jean de Chalon. Armes : d'azur, à trois écureuils d'or, à une étoile d'argent en abîme.

BRIOT. Jacques Briot de Lisle, conseiller au parlement de Dole en 1620, appartenait à une famille de Besançon, anoblie en 1550 par l'empereur Charles-Quint. Il n'eut qu'une, fille, mariée à Clande François Moréal de Moissey. En 1789, on trouve un Bryot, écuyer, qui fut convoqué aux états de la noblesse du bailliage d'Amont. Armes : d'azur, à la bande d'or, chargée de trois sautoirs de gueules.

BRODY. Noblesse de robe, originaire de Saint-Claude. Emmanuel Brody, seigneur de Charchillat, était grand-juge de Saint-Claude. Armes : d'argent, à trois aigles de gueules.

BROCH. Claude Broch, échevin de Vesoul, est l'auteur de cette famille, anoblie par l'archiduc Albert; son arrière-petit-fils Philippe Broch, seigneur d'Hotelans, fut conseiller au parlement en 1652. Alliances : Labbey, Receveur, Hugon, Froissard de Broissia, etc. Armes : de gueules, au hêtre arraché d'or, soutenu d'un croissant d'argent.

BROQUARD. Famille patricienne de Besançon, qui a possédé les seigneuries de Lavernay, de Grosbois, et qui a fourni des cogouverneurs de la cité. Poncet Broquard, écuyer, marié au XVe siècle à Alix de Beurreville, parait être l'auteur de cette maison, qui a donné au siècle dernier deux conseillers au parlement, et qui prouvait alors seize quartiers de noblesse. Alliances: de Crosey, Monnier, Bichet, Petrey, le Bas, Ramel, de Beaurepaire, etc. Armes : de gueules, à une fasce d'argent, accompagnée de trois étoiles d'or.

BROQUET. Famille originaire de Saint-Claude. Armes : de gueules, au mouton rampant d'argent.

BRUN. Claude Brun, orateur distingué, conseiller à Dole en 1605, député par le parlement auprès de Henri IV, était de Poligny. Son petit-fils Claude Ferdinand, baron de Brun, chevalier d'honneur au parlement de Besançon, ainsi que l'un de ses fils, obtint l'érection en marquisat de la terre de la Roche, en 1694. Alliances : de Ginestoux, de Montaigu, de la Guiche, etc. Armes : d'or, à trois grappes de raisin de pourpre, tigées de sinople.

BRUNECOFF. Cette maison, Originaire de Suisse, s'est fixée au comté où elle s'est éteinte. Elle a donné un chevalier de Saint-Georges en 1520. Alliances : de Mailleroncourt, de Coutenans, de Vaudrey, de Mesmay, etc. Armes : d'argent, chappé de gueules.

BRUSSET. Claude-Joseph-Lambert Brusset, député au corps législatif sous la Restauration, et anobli en 1816, appartenait à une ancienne famille de Vesoul. Un de ses ancêtres y avait été échevin, et un autre vicomte maïeur.

24 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : BO

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item


BOEUF (LE) de Guyonvelle. Il est difficile d'expliquer comment cette maison, qui comptait dans ses alliances, les de Saint-Mauris en Montagne, de Trevillers, de la Châtaigneraie eut besoin de recourir à une confirmation de noblesse, que l'empereur Charles V lui accorda en 1555. Dès cette époque elle était représentée par Nicolas Le Boeuf de Guyonvelle, commandeur de la Romagne, ordre de Malte, et était reçue à Saint-Georges. Au siècle dernier, en 1771, on trouve Jacques-Marc Le Boeuf de Valdahon, colonel de cavalerie, seigneur de la baronnie de Ralion.
Armes : de gueules au lion d'argent.

BOIGNE. Au XVIe siècle, cette maison a donné trois chevaliers de Saint-Georges. Elle est éteinte. Alliances : de Champagne, de Chemilly, de la Chambre, de Vy, d'Orsans, de Domprel, etc.
Armes : de sable, à un cerf montant d'argent onglé de gueules, et au bois d'or.
Devise : SIGUT DESIDERAT CERVUS FONTES AQUARUM.

BOILEAU. Noble Jean Boileau, de Luxeuil, s'établit à Besançon, où il fut cogouverneur en 1431. Autre Jean Boileau le fut aussi en 1468.

BOIS (du). La famille du Bois est originaire des environs de Pontarlier. Bien que de bonne noblesse, c'est probablement à tort qu'elle prétendait avoir été reçue à Saint-Georges, car les listes et les ouvrages sur cette chevalerie n'en font pas mention. Guillaume du Bois, écuyer, était au service de Charles-Quint.
Armes : de sable, au chêne d'argent, englanté de sinople.

BOISDENEMETZ. Famille de Normandie, établie actuellement dans le Jura. Le comte de Boisdenemetz était maire de la ville de Dole en 1850.
Armes : de gueules, à la bande d'argent, chargée de trois molettes d'éperons de sable et accompagnée de deux lionceaux d'or.

BOISOT. A la fin du XVIIe siècle, cette famille, qui était établie depuis longtemps à Besançon, acquit une grande distinction ; Claude Boisot, chevalier, président à mortier au Parlement en 1679, fut père de Claude Boisot, baron de Vayre, qui devint premier président dudit Parlement en 1702. Jean-Antoine, fils de ce dernier, fut également élevé à la dignité de premier président à l'age de trente-six ans. En outre de ces illustrations les Boisot ont produit des conseillers, des abbés de Saint-Vincent et de Saint-Paul de Besançon, un prieur de Chaux, un abbé de Rosières, un brigadier des armées du roi ; etc.
Alliances : Meunier, Philippe, Sarragoz, Borrey, Mouret de Châtillon, Chapuis de Rosières, etc.
Armes : d'or, à trois tourteaux de gueules.

BOISSET. Louis de Boisset, prévôt héréditaire de Viry, seigneur de Percy, et son fils Louis, étaient conseillers au parlement de Dole en 1518 et 1530. Leur postérité a fini dans Guillaume de Boisset, tué devant Orgelet en 1674.
Alliances : de Chaillot, de Mesmay, Boitouzet, Vincent, etc.
Armes : de sable, à deux trèfles d'argent.

BOISSON. Seigneurs de Soucia, convoqués en 1789 aux états de la noblesse du bailliage de Lons-le-Saunier.

BOITOUZET. La descendance d'Étienne Boitouzet, qui vivait en 1419, s'est divisée en deux branches principales. L'aînée, dite d'Épenoy, s'établit à Besançon. Elle a donné à cette ville un cogouverneur en 1438, des capitaines, châtelains de Quingey, un conseiller au Parlement en 1597 et enfin un évêque de Perpignan au siècle dernier. La branche cadette, des seigneurs de Poinsson, s'établit à Salins. C'est en faveur de Pierre-Désiré Boitouzet de Poinsson, colonel de cavalerie, que fut érigé, en 1730, le marquisat de Loullans d'Ormenans.
Alliances : Jacques, de Boisset, Jacquinot, de Moissey, de Mesmay, d'Agay, Raguz, de Germigney, Desmarets, etc.
Armes : d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée en chef de deux losanges d'or et d'une rose de même en pointe.
Devise : SANS REPROCHE.

BOIVIN. Jean Boivin, né à Dole, chevalier, seigneur de Parcey, devint premier président du parlement de la province. Il a laissé une relation estimée du siège de Dole en 1636. Son fils Claude, également premier président, ne laissa qu'une fille, mariée à Hugues-Garnier de Faletaus.
Alliances : Vurry, Camus, Deschamps, Balland, etc.
Armes : tranché ondé d'azur et d'argent, à un croissant renversé d'argent sur l'azur ; au raisin de pourpre, feuillé de sinople sur l'argent.
Devise : CONSCIENTIA ET FAMA.

BOLOMIER. Cette famille, qui est établie depuis longtemps à Saint-Amour, est citée par le Père Menestrier.
Armes : de gueules, au pal d'argent.

BONCOMPAIN. On attribue aux Boncompain, Bongarçon et Bonvalot, de Besançon, une origine commune ; et le nom sous lequel elles sont connues n'aurait été d'abord qu'un surnom. Quoiqu'il en soit de cette assertion, avancée par Chifflet, abbé de Balerne, on trouve le nom de Nicoltas Boncompain, cogouverneur de Besançon, en 1530, et anobli à cette époque par Charles-Quint. Sa postérité est éteinte.
Alliances : Pillot de Chenecey, de Montureux, d'Orchamps, de Remilly.
Armes : d'argent, au chevron de gueules, accompagné de trois croisettes du même.

