24 octobre 2011

Ferrier de Riez

D'or à cinq écussons de gueules
Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 322.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328

DE FERRIER. — Riez

Entre le P. G., etc., et noble Charles de Ferrier, seigneur d'Auribeau, et Magdalon de Ferrier, écuyer, frères, etc.

Lettres patentes de noblesse accordées par le feu Roi René en faveur de Jean de Ferrier, du 18 juin 1475, signées par le roi, Melin (?), scellées.

Testament en latin, sur le parchemin, de noble Honoré Ferrier, coseigneur de la ville de Riez, fils de noble Jean de Ferrier, aussi coseigneur de Riez, du 5 mai 1520.

Acte de déclaration faite par dame Honorade Rousse, femme de noble Honoré de Ferrier, en faveur de noble Melchion de Ferrier, sr de Majastres, son fils, des biens y énoncés, du 25 décembre 1531.

Mariage en latin, sur le parchemin, d'entre noble et généreux Melchion de Ferrier, sr de Majastres, fils dudit noble Honnoré, avec demoiselle Marguerite de Grasse, du 17 novembre 1531.

Mariage sur le parchemin passé entre noble Antoine de Ferrier, coseigneur de Riez et de St Jullien, fils dudit noble Melchion, avec demoiselle Françoise d'Autric, du 11 novembre 1568.

Extrait de mariage d'entre Claude de Ferrier, seigneur de St Jullien, fils dudit Antoine, avec demoiselle Honorade de Cosme, fille de M. me Olivier de Cosme, vivant sr d'Auribeau, avocat en la cour, du 29 septembre 1605, signé : Gadret (?), notaire.

Mariage de Charles de Ferrier, sr de St Jullien et d'Auribeau, fils dudit noble Claude et de dame Honorade de Cosme, avec demoiselle Françoise de Villeneuve, un des assignés, du 15 août 1637, signé : Albanelly, notaire de Tourettes.

Investiture en latin, sur le parchemin, de la terre et seigneurie de Majastres donnée par les maîtres rationaux de Provence, en faveur de nobles Melchion et Balthazar de Ferrier, frères, avec la quittance du droit de lods dus au roi, du 29 novembre 1527, signé Arbaud, Vitalis, Laborelly.

Hommage presté ez mains du sr lieutenant général de ceste province, par nobles Balthasar et Melchion de Ferrier de la susdit terre de Majastres, du 1er décembre 1527, signé Rey.

Immission de possession de ladite terre et seigneurie de Majastres avec la quittance du droits de lods en faveur desdites Melchion et Balthazar de Ferrier, du 18 décembre audit an 1527.

Acte de transaction entre nobles Antoine et Rollin de Ferrier, frères, enfants dudit noble Melchion et noble Henry de Grasse, seigneur de Mas, Escragnolle et Callian, pour raison des droits de ladite dame Magdaleine, de Grasse, leur mère, par laquelle ledit sieur de Mas remet audit Antoine et Rollin de Ferrier la quatrième partie de la terre et seigneurie de Callian, pour leurs droits successifs, du 12 février 1562.

Lettres patentes du roi, portant investiture de ladite terre et seigneurie de Callian, en faveur de noble Balthazar de Ferrier, tuteur desdites nobles Antoine et Rollin de Ferrier, ses neveux, avec l'immission de possession de ladite quatrième portion, des 12 février et 5 mai 1563.

Extrait d'investiture de la terre et seigneurie de St Jullien en faveur de nobles Antoine et Rollin de Ferrier, srs de Callian, et Magdaleine de Grasse, leur mère, du 2 août 1564, signé Roux.

Investiture donnée par le Roi en faveur de noble Olivier Cosme, aïeul maternel des assignés, pour raison de la terre et seigneurie d'Auribeau, du 13 septembre 1578.

Hommage presté au Roi pour ledit M. Olivier Cosme, de la troisième partie de la terre d'Auribeau, des susdits jours et an.

Autre hommage presté au Roi par ledit Olivier Cosme de ladite terre, place et seigneurie d'Auribeau, du 11 janvier 1538.

Commission originelle donnée par le Chapitre provincial de l'Ordre Saint Jean de Jérusalem à deux chevaliers dudit ordre pour informer sur la qualité, nom et armes de Magdalon de Ferrier, fils de noble Antoine de Ferrier, sr de Majastres, du 8 mai 1606, signé : Bouis, notaire, scellée,

Preuves et enquêtes sur la noblesse dudit Magdalon de Ferrier pour être reçu chevalier de l'Ordre St Jean de Jérusalem, faites par les commissaires, du 8 mars 1607, signées : Beauvezer, commissaires, et Bouis, greffier.

Extrait de la réception de chevalier de St Jean de Jérusalem en faveur dudit noble Magdalon de Ferrier, du 5 février 1608, dument scellées.

Passeport donné par le Roi au sr de St Jullien, pour s'en retourner en Provence, du 8 avril 1585.

Lettre missive écrite par M. le Maréchal d'Ornano à M. le Connétable de Montmorency pour faire payer au sr de St Julien, capitaine d'uni compagnie ce que lui était encore du de reste de ladite compagnie, du 17 août 1589, signé : Alphonse d'Ornano.

Extrait d'Arrêt de la chambre des francs fiels de relax en faveur de dame Honorade de Cosme, dame d'Auribeau et St Jullien, et Charles de Ferrier, sr dudit Auribeau, son fils, attendu leur qualité, du 17 avril 1636, signé : Passard.

Lettre missive écrite par M. le comte de Carces au sr d'Auribeau au sujet de l'attaque des Îles, du 24 octobre 1636, signée : Carces.

Trois autres lettres missives écrites par M. le comte d'Alais, gouverneur de Provence, au sr d'Auribeau, comme gentilhomme, de se rendre à Fréjus, pour les affaires du roi, de 1639 et 1646.

Extrait de procuration faite par noble Melchion de Ferrier, sr de Majastres, à noble Honoré de la Penne, pour s'acheminer à Marseille, pour assister au ban et arrière ban de la noblesse, où il avait été appelé, du 22 septembre 1542.

Autre Arrêt de la chambre des francs fiefs de déchargement en faveur de Charles de Ferrier, sr d'Auribeau, du 12 août 1658.

