30 mars 2011

Titres sur Gallica

Le terme de recherche "Titres" dans Gallica ramène des résultats particulièrement intéressants comme par exemple tous les volumes reliés du Cabinet des titres utiles aux recherches de noblesse, armoriaux, preuves et histoires généalogiques. Voir http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=titres

27 mars 2011

Notes sur les familles d'Autemarre d'Ervillé et Delecey de Récourt

L'objet de ces notes est de répondre à un commentaire posté sur la famille de Récourt. Caroline Berthe Elisabeth d'Autemarre d'Ervillé (Madame de Récourt) fut la dernière chatelaine du château de Cheppy près de Varennes. Elle est née en 1844 à Vouziers, décédée en 1921 à Poitiers, mariée à Joseph Théodore de Récourt, né en 1797. On ne connait ni le lieu ni la date du mariage.

D'autemarre d'Ervillé Nyons Drôme 1862 receveur
Verdun

Source : Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. II. Aub-Bar. - 1904
Auteur : Chaix d'Est-Ange, Gustave (1863-1923)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111995g/f94.image
AUTEMARRE d'ERVILLÉ (d'). Armes (d'après le Bulletin héraldique de 1891) : d'azur à une bande d'argent accompagnée en chef d'une fleur de lys d'or et en pointe d'une rose d'argent. (Ce sont les armoiries de la famille d'Authemar ou d'Autemar maintenue en Languedoc en 1668.)

Il a existé en Languedoc une ancienne famille d’AUTHEMAR ou d'AUTEMAR, originaire de Provence, qui portait pour armoiries écartelé aux 1 et 4 d'azur à deux bandes d'or ; aux 2 et 3 d'azur à une bande d'argent accompagnée en chef d'une fleur de lys d'or et en pointe d'une rose d'argent. Le marquis d'Aubais rapporte que son auteur obtint du roi François 1er, le 11 avril 1516, des lettres patentes portant injonction au sénéchal de Carcassonne de le faire jouir de tous les privilèges de la noblesse. Elle comptait sous Louis XIV de nombreux représentants fixés dans le diocèse de Narbonne qui furent tous maintenus dans leur noblesse le 12 décembre 1668, le 13 janvier 1669 et le 14 janvier 1671 par divers jugements de M. de Bezons, intendant du Languedoc. Cette famille était éteinte ou avait quitté le Languedoc à l'époque de la Révolution et son nom ne figure pas aux assemblées que tint en 1789 la noblesse de cette province.

On ignore si c'est à cette souche que l'on doit rattacher la famille d'Autemarre d'Ervillé aujourd'hui existante et on n'a pu se procurer sur elle que des renseignements très incomplets. Elle était fixée aux Antilles à la fin du XVIIe siècle et un de ses membres, Charles d'Autemarre, capitaine d'infanterie à l'île Saint-Christophe, épousa vers 1690 Marie-Anne de Bragelongne. Mlle d'Autemarre d'Ervillé épousa en août 1780 Louis-François d'Argouges, comte de Rânes. M. d'Autemarre d'Ervillé était en 1769 commissaire des guerres à Strasbourg. Cette charge avait pendant quelque temps conféré la noblesse à ceux qui en étaient revêtus ; mais ce privilège avait été aboli par un édit de 1719. Ce même personnage était sous Louis XVI intendant des armées du roi et chef de bureau au ministère de la guerre. Charles-Xavier d'Autemarre d'Ervillé, décédé à l'âge de quatre-vingt-cinq ans en février 1891, avait été général de division et grand croix de la Légion d'honneur; il fut connu sous le titre de comte et a laissé postérité de son mariage avec Mlle de Barral.

Principales alliances : de Bragelongne, d'Argouges, de Barrai, de Maistre, de Boissieux 1902, etc.

Source : Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. XIII. Cun-Des.
Auteur : Chaix d'Est-Ange, Gustave (1863-1923)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1120067/f243.image
DELECEY de RÉCOURT et de CHANGEY. Armes : d'azur à un chevron d'or (alias d'argent), accompagné en chef de deux coquilles de pèlerin (alias deux roses) d'argent et en pointe d'un agneau pascal de même portant sur une croix aussi d'argent un petit étendard de gueules (alias d'argent). Couronne de Comte. Supports deux lions affrontés (alias deux béliers). Devise Dulcei. Cette notice a été faite en grande partie à l'aide de renseignements dus à l'obligeance de M. le baron de l'Horme.

La famille DELECEY, éteinte de nos jours, appartenait à la noblesse de Champagne.

Borel d'Hauterive lui a consacré une courte notice dans l'Annuaire de la noblesse de 1865. On trouvera dans les manuscrits de Chérin les preuves de noblesse qu'un membre de la branche de Changey fit en 1784 pour être admis à l'École militaire.

Jean Delecey, décédé en 1503 (alias 1523), auquel remonte la filiation, était officier au grenier à sel de Langres Il laissa une nombreuse postérité. Un de ses fils, Robert Delecey, marchand Langres, rue du Marché-au-blé, décédé dans cette ville en 1556, continua la lignée. Le petit-fils de celui-ci, Christophe Delecey, né en 1564, marchand de fer, puis receveur des décimes, maire de Langres de 1613 à 1617, marié à Louise Piétrequin, décédé en 1636, laissa, entre autres enfants, deux fils, Christophe et Jean-Baptiste, qui furent les auteurs de deux branches.

La branche aînée a été connue sous le nom de DELECEY DE Récourt. Son auteur, Christophe Delecey, Sgr de Récourt, marié à Raymonde Girault, née en 1612, était en 1640 procureur du Koi au présidial de Langres. Il fut père de Sébastien Delecey, Sgr de Récourt, inhumé à Langres en 1716, qui fut pourvu de l'office anoblissant de conseiller secrétaire du Roi, maison et couronne de France en la chancellerie près le Parlement de Dijon, et grand-père d'Antoine-Christophe Delecey, Sgr de Recourt, conseiller au présidial de Langres, conseiller secrétaire du Roi, qui continua la lignée. M. de Lecey de Récourt père, M. Delecey l'ainé, Sgr de Récourt, et ses frères, Sgrs en partie d'Aisey et de Richecourt, prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Langres. Cette branche paraît avoir eu pour dernier représentant male M. Nicolas Delecey de Récourt, né en 1826, capitaine de zouaves, aujourd'hui décédé, qui épousa à Reims Mlle de Sauzet de Fabrias et qui en eut une fille, Isabelle, née en 1860, mariée à M. de Rosières. Elle était encore représentée en 1913 par une sœur de M. Nicolas de Récourt, Athénaïs, mariée en 1854 au baron Mercier.

