13 juillet 2009

Notes sur Claude de Taulignan

Jacques de Porcellet, sieur de la Rousselle et de Maillannes, fils de noble Robert de Porcellet et de Claudine de Taulignan, épouse Magdeleine de Laval. Mémoires de l'Académie de Nîmes.



Bernard de Ferre, marié avec Françoise d'Esparron, fille de noble Charles et de demoiselle Claude de Taulignan, par contrat du 12 août 1579 (Ayme, notaire à Taulignan). Artefeuil.



Claudine de Taulignan, fille de feu François, baron de Barres, 2e épouse de Robert de Porcellet, contrat du 4 juillet 1568 (Jacques Ursi à Nîmes). Ordre de Malte dans la ville d'Arles - Marius Chaillan.



On trouve à Taulignan, en 1561, nobles Pierre et Charles d'Esparron ou de Sparron. Charles, marié à Claudine de Taulignan, fut père de Françoise, qui épousa en 1579... Histoire de Montélimar par Adolphe de Coston.

5 commentaires:

alain a dit…

cette Claude de TAULIGNAN inventé par Pithon-Curt a marqué les genealogistes sur plusieurs siècles:
Charles d'ESPARRON, vraisemblablement originaire de Montélimar, était chatelain de Taulignan. Il a épousé av. 1560 Claude HIPPOLYTE, née à Bollène v. 1510, fille de Nicolas et Germaine de PONS. Claude a épousé en 1ere noces Gaspard de GOUJON, professeur de droit (dont 4 enfants, Pierre, Dimanche, Sémiramis, Justine), elle a épousé en 2. Charles d'ESPARRON, d'ou 3 filles ,dont Françoise qui x Bernard de FERRE. Charles d'ESPARRON se remaria en 1588 à Marie BAUDRAN, orpheline dont il eut a s'occuper en tant que chatelain. (sources: pour les HIPPOLYTE de Bollène: Geneanet de F. de STORDEUR, pour le reste: notaire AYME de Taulignan)

Josiane a dit…

Enfin quelqu'un de lucide ! merci Alain. ça fait du bien de temps en temps de lever la poussière sur ses certitudes !
Vous en cherchiez une Gilles, en voilà une bonne de raison !

----------------
Gilles said...
Si mes renseignements sont bons, Adolphe de Coston a écris son histoire de Montélimar en 1886. Il n'a donc pas pu être influencé par geneanet et je ne vois pas l'intérêt pour lui d'inventer cette Claude de Taulignan.

Je pense donc qu'il y a bien une Claude de Taulignan, épouse de Charles d'Esparron avant 1561 et une autre (ou peut-être la même) Claude de Taulignan, épouse de Guillaume de Sauzet puis de Robert de Porcellet.

On n'en sait pas plus pour le moment mais je ne vois de raison de ne pas croire qu'une Claude de Taulignan ait épousé un Charles d'Esparron.

Gilles a dit…

Bonsoir Josiane et Alain,

En ce qui concerne Claude de Taulignan, je n'ai jamais prétendu détenir la vérité, j'ai juste donné mes impressions suite aux quelques recherches que j'avais faites sur cette personne. En tous cas, si Pithon-Curt a inventé cette Claude de Taulignan, on peut dire que son invention a été reprise par un grand nombre d'auteurs. Ceci-dit, je ne vois toujours pas l'intérêt de Pithon-Curt et autres auteurs à inventer des faux mariages...

Josiane a dit…

L’intérêt Gilles, mais il est énorme ! et vous le savez fort bien, puisque votre blog regorge de ce genre de notices extraites de divers ouvrages.
Tout d’abord, il convient de dire que ce sont les familles elles mêmes qui souvent, sont à l’origine de ces « faux ». Les auteurs de nobiliaires n’ayant fait que reprendre les détails qui leur étaient communiqués, en brodant un peu et en « bouchant les trous » si nécessaire. Artefeuil a fait comme les autres, ni mieux ni pire. Il fallait bien rendre hommage à tous ceux qui ont financé son livre. Nous en sommes encore là aujourd’hui.
L’intérêt pour quelques obscures familles était de se voir ainsi alliées à d’illustres maisons et rivaliser avec les plus grands. Pour d'autres il s'agissait simplement de prouver un lien direct avec Hugues Capet. Sans doute auraient-ils eu moins d'avantages à ne descendre que de son bouffon.
Ne nous en plaignons pas ! Si une bonne partie des renseignements cités dans ces nobiliaires n’ont aucun fondement, il ont aujourd’hui le mérite d’alimenter (entre autres) le fichier Geneanet d’un grand nombre de contemporain, qui Ô combien fiers d’ancêtres aussi prestigieux, se verraient sans cela rétrograder, honte suprême, à ne descendre que de vils paysans et du même coup, obligés de couper, ce qui à leurs yeux étaient les meilleures branches de leurs arbres.


31/10/2008
bernard said …
Sans intervenir dans votre "polémique", il faut savoir se méfier des généalogies publiées (du type Artefeuil, La Chenaye Desbois, etc), qui ont écrit des inepties graves, en reprenant sans les vérifier, les fausses généalogies fabriquées par les familles elles-mêmes (dans le but de s'agreger à des familles très anciennes, françaises ou mieux italiennes, voire anglo-saxonnes)
Ces fausses généalogies, que l'on trouve aussi dans les documents d'archives familliales (veiller alors à les comparer aux originaux des registres paroissiaux et notariés) étaient fabriqués par des curés et des notaires complices, et se sont transmis de génération en génération. J'en ai plusieurs exemples dans ma propre famille.
Par la suite, des généalogistes modernes, ayant pignon sur rue, ont continué à reproduire ces documents, sans les vérifier »

Gilles a dit…

Ok. D'accord avec les derniers commentaires.