26 octobre 2008

Comparaison de fichiers gedcom avec windiff

Avant de republier mon gedcom sur geneanet, j'aime bien créer un nouvel article sur mon blog pour présenter les changements entre la nouvelle version et l'ancienne. Le problème est que, si je n'ai pas publié mon arbre geneanet depuis longtemps, je suis incapable de me rappeler de toutes les modifications. L'idée est donc la suivante :
  1. Conserver la version actuelle de mon gedcom dans gillesdub1.ged
  2. Exporter la nouvelle version (en ce qui me concerne avec Personal Ancestral File) dans gillesdub2.ged
  3. Comparer gillesdub1.ged et gillesdub2.ged avec un logiciel de comparaison de fichiers (windiff)
Utilisation du logiciel de comparaison de fichiers windiff
  1. Cherchez windiff sur votre ordinateur (Démarrer > Rechercher > windiff)



    Normalement, vous devez trouver windiff.exe et windiff.hlp dans c:\Program Files\Support Tools. Sinon, cherchez windiff sur Google.

  2. Double-cliquez sur windiff.exe

  3. En haut à gauche de l'écran windiff, faites File > Compare files

  4. Dans la boite de dialogue Select First File, sélectionnez votre ancien fichier gedcom (gillesdub1.ged dans mon cas)

  5. Dans la boite de dialogue Select Second File, sélectionnez votre nouveau fichier gedcom (gillesdub2.ged dans mon cas)

  6. Sélectionnez la ligne .\gillesdub1.ged .\gillesdub2.ged different puis cliquez sur le bouton Expand en haut à droite de l'écran

  7. Vous obtenez alors le résultat ci-dessous.



    Décochez l'option Show Identical Lines pour ne pas encombrer l'écran avec les lignes identiques dans les deux fichiers

    Les lignes rouges indiquent les lignes de l'ancien fichier qui ont été modifiée dans le nouveau

    Les lignes jaunes indiquent les nouvelles lignes du nouveau fichier
Il ne reste plus alors qu'à pouvoir lire le format Gedcom couramment ;-). En tous cas, cet outil est suffisant pour se remémorer facilement les modifications que l'on a apporté à sa généalogie entre deux publications sur geneanet.

Articles liés :
  1. La norme Gedcom sur GeneaWiki
  2. Tout sur le format Gedcom par Robert Weinland
  3. Standards et norme en généalogie sur FranceGenWeb

25 octobre 2008

de Las Cases. Résumé historique sur cette Maison

Résumé historique sur cette Maison.

Cette maison, dont l’origine est perdue dans l’obscurité des siècles ou l’incertitude des traditions, paraît tout à coup sur la scène historique, vers l’an 1200, avec l’avantage et l’éclat qui caractérisent une famille depuis longtemps noble et distinguée.

Charles de Las Casas, son chef, est un des seigneurs espagnols qui accompagnent Blanche de Castille, mère de saint Louis. Il s’établit dans le midi de la France, et ses descendants s’y trouvent aussitôt aux premiers rangs, par leurs propriétés, leurs emplois et leurs alliances.

Arnaud ou Ardoin, du second degré, a le commandement de deux places fortes en Agenois.

Pierre, celui qui suit, se trouve exécuteur testamentaire, de concert avec le roi d’Angleterre et les ducs de Lorraine et de Brabant ; il est un des barons auxquels Edouard Ier, son suzerain, écrit pour demander du secours ; il sert de protecteur à Béatrix de Béziers, et dispute aux Séverac la possession de leur baronnie par un procès long et fameux dans lequel interviennent, comme parents ou amis, le pape, le roi de Majorque, comte de Foix et autres.

Les fils de ce troisième, son frère et ses neveux jettent le même éclat ; on les trouve tous en alliance, en rapport ou en amitié avec ce qu’il y a de plus grand dans le pays, tels que les sires d’Albret, les comtes de Foix, les captals de Buch. L’un d’eux combat à Poitiers, l’autre y périt ; plusieurs président les lois ; deux sont archevêques de Bordeaux, l’un après l’autre. C’est ainsi que, durant plusieurs générations, ils rassemblent tous les titres capables d’illustrer une famille.

Malheureusement, au 6° et 7° degré, deux causes viennent interrompre le cours d’une aussi brillante carrière. Une héritière fille de l’aîné de la maison, en fit sortir des biens immenses, et celui qui continue la race partage ses biens entre ses deux enfants. Ce terrible échec de la fortune, ce dédoublement de la tige unique, amènent deux rameaux affaiblis, que de nouveaux échecs domestiques affaiblissent encore et empêchent de se relever à la hauteur dont ils sont descendus. La marche politique des temps vient s’unir à ces traverses cruelles de la fortune, et les fait rentrer insensiblement dans la foule de leurs pairs, où ils n’offrent plus d’autre distinction que la constance de leurs services et le zèle de leurs devoirs.

Ainsi coulent jusqu’à aujourd’hui et passent successivement sous nos yeux dix-sept générations militaires portant avec elles, comme on va le voir, chose assez remarquable, l’empreinte caractéristique et distinguée des temps qu’elles ont parcourus et des devoirs qu’elles avaient à remplir.

Lorsque la féodalité était dans toute sa force, et plaçait les rangs dans la puissance, on voit les membres de cette maison au nombre des grands vassaux ; les rois d’Angleterre, leurs suzerains, leur écrivent pour leur demander du secours ; ils prêtent foi et hommage comme hauts barons.

Quand la féodalité affaiblie et les grands vassaux diminués eurent placé la gloire dans les actes brillants d’une chevalerie sans puissance, parmi les preux de cette famille s’élève et brille le valeureux Pons, salue dans son temps du beau surnom de vrai chevalier et de fleur de noble famille.

Enfin, quand l’autorité royale eut concentré toutes les forces et régularisé tous les mouvements ; quand la vertu d’un gentilhomme fut entièrement dans son amour pour son prince et son dévouement pour sa patrie, on les trouve tous, à la tête de leur bataillon, acquittant leur dette d’honneur et remportant la décoration qui payait leurs services.

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 251
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Articles sur la famille de Las Cases :

de Las Cases. Armoiries et devise

Armoiries et devise. « Fond d’or, bande d’azur, couronne de marquis, bordure de gueules : Semper paratus. »

Ces armoiries, dont la famille conserve des empreintes aussi anciennes que le treizième siècle, ne sont qu’un déchirement de celles d’ancienne Bourgogne ; et voici comment : vers la fin du onzième siècle, quand l’esprit de religion et de chevalerie, qui régnait alors en Europe, fit passer les Pyrénées à plusieurs princes français pour aller combattre les Maures, un des auteurs de la famille dont nous parlons ici était chargé de la bannière du comte Henri de Bourgogne, formée de plusieurs bandes d’or alternées d’autant de bandes d’azur. On connaît le succès de ce comte Henri, qui fonda le royaume de Portugal. Dans une des dix-sept batailles où il triompha des infidèles, la victoire, qui avait longtemps changé de côté, fut enfin fixée par les prodiges de celui qui portait la bannière ; mais il n’en conservait plus qu’un lambeau, une bande d’azur, avec ses deux voisines d’or. Henri voulut que ce reste précieux, entouré d’une bordure sanglante (de gueules), devînt la propriété et les nouvelles couleurs de celui auquel il reconnaissait les honneurs de la journée ; il y joignit un cri de guerre qui caractérisait les dispositions dont il avait été le témoin, semper paratus (toujours prêt) ; et il voulut qu’il eût pour sa part du butin todas las casas (toutes les habitations, toutes les demeures) des Maures en vue du champ du triomphe. De-là les armoiries, la devise et même le nom de la famille. On sait que dans ces temps anciens on n’en avait point encore de patrimonial ; il dérivait toujours, à chaque génération, de quelque qualité du corps ou de l’esprit, ou bien encore de quelques circonstances particulières.

Telle est l’origine traditionnelle du nom et des armes de cette maison, fondée du reste sur une vieille chronique de famille, corroborée, d’autre part, par le récit des historiens Remesal (Histoire de la province de Chiappa) Echard et Quetif ( Scriptores ordinis Proedicatorum.), etc., qui, parlant de Barthélemy de Las Casas, évêque de Chiappa, disent de ce vertueux protecteur des Indiens, qu’il était de Séville, issu d’une noble famille française, laquelle était venue, plusieurs siècles auparavant, en Espagne, et s’y était singulièrement distinguée contre les Maures.

Cette maison, revenant en France avec la reine Blanche, laissa en Espagne des rameaux qui y conservèrent longtemps encore le haut rang et les grandes richesses qu’elle y tenait de ses hauts faits. Ce n’est qu’en 1440 qu’une héritière de ce nom, Isabella de Las Casas, en fit sortir ses biens immenses, érigés ensuite en comté d’Urena, duché d’Ossuma et marquisat de Pennafiel, en faveur des Giron, auxquels elle apporta par son mariage avec don Pedre de Giron, neveu du célèbre Pacheco, marquis de Vilena, qui fut pendant trente ans le favori, le conseil, le maître et le tyran de son souverain Henri IV : circonstance qui faisait alors de don Pedre, sans contredit, un des premiers personnages de l’Espagne. La perte de si riches possessions fut pour les rameaux restants des Las Casas un échec funeste qui explique suffisamment la fortune modeste de Barthélemy et des siens (Nobiliaire d’Ocariz).

Le même Ocariz met un don Domingo de Las Casas, de l’ordre des Prêcheurs, au nombre de ceux qui contribuent à la découverte et à la conquête du royaume de Nouvelle-Grenade. Il marchait sans doute sur les traces de Barthélemy, dont les vertus touchantes avaient en quelque façon comme ouvert, en cette partie du monde, une patrie de gloire et de noble ambition à tous ceux de son nom.

ALLIANCES. Les nombreuses mères des deux rameaux procurent entr’autres alliances celles des Barn, Montesquiou trois ou quatre fois, Montfaucon, d’Hautpoult, d’Izarn, Villette, Monstrou, Bruyère-Chalabre, la maison de Foix, d’Anduse, de Montmorency, la maison royale de Navarre, celle de Lara, les anciens Narbonne vicomte d’Escayrac, Durfort, Merey, Hocquart, Cossa, Grammont, la Tour du Quercy, la Tour-d’Auvergne deux ou trois fois, Noailles, d’Aubusson, Rouffignac, Monteruc, Ventadour, Périgord, Uzès, Moellien, Quelen, Clisson, Rohan, Guebriant, Bourdeilles, Thesan, etc. etc. etc.