La seconde branche a été connue sous le nom de DELECEY DE CHANGEY. Elle ne doit pas être confondue avec une famille Guyard dont le chef porte le titre de marquis de Changey. Son auteur, Jean-Baptiste Delecey, lieutenant particulier au bailliage de Langres, marié à Marie de Couste, fut père d'Etienne Delecey, né à Langres en 1681, qui épousa, le 13 janvier 1680, Marguerite Piétrequin, fille d'un lieutenant particulier au siège de Langres. Ce même Étienne Delecey rendit hommage au Roi, le 24 août de la même année, pour sa seigneurie de Changey, mouvante de Sa Majesté à cause de son château de Nogent. Il était président au présidial de Langres quand il fut pourvu, le 17 août 1700, de l'office anoblissant de conseiller secrétaire du Roi, maison et couronne de France en la chancellerie près le Parlement de Dijon. Après sa mort, cet office fut vendu, le 19 août 1718, à Jacques Maublanc, bourgeois de Dijon. Il eut trois fils dont l'ainé, Jean-Baptiste de Lecey, Sgr de Changey, né en 1690, premier président au bailliage et siège présidial de Langres, continua la lignée et dont un des cadets, Gabriel de Lecey, Sgr de Danrémont, fut conseiller au Grand Conseil de Lorraine. Jean-Christophe Delecey de Changey, né à Langres en 1771, petit-fils de Jean-Baptiste, fit en 1784 pour être admis à l'École militaire les preuves de noblesse dont il a été parlé plus haut. Cette branche a eu pour dernier représentant mâle, Louis-Charles Delecey de Changey, né à Langres en 1806, conseiller général de la Haute-Marne, décédé en 1869, qui épousa en 1843 Alexandrine de Framery, décédée en 1900, et qui n'en laissa que trois filles. La seconde de celles-ci, Mme Desprez de Gésincourt, eut dans sa part la terre de Changey.

La famille Delecey a fourni dans ses deux branches des officiers et des magistrats distingués.

Principales alliances de Sauzet, Donin de Rosière, Véron de Farincourt 1805, Berlhelin, Bichet de Chalancey 1791, Desprez de Gésincourt 1872, de Tarragon vers 1870, Mercier 1854, d'Autemarre d'Ervillé, de Framery de la Fosse 1843, Husson de Sampigny 1791, Pistollet de Saint-Ferjeux, etc.

Décès d’Autemarre d’Ervillé Alexandre Claude le 1/10/1883 à Cheppy (Meuse). Âgé de 81 ans, chevalier de la légion d’honneur, veuf de Marie Claire Herminie de Boullenois, décédé en son château de Cheppy. Vue 22/262

Annuaire général héraldique

AUTEMARRE (d')

D'azur au chevron d'or, accompagné de 3 étoiles d'argent, 2 en chef et 1 en pointe.

AUTEMARRE D'ERVILLé (Ctesse d'), née de Barral. 121, Bd Haussmann (VIIIe).

AUTEMARRE D'ERVILLé (Cte d'), marié le 22 juillet 1902 à Mlle Geneviève de Boissieu. Même adresse.

AUTEMARRE D'ERVILLé (Francis d') et Mme, née de Maistre, château de Pierrefitte, Pont-L'Evesque (Clavados), château du Mont-du-Gord, Bernay (Eure) et villa du Butin, Honfleur (Calvados).

Sur le site des archives des Ardennes, on trouve dans les tables décennales des mariages de Senuc, Boullonois de Senuc Marie Claire Herminie mariée à Claude Alexandre d'Autemarre d'Ervillé le 2 8bre 1837.
http://archives.cg08.fr/arkotheque/tables_decennales/fond_visu_img.php?ref_id=8339
Vue 1/4.

Cheppy
Décès de Boullenois Marie-Claire-Herminie
du 21 mai 1873
... Marie-Claire-Herminie de Boullenois, âgée de 62 ans, sans profession, domiciliée en cette commune, née à Paris, fille des défunts Guillaume Marguerite de Boullenois et Marie Martiale Auguste de Narp, et épouse de Alexandre Claude d'Autemarre d'Ervillé, âgé de 71 ans, receveur des finances en retraite, chevalier de la Légion d'Honneur, domicilié au dit Cheppy, est décédée en son docmicile au château de Cheppy ...
Mairie de Cheppy
Du 12e jour du mois de prairial an 10 de la république, acte de naissance d'Alexandre Claude d'Autemarre d'Ervillé né cejourd'hui, fils du citoyen Charles Henry d'Autemarre d'Ervillé, Commissaire ordonnateur des guerres demeurant à Paris et de Dame Elizabeth de Guillermin...

24 mars 2011

de Martin de Gars

DE MARTIN. — Toulon

Armes : Ecartelé en sautoir d'or et d'azur.
Dessin de Sébastien Avy pour HéraldiqueGenWeb

Entre le P. G., etc., et nobles Jacques et Cézar de Martin, frères, ledit noble Jacques, sr de Gars, et ledit noble Cézar, capitaine entretenu dans la marine, résidant en la ville de Tollon, etc.

Extrait de mariage passé entre noble Jacques de Martin et demoiselle Magdeleine Chautard, aïeul et aïeule desdites nobles Jacques et Cézar de Martin, sieurs de Gars, du 2 février 1578, reçu par me Pierre Soullilet, notaire d'Olioules.

Jugement écrit sur le parchemin, en langue latine, rendu par Isabelle, Reine de Jérusalem et de Sicile, comtesse de Provence, du mois de mars de l'année 1441, par laquelle Mre Jean de Martin y fut l'un des juges, comme le premier conseil de cette reine.

Copie de lettres patentes du roi René, en latin, par lesquelles Mre Jean de Martin est pourvu de la charge de premier président, chancelier et garde des Sceaux, du 8 mars 1444.

Extrait de preuves de noblesse de noble François de Signier Pieuzin, présenté pour être reçu chevalier de Malte, ainsi qu'il le fut effectivement, dans lesquelles preuves, la noblesse de la maison des Martins est aussi prouvée, du 25 septembre 1655.