BONDIEU. Jean Bondieu, dit de Vaudrey, originaire de Salins, fut anobli en 1673.
Armes : d'or, au chef d'argent, chargé de trois sautoirs de gueules.

BONGARÇON. On peut revoir, pour l'origine de cette famille, ce qui a été rapporté à l'article Boncompain. Renaud Bongarçon, écuyer, était cogouverneur de Besançon en 1499, et Jean, en 1502. Leur descendance est finie depuis longtemps. Armes de Boncompain.

BONMARCHANT. Les seigneurs d'Ivrey, au siècle dernier, étaient de cette famille, établie actuellement à Arbois. Estienne Bonaventure Bonmarchant, seigneur d'Ivrey, écuyer, major de place à Salins, chevalier de Saint-Louis, fut convoqué aux états de la noblesse en 1789.
Alliances : Maire de Bouligney, Alviset, etc.

BONNAY. Brutin de Bonnay, chevalier, seigneur d'Autoison et de Thurey en Comté, vivant en 1148, est l'auteur de cette maison, qui, depuis le XVIe siècle, a quitté la province pour s'établir dans le Clermontois. Elle a fourni un grand nombre d'officiers, et s'est alliée aux du Bourg, de Nuseroy, du Breuil, du Houx, Dorlodot de Préville, etc.
Armes : d'argent, à trois hures de sanglier de sable, défendues d'argent.

BONNILLE. La famille de Bonnille, originaire d'Allemagne, est actuellement fixée dans le département de la Haute-Saône.
Alliances : Priozet, etc.

BONTEMPS. Jean Bontemps d'Arbois, conseiller au parlement de Bourgogne, fut anobli en 1486 par Maximilien d'Autriche. Ses descendants ont suivi la carrière des armes, possédé la baronnie d'Eclans et les fiefs de Berthelange, Grozon et Autume.
Alliances : Chaussin, Petrey de Longvy, de Masson, de la Tour, Tranchant de Laverne, etc.
Armes : de gueules, au chevron d'or, chargé de deux aiglettes de sable et accompagné de trois croix d'or.

BONVALOT. L'illustration de la maison Bonvalot et l'ancienneté de son nom semblent mettre en doute l'origine qui lui a été attribuée à l'article Boncompain. En effet, de 1260 à 1533, elle a fourni neuf cogouverneurs de Besançon, qualifiés de chevaliers et d'écuyers, et, dès 1326, on trouve Jacques Bonvalot au nombre des exécuteurs testamentaires de Henri, petit-fils du comte Hugues de Bourgogne. François Bonvalot, archevêque administrateur de Besançon, de 1544 à 1556, ambassadeur de Charles-Quint, en France, seigneur de Champagney, avait deux soeurs, dont l'une, Nicole, épousa le chancelier de Granvelle, et l'autre, Estiennette, fut mariée à Jean de Saint-Mauris-Montbarrey, ambassadeur de Charles-Quint. Ils furent les derniers de cette illustre maison, dont l'empereur avait confirmé l'ancienne noblesse.
Alliances : Varin, d'Aigremont, de Jouffroy, de la Roche, de Chauvirey, de Grammont, etc.
Armes : d'argent, à trois jumelles de gueules.

BONVALOT. Il est de notoriété publique que Jean-Jacques Bonvalot, chevalier, seigneur de l'Estoile, premier président du parlement de Dole, en 1665, renvoya au marquis d'Yenne les titres des Bonvalot, de Besançon, en répondant qu'il n'avait pas l'honneur d'être de cette famille. Ses ancêtres, originaires de l'Étoile, avaient fourni des procureurs, des châtelains et des baillis. Leur postérité s'éteignit dans le fils du président. Alliances : Chaumont, Richardot de Morey, etc.

BOQUET. Pierre Boquet de Saint-Amour, vivant en 1461, est l'auteur de cette famille, qui fut anoblie en 1607, et qui obtint des lettres de chevalerie en 1725. La terre de Courbouzon fut érigée en baronnie, en 1740, en faveur de Claude Antoine Boquet, président à mortier au parlement de Franche-Comté, charge qui fut occupée par son fils et par son petit fils. Ce dernier n'eut que deux filles, mariées dans les maisons Lebas de Bouclans et Garnier. Alliances : de Vers, Poysier, David, Sachet, Chifflet, etc.
Armes : d'azur, à quatre quintefeuilles d'or, posées 2 et 2.

LA BORDE. Ancienne famille éteinte, de Besançon, souvent condamnée aux vicissitudes de la fortune. Dès 1405, Perrin de la Borde, et en 1636, Léonard, étaient cogouverneurs de la cité.
Armes : d'or, à un hêtre arraché de sinople.

BORDEY. Jean Bordey, lieutenant d'Ornans, originaire de Vuillafans, fut anobli en 1503. Il était allié des Bonvalot et des Perrenot de Granvelle.
Armes : de gueules, à deux bourdons de pèlerin posés en pal ; et à trois étoiles, l'une en pointe et les deux autres en flanc, du même.

BORQUIN. Claude Borquin, archer du roi d'Espagne Philippe III, et originaire de Nod, reçut des lettres de noblesse en 1613.
Armes : d'or, à la clef d'azur, accompagnée en chef de deux étoiles et d'une autre du même en pointe.

BORREY. Ancienne noblesse du bailliage de Vesoul, citée dans le nécrologe de Saint-Paul de Besançon, où Ponce de Borrey était chanoine. Elle s'est éteinte au XVe siècle.
Armes : d'argent, à trois bandes d'azur, au chef de gueules, chargé d'un lion léopardé d'argent.

BORREY. Famille différente de la précédente et dont était Antoine Borrey, conseiller d'État et premier président en la cour des comptes de Dole en 1696.

BOUDOT. Paul Boudot, de basse extraction fut évêque d'Arras. Son frère François se fit anoblir par finances en 1627, et acquit des lettres de chevalerie en 1633. Il mourut sans postérité.
Armes : d'azur à une potence surmontée de trois étoiles et accompagnée de deux cors de chasse, le tout d'or.

BOUDRAN. Armes : d'azur, à bande d'or, chargée de trois cœurs le gueules.

BOUDRET. Famille connue par titre depuis 1693. Elle a donné un archidiacre de Salins en 1746.

BOUHELIER. Jean Ferdinand et Alexandre Bouhelier frères, Jean Bouhelier, leur cousin, tous écuyers, servaient dans les armées de Charles-Quint. Leur descendance a produit un conseiller au parlement en 1720, un procureur général à la cour des comptes de Dole, un lieutenant général de ce bailliage, et a possédé les fiefs d'Audelange, de Sermange, de Viseney, etc.
Alliances : Gailliot, etc.
Armes : de gueules à trois fasces d'or.

BOURBEVELLE. Noblesse d'origine chevaleresque. Elle est éteinte depuis longtemps. Alliances: de Baumotte, de Saint-Belin, de Quingey, de Rye, etc. La famille Mathelat, qui porte actuellement le nom de Bourbevelle et qui est alliée aux d'Escoubleau de Sourdis, Priozet, n'a rien de commun avec celle des anciens seigneur de Bourbevelle dont les armes étaient : d'azur, à une bande dentelée d'or, accompagnée de six croix pommetées d'or, et mises en orle.

BOURDET. Famille qui possédait au siècle dernier la seigneurie de la Loye, et qui a été convoquée aux états nobles du bailliage de Dole en 1789.

BOURDIER. Claude Bourdier, de Dole, écuyer, conseiller du duc de Bourgogne, appartenait à cette famille.
Alliances: de Crissey, Lallemant de Vaitte, de Jouffroy, d'Uzelle, de Resie, etc.
Armes : d'azur, à trois roues percées d'or.

BOURGEOIS. Ancienne maison connue dès l'an 1300, dans Jean, cogouvernenr de Besançon, marié à Béatrix de la Tour. Leur petit-fils Jean Bourgeois, chevalier, seigneur de Chalezeule, releva le nom de la Tour, auquel il joignit celui de Saint-Quentin, dont sa mère avait hérité. Sa maison, dès lors, ne fut plus connue à Besançon que sous le nom de de la Tour Saint-Quentin, et a possédé l'office héréditaire de maître d'hôtel de l'archevêché. Jean-Jacques de la Tour Saint-Quentin, mort en 1634, avait obtenu l'érection en baronnie de la terre de Moncley, et en comté du fief de la Tour. François avait été écuyer du comte de Bourgogne. Cette famille s'est éteinte au XVIIe siècle. Elle avait été admise à Saint-Georges en 1653, et s'était alliée aux de Savigny, d'Orsans, de Gilley, de Grammont, d'Enskerque, etc.
Armes : de gueules, à la bande d'or, au franc canton d'azur en chef.