Mariage d'entre M. Magdalon de Ferrier, sr de St Jullien, fils de défunt messire de Cosme, avec demoiselle Suzanne de Villeneuve, fille de M. César de Villeneuve, seigneur de Tourrettes, ledit Magdalon est fils de noble Claude, frère de noble Charles, que sont les deux assignés, du 14 juin 1657, signé Albanrelly, notaire de Tourrettes.

Fait à Aix, le 31 janvier 1668.

18 octobre 2011

Notes prises aux archives de l'état-civil de Paris

17 octobre 2011

de Castellane Forcalquier

Armes : de gueules, à la tour donjonnée de trois pièces d'or, celle du milieu supérieure.

Source : Les maintenues de noblesse en Provence par Belleguise. Page 319.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54106328

Entre le P. G., etc., et Charles d'Adhémar de Castellane de Monteil et de Joye, de la ville de Forcalquier, etc.

Testament de Louis Adhémar de Monteil, comte de Grignan, chevalier des ordres du roi, conseiller en son conseil d'État, capitaine de 50 hommes d'armes de ses ordonnances, par lequel il fait un légat à ses enfants Louis et Jean-Louis Adhémar de Monteil, et institue son héritier universel Louis-François Adhémar de Monteil, tous ses enfants ; procédure faite pour l'ouverture dudit testament solennel, du 21 février 1592.

Mariage de Louis Adhémar de Monteil, sieur d'Entrecasteaux, fils de Louis Adhémar de Monteil, comte de Grignan, chevalier des ordres du roi, et capitaine de 50 hommes d'armes, et de haute et puissante dame lsabeau de Carces, avec demoiselle Anne de Bouliers, de Matheau, dame de Pierrerue et autres places, du 19 novembre 1599, signé : Guérin.

Testament solennel de feue dame Isabeau de Carces, comtesse de Grignan, par lequel elle institue son héritier universel Charles de Castellane, son petit-fils, sr de Pierrerue, fils à feu sr d'Entrecasteaux Louis Adhémar, avec la procédure faite pour l'ouverture d'icelui par le lieutenant de Sénéchal de la ville de Brignole, du 2 juin 1609.

Mariage de mre Charles de Castellane de Matheau et de Joye, sr de Pierrerue, fils légitime et naturel de feu mre Louis de Castellane de Grignan et de dame Anne de Bouliers et de Joye, avec demoiselle Jeanne d'Eyroux, du novembre 1628, signé : Poussins.

Mariage de M. Charles d'Adhémar de Castellane, fils légitime et naturel d'autre Charles, vivant sr de Pierrerue, et de demoiselle Jeanne d'Eyroux, avec demoiselle Anne de Pontevès, du dernier juillet 1653, signé : Jamet et Seguin, notaires, et Chapuis, greffier.

Attestation de François Adhémar de Monteil de Grignan, archevêque d'Arles, primat et prince, conseiller du Roi en ses Conseils d'État et privé, et commandeur de ses ordres, contenant que M. Charles Adhémar de Castellane est fils naturel et légitime de feu autre messire Charles Adhémar de Castellane, son cousin germain, enfants de frères, et le père dudit Charles s'appelait Louis Adhémar de Castellane, frère de messire Louis Adhémar de Monteil, comte de Grignan, père dudit père archevêque, et enfants de mre Louis de Monteil, comte de Grignan, et de dame Isabeau de Pontevès de Carces, lequel était chevalier des ordres du Roi et fils de Mre Gaspar de Castellane, baron d'Entrecasteaux, et de dame Anne de Tournon, et aussi qu'on n'a pu trouver le mariage dudit feu mre Louis Adhémar, chevalier des ordres du roi, son grand père et demoiselle Isabeau de Pontevès de Carces, sa grand mère et, qu'ayant voulu faire ses preuves de commandeur des Ordres de S. M., Messieurs les ducs de Lesdiguières et marquis de Sourdis ne tirent aucune difficulté d'ajouter croyance à la notoriété du fait dont plusieurs font mention et au testament de son feu grand père, qui fait mention de feu Louis Adhémar de Castellane, frère du père dudit seigneur archevêque et grand père paternel dudit sr Charles Adhémar de Castellane, assigné, du 25 du mois de janvier 1668, dans laquelle attestation ledit seigneur archevêque a déclaré n'avoir pu signer à cause de l'incommodité de sa vue et avoir fait signer par son juge et apposer le sceau de ses armes par son greffier, signé : de Barras, juge, Girard, Teissier, notaire, Arnoux, greffier.

Fait à Aix, le 27 janvier 1668.

12 octobre 2011

Mariage de Dom Martines de Pasqually

On peut trouver le mariage de Dom Martines de Pasqually avec Marguerite Colas dans les registres paroissiaux de Gornac sur Gironde Archives En Ligne (GAEL). Pour y accéder, cliquer ici puis aller à la page 87/105.

Gornac. Aujourd'hui 27 août 1767, ..., mariage de Jacques de Livron Joachim de la Tour de la Caze Martinès de Paschuali, fils légitime des fû ? de Lacaze et de dame Suzanne Dumas de Renaud de la ville de Bordeaux, paroisse Ste Eulalie d'une part et de Marguerite Angélique de Collas fille légitime de Sr Anselme Colas, bourgeois et de dlle Marie Mauvigné ...



Voir aussi :

11 octobre 2011

Famille de Payan

PAYAN (DE), seigneurs de la Garde Pariol, dans le comtat Venaissin, et en Dauphiné.

Cette famille, divisée aujourd'hui en plusieurs branches, a été maintenue dans son ancienne noblesse, en 1670, par M. de Bezons, intendant de Languedoc.

La première branche subsiste dans noble Louis-François-Antoine-Maurice DE PAYAN DE LA GARDE, écuyer, né à Orange, le 9 août 1761 : il descend de noble Philibert de Payan, qui vivait en 1495, et eut pour fils :

Du premier lit, noble Perrin de Payan ;

Du second lit, noble François de Payan, auteur de la seconde branche.

Noble Charles (IIe) DE PAYAN, petit-fils de noble François, épousa, le 28 avril 1630, demoiselle Lucrèce de Marsane-de-Fontjulianne, fille de noble Gédéon de Marsane, seigneur de Fontjulianne, lieutenant-colonel du régiment du Passage, capitaine châtelain des lieux de Sauret et de Saint-Marcel, commandant à Carmagnole.