Deux ordres de Mgr le duc de Guise, gouverneur de la province, que la citadelle et fort du d'Hyères serait remis entre les mains de Jacques de Martin et du sr de Cavalongue (?), auxquels est donné pouvoir de les faire abattre, du 15 mai 1596.

Lettres patentes du Roi Henry IV par lesquelles, en considération des services à lui ci-devant rendus par noble Jacques de Martin et qu'il contribuait de faire journellement, au péril de sa personne, lui fait donation des droits de lods pour les acquisitions faites ou à faire, des places et seigneurie de Carqueiranne et Lambruisse, avec les requêtes pour les faire vérifier, du 17 avril 1602, signées : Henry et, plus bas, par le roi, comte de Provence, de Neufville.

Autres lettres patentes du même Roi Henri IV par lesquelles, en considération des services à lui rendus par ledit noble Jacques de Martin, lui fait don des droits de lods pour la vente de la terre et seigneurie de St Martin, avec les requêtes pour les faire vérifier, du dernier mai 1603, signées : Henry et, plus bas, par le roi, comte de Provence, Ruzé.

Autres lettres patentes d'Henry le Grand par lesquelles le commandement et gouvernement de la tour et forteresse de Toulon est donné à noble Jacques de Martin, avec les requêtes, Arrêt et jugement de vérification, tant de la cour des Comptes que des sieurs trésoriers généraux de France, du 11 avril 1603, signées, lesdits lettres patentes Henry et, plus bas, par le roi, comte de Provence, Forget.

Autres lettres patentes d'Henry IV par lesquelles noble Jaques de Martin, capitaine de la tour de Toulon, en considération des services rendus, en toutes occasions, est retenu en l'état et charge de gentilhomme ordinaire de sa chambre, du 3 novembre 1604, signées : Henry et, plus bas, par le roi, comte de Provence, Ruzé.

Brevet de S. M. par lequel, en considération des bons et agréables services à lui rendus par ledit sr Jacques de Martin, tant en la garde et gouvernement de la tour de Toulon, qu'en plusieurs autres occasions, charges et commissions, lui permet de résigner ladite charge et commandement de ladite forteresse de Toulon, en faveur dudit Antoine de Martin, son fils, auquel Sad. Majesté veut que toutes lettres de provision soient expédiées, du 20 juin 1609.

Extrait du testament dudit sr Jacques de Martin, écuyer et gouverneur et capitaine pour le Roi en sa tour et forteresse de Toulon, par lequel noble Cézar de Martin est institué son héritier, du 18 mai 1606, signé par me Louis Couchon, notaire de Toulon.

Lettres patentes de Mgr le Chancellier, portant commission à M. le président du Vair de recevoir le serment de noble Antoine de Martin, pour le commandement et gouvernement de la tour et forteresse de Toulon, dont ledit noble Antoine fut pourvu après le décès de noble Jacques, son père, avec requête aux fins dudit serment et Certificat et lettres de provision, du 2 mai 1611, signées : Brulard et, plus bas, par mond. Seigneur : Chalopin.

Cahier de quinze pièces, dans lequel il y a diverses lettres et ordres, tant de S. M., ministres d'état, que des gouverneurs de cette province, le tout adressé à noble Antoine de Martin, gouverneur de la tour et forteresse de Toulon, lesquelles pièces justifient l'estime et la vertu dudit sr Antoine de Martin et comme il eut ledit gouvernement, à la satisfaction de S. M., commençant en 1626 jusques en 1638.

Extrait de mariage passé entre noble Antoine de Martin, fils dudit noble Jacques, gouverneur de la tour de Toulon, et demoiselle Dorothée d'Icard, père et mère dudit sr de Gars, et son frère, du 22 avril 1617, reçu par me Martelly, notaire d'Ollioules.

Extrait de mariage dudit Jacques de Martin, sr de Gars, et demoiselle Marguerite de Grasse, fille d'Alexandre de Grasse, seigneur dudit Gars, du 23 février 1641, reçu par me René Pascal, notaire de la ville de Draguignan.

Extrait du testament de demoiselle Dorothée d'Icard, mère desdites srs de Gars et Cézar de Martin, du 28 avril 1644, notaire Lieutaud, de Toulon.

Ordre de Mgr le comte d'Alais, gouverneur de la province, par lequel noble Jacques de Martin est pourvu de la charge de lieutenant dans le gouvernement de la tour et forteresse de Toulon, du 13 juin 1638.

Lettres patentes du Roi portant provision et commission à noble Jacques de Martin, sr de Gars, pour commander capitaine en chef une compagnie de 100 hommes d'armes dans le régiment du chevalier de Solliers, du 24 juin 1649, signé : Louis et, plus bas, par le roi, la Reine régente, sa mère présente, le Tellier.

Lettres patentes de Mgr le duc de Vandosme, par lesquelles noble Jacques de Martin est pourvu de la charge de capitaine du port de Toulon, du 11 avril 1654, signé Cézar de Vandosme et, plus bas, par mond. seigneur : Chapellain.

Ordres et lettres missives en nombre de six, soit de Mgr l'admirai ou son lieutenant au sr Jacques de Martin, sr de Gars, comme capitaine du port de Toulon, lesquelles lettres et ordres justifient qu'il a fait la fonction durant sept années.

Douze mandats des appointements attribués à la charge de capitaine du port de Toulon dudit sr de Gars, avec les quittances concédées par icelui.

Lettres patentes de S. M., sur la création des sieurs officiers de la maison de ville dudit Toulon, pendant l'année 1667, avec la lettre de cachet adressée à Mgr le premier président d'Oppède, ensemble le roue desdites officiers, où ledit sr de Gars est nominé pour premier consul, du 7 juillet 1667.

Trois lettres de Mgr de Mercœur portant ordre au sr Jacques de Martin, sr de Gars, se rendre près de sa personne, comme les autres gentilshommes de la province.

Extrait d'hommage passé par les consuls et communauté dudit lieu de Gars, en faveur dudit sr de Gars, comme seigneur dudit lieu, du 24 août 1663.

Lettres patentes de Mgr l'admirai portant provision au profit de noble Cézar de Martin de la charge de capitaine entretenu dans la marine, avec huit certificats de la municipalité des autres emplois et services rendus à S M. par ledit noble Cézar de Martin, depuis l'année 1642 jusques à présent, du 5 mars 1666, signé : le duc de Beaufort et, sur le repli, par Mgr: d'Autrege (?).