BOURGES. Cette famille, qui possédait au siècle dernier le fief de Maillot, a été convoquée aux états de la noblesse du bailliage de Dole en 1789.

BOURGON. Au siècle dernier, cette famille possédait les terres de Chantrans et d'Arcier. Elle a donné un conseiller au parlement de Besançon, et a été convoquée aux états de la noblesse en 1789.
Alliances: Chaillot, Maire de Bouligney, etc.

BOURGUIGNET. Seigneurs de Saint-Bresson et originaires de Vesoul. Ils ont été anoblis en 1578 dans la personne de François Bourguignet, capitaine dans les armées d'Espagne.
Alliances : Pusel, etc.
Armes : d'azur, à l'aigle essorant d'or, mouvant de senestre et regardant un soleil du même, posé au premier canton du chef.

BOURRÉE de CORBERON. (Voyez l'Annuaire de 1854, p. 326.)

BOURRELIER. Guillaume Bourrelier, seigneur de Civry, écuyer, conseiller du duc Philippe le Bon de Bourgogne, est l'auteur de cette famille. Il était de Salins. Un de ses descendants au neuvième degré, Joseph Bourrelier de Malpus, comte de Mantry, était au siècle dernier le chef de la lignée. Son fils était page de la Dauphine en 1756.
Alliances : de la Ferlé, Fauche, Cécile, de Blye, Pillot.
Armes : d'azur, à la fasce d'or accompagnée de trois trèfles d'argent, deux en chef et un en pointe.

BOUSSON DE MAIRET. Cette famille du parlement a été anoblie au siècle dernier.
Armes : écartelé, aux 1 et 4 d'azur, au pigeon d'argent posé sur une pomme, qui est Bousson ; au 2 et 3 d'azur, au lion d'or, armé d'une lance, qui est de Mairet.

BOUTECHOUX DE CHAVANNES. (Voir l'Annuaire de 1862, p. 149.)

BOUTON. Sans parler de la maison Bouton de Chamilly, qui, malgré ses alliances et ses possessions en Franche-Comté, appartint au duché de Bourgogne, on comptait deux familles de ce nom. L'une d'elles est connue dans Antoine Bouton, seigneur de Chamblay, lieutenant général au ressort de Salins, conseiller au parlement, mort en 1655, sans enfants. Il avait pour armes : d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée en chef d'une étoile d'or et en pointe d'une rose du même. L'autre, citée par l'abbé Chifflet, possédait la seigneurie de Corberon, et portait : fascé d'or et de gueules de six pièces; à un écusson de gueules posé en coeur et chargé d'une aigle d'or.
Devise mise au bas d'une rose : LE BOUTON VAUT BIEN LA ROSE.

BOUVERET. Famille admise aux états de la noblesse en 1789, et représentée alors par un avocat et un officier au service de la France.

BOUVEROT. Famille noble de Franche-Comté. Elle s'est alliée aux de Lesme, Alviset de Maizières, Javel de Villers-farlay, etc.
Armes : d'azur, à une tête de bœuf sommée d'une étoile d'or.

BOUVOT. La noblesse de la famille de Bouvot, actuellement établie dans la Haute-Saône, fut accordée en 1641. Avant cette époque et dès 1383, Jean Bouvot était cogouverneur de Besançon.
Alliances : de Tinseau, Mareschal, de Veset, Maire de Bouligney, etc.
Armes : d'argent, au chef de sable, chargé d'un boeuf naissant d'argent.

BOVAL. Claude de Boval était grand écuyer du roi d'Espagne Philippe Ier.
Armes : d'or, à un griffon rampant de gueules.

BOUZIES. Une branche de cette maison, originaire du Hainaut, s'est fixée, au siècle dernier, en Franche-Comté. Quatre de ses membres, qualifiés de comtes de Bouzies, étaient chevaliers de Saint-Georges.
Alliances : le Brun, de Rosières, de Sorans, de Scey, etc.

23 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : BL

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item
BLANC (le). Ancienne noblesse, qui a donné en 1537 un chevalier de Saint-Georges, et qui s'est alliée aux Bourgeois, de Clermont, de Vaudrey, de Grammont, de Grandvelle, de Merceret, d'Andelot, etc. Armes : de gueules, au chef d'or, à un lion d'azur brochant sur le tout.

BLANCHOZ. Famille de Saint-Claude. Armes : d'azur, à trois fasces d'or, accompagnées de trois têtes de chou du même, deux en chef et une en pointe.

BLANDANS. Famille éteinte. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois annelets du même.

BLANDIN. Maurice Léopold de Blandin, de Chalain, lieutenant-colonel, fut convoqué, avec son frère, aux états de la noblesse du bailliage de Poligny en 1789. Un de leurs parents, seigneur de Beauregard, figura aux états de Lons-le-Saunier.

BLISTERWICK. Ancienne noblesse, originaire du Gueldre, et fixée en Franche-Comté depuis le XVe siècle, où elle a tenu un rang considérable. Ses deux derniers représentants sont morts sans postérité. C'étaient 1° le colonel de Blisterwick, dit le marquis de Moncley ; 2° Antoine François de Blisterwick, archevêque de Besançon, prince du Saint-Empire, qui mourut en 1735. Le comte de Vaudrey, son neveu, hérita de ses biens. Alliances : de Montureux, de Constable, de Friand, de Baumotte, de Saint-Mauris, Bancenel, etc. Armes : d'or, à l'émanche de trois pièces de gueules. Devise: HONNEUR Y GIST.

BLONDEAU. Claude François Blondeau, de Charnage, d'une famille originaire de Lorraine, fixée en Franche-Comté au siècle dernier, quitta la profession militaire pour suivre la carrière des lettres. Armes : d'or, au chevron d'azur, chargé d'un croissant d'argent et accompagné de trois oeillets de gueules, feuillés et tigés de sinople.

BLYE. Ancienne maison éteinte. Les seigneurs de Blye ont eu des alliances avec les de Grammont, de Dombasle, de Jouffroy, de Toulouse, de Bessey, de Montrichard, etc. Armes : de sable, à une bande ondée d'argent, accompagnée de deux roses du même.

20 février 2007

AD 27 Les archives numérisées de l'Eure sont en ligne

Information trouvée via Geneablog.org : Il est désormais possible de rechercher les actes de naissance ou baptême, mariage, décès ou sépultures directement sur le site des archives départementales de l'Eure.

19 février 2007

Le groupe Yahoo Pignanais

Le groupe Yahoo Pignanais, animé par Christophe Rocca, est un forum d'échange de données généalogique sur Pignan et les villages voisins (Cournonterral, Cournonsec, Saussan, Lavérune, Fabrègues, Saint-Jean de Védas, Saint-Georges d'Orques, Murviel, Saint-Paul et Valmalle). Démarré il y a à peine quelques mois, le travail déjà réalisé par les bénévoles (dépouillements de Pignan et Cournonterral) est remarquable. L'adresse : http://fr.groups.yahoo.com/group/pignanais/

18 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : BI

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item
BIANS. Les seigneurs du nom de Bians se sont éteints en Espagne, après avoir donné, de 1553 à 1630, trois chevaliers de Saint-Georges. Alliances de la Jonchère, de Valdahon, de Guillot, etc. Armes : de gueulés, au sautoir d’or, cantonné de douze billettes du même.

BICHIN. Jean Bichin, dit de Fingerlin, d’une famille anoblie en 1542, reçut des lettres de confirmation de noblesse en 1544. Ses descendants étaient seigneurs de Pompierre. Alliances : Besancenot, etc. Armes : d’azur, à une fasce d’or, accompagnée en chef d’une montagne d’or à trois coupeaux de sinople ; à une biche issante du premier à droite, au naturel, languée de gueules ; à un besant aussi d’or, à la pointe de l’écu.

BIETRIX. Noblesse patricienne de Besançon, qui a possédé la terre de Pelousey, a donné un cogouverneur de la cité en 1651, un conseiller au Parlement à la fin du siècle dernier, et qui s’est alliée à la maison des marquis de la Perrière, Armes : de gueules, à la fasce d’argent, accompagnée de deux trèfles d’or en chef.