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 251
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Articles sur la famille de Las Cases :

de Las Cases. Branche de Roquefort

Branche de Roquefort, qui continue la ligne directe en Quercy, sur les biens maternels.
  1. Bertrand DE LAS CASES, seigneur de Roquefort, la Tour, Laudamie, etc., teste en 1473 ; appèle, à défaut d’héritier, son neveu Pierre de Las Cases, seigneur de Belvèze ; .épouse, en 1458, Mathilde de Barras, fille de Dieudonné de Barras et d’Anne de la Tour, vicomtesse de Turenne. Il en eut entr’autres le fils qui suit :

  2. Dieudonné-Otho DE LAS CASES, seigneur de Roquefort, coseigneur de Camboulit, épouse en 1498 Fine de Narbonnez, fille d’Eustache de Narbonnez, seigneur de Puy-Launez, coseigneur de Lantillac et Felsins. Il teste en 1520 et 1524, et laissa entr’autres :

  3. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Roquefort, de St.-Laurens, coseigneur de Camboulit, Cambes, Boussac et Corn, commande 200 hommes de pied, épouse, en 1541, Jeanne de Genouillac de Vaillac, fille de Jean Ricard de Vaillac et de Marguerite d’Aubusson, dont il laissa un fils qui suit :

  4. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur le Roquefort de Saint-Laurens, etc., coseigneur de Camboulit, Cambe, Boussac et Corn, gentilhomme de la chambre du roi ; avait épousé en 1558 dame Gaillarde de Cambefort. Il était déjà mort le 31 janvier 1587, lors du testament de sa mère. Il eut entr’autres enfants :
    1. Gabriel, qui suit ;
    2. Louis, qui forme le rameau de Saint-Pol, éteint à la quatrième génération dans trois enfants, officiers dans les régiments de Turenne, de Bretagne et d’Auvergne.

  5. Gabriel DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Roquefort, coseigneur de Camboulit, Cambes, Boussac et Corn, héritier par testament de sa grand’mère et de son grand-père, en 1587 et 1595. Il fut marié, le 22 juin 1592, à Isabeau de Boisset de la Salle. Gabriel était mort en 1628, et avait laissé un fils qui suit :

  6. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur-baron de Roquefort, coseigneur de Camboulit, Cambes, Boussac et Corn, gentilhomme de la chambre du roi, capitaine de 100 hommes de pied et de 100 maîtres. Marié, en 1628, à Marie de Veyrière ; elle teste en 1667. Jean était mort en 1658, laissant entr’autres enfants :

  7. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Roquefort, coseigneur de Camboulit, Cambes et Boussac, gentilhomme du duc d’Orléans, frère de Louis XIV, marié le 2 mars 1658 à Marie de Geneste du Repaire, fille de N de Geneste du Repaire, commandant de Metz, et de demoiselle de Rainault. Il périt au milieu de ses gens, victime des troubles du temps, laissant un fils qui suit :

  8. Pierre-Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur-baron de Roquefort, etc., marié en 1698, à Marie du Bouzet de Poudenas ; est blessé en duel à plus de 80 ans. Il laissa :

  9. Pierre-Gaston DE LAS CASES, chevalier, seigneur-baron de Roquefort, coseigneur de Camboulit, Cambes et Boussac ; vend la terre de Roquefort, et acquiert celles du Péré et de Mézières. II servit dans les mousquetaires, et fut marié à Anne d’Abadie. Il mourut en 1759, laissant :
    1. Pierre-Jean qui suit ;
    2. Jeanne, mariée en 1771 N*** d’Abadie, dont elle eut deux filles, mariées à N*** de Poiferré, et à N*** de Bonneval.

  10. Pierre-Jean DE LAS CASES, né en 1750, chevalier, seigneur du Péré et Mézières, commandeur de l’ordre de Saint-Lazare, chevalier de Saint-Louis, colonel du régiment de Languedoc, et maréchal-de-camp, présenté par preuves à Louis XVI, épousa Rose Budes de Guebriant, fille de N*** Budes de Guebriant et de Jeanne Kergariou Coètilliau, dont il laissa :
    1. Adolphe, qui suit ;
    2. Sidonie, chanoinesse de noble chapitre de Bouxières près Nancy, mariée à N*** de Biencourt, dont elle a une fille.

  11. Adolphe DE LAS CASES.
Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 251
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Articles sur la famille de Las Cases :

de Las Cases. Branche aînée de Belvèze

Branche aînée de Belvèze, qui continue la ligne directe en Languedoc sur les biens paternels.
  1. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Belvèze, demeure sur les biens paternels en Languedoc, où il continue la ligne directe. Il meurt vers la fin de l’année 1467, comme il appert par divers actes, laissant veuve sa femme dame Marguerite de Gallard (Galardo ou Goulardo). Jean ou son père est blessé à Azincourt. Il laisse un fils qui suit.

  2. Pierre DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Belvèze, appelé par substitution à l’héritage de son oncle, Bertrand, chef de la branche du Quercy ; meurt, en 1495, de ses fatigues dans les guerres d’Italie, âgé au plus de 48 ans. Avait épousé noble dame souveraine de Tournus (Tornussio) demeurée veuve tutrice de François qui suit, et de quatre filles ;

  3. François DE LAS CASES, chevalier, seigneur de Belvèze, rend hommage en 1503 et 1540 ; suit Louis XII dans ses expéditions d’Italie, ainsi que François Ier ; teste en 1547, et meurt dans l’année 1548, à l’âge d’environ 73 ans. Il avait épousé, le 15 janvier 1501, dame Delphine Le Roy, fille du seigneur de Lauraguel. Elle ne vivait plus en 1558. Il vint de ce mariage entre autres enfants.
    1. Pons, qui suit et continue la race ;
    2. Nicolas, tonsuré clerc, chevalier de Malte de la langue de Provence.

  4. Pons DE LAS CASES, coseigneur de Belvèze, seigneur d’Espérandieu et de Campmasviel, le héros de la famille, dit de son temps, à cause de ses beaux faits d’armes, le vrai chevalier et la fleur de noble famille (Dictionnaire biographique et vieille chronique de famille). Au mariage d’Antoine son fils, en 1580, il règle l’ordre de la succession de sa famille, et veut, s’il ne restait que des filles, que l’aînée porte à son mari le nom et les armes de Las Cases. Il meurt vers 1581, âgé de près de 86 ans, laissant un fils qui suit.

  5. Antoine DE LAS CASES, coseigneur de Belvèze, meurt en 1616, âgé d’environ 70 ans. Il avait épousé le 27 septembre 1580 Catherine de Piys ou de Pins, qui mourut en 1620, Antoine eut le malheur de vivre au temps des guerres civiles ; dans l’un des moments les plus forts de la crise anarchique il tomba au pouvoir d’un parti protestant. Pendant son absence, d’autres ennemis forcèrent le fort de Belvèze, saccagèrent le château, détruisirent les monuments de la famille, et emmenèrent son fils. Antoine de retour ne put supporter la vue de ruines si chères, il vendit en 1594 la terre de Belvèze, depuis si longtemps dans la famille, et la remplaça par celle de la Veyrière, enlevée par la révolution. Il laissa :

  6. Marc-Antoine DE LAS CASES, seigneur de la Caussade et de la Veyrière, émancipe son fils en 1656, et lui fait abandon de ses biens. Il meurt le 10 juillet 1665, âgé d’environ 80 ans. Il avait épousé le 26 janvier 1623 Jeanne Pères de Vaure, laquelle fit testament en 1646. L’un et l’autre professèrent la religion réformée, et y élevèrent leurs enfants. Marc-Antoine, zélé protestant, s’attacha au duc de Rohan, sous lequel il combattait ; et le suivit même hors de France ; mais il ne lui fallut qu’un instant pour préférer en son cœur la médiocrité dans sa patrie à une fortune étrangère ; et ce ne sera pas la seule fois que ce choix se renouvellera dans la famille. Marc-Antoine eut entre autres enfants
    1. Jean, qui continue la race ;
    2. Jean, seigneur du Clauzel, capitaine dans Champagne, meurt commandant du fort de Trèves en 1695. Son tombeau s’y trouve dans l’église de St.-Martin avec des inscriptions honorables ;
    3. Daniel, mort en 1653, à Montpellier, de ses blessures.

  7. Jean DE LAS CASES, chevalier, sieur de la Nauze, capitaine dans le régiment de Champagne, né le 22 septembre 1627, reconnu et déclaré, lui et les siens, issus d’antique et noble race, par la maintenue de noblesse du Languedoc en 1668. Il émancipe son fils en 1677, et meurt à 81 ans. Il avait épousé en 1647 dame Marie de Besset, fille de messire Pierre de Besset, Seigneur de Couffinal. Il laissa :
    1. Marc, qui continue la race ;
    2. Pierre, sieur de Belesta par l’héritage de sa tante ; sert de très-bonne heure dans Champagne. En 1686, à l’âge de 19 ans, il a le malheur de tuer en duel le sieur de Montmirail, son camarade au même régiment. Il obtient des lettres de grâce, faveur extrême, vu la rigueur des lois du temps sur le duel. En 1692, parvenu à la tête de son régiment, il périt à 25 ans, sur le champ de bataille à Steinkerque, fort regretté du maréchal de Luxembourg, son général.
    3. Marque, épouse le 24 avril 1670, Pierre de Talion, trésorier de l’extraordinaire des guerres.

  8. Marc DE LAS CASES, chevalier, seigneur de la Caussade, officier dans le régiment de Navarre, né en 1649, abjure à Paris en 1674, éprouve de grandes traverses, et perd la majeure partie de sa fortune. Il meurt à 77 ans. Il avait épousé Marie de Poitevin, née en 1668 ; et en 1700 Françoise de Saillac de Marsa. Marc sert dès sa plus tendre jeunesse ; une piété extrême se développe dans son cœur ; il abjure en dépit de sa famille, fait le voyage de Rome, et peu s’en faut qu’il ne se jette dans un cloître. Rendu à des fonctions publiques, des scrupules les lui font quitter, et deviennent funestes à ses proches mêmes. Ses mémoires, provoqués par M. de Louvois, amènent contre les trésoriers des guerres des mesures sévères qui enveloppent son beau-frère Talion, et lui coûtent sa fortune. Marc, au désespoir, n’ayant d’autre consolation que la pureté de sa conscience, se dévoue à son beau-frère, ce qui le ruine et lui causé mille chagrins. Il laissa, de ces deux mariages
    1. Du premier lit, Jean qui suit et continue la race ;
    2. Pierre, sieur de Belesta, né en 1691, capitaine dans Saint-Simon cavalerie, blessé à la retraite du Rhin en 1745, fait chevalier de Saint-Louis, meurt en 1749. Il avait épousé, en 1735, Marie-Louise de l’Hostelle, dont il eut trois fils. Le premier est passé jeune au service d’Espagne ; le second a été grand-vicaire d’Agde, et chanoine-comte du noble chapitre de Gigny en Franche-Comté. Le troisième est mort en 1789, retiré du service.

  9. Jean DE LAS CASES, chevalier, seigneur de la Caussade, né le 11 mars 1688, sert dans le régiment du Maine, y est blessé plusieurs fois ; et reçoit la croix de Saint-Louis. Il meurt à 71 ans. Il avait épousé, en 1716, Elisabeth-M arque Tallon, sa nièce à la mode de Bretagne, dont il eut :
    1. François-Hyacinthe, qui suit ;
    2. Jeanne-Marque, née en 1739, morte en 1802, mariée à Gabriel, comte de Bernez-Berny.

