19 avril 2008

Pontevès

Pontevès
Source : Annuaire de la noblesse de France 1876 page 177
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36603q

Armes : écartelé, aux 1 et 4 de gueules, au pont à deux arches d'or, maçonné de sable, qui est de Pontevès ; aux 2 et 3 d'or, au loup ravissant d'azur, armé et lampassé de gueules, qui est d'Agoult.

Dessin de Jean-François Binon publié avec l'aimable autorisation d'HeraldiqueGenWeb.
Tous les auteurs qui ont écrit sur l'histoire de Provence sont d'accord pour constater la grandeur et l'ancienneté de la maison de Pontevès ; mais leurs opinions sur sa généalogie sont très différentes. D'après les uns, toutes les branches de la maison de Pontevès descendent en ligne directe des anciens seigneurs de ce nom ; d'après les autres, la ligne masculine des anciens Pontevès se serait entièrement éteinte, au treizième siècle et leur nom aurait été relevé par un membre de la maison souveraine d'Agoult.

Cette dernière hypothèse, qui nous paraît être la plus vraisemblable, a été partagée par le Père Anselme et par Artefeuil. Quoi qu'il en soit de cette question que de longues recherches pourront seules éclaircir, les vingt branches directes de la maison de Pontevès ont produit un grand nombre d'hommes remarquables, ont donné trois commandeurs et soixante-sept chevaliers de Rhodes et de Malte, ont possédé pendant près de dix siècles des fiefs très importants et ont attaché leur nom d'une manière indissoluble aux pages les plus brillantes de l'histoire de Provence. Les anciens seigneurs de Pontevès (dont le nom primitif était Ponteux, Pontuès et que Nostradamus fait descendre des seigneurs du Pont-Euxin), possédaient de grands biens dans les environs de Barjols et de Brignoles (Var), où ils ont établi leur domination vers 992, à l'époque où Guillaume le Grand chassa les Sarrasins de Provence. C'est du reste à cette époque que remontent la plupart des grandes maisons provençales, telles que les Castellane, les Grimaldi, les Grasse, les Vintimille, etc.

Les plus connus des anciens seigneurs de Pontevès sont : Arbertus de Pontevès et Aldegonde, sa femme, qui vivaient en 980 et firent des donations en 1021 ; Silvestre et Pierre de Pontevès (1035) ; Fulco et Asseline qui firent des donations en 1057 et 1063 ; Pontevès de Pontevès et Isnard de Pontevès, frères, chevaliers croisés en 1096 ; Bertrand de Pontevès, vingtième évêque de Riez (1060) ; Geoffroy Pons, Augier, Bertrand et Aldebert de Pontevès, qui firent des donations à diverses abbayes (1112) ; Fouquet de Pontevès, qui dota Barjols (1120) ; Guillaume, qui suivit le parti de Bérenger, comte de Provence, contre Raimond des Baux (1131) ; Jules de Pontevès, qui fit diverses donations à l'abbaye Saint-Victor de Marseille (1145) ; Adalbert de Pontevès 1180).

Fouquet ou Fulco de Pontevès, marié à Mabile, dame de Callian, Mazaugues, Roussillon, Artignosc, etc., n'eut de cette union qu'une fille, Dulceline de Pontevès, qui, unique héritière des immenses biens de son père, épousa (1225) Isnard d'Agoult, fils de Raimond d'Agoult, baron de Sault et d'Isoarde de Die (voir la généalogie des d'Agoult, par Guy Allard, Pithon-Curt, Pierre Louvet), et transmit son nom et ses armes à son fils aîné Fouquet d'Agoult qui suit :

Fouquet d'Agoult de Pontevès, premier de ce nom, transigea avec ses frères Raimond et Isnard d'Agoult, en 1240, par acte de Bernard Girard, notaire à Rians. Il épousa Mathilde de Rezza, fille de Guillaume de Cotignac, sieur de Carces, Flassans, etc., connétable de Provence sous Raimond Béranger IV, et tuteur de la princesse Béatrix de Provence. Il accompagna, en 1264, Charles Ier d'Anjou à la conquête de Naples et fut un des cent chevaliers choisis pour le fameux duel de ce prince avec le roi d'Aragon en 1282. Il suivit encore ce prince avec son frère Isnard d'Agoult sur les plages de Tunis en 1270. Pierre de Pontevès est également cité pour les secours d'argent qu'il rendit, en 1268, à Charles Ier d'Anjou, pour organiser une armée navale.

