30 septembre 2008

PageRank 5

Mon blog vient de retrouver le PageRank de 5 qu'il avait perdu fin 2007. Le niveau de fréquentation du site était stable depuis un an mais, depuis une semaine, j'ai constaté une augmentation d'environ 20% des visiteurs par jour. Le PageRank vient de passer de 4 à 5 seulement aujourd'hui mais je pense quand même que les deux évènements sont liés. Tout ça pour dire que l'influence du PageRank est tout de même énorme...

Le PageRank est une sorte de note sur 10 donnée par Google. Pour en savoir plus, voir PageRank sur Wikipedia.

28 septembre 2008

de Bernard - Feyssal

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f415

DE BERNARD. — Feyssal

Entre le P. G., etc., et Ardouin de Bernard, sr de Feissal et de Reynier, et Jean de Bernard, sr cadet dudit Feissal, frères, etc.
Lettres patentes du Roy François I portant provision de l'office de capitaine du château et de la tour de St Vincent, en la ville de Seyne, en faveur de Louis Bernard, adressée au comte de Tende et grand sénéchal du 23 août 1538, dument signées et scellées, avec la prestation de serment et réception audit office, ensemble les lettres d'intérination de la chambre des Comptes dument enregistrées, signé : Roux, archivaire.

Acte d'achept fait par noble et égrège personne Maitre Louis Bernard, châtelain de St Vincent, du 27 octobre 1542.

Autre acte de vente faite audit noble et égrège personne Maitre Louis Bernard, châtelain de St Vincent, des biens y énoncés, du 28 desdits mois et an.

Mariage dudit noble Louis de Bernard, écuyer de Seyne, châtelain de St Vincent, avec demoiselle Marguerite de la Villette, du 19 décembre 1546, reçu par Jean Chabat, notaire.

Testament de noble Louis de Bernard, châtelain de St Vincent, par lequel institue ses héritiers Honoré et Gaspard, ses enfants, auxquels il substitue Robert, Jean et Louis, ses autres enfants, il fait légat à ladite demoiselle de la Villette, sa femme, et à Maitre Ardouin Bernard, chanoine d'Embrun, son autre fils, du 4 juin 1559, signé, Chabat, notaire de Seyne.

Hommage preste au Roy par noble Robert Bernard, de la place, terre et seigneurie de Feyssal, du 5 décembre 1565, signé : Roux, archivaire.

Lettres partantes du Roy Charles, portant provision de l'office de capitaine et châtelain de la Tour de St Vincent en faveur d'Honoré de Bernard, sr de Feyssal, du 8 août 1572, signé : par le Roy, Fizet, avec la prestation du serment ez mains du garde des sceaux, dument scellées, avec l'attache du grand sénéchal, du dernier juillet 1573.

Lettres partantes du Roy Henry, portant confirmation dudit estât et office de capitaine et châtelain de la Tour St Vincent en faveur dudit Honoré de Bernard, seigneur de Feyssal, du 10 avril 1580, dument signées.

Lettres de dispense d'ordres et permission de se marier en faveur de noble Ardouin de Bernard, coseigneur de Feyssal, du 3 mars 1565.

Testament dudit noble Ardouin de Bernard, coseigneur de Feyssal, fils de noble Louis, châtelain, par lequel il institue ses héritiers noble Honoré, son fils ainé, auquel il substitue Antoine, et fait légat à demoiselle Melchione Bardine, sa femme, et à son posthume, du 12 octobre 1593, signé : Baile, notaire.

Mariage de noble Honoré, fils de noble Ardouin, sr de Feissal, avec demoiselle Isabeau de la Tour, du 17 novembre 1603.

Donation faite à noble Ardouin de Bernard, seigneur de Feyssal, par nobles Jacques, Louis et Jean, sr cadet dudit Feissal, assigné, ses frères, tous enfants dudit Honoré, sr de Feyssal, du 18 août 1658.

Transaction passée entre M. le président de la Roquette en qualité de fils de dame Sibille de Bernard de St Vincent, et noble Ardouin de Bernard, son oncle, sr de Feyssal et de Reynier, par laquelle apert que noble Louis de Bernard estoit fils d'Honoré et ledit Honoré fils de Louis premier, du dernier février 1663.

Acte d'arrentement de noble Ardouin de Bernard, sr de Feissal, coseigneur de Reynier, assigné, de l'année 1666.
Fait à Aix, le 10 mars 1667.

27 septembre 2008

de Cays - Arles

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f109

DE CAYS. — Arles

Entre le P. G. etc., et noble Joseph de Cays, écuyer de la ville d'Arles, etc.
Procuration faite par Raimond de Cays à François, son frère, pour se mettre, en son nom, en possession de la commanderie de , avec les bulles données à Rhodes, de l'année 1342 et ladite mise en possession de l'année suivante 1343.

Instrument et ajournement fait par Jacques de St Laurent, procureur dudit Raimond à un juif, lequel ajournement fut leu en ladite ville d'Arles et dans la maison de Jacques de Cays, son frère, de l'année 1350.

Ordonnance faite par le grand sénéchal de ceste province, portant de faire aucunes criées dans ladite ville d'Arles, sans la permission des syndics et conseillers de la même ville, où mention est faite que ledit Jacques de Cais était premier syndic, de l'année 1355.

Inventaire des biens de Jean et Louis de Cais, frères, du 10 avril 1510.
Extrait des annales de la ville d'Arles, où apert que Pons de Cays était premier consul en l'année 1387.

Verbal fait du serment preste par ledit Pons de Cays entre les mains des consuls dudit Arles pour l'exercice de la charge pourvue par la reine de juge-mage, du 23 août 1417.

Ordonnance rendue par ledit Pons de Cais, en ladite qualité de juge-mage et de chevalier, portant ordre au trésorier de la reine de fournir argent aux ambassadeurs dudit Arles mandés aux états, du 17 septembre 1419.

Lettres patentes de la reine Isabelle, portant confirmation en faveur de nobles Nicolas et Jacques de Cays, fils dudit Pons et de demoiselle Gensiane de Quiqueran, du don accordé à leurd. père et mère, par le roi Louis second et la reine Yolande, d'exiger leur vie durant quinze deniers sur chaque muy de vin que se vendrait en ladite ville d'Arles, dans lequel don lesdits de Cays sont qualifiés écuyers de ladite reine et du roi, son fils, et leurs familiers et serviteurs, du 22 décembre 1435.

Testament de demoiselle Monone de Porcellet, épouse dudit Nicolas de Cays, et mère d'Alexis, par lequel, entre autres, fait légat aud. Fouquet de Cays, son beau-frère, de l'année 1444.

Mariage entre ledit Alexis de Cays et de demoiselle Raimonde de Boche, par lequel est qualifié noble, du 12 janvier 1440.

Mariage d'entre Paulet de Cays, fils dudit Alexis, où est qualifié noble, avec demoiselle Orientine de Grille, du 2 avril 1475.

Autre mariage entre Jean de Cays, fils dudit Paulet, avec demoiselle Bernardine d'Isnard, par lequel est qualifié gentilhomme, du 10 1518.

Mariage de Louis de Cays, fils dudit Jean, avec demoiselle Marguerite de Castillon, dans lequel est aussi qualifié noble, du 9 janvier 1555.

Autre mariage d'Ardouin de Cays, fils dudit Louis, avec demoiselle Renée de l'Estang, où est aussi qualifié noble, du 18 mars 1587.

Autre mariage de Gilles de Cays, fils dudit noble Louis, où icelui est aussi qualifié noble, avec demoiselle Julie de Porcelet, du dernier avril 1617.

Verbal fait par le lieutenant de sénéchal au siège dudit Arles, portant déchargement d'arrière ban en faveur dudit Gilles de Cays, en considération des emplois et services par lui rendus à Sa Majesté.

Mariage dudit défendeur, fils dudit Gilles, où est aussi qualifié noble, avec demoiselle de Castillon, du 24 février 1650.

Preuves faites de la noblesse dudit défendeur par les commissaires à ces députés sur la réception de Joseph de Cays, un de ses enfants, pour chevalier en la religion de Malte, de l'année 1664.

Extrait des annales de la maison commune de ladite ville d'Arles, où apert de l'élection en la charge de premier consul de ladite ville delà présente année dudit défendeur et ses auteurs.
Fait à Aix, le 15 août 1667.

Famille Coulet de Venelles

Mr Christian Gramondi, que je remercie, vient de m'envoyer un mariage supplémentaire d'un enfant du couple Jean Coulet x Anne Boyer. Il s'agit du mariage du 21 novembre 1627 à Lambesc de Barthélémy Coulet, fils de Jean et d’Anne Boyé, de la ville d’Aix et Salomé LOUISE, fille d’Anthoine et de Marguerite Reynaude, du présent lieu de Lambesc...

Lambesc - 21/11/1627 - Barthélémy Coulet x Salomé Louise

On peut ensuite trouver plusieurs générations de Coulet à Lambesc grâce aux Relevés systématiques de Lambesc d'Éric Vivian.

Chronique de la descendance de Barthélémy COULET

Première génération

1. Barthélémy COULET. Barthélémy a épousé Salomé LOUIS, fille de Antoine LOUIS et Marguerite REYNAUD, le 21 novembre 1627 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 2 M i. Antoine COULET.

+ 3 M ii. Jean-Baptiste COULET.

+ 4 M iii. Jean COULET.
Deuxième génération

2. Antoine COULET (Barthélémy). Antoine a épousé1 Jeanne BONIONE, fille de Guillaume BONIONE et Antoinette BILLOT, le 17 août 1660 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 5 M i. Joseph COULET.
3. Jean-Baptiste COULET (Barthélémy). Jean-Baptiste a épousé2 Catherine MELANCHIER, fille de Jean MELANCHIER et Françoise BLANC, le 17 mai 1660 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
6 F i. Marguerite COULET. Marguerite a épousé3 Antoine BARBIER, fils de Antoine BARBIER et Isabeau POUMEYAN, le 28 juillet 1692 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France.

7 M ii. Jean COULET. Jean a épousé4 Elisabeth MICHEL, fille de Esprit MICHEL et Catherine POULET, le 13 février 1721 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France.
4. Jean COULET (Barthélémy). Jean a épousé5 Claudette BATAILLIER, fille de André BATAILLIER et Louise PELLEGRIN, le 27 avril 1656 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 8 M i. Louis COULET.
9 F ii. Catherine COULET. Catherine a épousé6 Étienne ROULIN, fils de Guillaume ROULIN et Jeanne RUE, le 14 février 1695 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France.

Troisième génération

5. Joseph COULET (Antoine, Barthélémy). Joseph a épousé7 Marguerite JOURDAN, fille de Michel JOURDAN et Honorade VIDAL, le 3 février 1698 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
10 M i. Joseph COULET. Joseph a épousé8 Catherine POUSSEL, fille de Joseph POUSSEL et Anne BOSSY, le 15 mai 1730 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France.
8. Louis COULET (Jean, Barthélémy). Louis a épousé9 Élisabeth IMBERT, fille de Étienne IMBERT et Jeanne ROUX, le 16 octobre 1690 à Lambesc, Bouches-du-Rhône, France. Ils ont eu les enfants suivants:
11 M i. Pierre COULET. Pierre a épousé10 Marie DEFLAUX le 9 janvier 1714 à Orgon, Bouches-du-Rhône, France.
Appendice A - Sources

1. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc, http://gw2.geneanet.org/index.php3?b=lambescmariages.
2. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
3. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
4. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
5. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
6. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
7. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
8. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
9. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.
10. Eric Vivian, Relevés systématiques de Lambesc.