  10. François-Hyacinthe, marquis DE LAS CASES, chevalier, seigneur justicier dans les consulats de Puylaurens, Revel et Palleville, seigneur suzerain et dominant de la Mothe, Dournes et autres places, né en 1733, suit son père au service dès l’âge de sept ans, se trouve avec lui dans la campagne d’Italie, en 1746, sous le prince de Conti, et y est blessé à l’œil gauche, n’ayant que onze ans ; fait avec distinction, en qualité de capitaine, les campagnes de 1757 et 1758, en Allemagne, ainsi que celle de 1762, sous le prince de Condé ; reçoit la croix de Saint-Louis en 1763 et bientôt après les commandements de Revel, Sorèze, et pays dépendants. On le nommait à celui de Burzet, diocèse de Mende, quand il mourut le 23 juillet 1780. Il avait épousé, en 1765, Jeanne Naves de Ranchin, et laissa :
    1. Emmanuel, qui suit ;
    2. François, cadet gentilhomme en 1785, officier au régiment d’Auvergne, en 1787, sorti de France en 1791, garde volontaire de Monsieur dans la campagne de 1792. Rentré en France en 1802, administrateur d’un arrondissement de la Catalogne en 1812 ; marié en 1808 à Joséphine Baderon de Saint-Geniez, fille du marquis de Saint-Geniez et de Françoise de Bourdeilles ; il avait, en 1814, deux filles en bas âge.

  11. Emmanuel, marquis DE LAS CASES, de la Caussade, chevalier, seigneur justicier dans les consulats de Puylaurens, Revel et Palleville, seigneur suzerain et dominant de la Mothe, Dournes et autres places, entré dans la marine en 1782, lieutenant de vaisseau en 1789, présenté au roi la même année, sorti de France en 1791, soldat volontaire sous Monsieur en 1792, officier dans le régiment émigré de Dudresnay en 1794, échappé au désastre de Quiberon en 1795 ; chevalier de Saint-Louis en 1797, rentré en France en 1802, baron de l’empire en 1808, fait, en qualité de volontaire, la campagne d’Anvers et Flessingues en 1809 ; officier de la maison de l’empereur la même année, membre de son conseil d’Etat en 1810, comte la même année, président du conseil de liquidation de la dette illyrienne en 1811, chevalier de l’ordre de la Réunion en 1813 ; marié à Henriette de Kergariou-Coètilliau, avait en 1814 :
    1. Emmanuel-Pons-Dieudonné, qui suit ;
    2. Charles-Joséphine-Auguste-Pons-Barthélemy ;
    3. Marie-Louise-Napoléon-Ofrézie.

  12. Emmanuel-Pons-Dieudonné DE LAS CASES.
Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 251
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Articles sur la famille de Las Cases :
Carte des lieux (Google Maps)


Agrandir le plan

La famille de Las Cases

LAS CASES, en espagnol LAS CASAS, famille d’ancienne chevalerie. Voyez le résumé historique à la fin de cet article.
  1. CHARLES DE LAS CASES OU LAS CASAS était un des seigneurs espagnols qui accompagnèrent Blanche de Castille quand elle vint en France en 1200, pour épouser Louis VIII, père de saint Louis. Charles venait de Séville en Andalousie, où les croisades contre les Maures avaient attiré ses ancêtres, de par delà les monts, un siècle auparavant. Il obtint du roi de Castille la permission de demeurer en France, et servit dans les guerres contre les Anglais, notamment dans celles du midi de la France, où il s’établit ; il laissa deux enfants :
    1. Ferdinand, qui suit ;
    2. Arnaud ou Ardouin, qui obtenait, en 1290, d’Edouard I, duc de Guienne, le commandement de deux places fortes près de Mont-Ségur en Agenois, et eut pour fils : a. Guillaume, vénérable, discret seigneur, très excellent professeur, ès-lois, seigneur de Tartas, Fumel, etc., qui recevait, le 3 mars 1313, à Westminster du roi d’Angleterre, duc de Guienne, pour prix de ses services, la confirmation du don d’une terre qui avait été confisquée sur Hugues de Castelmouron ; b. Bertrand, sage et discret baron, docteur ès-lois, et juge de l’Agenois en 1312 ; c. Amanieu, archevêque de Bordeaux, enterré en 1346 dans la chapelle du château de Belvèze, appartenant à sa famille : il s’y était retiré à cause de la peste ; d. Bernard, archevêque de Bordeaux après son frère, grand trésorier de Rouen en 1341 exécuteur testamentaire de Fargues, archevêque de Narbonne : il mourut en 1351 ; e. Pierre, grand archidiacre en 1360.

  2. Ferdinand DE LAS CASES, chevalier, eut pour femme une certaine Ofrèze ou Ofrézie, à laquelle on ne connaît pas d’autre nom. Il teste en 1294, le dix-septième jour des calendes de juin, et entr’autres legs il donne à son frère un portrait doré (pictam imaginem auream) de la reine Blanche, que son père avait reçu de cette princesse. Il eut un fils, qui suit.

  3. Pierre I, DE LAS CASES, chevalier, vit près d’un siècle. Il avait épousé, le 8 février 1269, Lombarde de la Mote, fille de Maugis de la Mote, chevalier. En 1289, il se trouve exécuteur testamentaire de Pierre de Grailly, de concert avec le roi d’Angleterre, le duc de Lorraine et celui de Brabant. En 1294, il est compris dans la liste des barons de l’Agenois, auxquels Edouard I, roi d’Angleterre, duc de Guienne, adresse une lettre pour leur demander du secours. En 1298, il est présent au mariage du vicomte d’Orthe, beau-frère du sire d’Albret. En 1307, on le trouve commandant pour le roi d’Angleterre, duc de Guienne, à Saint-Sever ou Saint-Séverin. En 1321, il sert de protecteur à Béatrix de Béziers, veuve de Guy de Séverac, età ses deux filles, dont il marie l’aînée, Richarde, à son fils . En 1325, il administre la baronnie de Séverac au nom d’Esclarmonde, sa petite-fille, et soutient contre les Séverac un long et fameux procès, dans lequel interviennent, comme parents et amis, le pape, le roi de Majorque, le comte de Foix et autres . Il laissa :
    1. Pierre II, qui suit ;
    2. Bertrand, damoiseau est présent à divers actes en 1333 et 1341 en compagnie des la Mote, des Caumont, des Juzixs, des Galard, des Pellagrue, des Fargues et autres ;
    3. Bernard paraît dans le grand procès de sa maison contre les Séverac. Il était mort en 1352, et avait pour fils : Guillaume, damoiseau, viguier de Carcassonne, de Cabardesii, et de Minerbesii, dont on trouve à la bibliothèque royale, à Paris, plusieurs actes scellés de son sceau, où ses armes sont très-bien conservées.

  4. Pierre II, DE LAS CASES, chevalier, est, en 1310, témoin au mariage de Bernard d’Albret avec Isabeau de Gironde : encore mineur, il épouse Richarde de Séverac, héritière par sa mère de la maison de Béziers, et par son père de la baronnie de Séverac. Cette riche succession cause un long et grand procès dont il est parle à l’article précédent. En 1330, Pierre obtient des lettres-patentes de Philippe de Valois pour la mise en possession des terres de Cesseras et de Belvèze, dont il héritait d’Esclarmonde, sa fille, morte en bas âge. En 1341, est nommé au testament de Fargues, archevêque de Narbonne. En 1368, termine toutes discussions avec les Séverac. Pierre épouse, en deuxièmes noces, Riambaude ; lui, ou l’un de ses fils, combattait à Poitiers en 1356. Pierre laisse :

    Du premier lit :

    1. Esclarmonde, morte en 1329, âgée de huit ans : elle laisse à son père les terres de Cesseras et de Belvèze, provenantes de Béatrix de Béziers, sa grand’mère, et la baronnie de Séverac, provenante de Guy de Séverac, son grand-père. Cette dernière succession cause entre les deux familles un procès fameux qui dure près de cinquante ans.

    Du second lit :

    1. Pierre III, chevalier, seigneur de Cesseras et de Belvèze, mariée à Miracle de Cournon, dame de Cournonteral, fille héritière de Guillaume de Cournonteral. Il était mort en 1371, ne laissant qu’une fille : Philippe, grande héritière, dame de Las Cases, de Cesseras, de Vic, de Cournonteral, de Recombe, de Ladirat, de Campo-Maïor et d’un très-grand nombre d’autres terres ; fait sortir de sa famille des biens immenses, et les porte : 1° à Guy de Panat, vers 1390 ; 2° Ameyric de Castelpers, vicomte d’Ambila, au diocèse de Rhodez ;
    2. Bertrand, qui suit et continue la race.

  5. Bertrand DE LAS CASES, chevalier, paraît dans la liste des barons qui rendent hommage en 1363 au roi d’Angleterre, duc de Guienne. En 1383, il obtient pour patrimoine la terre de Belvèze et ses dépendances, en vertu d’un arrangement de famille passé entre Miracle de Cournonteral, sa belle-sœur, au nom de Philippe, sa fille, et du consentement de Guillaume de Las Cases viguier de Carcassonne, son cousin-germain.

  6. Guillaume DE LAS CASES, seigneur de Belvèze, Cognacio, etc., épouse Delphine Otho, veuve de Pierre de Grammont, à la recherche des parents et amis de cette dame, qui voulaient lui procurer un protecteur contre les violences de noble de Barras, seigneur de Beduer, qui, de concert avec les Anglais, l’avait chassée de ses terres de la Gache, Laudamie et de la Tour. Ce devient la matière d’un long procès entre les deux familles ; il ne se termine qu’en confondant les droits respectifs par un double mariage entre les Las Cases et les Barras. Delphine se remaria, en troisièmes noces, à Raymond de Montesquiou, en 1441. Guillaume, qui ne vivait plus en 1440, devient, par ses deux fils, Jean et Bertrand, père de deux grandes branches qui ont continué jusqu’aujourd’hui en Languedoc et en Quercy.
Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 251
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Articles sur la famille de Las Cases :

23 octobre 2008

Commentaires désactivés par Blogger ?

Depuis ce matin, il semble que l'ajout de commentaire ait été désactivé sur tous les blogs Blogger hébergé par blogspot.com. Les liens qui, normalement, servent à ajouter des commentaires sont aujourd'hui de la forme http://gillesdubois.blogspot.com/2008/10/x.html#comments, ce qui amène juste au 1er commentaire mais ne permet pas d'en enregistrer de nouveaux. En espérant que cela va retomber en marche dans la journée...

Mise à jour du 24/10/08

Le problème vient du fait que Blogger vient de mettre "Message ci-dessous intégré" (embedded below post) en valeur par défaut pour le "Positionnement du formulaire de commentaire" et que cette nouvelle fonction n'est pas correctement mise à jour pour ceux qui ont modifié leur widget Blog (voir http://bloggerindraft.blogspot.com/2008/06/new-feature-embedded-comment-form.html).

Pour résoudre le problème, repasser en mode "Page pleine" (Full Page) ou lire cet article de Blogger Buster.



Il y a aussi un autre bug dans la saisie du formulaire : si vous choisissez l'option nom/URL, que vous tapez votre nom dans la zone nom et rien dans la zone URL, vous obtenez le message d'erreur "l'URL contient des caractères non autorisés". Pour résoudre ce problème, taper un blanc dans la zone URL...

18 octobre 2008

de Villeneuve

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF :
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f48
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f239
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f354

DE VILLENEUVE. — Fayence

Entre le P. G. etc., et Barthélemy de Villeneuve, sr de Beauregard, de Fayence, etc.
Testament de noble Bertrand de Villeneuve, sr de Tourettes et de la Napoule, par lequel il institue le posthume et en défaut d'icelui, substitue Jean et Antoine de Villeneuve, ses enfants (1), du 9 août 1426.
(1) Il faut, sans doute, lire « cousins », d'après la généalogie. Cf. Juigné, généal. de Villeneuve, II. 89.