Barral Ier de Pontevès, fils de Fouquet, épousa Barrale des Baux, dame de Silans, et il eut Fouquet II, marié avec Marguerite de Porcelets et père de : 1° Fouquet III de Pontevès, tige de la branche aînée, dite des vicomtes de Bargème ; 2° Barral II de Pontevès, auteur de la branche, des seigneurs de Pontevès. Nous parlerons séparément de ces deux branches mères, dont nous ne donnerons qu'un résumé ainsi que des rameaux qu'elles ont formés, nous réservant de publier ultérieurement la filiation complète de cette maison.

1. PONTEVÈS BARGÈME.

La branche de Pontevès-Bargème (ses représentants s'intitulèrent vicomtes dès 1360), a produit entre autres personnages célèbres Fouquet III de Pontevès, surnommé le Grand (tige de la branche), qui était conseiller et chambellan du roi Robert d'Anjou, en 1330, et qui commandait une partie de l'armée provençale dans les Abruzzes en 1329 ; Fouquet IV de Pontevès, grand sénéchal de Provence en 1354, époque où cette charge réunissait les pouvoirs qu'avaient en France le connétable, l'amiral et le chancelier ; Jean II de Pontevès, vicomte de Bargème, grand chambellan de Louis III, roi de Naples, en 1429 ; Jean-Baptiste de Pontevès, lieutenant pour le roi en Provence, capitaine de cinquante hommes d'armes, s'illustra sur les champs de bataille où il accompagna le roi François Ier.

Cette branche a donné en outre à l'Eglise : Elzéar de Pontevès, prince évêque d'Apt (1357-1361) et un aumônier de la reine. Elle a fourni également plusieurs consuls et procureurs de Provence, des gouverneurs, des colonels, un grand nombre d'officiers de marine, un commandeur et une grande quantité de chevaliers de Rhodes et de Malte. Elle a contracté des alliances avec la famille princière de Foix-Candalle et avec les maisons de Cotignac, des Baux, d'Oraison, de Porcelets, de Glandevès, de Monteil-Adhémar, de Castellane, d'Agoult, de Villeneuve. Elle s'est éteinte directement, en 1811, dans la personne de César, marquis de Pontevès, vicomte de Bargème, dont la fille unique, Victorine de Pontevès-Bargème, duchesse de Sabran, a adopté ses cousins au troisième degré Edouard et Léonide de Pontevès-Sabran, des coseigneurs d'Amirat, frères jumeaux, qui ont relevé le titres et noms de Bargème substitués. La branche avait formé les cinq rameaux qui suivent :
  1. Pontevès, coseigneurs d'Amirat. Cette branche, aujourd'hui l'aînée, s'est détachée la dernière de la souche en 1709 par Alexandre de Pontevès, frère puiné de Jean III, vicomte de Bargème. Substituée aux titres et dignités du duc de Sabran, pair de France, par ordonnance royale du 18 juillet 1828, elle a relevé par substitution les nom et titres de Bargème, à la mort de César, marquis de Pontevès, vicomte de Bargème, père de la duchesse de Sabran (arrêt de la cour d'Aix ; 29 juillet 1858).

  2. Pontevès, seigneurs d'Avaye et de la Garde. Ce rameau, détaché de la souche en 1620, s'est éteint au XVIIe siècle.

  3. et

  4. Pontevès, seigneurs de Muy et de Castellar. Formées en 1480 par Louis et Elzéar de Pontevès-Bargème, frères cadets, elles se sont éteintes : l'une, celle de Muy, vers 1570, avec Anne de Pontevès, mariée en 1540 à Jean de Rascas, seigneur de Châteauredon ; l'autre, celle de Castellar, vers 1660, avec François de Pontevès, seigneur de Castellar et de la Bastide d'Esclapon, qui n'eut point d'enfants de Gabrielle d'Oraison-Cadenet, petite-fille de Marthe de Foix-Candalle. Ces deux branches ont donné des officiers de marine et des chevaliers de Malte elles se sont alliées aux Grasse, aux Gérente, etc.