Acte de mariage passé entre Cézar de Martin, écuyer, et demoiselle Isabeau Gombert, du 30 mars 1597, signé Rogier, notaire de Cuers.

Extrait de mariage passé entre me Louis Aycard et demoiselle Anne de Demandols, aïeul et aïeule desdits srs de Gars et Cézar de Martin, du 3 janvier 1578, signé : Aycard, notaire.

Les armoiries de la maison de Martin, sr de Gars, portent : d'or et d'azur.

Arrêt du conseil et lettres patentes données en suite par S. M. portant validation du payement y exprimé, fait par noble Antoine de Martin, du 30 décembre 1643 et 28 mars 1645.

Fait à Aix, le dernier de l'an 1667.

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 278.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328

17 mars 2011

Famille de Gasqui de Manosque

DE GASQUI. — Manosque

Armes : écartelé en sautoir de gueules et d'or, à deux fleurs de lys et deux roses de l'un en l'autre.

Entre le P. G., etc., et Jourdan et Louis de Gasqui, de la ville de Manosque, etc.

Lettres patentes du Roi René portant déclaration de la noblesse des auteurs desdites défendeurs, du 17 avril 1459, dument signées et scellées par la roi, à la relation (?) de son conseiller Rebuffel, avec l'enregistrata Bellandy.

Extrait de partage des biens de noble Barthélémy de Gasqui, passé entre nobles Pierre et Jacques, ses enfants, du 20 avril 1479, reçu par me Guigonis, notaire dudit Manosque, et signé par Loque, notaire.

Autre Extrait d'acte de vente des cens et autres droits y mentionnés, passée entre lesdits nobles Pierre et Jacques, fils et héritiers de noble Barthélémy, du dernier octobre 1483, reçu par me Chambonis, notaire, et signé par Loque, aussi notaire.

Extrait du testament de noble et égrège personne me Pierre Gasqui, docteur ez droits, par lequel il institue nobles Pierre et Arnoux, ses enfants, héritiers par égales parts, du 11 février 1514, reçu par me François Clémentis, notaire.

Attestation dudit me Loque comme dans le registre de me Jean Clémentis, notaire, apert que les commissaires députés pour procéder aux preuves de noble François-Joseph de Gasqui, sont signés le chevalier de Trigance, le chevalier de Majastres, en marge du susdit testament, à f° 281 V° de l'année 1514.

Testament d'Arnoux de Gasqui, fils de noble Pierre, par lequel ses héritiers Melchion et Joseph, ses enfants, du 3 décembre 1556, reçu par me Claude Ferran, notaire, signé par me Laugier, aussi notaire

Extrait de codicille de demoiselle Marguerite de Gombert, fille du seigneur de Dromon et de St Genies, mère desdites Melchion et Joseph Gasqui et veuve à feu noble Arnoux, du 14 novembre 1588, signé : Parraud, notaire.

Mariage de Joseph de Gasqui, écuyer, fils de noble Arnoux, avec demoiselle Magdeleine Pellissier, du 18 février 1577, reçu par me Blanc, notaire.

Extrait de mariage de Jourdan de Gasqui, l'assigné, fils de noble Joseph, avec demoiselle Louise d'Eymini, du 6 septembre 1614, reçu par me Loque, notaire.

Extrait du baptistère de Louis de Gasqui, assigné, fils de M. le capitaine Jourdan et de la demoiselle Louise d'Eymini, du 29 mars 1620.

Mariage dudit noble Louis de Gasqui, écuyer, fils dudit noble Jourdan, aussi écuyer, avec demoiselle Jeanne de Lombard, du 7 novembre 1648, reçu par me Gombert, notaire.

Fait à Aix, le 30 décembre 1667.

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 277.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328

12 mars 2011

Enterrement de Martinès de Pasqually

Je viens de trouver dans les actes de Port-au-Prince, l'acte d'enterrement de Martinès de Pasqually dont les origines restent mystérieuses. Cet acte confirme l'hypothèse d'une naissance à Grenoble vers 1727.


Vue 49


Cejourd'hui 21 septembre 1774 a été enterré dans le cimetière le corps de Joachim Dom Martinès de Pascali Delatour écuyer natif de la paroisse Notre Dame de la ville et diocèse de Grenoble âgé d'environ 48 ans, marié à Bordeaux avec mademoiselle Colla en foi de quoi j'ai signé avec monsieur Collin et mr Driau, présents audit enterrement.

Guerin, Driau, Lafaurie

Voir la biographie de Martinez de Pasqually sur le site de la Franc-Maçonnerie Française. D'après cette biographie MdeP serait plutôt né en 1710.

A propos des origines de Martinès-Pasqually

Quand à son mariage, il semblerait qu'il se soit marié le 17 août 1767 à Gornac avec Angélique Collas, fille d'Anselme et Marie Mauvigner. A vérifier dès que les registres seront en ligne sur GAEL. Je viens de trouver le mariage en question, voir ici.

11 mars 2011

Notes sur la famille de Bologne

à Saint-Pons, Alpes-de-Haute-Provence

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 61/628

Le 12e avril 1743 Sr Antoine de Bologne fils du Sr Jean Honoré et de damoiselle Marie Signoret mariés né le jour d'hier a été ondoyé cejourd'hui dans l'église paroissiale de St-Pons avec les cérémonies ordinaires. Le parrain a été Sr Antoine Raynaud, notaire royal, et la marraine damoiselle Jeanne Pascalis elle aussi de la paroisse de Barcelonnette.

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 71/628

Le 26 octobre 1744 Jean Boulognie fils de Jean Honoré et de damoiselle Marie Signoret mariés né le jour d'hier a été ondoyé cejourd'hui dans l'église paroissiale de St-Pons avec les cérémonies ordinaires. Son parrain a été Jean Bolognie de la paroisse de Barcelonnette et la marraine Marguerite Brun.

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 119/628

Pierre Jacques de Bologne fils de noble Jean Honoré et de Marie Signoret du lieu de la Lauze né le 24 janvier 1747 a été baptisé le 25 avec les cérémonies ordinaires à l'église paroissiale de St-Pons. Son parrain a été Pierre Jacques Matheron et la marraine Delle Elizabeth de Bologne, sa mère.