Testament d'Antoine de Villeneuve, seigneur de Tourettes, par lequel il institue Andronic, son fils, et, en défaut d'icelui, substitue Honoré, son autre fils, et les siens du 9 juillet 1474.

Testament d'Andronic de Villeneuve, seigneur de Tourettes, de Monts, la Napoule et autres, par lequel il institue son héritier Honoré, son frère, du 16 avril 1500.

Mariage dudit Honoré de Villeneuve avec demoiselle Blanche de Grimaldi, où il est qualifié magnifique, puissant et généreux seigneur de Tourettes, du 10 octobre 1501.

Compte tutélaire rendu par ladite Blanche de Grimaldi, du 9 janvier 1527.

Transaction ensuite passée entre ladite Blanche avec ses enfants, pour raison de l'administration de ladite tutelle, du 26 février 1533.

Mariage de Jean de Villeneuve avec demoiselle Marguerite de Foix, fille du sieur comte de Mailhe, et d'Anne de Villeneuve, marquise de Trans, où il est qualifié magnifique et puissant seigneur de Tourettes, du 19 février 1533.

Testament de Jean de Villeneuve, qualifié magnifique seigneur de Tourettes, la Napoule, Avaye et autres places, par lequel il institue son héritier Jean, son fils aîné, du dernier mars 1541.

Extrait de rapport d'estime des biens délaissés par Antoine de Villeneuve et Honoré, son fils, et encore de Jean de Villeneuve, fils dudit Honoré, du 20 septembre 1568.

Testament de Jean de Villeneuve, qualifié haut et puissant seigneur et baron de Tourettes, chevalier de l'ordre du roy, fils à feu autre Jean, seigneur de Tourettes, et de Marguerite de Foix, par lequel il institue David, son fils aîné, héritier et, en default d'icelui, substitue Jean, son autre fils, du 12 septembre 1583.

Deux extraits d'arrêt, l'un du parlement de Paris du 12 juillet 1659, intervenu entre demoiselle Marguerite de Grasse, mère et tutrice de Pierre de Villeneuve, et le sr de Beauregard, pour raison du légat que Jean de Villeneuve, 2e du nom, avait fait à Charles, père dudit produisant, l'autre, du parlement de ce pais, du 12 juin 1662, pour raison de l'héritage de demoiselle Pierre d'Oraison, dont ledit Charles était l'héritier.

Verbal des preuves de Pierre-Julien de Villeneuve, fils du produisant, et enquête faite par les commissaires dénommés, députés par le chapitre de la religion de Malte et la poursuite et réquisition de frère César de Villeneuve, commandeur de Pallieres, frère dudit Barthelemy, pour informer sur leur noblesse, des 2 et 16 janvier 1659.
Fait à Aix, le 29 mars 1667.

DE VILLENEUVE. — Thorenc, Saint-Pol.

Entre le P. G., etc., et noble Jean-Baptiste de Villeneuve, sr de Thorenc, gouverneur pour le Roi en la ville de St Pol les Vence, etc.
Extrait de testament de Giraud de Villeneuve, fils de Reymond, dans lequel ledit Giraud est qualifié noble, seigneur de Greaulieres, Gassin et de Coursegoules, et institue son héritier Antoine, son fils, du 12 juin 1481, signé : Béraud, notaire.

Testament dudit Antoine, fils dudit Giraud, dans lequel est qualifié magnifique, noble, seigneur de Greaulieres-Basses, Coursegoules et autres places, et institue son héritier Jean de Villeneuve, son fils, du 17 janvier 1516.

Testament dudit Jean, fils dudit Antoine, qui est attitré de ladite qualité de magnifique, noble, seigneur de Thorenc, Castellet et Canadel, du 30 juillet 1571.

Mariage de Claude de Villeneuve, seigneur desdits terres et seigneuries, fils dudit Jean, avec demoiselle Delphine de Villeneuve, du 12 juillet 1581.

Mariage de Claude de Villeneuve, second, fils dudit Claude, premier, avec demoiselle Isabeau de Martin, où il est attitré messire, noble, seigneur de Thorenc, du 12 juin 1628.

Testament solennel dudit Claude, par lequel institua son héritier ledit noble Jean-Baptiste de Villeneuve, son fils, du 4 avril 1643.

Mariage dudit noble Jean-Baptiste de Villeneuve, défendeur, avec demoiselle Anne-Marie de Villeneuve, du 3 septembre 1640.

Extrait de transaction passée en la ville de Grenoble entre ledit sr Jean-Baptiste de Villeneuve, sr de Thorenc, et le sr baron de Vence, de l'année 1660.

Lettres patentes de provision de Testât de capitaine et gouverneur de ladite ville de St Pol en faveur dudit noble Claude de Villeneuve, du 15 may 1595.

Extrait de procuration et acte de serment dudit noble Claude pour raison dudit gouvernement.

Deux autres lettres patentes de provisions du même gouvernement, une, en faveur dudit noble Claude second, et l'autre, en faveur dudit noble Jean-Baptiste, défendeur, son fils, de l'année 1627 et 1644.

Autre lettre du feu sr comte d'Alais, portant autorisation desdits lettres de provision audit gouvernement, en faveur dudit défendeur.
Fait à Aix, le 25 novembre 1667.

DE VILLENEUVE. — Tourettes les Vence

Entre le P. G., etc., et noble César de Villeneuve, sr de Tourettes les Vence et frère Claude de Villeneuve, son frère, chevalier de l'ordre St Jean de Jérusalem, Scipion de Villeneuve, fils aîné dudit César, et frère Louis de Villeneuve, aussi chevalier dudit ordre, son autre fils, etc.
Extrait de testament de noble Antoine de Villeneuve, du 11 septembre 1537, dans lequel est qualifié noble et généreux seigneur de Tourettes les Vence, et institue noble Honoré, son fils, signé : Floris, notaire.

Testament dudit noble Honoré de Villeneuve, par lequel institue son héritier Claude de Villeneuve, son fils aîné, signé : Albanelly, notaire.

Extrait de mariage dudit noble Claude de Villeneuve avec demoiselle Marguerite de Renaud d'Allin, qualifié écuyer, fils d'Honoré, du 26 juin 1575, signé : Gordon.

Extrait de mariage d'entre Annibal de Villeneuve, écuyer, avec demoiselle Françoise de Villeneuve de Thorenc, dans lequel il est qualifié, écuyer, gouverneur et capitaine pour le Roy en la ville et fort d'Antibes, fils de Claude, du 7 janvier 1604, signé : Albanelly, notaire.

Extrait de testament dudit Annibal de Villeneuve, du 4 mars 1627, par lequel, entre autres choses, fait légat à Alexandre, un de ses enfants, chevalier de l'ordre St Jean de Jérusalem, et à Claude, l'un des défendeurs, aussi chevalier, et institue héritier noble César de Villeneuve, son fils aîné, signé : Imbert, notaire.

Mariage dudit noble César de Villeneuve avec demoiselle Françoise de Blacas, dans lequel il est qualifié sieur de Tourettes et Callian, fils d'Annibal, signé : Albanelly, notaire ; à l'insinuation : Pascal, du 19 mars 1640.
Fait à Aix, le 11 février 1668.

DE VILLENEUVE. — Vauclause

Entre le P. G., etc., et noble François de Villeneuve, sieur de Vauclause et Bargemon, etc.
Investiture passée par Mre Bertrand de Villeneuve, coseigneur de Tourettes, par devant les officiers de Draguignan, des deux portions d'une terre par luy acquise de noble Hugon de Chaudon, coseigneur de Bargemon, commune et indivise entre ledit sieur de Chaudon et demoiselle Dragonne Ricave, femme de noble Jean de Villeneuve, fils dudit Bertrand, du 15 juillet 1356.

Hommage et investiture passée en faveur de la reine Marie et le roy Louis, son fils, par messire Ponce de Villeneuve, fils desdits nobles Jean et demoiselle Ricave, des biens et droits que ledit sr possédait aux lieux de Bargemon, Figanières et autres lieux, du 13 juillet 1390.

Testament dudit messire Ponce de Villeneuve, fils dudit Jean, par lequel institua son héritier universel Jean de Villeneuve, son fils, et, en cas de décès sans enfants, lui substitua Honoré, Jacques, Guillaume et André de Villeneuve, ses autres enfants, du 20 juin 1411, reçu par me Jacques Gantelmy, notaire de Seillans.

Partage fait entre ledit messire Ponce de Villeneuve et messire Antoine de Villeneuve, son neveu, de l'héritage de demoiselle Catherine de Vauclause, du 15 février 1458.

Mariage d'Honoré de Villeneuve, sr de Vauclause, fils dudit messire Pons, avec demoiselle Catherine de Solliers, du 26 décembre 1493, Par lequel ledit Honoré est qualifié magnifique seigneur.

Testament dudit Honoré de Villeneuve, sr de Vauclause et Bargemon, par lequel institua son héritier Gaspard, son fils, du 10 juin 1532;

Mariage d'entre ledit messire Gaspard de Villeneuve, fils et héritier dudit Honoré, avec demoiselle Anne de Castellane, du 8 juillet 1537, signé Taneron, notaire.

Lettres patentes d'Henry, fils de François premier, portant don, sous le bon plaisir de Sa Majesté, du château et forteresse d'Entrevaux, en faveur de Gaspard de Villeneuve, du dernier juillet 1542.

Lettres patentes de confirmation dudit gouvernement, octroyées par ledit François premier, du 6 septembre suivant.

Autres lettres patentes de Sa Majesté, par lesquelles, en récompense des signalés services à elle rendus par ledit messire Gaspard de Villeneuve, l'aurait pourvu de la charge de gentilhomme ordinaire de sa chambre et luy donna une pension annuelle de 200 livres toutes les années.

Requête et enrégistration d'icelle aux archives de Sad. Majesté et commission levée pour le payement de ladite pension.

Testament dud messire Gaspard de Villeneuve, fait par devant les notaires garde notes au Chastellet de Paris, par lequel, étant qualifié chevalier, seigneur de Vauclause, il institua son fils aîné, du 22 avril 1559.

Mariage de magnifique messire Christophle de Villeneuve, sr de Vauclause et de Bargemon, fils dudit messire Gaspard, avec demoiselle Françoise de Grasse, du 14 mars 1565, signé Castaignier, notaire.

Lettres de Sa Majesté, par lesquelles qualifie ledit Mre Christophle de Villeneuve, chevalier de son ordre.

Procédure tenue pour l'enregistration desdits lettres, du 27 septembre 1571.

Autres lettres de Sa Majesté portant don en faveur dudit messire Christofle de Villeneuve de l'office de receveur des deniers au diocèse de Sisteron, Apt et Seynes.

Requête et arrêt de vérification d'icelles de la cour des Comptes, des 20 mars et 20 juin 1587.

Autres lettres patentes de don d'Henry troisième en faveur dudit messire Christophle de la somme de 1400 écus à prendre de quelques particuliers du Luc, par lesquelles lettres ledit messire Christophle est qualifié chevalier de ses ordres, du 14 mars 1579.

Hommage preste par ledit messire Christophle de Villeneuve par devant la cour des Comptes des terres de Vauclause, Bargemon, Bouade, Argents et St Roman, du 28 janvier 1597.