Noble Gédéon DE PAYAN, fils de Charles, épousa, en 1667, demoiselle Louise de Sibert-de-Montières, fille de noble Hector de Sibert, seigneur de Montières, baron de Cornillon, et de demoiselle Olympe de Drevon.

Noble Benjamin-François DE PAYAN, écuyer, troisième fils de noble Gédéon, épousa en 1708, demoiselle Elisabeth de Niel.

Noble François DE PAYAN, écuyer. Son fils épousa, le 29 janvier 1753, demoiselle Marthe d'Isoard, fille de noble Etienne-Daniel d'Isoard, chevalier, et de dame Marthe Lagier. Il a eu pour fils :

Noble Joseph-François DE PAYAN-DUMOULIN, chevalier, marié avec demoiselle Sophie-Marguerite Malleray. Il a de ce mariage :
  1. Charles-François-Félix-Ernest, né le 19 juin 1811 ;
  2. Marie-Caroline-Marthe-Sophie, née le 28 septembre 1813, qui a eu pour parrain M. le comte de Barruel-Beauvert, ancien colonel d'infanterie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, commandeur de l'ordre chapitral d'Allemagne, décor de l'Ange-gardien, et parent du père de la susdite demoiselle. Sa marraine est madame Richard, née mademoiselle de Saint-Germain, fille du comte de Saint-Germain, dont la famille eut, le siècle dernier, un officier général ministre de la guerre et du même nom.

Noble Louis-Samson DE PAYAN (frère de noble Benjamin François), chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, fut d'abord capitaine, puis major du régiment de Quercy, infanterie, ensuite lieutenant-colonel de ce régiment, et brigadier des armées du roi, à la promotion du 1er mai 1745. Il fut employé, en cette qualité, dans l'armée commandée par le maréchal de Maillebois, et donna en différentes occasions des preuves signalées de sa valeur. Il épousa, par contrat du 15 juillet 1737, dame Charlotte de Bancenel, fille de messire Alexandre de Bancenel-de Myon, seigneur de Champagne, et de dame Françoise de Billard de Raze.

Olympe DE PAYAN, née en 1668, sœur de Benjamin François et de Louis-Samson, épousa Aldebert de Vacherie, seigneur de Coulon, lieutenant-général des armées au service de Russie, et fit son testament à Petersburg, le 13 juin 1741, par lequel elle institua son héritière universelle Françoise de Payan, sa cousine qui l'avait accompagné en Russie.

Noble Hector DE PAYAN-DE-L'ESTANG, capitaine d'infanterie, fils aîné de noble Gédéon, eut de son mariage avec demoiselle de Belvezet :

Noble Joseph DE PAYAN, baron de l'Estang, d'abord capitaine au service de Russie, ensuite attaché au service de France, où il fut capitaine de cavalerie légère, lieutenant-colonel au régiment de Lowendal, ensuite colonel-commandant des Croates français, à la tête desquels il fut tu au mois d'août 1746, au camp des Cinq Etoiles en Flandres.

Il avait épousé, en 1744, demoiselle Marie-Thérèse, baronne de Beaussier, fille de messire Antoine, baron de Beaussier, baron du Saint-Empire, conseiller aulique du feu roi de Pologne, électeur de Saxe, conseiller intime de son altesse sérénissime monseigneur le Langrave de Hesse-d'Armstadt, et de noble dame Madeleine de Bezaudin. De ce mariage, il a eu une fille unique, nommée :

Marie-Anne-Henriette DE PAYAN-DE-L'ESTANG, née à Dresde au mois de décembre 1744, dont le nom acquit, dans la république des lettres, une juste célébrité. Elle a été mariée trois fois ; la première, avec messire Marc-François de Ribere, marquis d'Antremont, chevalier, ancien capitaine d'infanterie et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis ; la seconde, avec M. le baron de Bourdic, ancien capitaine dans le régiment d'infanterie de Picardie, major de la ville et citadelle de Nismes, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis ; et la troisième, avec M. Viot, administrateur général de l'enregistrement et des domaines : elle est morte en 1802.

Extrait de l'Armorial général de France, par d'Hozier, registre cinquième, seconde partie, imprimé en 1764, et du Dictionnaire de la Chesnaye-des-Bois, tome onze, page 227.

Armes : « D'azur au chevron d'or, accompagné de trois molettes de même, posées deux en chef et une en pointe. »

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 210

BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s

07 octobre 2011

Faire-parts de mariage

Ci-dessous, quelques faire part de mariage trouvés sur geneanet qui me permettent de compléter la descendance de mon AAGP Onésime Dubois. Tout complément sera évidemment le bienvenu...

Faire part du mariage de Claude Brichard et Dominique Gardin
Mr et Mme Jean-Pierre Gardin ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mlle Dominique Gardin, leur fille, avec Mr Claude Brichard.

15, rue Cardinet, 75017 Paris

Mr et Mme Maurice Brichard ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mr Claude Brichard, leur fils, avec Mlle Dominique Gardin.

2, avenue de Verdun, 91470 Limours
31, avenue de Ségur, 75007 Paris

Et vous prient d'assister ou de vous unir d'intention à la cérémonie religieuse qui sera célébrée à Paris le samedi 27 septembre 1975 à 12h30 en l'église St-François-Xavier, à Paris, VIIe.
Faire part du mariage de Jean-Louis Brichard et Florence Perrier
Mr Eugène Perrier, Mme Georges Hurel, Mr et Mme Michel Perrier ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mlle Florence Perrier, leur petite-fille et fille, avec Mr Jean-Louis Brichard.

7 rue Jean Leclaire, Paris XVIIe
203 bis Boulevard Saint-Germain, Paris VIIe
3 Boulevard Raspail, Paris VIIe

Mr et Mme Maurice Brichard ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mr Jean-Louis Brichard, leur fils, avec Mlle Florence Perrier.

2, avenue de Verdun, 91-Limours
Fresneau, 91-Briis-sous-Forges

Et vous prient d'assister ou de vous unir d'intention à la messe de mariage qui sera célébrée à Paris le mardi 30 septembre 1969 à 11h45 en l'église St-Thomas d'Aquin, à Paris, VIIe.

Le consentement des époux sera reçu par Mr l'Abbé Geniès, Curé-doyen de Limours.

Faire part du mariage de Jacques Buzet et Anne-Marie Brichard
Mr et Mme Maurice Brichard ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mlle Anne-Marie Brichard, leur fille, avec Mr Jacques Buzet.