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 141/628

Lauze

L'an 1749 et le 27 août est né et a été baptisé Joseph de Bologne fils de Jean Honoré et de Marie Signoret mariés de la Lauze. Les parrains ont été Joseph de Bologne de la paroisse de Barcelonnette et Anne Matheron de la paroisse de Faucon. Présents les soussignés :
Joseph de Bologne, Antoine Maurel, Jean Honoré de Bologne, Graugnard curé.

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 164/628

Lauze

L'an 1752 le 4e de février noble Jean Honoré de Bologne décédé hier âgé d'environ 43 ans munis des sacrements de l'église a été enterré cejourd'hui dans le cimetière de cette paroisse...
Joseph de Bologne, Joseph Pascalis

Saint-Pons, BMS, 1735-1784, vue 166/628

Lauze B

L'an 1752 le 8 avril est né et a été baptisé Jean-Baptiste Bologne fils à feu Honoré et de vivante Marie Signoret mariés en leur vie. Les parrains ont été Jean-Baptiste Manuel et Anne Berlie de la paroisse de Faucon. Présents les soussignés :
Jean-Baptiste Manuel, Joseph de Bologne, Graugnard Curé.

En Haute-Marne

AD 52 Bonnecourt BMS 1696-1742 vue 253/266

L'an 1740 le 15e jour du mois de décembre, ..., entre haut et puissant seigneur Messir Louis de Foudras, majeur de droits, Marquis d'Emigny, capitaine de dragons, ..., fils de haut et puissant seigneur Messir Jacques de Foudras, comte de d'Emigny, seigneur de Chandenay, ..., et autres lieux et de haute et puissante dame Marie Angélique de l'Etouffe de Pradine ses pères et mère de la paroisse dudit d'Emigny, diocèse de Châlons sur Saône d'une part ; et Anne Antoinette de Capizuchy Bollogne damoiselle fille mineure de haut et puissant seigneur Messire Camille Antoine de Capizuchy Bollogne, chevalier Marquis de Bonnecourt, Baron d'Ecot, Seigneur de Thivet, ... et de défunte haute et puissante dame Madame Anne Françoise de Cultz ses père et mère paroissiens dudit Bonnecourt d'autre part, etc., etc.

07 mars 2011

Cahouet de Marolles et de Beauvais

CAHOUET de MAROLLES et de BEAUVAIS

Armes : d'azur à un sautoir dentelé d'or, accompagné de quatre besants du même.

Source : Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle (Volume 8)

Auteur : Chaix d'Est-Ange

La famille Cahouet de Beauvais et de Marolles a occupé aux 17e et 18e siècles un rang distingué en Orléanais. On trouvera sur elle beaucoup de renseignements dans les divers recueils de manuscrits du Cabinet des Titres. Un tableau généalogique conservé dans le Nouveau d'Hozier en fait remonter la filiation à honorable homme Jean Cahouet dont la veuve, Madeleine Le Maire, est mentionnée dans un acte du 28 février 1624. Noble homme Jean Cahouet, écuyer, fils des précédents, fut contrôleur général des bois au département de l’Ile-de-France, puis receveur des gabelles à Orléans. Il épousa Marie Pothier par contrat du 10 avril 1614 et en eut deux fils, Jean Cahouet, sieur de Senneville, conseiller du Roi au siège présidial d'Orléans, marié à Marguerite Lambert, et Charles Cahouet, gentilhomme ordinaire de la maison du Roi en 1647, puis conseiller du Roi en ses Conseils, marié le 5 avril 1655 à Marie Accarie, dame de Beauvais, qui furent les auteurs de deux branches.

Plusieurs représentants de la branche aînée, Claude Cahouet, écuyer, sieur de Senneville, conseiller du Roi, prévôt général de l'Orléanais ; Lambert Cahouet, sieur de Maireau, commissaire des troupes de S. M. à Orléans ; Charlotte Foucault, veuve d'Alphonse Cahouet, sieur de Senneville, lieutenant criminel au bailliage et siège présidial d'Orléans ; Marguerite Cahouet de Senneville, épouse d’Étienne Lamirault, écuyer, sieur de Fontmagne, conseiller du Roi, trésorier de France au bureau des finances d'Orléans, firent enregistrer leur blason à l'Armoriai général de 1696. C'est à cette branche que paraissent avoir appartenu Robert-Joseph Cahouet, écuyer, Sgr de la ville et châtellenie de Saint-Gilles-sur-Vic, en Poitou, du Gamereau, de Neuvy, etc., premier lieutenant au régiment des chevau-légers, chevalier de Saint-Louis, et M. Cahouet de Marolles qui étaient l'un et l'autre en 1789 lieutenants des maréchaux de France Orléans. Le premier de ces deux personnages prit part cette même année aux assemblées de la noblesse tenues dans cette ville. On trouve que M. Abel-Alphonse Cahouet de Marolles, ancien trésorier payeur général, est décédé en 1907 à Saint-Germain-en-Laye à l'âge de 95 ans.
Charles Cahouet, auteur de la seconde branche, laissa un fils unique, Claude Cahouet, sieur de Beauvais, né en 1668, premier président au bureau des finances d'Orléans, qui épousa le 31 août 1692 Marie-Catherine Fontaine, fille d'un secrétaire du Roi, et qui lit enregistrer son blason à l'Armorial général de 1696. Celui-ci laissa lui-même un fils, que l’on croit être mort sans postérité, et deux filles dont l'aînée épousa successivement en 1714 Olivier le Fèvre d'Ormesson, puis François-Antoine de Chabannes et dont la seconde fut la femme de Germain-Louis de Chauvelin, garde des sceaux.

05 mars 2011

Notes sur Ephraïm Mikhaël

Mes recherches sur la famille Depas m'ont amené à m'intéresser à la généalogie du poète Ephraïm Mikhaël car celui-ci est cité comme parent de l'acteur Fernand Depas. Je n'ai pas encore trouvé le lien entre ces deux personnages mais voici les quelques notes que j'ai prises sur le poète.

Acte de décès
Paris 10e
page 7/31

L'an 1890 le 6 mai, acte de décès de Georges Ephraïm MICHEL, âgé de 24 ans, sans profession, né à Toulouse (Haute-Garonne), décédé hier soir à 10 heures Faubourg Poissonière 126 chez ses père et mère, fils de Louis MICHEL, 48 ans, négociant et de Noémie CARCASSONNE, son épouse, 39 ans, sans profession ; célibataire. Témoins : Gaston Mélendès, 24 ans, employé rue Buffault 28 et de Emile Clauss, 35 ans qui ont signé avec nous après lecture.