BILLARCEY. Jean Billarcey, trésorier du comté de Bourgogne, appartenait à une famille noble de Salins. Il ne laissa qu’une fille qui n’eut pas d’alliance. Armes : d’or, à une épée d’azur mise en pal, la pointe en haut.

BILLARD. Les seigneuries de Raze, de By et de Mouchard appartenaient à cette famille, qui a servi dans l’épée, et qui avait entrée dans les chapitres nobles de Saint-Claude, de Lons-le-Saunier et de Besançon. Elle avait été anoblie en 1617. Alliances : Marchant, Vincent de Villersfarlay, etc. Armes : d’or, au sautoir engrêlé de gueules, accompagné de quatre têtes d’aigle arrachées de sable.

BILLEREZ. Noble François Billerez était avocat général au parlement de Besançon. Alliances : Garnaud, Sarragoz, etc.

BILLY. Jean de Billy, recteur de l’université du Comté au XVe siècle, était originaire du duché de Bourgogne. Ses descendants ont donné des conseillers à la cour des comptes de Dôle, et leur postérité s’est éteinte au siècle dernier dans la famille Bacquet. Les seigneurs de Feules, du nom de Labbey, héritiers des Bacquet, ont relevé le nom et les amies de Billy. Alliances : Tinseau, Sordet, Boivin, Masson, etc.

BINANS. Le nom des anciens seigneurs de Binans, originaires des environs de Lons-le-Saunier, apparaît dès le XIIe siècle. La branche aînée s’éteignit au XIVe siècle dans la maison de Chaton, et la branche cadette, qui n’a eu qu’une génération de plus, finit dans celle de Grammont-Chatillon. Alliances : de Saint-Sulpice, de la Baume Saint-Amour, etc. Armes : d’azur, à la bande engreslée d’or, accompagnée de six croix pommelées du même et mises en orle.

BINETRUY. Les seigneurs de Grandfontaine appartenaient à cette famille, qui fut admise en 1789 aux états de la noblesse du bailliage de Dôle.

17 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : BE

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item
BEAUREPAIRE. Les seigneurs et marquis de Beaurepaire sont originaires de la Bresse. Ils ont assisté aux états de la noblesse de la Franche-Comté en 1789, et se sont alliés aux maisons de Salins, de Scey, d'Igny, etc. Armes : d'or, au chevron d'azur.

BEAUVOIR. La maison de ce nom, connue dès l'an 1237, s'est éteinte dans celle de Vergy, dont une branche en releva les nom et Armes : d'azur, à trois losanges d'argent et au lambel d'or.

BELIN. La Franche-Comté est le berceau de deux familles du nom de Belin. L'une d'elle, éteinte, a été anoblie par Philippe II d'Espagne, a produit un évêque du Bellay en 1658, des cogouverneurs de la cité libre de Besançon, et un conseiller au Parlement en 1733. Alliances : de Cléron, Barressol, Renard, Pourcheresse, de Mongenet, etc. Armes : de gueules, à trois têtes de bélier d'argent. L'autre, connue sous le nom de Belin de Chenecey, ne parait pas se rattacher à la même souche que la première. Alliances : de la Baume-Mont-Saint-Ligier, de Combaron, d'Amondans, etc. Armes : coupé, au 1er d'or, à une aigle d'argent ; au 2e de sable, à trois quintefeuilles d'azur.

BELON. La famille de Belon, qui a assisté en 1789 aux états de la noblesse du Comté, possédait alors les seigneuries de Coges, d'Aligny, de Marpin. Elle a donné un conseiller maître à la cour des comptes de la province, et porte le titre de comte. Les Belon de Coges portaient : d'azur au sautoir dentelé d'or, cantonné de quatre étoiles d'argent.

BELOT. Cette famille, de Noseroy, dont les lettres de noblesse remontent à 1531, et les patentes de chevalerie à 1645, a tenu un rang très distingué. Elle s'est divisée en deux branches; celle des marquis de Villette ; et celle des marquis de Chevigney, seigneur de Rosey, admises quinze fois à Saint-Georges, de 1672 à 1777. Eléonor Hyacinthe de Belot de Larians était grand prieur de Gigny en 1705. Alliances : de Foudras, de Froissard, Seyturier, de Messey, etc. Armes : d'argent, à trois losanges d'azur, au chef cousu d'or et bastillé de trois pièces. Une autre famille de ce nom était originaire de Baume. Elle avait pour armes de gueules, à deux besants d'argent en chef, et une étoile en pointe du même; au chef bandé d'argent et de gueules.

BENOIT. Amiot Benoit, cogouverneur de Besançon en 1284 ; charge occupée par plusieurs de ses descendants, appartenait à une maison qui est connue dans les anciens titres sous le nom de Benedicti, et qui s'est éteinte, il y a plusieurs siècles, dans celle d'Orchamps. Armes : d'or, fretté de gueules. Une autre famille Benoit est originaire de Lons-le-Saunier. Elle a fourni, en 1540, un procureur général au parlement de Dole, dans Marin Benoit, dont la descendance fut anoblie en 1602, et a donné un chevalier de Malte. Les alliances de cette maison, qui possédait les terres de la Charme, d'Anrosey, sont : de Pointes, du Pin, de Montoche, Gougenot, de la Voivre, etc. Armes : d'azur, au chevron d'argent, chargé en pointe d'une étoile à cinq rayons de gueules.

BENOZ DE ROY. Le véritable nom de cette famille est Viennot. Elle a pris celui de Benoz, indiqué ainsi, par suite de la prononciation espagnole, sur les lettres de noblesse que Claude Viennot de Roy, attaché au service de l'infante Isabelle, obtint en 1624. Armes : de gueules, à une bande d'or, accompagnée en chef d'une croix, et en pointe d'une couronne à trois fleurons, traversée d'un rameau, le tout d'or.

BERARD. Cette famille est originaire du bailliage d'Aval. Armes : de gueules, à une tête de léopard d'or, surmontée d'une étoile du même.

BERCIN. Des lettres de noblesse furent accordées en 1501 à cette famille de Besançon, qui s'éteignit après avoir fourni des cogouverneurs de la cité. Armes : d'azur, à une rose d'or en pointe, et à deux rayons lumineux mouvant des cantons du chef.

BERDET ou BARDET. Philippe Berdet était prieur de Belle-Fontaine au XVIe siècle. Il appartenait à une famille qui reçut des lettres de noblesse en 1538, et dont la postérité s'est éteinte. Armes : de gueules à la bande d'or chargée de trois trèfles d'azur.

BEREUR. Antoine Bereur, originaire de Pesmes, conseiller au Parlement, fils de Jean Bereur, lieutenant du bailliage de Pesmes, fut anobli en 1602. Claude, l'un de ses fils, devint conseiller d'État, et fut l'auteur de la branche de Malans, qui n'existe plus, et qui a fourni un maréchal de camp. La branche des seigneurs de Villiers, qui a donné un conseiller au Parlement, est également finie. Alliances : Mayrot, de Poutier, Matherot, d'Arvisenet , Bacquet, Franchet , Petremand, etc. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné en chef de deux quintefeuilles, et en pointe de trois croissants d'argent.

BERGERES. Robert Bergères était conseiller au parlement de Dole au XVIe siècle. Sa postérité s'est éteinte. Alliances : de Chaillot, Dusillet, de Crissey, etc. Armes : de gueules, à une branche chargée de trois feuilles d'or en pal ; au chef d'azur, chargé d'une étoile d'or.

BERMONT. Jean-Philibert, fils naturel de Philibert de Moustier, seigneur de Bermont, tué en 1636, est l'auteur de cette famille, qui a obtenu en 1767, par un acte notarié de la maison légitime de Moustier, l'autorisation de porter ce nom, joint à celui de Bermont, à charge de ne l'en jamais séparer et de briser les armes d'une barre. Cette famille compte des officiers distingués. L'un d'eux, mousquetaire du roi, était du voyage de l'infortuné Louis XVI à Varennes. Alliance : de Crosey, etc. Armes : de gueules, au chevron d'argent, accompagné de trois aigles éployées de sable ; une barre d'argent sur le tout.