Fresneau, Briis-sous-Forges (Seine-et-Oise)

Mr Emile Buzet, administrateur en chef honoraire de la France d'Outre-Mer, Chevalier de la Legion d'honneur et Mme Emile Buzet ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mr Jacques Buzet, ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration, leur fils, avec Mlle Marie Anne-Marie Brichard.

8, rue Perpignaa - Pau
18 rue Valadon, Paris 7e

Et vous prient d'assister à la bénédiction nuptiale qui leur sera donnée à Paris le mercredi 23 octobre 1963 à 11h45 en l'église St-François-Xavier.

 

Faire part du mariage de Louis Denizet et Marie Louise Brichard
Mme Charles Lefebvre, Me et Mme Louis Brichard ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mlle Marie Louise Brichard, leur petite-fille et fille, avec Mr Louis Denizet.

Fresneau (Seine-et-Oise)

Mr et Mme Ernest Denizet ont l'honneur de vous faire part du mariage de Mr Louis Denizet, leur fils, avec Mlle Marie Louise Brichard.

Le Puiset (Eure-et-Loir)
La Plesse-Villebon (Seine-et-Oise)

Et vous prient d'assister à la bénédiction nuptiale qui leur sera donnée à Paris le mercredi 29 avril 1914 à midi très précis en l'église St-Germain l'Auxerrois.


Madame O. Dubois
Monsieur et Madame Gibier ont
l'honneur de vous faire part du mariage de
Mademoiselle Hélène Gibier leur petite-fille
et fille avec Monsieur Gaston Brichard

Et vous prient d'assiter à la bénédiction nuptiale qui leur sera donnée le Mercredi 23 février 1921 à 11 heures 1/2 en l'Eglise St Germain l'Auxerrois de Paris

Corbeil, 3, Avenue Chante Merle

Madame Dufour
Madame Léon Brichard ont
l'honneur de vous faire part du mariage de
Monsieur Gaston Brichard leur petit-fils et fils
avec Mademoiselle Hélène Gibier

Et vous prient d'assiter à la bénédiction nuptiale qui leur sera donnée le Mercredi 23 février 1921 à 11 heures 1/2 en l'Eglise St Germain l'Auxerrois de Paris

Le Plessis-Pâté par Brétigny S&O

06 octobre 2011

Famille de Chateauneuf de Randon

Famille des plus anciennes du royaume ; elle est la souche de l'illustre maison de Joyeuse, si célèbre dans l'Histoire de France. (Anne, duc de Joyeuse, pair et amiral de France, a épousé, en 1581, Marguerite de Lorraine-Guise, sœur de Louise de Lorraine-Guise, reine de France, femme du roi Henri III ; la maison de Chateauneuf-de-Randon a encore donné naissance à celle d'Apchier, qui est une des plus distinguées du royaume.

Ainsi cette famille se trouve avoir fourni un grand-maître de l'ordre de Malte, trois maréchaux de France, trois ducs et pairs, un grand amiral et un grand buvetier de France, plusieurs chevaliers des ordres du Roi, des gouverneurs des provinces de Languedoc, de Normandie, d'Anjou et du Maine, un premier gentilhomme de la chambre, un grand-maître de la garde-robe, plusieurs chambellans de nos rois, des capitaines de cinquante et de cent hommes d'armes, des généraux d'armées du pape, des cardinaux, des doyens du sacré collège et plusieurs évêques.

Cette généalogie a été dressée sur les titres les plus authentiques.
  1. Guillaume de CHATEAUNEUF, Ier du nom, seigneur de Châteauneuf et de Randon, et de plus de quatre-vingts paroisses ou châteaux en Gévaudan, en Vivarais et en Auvergne, qualifié Domicellus miles, vivant en 1050, eut pour sœur Artaude de Châteauneuf, femme de Pons de Brion, chevalier, à laquelle il fit une obligation de cinq mille cinq cents sols viennois, pour sa portion des biens du Vivarais. II eut quatre enfants :
    1. Angaris ou Acharis, dont l'article suit ;
    2. Bertrand, chevalier, qui fut prisent à la donation de Pierre du Fay, en 1077, en faveur de l'abbé de Pebrac, de la paroisse de Chassesac, en Vivarais ;
    3. Guérin, présent à la même donation ;
    4. Guy de Chateauneuf-de-Randon.
     
  2. Angaris ou Acharis de Chateauneuf-de-Randon, fit hommage en langue vulgaire à Guillaume évêque de Mende, de son château de Randon, avec toutes les forces qui y étaient contenues, en 1100. Il s'allia avec Marie d'Auvergne, fille du comte d'Auvergne, dont il eut :
    1. Guillaume, qui suit ;
    2. Guérin, mort en 1134.
     
  3. Guillaume de CHATEAUNEUF-DE-RANDON, II, seigneur de Châteauneuf, Comeras, le Chaylar-l'Evêque, Belveset, Puy-Laurens, Alties, et de la ville de Montfort, aujourd'hui Villefort, donna avec Elisabeth d'Epernon, sa femme, au mois de novembre 1150, le mas de Grosfau, aux-frères du Temple de Jérusalem, pour le repos de l'âme de Guérin, son frère ; et au mois de novembre 1156, pour la même raison, au Temple de Jalès, le mas de Grosvilar et la permission de faire paître tous les bestiaux dans les terres du diocèse de Mende. Il fonda les Dames bénédictines de l'abbaye de Mercoire, dans sa terre de Châteauneuf, qui étaient dotées de huit mille livres de rente. Il fit de grands biens aux moines de Langogne, et fonda plusieurs prieurés. Ses enfants furent :
    1. Guillaume, dont l'article viendra ;
    2. Guérin, seigneur d'Arsenc et d'une partie de Châteauneuf et de Randon, auteur de la branche des seigneurs et comtes d'Apchier, aussi illustre par les grandes alliances qu'elle a faites, que par les charges et les emplois distingués dont elle a été honorée ;
    3. Guy, seigneur de Laurac, Vernon, les Beaumes, de la moitié de Joyeuse et du comté de Grandpré, en Champagne, auteur de la branche des seigneurs de Joyeuse.
     