Chronique de l'ascendance de Georges Ephraïm MICHEL


Première génération

1. Georges Ephraïm MICHEL est né le 25 juin 1866 à Toulouse, Haute-Garonne, France. Il est décédé (1) le 5 mai 1890 à Paris, Seine, France.

La consanguinité des parents du poète est double : sa grand-mère du côté paternel, Leya NATHAN, est la sœur d'un de ses arrières-grands-pères maternels, Moyse SIMON ; son grand-père du côté paternel, Victor MICHEL, est le frère d'une arrière-grand-mère du côté maternel, Sara MICHEL.

Note de Bernard Lazare qui dut servir de faire-part de décès pour la presse :

Un poète du plus grand talent M. Ephraïm Mikhaël vient de mourir à l'âge de 23 ans, emportant les hautes espérances de tous les lettrés. Les obsèques auront lieu aujourd'hui mercredi à 15h30. On se rénunira à la maison mortuaire 126 Faubourg Poissonière.

Le Temps du 8 mai 1890 annonça la mort de Mikhaël en précisant qu'il avait été pendant quelques temps le secréatire de M. Catulle Mendès.

Enterré dans le quartier israélite du cimetière Montparnasse.
Deuxième génération

2. Louis MICHEL est né (2) le 1 décembre 1840 à Toulouse, Haute-Garonne, France. Il a épousé Noémie CARCASSONNE.

3. Noémie CARCASSONNE est née (3) le 28 juillet 1846 à Toulouse, Haute-Garonne, France.


Troisième génération

4. Victor MICHEL est né (4) le 18 novembre 1800 à Neufchâteau, Vosges, France. Il a épousé Leya NATHAN.

5. Leya NATHAN est née (5) le 28 décembre 1798 à Valence, Drôme, France.

6. Henri Aaron CARCASSONNE est né le 3 janvier 1815. Il a épousé Adèle SIMON.

7. Adèle SIMON est née (6) le 29 janvier 1815 à Toulouse, Haute-Garonne, France.


Quatrième génération

8. Louis MICHEL a épousé Anne SIMON.

9. Anne SIMON.

10. Simon NATHAN a épousé Anne SALOMON.

11. Anne SALOMON.

12. Ephraïm CARCASSONNE a épousé Julie MOSSÉ.

13. Julie MOSSÉ.

14. Moïse SIMON est né le 28 septembre 1796. Il a épousé Sara MICHEL.
Moyse Simon, sur le plan religieux, était "Moyse, fils de Simon, fils de Nathan". D'où, en 1808, deux patronymes différents, Moyse SIMON pour le fils et Simon NATHAN pour le père.

15. Sara MICHEL est née (7) le 29 juin 1794 à Caen, Calvados, France.


Cinquième génération

28. Simon NATHAN est imprimé en tant que #10.

29. Anne SALOMON est imprimé en tant que #11.

30. Louis MICHEL est imprimé en tant que #8.

31. Anne SIMON est imprimé en tant que #9.


Appendice A - Sources

1 à 7. Ephraïm Mikhaël, Denise R. Galperin, David Avzaradel, Oeuvres complètes : aux origines du symbolisme.

A propos de Fernand Depas


J'ai trouvé sur le site des bibliothèques de Paris, un enregistrement amusant de Fernand Depas.

Ainsi qu'une photographie de Nadar sur Gallica.

Les Annales politiques et littéraires : revue populaire paraissant le dimanche / dir. Adolphe Brisson
Les Annales politiques et littéraires : revue populaire paraissant le dimanche / dir. Adolphe Brisson
Source: gallica.bnf.fr

Famille de Recourt

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 152
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s


RECOURT (DE), famille noble en Artois, où elle est connue dès l’an 1106 (charte de l’abbaye d’Arrouaise en la même province). Voir l’histoire du Cambrésis, tom. II, preuves, pages 81 et 82, par le Carpentier, et que le même auteur fait descendre d’un puîné de la maison de Coucy, a pris son nom de la terre et seigneurie de Recourt aussi en Artois, située à quatre lieues de Cambrai, et relevante de la châtellenie d’Orply. Elle a formé plusieurs branches celles des châtelains de Lens, seigneurs de Recourt et de Camblain, des barons de Licques, des comtes de Rupelmonde, des seigneurs de la Comté, dont on peut voir le détail dans l’histoire des grands-officiers de la couronne, tom., p. 286 et suivantes, dont il ne reste aucun mâle ; et enfin celle des seigneurs du Sart, transportée d’Artois en Cambrésis, et depuis en Picardie, la seule qui existe aujourd’hui, ainsi que le constate le certificat du juge d’armes de la noblesse de France, en date du 19 juillet 1781. Illustrée par un amiral de France en 1418 (Charles de Recourt, dit de Lens), et alliée aux maisons d’Alègre, de Barlaymont, Bayencourt, Beaufort, Béthune, Croy, Cruninghem, Erblrusches, Estourmelles, Fay, Flavigny, Gavres-Lidequerke, Guistelles, Grammont, la Châtre, Lasso de Castille, Lens, Licques, Mailly, Mérode, Montmorenci, Nédonchel, Noyelle, Renty, Robles, Rubempré, Sacquespée, Saint-Orner, Sarria, Signières, Stavelles-lsenghiem, Velasco, Viel-Châtel et autres, elle a toujours été comprise entre les plus distinguées des provinces de Flandre, Artois et Picardie.

De la branche du Sart, formée par Jean de Recourt, second fils de Jean, Ier du nom, châtelain de Lens, et de Jeanne de Vianne, qui épousa Isabeau de Brimeu, duquel est issu, au douzième degré, Théodore de Recourt, chevalier, fils unique de Pierre-Remi-Joseph de Recourt, officier au régiment de Royal-Auvergne, infanterie, et de dame Marie-Victoire-Catherine Waz-de-Mello, son épouse.

Dixième degré.