25 septembre 2008

AD 77 Archives de Seine-et-Marne en ligne

Quel mois de septembre ! Après la Charente-Maritime et le Nord, voici la Seine-et-Marne et ses archives numérisées. L'adresse : http://archives.seine-et-marne.fr

Archives de Seine-et-Marne 77 en ligne

Ci-dessous une petite vidéo explicative :

24 septembre 2008

de Rodulph - Beauvezer

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f355

DE RODULPH. — Beauvezer
Entre le P. G., etc., et noble François de Rodulph, sr de Beauvezer et d'Amirat, et Joseph de Rodulph, frères, etc.

Testament d'Elzéar de Rodulph, seigneur de Négreaux et conseigneur de Verdaches, de Beauvezer et Feissal, fils de noble Louis, par lequel il institue noble Baltazar, son fils, de l'année 1500, signé : Borrili.

Reconnaissance passée en faveur dudit noble Balthazar de Rodulph, seigneur de Beauvezer et Chasteauneuf le Rouge, du dernier mai de l'année 1511, signée Borrily, notaire.

Mariage de noble Elzéar de Rodulph, écuyer, seigneur de Beauvezer, fils de feu Baltazar, seigneur de Chasteauneuf, avec demoiselle Magdelaine Truci, du 9 décembre 1547, signé : Hugoleny, notaire.

Arrêt du parlement de ce pays rendu entre Elzéar de Rodulph, écuyer, seigneur de Beauvezer, fils de feu Baltazar, et curateur d'autre Baltazar de Rodulph, fils de feu Louis, seigneur de Chasteauneuf, du 24 mai 1578.

Hommage preste au Roy par François de Rodulph, tant en son nom que de Jean et Arnaud, ses frères, tous enfants d'Elzéar, seigneur de Beauvezer, de la quatrième partie de la terre et seigneurie dudit Beauvezer, du 30 janvier 1571, signé : Tizati.

Preuves de chevalier dudit Jean de Rodulph, fils du susdit Elzéar, sr de Beauvezer, et de la demoiselle Truce, de l'année 1576.

Extrait de la délibération du chapitre provincial de l'Ordre de St Jean de Hierusalem, tenu dans la commanderie de St Jean d'Avignon, au mois de mai 1599, auquel fust faite une proposition par ledit frère Jean de Rodulph, commandeur de Millau, dument scellée, signé : Louis, notaire d'Arles.

Procuration faite par ledit frère Jean de Rodulph, commandeur, à noble François de Beauvezer, son frère, du 14 mai 1604.

Lettre missive du Grand Maistre de Malte au commandeur, de Millau de Beauvezer, de l'année 1605.

Lettre du Roy à son cousin le Grand Maistre de Malte par laquelle lui recommande le chevalier de Beauvezer, du 12 novembre 1622, signée : Louis, et plus bas : Boulart.

Procuration faite par la demoiselle Magdeleine Truci, veuve à feu Elzéar Rodulph, sr de Beauvezer, à noble François de Rodulph, son fils, du 30 janvier 1582.

Testament de noble François, fils d'Elzéar, sr de Beauvezer, par lequel il institue demoiselle Anne de Bruis sa femme, et fait légat à nobles Arnaud, François, Jean et Josias, ses enfants, du 27 novembre 1616, signé : Ménard, notaire.

Certificat des consuls de Manosque par lequel ils attestent que Josias de Rodulph, sr de Beauvezer, est originaire de lad. ville, et tenu et réputé pour gentilhomme et de noble fille et que Arnaud et François de Rodulph estoient ses frères, fils tous de noble François, sr de Beauvezer, et icelui frère de Jean, commandeur de Millau et oncle dudit Josias, du 12 mai 1636.

Arrêt de décharge des francs fiefs en faveur dudit Josias de Rodulph, de l'année 1636.

Certificat des consuls d'Aix contenant qu'ayant fait faire une exacte recherche dans les registres des archifs de la maison commune, ils ont trouvé que noble Elzéar et Claude ont estes premiers syndics d'Aix, ez années 1466. 1475 et 1477 et que Baltazar, sr de Chasteauneuf, fust esleu premier consul en l'année 1536 et 1581, dument scellé et signé par lesd. consuls et greffier, en l'année 1615.
Fait à Aix, le 11 février 1668.

22 septembre 2008

de Damian - Salon, Arles, Vinsargues, Lambesc

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f177
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f54
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f189

DE DAMIAN. — Salon

Entre le P. G., etc., et noble Laurens de Damian, sgr du Vernègue, habitant de la ville de Salon, etc.
Baptistère dudit sieur défendeur, du 28 août 1630.

Mariage d'entre noble Louis de Damian, père dudit défendeur et fils de noble François de Damian, seigneur dudit lieu du Vernègue et de demoiselle Isabeau de Galliens, avec demoiselle Anne d'Agoult, du 18 janvier 1627.

Autre mariage dudit noble François de Damian, fils de magnifique seigneur Alexandre de Damian, écuyer, père dudit François, et fils de noble, puissant seigneur Michel de Damian, sr du Vernègue, du 18 décembre 1561 (?).

Autre mariage dudit noble Michel de Damian, père dudit Alexandre, et fils de noble Arnaud, seigneur dudit lieu du Vernègue, du dernier août 1527.

Lettres patentes de Charles, duc de Savoye (?), du 13 décembre 1460, dans lesquelles il fait mention avec tout l'honneur imagible de l'ancienne maison de Damian.
Fait à Aix, le 3 octobre 1667.

DE DAMIANS. — Arles et Vinsargues

Entre le P. G. etc., et Charles de Damians, sieur de Vinsargues et de Manville, etc.
Lettres patentes de Charles, duc d'Orléans, de Milan et de Valois, comte d'Ast, par lesquelles il déclare qu'étant pleinement informé de l'ancienne noblesse, générosité et vertu de Guillaume de Damians, sieur du Vernègue, d'Antoine Scipion, docteur ez-droits et chambrier du pape, d'André, écuyer de son escuyerie, de Benoit, aussi écuyer, Pierre, protonotaire, Jean, Charles et Georges, frères, fils de Benoit, conseiller, coseigneur de Chasteaurenard et de Montable, et parents de Pierre de Damians, cardinal, mort en odeur de sainteté, les agrège comme vrais nobles au nombre des nobles d'Ast, pour jouir tant lesdits Damians que leur postérité, nais et à naître, de tous les privilèges, droits, honneurs prérogatives et libertés dont les autres gentilshommes ont accoutumé de jouir, du 13 décembre 1460.

Consulte faite par le sr de Seguiran sur la validité de la donation faite par Guillaume de Damians, en faveur de Simon, son fils, en son contrat de mariage passé avec la demoiselle Vierne Rodulphe, fille de noble, magnifique homme Pierre Rodulphe, par laquelle est justifiée la descendance d'Arnaud, Charles, premier et second, Antoine, Pierre et Hugony, fils dudit Simon, du 6 juin 1453.

Arrêt du parlement rendu entre Hugony de Damians, qualifié écuyer et coseigneur du Vernègue, et Michel de Damians, aussi écuyer, coseigneur dudit Vernègue, pour raison de la substitution de ladite terre du Vernègue, du 17 octobre 1526.

Autre arrêt du parlement rendu entre lesdits Hugony et Michel de Damians, au veu duquel apert que le mariage de Simon et de demoiselle Vierne Rodulphe y est énoncé, contenant la donation faite par Guillaume de Damians audit Simon, son fils, pour cause de noces, du dernier juin 1543.

Mariage de Gounin de Damians, qualifié noble, coseigneur du Vernègue, avec demoiselle Louise d'Escalis, du 5 juin 1533.

Testament dudit Gounin, fils dudit feu noble Simon de Damians, par lequel il institue Charles et Antoine, ses enfants, du 7 may 1549.

Mariage de Charles de Damians, qualifié noble et coseigneur du Vernègue, fils dudit noble Gounin et de demoiselle Louise d'Escalis, avec demoiselle Bitrone Estevenesse, du 25 avril 1565.

Transaction passée entre Charles de Damians et Miche] et Alexandre de Damians, père et fils, par laquelle ils donnent audit Charles la terre et seigneurie de Vinsargues, avec fief et juridiction, en échange de la portion qu'il avait en ladite seigneurie du Vernègue, où ils sont qualifiés nobles, du 25 octobre 1572.

Contrat de mariage passé entre Pierre de Damians, qualifié écuyer de Vinsargues, fils dudit Charles et de ladite Bitronne d'Estienne, avec demoiselle Marie de Manville, du...

Testament dudit noble Pierre de Damians, par lequel il lègue à nobles Charles, Pierre et Jacques, ses enfants, la somme de 1500 livres pour chacun, du 24 septembre 1627, signé Bosse, notaire.

Arrêt de décharge des francs fiefs en faveur de Pierre de Damians, écuyer, sr de Vinsargues, du 21 avril 1636.

Contrat de mariage dudit Charles de Damians, qualifié noble, seigneur de Vinsargues, fils dudit Pierre et de ladite Manville, avec demoiselle Marthe le Maingre de Boussicaud, du xi janvier 1644, signé Igonnet, notaire.

Arrêt de décharge des francs fiefs en faveur de Charles, sieur de Vinsargues, du 2 juin 1656.

Passeport du sieur archevêque de Bordeaux, lieutenant général des armées du levant, à un soldat pour porter de lettres au sr de Vinsargues, commandant à la Tour de St Jean des Alfages, du 9 juillet 1641.

Deux lettres missives dudit sieur archevêque adressantes audit sr de Vinsargues, qualifié commandant à ladite tour des Alfages, des 9 juillet et 17 août 1641.

Sommation faite par le duc Ferrand, maitre général des armées navales d'Espagne, au sr de Vinsargues, commandant ladite tour des Alfages, de luy rendre ladite place, du 5 septembre audit an, avec la capitulation ensuite faite par ledit produisant, lors de la réduction de ladite tour du lendemain sixième septembre suivant, signée par ledit duc et scellées et plus bas, contresignées par son secrétaire.

Deux lettres missives écrites à Monsieur le Comte d'Alais, gouverneur, par lesquelles apert que ledit sr de Vinsargues avait généreusement défendu ladite tour des Alfages, des 14 et 19 septembre audit an, signées, l'une parla Motte d'Aucour, et l'autre par d'Argenson.

Certificat des députés du ... de Catalogne, résidant à Barcelone, que ledit sr de Vinsargues et de Cadenet ont généreusement soutenu et défendu la tour des Alfages et en sont sortis en composition, du 19 septembre même année, dument scellée et signée.

Lettre missive de M. l'archevêque de Bordeaux au sieur de Vinsargues, par laquelle il le loue fort de sa conduite, en la réduction de ladite tour des Alfages, du 9 octobre même année.
Fait à Aix, le 4 avril 1667.

DE DAMIANS. — Lambesc

Entre le P. G., etc., et Jacques de Damians, fils de Pierre, sr de Vinsargues, résidant à Lambesc, etc.
Mariage de noble Pierre de Damians, sr de Vinsargues, fils de Charles, avec demoiselle Marie de Manville, du 4 juin 1605, signé Qenin, notaire des Baux.

Testament dudit sr Pierre de Damians, par lequel il lègue à nobles Jacques, Pierre et Charles, ses enfants, la somme de 1500 ? pour chacun et substitue ledit noble Jacques à son héritier, du 24 septembre 1627, signé Bosse, notaire.

Extrait du baptistère dudit défendeur Jacques de Damians, fils du susdit noble Pierre, sr de Vinsargues, et de la demoiselle de Manville, du 9 juillet 1606, signé Gibert, curé des Baux.
Fait à Aix, le 21 octobre 1667.

de Guiraman - St Vincens

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f147

Entre le P. G., etc., et Charles de Guiramand, sr de Blauvac, résidant à St Vincens, etc.
Hommage passé au pape à Carpentras, ez mains de son recteur de la terre et seigneurie d'Entrechaux, par noble Claude Guiramand, fils et heoir de noble Hierosme, seigneur dudit lieu, du 10 novembre 1549, dument enregistré aux archifs de la révérende chambre apostolique du comtat Venaissin, signé de Georges.