  4. Guillaume DE CHATEAUNEUF, IIIe du nom, seigneur de Châteauneuf et de Randon, Saint-Germain et autres places, épousa Guillemette de Saissac, en Vélay. Il fut père de :
     
  5. Guignes-Mechin DE CHATEAUNEUF, seigneur en partie de Châteauneuf, de Randonat et de plusieurs autres paroisses et châteaux qui épousa Marie d'Assumens, dont :
    1. Randon, qui suit ;
    2. Guillaume, archidiacre de Mende, et légat du Saint-Siège, que le comte de Toulouse fit assassiner ;
    3. Odilon de Guérin, auteur de la branche des seigneurs et barons du Tournel, rapportée ci-après ;
    4. Guignon, chef de la branche des seigneurs et vicomtes de Saint-Remeise, barons d'Alenc et autres places, rapportée plus loin.
     
  6. Randon de CHATEAUNEUF, seigneur en partie de Châteauneuf, de Randonat et autres places, épousa Marguerite d'Anduze, dame des Portes, de Luc, Pradelles Saint-Laurent-les-Bains, petite-fille de Guérin, qualifié prince de Luc. Il rendit hommage à l'évêque d'Uzès, en 1252, pour ce qu'il avait à Montfort et à Genouillac ; et, le 29 mai 1259, au prieur de Soubès, au nom de ses enfants mineurs, pour la terre des Portes, située dans les Cévennes. Il accorda, conjointement avec Odilon de Guérin de Châteauneuf, son frère, des exemptions aux habitants de Montfort, et de leurs autres terres. Il fonda les Jacobins de Genouillac, et fit de grands biens à l'abbaye de Chambons. Il eut guerre avec Etienne, évêque de Mende, qui fit marcher sur lui plusieurs soldats et deux cents cavaliers, commandés par le seigneur de Mercœur, lesquels détruisirent dix-huit de ses châteaux, ce qui l'obligea d'assiéger la ville de Mende, dont le seigneur de Mercœur lui fit lever le siège. Il eut aussi guerre avec Pons Ve du nom, seigneur de Polignac, son aïeul, dont il demandait la moitié de la succession, de même qu'Odilon de Guérin, son frère. Les différends furent terminés par les sentences arbitrales de Bernard de Montagu, évêque du Puy, et d'Armand de Peyre, prévôt de Notre-Dame du Puy. Ses enfants furent :
    1. Guillaume, dont l'article suit ;
    2. Bernard, dit l'Anduze, qui fut présent aux exemptions que son père et Odilon, son oncle, donnèrent aux habitants de Randonat.
     
  7. Guillaume DE CHATEAUNEUF, IV, seigneur en partie de Châteauneuf et de Randonat, fit hommage à l'évêque de Mende, le 6 mai 1263, et à l'évêque d'Uzès, pour la moitié de ce qu'il avait à Montfort, le 12 avril 1264. Il est. nommé le premier des barons qui se trouvèrent à l'assemblée tenue à Montpellier, le 25 janvier 1288, au sujet des différends survenus entre le roi et le pape Boniface VIII. Il testa, en 1303, et mourut la même année. Il eut de Valpurge, son épouse, fille d'Hugues, comte de Rodès, et d'Elisabeth de Roquefeuil :
    1. Randon, mort avant 1303 ;
    2. Marquese de Châteauneuf, dame de Châteauneuf, des Portes et de Luc, mariée avec Armand, vicomte de Polignac, mort le 29 avril 1277. Elle eut, en 1289, l'administration des biens de ses enfants, malgré Bernard, seigneur de Mercœur, et Pierre de Polignac, prêtre de Brioude, qui la lui disputaient. Elle confirma, le 17 janvier 1301, la vente que Guillaume de Randon, seigneur de Luc et des Portes, avait faite de son consentement, le 1er janvier précédent, à Jean de Bannes, archidiacre d'Uzès, de ce qu'il avait au château de Genouillac. Elle fit son testament en 1311, par lequel elle fit plusieurs legs à ses gentilshommes, ses écuyers, et à autant de demoiselles. Par le même acte, elle fit son second fils son héritier, et mourut la même année. C'est du mariage de Marguese de Châteauneuf avec Armand de Polignac, que descendent les seigneurs et vicomtes de Polignac.
Branche des seigneurs de Chateauneuf-de-Randon, seigneurs et barons du Tournel, prise au Ve degré.
  1. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDONAT, Ier du nom, troisième fils de Guignes Mechin, et de Marie d'Assumens, épousa Marguerite Guérin du Tournel, héritière de la baronnie du Tournel. De ce mariage naquit :
     
  2. Guignes-Mechin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, seigneur d'Altier et autres places, qui, selon l'usage du temps, prit le nom de sa principale terre, qui était celle du Tournel. Il épousa Vierne de Valergues, dont :
    a. Odilon, dont l'article suit ;
    b. Odilon de Guérin, chanoine de la cathédrale de Mende, dont il fut élu évêque. Il transigea avec saint Louis, roi de France, pour le château de Grefes.
     
  3. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, IIe du nom, seigneur et baron du Tournel, fut fait prisonnier par le vicomte de Polignac, au sujet de la guerre que son père avait eue avec lui pour la succession de Guillemette de Saissac. Il épousa Mirande de Montlaur, fille d'Hébrard, seigneur et marquis de Montlaur et de Marguerite d'Auvergne. De ce mariage vinrent :
    1. Odilon, qui suit;
    2. Hébrard de Guérin du Tournel, lequel fut présent avec son frère, à l'hommage qu'Hébrard de Montlaur rendit à Etienne, évêque de Mende.
     
  4. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF, IIIe du nom, seigneur et-baron du Tournel, damoiseau, fit hommage, le 11 février 1287, à l'évêque d'Uzès, pour la ville de Montfort, aujourd'hui Villefort. Il se trouva à l'assemblée des seigneurs de la province, convoquée à Montpellier, le 25 juillet 1288, pour concilier les différends du roi avec le pape Boniface VIII. Il épousa, le 3 juillet 1305, Eléonore de Canillac, dont :
    1. Guignon de Guérin de Châteauneuf, seigneur et baron du Tournel, marié avec Valergue de Polignac sa cousine au quatrième degré, dont il n'eut point d'enfants ;
    2. Odilon, qui suit.
     