Antoine-François-Nicolas DE, RECOURT, chevalier, seigneur, etc. . Il a pour aïeul paternel, Pierre-Florimond Charles-Joseph de Recourt, seigneur du Sart, près la Fère-sur-Oise, où il est décédé le 26 septembre 1780, et pour grand-oncle Antoine-François-Nicolas de Recourt, frère puîné du précédent, chevalier, seigneur d’Hardoye, et en partie de Chérèt et Bruyères, ancien officier d’artillerie, né au château du Sart le 2 avril 1735, marié à Reims par contrat passé devant Michaut, notaire, le 15 avril 1769, à Anne-Marie-Thérèse Fremyn, fille de Louis Fremyn, chevalier, seigneur de l’Estang et de dame Marie-Thérèse Maillefer, décédé audit Reims le 9 juillet 1787, et enterré aux Cordeliers de cette ville dans le caveau de la famille de son épouse. De ce mariage sont issus :
  1. Jean-Antoine de Recourt, qui suit ;
  2. François de Recourt, chevalier, né le 9 décembre 1772, baptisé en l’église de Saint-Hilaire de Reims, cadet aux gardes wallonnes d’Espagne au commencement de 1791, enseigne par brevet du 26 juin en remplacement du prince Louis de Croy ; second lieutenant dans le mémé corps, par brevet du 12 avril 1798, en remplacement du chevalier de Lannoy, puis second lieutenant de grenadiers par brevet du 6 décembre 1802 ; a fait en ces qualités les campagnes de 1793, 1794, 1795, 1801, en Roussillon, Catalogne, Navarre et Portugal ; capitaine agrégé à la place de Barcelone par brevet du 15 août 1803, avec la faveur particulière d’un traitement de 500 réaux de veillon par mois, que le roi daigna lui continuer en France où il s’est retiré, et est décédé à Reims, département de la Marne, le 29 octobre 1812 ;
  3. Amélie-Auguste-Charlotte de Recourt, née le 6 juin 1782, baptisée, le 8 du même mois, en l’église de Saint-Hilaire de Reims, mariée, par contrat passé devant Dieu, notaire à Bruyères près Laon, le 15 mai 1810 à Gabriel-Antoine-Charles-Désiré de la Ramade-Traversac de Friac.
Onzième degré.

Jean-Antoine DE RECOURT, chevalier, né le 28 février 1770, baptisé en l’église de Sainte-Hilaire à Reims, cadet aux gardes-wallonnes d’Espagne au commencement de 1791, enseigne par brevet du 11 septembre 1794 ; second lieutenant par brevet du 12 juillet 1798 ; a fait, en ces qualités, les campagnes de 1793, 1794, 1795 en Roussillon, Catalogne et Navarre ; employé en 1799 dans l’expédition à Surinam, prisonnier des Anglais, la même année, dans cette colonie ; capitaine agrégé à la place de Barcelone par brevet du 22 mai 1802, avec traitement de 300 réaux de veillon par mois. Il épousa à Reims, par contrat passé devant d’Abancourt notaire, le 1er juillet 1802 ; demoiselle Henriette-Cécile Thiérion, fille de Charles-Henri-Mathieu Thiérion, écuyer, seigneur de Saint-Germainmont, et de dame Anne-Thérèse-Joséphine Maillefer.

De ce mariage sont issus :
  1. Jean-Charles de Recourt, né le 12 avril 1807, mort l’année de sa naissance ;
  2. Hortense-Joséphine de Recourt, née le 2 novembre 1805 ;
  3. Marie-Isabelle de Recourt, née le 27 juin 1808 ;
  4. Marie-Gabrielle de Recourt, née le 20 août 1810, décédée l’année de sa naissance ;
  5. Antoinette-Joséphine de Recourt, née le 20 août 1812.
D'après La Chesnaye des Bois, qui présente une généalogie très riche de cette famille volume 12 page 23, les armes de cette famille sont : Bandé de vair et de gueule de six pièces au chef d'or.

02 mars 2011

de Gérente Sénas

Armes : D'or au sautoir de gueules

DE GÉRENTE. — Senas

Entre le P. G., etc., et noble Charles de Gérente, seigneur et marquis de Senas, etc.

Extrait de testament solennel de messire Balthazar de Gérente, marquis de Senas, du 3 juillet 1651.

Extrait de mariage entre Claude de Gérente, baron de Senas, et demoiselle Magdeleine de Bozene, du 8 septembre 1578, reçu par me Jacques de la Roche, notaire, habitant à Calvisson.

Extrait de testament dudit Claude de Gérente, fils de Balthazar, du 17 avril 1585, reçu par me Capus, notaire d'Aix.

Extrait de mariage entre Mre François de Gérente, sr dudit Senas, fils de Balthazar, et dame Aimare d'Albertas, du 6 octobre 1573, reçu par me Alphanti, notaire de Marseille.

Lettre de cachet du Roi Henri III, écrite à M. de Senas.

Extrait de mariage de Balthazar de Gérente, fils de François, sieur de Varages et autres places, et demoiselle Isabeau d'Agoult, du 8 septembre 1546, reçu par me Arbaud, notaire à St Maximin.

Extrait du testament dudit Balthazar de Gérente, archevêque d'Embrun, institue héritier Balthazar de Gérente, son neveu, fils de François, de l'année 1555.

Lettres du Roi portant commission d'ambassadeur à Mre Balthazar de Gérente, présidant à la chambre des Comptes, député vers S. M., de l'année 1527.

Six diverses lettres de cachet écrites par le Roi François à M. le président de Gérente, en la chambre des Comptes de Provence, ambassadeur devers nôtre St Père le Pape.

Lettre de provision pour Mre François de Gérente, sieur du Tholonnet, d'un office de conseiller au parlement de Toulouse.

Extrait du testament ou codicille de Claude de Gérente, du 24 juin 1545, notaire Hozier, de Salon.

Autre testament dudit noble Claude de Gérente, du 24 décembre 1552.

Testament de Jean de Gérente, de l'année 1474.

Lettres patentes des Rois René et Charles d'Anjou portant provision de l'office de chancelier en faveur de Mre Jean Gérente, sr du Tholonnet, me rationnel en la chambre des Comptes, du 23 mai 1479, et 12 juillet 1480, signé : … ; évêque de Senez.

Extrait de testament de Guigonet de Gérente, premier, surnommé le Grand, du ?? janvier 1401, reçu par me Moulini, notaire de Seyne.

Lettres patentes du Roi René, du 16 janvier 1473, portant commission à Mre Thomas de Gérente, son maître d'hôtel, pour faire faire le serment aux officiers du château de la ville d'Angers.