Mariage entre messire Jean de Villeneuve, fils dudit Christophle et de ladite demoiselle de Grasse, avec demoiselle Françoise de la Baume de Suze, du 11 juillet 1598, signé Malespine, notaire.

Testament du messire Christophe de Villeneuve, par lequel institua son héritier ledit messire Jean, son fils, du 4 décembre 1612, signé Morery.

Sentence du lieutenant de Draguignan, par laquelle ledit noble François de Villeneuve, défendeur, fust reçu à prendre et accepter l'héritage par bénéfice d'inventaire dudit messire Jean de Villeneuve, son père, du 28 décembre 1621.
Fait à Aix, le 24 septembre 1667.

DE VILLENEUVE. — Manosque

Entre le P. G. etc., et nobles Pierre et Hélion de Villeneuve, de la ville de Manosque, etc.
Extrait de mariage passé entre noble Jean de Villeneuve, écuyer, seigneur d'Espinouse et de Tartonne, fils de Pierre, avec demoiselle Françoise de Gênas, fils de M. me François de Gênas, conseiller du Roy en la Cour de parlement de ce pays, du 9 may 1550, signé : Guiton, notaire.

Extrait de testament de noble Jean de Villeneuve, seigneur de Tartonne et en partie de Puimichel, du 1 juillet 1591, par lequel, entre autres choses, fait légat à nobles Pol, Josias, Jean et Joseph de Villeneuve, ses enfants, et institue héritier noble Baltazar, son fils ayné, signé : Robin, notaire.

Extrait de mariage de noble Josias, fils dudit noble Jean, avec demoiselle Suzanne de Saffalin, fille de noble Joseph, du 22 juin 1597, signé : Simon.

Extrait de testament dudit noble Josias de Villeneuve, sr de Tartonne, par lequel fait de légats y mentionnés à nobles Pierre et Hélion de Villeneuve, ses enfants, du 26 septembre 1630.

Extrait de mariage d'entre ledit noble Pierre de Villeneuve fils avec demoiselle Espérance de Fauris, fille à feu Jean, du 2 février 1633, signé : Gazan, notaire.

Extrait de mariage d'entre ledit noble Hélion de Villeneuve, fils dudit Josias, avec demoiselle Suzanne de Bonneau, fille à feu me Honoré, du 4 mars 1637.
Fait à Aix, le 23 janvier 1668.

16 octobre 2008

Les BMS et NMD de Campistrous

Hubert Castex dépouille depuis de nombreux mois les BMS et NMD du village de Campistrous dans les Hautes Pyrénées (65). Les mises a jour sont régulières.

L'adresse : http://serveur_ambre.hd.free.fr/

J'ai ajouté cette adresse dans ma page des archives numérisées et dépouillements.

Si vous aussi, vous avez réalisé des relevés et souhaitez que l'adresse de vos travaux figure dans cette page, écrivez-moi à :

11 octobre 2008

de Gombert, Saint-Genies, Verdaches, Sisteron

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise

DE GOMBERT. — Saint Giniez et Verdaches
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f61

Entre le P. G. etc., et nobles Alexandre de Gombert, seigneur de St Giniés, et Pol de Gombert, seigneur de Verdaches, de la ville de Sisteron, etc.
Extrait d'hommage en latin passé par noble Jacques de Gombert à Louis et Jean, rois de Hierusalem et de Sicile, comtes de Provence, des places de Dromon, St Gêniez et la vallée, en l'année 1321.

Extrait de testament, aussi en latin, fait par ledit noble Jacques le 11 septembre 1394, où il institue ses héritiers Gauffridy et Amiel, ses enfants.

Hommage preste par ledit Amiel des susdites places au roi Louis, comte de Provence, le 13 avril 1399.

Extrait de testament, en latin, de noble Antoine de Gombert, seigneur de Dromon et sa vallée, en 1498.

Extrait des articles de mariage passé entre noble Louis de Gombert, sieur desdites places, et demoiselle Honorade de Laugier, le 18 février 1540.

Extrait de donation faite par ladite demoiselle de Laugier à nobles Antoine et Marc de Gombert, ses fils, du 1er juin 1567, signé Robaud, notaire.

Extrait de mariage dudit noble Marc de Gombert, seigneur dudit Dromon et sa vallée, avec demoiselle Lucresse de Villeneuve, du 2 février 1573.

Extrait de testament de ladite demoiselle Lucrèce de Villeneuve du 9 mai 1612, signé Borrelly.

Extrait de mariage passé par ledit noble Alexandre de Gombert avec demoiselle Marguerite de Leydet, du 2 avril 1609, signé du Virail.

Généalogie de la famille et maison de Gombert.

Vu aussi, de la part dudit noble Pol de Gombert, sieur de Verdaches, une semblable généalogie.

Copie d'articles contenant la même généalogie.

Extrait d'achat, en latin, fait par ledit noble Jacques d'une maison située audit Sisteron et à la rue de la Pousterle, du 20 janvier 1365.

Extrait de quittance concédée audit noble Jacques de Gombert, seigneur de Dromon et sa vallée, par demoiselle Béatrix Isoarde, le 9 février 1385, signé Riquet.

Extrait de lettres patentes de Marie, reine de Hierusalem et Sicile, comtesse de Provence, en faveur dudit Jacques, dans lesquelles il est qualifié noble, du 7 septembre 1389.

Extrait de mariage de noble Gauffridy de Gombert, fils dudit noble Jacques, avec demoiselle Agnès Jacquelle (?), de Limoges, du 4 février 1392.

Extrait de dation de tutelle donnée audit noble Amiel de la personne et biens de noble Jean de Gombert, son neveu, et fils dudit Gauffridy, son frère germain, du 15 août 1410.

Extrait de quittance concédée à noble Bertrand de Gombert, fils et cohéritier dudit noble Jean.

Extrait de démission faite par demoiselle Delphine, veuve dudit noble Bertrand, de la personne et biens de noble Vincent, son fils, en présence dudit noble Antoine de Gombert seigneur de Dromon et sa vallée, son oncle paternel.

Extrait de transaction passée par ladite demoiselle Delphine, veuve dudit noble Bertrand, comme tutrice de nobles François, Robert et Jean, leurs fils communs, et ledit François, en son propre, avec N*** Arnaud, du 29 juillet 1489, signé Thomas, notaire.

Testament de noble François, seigneur de Verdaches, par lequel institue son héritier autre François, son fils, fait légat à demoiselle Marguerite de Castillan, sa femme, et veut être enseveli en la tombe dudit noble Bertrand, son père, signé Ricaudy, en date du 29 janvier 1529, toutes les susdites pièces étant en latin.

Extrait de mariage de noble François, seigneur de Verdaches, fils dudit noble François, avec demoiselle Catherine d'Esclafanaty, en présence de la demoiselle Marguerite Castillane, dame dudit Verdaches, sa mère, signé Blachier.

Extrait de mariage passé par noble Gaspard de Gombert, sieur de Verdaches, père dudit noble Pol, défendeur, avec demoiselle Isabeau Béraud (?), le 28 avril 1597, signé Manc.

Extrait d'hommage passé par ledit noble Gaspard au roi, de la part et portion qu'il possède audit Verdaches, le 8 mai 1597.

Lettre missive à luy écrite par monsieur de Guise, lors gouverneur en ceste province, le 22 septembre 1624, pour se trouver aux États.

Extrait de mariage passé entre ledit noble Pol de Gombert, sieur de Verdaches, défendeur, fils dudit noble Gaspar, avec demoiselle Marguerite de Borrily, le 12 mai 1634, signé Bernardy.

Requêtes présentées par icelui à la chambre établie pour la recherche des francs-fiefs en ce pays, pour avoir main levée des saisies à luy faites pour raison desdits droits, attendu sa notoire qualité noble, laquelle main levée luy serait estée accordée par décret, et les lettres sur ce levées, le 27 novembre 1657 et premier janvier 1658.

Extrait abrégé de cadastre dudit noble Pol de Gombert.

Autre acte de partage entre nobles Pierre et François de Gombert, sieurs de Verdaches, et noble Blaize de Gombert, frères, de l'héritage dudit noble François, leur père, de l'année 1591.
Fait à Aix, le 2 avril 1667.

DE GOMBERT. — Sisteron
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f338

Entre le P. G., etc., et Jean-Louis de Gombert, de la ville de Sisteron, etc.
Mariage de Claude de Gombert, fils de François, qualifiés nobles, avec demoiselle Clere Chaix, du 2 novembre 1601.

Lettres de doctorat de Toussaint de Gombert, père du défendeur, et fils dudit Claude, du 6 juin 1626.

Mariage dudit Toussaint de Gombert, père du défendeur, qualifié noble, avec demoiselle Marguerite Castagne, du 27 décembre 1628.

Baptistère dudit défendeur, qu'il est qualifié fils dudit Toussaint, du 12 août 1637.
Fait à Aix, le 27 janvier 1668.

DE GOMBERT. — Sisteron
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f46

Entre le P. G. etc., et noble Balthazar de Gombert, écuyer de la ville de Sisteron, etc.
Extrait de mariage d'entre noble Balthazar de Gombert et demoiselle Françoise de Tributiis, du 2 décembre 1638.

Extrait de partage entre nobles Blaise et Claude de Gombert, frères, du 19 juillet 1616.

Donation faite audit Blaize de Gombert par demoiselle Catherine d'Esclafanatis, du 11 octobre 1602.

Extrait de mariage entre ledit noble Blaize de Gombert et demoiselle Jeanne Escoffier, du 26 avril 1598.

Extrait de transaction entre ladite demoiselle d'Esclafanatis et Mres Pierre et Gaspard Gombert et ledit noble Blaize Gombert, du dernier ??? 1594.

Extrait de quittance de la dot de demoiselle Louise de Gombert, sœur dudit Blaize, du 5 avril audit an.

Extrait de partage entre ledit noble Blaize Gombert et ses frères, du 18 juillet 1591.

Extrait de donation faite audit noble Blaize Gombert par noble François, son père, du 4 octobre 1590.

Extrait de testament dudit François Gombert, sieur de Verdaches, écuyer de Sisteron, du 4 novembre 1573.

Extrait de procuration faite par ledit Gombert, le 22 avril 1577.

Certificat comme ledit François de Gombert fut premier consul audit Sisteron, en l'an 1569, avec trois mandats des 5 juin 1568, 5 et 12 août audit an.

Lettres exécutorialles obtenues par ledit François de Gombert, contre François Gombert, son cousin, avec l'exploit du 22 décembre 1559 et 24 dudit mois.

Exemption de logement de gens de guerre donné audit noble François Gombert par le seigneur comte de Tende, du 8 mai 1568.

Extrait de quittance du 4 mars 1550.

Extrait de transaction entre ledit noble François et Robert de Gombert, du 5 février 1548.

Extrait d'ordonnance entre ledit noble François de Gombert et Claude Bougerel, du 27 septembre 1549.

Procédure faite entre ledit noble François et Robert de Gombert, consistant en sentences, lettres d'appel et exploit, des 17 juin, 17 juillet et 9 août 1548.

Extrait de reconnaissance passée par ledit François et Robert de Gombert, du 2 avril 1540.

Extrait de testament dudit noble François Gombert, du 24 janvier 1529.