  5. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF, IVe du nom, seigneur et baron du Tournel, succéda à son frère, mort sans enfants. Il reçut hommage à Montfort, le 20 juin 1320, d'Etienne d'Altier, chevalier. Il obtint, le 2 avril 1326, avec les autres barons du Gévaudan, une ordonnance du sénéchal de Beaucaire, contre la cour commune du Gévaudan, qui empiétait sur leurs droits. Il testa, le 9 mai 1363, et laissa d'Yolande de Simiane, fille de Guiraud, IVe du nom, marquis de Simiane, et de Matille d'Arpajon :
    1. Guignon, dont l'article suit ;
    2. Marguerite, mariée, en 1340, avec Bernard d'Anduze.
     
  6. Guignon de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel et autres places, épousa, le 12 avril 1365, Isabelle ou Elisabeth de Chalençon, fille de Guillaume, seigneur et marquis de Chalençon et de Valurge, vicomtesse de Polignac, dont :
    1. Armand, qui suit ;
    2. Marguerite, mariée, le 20 janvier 1375, avec Guillaume de Châteauneuf, comte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, et autres places.
     
  7. Armand de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, fit une inféodation aux habitants de Chambonnet, en 1389. Il pousa, le 14 septembre 1398, Marguese de Beaufort de Canillac, fille de N*** de Beaufort de Canillac et de Catherine Dauphine, dont :
    1. Pierre, dont l'article viendra ;
    2. Jeanne, mariée le 20 septembre 1416, à Antoine de Cardaillac, seigneur et marquis de Cardaillac, vicomte de Brioule ;
    3. Marguerite, mariée, le 23 mai 1420, à Louis de Sabran, baron d'Ansouis ;
    4. Éléonore, mariée, le 23 mai 1423, à Aldebert de Sabran, frère de Louis.
     
  8. Pierre de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, reçut un hommage de Pons de la Raisin, seigneur du Chambonnet, le 16 avril 1432. Il épousa, le 22 avril 1452, Louise de Crussol, dame d'Arsilan, fille de Giraut Bastel, IVe du nom, sire de Crussol, et d'Hélix de Lastic, gouvernante du Dauphin, fils du roi Louis XI. Il eut de ce mariage :
    1. Jean, dont l'article suit ;
    2. Gabrielle de Guérin de Châteauneuf, baronne du Tournel, après la mort de son frère, qui épousa, le 20 JUfl 1486, Sigismond de Chateauneuf-de-Randon, son cousin, vicomte de Saint-Remeise et autres lieux ;
    3. Anne, mariée, le 20 septembre 1472, avec Bérenger de Roquefeuil, seigneur et marquis de Roquefeuil.
     
  9. Jean de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, épousa, le 5 août 1485, Simonne, vicomtesse d'Uzès, fille de Jean ‘et d'Anne de Brancas, dont il n'eut point d'enfants.

Branche des seigneurs et vicomtes de Saint-Remeise, baron d'Alenc, prise au Ve degré.
  1. Guignon DE CHATEAUNEUF, seigneur et vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc et autres places, quatrième fils de Guignes. Méchin et de Marie d'Assumens, eut pour fils :
     
  2. Guillaume DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, 1er du nom de cette branche, qui fit hommage, en 1307, à l'évêque de Mende. Il eut de son mariage, contracté le 10 février 1320, avec Gillette de Tournon ;
    1. et 2. Lambert, qui suit, et Guignon. Ces deux frères firent aussi, en 1340, hommage à l'évêque de Mende, du lieu et baronnie d'Alenc, et ses appartenances, des lieux de Larsalier, Laprade, le Marsel, etc. ensemble de tout ce qu'ils avaient dans la paroisse de la Rouvière et d'une partie de Châteauneuf.
     
  3. Lambert DE CHATEAUNEUF, épousa, le 10 novembre 1355, Guignotte de Peyre, dont Guillaume, qui suit, en faveur duquel il fit son testament, le 10 juin 1357.
     
  4. Guillaume DE CHATEAUNEUF, Ier du nom, transigea, en 1390, avec les habitants du mandement d'Alenc, Laprade, Larselier, le Marsel, et d'une partie de Châteauneuf et autres lieux. II épousa, le 20 janvier 1375, Marguerite de Guérin du Tournel, de laquelle il laissa :
     
  5. Raimond DE CHATEAUNEUF, marié, le 10 septembre 1452, avec Jeanne de Senaret. Il testa, le 2 septembre 1459, en faveur de Sigismond, son fils, qui suit :
     
  6. Sigismond DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, vicomte de Saint-Remeise et autres places, épousa, comme on l'a vu plus haut, l'héritière de la branche de Châteauneuf, seigneurs et barons du Tournel, Gabrielle de Guérin de Châteauneuf, sa cousine, le 20 février 1486, qui lui apporta en dot la baronnie du Tournel. De ce mariage vinrent :
    1. Antoine, qui suit ;
    2. Jeanne, mariée, en 1312, avec le marquis de Féralt ;
    3. Marguerite, mariée, en 1514, avec Jean, seigneur et marquis de Lescure ;
    4. Marie, femme, en 1516, de Jean de Bruyères, marquis de Chalabre.
     
  7. Antoine DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, Ier du nom, coseigneur de Châteauneuf, marquis de Tournel, vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc et autres places, chevalier de l'ordre du roi, capitaine d'une compagnie de cinquante hommes d'armes, épousa, le 20 juin 1533, Élisabeth de Grimaldi Monaco, fille de Lambert, prince de Monaco, dont :
     
  8. Jean-Gaspard DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, seigneur en partie de Châteauneuf, marquis du Tournel, vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, gentilhomme de la chambre, chevalier de l'ordre du roi, capitaine d'une compagnie de cent hommes d'armes. Il épousa, le 10 septembre 1560, Magdeleine de Combret de Broquier-d'Arpajon, de laquelle il eut :
     
  9. Alexandre DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, Ier du nom, seigneur en partie de Châteauneuf, marquis du Tournel, comte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, chevalier de l'ordre du roi, et capitaine d'une compagnie de cinquante hommes d'armes. Il épousa 1. le 15 février 1593, Jeanne de Budos des Portes, sœur de la connétable de Montmorency ; 2. le 30 août 1595, Anne-Marie Pelet de Narbonne. Il eut de son second mariage :
    1. Antoine dont l'article suit ;
    2. Charles, chevalier de Malte.
     