BERNARD DE MONTESSUS. Ancienne noblesse, originaire du duché de Bourgogne, où elle est connue depuis l'an 1360. Elle compte parmi ses illustrations un chanoine, comte du chapitre de Lyon en 1766, des gouverneurs de Châlons et de Beaune, des gentilshommes de la chambre du roi, et des chevaliers des ordres du Roi, de Saint-Louis, de Saint-Georges, etc. Établie en Franche-Comté, par suite d'une alliance en 1539, la branche aînée des barons, puis comtes de Rully, n'y séjourna que momentanément. La branche cadette, dite de Chauvirey, ne l'a jamais quittée, et s'est éteinte au commencement de ce siècle. François Salomon de Bernard de Montessus obtint, en 1740, l'érection en baronnie, sous le nom de Vitrey, des terres et seigneuries de Vitrey, Chauvirey et dépendances. Alliances : du Meix, Faulquier de Chauvirey, de Fussey, de Chabot, de Choiseul-Lanques, de Montgenet, de Lisa, etc. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois étoiles d'argent.

BERNARD DE TALODE. Cette maison appartient par son origine à l'Auvergne, où Raymond de Bernard vivait en 1273. Elle a donné des officiers de marque. Armes : d'azur, à trois têtes de lion arrachées d'or.

BERNARD. Cette famille, qui est originaire de la Bresse, possédait au siècle dernier les seigneuries de Dompsure et de Pelagey, dont deux branches établies dans le Jura ont conservé les noms. Celle de Dompsure a reçu des lettres de noblesse en 1816. Armes : d'azur, à un chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent, et en pointe d'un croissant de même. On trouve le nom Étienne Bernard, seigneur de Mutigney, greffier en chef du Parlement en 1556, dont les armes ont une certaine analogie, et sont : d'or, au chevron de sable, accompagné en chef de deux étoiles, et en pointe d'un coeur d'argent.

BERNE. Famille éteinte ; Othes de Berne fut tué dans une guerre des citoyens de Besançon contre le sire d'Arguel en 1273.

BERTHOZ. Bien qu'anoblis par les rois d'Espagne au XVIe siècle, les Berthoz étaient très anciens, et connus à Poligny.. Alexandre Berthoz, conseiller, doyen du chapitre d'Arbois, et recteur de l'université du Comté, vivait en 1461. Armes : coupé, au 1er d'or, au 2e de gueules, à soleil de l'un en l'autre, brochant sur le tout.

BERTIN. Famille originaire de Lons-le-Saunier, et anoblie en 1501. Armes : d'azur, à trois flammes d'argent, rangées en fasces et trianglées de trois bétons d'or.

BESANCENOT. Antoine et Jean Besancenot, de Vesoul, reçurent des lettres de noblesse en 1612. Leur postérité a possédé les seigneuries de Cendrecourt, de Noroy, et produit un lieutenant du bailliage de Vesoul, ainsi qu'un conseiller au parlement de la province. Alliances de Saint-Mauris, Jacques, Laborey, Bichin, Salivet, Raillard de Granvelle. Armes : d'azur, à un palmier arraché de sinople. (faute de principe). D'après d'autres sources (voir commentaires ci-dessous), les armes des Besancenot sont : d'or au palmier arraché de sinople.

Nobiliaire de Franche-Comté : BA

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item
BACHELU. Joseph Gilbert Désiré Bachelu, de Dole, mort général de division en 1849, avait été créé baron de l'Empire. Sa famille est ancienne. Armes : écartelé, au 1er contrecartelé danché d'argent et de gueules; au 2e de baron tiré de l'armée; au 3e parti, au 1er d'argent au chevron de gueules, accompagné de trois mains appaumées de même, deux en chef et une en pointe; au 2e de gueules, à trois feuilles de chêne, posées 2 et 1; au 4e coupé au 1er écartelé d'argent et de gueules; au 2e fasce d'or et d'azur de quatre pièces.

BACQUET. Cette famille est originaire de Vesoul ; elle a fourni un avocat général au parlement de la province, et un vicomte maïeur de Dole, mort en 1668. Elle s'est alliée au Varin d'Audeux, Bereur, Caresmentrant, de Mayrot, de Billy, etc.

BAGUINET. Nicolas Baguinet, docteur ès droits à Vesoul, vivait en 1540. Claude Baguinet était maire de la ville de Vesoul en 1633. Leur postérité s'est éteinte au siècle dernier. Alliances Aymonnet, Vuilleret. Etc,

BALAHU. Simon Pierre de Balahu était vicomte maïeur de Gray en 1684, et François, seigneur de Noiron, son neveu, lieutenant général du bailliage de cette ville. Alliances : d'Arvisenet, de Tricornot, Paguelle, etc. Armes : d'azur, à quatre vergettes de gueules, au chevron brochant d'argent et au chef du champ chargé d'une aigle de sable.

BALLAND. Cette famille possédait les seigneuries de Montferney et de Montagney, au ressort de Vesoul, en 1629. Elle a été convoquée aux états de la noblesse du bailliage de Dole en 1789. Armes : d'azur, à un balancier d'or, accompagné de trois étoiles aussi d'or en chef, et d'un croissant d'argent en pointe.

BALAY. Aimé de Balay, chevalier, chambellan de Marguerite d'Autriche, était originaire du Rhetelois ; il se fixa à Dole, dont il devint le bailli, et où il mourut en 1527. Ses descendants obtinrent l'érection d'un marquisat par lettres patentes enregistrées au parlement de Franche-Comté en 1712, et furent admis huit fois à Saint-Georges. Alliances : de Saulx, Mouchet, de Marnix, etc. Armes : de sable, au lion d'or.

BANCENEL. Famille originaire de Salins et anoblie en 1609. Alliances : d'Orchamps, Marchant de la châtelaine, de Blisterwick, Boitouzet, etc. Armes : d'azur, à trois quintefeuilles d'or, deux en chef et une en pointe ; à la tête de léopard du même mise en coeur.

BANNANS. Maison éteinte, qui fut convoquée aux états nobles de 1633.

BANNELIER. Bertin Bannelier était cogouverneur de Besançon en 1291. Sa postérité s'est éteinte au XVIIe siècle dans les maisons de Maubouhans et de Malseigne. Armes : d'argent, à un sanglier de sable.

BARANGIER. Maison éteinte, anoblie en 1503 dans Louis Barangier, de Dole maître des requêtes. Alliances : de Grillet, Besancenot, etc. Armes : d'azur, à la fasce d'argent, chargée d'une aigle à double tête de sable, et accompagnée de trois fleurs d'argent.

BARBEAU. Un membre de cette maison, seigneur de Florimond, et originaire de Montbéliard, reçut des lettres de noblesse en 1675.

BARBEROT. Antoine Barberot, secrétaire de l'archiduc Maximilien d'Autriche, se fixa à Gray en 1500. La noblesse de ses descendants a été confirmée en 1696, par arrêt du parlement de Dole. Alliances Hugon, Jobelot, de Montrichier, de Tricornot, de Vaudrey, etc. Cette famille a possédé la terre d'Autet et a fourni des officiers supérieurs. Armes : d'azur, à l'aigle d'or, becquée, membrée de gueules, empiétant un serpent d'or, langué de gueules:

BAREL. Hugues de Barel ou Barey, chevalier, vivait à Besançon au XIVe siècle ; sa postérité s'est éteinte.

BARRESSOL. Famille de Vesoul qui a possédé les terres de Molans, de Genevreuille, et qui s'est alliée aux de Chassey, de Quingey, de Neufchâtel, Aymonnet, etc. Armes : d'azur, à une jumelle d'or ayant au milieu trois besants, et surmontée d'un soleil du même.

BARILLET. Famille ancienne, de Pontarlier, qui avait dérogé. Nicolas Barillet, maître en la cour des comptes, obtint des lettres de réhabilitation en 1589. Armes : d'azur, à trois barillets d'or.

BARISEY. Armes : de gueules, au chef d'or chargé de deux têtes de sable.

BARON. Jean-Claude de Baron, seigneur de Rosey, assista aux états nobles de la province en 1636.

BAROZ. Denis Baroz, créé chevalier par le roi d'Espagne, mourut assassiné. Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée de trois têtes d'aigle arrachées du même.

BARRADOT. Famille d'Arbois, connue par un trésorier de la duchesse Marie, fille de Charles le Téméraire. Armes : d'or, à deux fasces de gueules en chef, et à trois quintefeuilles d'azur en pointe.

BARRES. Thiebaud des Barres ou d'Esbarres. Gouverneur d'Auxonne, s'établit à Salins. Son petit-fils, Pierre des Barres, mort en 1565, devint premier président du parlement de Dole. Armes : d'azur, à la fasce d'or ; accompagnée de trois croissants du même. .