Autre hommage preste au pape par noble Jean de Guiramand, fils de noble Claude, de la même terre, du 2 décembre 1580, dument enregistré, signé Degeorges.

Mariage de noble et magnifique seigneur Jean de Guiramand, seigneur d'Entrechaux, au comté de Venise, fils de magnifique seigneur Claude, avec demoiselle Louise de Sadolet, du 14 février 1582, signé Anglezy, notaire.

Testament de M. Jean de Guiramand, seigneur d'Entrechaux, par lequel institue noble Jacques, son fils, sieur de Blauvac, et confirme la donation par luy faite en son contrat de mariage à la demoiselle Sadolet, sa femme, du 11 septembre 1611, signé Ebreard, notaire.

Testament de demoiselle Françoise de Bernier, femme en premières noces de noble Jacques de Guiramand, sr de Blauvac par lequel elle institue noble Charles, son fils, du 26 juillet 1626, signé Barniolly.

Certificat des consuls de Blauvac, comme noble Charles de Guiramand est fils de noble Jacques et de la demoiselle de Bernier et led. Jacques, fils de noble Jean et de la demoiselle de Sadolet, du 7 juin 1667.
Fait à Aix, le 23 septembre 1667.

21 septembre 2008

de Mathieu - Le Revest

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f340

DE MATHIEU. — Le Revest

Entre le P. G., etc., et noble Alphonse de Mathieu, seigneur du Revest de Brousse, etc.
Extrait de mariage passé entre noble Pierre Mathey, égrège ez droits, viguier et capitaine de la ville de Forcalquier, fils de noble Jean, natif de la ville de Salins, en Bourgogne, avec demoiselle Delphine de Vachières, fille de noble Boniface, seigneur du Revest de Brousse, par lequel apert que ladite terre du Revest fust donnée en constitution de dot à ladite Delphine de Vachières, du 9 avril 1493, signé : Bandolly, notaire.

Extrait de contrat de mariage passé entre noble François d'Escalis, seigneur de Bras, avec demoiselle Andriève Mathey, fille dudit noble Pierre, par lequel ledit Pierre print la qualité de conseiller du Roy en la cour de parlement de ce pays, du-25 juin 1519, signé : Borrilly, notaire.

Extrait de mariage passé entre noble Gaucher Mathey, seigneur dudit Revest, avec demoiselle Marguerite de Castillon, fille de noble Perin et de dame Louise de la Croix, seigneur et dame de Cucuron, du 29 décembre 1552, signé : Blayarde, notaire.

Extrait de quittance portant reconnaissance passée par magnifique seigneur Antoine de Villeneuve, seigneur des Arcs, en qualité de mary et maître de dame Marguerite Mathieu, pour l'entier complément de la dot et droits de ladite dame de Mathieu, passée en faveur dudit noble Gaucher, son beau frère, fils et héritier dudit feu noble Pierre, du 1 mai 1559, signé : Camelin, notaire.

Hommage preste au Roy par ledit noble Gaucher Mathey de ladite terre et seigneurie du Revest, en l'année 1537, en latin et sur le pargemin.

Extrait de mariage de M. Gaspar Mathieu, fils dudit Gaucher, avec demoiselle Catherine de Villeneuve, fille de Gaspard et de dame Anne de Castellane, du 13 avril 1537, signé: Panon, notaire.

Extrait de testament dudit noble Gaucher de Mathieu, par lequel, entre autres choses, il institue ledit Gaspar, son fils, héritier, du 22 mai 1570, signé : Brandolly, notaire.

Extrait de contrat de mariage passé entre noble Hercule de Mathieu, fils dudit Gaspard, avec demoiselle Diane de Forbin de Gardanne, du 16 juillet 1603, reçu par me Serene, notaire.

Extrait de contrat de mariage dudit sr défendeur, fils dudit noble Hercule, avec demoiselle Anne de Paparin de Chaumont, du 6 juin 1666, signé : Bernard, notaire.

Table ou histoire des maisons nobles et illustres de Provence et Comté d'Avignon, dans laquelle lesdits de Mathieu sont compris.
Fait à Aix, le 30 janvier 1668.

de Bosse - La Bréole

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f190

DE BOSSE. — La Bréoule (Bréole)

Entre le P. G., etc., et nobles Annibal et Benoit de Bosse, oncle et neveu, du lieu de la Bréoule, etc.
Transaction passée entre les habitants du lieu de la Bréoule et les nobles dudit lieu, pour raison du payement des tailles, parmi lesquels nobles sont, entre autres, Anselme, Isoard et Raimond Bosse, frères, enfants d'Arnoux Bosse, qualifié du nom de militis, du 27 janvier 1321.

Autre transaction passée entre ladite communauté et nobles Jean majeur et Jean mineur Bosse, du 14 décembre 1480.

Lettres patentes de Louis second, pourtant provisions de la charge de capitaine chatellain de la tour et château St Vincent, bailliage de Seyne, en faveur de noble Antoine Bosse, aux gages de cent florins d'or par an, du 1 décembre 1411, signé Louis.

Mariage de noble Antoine Bosse, fils de Michel, avec demoiselle Jeanne de Serre, du 30 avril 1540.

Mariage de noble Benoit Bosse, fils d'Antoine, sr du Perier, de la Bréoule, avec demoiselle Julie de Rame, du 25 septembre 1588.

Testament de ladite demoiselle Julie de Rame, veuve dudit noble Benoit Bosse, par lequel, sous les légats y mentionnés, faits à Alexandre et Charles, ses enfants, elle institue ses héritiers nobles Annibal et Jean Bosse, ses autres enfants, du 29 avril 1642.

Partage en suite faict entre lesdits nobles Annibal, Alexandre, Charles et Jean Bosse, fils dudit noble Benoit, sieur du Perier, leur père, du 26 juillet 1632.

Commission de M. de la Vallette au capitaine Benoit de Bosse, pour lever et commander une compagnie de cent hommes, du 22 septembre 1591.

Brevet du Roy de la charge de capitaine de la tour et chasteau de Queyras en Dauphiné, en faveur du sr de Bosse du Périer, du 26 décembre 1630,

Sauvegarde de M. le duc de Vendosme et exemption de gens de guerre, en faveur du sr du Périer de Bosse, du 19 juin 1657.

Testament dudit noble Jean de Bosse, sr du Perier, par lequel, sous les légats faits à Guillaume et Benoit, ses enfants, il institue noble Annibal de Bosse, son frère, du 4 juin 1658.

Extrait du baptistaire de noble Benoit, fils de noble Jean, du 22 janvier 1645.

Testament de noble et puissant sgr noble Antoine de Rame, chevalier de l'Ordre du Roy, par lequel, en cas de décès de ses héritiers, il substitue demoiselle Julie de Rame, sa fille, femme du susdit noble Benoit Bosse, du 3 décembre 1590.

Extrait de lettres de provisions de la charge de chastellain en la ville d'Embrun, données par M. le comte de Soissons en faveur de noble Annibal Bosse, sr du Périer, du 20 aout 1619.

Requête présentée au baillif de Gap, pour faire enjoindre au notaire y dénommé, saizy du contrat de mariage dont s'agit, d'exhiber ses registres pour y prendre un extrait figuratif, avec le verbal en suite fait par ledit baillif sur la recherche desd. registres, du 19 juin 1667.

Quittance concédée par Jacques Pellegrin à noble Antoine Bosse, fils de noble Michel, du 30 octobre 1544.

Contrat de vante passée par demoiselle Marie de la Vallette, veuve de noble Antoine de Bosse, de la Bréoule, des biens y mentionnés, en faveur de sr de Rame, du 17 octobre 1575.

Procuration faite par noble François de Bosse, à feu Antoine, à la dame de la Vallette, du 13 mars 1546.
Fait à Aix, le 22 octobre 1667.

Masse - Apt

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f260

MASSE. — Apt

Testament de noble Bertrand Masse, gouverneur de la Tour de la Bréole, par lequel il institue noble Biaise Masse, son fils et fait des légats à nobles Louis, George, Antoine et Jacques, ses autres enfants, du 2 octobre 1463, reçu par me Mathieu Ortolan, notaire dudit lieu de la Bréole, dument collationné par me Augier, notaire d'Aix.

Actes de concession et permission donnée aux officiers de la vallée de Sault par noble et égrège seigneur Antoine Masse, baile et juge de la cour royale de la ville d'Apt, des 21 juin et 5 août 1535, signé Ollier, notaire.

Mariage de noble George Masse, fils de noble seigneur Antoine, avec noble Gabrielle Sirejean, du 14 mars 1539, signé : Cavallier, notaire.

Baptistère de Brancais, fils de noble George et de la demoiselle de Sirejean, du 12 août 1545.

Mariage de noble Pancrasse Masse, avec demoiselle Louise d'Ortigue, du 25 mai 1572, reçu par me Bourel, et collationné par me Cavallier, aussi notaire.

Baptistère de Jean Masse, fils dudit noble Brancais, du 3 juillet 1575.

Mariage dudit noble Jean Masse, fils de feu noble Brancais, avec demoiselle Alione du Bois, du 22 novembre 1598, signé Bermond, notaire.

Lettres patentes du Roy données à Paris, le 10 décembre 1646, portant don et remise de tous et chacun droits de lods, rière lods quins et re… et autres droits seigneuriaux de la neuvième partie de la terre de Rustrel, en faveur du sieur Masse, qualifié conseiller, son maitre d'hôtel, dument signées Louis, et plus bas, par le Roy, comte de Provence, la Reine régente, sa mère, présente, Phelipeaux, et scellé du grand sceau en sire jaune et enregistrées ez archifs du Roy et au bureau des finances, les 28 janvier 1647 et 28 juillet 1656.

Mariage de M. François Masse, avocat, fils de Jean, écuyer, avec demoiselle Marie d'Orcel, du 18 octobre 1639, signé : Cortasse, notaire.

Arrêt de décharge des francs fiefs en faveur de noble François de Masse, sr de Rustrel, du 22 mars 1657.

Arrêt de réception en la charge et office déjuge royal de la ville d'Apt, en faveur de me François Masse, avocat en la cour, du 17 octobre 1643.

Investiture passée par la demoiselle Lione Dubois, femme de me Jean Masse, écuyer, de deux tiers du total de la terre, place et seigneurie du lieu de Rustrel, du 16 octobre 1646.

Hommage, en suite, preste au Roy par lad. Lione du Bois, femme dudit noble Jean Masse, écuyer, de deux troisièmes du total de ladite terre de Rustrel, dudit jour et an.

Autre hommage preste à la chambre par me François Masse, juge pour le Roy en la ville d'Apt, d'une neuvième portion de ladite seigneurie de Rustrel, du 1 février 1647.

Deux lettres missives de M. le duc de Vandosme au sieur de Rustrel pour se rendre auprès de sa personne pour aller à la venue du Roy en ceste province pour son service, des 27 février et 25 décembre 1659.

Acquit de la cote de l'imposition faite par la noblesse au sieur de Rustrel concernant ladite terre, du 17 novembre 1656.

Certificat du viguier, consul et plus apparans dudit Apt, comme me François Masse, seigneur de Rustrel, est noble et réputé pour tel et que ses devanciers ont toujours vécu noblement et tenu rang de noblesse, audit Apt, du 25 septembre 1656.

    Fait à Aix, le 10 décembre 1667.