Copie de lettres de rescision, obtenues par Claude Bougerel et exploits du 3 septembre 1551 et 2 avril 1552.

Extrait d'acte de nouveau bail, passé par Jean Gombert, en l'année 1441.

Extrait d'acte d'achept d'eau de la fontaine de Ste Eufémie, du 23 avril 1438.

Copie de lettres du grand sénéchal de ceste province, du 11 février 1415.

Extrait de vente du dernier août 1389.

Copie de lettres patentes de la reine Yolande portant commission à noble Guillaume de Gombert, pour défendre le château d'Ubaye, du 12 juillet 1419.

Congé et passeport donné audit Balthazar de Gombert lors qu'il servait le roi en ses armées, par le seigneur de Vallavoyre et son altesse royale de Savoie, des 24 et 26 août 1636.
— Fait à Aix, le 29 mars 1667.

DE GOMBERT. — Sisteron
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f188

Entre le P. G., etc., et Joseph de Gombert, sieur de Verdaches, de la ville de Sisteron, etc.
Extrait de lettres patentes concédées par la feue Reine Marie, en l'année 1388, par lesquelles Jacques de Gombert est qualifié noble et être descendu de Pierre de Gombert, dument enregistrées aux archives du Roi.

Mariage de noble Gaufridy de Gombert, fils dudit noble Jacques avec demoiselle Agnette de Sonheto, de l'année 1392.

Mariage dudit Gauffridy, en secondes noces, avec noble Berengone Sarracene., de l'année 1397, signé Pierre Rostagny.

Testament de ladite Berengone Sarracene, femme dudit noble Gauffridy de Gombert, par lequel apert que noble Jean de Gombert est son fils, de l'année 1409. signé Guilhaume d'Aigremont, notaire.

Extrait de cession faite par Bertrand et Antoine de Gombert, frères, fils dudit noble Jean de Gombert, en faveur de noble Bertrand de Gombert, fils et cohéritier dudit feu noble Jean, du 10 décembre 1445.

Nouveau bail donné par le comte de Sault à noble François de Gombert, fils dudit Bertrand, d'une bastide y mentionnée, de l'année 1480.

Testament dudit noble François premier, par lequel institue ses héritiers noble François second de Gombert.

Hommage passé par ledit François second de Gombert au Roi, de la terre et seigneurie de Verdaches, le 15 juillet 1566.

Autre hommage passé pour raison de ladite terre à Sad. Majesté par la demoiselle de Castelan, femme dudit noble François de Gombert premier.

Mariage de Pierre de Gombert, avocat en la cour, de l'année 1587, signé Villon, notaire.

Autre hommage passé au Roi par ledit Pierre de Gombert, pour raison de ladite terre de Verdaches, de l'année 1598.

Lettres de provision de l'office de juge royal au siège dudit Sisteron en faveur dudit noble Pierre.

Mariage de noble Jean de Gombert, sieur dudit Verdaches, et juge et fils dudit noble Pierre, de l'année 1618, notaire Astier.

Provisions dudit office de juge royal en faveur dudit noble Jean.

Baptistère dudit sieur défendeur de l'année 1633, par lequel apert être fils dudit noble Jean de Gombert.

Jugement rendu par le sieur de Champigny, intendant en cette province portant déchargement du droit des francs fiefs en faveur dudit noble Joseph de Verdaches, du 3 mars 1645.
Généalogie, etc. — Fait à Aix, le 20 octobre 1667.

DE GOMBERT. — St Génies.
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f123

Entre le P. G. etc., et Scipion de Gombert, sieur de St Génies et sa vallée, etc.
Mariage entre noble Antoine de Gombert, sieur dudit Dromon et sa vallée, fils de noble Marc et de demoiselle Lucresse de Villeneuve, avec demoiselle Eléonore de Blacas, par lequel apert que ledit noble Alexandre de Gombert estoit fils dudit noble Antoine, du 11 janvier 1611. notaire Rigordy.

Mariage dudit noble Scipion de Gombert, défendeur et fils dudit noble Antoine et de demoiselle Eléonore de Blacas, avec demoiselle Magdeleine de Coriolis, du 13 février 1646, notaire Champion.
— Fait à Aix, le 6 septembre 1667.

de Laugier - Verdaches, Chateauredon, Thoard

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise

DE LAUGIER. — Verdaches et Chateauredon
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f176

Entre le P. G., etc., et nobles Jean et Honoré de Laugier, père et fils, seigneurs de Verdaches, Thoard et Chateauredon, etc.
Extrait de jugement rendu par nous commissaires sur l'assignation donnée à Louis et Honoré de Laugier, frères, seigneurs de Beaucouse et de Thoard, par lequel iceux ont été déclarés nobles, du 24 mars dernier.

Mariage d'Antoine de Laugier, qualifié noble et fils de feu noble Louis de Laugier, seigneur en partie de Thoard, avec demoiselle Romaine de Barras, du 10 novembre 1448.

Hommage preste par ledit Antoine de Laugier, tant en son nom que comme mary de ladite demoiselle de Barras, de ladite seigneurie de Thoard au roi René, par lequel il est qualifié noble gentilhomme, du 29 janvier 1449.

Extrait de divers hommages passés par les habitants dudit Thoard en faveur dudit Antoine de Laugier, comme seigneur dudit lieu, des années 1460 jusques en l'année 1475.

Trois actes passés sur le même sujet par noble Elzéar Féraud, coseigneur dudit Thoard, Elzéar de Barras, Thadée de Bachis.

Mariage de Pierre de Laugier, fils dudit Antoine qualifié noble, avec demoiselle Jeanne de Richière, du 8 mai 1487.

Transaction originelle passée entre ledit Pierre et Louis de Laugier, frères, qualifiés nobles, fils dudit feu noble et généreux Antoine de Laugier, du 10 janvier 1507, signé Gaudemar, notaire.

Mariage de Louis de Laugier, fils dudit noble Pierre et de ladite demoiselle de Richière, qualifié noble et illustre docteur ez droits, coseigneur dudit Thoard, avec demoiselle Françoise de Pontis, du 26 avril 1573, signé Rodes et Féraud.

Lettres de docteur dudit noble Laugier, qualifié fils dudit noble Pierre, du 9 décembre 1559.

Hommage passé par le y dénommé en faveur dudit noble Louis, en qualité de coseigneur dudit Thoard et d'Antoine et Marcelin de Laugier, frères, tous qualifiés nobles et fils dudit noble Antoine, du 4 juillet 1520.

Reconnaissance passée en faveur dudit noble Louis, conjointement avec Antoine second, son frère, et Pierre, son cousin, du 6 février 1542, Gaudemar, notaire.

Testament dudit Antoine de Laugier second, fils dudit feu noble Louis, du 23 avril 1543, signé Gaudemar, notaire.

Mariage de Jacques de Laugier, qualifié noble, coseigneur dudit Thoard et Verdaches, écuyer, fils à feu noble Louis de Laugier et de Françoise de Pontis, avec demoiselle Lucresse de Verdillon, du 12 octobre 1582.

Testament de ladite Françoise de Pontis, veuve dudit noble Louis de Laugier, par lequel elle institue héritier ledit noble Jacques de Laugier, son fils, du dernier mai 1589.

Arrêt du conseil rendu entre les heoirs dudit noble Jacques et communauté de Courbons, pour raison de la contribution que ladite communauté avait fournie à la compagnie de 100 hommes dudit noble Jacques de Laugier, du 21 mai 1619.

Mariage dudit noble Jean de Laugier, défendeur, fils dudit noble Jacques, avec demoiselle Jeanne de Roux, du 29 juin 1614.

Arrêt rendu par la cour des Comptes sur la vérification des lettres de provision de l'office de lieutenant principal obtenues par ledit noble Jean, défendeur, du 23 mai 1618.

Mariage dudit noble Honoré de Laugier, fils dudit noble Jean, avec demoiselle Isabeau de Puget St Marc, du 7 décembre 1642, signé Tourniaire.

Ordre donné par son altesse cardinal duc de Vendosme, gouverneur en ceste province, audit noble Honoré de Laugier, défendeur, de défendre la chasse et port des armes dans le ressort de Digne, sans sa permission ou celle dudit Honoré, du 9 mai 1662.
Fait à Aix, le 11 octobre 1667.

LAUGIER. — Beaucouse et Thoard
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f34

Entre le P. G. etc., et nobles Louis et Honoré de Laugier, frères, seigneurs de Beaucouse et en partie de Thoard, etc.
Arbre de généalogie de la descendance depuis feu Raymond Laugier jusques à Louis.

Hommage rendu aux comtes de Provence par les barons et seigneurs dudit pais entre lesquels ledit feu Raymond Laugier y est compris, du mois de février 1146.

Procuration faite par le sr Jules d'Agoult et sa femme à noble Jean Laugier, un descendant dudit Raymond, du 24 mai 1396, Baussany, notaire.

Hommage preste au comte de ceste province par ledit noble Jean Laugier, de la terre et seigneurie de Thoard, du 6 juin 1404, reçu par de Rosseto, secrétaire.

Acte de donation faite par la dame de Forcalquier audit Jean Laugier de la terre et seigneurie de St Paul, sa vie durant, dans laquelle donation ledit Jean Laugier est qualifié noble, du 5 septembre 1405, Martin, notaire.

Hommage preste par les habitants dudit Thoard et reconnaissances à nobles André et Louis Laugier, fils dudit Jean, depuis l'année 1443 jusques en 1454.

Baptistère et mortuorum d'Antoine Laugier, fils dudit feu Louis, où apert avoir été qualifié noble, des années 1432 et 1512.

Contrat de mariage dudit Antoine Laugier, fils dudit Louis et demoiselle Romaine de Barras, dont le père et le fils sont aussi qualifiés nobles, du x novembre 1448.

Hommage preste au roi René par ledit feu noble Antoine de Laugier, tant en son nom qu'en qualité de mary de sadite femme, de l'année 1448, signé Lantelme, notaire.

Hommage passé par les habitants dudit Thoard audit feu Antoine Laugier, depuis l'année 1460, jusques en 1475, Gaudemar et Boniface, notaires.

Acte passé entre ledit feu Antoine Laugier et la communauté dudit Thoard, portant réduction de leurs vassaux et simples hommageables, du 12 juin 1477.

Autres actes à même fin avec les autres sieurs dudit lieu de Thoard.

Lettres partantes obtenues par ledit Antoine Laugier des maitres rationaux et archivères, portant permission de faire bâtir une maison et forteresse, avec tours et fossés dans ledit lieu de Thoard, dans lesquelles lettres ledit Antoine est aussi qualifié noble, du 15 mars 1484.

Transaction passée entre ledit feu Antoine Laugier et noble Louis de Barras, chambellan du roi Charles huit, dans laquelle est qualifié noble, du huitième juin 1491, Gaudemar, notaire.

Lettres patentes du roi Charles huit, de l'année 1493, portant confirmation des dons et privilèges y mentionnés, même de ladite transaction en faveur dudit noble Antoine Laugier.

Donation faite par ledit noble Antoine et la demoiselle sa femme de biens en faveur de Pierre, Louis et Elzéar Laugier, leurs fils, où sont tous qualifiés nobles, du 4 juin 1499.

Acte communion fait entre lesdits nobles Pierre et Louis Laugier, frères.