BAS (le). Famille originaire du Berry. Joseph Le Bas de Clevant, conseiller au parlement de Franche-Comté, obtint l'érection en marquisat de la baronnie de Bouclans, unie à d'autres terres, en 1749. Alliances : Broquard, de la Rochette, etc. Armes : d'or, au lion de gueules, accompagnée de trois arbres arrachés de sinople.

BASSAND. Cette famille qui est éteinte depuis un demi-siècle, a possédé la seigneurie de Rans, et a fourni un recteur de l'université du Comté en 1606, puis un procureur général au Parlement en 1627.

BASSIVETTE. Famille admise aux états de la noblesse du bailliage de Dole en 1789 ; elle possédait alors la seigneurie de Laudon. Claude-Alexis Bassivette était vicomte-maïeur de Dole en 1708.

BATTEFORT. Les seigneurs de ce nom, barons de Tramelay au bailliage d'Aval, s'éteignirent au XVIe siècle dans la maison Mouchet ou Mochet, qui en releva le nom et les armes. Léonel de Battefort , gentilhomme de l'empereur Charles Quint, et son ambassadeur en Suisse, n'eut qu'une fille. Armes : de gueules, à une épée d'argent mise en pal ; au chef d'azur, chargé de deux roses d'argent. .

BAUDEQUIN. Cette famille, qui n'existe plus, avait été anoblie en 1589. Armes : d'argent, à une hure de sanglier de sable, mise en fasce et armée d'argent

BAUDOIN. Seigneurs de Baufort, éteints au XVe siècle.

BAUFFREMONT (de). Voir l'Annuaire de 1843, page 123.

BAUJEU. Les seigneurs de Baujeu tiraient leur nom d'un village voisin de Gray. Guillaume de Baujeu, grand maître du Temple, mourut au siége de Saint-Jean d'Acre en 1297 ; il appartenait à une branche éteinte depuis longtemps. La branche cadette des seigneurs de Montot, admise à Saint-Georges et dans les chapitres nobles, a fini, en 1699, dans la maison de Vaudrey. Alliances : de Scey, de la Baume, de Granvelle, de Grammont, de Choiseul, etc. Armes : burelé, d'argent et de gueules de dix pièces. Devise : A TOUT VENANT. BAUJEU.

BAULART. Les seigneurs de Rigny étaient de cette famille, et originaires de Gray ; ils ont été reçus aux états de la noblesse en 1789, et se sont alliés aux Lore de Francour, d'Orival, etc.

BAULOT. Famille qui a possédé la seigneurie de Chauvillerain. Alliances : Grospain, etc.

BAUME-MONTREVEL (la). Illustre maison du Bugey, dont l'histoire appartient également à la Franche-Comté. Laissant de côté les prétentions qui la font descendre des rois d'Albanie, on peut assurer qu'au XIIe siècle, elle occupait déjà un rang élevé dans la noblesse féodale. Elle s fourni deux cardinaux, archevêques de Besançon, deux grands maîtres des arbalétriers, deux maréchaux de France, un vice-roi de Naples, dix-sept gouverneurs de provinces, des chevaliers de la Toison d'or, de Saint-Georges, etc. C'est pour elle que Montrevel fut érigé en comté, en 1427, par le duc de Savoie ; Saint-Martin en Bresse, en marquisat en 1584 ; Châleauvilain en comté en 1550. Alliances : de Châtillon, de la Palud, de Bouillon, d'Oyselet, de Neufchâtel, d'Igny, de Rye, etc. Armes : d'or à la bande vivrée d'azur.

BAUME-SAINT-AMOUR (la). C'est sans preuves positives qu'on attribue aux seigneurs de la Baume-Saint-Amour une origine commune avec la maison dont l'article précède. Quoi qu'il en soit, ils sont aussi originaires du Bugey, où on les voit apparaitre dès l'an 1092. Le nom de Saint-Amour est le résultat d'une substitution. Alliances : Poupet, de Damas, Richardot, de Genève, de Toulougeon, etc. Armes : d'or, à la bande d'azur.

BAUME-MONT-SAINT-LIGIER (la). Autre maison alliée à celles de Remilly, de Boigne, de Carondelet, Grégoire, etc. Armes : de sable, au chevron d'argent.

BAUME. Famille qui a pour armes : d'azur, à la bande d'argent, chargée de trois hermines de sable.

BAUMOTTE. Antoine de Baumotte fut reçu à Saint-Georges en 1440. Sa postérité, qui a fourni en 1530 un conseiller au parlement de la province, s'est éteinte. Alliances : de Mion, de Remilly, de Grammont, de Blistervick, de Mailleroncourt, etc. Armes : de sable, au sautoir d'argent.

BAVILLIER. Le duc de Lorraine accorda des lettres de noblesse à cette famille, qui est originaire de Gray. En 1589, Philippe II accorda des lettres de réhabilitation. Armes : d'azur, à la levrette accompagnée au canton dextre d'une étoile, et au canton senestre d'une nuée, le tout d'argent.

BAVOUX. Claude Bavoux, seigneur de la Rochelle, n'eut qu'une fille, mariée au siècle dernier au conseiller Favières de Charmes. Sa noblesse avait été reconnue par arrêt du Parlement en 1722.

BAZIN. Maison éteinte. Alliances : de Vesoul, de Quingey, etc. Armes : de gueules, à une biche d'or.

BAZAN. Gérard Bazan fut conseiller des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi et Jean Sans-peur. Un de ses descendants, Jean Bazan, seigneur de Cordiron, eut la même charge au parlement de Dole. Alliances : de Vaudrey, de Malpas, Carondelet, etc. Armes : de gueules, au chevron d'argent, accompagné de trois besants d'or.

14 février 2007

Mariage d'épouses Leneutre dans l'Aisne

à Attilly

Date : 20/06/1849
M1 : LENAIN Alphonse Eugène x LENEUTRE Marie Aimable Louise
M2 : LENAIN Jean Baptiste x FOUQUET Marie Rose
M3 : LENEUTRE Aimé Zacharie St-Ange x DELAMOITIÉ Marie Honorine Modeste

Date : 08/12/1846
M1 : LENFANT Charles Louis Joseph x LENEUTRE Stéphanie
M2 : LENFANT Charles x LEMIRE Marie Thérèse Euphrosine
M3 : LENEUTRE St-Ange Aimé Zacharie x DELAMOITIÉ Marie Honorine Modeste

Date : 26/07/1847
M1 : CARON Louis François Armand x LENEUTRE Zélie Armance
M2 : CARON Louis François x LAMY Rose Victoire
M3 : LENEUTRE Zacharie Aimée St-Ange x DELAMOITÉ Marie Honorine Modeste

à Caulaincourt

Date : 04/10/1794
M1 : HAVET Quentin x LENEUTRE Marie Marguerite
M2 : HAVET Quentin x MONDOT Marie Françoise
M3 : LENEUTRE Jean Pierre x MOUTON Marie Catherine

Date : 07/02/1796
M1 : HAVET Pierre Louis Quentin x LENEUTRE Marie Henriette Albertine
M2 : HAVET Louis x BUTTIN Gabrielle
M3 : LENEUTRE Jean Pierre x MOUTON Marie Catherine

Date : 02/07/1765
M1 : VASSEUR Robert x LENEUTRE Marie Jeanne
M2 : VASSEUR Jean x FRISON Marie Anne
M3 : LENEUTRE Jean+ x DUPUIS Marie

à Holnon

Date : 30/07/1771
M1 : PALESY Nicolas x LENEUTRE Marie Anne
M2 : PALESY x GRAUX Hélène
M3 : LENEUTRE Toussaint x LEMIRE Madeleine

à Saint-Quentin

Date : 29/11/1820
M1 : OUIN Louis Jacques x LENEUTRE Marie Claire
M2 : OUIN Louis Nicolas+ x FEUILLY Marie Anne+
M3 : LENEUTRE Macaire+ x ROMAIN Marie Madeleine+

à Trefcon

Date : 15/07/1795
M1 : NOÉ Jean Claude x LENEUTRE Anne
M2 : NOÉ Jean Claude x LEFEVRE Marie
M3 : LENEUTRE Jean Louis x LENEUTRE Catherine

à Thenelles

Date : 01/06/1859
M1 : NICOLAS Félix Eugène x LENEUTRE Julie
M2 : NICOLAS Claude Felix x LAYE Cath.Amelie
M3 : LENEUTRE Louis Joseph x BROYON Petronille

à Attilly : Marteville

Date : 15/07/1823
M1 : PROCHET Pierre Louis Auguste x LENEUTRE Marie Henriette Honorine
M2 : PROCHET Médard x CARLIER Marguerite
M3 : LENEUTRE François x THUET Marguerite

Date : 11/12/1815
M1 : DUBREUIL François Augustin x LENEUTRE Marie Marguerite Philippine
M2 : DUBREUIL Jean Charles x DENIZARD Marie Jeanne
M3 : LENEUTRE François x THUET Marie Marguerite

11 février 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : A

Source : Annuaire de la noblesse de France 1865
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365937/f385.item
ABBANS. Une seigneurie du ressort de Quingey a donné son nom à cette maison, connue par titres dès les années 1134 et 1164, et alliée à la puissante maison de Vergy et à celle d'Arbon, qui en a recueilli les biens en 1360. La terre d'Abbans passa par succession aux seigneurs de Joux, et par aliénation à la maison de Jouffroy, dont la branche aînée en a pris le nom.
Armes : d'argent, à la croix de gueules, accompagnée de deux roses du même, aux deux cantons du chef.