    Geoffroy - La Tour, Sisteron et Digne

    Geoffroy-de-la-TourSource : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
    Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f36

    GEOFFROY. — La Tour et Digne

    Entre le P. G. etc., et Antoine et Pierre Geoffroy, père et fils, sieurs en partie de la Tour Lause, avocats en la cour, etc.
    Acte de vente du 28 février 1358, Dorello Janneroi, notaire d'Orse, dans lequel Raymond Geoffroy est appelé noble.

    Autre acte dans lequel mention est faite d'un autre, du 3 août 1394, Roche, notaire, passé en faveur d'Elzéar de Chateauredon et ledit Raymond et Louis Geoffroy, frères, dans lequel lesdits Geoffroy sont aussi appelés nobles.

    Acte de transaction et accord passé avec Antoine Geoffroy, fils de Louis et Lioncy Geoffroy, fils de Raymond, cousins germains, ou iceux sont aussi qualifiés nobles, du x avril 1424, Segnoret, notaire.

    Reconnaissance de dot faite par ledit Antoine Geoffroy à Rixende de Brachio, sa femme, dame de St Jullien d'Asse, du 12 août 1449, Chaussegros, notaire.

    Mariage d'entre noble George Geoffroy, fils dudit Antoine, avec demoiselle Menarde Albauliane, du 24 janvier 1454, notaire Bastety.

    Acte d'accord et association passée entre nobles Pierre, Louis, Georges et Barthélémy Geoffroy, frères, enfants dudit feu Antoine, du 7 mai 1465, notaire Pierre Hesmivy.

    Acte d'acquisition de la terre et seigneurie de la Tour Lauze, faite par lesdits nobles Georges, Barthélémy et Louis et Pierre Geoffroy, frères, de noble Elzéar Rodulphe et de sa femme, du premier septembre 1459, notaire Barras.

    Investiture donnée en faveur desdits quatre frères de ladite terre de la Tour Lauze par le roi René ou son lieutenant et gouverneur, par laquelle leur a même été attribuée la qualité de noble, du 29 septembre 1468, Talamel, notaire.

    Partage fait entre lesdits quatre frères de leurs facultés, dans lequel sont aussi qualifiés nobles, du premier octobre 1471, notaire Hesmivy.

    Transaction passée entre lesdits quatre frères et la communauté d'Aiglun, sur le fait des herbages, où sont aussi qualifiés nobles, du x mars 1471, notaire Hesmivy.

    Testament de noble Antoine Geoffroy, fils dudit noble Georges, par lequel institue son héritier noble Jacques Geoffroy, son frère, du 29 octobre 1498, notaire Hesmivy.

    Provision tutélaire de l'administration des biens de l'enfant pupille délaissé par ledit noble Bertrand Geoffroy, du 14 septembre 1498, signé Borrelly.

    Testament de demoiselle Magdeleine de Coriolis, veuve d'Estienne Geoffroy, par lequel institue son héritier noble Jean Geoffroy, son fils, et fait légat à Monet Geoffroy, son autre fils, du 29 juillet 1538, notaire Briançon.

    Acte de vente faite par noble Guillaume Geoffroy, fils et héritier dudit Jean, des droits seigneuriaux qu'il avait aux lieux de la Tour, Aiglun et les Sieyès, en faveur de noble Pierre Geoffroy du 23 janvier 1538, notaire Gaudemar, avec l'extrait de l'investiture prinse par ledit Pierre de la cour des Comptes, du 8 novembre de la même année.

    Autre acte de vente fait par ledit Monet des droits que lui compétait auxdits lieux, en faveur dudit Pierre, où se sont aussi qualifiés nobles, du second août 1558, signé Gassendy.

    Acte d'achept passé en faveur dudit noble Guillaume Geoffroy, du 26 juin 1544, notaire Romieu.

    Échange passé entre ledit Guillaume Geoffroy et Jean Geoffroy, père et fils, où se sont aussi attribué ladite qualité de noble, du xi juillet 1552, notaire Honorati.

    Mariage dudit noble Jean Geoffroy, 01s dudit Guillaume, avec demoiselle Catherine Espitaliere, du 28 février 1566, notaire Espitallier.

    Verbal faict sur l'acceptation de l'héritage dudit Jean Geoffroy par inventaire prins par Claude et André Geoffroy, leurs enfants, où apert avoir prins ladite qualité de noble, du second mai 1615.

    Testament solennel dudit Claude Geoffroy, fils dudit noble Jean et père dudit noble Antoine, défendeur, du 16 décembre 1617, signé Roux, greffier.

    Testament de demoiselle Melchionne, femme dudit Claude Geoffroy et mère dudit Antoine, défendeur, du 25 juin 1614, signé Raynaudin.

    Acte d'échange passé entre ledit Claude Geoffroy et Jean de Blieux, dans lequel se qualifie toujours noble, du 30 septembre 1617, notaire Esmiol.

    Désamparation faite du fief, terre, place et seigneurie dudit la Tour par ledit noble Antoine Geoffroy, à Pierre Geoffroy, son fils, défendeur, du 27 avril 1661, notaire Feraudit

    Procuration faite par ledit Pierre Geoffroy, fils, pour exiger les sommes y mentionnées, dans laquelle apert ladite qualité de noble, du 9 mars 1648, Reynaudin, notaire.

    Mariage dudit noble Barthélémy Geoffroy avec demoiselle Magdeleine, du 14 février 1479, Gaudemar, notaire.

    Quittance concédée audit André Geoffroy par Jacques Nicollay, dans laquelle icelui est aussi qualifié noble, du 14 août 1509, signé Hesmivy.

    Acte d'achept passé par ledit noble Pierre Geoffroy du 22 mars 1541, signé Honoraty.

    Acte de constitution d'officiers faite par ledit noble Pierre au lieu des Sieyès, conjointement noble Elzéar Geoffroy, fils dudit Jacques, du 27 janvier 1539, signé Honoraty.

    Procuration faite par lesdits Pierre et Elzéar Geoffroy, coseigneurs de la Tour et des Sieyès, à un y dénommé, pour comparaitre au ban et arrière ban convoqué pour le service du roy, du 24 avril 1563, notaire Gaudemar.

    Obligation conçue en faveur dudit Pierre Geoffroy, du 25 octobre 1550, Gaudemar notaire.

    Mariage dudit Gaspard Geoffroy avec demoiselle Honorade de Forbin, du xi mai 1573, Hesmiol notaire.

    Procuration faite audit Claude Geoffroy, mary de ladite demoiselle Melchionne, du 12 mai 1663, signé Gaudemar.

    Constitution d'officiers faite par ledit Antoine auxdits lieux d'Aiglun, les Sieyès et la Tour, du 24 avril 1632, notaire Amoreux.

    Arrêts de réception d'un office de secrétaire de la maison de Son Altesse Royale en faveur dudit noble Antoine Geoffroy, avec l'exemption y mentionnée et lettres de Sa Majesté du 23 avril 1630.

    Lettres du sieur d'Aiguebonne, gouverneur en ceste province, de confirmation de ladite exemption.

    Trois lettres missives escriptes audit Antoine Geoffroy par les syndics de la noblesse de ce pays.

    Arrêt du conseil du x mars 1656, portant déchargement en faveur des défendeurs tant pour le passé que advenir de toutes les taxes faites et à faire contre les faux nobles avec deffance de les comprendre à l'advenir aux mêmes taxes.

    Vante ou achept du 12 juin 1483, fait par noble Antoine Geoffroy, fils de noble Estienne, lors sgr de Maligeai.
    Fait à Aix, le 4 mars 1667.

    GEOFFROY. — La Tour, Sisteron et Digne

    Entre le P. G. etc., et noble François Geoffroy, sieur de la Tour Lauze, conseiller du roi et son procureur au siège de la ville de Sisteron, et noble Jean Geoffroy, prêtre de la ville de Digne,
    frères.
    Testament de noble Bertrand Geoffroy, autre fils dudit Georges, par lequel institue Antoine Geoffroy, son fils pupille, auquel, lors de décès, il substitue ledit noble Jacques, son frère, et fils dudit Georges, et déclare que icelui participe aux acquisitions que lui et noble Estienne Geoffroy ont faites des terres et seigneuries de Sieyès et d'Aiglun, du 29 juillet 1498, notaire Rome.

    Hommage preste au roi Charles par ledit Bertrand Geoffroy desdits terres des Sieyès et d'Aiglun, du 24 avril 1497, notaire Bonne.

    Provision tutellaire dudit Antoine Geoffroy, fils dudit Bertrand, de la personne d'Estienne Geoffroy, son oncle, dans laquelle provision tutélaire partage fut fait entre les trois frères vivants, et, audit Antoine Geoffroy, pupille, fils dudit Bertrand, de tous leurs biens du 7 octobre 1471, notaire Hesmivy.

    Acte d'acquisition faite par ledit Jacques Geoffroy de partie de la juridiction d'Aiglun de noble Jacques de Rochas, en l'année 1511.

    Investiture prinse par noble Elzéar Geoffroy, fils dudit Jacques, de la cour des Comptes, pour raison des acquisitions dudit Aiglun et autres y mentionnées du 27 novembre 1545.

    Testament dudit noble Jacques Geoffroy, par lequel institue son héritier ledit Elzéar, son fils, du 7 mars 1550, notaire Barlet.

    Mariage dudit noble Elzéar Geoffroy avec demoiselle Louise de Rochas, dame d'Aiglun, du 3 juillet 1541, notaire Gaudemar.

    Hommage preste par quelques particuliers des Sieyès, y dénommés en faveur dudit noble Elzéar Geoffroy, du 22 janvier 1561, notaire Honorât.

    Procuration faite par ledit Elzéar Geoffroy au sieur de Taillas, pour aller en son nom au rière ban en la ville de Marseille, pour le service du roy, ensuite de l'assignation à lui donnée, du 10 août 1548, notaire Hermite.

    Mariage de noble Gaspard Geoffroy, fils dudit Elzéar avec demoiselle Marie d'Oraison, du 13 octobre 1563, notaire Trimondi.

    Testament dudit noble Gaspard Geoffroy, par lequel apert que noble Elzéar Geoffroy, avocat en la cour, est son fils et, parainsin, petit-fils dudit Elzéar, père du testateur, du 27 novembre 1617, Hesmiol notaire.

    Mariage dudit noble Elzéar Geoffroy, fils dudit Gaspard, par lequel lui fait donation des seigneuries d'Aiglun et de Sieyès, du 5 novembre 1663.

    Arrêt rendu par les commissaires de la chambre des francs fiefs, portant déchargement desdits droits, en faveur desdits nobles Gaspard et Elzéar Geoffroy, père et fils, du 5 mai 1608.

    Lettres de doctorat dudit Elzéar Geoffroy, fils, du 11 décembre 1559.

    Députation faite aux états de la personne dudit Geoffroy, fils, avocat, comme premier consul de la ville de Digne, du 24 mai 1628.

    Partage fait entre lesdits défendeurs des biens délaissés par ledit Elzéar Geoffroy, son père, mort ab intestat, du 3 septembre 1644, Gay, notaire.

    Procuration faite par ledit Jean Geoffroy, ecclésiastique, l'un des défendeurs, au sieur Roux pour aller, en son nom, aux îles de St Honoré pour le service du roy, du 9 mai 1637, Gaudemar, notaire.

    Acte de députation faite par lesdits défendeurs ensuite du convoi donné à tous les gentilshommes pour le service de Sa Majesté, de congé donné ensuite par le comte d'Allais, gouverneur en ceste province, du 8 juin 1639.

    Procuration faite par lesdits défendeurs, ensuite d'un nouveau convoi à la noblesse, à Jean Tourniaire, du 30 août 1639, Rodes, notaire.