  5. Pontevès Flassans, comtes de Carces, barons de Cotignac. Cette branche formée en 1374 par Fouquet V, frère cadet de Jean II de Pontevès, vicomte de Bargème, et continuée par Durand de Pontevès-Flassans, en conséquence de son adoption, en 1498, par Jean-Baptiste de Pontevès, seigneur de Carces, baron de Cotignac, grand sénéchal de Lorraine et député de la noblesse de Provence en 1486, son cousin germain, mort sans postérité. Cette branche a donné un grand sénéchal de Lorraine (1474) ; trois grands sénéchaux de Provence (1572, 1582, 1610) ; quatre lieutenants du roi ; deux chevaliers de Saint-Michel (1562, 1568) ; un chevalier du Saint-Esprit (1578) ; un premier consul et procureur d'Aix (1590) ; un capitaine de cent hommes d'armes (1537). Le plus célèbre de tous fut Jean Ier de Pontevès, grand sénéchal et lieutenant général, qui fit ériger la terre de Garces en comté (mai 1571) et fut pendant vingt ans généralissime des armées catholiques en Provence. Son fils Gaspard et son petit-fils Jean II furent comme lui grands sénéchaux et lieutenants généraux. Gaspard fut également gouverneur de Provence intérim en 1592. Les Pontevès-Carces ont contracté des alliances avec les maisons de Forbin, Grasse, Ornano, Crussol, Brancas-Céreste, Vins, des Pretz de Montpezat, Aloigny de Rochefort, Simiane de Gordes, etc. Ils s'éteignirent, en 1670, avec Gabrielle de Pontevès (fille unique de Jean II de Pontevès, troisième comte de Garces), qui épousa en 1608 Guillaume de Simiane, marquis de Gordes, et apporta dans cette maison les immenses biens de son père. Ils passèrent ensuite, par voie d'héritage, dans les familles de Simiane-Moncha, Bouillon, Roban-Soubise, Condé et Orléans.
II. PONTEVÈS-PONTEVÈS.

La branche des Pontevès, seigneurs de Pontevès, formée en 1302 par Barral II de Pontevès, frère cadet de Fouquet III de Pontevès Bargème, compte parmi ses rejetons des lieutenants du roi, des gouverneurs, plusieurs consuls et procureurs du pays, un député de la noblesse de Provence vers François Ier et beaucoup de chevaliers de Malte. Elle s'est alliée aux maisons de Porcellets, Blacas, Agoult, Grimaldi, Simiane, Castellane, Forbin, Villeneuve, Foresta, Galéan, Vintimille. Elle s'éteignit en 1671 avec Marie-Thérèse de Pontevès-Monfroc, mariée en juin 1637 à Henri de Forbin, baron d'Oppède, qui recueillit la succession de cette branche. Elle avait formé treize rameaux, dont voici le résumé.
  1. Pontevès, seigneurs de Saint-Blaise. Formée en 1630 par Gaspard, frère puîné de Jean III, seigneur de Pontevès, elle a subsisté jusqu'en 1780 et a donné un colonel, des chevaliers de Malte, il s'est allié aux familles de Bagnoly, de Raphelis-Broves, d'Aillaud, etc.

  2. Pontevès, seigneurs de Maubousquet. Issu de François de Pontevès (1623), fière cadet de Jean III, seigneur de Pontevès, ce rameau a produit : un brigadier des armées du roi (1791) ; un aumônier des rois Louis XVI, Louis XVIII et Charles X une abbesse de Maubuisson ; plusieurs officiers de marine très distingués, un commandeur et un grand nombre de chevaliers de Malte. Alliances : Meyssonnier, Saboulin, Agoult, Ollières, de Ners, Rainvilliers, Pomeret (voir plus loin l'état actuel de ce rameau).