Bulles du vice légat du 7 mars 1502, dans laquelle fait mention desdits nobles Pierre et Louis et de leur mariage.

Acte d'accord passé entre ledit noble Louis, seigneur dudit Thoard, et les autres seigneurs dudit lieu, pour raison de la juridiction, du 15 décembre 1509, Paulony, notaire.

Hommage preste par un habitant dudit Thoard, y nommé, en faveur dudit noble Louis et les hoirs dudit Pierre, son frère, du 4 mai 1514, Gaudemar, notaire.

Bulles et provisions de Sa Sainteté, des calendes d'octobre 1513, en faveur de messire Marcellin Laugier, fils dudit noble Pierre.

Acte de fondation d'une chapelanie faite par ledit mre Elzéar Laugier, sacristain de Digne, frère dudit noble Louis, par laquelle le juspatron a esté donné à Pierre Laugier, son neveu, fils dudit noble Louis, par une moitié, du 4 décembre 1526, Bartel, notaire.

Demande donnée par ledit noble Pierre Laugier, en qualité de mari de demoiselle Hiolande de Pontevès, du 9 avril 1541, signé de Pontevès et Bernard.

Cayer d'hommages et reconnaissances passées par les habitants dudit Thoard en faveur dudit noble Pierre que de ses cousins, en l'année 1542 et suivantes.

Mariage de noble Elzéar Laugier, un des enfants dudit noble Pierre, avec demoiselle Valleriane de Ferres, du 4 août 1542 et articles du 14 octobre 1535, Gaudemar, notaire.

Procuration faite par noble Jean Laugier, frère et cadet dudit Elzéar, et noble Honoré Laugier, sieur de Couloubrieres, aussi dénommés lors de l'assemblée tenue par les gentilshommes de ceste province à Marseille pour les affaires du corps de la noblesse, de l'année 1548.

Mariage d'entre noble Jean-Sébastien Laugier, fils dudit noble Elzéar avec demoiselle Catherine Giraud, du 26 septembre 1559, Chabaud notaire.

Autre mariage d'entre Louis de Laugier, sieur de Beaucouse, fils dudit noble Jean Sébastien de Laugier, avec demoiselle Marguerite de Bardonenche, dans lequel est qualifié écuyer, seigneur dudit Beaucouse et coseigneur dudit Thoard, du 20 avril 1596, signé Arnoux.

Baptistère de noble Alexandre de Laugier, fils dudit noble Louis, et de ladite demoiselle Marguerite de Bardonenche, du 1 avril 1600.

Mariage d'entre ledit noble Alexandre Laugier et demoiselle Lucresse de Chais, du dernier juillet 1629, Borrelly, notaire.

Testament dudit noble Alexandre Laugier, sieur de Melanc, Beaucouse et, en partie, de Thoard, par lequel fait légat à noble Honoré Laugier, un de ses enfants, et institue son héritier ledit noble Louis Laugier, son fils aîné, qui sont les défendeurs, du 1 mars 1654, signé Grimault.

Mariage d'entre ledit noble Louis avec demoiselle Marguerite de Barras, du 26 octobre 1660, Carnaud, notaire.

Lettres partantes de Sa Majesté, portant provision en la charge de capitaine d'une compagnie de cent hommes à pied au régiment de M. le prince de Carignan de la personne dudit noble Honoré Laugier, l'un des défendeurs, du 30 juillet 1652.

Généalogie depuis noble Jean Laugier, donateur de la terre de Thoard, jusques audit défendeur, dans laquelle leurs armes sont représentées.
Fait à Aix, le 23 mars 1667.

09 octobre 2008

De Laydet, Jarjayes, Sisteron et Monfort

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF :
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f316
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f74
http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f399

DE LEYDET. — Jarjayes et Sisteron

Entre le P. G., etc., et noble Louis de Leydet, sr de Jarjayes, etc.
Extrait de mariage de noble Louis de Leydet, sr de Jarjayes, et demoiselle Marguerite de Courdier, dans lequel ledit sr de Jarjayes est déclaré noble, du 1 février 1633, signé : Robert, notaire de Sisteron.

Autre extrait de mariage d'entre Louis de Leydet, père du produisant, aussi sr de Jarjayes, avec demoiselle Marie de Bérard, dans lequel ledit sr de Leydet s'est qualifié noble, du 3 août 1572, signé : Boutard, notaire de la ville d'Aix, en parchemin.

Extrait de ratification de donation faite en contrat de mariage par noble Pierre de Leydet et Louis, son fils, grand père du produisant, et noble Marguerite de Lourme, d'Avignon, dans lequel ledit Louis 3e s'est qualifié noble, du 23 septembre 1534, signé : Siret, notaire de Sisteron.

Insolutondation faite par noble Pierre Leydet, coseigneur de Vaumeil, audit Louis Ier, son fils, de diverses propriétés données en payement de la dot de la femme dudit Louis, que ledit Pierre, son père, avait reçue, du 25 décembre 1640, signé : Gariny, notaire, en parchemin.

Autre extrait de mariage de noble Pierre de Leydet et noble Constance de Benedicti, du 9 novembre 1500, signé : Curet (?), notaire.

Extrait de rémission de tutelle dudit noble Pierre de Leydet, fils d'Antoine, pour nobles François et Crespin, ses frères, du 17 novembre 1465, signé : Rollandy, notaire, en pargemin.

Extrait de testament de noble Pierre de Leydet, fils d'autre noble Pierre de Leydet, secrétaire du Roy Louis II, comte de Provence, par lequel testament institue noble Antoine de Leydet, son fils, et lègue diverses terres et seigneuries à Pierre de Leydet, son autre fils, entre autres la terre de Sigoyer, du 8 janvier 1442, signé : Coquillat.

Extrait de mariage dudit noble Pierre de Leydet, fils d'autre Pierre de Leydet, secrétaire du comte de Provence, et de noble Françoise de Glandèves, avec Marguerite de Solliers, du 30 décembre 1418, signé : Thomas, notaire.

Trois lettres patentes données par les Comtes de Provence en faveur des consuls et habitants de la ville de Sisteron, signées par ledit Noble Pierre Leydet, secrétaire des comtes de Provence, du 16 octobre 1398, 14 octobre 1399 et 15 décembre 1400.

Arbre généalogique des Leydet.

Autre généalogie du défendeur.

Acte d'achept de la seigneurie de Jarjayes par noble Louis de Leydet du 28 ma)' 1582, signé : Blanc.

Autre extrait de vente faite par nobles Crépin et Pierre de Leydet de la terre et seigneurie de Salignac et Entrepierre, sous les réserves y contenues, du 7 novembre 1490, signé : Petrus Guigonis, en pargemin.

Quittance du payement des impôts de la noblesse en faveur dudit produisant, du 4 avril 1533.

Extrait de compromis entre magnifiques seigneurs François de Leydet, Reybaud de Mévouilhon, Jacques de la Val, et noble Françoise de Glandèves, en qualité de mère et tutrisse de nobles Pierre et Jacques de Leydet, ses fils, du 14 avril 1408, signé : Héraudit

Arrêt de nosseigneurs de la cour des Comptes portant enregistration des provisions de M. me Louis de Leydet, conseiller et substitut de Mrs les gens du Roy en la cour de parlement de ce pays, fils du produisant, du 20 octobre 1666, signé : Mène, en parchemin.

Arrêt rendu par nosseigneurs les Commissaires en faveur de noble Louis de Leydet, seigneur de Montfort, du 25 mai 1667, par lequel ledit Louis de Leydet est déclaré noble.

Enquête de Raymond Leydet, fils de noble Pierre, des droits, du 10 avril 1623, signé : Bernardy.

Extrait de transaction entre noble Marguerite Bernard et noble Pierre Leydet, en qualité de mari et maitre de noble Constance de Bénédicti, du dernier juillet 1503, signé : Hugony, en parchemin.

Reconnaissances et hommages faits par divers particuliers dudit Lieu de Jarjayes en faveur dudit noble Pierre de Gombert, en nombre de dix-huit, en pargemin.
Fait à Aix, le 14 janvier 1668.

DE LEYDET. — Montfort

Entre le P. G., etc., et Louis de Leydet, sr de Montfort et Beaulieu, etc.
Mariage dudit défendeur dans lequel est qualifié noble.

Testament dudit défendeur, du 21 avril 1665.

Mariage d'entre M. Jean-Louis Leydet Sigoyer, conseiller en la cour de parlement de ce pays, père dudit défendeur, avec demoiselle Jeanne de Châteauneuf, de l'année 1583.

Trois lettres de provision dudit office de conseiller, de père en fils, de la maison dudit défendeur.

Procuration faite par Jean Leydet, sieur de Sigoyer, coseigneur de Mirabel, et père dudit Jean-Louis, par laquelle apert aussi que ledit Jean estoit fils de noble Antoine Leydet, sieur de Bourta et de Sigoyer, de l'année 1560, Jean Castagne, notaire.

Cinq diverses investitures et reconnaissances passées par les habitants du lieu de Sigoyer en faveur dudit Jean Leydet.

Mariage dudit noble Jean Leydet, de l'année 1527.

Hommage passé en faveur de noble François Leydet, coseigneur dudit Sigoyer, frère dudit Jean.

Lettres royaux dudit noble François de Leydet pour estre restitué au juspatronat de deux chapellenies fondées par ses prédécesseurs audit Sigoyer, du 12 juin 1543.

Reconnaissance des habitants dudit Sigoyer en faveur de Jean et François Leydet, de l'année 1514, notaire Raymondi.

Testament dudit noble Antoine de Leydet, père desdits Jean et François, de l'année 1505, par lequel apert que ledit Antoine est fils dudit Noble Pierre.

Acte de rétention de la juridiction et biens y exprimés, faite par ledit Antoine de Leydet, comme relevant de sa directe, de l'année 1501, notaire de Crosier.

Quittance concédée en faveur dudit Pierre, d'un légat fait par feu noble Pierre de Leydet, père dudit Pierre, de l'année 1479, notaire Arpille.

Testament dudit Pierre de Leydet, père dudit Pierre, de l'année 1442, notaire Bernardy.

Mariage dudit Pierre de Leydet, avec demoiselle Marguerite d'Aube, de l'année 1418, notaire Bernard.

Compromis passé entre demoiselle Françoise de Glandevès, tutrice de ses enfants, de Tannée 1400, notaire Bernardy.

Deux extraits d'actes, où apert que ledit Pierre Leydet, premier, était fils de Jacques, de Briançon, icelui fils de Guillaume, marquis de Fos, sieur dudit Sigoyer, des années 1329 et 1359.

Investiture donnée par ledit Guillaume de Leydet, en faveur de noble François de Vallavoire, de l'année 1309, notaire Rostagny, par lequel apert que ledit Guillaume estoit fils d'Irat, marquis de Fos.

Donation faite par ledit Irat et par Alasie, sa femme, de la troisième partie de la terre du Caire en faveur d'Alasacie d'Oraison, femme de noble Fouquet de Pontevès, de l'année 1226, notaire Verdilhoni.

Institution d'officier faite par Leydet, sr de Sigoyer, de l'année 1456, notaire Pitradiny.

Testament de Liber Leydet, fils dudit Jacques, par lequel substitue la terre dudit Sigoyer à Pierre et Antoine, ses enfants, de l'un à l'autre notaire Episcopi, de l'année 1513.