    Arrêt de déchargement des francs fiefs en faveur des défendeurs du 4 novembre 1635.

    Autre arrêt portant déchargement et même faveur du droit que le roi demandait sur les roturiers possédant fiefs du 30 mars 1643.

    Lettres de docteur desdits défendeurs, du 30 octobre 1632 et 16 août 1640.

    Arrêt de réception dudit noble François Geoffroy, l'un desdits défendeurs en l'office de conseiller et procureur du roi au siège de Sisteron, rendu par la cour de parlement de ce pais, du 10 novembre 1646.
    Fait à Aix, le 25 mars 1667.

    Autres articles sur les Geoffroy de la Tour-Lauze :

    20 septembre 2008

    Capisuchi - Salon

    Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
    Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f20

    Entre le Procureur général du Roy, en la Commission, et poursuite de Mre Alexandre Belleguise, chargé par Sa Majesté de la recherche des titres de noblesse et usurpation d'icelle, conformément à la déclaration du 28 février i665 et arrêt du Conseil du 16 août 1666, demandeur en exécution de ladite déclaration et arrêt du Conseil.

    Et Antoine de Capisuchi de Boulougne, écuyer de la ville de Salon, défendeur à l'assignation a lui donnée, en suite de ladite déclaration et arrêt, à la requête dudit Belleguise, et demandeur en déclaration de sa qualité et déchargement de ladite assignation.

    Vu par les commissaires députés par Sa Majesté pour la vérification et recherche desdits titres et usurpations de la qualité de noblesse, ordonnance par nous rendue, portant, entre autres, que tant les véritables gentilshommes que les usurpateurs des titres de noblesse seraient par devant Nous assignés, à la requête dudit Belleguise, pour représenter leurs titres, du cinquième novembre 1666, exploit d'assignation ensuite fait audit de Boulougne du 3 janvier 1667, sommation faite par ledit Belleguise à me Bernard, procureur dudit Boulougne, de remettre rière le greffe de la Commission les minutes ou grosses originelles de ses titres de noblesse, dans quinzaine, du 21 dudit mois de janvier.

    Deux abrégés d'actes de reconnaissance, passés par ledit de Boulougne, sous la majeure directe et seigneurie du chapitre St Laurent dudit Salon, pour les biens y exprimés, par lesquels ledit de Boulougne est qualifié écuyer, des 4 mars 1654 et 11 mai 1655, signés de Croix, notaire.

    Extrait de contrat de mariage passé entre Jean-Louis de Boulougne fils légitime et naturel de noble Antoine de Boulougne de Barcillonne Terre Neuve, et de demoiselle Marguerite de Albis du. ,6 juin 1611, reçu par feu Jean-Robert Baudouin, notaire de ceste ville d’Aix.

    Procédure faite par le juge de Salon sur la provision tutélaire des personnes et biens dudit Jean-Louis et demoiselle Marguerite de Boulougne, enfants, hoirs d'Antoine, portant élection de ladite charge delà personne de me André de Boulougne, avocat, du 30 décembre 1591.

    Extrait de sentence dudit juge de Salon entre ledit André de Boulougne et autres, par laquelle icelui est qualifié docteur es droits, avocat en la cour, du 21 octobre 1593.

    Extrait de rapport de compte tutélaire rendu par ledit me André de Boulougne de ladite éducation, par laquelle lesdits hoirs sont qualifiés enfants de noble Antoine de Boulougne, du 30 dudit mois d'octobre audit an.

    Rapport de compte rendu par ladite demoiselle de l'administration faite des biens de ses enfants, en qualité de tuteresse d’iceux pourveue, et par le compte rendu par ledit André de Boulougne.

    Transaction ensuite passée par lesquelles pièces ledit Antoine de Boulougne est qualifié noble du 14 mars 1604, signé Astre, notaire, et Cazaux.

    Acte passé par-devant Augier Martel, notaire du lieu de Meaullans, vallée de Barcillonne, par lequel ledit Antoine de Boulougne est qualifié aussi noble.

    Requête donnée à la cour de parlement de ce pais par ledit Jean-Louis de Boulougne pour faire répondre catégoriquement sur les faits y contenus les y dénommés et procédures ensuite faites, dans toutes lesquelles ledit Jean-Louis aurait pris la qualité d'écuyer, des années 1611 et 1613.

    Testament de ladite demoiselle Marguerite De Albis, femme dudit Jean-Louis de Boulougne, par lequel elle qualifie ledit Antoine de Boulougne noble et écuyer, du 1 décembre 1640, signé Gaudemar notaire.

    Enquête prinse par me de Capony, docteur es droit, et lieutenant de m° Louis Martin de la C..., aussi docteur es droit et podestat pour Son Altesse de Savoye en la ville de Barcellonne, ensuitte de la commission à luy donnée pour la vérification de la noblesse de Capisucy du 4 may 1609, par laquelle apert la généalogie de ladite maison être noble

    Ordonnance du feu sr duc d'Angoulême, gouverneur pour le Roy en ceste province, portant élection de l'un des gendarmes de sa compagnie d'ordonnance, de la personne dudit Antoine de Boulougne du i2 1640, signé Louis de Vallois et plus bas Maresis (?) et scellé de ses armes.

    Certificat du baron de Baume, capitaine de la galère cardinale, que ledit Antoine de Boulougne y a servi pour volontaire Sa Majesté, du 14 mars 1642.

    Contrat de nomination de recteur d'une chapellenie érigée dans l'église parrochialle de Th..., en Terre-Neuve, faite par ledit Antoine de Boulougne, comme ayant le juspatron, dont est aussi qualifié noble du 9 mars 1660, signé Tronc, notaire.

    Livre intitulé Gallia Christiana, en étant fait mention des trois Évêques de Digne issus de ceste famille de Capisucy, il est aussi fait mention du livre de M. Gassendy intitulé Notifia Ecclesie Diniensis, où lesdits évêques de Digne sont nommés en leur ordre, comme descendants de la famille de Capisucy et, entre autres, on y allègue la procédure faite en vertu de la Commission de Son Altesse de Savoye cy dessus exprimée qui se trouve même enregistrée aux archives (1).

    Arrêt du conseil du 15 avril 1642, par lequel sr Claude de Boulougne a été déchargé des francs-fiefs.

    Autre arrêt de la chambre établie à Paris sur le fait des francs-fiefs, portant déchargement de l'assignation qui luy avait été donnée audit Claude de Boulougne, avec deffences aux y dénommés et autres qu'il appartiendra de le troubler en ladite franchise, du 10 sept. 1659.

    Autre arrêt de ladite chambre portant déchargement de ladite franchise, du 24 mai 1664.

    Généalogie des noms et armes des descendants de ceste famille, faite et signée par le sr Chausier.

    Conclusion dudit procureur général du roy, du 7 février 1667, qui requiert ledit Antoine de Boulougne Capisucy devoir être déclaré noble et tout ce que par les parties a été fourni et produit dans leurs inventaires de production. Ouy sur le tout le rapport de M. Mène, conseiller, l'un des commissaires. Tout considéré,

    Les Commissaires députés par Sa Majesté ont déclaré et déclarent ledit Antoine Capisucy de Boulougne noble et issu de noble race et lignée de Capisucy, ordonnent que icelui ensemble sa postérité, nais et a naître de loyal mariage, jouiront des privilèges attribués aux autres nobles du royaume, tant et si longuement qu'ils vivront noblement et ne fairont acte dérogeant à noblesse. Et, à cet effet, ledit de Capisucy de Boulougne sera mis et inséré par nom et surnom dans le catalogue des nobles, suivant et conformément à ladite déclaration de Sa Majesté. Présents : Mres R. de Seguiran, premier président, J.B. d'Aymar, B. d'André, C. d'Arnaud, J. P. Gassendy et moy rapporteur Mène.

    Fait à Aix, le xi fév. 1667.

    (1) Arch. dép. des B.-du-Rh., B 85.

    de Michels - Champourcin

    Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
    Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f63.pagination

    Entre le P. G. etc., et Antoine, Jean-Gaspard et Honoré-Antoine, fils dudit Antoine, et autre Antoine à feu Gaspard de Michels, seigneurs de Champourcin et coseigneurs de la Javie, défendeurs, etc. et encore Esprit de Michels, Antoine et François de Michels, frères, à feu Gaspard et Pierre de Michels, à feu autre Gaspard, tous coseigneurs desdits lieux, etc.

    Lettres patantes de noblesse accordées par Jean, fils ainé du roi de Jérusalem et de Sicile, duc de Calabre, en faveur de Jacques Michel, fils de Claude, et de toute sa postérité, nais et à naitre de légitime mariage, pour jouir de tous les honneurs, prérogatives, privilèges et exceptions attribuées aux autres gentilshommes de la province, dont l'adresse fut faite au sénéchal, maitres rationaux et trésoriers du 20 janvier 1446, signées Jean et, sur le reply, par ledit seigneur duc, Rebuffelly, chancelier, et scellées du sceau de ses armes, avec le visa au costé, par Vitalis de Cabannes et le registrata par Tressemanes.

    Extrait de partage fait entre nobles Pierre, Marc et Thomas Michels de la terre et seigneurie de Champourcin, à eux donnée en leurs contrats de mariage par ledit Jacques, leur père, seigneur dudit lieu, du 1 janvier 1507.

    Extrait d'hommage passé par Gaspard, fils de Pierre, et autre Gaspard, fils de Marc de Michels, qualifiés nobles, des terres dudit Champourcin et de la Javie, en faveur de Sa Majesté, du 7 octobre 1531.

    Sommation faite par nobles Marc et Gaspard Michels au receveur des deniers du pays, de désister ses exécutions pour raison de la terre de Champourcin, du 23 octobre 1540, signé Gassendy, notaire.

    Arrêt rendu par les maitres rationaux de la chambre des Comptes sur la requête de nobles Jean et Honorât Baille (?), Marc et Gaspard Michels, coseigneurs de la Javie et Champourcin, portant du fouage de ladite terre de Champourcin, avec défenses au receveur d'en exiger ledit lieu que pour un vingtième de feu, pour les biens et terres baillées à nouveau bail acapte à certains particuliers, du 19 mars 1541.

    Arrêt rendu par le comte de Tende, gouverneur en ceste province, entre les coseigneurs dudit Champourcin et les trésoriers du pays, par lequel les exécutions faites par ledit trésorier contre lesdits sieurs Michels pour raison de l'affouagement de la dicte terre, ont été cassées avec restitutions des deniers exigés sur lesdits sieurs de Champourcin, du 24 décembre 1554.

    Ordonnance du marquis de Vitry portant exemption de la subsistance des gens de guerre, en faveur de nobles Michels, coseigneurs dudit Champourcin, du 3 mai 1636.

    Extrait de verbal fait par le lieutenant Castagne, commissaire général de l'armée, par lequel apert que Esprit de Michel, en qualité de procureur d'Antoine, Jean, Esprit et autre Antoine, Pierre et autre Jean Michels, tous qualifiés nobles et coseigneurs, s'était présenté pour servir au ban et arrière ban, suivant les ordres de Sa Majesté, auxquels ledit seigneurs sont obligés pour un homme tant seulement, avec l'ordonnance au bas, du 24 décembre 1635, signé Astier.

    Deux quittances concédées par le trésorier de la noblesse en faveur desdits sieurs de Michels, pour la cotte les concernant des impositions faites sur la noblesse, du 1 septembre 1637.

    Procurations faites par lesdits sieurs de Michels à noble Antoine de Michel, pour se présenter par devant M. le Gouverneur, afin de servir le roi pour eux au ban et arrière ban, suivant son ordre, auquel ils sont obligés, des 2 juin et de septembre 1639.