  10. Antoine DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, IIe du nom coseigneur de Châteauneuf, marquis du Tournel, baron d'Alenc, chevalier de l'ordre du roi, mestre-de-camp d'un régiment de cavalerie, épousa, le 6 août 1635, Anne de Crusy Marsillac, nièce de Sylvestre, évêque de Mende, et abbé de la Chaise-Dieu, d'une maison qui a fourni plusieurs chevaliers et commandeurs à l'ordre de Malte. De ce mariage sont issus :
    1. Sylvestre, capitaine de cavalerie, mort à Nancy, au service du roi ;
    2. Alexandre, marquis du Tournel, capitaine de cavalerie, qui commanda la noblesse du Languedoc, à l'arrière-ban en 1694 et 1695, mort en 1696 ;
    3. Jean, dit le chevalier du Tournel, capitaine au régiment de Conti, tué à la bataille de Senef ;
    4. Adam, seigneur et prieur commandataire du prieuré de Sainte-Ennemie ;
    5. André, seigneur de Saint-Jean et du Bleymard, mort en 1697 ;
    6. Jacques-Timoléon ; coseigneur et comte du Tournel, baron d'Alenc, capitaine de cavalerie, qui épousa, le 29 mars 1699, Jeanne-Rose de Rousseau de Lanvaux de Diarnelé, en Bretagne, dont : a. Alexandre, mort jeune ; b. Louise-Claude, qui a hérité des biens de la maison du Tournel. Elle épousa Charles de Molette, marquis de Morangies, baron de Saint-Alban, seigneur de Villefort, de Gardeguerin, lieutenant-général des armées du roi ; c. Jeanne-Michelle, mariée, en Bretagne au mois de janvier 1729, avec Jean de Jourdain, chevalier et seigneur du Couedor
    7. Anne, dont l'article, viendra ;
    8. Anne, mariée, le 14 novembre 1653, avec Marc-Antoine-Grégoire, seigneur et baron de Saint-Sauveur, aïeule de feu N*** de Saint-Sauveur (écuyer du roi et de feu M. le Dauphin) ainsi que de l'évêque de Bazas, du chevalier de Saint-Sauveur, chef de brigade dans les gardes-du-corps, et, brigadier des armées du roi, et de Vital-Auguste, comte de Nozières ;
    9. Marie-Anne, morte en 1714.
     
  11. Anne DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, baron du Tournel, seigneur du mandement de Saint-Etienne du Val-Donné, Préfontaine, etc., capitaine de cavalerie, épousa Madeleine de la Roque du Marsel, dont il eut :
    1. Alexandre, prévôt de l'église cathédrale de Mende, prieur de Saint-Martin du Pin ;
    2. Pierre, mort sans alliance ;
    3. Guillaume, dont l'article suit ;
    4. Antoinette ;
    5. Françoise ;
    6. Marie-Anne, morte religieuse bernardine à l'abbaye de Mercoire.
     
  12. Guillaume DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON du Tournel, seigneur du mandement de Saint-Etienne du Val-Donné, Garjac, Préfontaine, d'Issinges, du Marazel de Nozières, coseigneur, d'Hispagnac, etc., dit le comte de Chateauneuf-Randon, capitaine de cavalerie au régiment de Clermont-Prince, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, épousa, le 19 avril 1755, Paule de Launay, fille de Louis et de Paule Pajerle, et nièce de M. de Saint-Vallery, receveur-général des finances de Flandres et du Hainault. De ce mariage sont nés :
    1. Alexandre, qui a continué la branche aînée, et dont l'article suit ;
    2. Antoine-Pierre, vicomte de Randon, qui fait la branche des vicomtes de Randon, nom primitif de cette maison ; cette branche est rapportée plus bas ;
    3. Marie, ne le 28 octobre 1756, morte.
     
  13. Alexandre, marquis de CHATEAUNEUF-RANDON, né le 19 octobre 1757, lieutenant-général des armées du roi, a épousé N*** du Roure de Chastel. De ce mariage sont issus :
    1. Aldebert ;
    2. Éléonore.
Branche des vicomtes de Randon, prise au dix-septième degré.
  1. Antoine-Pierre, vicomte DE RANDON, né le 27 octobre 1759, était capitaine de cavalerie attaché à la maison du roi, et s'est émigré en 1791 ; a fait la campagne dans l'armée des Princes, a aujourd'hui rang de lieutenant-colonel. Il est décoré de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et du Lys. Cette dernière décoration lui a été accordée par Sa Majesté Louis XVIII, à son avènement au trône. Il a épousé Marguerite Treuner de laquelle il a :
    1. Hermand-Frédéric ;
    2. Henri-Alphonse ;
    3. Charles ;
    4. Henriette-Eugénie.

Armes : « D'or, à trois pals d'azur, au chef de gueules. »
Supports, deux lions, et pour légende : Deo Juvante.

Nota. On voit que la maison de Châteauneuf-Randon, a formé les souches des illustres maisons de Joyeuse et d'Apcher, et qu'elle donne encore de nos jours naissance à la branche des vicomtes de Randon.


Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 200
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s

04 octobre 2011

Ville-la-Grand sur Gallica

L'histoire de Ville-la-Grand par Abel Jacquet est sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5834209d

AD 59 L'état civil du Nord en ligne

Après les tables décennales qui sont en ligne depuis 2008, c'est maintenant les actes d'état civil qui ont été numérisés à partir des microfilms des séries 5 Mi et 1 MiEC. Les microfilms 5 Mi sont dès à présents disponibles dans leur globalité. En revanche ceux de la série 1 MiEC n'ont pas tous encore été numérisés. La mise en ligne de la collection complète sera effective probablement durant l'année 2012.

L'adresse : http://www.archivesdepartementales.cg59.fr/

03 octobre 2011

Gedcomizer

Vous dépouillez ? Vous transcrivez des registres sous différents formats ? Vous voudriez reconstituer ces généalogies de villages ? Un nouveau logiciel est en train de naitre. C'est Gedcomizer de Michel Demorest, le créateur de Filiatus.