ABRIOT. Cette famille des seigneurs de Grusse a donné un conseiller à la cour des comptes.
Armes : de gueules, à trois besants d'or.

ACCOLANS. Maison éteinte, dont les biens ont passé dans celle de Vaudrey au commencement du XVIIe siècle. Henri d'Accolans était chevalier de la confrérie noble de Saint-Georges.
Armes : de gueules, au chevron d'or.

ACHEY. La filiation de cette maison, de nom et d'armes du bailliage de Gray, est suivie depuis, l'an 1117. La branche aînée s'est éteinte au. XVIIe siècle dans Philippe Eugène d'Achey, baron de Thoraise. La branche cadette, qui a donné un archevêque de Besançon en 1638, dans Claude d'Achey, a fini, un siècle plus tard, dans Remy François, marquis d'Achey. Sa famille était reçue à Malte à Saint-Georges et dans les chapitres nobles de la province. Alliances : de Chargey, de Vaudrey, de Grammont-Granges, de Granvelle, de Choiseul de Vienne, de Neufchatel, de Scey, de Bauffremont, etc.
Armes : de gueules, à deux haches d'armes d'or, mises en pal.
Devise : JAMAIS LAS D'ACHEY !

AGAY. Hugues d'Agay vivait à Poligny en 1463. François d'Agay reçut des lettres de comte en 1766. Marie-François-Bruno, comte d'Agay, fut intendant de Bretagne et président au grand conseil au siècle dernier. Alliances : Javel, de Montgenet, etc.
Armes : d'or, au lion de gueules et au chef d'azur.

AGEVILLE. Originaires de Champagne, les seigneurs d'Ageville appartiennent aussi à la Franche-Comté par leurs possessions et par leurs alliances.
Armes : d'or, à un arbre de sinople, accompagné de deux lions affrontés de gueules.

AGNUS DE ROUFFANGE. Famille convoquée aux États de la noblesse du Comté en 1789.
Armes : de gueules à un agneau pascal d'argent.

AIGREMONT. La maison d'Aigremont, éteinte en 1688, a fourni un chevalier croisé en 1191, et produit onze chambellans de l'archevêché de Besançon. Renaud d'Aigremont se joignit à Jean de la Rochelle pour faire la guerre à Jean de Vergy au XIVe siècle. L'office héréditaire de chambellan passa, à la mort de François d'Aigremont, en 1688, à la maison de Grammont. Alliances : de Fussey, de Rougemont, de Saint-Mauris, etc.
Armes : de gueules, à trois croissants d'argent.

ALBERT. Le titre de baron a été accordé en 1813 au colonel Albert, et à ses descendants par ordre de primogéniture. Résidence : Cornod (Jura).
Armes : parti, au 1er d'azur, au cavalier d'or, armé à l'antique, perçant de sa lance un dragon renversé d'argent; au 2e de sinople, à la pyramide d'argent surmontée d'une grenade allumée d'or; à la champagne de gueules, au signe des barons.

ALEPY. Guillaume Alepy, de Salins, reçut des lettres de noblesse en 1592. Sa descendance fut substituée à celle de Vaux, au XVIIe siècle.
Armes : d'argent, à un pin, de sinople fruité du même; écartelé d'azur, à trois bonnets d'Albanais d'or, qui est de Vaux.

ALIX. Pierre Alix était prieur de Saint-Paul de Besançon. Cette famille a donné un conseiller au Parlement.

ALIXANT. Les seigneuries de l'Estoile, Bletterans, Nance, et autres, appartenaient à cette maison.

ALLEMAN DE MOLPREY. Cette famille, du bailliage d'Aval, est connue dans un grand prieur de Baume, chevalier de Saint-Georges en 1613. Alliances : de Saint-Mauris, de Chissey, d'Orsans, etc.
Armes : de gueules, à trois aigles d'or; écartelé d'or, à trois bandes de gueules, qui est de Molprey.

ALLIER. Armes : de gueules, à deux fasces d'or.

ALVISET. Cette famille, connue à Besançon en 1560, et au parlement de Dijon en 1636, a possédé les seigneuries de Charcenne, Thise, Maisières, etc. Claude Alviset, écuyer, était co-gouverneur de Besançon en 1642. Ses descendants ont fourni deux présidents et un conseiller au parlement de Franche-Comté, 1715, 1725, 1785; un premier président de la cour impériale de Besançon, mort en 1853. Son fils y est actuellement président de chambre. Joseph Alviset de Maisières, auteur d'une branche cadette, a été créé baron le 24 mars 1825. Cette famille a aussi donné des officiers de mérite. Alliances : de Tinseau, Flusin, de Bouligney, de Glanne, de Poutier, Lestorey de Boulongne, Bonvallet, Guillard, Moréal de Brevans, etc.
Armes : de gueules, à la fasce d'or, accompagnée de trois besants d'or et percée d'une losange du champ.

AMANCE. Les seigneurs de ce nom, originaires du bailliage de Vesoul, se sont éteints au XVIIe siècle, après avoir donné des chevaliers de Saint-Georges. Armes : de sable, à quatre fasces d'argent et à la cotice de gueules brochant sur le tout. Une autre famille d'Amance avait pour armes ; de gueules, à une tête de lévrier d'argent, accolée de gueules et bouclée d'or.

AMANCEY. Maison éteinte.
Armes : de gueules, à trois coquilles d'or.

AMANDRES. Maison de nom et d'armes, reçue à Saint-Georges, et connue dès 1360. Elle porte le litre de comte depuis plusieurs générations, a fourni des officiers distingués, et un chanoine, comte de Mâcon, en 1789. Alliances : de Clairon, de Champagne, d'Aubonne, de Rose, etc.
Armes : d'azur, à la fasce d'or.

AMANGE. Alliances : La Tour, Abbans, Merceret, Longry, etc.
Armes : d'argent, frette de sable, au chef de gueules.

AMBLY. Voir l'Annuaire de 1861, page 125.

AMEY. Cette famille, qui possédait la terre noble de Champvans, a donné un conseiller au parlement de Besançon en 1789, un sous-préfet de Langres en 1849.
Armes : de gueules, au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d'une rose, du même.

AMIOT. Famille de Salins, éteinte.
Armes : d'azur, au chevron d'or, chargé d'un croissant de gueules, accompagné en chef de deux trèfles, et en pointe de deux osselets de mort en sautoir, le tout d'or.

AMONCOURT. Maison éteinte.
Armes : de gueules, au sautoir d'or.

AMONDANS. Ancienne noblesse alliée aux de Combaron, de Bougnon, et qui a éprouvé les vicissitudes de la fortune.
Armes : d'azur, à trois coquilles d'or.

ANDELOT. Voyez plus haut, page 133.

ANDRESSOT. Jean-Claude Andressot, de Dole, capitaine de Montaigu, fut anobli en 1656.
Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois glands du même.

ANGOULVENT. Les seigneurs d'Angoulvent, admis à Saint-Georges au XVe siècle, sont éteints.
Armes : d'hermines, au chef de gueules, chargé de deux quintefeuilles d'or.

ANSIES. Maison du bailliage de Gray, éteinte.

ANTIGNEY ou ANTIGNY. Maison que Dunod suppose issue des anciens comtes de Vienne, dont elle a relevé plus tard le nom et les armes, par suite d'une alliance avec Béatrix, soeur de Henri, dernier comte de Vienne, vers 1250. Cette nouvelle maison de Vienne a donné deux archevêques de Besançon, et produit le célèbre Jean de Vienne, seigneur d'Antigney, amiral de France, qui défendit Calais contre les Anglais, et qui perdit la vie à la bataille de Nicopolis. Guillaume de Vienne, seigneur d'Antigny, fut nommé chevalier de la Toison d'or à la création de l'ordre.
Armes : de gueules, à l'aigle d'or.
Devise : A TOUT BIEN VIENNE.