    Arrêt de la cour portant que les biens abandonnés, y énoncés, seront réunis au domaine desdits sieurs de Champourcin, qualifiés nobles et, comme tels, déclarés exempts de toutes charges, du 17 février 1648.

    Arrêt de décharge des droits de francs fiefs en faveur desdits Sieurs de Michels, qualifiés nobles et coseigneurs des susdits lieux, du 17 janvier 1657.

    Acte d'achept des biens y mentionnés, fait par noble Gaspar Michel, fils de Pierre, aussi qualifié noble et coseigneur dudit Champourcin, du 6 novembre 1559.

    Contrat de partage de la terre et seigneurie de Champourcin et de la Javie entre Jean et Jaume de Michel, fils de Gaspar, où ils sont qualifiés nobles, du 27 août 1596, signé Savornin.

    Autre partage fait entre nobles Jean et Gaspard Michels, père et fils, et Antoine Michel, fils de Guillaume, de la terre et seigneurie dudit Champourcin, du 18 mars 1615, signé Martin, notaire.

    Mariage dudit Antoine Michel, qualifié noble, fils de Guillaume, coseigneur desdits lieux, avec demoiselle Louise Richeaume, fille de noble Bernardin, du 18 mai 1616, signé Achard, notaire.

    Mariage de noble Antoine Michel, sieur desdits lieux de Champourcin et la Javie, fils d'autre Antoine, noble et seigneur desdits lieux, avec demoiselle Marguerite d'Oraison, du 5 septembre 1655, signé Belletrux.

    Mariage d'Antoine de Michel, écuyer, fils de noble Gaspar, sr dudit Champourcin et de la Javie, avec demoiselle Isabeau Chavinon, du 14 octobre 1640.

    Emancipation faite par noble Gaspard de Michel, sieur dudit Champourcin, en faveur de Mre André, Jean, Sperit, Pierre et Joseph, ses enfants, du 16 mai 1636, signé Astrayer.

    Testament de noble Jaume, fils de feu noble Gaspar, sieur de la Javie et Champourcin, par lequel institue Honoré, son fils, du 26 juillet 1597, signé Estrayer, notaire.

    Testament dudit noble Honoré Michel, fils de Jacques, qualifié noble et seigneur de la Javie et Champourcin, par lequel institue noble Jean et Sperit Michel, ses enfants, du 2e, avril 1638.

    Extrait d'acte de désamparation des biens y mentionnés, faite en faveur de noble Jean, son fils, coseigneur desdits lieux, du 12 janvier 1641.

    Mariage de noble Esperit Michel, fils d'Honoré, qualifié noble, et coseigneur, avec demoiselle Anne Richeomme, fille de noble Bernardin, du 12 janvier 1641.

    Deux extraits d'acte de sommation faite par Nicolas, fils de Marc, qualifié noble et coseigneur desdits lieux de Champourcin et la Javie, au commis du trésorier du pays de se désister de ses exécutions pour raison des deniers dudit pays, imposés sur une portion du terroir dudit Champourcin, pour n'être icelui taillable qu'une vingtième de feu tant seulement, sur les biens baillés à nouveau bail, du dernier septembre 1540, signé Bartellemy, notaire.

    Testament dudit Nicolas Michel, sieur de Champourcin, pour lors capitaine pour le service du roi, par lequel il institue noble Honoré, son fils, et Pierre, son petit-fils, à feu Antoine, son autre fils, du 24 juillet 1563.

    Mariage dudit Antoine, fils dudit Nicolas, qualifié noble et coseigneur desdits lieux, avec Honorade Bourrillon, du 16 juillet 1551, reçu par me Régis, notaire.

    Mariage de noble Pierre, fils dudit Antoine, coseigneur desdits lieux, avec demoiselle Marguerite Tuffet, du 10 octobre 1580.

    Testament dudit noble Pierre, fils d'Antoine, par lequel il institue nobles Jean et Gaspard Michel, ses enfants, du 20 mai 1629.

    Mariage de noble Honoré Michel, coseigneur dudit Champourcin, fils de Jean, avec demoiselle Catherine de Boulogne, du premier août 1655.

    Testament de noble Jean, fils de Pierre, coseigneur, et de la demoiselle Tuffet, par lequel il institue ledit noble Honoré, son fils, du 25 juillet 1660, signé Martin, notaire.

    Partage de la terre et seigneurie de Champourcin, fait entre nobles Honoré, fils de Jean, et icelui de Pierre, et François et Antoine, fils de Gaspar, autre fils dudit Pierre, du 30 juin 1664, signé Amoreux.

    Mariage de noble Jean Michel, fils d'Honoré, coseigneur dudit lieu, avec honnête fille Marcelline Richeome, du 4 février 1580.

    Testament dudit noble Jean, fils d'Honoré, par lequel il institue Gaspard, son petit-fils, à feu Honoré quand vivait son fils, du 18 février 1627.

    Mariage de noble Gaspard, fils d'Honoré, aussi coseigneur desdits lieux, avec demoiselle Marguerite de Martin, du 22 novembre 1634.

    Fait à Aix, le 5 mai 1667.

    Meuse-Archive.com

    Une lectrice vient de me signaler le site Meuse-Archive.com. Malgré son nom, ce site n’a rien de commun avec les Archives Départementales de la Meuse. Il est géré et animé par des bénévoles qui ont pour objectif de mettre gratuitement à la disposition des internautes le fruit de leur travail de dépouillement des actes d’état civil. Il propose en libre consultation la bagatelle de 505424 actes.

    Pour les autres départements, voir ma page des archives numérisées et dépouillements. N'hésitez pas à m'écrire pour me signaler un site qui serait absent de cette liste.

    19 septembre 2008

    AD 17 Archives de la Charente-Maritime en ligne

    Deux nouveaux départements dans la même journée, c'est la fête. Après le Nord, voici la Charente-Maritime.

    4 millions de pages en ligne vous permettent de consulter la totalité des registres paroissiaux, pastoraux et d’état civil de la Charente-Maritime. Conformément aux recommandations de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, sont mis en ligne les registres antérieurs à 1888 et les tables décennales jusqu’en 1902.



    L'adresse : http://www.charente-maritime.org/conseil_general_17/archives_departementales/accueil_archives.htm

    Lien direct : http://extranet1.cg17.fr/archinoe/registre.php

    Un grand merci à Jacques Nerrou qui m'a une fois de plus signaler cette nouvelle mise en ligne.

    Pour les autres départements, voir ma liste des archives départementales en ligne.

    AD 59 Archives du Nord en ligne

    Le site des archives du Nord vient d'ouvrir. Pour le moment, on y trouve :
    • Les tables décennales de l’Etat civil de 1802 à 1893 pour les 652 communes du département,
    • Le recensement de 1906,
    • Tables des états signalétiques et des services militaires,
    • Les plans du cadastre napoléonien.
    L'adresse : http://www.archivesdepartementales.cg59.fr

    Pour en savoir plus sur cette mise en ligne, voir l'article de Guillaume de Morant sur GénéInfos.

    Pour les autres départements, voir ma liste des archives départementales en ligne.

    17 septembre 2008

    Les Maintenues de noblesse en Provence par Belleguise

    Le tome 1 des Maintenues de noblesse en Provence par Alexandre Belleguise peut être consulté sur Gallica2. Voici comment le baron du Roure présente cet ouvrage.
    I. RECHERCHES ET MAINTENUES DE NOBLESSE. -- La Provence est assez favorisée sous le rapport de la conservation de ces documents de la plus haute importance. Il n'y a eu qu'une seule recherche générale, faite vers la fin du XVIIe siècle, à l'époque où elle fut d'ailleurs entreprise simultanément dans presque toute la France. Les recherches se divisent en deux séries; la première va de 1667 à 1671 et fut faite par Alexandre de Belleguise. Elle se trouve aux archives des Bouches Du Rhône et remplit les registres 1356 à 1358 de la série B. (Cour des Comptes). L'inventaire sommaire imprimé cite le nom de chaque famille ainsi maintenue. C'est en grande partie avec l'aide de ces documents que l'abbé Robert de Briançon a fait ses trois volumes de l'État de la Provence. Indépendamment de cela, ils ont été copiés intégralement plusieurs fois, et il en existe notamment un exemplaire à la bibliothèque d'Aix. Les registres 1359 à 1361 de la série B renferment les jugements contre les faux nobles et divers inventaires. -- La deuxième partie des recherches fut faite par Pierre-Cardin Lebret, président du Parlement, de 1696 à 1718 environ. Elle est actuellement en cours de publication dans la Revue Historique de Provence.
    Le tome I de ces Maintenues parle d'un très grand nombre de familles de Provence et, par chance, de familles figurant dans mon arbre généalogique dont je vais donner (progressivement) la liste et les liens ci-dessous :
    1. CAPISUCHI - Salon
    2. DE BARRAS - La Penne
    3. DE BARRAS - St Laurent
    4. DE BARRAS - Thoard et Castellar
    5. DE BARRAS - Thoard et La Penne
    6. DE BARRAS - Thoard et Melan
    7. DE BERNARD - Feyssal
    8. DE BOSSE - La Bréole
    9. DE CAYS - Arles
    10. DE DAMIAN - Salon
    11. DE DAMIANS - Arles et Vinsargues
    12. DE DAMIANS - Lambesc
    13. DE GAILLARD - Bellaffaire
    14. DE GOMBERT - Saint Giniez et Verdaches
    15. DE GOMBERT - Sisteron
    16. DE GOMBERT - Sisteron
    17. DE GOMBERT - Sisteron
    18. DE GOMBERT - St Genies
    19. DE GRIMALDI - Courbons et Cagnes
    20. DE GUIRAMAN - St Vincens
    21. DE L'ESTANG - Arles
    22. DE LAUGIER - Verdaches et Chateauredon
    23. DE LEYDET - Jarjayes et Sisteron
    24. DE LEYDET - Montfort
    25. DE LEYDET - Sisteron
    26. DE MATHERON D'AMALRIC - L'Escalle
    27. DE MATHIEU - Le Revest
    28. DE MICHELS - Champourcin
    29. DE PONTIS - Digne
    30. DE PONTIS - Urtis
    31. DE RODULPH - Beauvezer
    32. DE SABRAN - Aiguines et Chantereine
    33. DE SADE - Eyguières
    34. DE SAVOURNIN - Marseille
    35. DE VILLENEUVE - Fayence
    36. DE VILLENEUVE - Thorenc, St Pol
    37. DE VILLENEUVE - Tourrettes les Vences
    38. DE VINTIMILLE - Montpezat
    39. GEOFFROY - La Tour et Digne
    40. LAUGIER - Beaucouse et Thoard
    41. MASSE - Apt