  3. Pontevès, seigneurs de Saint-André et de Beaudun. Ce rameau, qui s'était détaché de la branche en 1650, a donné plusieurs chevaliers de Malte avant de s'éteindre.

  4. Pontevès, marquis de Pontevès-Giens. Boniface, frère puîné de Reforciat de Pontevès, seigneur de Pontevès, a formé en 1532 ce rameau qui a donné un capitaine général, des gouverneurs, des colonels, des capitaines de vaisseau, un major général de la marine en 1783, plusieurs consuls et procureurs de Provence et un grand nombre de chevaliers de Malte. La terre de Giens fut érigée en marquisat, au mois d'octobre 1691 sous la dénomination de Pontevès-Giens, en faveur de François de Pontevès, seigneur de Giens. Sa descendance s'est éteinte en 1848 après s'être alliée aux Castellane, aux Glandevès, aux Micaëlis, aux d'Andréa.

  5. et

  6. Pontevès, seigneurs de Laforêt et d'Amirat. Ce double rameau fut formé en 1530 par Antoine, frère cadet de Reforciat, seigneur de Pontevès. Celui de la Forêt a fini en 1869 avec Georgette de Pontevès, morte à Barjols (Var) celui d'Amirat, fixé aux Antilles depuis 1753, a donné des gouverneurs et des chevaliers de Malte. C'est la troisième branche existante (voyez plus loin).

  7. et

  8. Pontevès, seigneurs de Sillans et de Gévaudan. Antoine, frère puîné de Jean II, seigneur de Pontevès, est l'auteur de ce rameau éteint directement en 1681 en la personne d'Isabeau de Pontevès, mariée le 16 décembre 1641 Hector d'Eiroux, dont les descendants ont ajouté à leur nom celui de Pontevès-Gévaudan. L'adoption de Jean d'Eiroux par son oncle Gaspard de Pontevès, frère d'Isabeau, a été confirmée par lettres patentes du roi, le 8 mai 1648. Alliances Agoult, Castellane, Simiane, Vintimille.

  9. Pontevès, marquis de Buous. Ce rameau, formé en 1415 par Gaspard, frère puîné de Bertrand, seigneur de Pontevès, a donné cinq colonels, deux lieutenants de roi en Provence, un gouverneur de Provence par intérim (1595), un capitaine de cent hommes d'armes, un chevalier de Saint-Michel (1572), plusieurs premiers consuls et procureurs du pays et un grand nombre de chevaliers de Malte. La terre de Buous fut érigée en marquisat (1650) pour Louis de Pontevès, seigneur de Buous, colonel d'un régiment d'infanterie, lieutenant du roi en Provence, premier consul et procureur du pays en 1661. Ce rameau a fini en 1750 après s'être allié aux maisons de Simiane, La Baume-Suze, Isnard, Sade, Castellane, Riquetti de Mirabeau, Panisse, etc.

  10. Pontevès, seigneurs d'Ubraye. Cette lignée dont le chef fut Agoult de Pontevès, frère puîné de Jean Ier, seigneur de Pontevès, s'éteignit directement en 1490 avec Honorade de Pontevès, mariée (1467) à Pierre de Clary, dont les descendants ont ajouté à leur nom celui de Pontevès. Aucune ordonnance royale n'a confirmé cette addition de nom.

  11. , 12 et 13. Pontevès, seigneurs de Cabanes, Lambesc et Château-Renard. Ces trois rameaux détachés vers le milieu du XIVe siècle ont pour auteur commun Blacas de Pontevès, frère puîné de Jean Ier, seigneur de Pontevès, qui transigea en 1350. Ils s'éteignirent au XVe et XVIe siècle, après avoir donné un grand nombre de gouverneurs et de chevaliers de Malte. Alliances : Forcalquier, Grimaldi de Monaco, Porcelets, Castellane, Villeneuve, Simiane, Agoult.
Branche indirecte de Barrel de Pontevès. On ne mentionne ici que pour mémoire cette branche indirecte fixée à Forcalqueiret (Var). Jean de Barrel, coseigneur de Revest, épousa en 1670 (devant Beauzin, notaire à Aix) Anne de Pontevès-d'Amirat. Leur petit-fils, Honoré-Guillaume de Barrel, a ajouté à son nom celui de Pontevès en exécution du testament d'Anne de Pontevès, son aïeule. Nulle ordonnance royale n'a confirmé cette addition de nom.