Acte de rétention de partie de la juridiction dudit Sigoyer, prinse en collocation par les sœurs desdits Pierre et Antoine, pour le droit de légitime qui leur compétait, faite par Jean-Louis Leydet, de l’année, notaire Joanny.

Mariage de feu M. le conseiller de Sigoyer, de l'année 1623, avec demoiselle Marguerite de Cormis.

Mariage de M. le conseiller de Callissane, tous deux frères dudit défendeur.

Autre mariage de M. le conseiller de Sigoyer, neveu dudit défendeur, avec dame Claire de Villeneuve.

Autre mariage de la dame de Peynier, sœur dudit défendeur de l'année 1652.

Plusieurs reconnaissances, investitures et autres actes de la terre de Sigoyer, qui justifient qu'elle a été de tous temps de ladite maison de Leydet, étant à un sac à part.

Partage passé entre lesdits sieurs Pierre de Leydet, sieur de Callissanne, et ledit défendeurs, frères, en qualité de fils et héritiers de feu sieur Jean-Louis de Leydet, sr de Sigoyer, conseiller du roy audit parlement, du 1 mars 1641.
Fait à Aix, le 25 may 1667.

DE LEYDET. — Sisteron

Entre le P. G., etc., et Bernardin et Gaspard de Leydet, père et fils, et Pierre-André de Leydet, srs de Feissal, de la ville de Sisteron, etc.
Cayer de reconnaissances passées par divers particuliers au lieu de Vaumeil, à noble Bertrand de Leydet et à noble Blaize, son frère, coseigneur de Vaumeil, du 25 juillet 1483.

Hommage preste à Charles de Beaufort, vicomte de Valerne, marquis de Canillac, par nobles Bertrand et Blaize de Leydet, frères, de la seigneurie, censés, services, et autres choses y énoncées, acquises de noble Antoine de Vallavoire, du 21 mars 1486.

Autre cayer, en original, de diverses reconnaissances passées par les habitants de , en faveur de noble Pierre Leydet, fils de noble Prieuret et Georges Leydet, fils de feu noble Blaize, de l'année 1522.

Autre cayer de reconnaissances passé par les habitants de Vaumeil en faveur de noble Constant, fermier de noble Pierre Leydet. de ladite année.

Trois nouveaux baux donnés par noble Pierre Leydet, coseigneur de Vaumeil, ez années 1527 et 1528.

Autre nouveau bail donné par noble Louis Leydet, fils de noble Pierre, coseigneur du lieu de Vaumeil, de la même année 1527, signé : Arnaud, notaire.

Enquête faite par le juge de Sisteron, à la requête de noble Raimond Leydet sur la noblesse de sa maison, par laquelle apert que Raimond Leydet est fils de Pierre, professeur, seigneur de Luise, en Dauphiné, et coseigneur de Clamensane, Anton, St Génies, Briançon et Entrepierres, de l'année 1523.

Certificat, en abrégé, de l'acte d'échange passé entre M. le conseiller de St Jannet et M. le lieutenant Jaubert, tant en son nom que de noble Charles de Leydet, son oncle, par lequel ledit sr. de Jaubert désampare toute la juridiction, biens et domaines nobles que ledit de Leydet avait à Vaumeil audit sr conseiller de St Jannet, du 19 février 1665.

Acte de vente faite par nobles Crespin, Pierre, Bertrand et Blaize Leydet, frères, de divers censés et services qu'ils avoient aux lieux de Salignac et Entrepierres, du 6 novembre 1490.

Acte de compromis passé entre magnifique et puissant François Leydet, seigneur de Sigoyer, St Vincent, et demoiselle Françoise de Glandevès, veuve de noble Pierre Leydet, seigneur de la vallée de Dromonet Entrepeyres, mère et tutrice de nobles Jacques et Prieuret, ses enfants, de l'année 1414.

Arrêts du parlement par lequel Georges et Pierre Leydet sont déclarés exempts des tailles au regard des biens et fiefs par eux acquis de feu Antoine de Vallavoire, au lieu de Vaumeil, de l'année 1548.

Quittance concédée en faveur de noble Pierre Leydet, fils de feu noble Prieuret, coseigneur de Vaumeil, du 15 octobre 1532.

Procuration faite par noble Pierre Leydet, fils de feu noble Prieuret, coseigneur de Vaumeil, en faveur de noble Jean, de l'année 1540.

Acte d'accord fait entre nobles Pierre et Claude Leydet, fils à feu noble Pierre, coseigneur de Vaumeil, pour la division dudit lieu, de l'année 1548, signé : Pellicier, notaire.

Mariage de noble Lionnet Leydet, écuyer, avec demoiselle Noémie Chaisse, du 18 novembre 1591, signé : Bruny, notaire.

Testament de Lionnet, fils à feu noble Claude, par lequel il institue Jean et Pierre, ses enfants, et fait légat à Claude et Bernardin, ses autres enfants, du 14 août 1617.

Extrait de rapport des audiences des comptes dans lesquels noble Louis Leydet, tuteur de Sébastien, Lionnet, Jean, Antoine et Pierre, enfants de feu noble Claude, du lieu de Vaumeil, sont qualifiés nobles, du 20 novembre 1571.

Mariage de noble Bernardin, fils à feu noble Lionnet, second, et de la demoiselle Chaisse, avec demoiselle Isabeau Aubert, du 10 novembre 162^, signé : de Virail, notaire.

Mariage de noble Gaspard Leydet, écuyer, fils de noble Bernardin, assigné, et de la demoiselle d'Aubert, avec demoiselle Hélione de Chaix, du 24 octobre 1656, signé : Virail, notaire.

Arrêt de décharge des francs fiefs en faveur de noble Charles de Leydet, sr de Gasc et coseigneur de Vaumeil, du 28 juin 1635.

Abrégé d'un article de compte, rendu à la chambre, par le trésorier général des gens des trois états, en l'année 1640, où le sr de Gasc, député pour la noblesse, assista, signé : Bonnaud, archivaire.

Testament de M. me Louis de Leydet, sr de Fombeton, fils de noble Gaspard, conseiller au parlement, par lequel il institue noble Pierre Leydet, avocat, son cousin, fils de feu Lionnet, du 26 août 1637.

Certificat du greffier des états comme noble Bernardin de Leydet, en qualité de premier consul de Sisteron, a assisté aux assemblées générales des communautés de ceste province, aux années 1643 et 1664.

Transaction passée entre nobles Louis, Guillaume, Claude et Prieuret, frères, fils à feu noble Pierre, portant division et partage des biens de leur dit père, de l'année 1545.

Arrêt de déclaration de noblesse en faveur de noble Louis de Leydet, sr de Jarjayes, du 14 janvier (?) 1668.

Mariage de noble Claude Leydet, fils de noble Lyonnet, avec demoiselle Diane de Guiramand, du 24 octobre 1599, signé : Pontis, notaire.

Mariage de noble Pierre-André Leydet, écuyer, fils de noble Claude, et delà demoiselle de Guiramand, avec demoiselle Anne de Garret, du 24 février 1624, signé : Bues (?).
Fait à Aix, le 2 mars 1668.

06 octobre 2008

De Sabran — Aiguines et Chantereine

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise
Gallica/BnF : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328.image.f337

DE SABRAN. — Aiguines et Chantereine
Entre le P. G., etc., et nobles Charles de Sabran, seigneur d'Aiguines et Chantereine, et Marc-Antoine, seigneur de Salleperrine, et Cézar de Sabran, etc.

Mariage entre noble Louis de Sabran, sr de Beaudinar, et demoiselle Antonie de Chevrières, des 25 et 29 octobre 1529, signé : Maty et Pelloquin, notaires.

Extrait de testament de noble Louis de Sabran, seigneur de Beaudinar, par lequel fait son héritier Antoine, son fils, et fait légataires ses autres fils, du 25 mars 1558, signé : Thomé.

Extrait de mariage entre noble Claude Sabran, seigneur de Chantereine, et demoiselle Sibille de Castellane, fille de noble Alexis, seigneur de Salernes, du 13 juin 1577, signé : Eraudy.

Mariage entre noble Honoré de Sabran, seigneur de Canjuers, et demoiselle Anne de la Tour, dame de Romoules, du 30 août 1605, signé : Pons, notaire.

Mariage entre noble Charles de Sabran, sr d'Aiguines, fils de noble Honoré, et demoiselle Marguerite de Monier, fille de noble Jean Louis, seigneur de Chasteaudeuil, conseiller du Roy en ses conseils, et président en la cour de parlement, du 28 août 1633, notaire Bertrand.

Mariage entre noble Antoine de Sabran, sr de Sardon, fils de noble Claude, et demoiselle Louise de Ferrier, fille de Jules, du 30 octobre 1618, signé : Bonnard.

Autre mariage entre Claude de Sabran, seigneur de Sardon, et demoiselle Anne de l'Eglise, fille du sr Thomas-Estienne, sr de Melan, du 19 décembre 1665, notaire, André.

Autre extrait de mariage entre noble Marc-Antoine de Sabran, sr de Salleperrine, fils de noble Claude, et demoiselle Françoise de Demandols, fille de Melchion, du 10 janvier 1615, signé : Rouvier.

Mariage entre noble Cézar de Sabran, fils de Marc-Antoine, seigneur de Salleperrine, et demoiselle Marguerite d'Arbaud, fille de François, du 4 décembre 1618, signé : Rolland.

Acte d'arrentement de la seigneurie d'Aiguine passé par le sr de Sabran seigneur d'Aiguine et Chantereine en faveur de Gaspard Jullien, du lieu de Villegrosse.
Fait à Aix, le 27 janvier 1668.

Voir aussi :

04 octobre 2008

Nouveautés sur Gallica

Comme chaque mois, je fais une sélection des nouveaux ouvrages numérisés par Gallica des documents susceptibles d'intéresser le généalogiste. Parmi les 14751 nouveaux livres de septembre 2008 :
  1. Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais. 1883-1939.
  2. Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais. 1883-1939.
  3. Archives historiques du Poitou. 1872-1920.
  4. Baux, Jules (1806-1890). Nobiliaire de la province de Bresse.
  5. Bulletin d'histoire ecclesiastique et d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap,
  6. Bulletin d'histoire ecclesiastique et d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap,
  7. Bulletin de l'Académie delphinale. 1846-200?.
  8. Denais, Joseph (1851-1920?). Armorial général de l'Anjou / 1879-1884.
  9. Denais, Joseph (1851-1920?). Armorial général de l'Anjou / 1879-1884.
  10. Dictionnaire biographique des grands négociants et industriels.
  11. Déy, Aristide. Armorial historique de l'Yonne.
  12. Finot, Jules. Les anoblissements en Franche-Comté pendant la période espagnole.
  13. Gauthier, Jules (1848-1905). Armorial de Franche-Comté.
  14. La Dynastie des La Palisse par Ch. Longuet. 1865.
  15. Lagier, A. (Abbé). La Baronnie de Bressieux.
  16. Société archéologique et historique du Châtillonnais.
  17. Viton de Saint-Allais, Nicolas (1773-1842). Histoire généalogique des maisons souveraines...
Voir aussi Gallica2. Gallica2 ne donne pas comme Gallica une liste des nouveautés par mois. C'est dommage...
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+