Extrait d'hommage passé par Thomas de Gérente, au Roi Louis XI, du 12 décembre 1482, en qualité de procureur de Guigonet de Gérente, son père, de la terre de Senas.

Autre hommage passé par ledit Thomas à Charles VIII, Roi de France, de la terre de Senas et de Varages, le 13 mai 1484.

Mémorial du vice Roi de Catalogne envoyé à Thomas de Gérente.

Lettre du Roi René audit Thomas pour traiter d'affaires auprès du Roi de France.

Testament dudit Thomas de Gérente, de l'année 1504, notaire Imbert Borrili, d'Aix.

Lettres de franchise données à Guigonnet, second, chambellan des Rois de Sicile, Charles et René, pour son bétail, afin qu'il ne payât péage, du 6 mai 1481.

Fait à Aix, le 24 décembre 1667.

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 275.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328

Voir aussi Gérente de la Bruyère.

01 mars 2011

Famille de Gaillard de Bellaffaire


D'azur à trois fasces d'or; au chef cousu de gueules, chargé de trois roses d'argent.
Dessin de Sébastien Avy pour HeraldiqueGenWeb

Entre le P. G., etc., et nobles François et Jean de Gaillard, père et fils, srs de Bellaffaire et de Sigons, Jean-Baptiste de Gaillard, sr du Sauze, et Jean-Estienne de Gaillard, sr de Bayons, etc.

Hommage presté par de Gaillard au Roi Robert, du 16 décembre 1309.

Acte d'achept de partie de la terre et juridiction de Bellaffaire en faveur de Gaillard de Gaillard, par lequel est qualifié noble, du 4 février 1336.

Autre acte d'achept de propriétés y mentionnées, sises audit Bellaffaire, en faveur dudit noble Gaillard de Gaillard, du 22 mai 1328.

Procuration faite par ledit noble Gaillard de Gaillard à noble Guilhen de Gaillard, son fils, du 14 juillet 1340.

Acte de protestation faite par ledit noble Guilhen de Gaillard sur les criées annuellement faites au lieu de Bellaffaire, par lequel est qualifié fils dudit noble Gaillard de Gaillard, du 5 juillet 1342.

Investiture faite par noble Jean de Gaillard, fils dudit noble Guilhen, du 7 janvier 1378.

Acte d'échange fait entre ledit noble Guilhen de Gaillard et nobles Jean et Louis de Gaillard, ses enfants, du 24 octobre 1360.

Lettres d'appel de la collocation faite par le vicaire de l'archevêché d'Embrun, par lesquelles apert que noble François de Gaillard était fils dudit noble Jean et qualifié noble et sr dudit Bellaffaire, du 13 juillet 1408.

Acte de la défaite du capitaine appelé Chaussard, contenant la prise de quelques prisonniers conduits dans le château de Bellaffaire et dans les prisons dudit noble François de Gaillard, du 9 février 1391.

Quittance faite par demoiselle Guillaumete de Gaillard, en faveur de noble Antoine de Gaillard, son frère, enfants dudit noble François de Gaillard, du 17 janvier 1468.

Autre quittance passée aussi en faveur dudit noble Antoine de Gaillard, fils dudit noble François, par demoiselle Guette de Gaillard, sa sœur, du dernier décembre 1470.

Testament dudit noble Antoine de Gaillard, par lequel institue ses héritiers nobles Louis et Barthélémy de Gaillard, ses enfants, du 15 octobre 1450.

Acte d'achept d'une vigne fait par ledit noble Louis de Gaillard, du 15 mars 1377.

Quittance par laquelle ledit Louis de Gaillard est attitré de la qualité de noble, du 24 août 1403.

Extrait du sol et livre des biens immeubles acquis par noble Antoine de Gaillard, fils dudit noble Louis, des particuliers et habitants dudit Bellaffaire, du 30 novembre 1508.

Acte de vente d'un pré et chenevie mouvant de la directe dudit noble Antoine de Gaillard, du novembre 1540.

Donation faite par ledit noble Antoine à noble Albert de Gaillard, son fils, de la moitié de tous ses biens, du 12 octobre 1541.

Mariage dudit Albert de Gaillard, fils dudit noble Antoine, attitré de la qualité d'écuyer, avec demoiselle Marguerite Rousset, du 9 novembre 1545.

Arrêt de déchargement du droit des francs fiefs rendus en faveur dudit noble Albert de Gaillard, du 30 octobre 1584.

Testament dudit noble Albert de Gaillard, sr dudit Bellaffaire et autres places, par lequel donne à noble Jean de Gaillard, son fils, la terre et seigneurie de Sauze, du i mai 1579.

Mariage dudit noble Jean de Gaillard, fils dudit noble Albert, avec demoiselle Marguerite de Forbin, du 12 décembre 1587.

Donation et émancipation faite par devant le juge de Sisteron par ledit noble Albert de Gaillard, son fils, du 28 mai 1633.

Procuration faite audit noble Albert de Gaillard, qualifié par icelle, sieur de Bayons, et lieutenant colonel au régiment de M… , du 10 juillet 1641.

Testament dudit noble Jean de Gaillard, par lequel fait légat à noble Jean-Baptiste de Gaillard, sr de Sauze, son fils, un des défendeurs, par dessus la
Donation qu'il lui avait faite, du 10 décembre 1657.

Deux passeports de S. A. de Savoye, qui justifient que ledit Jean-Baptiste a été capitaine du régiment de Senantes (?), des 6 et 16 avril 1634.

Testament dudit noble Jean, par lequel apert aussi que ledit noble François de Gaillard, autre défendeur, est fils dudit noble Jean de Gaillard, et l'institue son héritier.

Transaction et Donation faite entre noble Jean de Gaillard, seigneur dudit Bellaffaire, en faveur dudit Jean-Estienne de Gaillard, sr de Bayons, son petit-fils, du 14 mai 1657.

Procuration faite par ledit noble François de Gaillard, à noble Jean de Gaillard, son fils, autre défendeur, du 30 mars 1667.

Preuves et enquêtes faites par les commandeur et chevalier de la religion de St Jean de Jérusalem, commissaires à ce commis, de la noblesse de noble François de Gaillard, fils dudit François, sr dudit Bellaffaire, en suite desquelles il est reçu chevalier audit ordre.

Fait à Aix, le 22 décembre 1667.

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 273.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+