    13 septembre 2008

    La famille du Tillet, cinquième branche

    Cinquième Branche éteinte.
    1. Jean-François du TILLET, qualifié chevalier et haut et puissant seigneur, dans les actes qui le concernent, second fils de Jacques du nom et de dame Madeleine le Maistre sa femme, fut comte de Saint-Mathieu, vicomte d’Ay et d’Aumay, seigneur de Montramé, de Mareuil-sur-Ay, de Saint-Palais, de Quincé, de Villais-du-Breuil, de Savigny, d’Oussigny et du Chesne-Guillemot; fut nommé gentilhomme ordinaire du roi, le 20 juin 1638, sur la résignation de son père; était cornette de la compagnie des chevau-légers de la garde de la reine-mère, le 14 mars 1646, et servait encore en cette qualité le 26 janvier 1650; fut depuis, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et lieutenant-général, de ses armées, qualités qu’on lui trouve dans le contrat de mariage, de Séraphin du Tillet, seigneur de Loré, son cousin, du 17 septembre 1662, auquel il fut présent, et il commandait, en 1664, la susdite compagnie de chevau-légers de la reine-mère. Il mourut le 29 juin 1675, et avait été marié deux fois : 1.°, par contrat du 17 mai 1646, avec dame Charlotte (alias Marie) de Brunfay, lors veuve en premières noces de messire Jean-Baptiste de la Rocredrie du Guesdon, chevalier, vicomte de Saconnay, femme en secondes noces d’Hector d’Ancienville, seigneur de Villiers-aux-Corneilles, dont elle fit rompre le mariage, et fille de messire François de Brunfay, chevalier, seigneur de Brunfay, de Quincé, etc., gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et de dame Marie du Drac sa femme. Par cet acte, il fut convenu que le second enfant mâle qui naîtrait dudit mariage, prendrait le surnom de Brunfay, et en porterait les armes; en considération de quoi, la future donna audit seigneur de Montramé les terres et seigneuries de Brunfay et d’Origny, situées en Picardie entre Péronne et Bapaume. Après la mort de sa première femme, il épousa : 2.° demoiselle Jeanne-Marguerite de Bohan de Nanteuil, de laquelle il n’eut point d’enfants. Elle était fille unique de haut et puissant seigneur messire Louis de Bohan, chevalier, comte de Nanteuil, seigneur de Moyenbry, de Laudricourt et de Houssan, maréchal des camps et armées du roi, gouverneur et grand-bailli de la Love, mestre-de-camp d’un régiment de cavalerie, et de haute et puissante dame Suzanne de Roland, sa femme Jeanne Marguerite de Bohan était remariée, le 8 octobre 1708, avec haut et puissant seigneur messire Anne-Charles, comte de la Rouère, chevalier, seigneur de Chamois, baron de Nanteuil, de la Fosse, etc. Du premier lit vinrent :
      1. Jean-François, chevalier, comte de Saint-Mathieu, vicomte d’Ay, seigneur de Quincé, qui vivait le 28 mai 1680, et mourut avant le 5 janvier 1712;
      2. Marie-Berthe-Gombertine-Marguerite, dite mademoiselle du Tillet de Nanteuil, qui fut mariée, par contrat du 8 octobre 1708, avec haut et puissant seigneur messire Charles-François de Cauchon, chevalier, seigneur et marquis de Sommièvre, de Queue, etc. et partagera avec sa sœur, le 5 janvier 1712, les biens du comte de Saint-Mathieu, leur père. Par cet acte, elle eut pour son lot la terre et seigneurie de Quincé, avec les terres, fiefs et seigneuries de Villars, du Breuil, de Savigny, d’Oussigny et du Chesne-Guillemot;
      3. Et Claire-Charlotte-Séraphine, dite mademoiselle du Tillet de Saint-Mathieu; mariée le 8 octobre 1752 avec François du Prat de Barbançon, comte de Barbançon, premier veneur de S. A. R. Mgr. le duc d’Orléans, régent, et colonel d’un régiment d’infanterie; et par le partage du 5 janvier de ladite année, qu’elle fit avec la marquise de Sommièvre sa sœur, elle eut pour son lot la terre et seigneurie de Mareuil-sur-Ay, les vicomtes d’Ay et d’Aumay, avec les fief, terre et seigneurie de Saint-Palais près de Châlons.
    Les armes : « Écartelé au 1 et 4 d’azur, au chevron d’or, accompagné de 3 molettes d’éperon de même, 2 en chef et 1 en pointe; au 2 et 3 d’or, à 3 chabots de gueules posés 2 et 1, qui est DE CHABOT et sur le tout, d’or à la croix pattée et alaisée de gueules, qui est DU TILLET. Supports et cimier, des lions. »

    Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 230
    BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

    Articles liés :

    La famille du Tillet, quatrième branche

    Quatrième branche.
    1. Jacques du TILLET, chevalier, seigneur de Montramé et de Bouy, au bailliage de Provins, de Chalautre la Petite, de Servolles, de Saint-Sauveur, de Barre, de Lunay et de Hautevesnes, vicomte de la Malmaison et de Saint-Mathieu, en Poitou, second fils d’Hélie, et de Philippe Viole, fut fait successivement échanson ou gentilhomme servant ordinaire du roi, le 22 mars 1601 ; et conseiller-maître-d’hôtel ordinaire de Sa Majesté, le 18 avril 1630. Il mourut au mois de décembre 1643, et avait épousé, par contrat du 21 juillet 1603, Madeleine le Maistre, dame de Hautevesnes, lors veuve de Jean de Fitte, écuyer, sieur de Marivaulx-lez-Chartres, sous Mont-l’Héri, et fille de messire Gilles le Maistre, chevalier, seigneur de Ferrières, de Bermainville, etc., et de dame Marie Hennequin ; ses enfants furent :
      1. Jacques, qui suit :
      2. Jean-François, auteur d’une cinquième branche rapportée ci-après ;
      3. Hélie, qui fut récollet
      4. Louis, vicomte de Saint-Mathieu, qui se fit depuis jésuite ;
      5. 6. et 7. Madeleine, Philippe et Angélique, toutes trois religieuses ; la première, à l’abbaye du Paraclet, en Champagne ; la seconde, à Hautes-Bruyères ; et la troisième, Boissy-lez-Troyes ;
      1. Anne, mariée, par contrat du 22 février 1642, à messire Jean de Caillaux ou de Calleaux, chevalier, seigneur de Loisellerie et de Clais.

    2. Jacques du TILLET, chevalier, seigneur de Montramé, de Bouy en Brie, et de Chalautre-la-Petite, vicomte de Saint-Mathieu et de la Malmaison, reçu, le 17 juin 1644, conseiller au parlement de Paris, et depuis conseiller du roi en ses conseils, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, mourut à Paris, le 6 septembre 1662, et fut inhumé à Saint-André-des-Arcs. Il avait épouse, par contrat du 28 février 1647, demoiselle Madeleine Maynard de Loiré, fille de Barnabé Maynard, chevalier, seigneur de Loiré, conseiller du roi en ses conseils, chevalier de son ordre, maître d’hôtel ordinaire de Sa Majesté, et de dame Madeleine de Seigneuret. Il mourut à Paris, laissant de son mariage ;
      1. Louis, qui suit :
      2. François, chevalier, seigneur de Challemaison dans l’élection de Provins, né à Paris, et baptisé le 12 avril 1657, qui s’allia, par contrat du 18 février 1684, avec Marie-Madeleine Simon, fille de Jacques Simon, écuyer, conseiller secrétaire du roi, et de dame Madeleine Leclerc, sa veuve. Il fut maintenu dans son ancienne noblesse, par ordonnance de M. Phelypeaux, intendant de Paris, du 9 août 1700 ; et eut de son mariage, pour fils unique, Louis-François du Tillet, chevalier, seigneur de Saint-Sauveur, de Challemaison et de Bernay, né le 22 août 1688 et marié, par contrat du 13 juin 1714, avec demoiselle Guillemette-Marguerite du Tillet ; sa cousine germaine ;
      3. Louise du Tillet.

    3. Louis du TILLET, chevalier, seigneur de Montramé, de Bouy, de Chalautre-la-Petite, vicomte de la Malmaison, etc., épousa par contrat du 4 mars 1685 Marie-Marguerite Belot, fille de messire Claude Belot, chevalier, seigneur de Quincé, de Ferreux et de la Motte, grand bailli d’épée du palais ; conseiller du roi, maître ordinaire en sa chambre des comptes de Paris et de dame Marguerite Sevin. Il eut de ce mariage :
      1. Charles-Claude, qui suit ;
      2. Jean-Alexandre, écuyer, mort avant le 8 janvier 1694 ;
      3. Guillemette-Marguerite, née vers l’an 1687, et mariée par contrat du 13 juin 1714 avec messire Louis-François du Tillet, son cousin-germain, chevalier, seigneur de Challemaison, de St-Sauveur et de Bernay
      4. Françoise, née vers l’an 1692.

    4. Charles-Claude du TILLET, dit le marquis du Tillet, chevalier, seigneur de Montramé, de Bouy, de Chalautre la Petite ; de Soisy, de Challemaison, etc., vicomte de la Malmaison, né à Paris le 14 mars 1693, fut successivement lieutenant réformé à la suite du régiment de la reine, cavalerie, le juin 1726 ; chevalier de St.-Louis, exempt des gardes du corps du roi le 10 juin 1733 et brigadier de ses armées le 20 mars 1747. Il avait épousé, par contrat du 19 janvier 1723, demoiselle Marie-Marguerite de Cœuret de Nesle, fille de messire Louis de Cœuret, chevalier, seigneur et marquis de Nesle, mestre-de-camp de cavalerie et de dame Henriette-Jeanne-Rosalie de Bruc, sa veuve. Il en a eu :
      1. Charles-Claude-François, qui suit ;
      2. Charles-Louis-Edouard, né le 30 mars 1728, qui fit ses preuves de noblesse le 2 novembre 1741, pour être reçu page de la reine, fut fait ensuite successivement brigadier des gardes du corps du roi, compagnie de Luxembourg le 1er janvier 1743 ; exempt le 20 janvier 1753, mestre-de-camp de cavalerie le 1er janvier 1759 et brigadier des armées du roi au mois de janvier 1770. Il avait été reçu de majorité en 1750, chevalier de l’ordre de St.-Jean de Jérusalem, sur les preuves de sa noblesse paternelle et maternelle ;
      3. Guillaume-Louis, docteur de Sorbonne, et évêque d’Orange. Sa conscience ne lui permettant pas de garder deux bénéfices, il se démit alors d’un riche prieuré. Pendant le rude hiver de 1784 il fit toutes les dépenses que lui permettait sa fortune pour soulager les pauvres. On le vit braver la rigueur de la saison et traverser un torrent dangereux pour leur porter des secours. Ii fut nommé député aux états-généraux. Il mourut en 1794 à Lesmetz-sur Seine, emportant les regrets de tous ceux qui l’avaient connu ;
      4. Jean-Louis, écuyer, né le 7 mars 1731 entré dans les mousquetaires en 1746, fait capitaine de cavalerie le 10 janvier 1762 ;
      5. Alexandre-Charles-Sébastien, né le 4 novembre 1735, reçu page de la reine en conséquence des preuves de sa noblesse faites le 29 juillet 1751, lieutenant au régiment des grenadiers de France en 1754, lieutenant au régiment royal d’infanterie en 1760 et capitaine au même régiment au mois de septembre de la même année ;
      6. Alexandre-Charles-Pierre, né le 4 novembre 1736, reçu garde de la reine en 1752 sur ses preuves de noblesse, lieutenant au régiment des grenadiers de France en 1755, lieutenant au régiment royal d’infanterie en 1760 ; et capitaine dans le même régiment au mois de septembre suivant ;
      7. Marie-Marguerite, née en 1724, mariée le 2 août 1749 avec messire N*** Challain de Villars, lieutenant-colonel de cavalerie et chevalier de St.Louis ;
      8. Rosalie-Louise, née en 1725 et mariée le 5 février à messire N*** du Champ-d’Assaut ;
      9. Marie-Odile-Charlotte, née le 13 juillet 1732 et élevée à St.-Cyr en 1740, mariée en septembre 1766, à messire du Tillet de Pannes, marquis de la Bussière et président en la chambre des comptes.