Pour en savoir plus : http://gedcomizer.yoctown.com/

02 octobre 2011

Doria Desfriches

DORIA DESFRICHES, famille noble d'extraction de Picardie, qui a établi ses preuves de noblesse le 16 août 1539.
  1. Arnault DESFRICHES, écuyer, seigneur de Villemanche, pour la preuve de la noblesse duquel on a produit plusieurs titres, entre autres, un partage, du 19 janvier 1472, des biens de M Pierre Desfriches, seigneur de Villemanche, Châtillon, Boisignon, leur bisaïeul, entre Arnault Desfriches et Pierre Desfriches ses enfants. On peut voir le Nobiliaire de Picardie, avec les notes de M. d'Hosier, généalogiste de France, et une transaction en parchemin, du 18 août 1498, entre Pierre de la Fontaine, écuyer, seigneur d'Ognon, et Arnault Desfriches, seigneur de Villemanche et Brasseuse, signée Desfriches, écuyer, et la Fontaine. Les autres titres plus anciens et plus modernes, ont été brûlés à Péronne chez une demoiselle Lafond, où ils avaient été déposés en 1791 par M. le comte de Castéja, gendre de M. le comte Doria qui les lui avait confiés, pour faire recevoir son second fils, François de Castéja, chevalier de l'ordre de Malte. On n'a réchappé que ceux qui ont été enfouis en terre et dans une malle ; il reste même à ces vieux livres des stigmates de leur séjour au sein de l'humidité.
     
  2. Pierre DESFRICHES, écuyer, seigneur de Brasseuse, dans le bailliage de Senlis, marié à Demoiselle Bienvenu de Louviers, de laquelle il eut plusieurs enfants, dont l'un fut chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ; l'aîné d'entre eux fut Pierre, qui suit :
     
  3. Pierre DESFRICHES, épousa, par contrat de mariage du 20 février 1577, demoiselle Suzanne de la Fayette, petite-fille du maréchal de ce nom. Il eut pour fils :
     
  4. Un autre Pierre DESFRICHES, qui épousa Catherine Doria, de la maison des Doria, l'une des premières de l'état de Gênes, passé en France avec la reine de Médicis, épouse de Henri IV, et dont l'oncle, capitaine de la galère de ladite princesse, resta en France, y acquit les terres de Cernoy et Noël Saint-Martin, près Clermont-Oise, qui, après Jean Doria son neveu, mort sans enfant, passèrent, par son testament du 8 juin 1630, audit Pierre Desfriches son beau-frère, à la charge de porter le nom et les armes de Doria, le fils aîné dudit Pierre Desfriches et de Catherine Doria, n'a laissé qu'une fille qui a été mariée à messire de Riancourt, seigneur d'Orival, père du marquis d'Orival, qui eut de demoiselle d'Angènes, son épouse, une fille unique mariée à M. le marquis de Verac, ambassadeur sous Louis XV. Ledit Pierre Desfriches, et Catherine Doria ont eu un fils nommé Antoine Desfriches, pour lequel il a été fait des preuves de noblesse pour entrer dans l'ordre de Malte, par procès-verbal du 25 août 1638, admises et signées par les commandeurs Potier, de Mesmes et de Meaux.
     
  5. François DESFRICHES-DORIA, écuyer, seigneur de Cernoy, Noël, Saint-Aubin, fut page du roi. Il épousa en premières noces demoiselle Madeleine de Moreuil, qui, par contrat de mariage du 5 mars 1646, lui fit don de la terre et seigneurie de Cayeux en Picardie ; et en secondes noces il épousa Anne de Moreuil, dont il a eu :
     
  6. François DESFRICHES, comte Doria, IIe du nom, qui a épouse Anne Dufos de Méri, fille de messire Dufos de Méri, seigneur de la Taule, dont est issu :
     
  7. André-Joseph DESFRICHES, marquis Doria, seigneur de Cernoy, Cayeux, Béthencourt, Payens ; capitaine de cavalerie au régiment de Fienne, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, marié en premières noces à demoiselle Anne de Colbert de Villacerf, nièce du grand Colbert ministre de Louis XIV. Elle est morte en 1723, et a été inhumée dans une chapelle des minimes de la Place-Royale.
     
  8. Marie-Marguerite-François-Firmin DESFRICHES, comte Doria, marquis de Payens, seigneur de Cayeux, Cernoy, Béthencourt, Ollé et autres lieux, ancien mousquetaire de la garde du roi ; s'étant trouvé sous les drapeaux de ce corps célèbre aux batailles d'Ettengen et de Lanfeld, avec toute la maison du roi, en 1743, et 1747, il a été couvert de blessures dans ces deux combats et laissé pour mort sur le champ de Bataille ; obligé de quitter le service à cause de ses blessures, il a obtenu la croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, à peine âgé de vingt-trois ans ; s'est retiré dans ses terres, où il est mort en 1795, à la suite d'une insurrection révolutionnaire, en sa qualité de noble. Il avait épousé 1. demoiselle Desfossés-Watteville, dame de Framerville-Belleuse, dont il a eu Marie-Françoise-Elisabeth Doria, qui a épousé messire Stanislas Biaudos de Castija, ancien colonel du régiment Royal Comtois, et lieutenant-général des armées du roi. En secondes noces il a épousé demoiselle Julie-Catherine-Alexis de Rougé, dont sont issues demoiselle Julie-Catherine- Joséphine Doria, dame religieuse au couvent de la Visitation, établi aujourd'hui rue des Postes, à Paris, et l'une des bienfaitrices de cette respectable maison pendant les tourmentes révolutionnaires, et Marie-Françoise-Gabrielle Doria, qui a épousé, en 1799, messire Armand-Désiré de Cornulier, gentilhomme breton, dont est issu messire Victor de Cornulier. En troisièmes noces, M. le comte Doria avait épousé demoiselle Françoise-Henriette de la Myre, chanoinesse, comtesse de Neuville, dont il a eu :
     
  9. Messire Stanislas-Philippe-Henri, comte Doria, seigneur de Cayeux, Ollé et autres lieux, qui a fait le service de garde à cheval lors de la rentrée des princes en 1814, aujourd'hui mousquetaire de la garde du roi, dans la seconde compagnie.

Cette famille, établie, très anciennement en Picardie, toujours mentionnée honorablement dans les Histoires d'Amiens, de Montdidier et dans tous les Nobiliaires de Picardie, a toujours fait de fort belles alliances.

Armes : « D'azur à la bande d'argent, chargé de trois défenses de sanglier de sable et de deux roues du second, n'ayant chacune que quatre rais, écartelé de Doria, qui est coupé d'or et d'argent, à un aigle de sable langue, membrée et couronnée d'or, brochant sur le tout. »

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 197
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+