Grandes alliances de la maison de Pontevès

Thomasse de Pontevès se marie, vers 1500, avec Guillaume de Forcalquier; Barral de Pontevès, en 1360, avec Isabelle de Baux, fille d'Amiel de Baux (des princes d'Orange) et d'Alberone d'Agoult ; Bérenger de Pontevès, seigneur de Lambesc, avec Fanette de Baux, soeur de la précédente, en 1362 ; Jean-Baptiste de Pontevès, vicomte de Bargème, épouse en premières noces, en 1530, Honorée de Foix-Candalle, fille de Jean de Foi, comte de Meille, et arrière-petite-fille de Marguerite de Bourbon. (Par cette illustre grand-mère, elle descendait de saint Louis, roi de France, de Jacques le Conquérant, roi d'Aragon, et de toutes les maisons souveraines de l'Europe ; elle était en outre cousine germaine d'Anne de Foix, mariée à Ladislas, roi de Hongrie, et tante à la mode de Bretagne d'Anne de Hongrie, femme de Ferdinand, empereur d'Allemagne et frète cadet de Charles-Quint.) François de Pontevès Castellar se maria, en 1624, avec Gabrielle d'Oraison Cadenet, petite-fille de Marthe de Foix-Candalle ; et Jeanne de Pontevès Cabanes épousa, en 1505, Lucien Grimaldi, seigneur de Monaco, assassiné en 1525.

La maison de Pontevès n'est plus représentée aujourd'hui que par trois branches : 1° celle de Pontevès Bargème (branche ducale de Sabran), dont nous avons donné la notice plus haut, page 95 ; 2° celle de Pontevès Maubousquet, dont l'état actuel va suivre ; 3° celle de Pontevès-d'Amirat, qui est fixée à la Guadeloupe et dont l'Annuaire de 1865 a donné une notice en l'indiquant, par erreur, comme l'aînée.

PONTEVÈS-MAUBOUSQUET

Alfred, comte de Pontevès Maubousquet, marié en 1839 à Zéphirine de Saint-Perrier, dont : Lucie, mariée en 1860 à Auguste, comte de Brettes-Thurin, membre de l'Assemblée nationale.

Armes : écartelé, aux 1 et 4 de gueules, au pont à deux arches d'or, maçonné de sable, qui est de Pontevès ; aux 2 et 3 d'or, au loup ravissant d'azur, armé et lampassé de gueules, qui est d'Agoult. Devise : SEPARATA JUNGIT. Sobriquet : PRUDENCE. Résidence : Paris

En résumé la maison de Pontevès a donné un capitaine général des Abruzzes ; quatre chevaliers croisés ; trois évêques ; cinq grands sénéchaux de Provence ; cinq lieutenants généraux ; deux chambellans des rois de Naples ; un généralissime des armées catholiques de Provence ; deux gouverneurs par intérim ; un brigadier des armées du Roi ; sept premiers consuls d'Aix et procureurs du Pais ; un aumônier du roi et de la reine ; une abbesse de Maubuisson ; un major général de la marine ; un contre-amiral ; un grand nombre de colonels et officiers de marine ; trois chevaliers de Saint-Michel ; un du Saint-Esprit ; soixante-sept chevaliers de Malte, dont trois commandeurs.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

issu du couple François de Ponteves & Gabrielle d'Oraison, il existe au moins un baptême : François de Ponteves, fils desdits, baptisé le 25 sept.1627 sur Aix St Sauveur (vue 49)... mais peut-être est-il mort en bas âge...

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+