    5. Charles-Claude-François du TILLET-DE-MONTRAME, chevalier, appelé le marquis du Tillet, né le 30 mars 1726, entra dans les mousquetaires le 1er janvier 1738, successivement cornette et lieutenant de cavalerie au régiment de mestre de camp le 1er janvier 1741, chevalier de St. Louis et capitaine de dragons le 6 septembre 1751, est colonel du régiment royal infanterie, depuis le 10 février 1759 ; brigadier des armées du roi le 22 janvier 1769, mort en 1783 le 20 novembre. Avait épousé, par contrat du 21 juin 1763 (de l’agrément du roi de la reine et de la famille royale), demoiselle Charlotte-Geneviève Pellard-de-Sebbeval-de-Beaulieu, morte victime de la révolution en 1793, fille de messires Crescent-Antoine-Pierre Pellard-de-Sebbeval-de-Beaulieu, écuyer, ci-devant conseiller du roi en ses conseils, lieutenant-général des eaux et forêts de France, au siège de la table de marbre du palais à Paris, et de dame Charlotte-Frédérique Catherine Grisot. Il eut de ce mariage un fils, qui mourut jeune ; et un autre dont l’article suit.

    6. Charles-Louis-Alphonse du TILLET, né le 7 septembre 1768, a émigré en fait la campagne de 1792 en qualité de chef d’escadron du régiment Dauphin cavalerie, à l’armée de monseigneur le prince de Condé, et a continué de servir en qualité de capitaine des houlans britanniques, dans quatre campagnes différentes, en Flandre et en Allemagne. II a épousé, en 1808, demoiselle Justine de Touraille ; de ce mariage sont nés.
      1. Charlotte Stéphanie, née en 1809 ;
      2. Nathalie, morte.
    Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 230
    BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

    Articles liés :

    La famille du Tillet, troisième branche

    Troisième branche.
    1. Hélie DU TILLET, chevalier, seigneur de Gouaix, second fils de Jean du Tillet dit l’aîné, et de Jeanne Brinon, sa femme, fut fait secrétaire ordinaire du Dauphin, depuis François II, par lettres du roi du 14 mars 1557. Charles IX, dont il était secrétaire de la chambre, ainsi que de la reine sa mère, le pourvut aussi d’une charge de l’un de ses conseillers, maître ordinaire en sa chambre des comptes de Paris, le 8 mars 1569. Après la mort de ce prince, il continua ses services au roi Henri III, qui le nomma, par provisions du 12 juin 1575, grand-maitre, conseiller enquêteur et général réformateur des eaux et forêts de France, au gouvernement de Champagne, y compris les bailliages de Provins, de Bourgogne d’Auxerrois, Lyonnais, Bourbonnais, Auvergne, Mâconnais, Forez, de la Marche et Limousin. Ce prince mit le comble à ses bienfaits envers ledit seigneur de Gouaix, en lui donnant une charge de l’un de ses conseillers maîtres-d’hôtel ordinaires, dont il fut pourvu le 3 avril 1583. Il mourut avant le 23 juillet 1608, et avait été marié deux fois : 1.° par contrat du 5 octobre 1572, avec demoiselle Philippe Viole, fille de noble homme maître Jacques Viole, seigneur d’Aigremont et d’Andrezel, conseiller du roi en sa cour de parlement, à Paris, et de noble demoiselle Philippe de Bailly ; et 2.° avec demoiselle Lefèvre de Caumartin, lors veuve de Jean-Jacques de la Vergne, seigneur de Saint-Leu, conseiller du roi en ses conseils, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, et fille de Jean Lefèvre, seigneur de Caumartin, trésorier de France et général des finances en Picardie, et de dame Marie Warlet. Du second mariage il n’eut pas d’enfants ; mais du premier il laissa :
      1. Jean, qui suit ;
      2. Jacques, auteur de la quatrième branche rapportée ci-après ;
      3. Louis, seigneur de Fervolles et de Mézières, conseiller au parlement de Paris, nommé avant le 21 juillet 1605, et reçu le 7 juillet s606, honoré depuis de la dignité de conseiller d’état, mourut le 28 mars 1653, doyen des conseillers-clercs de la grand’chambre, et fut enterré à Saint-André-des Arcs, à Paris ;
      4. Charlotte, mariée avant le 12 mai 1599, avec Gédéon de Bethisy, chevalier, seigneur de Mézières, d’Ignaucourt et de Cavermont ou Campvermont, chevalier de l’ordre du roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, et capitaine de cinquante chevau-légers. Elle mourut le 7 mai 1613 ;
      5. Et Angélique, femme de Philippe de Marle, écuyer, seigneur d’Orcheux et en partie de Versigny, conseiller et maître-d’hôtel ordinaire du roi.

    2. Jean du TILLET, écuyer, seigneur de Gouaix, successivement conseiller au grand conseil avant le 21 juillet 1605, maître des requêtes de la reine Marie de Médicis, le 22 février 1608, conseiller d’état avant le 23 juillet de la même année, et maître des requêtes ordinaire de l’hôtel du roi le 14 janvier 1612, obtint des lettres d’honoraire de cette charge le 25 janvier 1635, fut fait conseiller d’état ordinaire le 16 juin 1643, mourut le 2 juillet 1647. Il avait épousé, par contrat du 10 août 1597, demoiselle Marie de la Vergne, fille de noble homme messire Jean-Jacques de la Vergne, conseiller du roi en ses conseils, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, et de demoiselle Marie Lefèvre-de-Caumartin, sa veuve, belle-mère dudit seigneur de Gouaix. De ce mariage vinrent :
      1. Jean qui suit ;
      2. Et autre Jean, dit le jeune, qualifié chevalier dans le contrat de mariage de Séraphin du Tillet, son neveu, du 17 septembre 1662, auquel il assista.

    3. Jean du TILLET, dit l’aîné, chevalier, seigneur de Gouaix, conseiller au parlement de Paris, reçu le 3 février 1623, et depuis conseiller en la grand’chambre de la même cour. Il mourut le 15 mars 1668, et avait été marié deux fois : 1.° par contrat du 23 juillet de ladite année 1623, avec demoiselle Madeleine de Bragelongne (laquelle eut en dot 120.000 livres, somme très considérable pour ce temps), fille de Pierre de Bragelongne, conseiller d’état, trésorier général de l’extraordinaire des guerres, et de demoiselle Marthe Charron, sa femme ; 2.° demoiselle Marie Daurat ou Dorat, de la ville de Chambéry, fille de Pierre (alias Etienne) Dorat et d’Antoinette le Grand, sa femme, lors veuve de messire François Marin.
      Enfants du premier lit :
      1. Séraphin, qui suit ;
      2. Jean, abbé, seigneur et prieur-commendataire de Sainte-Marie-Madeleine, de la Fontaine-aux-Bois en Brie et de Notre-Dame de Villars en Mâconnais, mourut à Paris, le 23 octobre 1708 ;
      3. et 4. Autre Jean, dit le jeune ; et François, écuyers, morts jeunes.
      Et du second lit vinrent :
      1. Louis-François, seigneur de Gouaix, commissaire de la marine, mort en 1697, sans alliance
      2. Marie, alliée à messire François du Bellay, chevalier, seigneur de Ternay, gouverneur de Vendôme, lieutenant des maréchaux de France et juge de la noblesse du même pays ;
      3. Marthe-Charlotte, dame de la Châtaigneraye, mariée en 1688, avec messire Jean d’Ivry, chevalier, seigneur d’Ivry, conseiller-secrétaire du roi ;
      4. Charlotte, laquelle était, le 9 juillet 1705, religieuse au monastère du Calvaire, à Paris.

    4. Séraphin DU TILLET, qualifié chevalier, seigneur de Loré et de Rancy, fut reçu le 30 décembre 1661, conseiller à la première chambre des enquêtes du parlement de Paris ; et au mois d’avril 1698, conseiller en la grand’chambre. Il avait épousé, par contrat du 17 septembre 1662, demoiselle Anne Cazet, morte au mois de mai 1693, sœur de Jacques Cazet de Vaulorte, chambellan du duc d’Orléans, et fille de Sébastien Cazet, écuyer, conseiller-secrétaire du roi, et de dame Marie le Blanc, son épouse. Il mourut, à Paris, le 14 avril 1705, et laissa :
      1. Elie, qui suit ;
      2. Et Marie-Anne-Charlotte, mariée, le 17 avril 1703, avec messire Claude Bonneau, chevalier, seigneur de Purnon, premier maître d’hôtel de la duchesse, puis du duc d’Orléans, et chambellan de ce prince ; elle mourut le 11 mars 1708.

    5. Elie du TILLET, chevalier, seigneur de Loré et de Marsay, fut successivement lieutenant dans le régiment Royal de Dragons, le 12 octobre 1695 ; capitaine dans celui de Lassay infanterie, le 11 janvier 1702 ; capitaine de grenadiers, avant le 9 juillet 1705 ; et enfin, lieutenant-colonel le 12 janvier 1707. Il eut de son mariage, avec demoiselle Marie-Renée du Bellay, sa cousine germaine, fille de messire François du Bellay, chevalier, seigneur de Ternay, etc., et de dame Marie du Tillet, sa tante consanguine :
      1. Elie-Claude, seigneur de Marsay, chevalier, reçu page du roi, dans la petite Ecurie, le 8 mars 1724, après avoir justifié de son ancienne noblesse. Il fut fait capitaine au régiment des Gardes-françaises, le 26 janvier 1744, et fut tué au choc de Richeveaux, sur le Rhin, le 24 août suivant, sans alliance ;
      2. Jean-François, prieur d’Iffendic, de Champrond, au diocèse de Chartres et de Chatillon-sur-Marne, mort le 14 février 1742 ;
      3. Marthe-Renée, née le 10 août 1713 ;
      4. Marie-Anne, mariée, par contrat du 3 février 1742, avec Charles-Léon de Ferrières, seigneur de la Lande, officier de dragons ;
      5. Suzanne-Angélique, laquelle épousa aussi, par contrat du mois de mars 1751, Louis-François de Musset, seigneur de la Bonnaventure, chevalier de Saint-Louis, capitaine le grenadiers au régiment de Chartres, et pensionnaire du roi.
    Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 230
    BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

    Articles liés :

    La famille du Tillet, seconde branche

    Seconde branche éteinte.
    1. François DU TILLET, seigneur de Pannes, conseiller, protonotaire et secrétaire du roi ; et greffier en chef du parlement de Paris en 1638, second fils d’Elie du Tillet et de Françoise de Faucon, sa femme, épousa, au mois d’avril 1640, demoiselle Charlotte de Tafin-de-Salins, dame de Bellefaye en Poitou, fille de Philippe de Tafin, dit de Salins, seigneur de la Nocle, et de dame Charlotte de Saint-Gelais, dame de Bellefaye. Il mourut le 3 janvier 1673, et sa veuve se remaria, le 30 août suivant, avec Henri de la Grange, marquis d’Arquien, chevalier, des ordres du roi, mestre-de-camp du régiment de cavalerie du duc d’Orléans, capitaine de ses gardes suisses, et depuis cardinal, père de la reine de Pologne Sobieski. Elle mourut au mois d’avril 1692, laissant de son premier mari :
      1. Jean, écuyer, mort le 12 juin 1657, âgé de quinze à seize ans ;
      2. Jean-François, chevalier, seigneur de Laune, de Pannes, de Bellefaye et de Rossay-lès-Epernon, né le 25 avril 1645, fut reçu avocat général aux requêtes de l’hôtel en 1666, et greffier en chef du parlement au mois de décembre 1672. Il mourut le 9 février 1741, sans postérité ;
      3. François Charles, écuyer, qui fut élevé page de la chambre du roi, en 1673 ;
      4. Marguerite, mariée en 1668, à Noël Fauche, seigneur de Dannemois, près Falaise, depuis conseiller du roi en son grand conseil ;
      5. Isidore, mariée avant le 10 août 1670, avec Michel Jabin, seigneur de Lavau en Bourbonnais ;
      6. Et Charlotte, qui fut religieuse et ensuite prieure de Saint-Robert, à Montluçon.
    Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 230
    BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

    Articles liés :
    eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+