ANTONY. Famille convoquée aux États de la noblesse en 1789.

ARBILLEUR DE VILLARS. Famille convoquée aux États nobles du bailliage de Dole en 1789.

ARBOIS. Maison noble connue depuis l'an 1188. Philippe d'Arbois, évêque de Tournai, mourut en 1378. Mercurin d'Arbois, comte de Gatinara, chancelier de Charles-Quint, fut élevé à la dignité de cardinal en 1529, et un de se petits-neveux devint grand maître de Malte. Armes : de sable, à deux os d'argent posés en sautoir, accompagné de quatre fleurs de lis du même; au chef de l'empire d'Autriche. Une autre famille de ce nom est connue dans François d'Arbois, chambellan de Ferdinand, roi des Romains, et chevalier de Saint-Georges en 1632. Alliances : de Laubespin, de Moncley, etc.
Armes : d'azur, à la bande d'or, accompagnée de deux béliers du même.

ARBON. Jean d'Arbon, seigneur de Châteauvilain, fut le dernier rejeton de cette ancienne maison du Comté. Il mourut au XVe siècle.
Armes : de sable, à la croix ancrée d'or, chargée en cœur d'un écusson d'azur, au lion d'argent.

ARBONNAY. Les alliances de cette maison, reçue à Saint-Georges en 1515, sont : de Rye, de Champagne, de Joux, de Noseroy, de Saint-Mauris.
Armes : d'argent, à une fasce de sable.

ARBOVAN. Maison éteinte, du bailliage d'Aval.
Armes : de gueules, à la fasce d'or, accompagnée en chef d'un lion naissant, et en pointe d'une pomme de pin, le tout d'or.

ARBOZ. Maison éteinte.
Armes : d'argent, à trois mains de carnation, posées 2 et 1.

ARGILLY. Famille éteinte, dont le nom et les armes ont été accordés en 1648 aux Bressand, qui s'en prétendirent issus.
Armes : parti de gueules et d'azur, à une croix ancrée terminée par trois besans, et en pointe en demi-globe parvenant à la pointe de l'écu; le tout parti, au 1er d'or, au 2e d'argent.

ARGUEL. Les deux branches des anciens barons d'Arguel près de Besançon, se sont éteintes au XIVe et au XVe siècle dans les maisons de Chalon et de Grammont. Guillaume d'Arguel était archevêque de Besançon au XIIe siècle. Alliances : de Montfaucon, de Pontaillié, de Pesmes, etc.
Armes : de gueules, à une comète d'or de huit rayons.

ARINTHOZ. Maison éteinte.
Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée de cinq besants d'argent, posés 3 et 2.

ARLAY. Les seigneurs d'Arlay appartenaient au bailliage d'Aval, où on les voit figurer dès 1271.
Alliances de Clermont, d'Amandres, etc.
Armes : d'argent, à la fasce de sable.

ARMÉNIER ou ARMENIE. Famille ancienne, de Besançon, dont on a fait, sans fondement et sans preuves, remonter l'origine aux rois d'Arménie. Elle s'est éteinte après avoir donné deux présidents au parlement de Bourgogne, dont un fut ambassadeur du duc Philippe le Bon en 1439.
Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée de trois hermines de sable.

ARNOULD. Maison du bailliage de Dole, qui a possédé les seigneuries de Provenchère, de Chantrans, de Peyrele, etc., et qui a fourni un conseiller au parlement de Besançon en 1789, et des représentants de la noblesse en 1789.

AROZ. La Chenaye-Desbois prétend que les seigneurs d'Aroz, connus au bailliage de Vesoul, se sont éteints dans la personne d'Antoine, chevalier de Saint-Georges, en 1618. On trouve cependant, en 1722, le nom d'Armand, comte d'Aroz, lieutenant général. Alliances : de Mandre, de Jouffroy, de Vesoul, etc.
Armes : de sable, à la bande d'argent, chargée de trois étoiles de gueules.

ARTAUFONTAINE. Maison éteinte.
Armes : d'or, à trois quintefeuilles d'azur, posées 2 et 1.

ARVISENET. Pierre Arvisenet, de Champlite, reçut des lettres de noblesse en 1531. Une autre branche, établie à Dole, se fit anoblir en 1624, s'illustra au Parlement, auquel elle fournit des conseillers et un chevalier d'honneur, et reçut le titre de marquis d'Arvisenet en 1726. Cette branche est éteinte. La branche aînée de Champlite, qui a fourni un lieutenant général du bailliage de Langres, doit encore exister.
Alliances : Garnier, Bereur, de Mâcon, de Tricornot, de Tolède, etc.
Armes : d'azur, à trois chevrons d'or.

ASTORGUE. Maison originaire d'Espagne, et fixée principalement en Auvergne. Elle a fourni des gouverneurs de Salins, de Poligny, en 1766, et des membres aux Etats de la noblesse du bailliage de Poligny en 1789. Titre de comte.
Armes : d'or, à l'aigle éployée de sable.

ATHOSE. Les seigneurs d'Athose se sont alliés aux maisons de Voisey, de Goux , d'Aspremont, etc.
Armes : de gueules, à cinq quintefeuilles d'argent, posées en sautoir.

AUBERT. Famille qui a possédé la seigneurie de Résie, et qui a été anoblie en 1630. Elle est originaire de Pesmes.
Armes : d'azur, au lion couronné d'argent et armé de sable.

AUBONNE. Maison d'origine chevaleresque, éteinte. Elle a été reçue à Saint-Georges en 1542, et s'est alliée à celles de la Jonchère, de Vy, de Rosières, etc.
Armes : d'azur, au chevron d'argent, accompagné de deux étoiles en chef, et d'un croissant du même en pointe.

AUGICOURT. Admise à Saint-Georges en 1562, cette ancienne noblesse a reçu des lettres de:chevalerie en 1582. Alliances de Vaudrey, de Bians, de Citey, etc.
Armes : de gueules, à la croix ancrée d'or.

AURICOURT. Gaucher d'Auricourt était connétable de Bourgogne sons le comte Othon de Méranie. Sa postérité s'est éteinte.
Alliances : de Damas, de Scey, etc.
Armes : d'argent, à trois jumelles de gueules.

AURILLAT. Cette famille a pour armes d'argent, à la tête de Maure de sable, tortillée de gueules et accompagnée de trois trèfles de sinople.

AUTOISON. Famille éteinte.
Armes : d'argent, à l'orle de sinople.

AUXELLES. Noblesse chevaleresque éteinte. Jacques d'Auxelles, sire et baron d'Auxelles, Sancey, Vallerot, etc vivait en 1396.
Alliances : Saint-Mauris en Montagne, Sancey, Igny, etc.
Armes : d'or, à la faux de gueules; alias : d'or, à trois bandes de gueules.

AUXON. Famille patricienne de Besançon, dont le nom se trouve écrit également Dauxon et Dauxonne. Elle a produit plusieurs co-gouverneurs depuis 1405, un mathématicien célèbre, et s'est éteinte.
Armes : d'argent, à trois épis d'or, sur une terrasse de sinople; au chef d'or chargé d'un vol de sable, surmonté d'une étoile de gueules.

AVANNE. Une branche de cette ancienne maison s'est éteinte au XIIe siècle dans la maison de Faucogney, et l'autre au XVIe siècle dans celle de Grussy.
Alliances : de Vaugreuans, de Falletans, de Thoraise, etc.
Armes : d'or, à trois quintefeuilles de gueules.

AVAUGOUR. Famille éteinte.
Armes : d'or, au loup ravissant d'azur, armé et lampassé de gueules.

AYMONNET. Cette famille, originaire du bas Limousin, s'est fixée en Franche-Comté, où elle a fait confirmer sa noblesse en 1661. Elle a donné des officiers distingués et possédé la baronnie de Mervaux.
Alliances : Damedor, Tugnot, de Montlezun, Labbey de Billy, de Crosey, etc.
Armes : coupé, au 1er de gueules, à une tour d'argent; au 2e d'azur, à deux lions affrontés d'argent.

AZUEL. Les seigneurs d'Azuel, dont la postérité est éteinte, ont été reçus sept fois à Saint-Georges.
Alliances : de Lezay, du Saie, etc.
Armes : de gueules, à deux haches d'armes d'or en sautoir.
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+