02 septembre 2005

Nobiliaire de Provence : Fortia

Annuaire de la noblesse de France
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N0036591
pages 138 à 140

La maison de Fortia, dont le nom se prononce Forthia, est, selon plusieurs généalogistes, issue de Bernard de Fortia, général des armées du roi d'Aragon, en 1385. Elle est connue en Provence et au Comtat Venaissin par les services distingués qu'elle a rendus, depuis quatre siècles, dans les armées et la magistrature. La filiation commence à Jean de Fortia, décédé en 1493, laissant de riches dotations aux hôpitaux de Montpellier et au couvent des frères mineurs de Saint-François dit des Cordeliers.

Marc Antoine de Fortia, fils de Jean, fit, à l'exemple de son père, divers legs en faveur des couvent et des pauvres. Sa descendance a formé plusieurs branches. Bernard, l'aîné de ses fils, continua la ligne directe éteinte en 1760, dans la personne de Jean-Joseph de Fortia, capitaine au régiment de Condé, cavalerie, et chevalier de Saint-Louis.

Jean de Fortia, frère puîné de Bernard, fut l'auteur de la ligne cadette, qui se partagea en trois branches :

I. Celle des marquis d'Urban, qui s'est éteinte il y a quelques années par le décès d'Agricole Joseph François Xavier Pierre Esprit Simon Paul Antoine, marquis de Fortia d'Urban, né en 1756, sorti de l'école royale militaire en 1773, nommé par le souverain pontife colonel du Comtat Venaissin. La révolution lui ayant enlevé cette charge, il quitta le service militaire pour s'adonner à l'étude des belles-lettres, et publia un grand nombre d'ouvrages sur l'histoire et l'archéologie. Cette branche, alliée aux Vitalis, aux Rocquart, aux Vissec de la Tude, a produit un grand nombre d'officiers qui se sont distingués dans les guerres des règnes de Louis XIV et de Louis XV.

II. Celle des marquis de Montréal, qui s'allia aux maisons de Seytres-Caumont, de Thezan, de Louet-Nogaret, de Sassenage, de Vogué, et se fondit dans la maison des ducs de Gadagne, en 1749, par le mariage de Françoise Gabrielle Charlotte de Fortia, avec Joseph Louis Marie de Galéan, duc de Gadagne. Elle avait pour auteur Jean de Fortia, né en 1553, qui reçut en partage la terre de Montréal en Dauphiné. A cette branche appartenaient Paul de Fortia, qui servait dans la marine, et commandait, en 1636, une galère appelée la Montréal ; Gaspard de Fortia, fils du précédent, blessé au combat de Gènes, en 1638, et nommé capitaine de galère, l'année suivante, sur la démission de son père.

III. Celle des ducs de Fortia, marquis de Piles, issue de Paul de Fortia, baron de Baumes, seigneur de Piles, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi Henri IV, en 1595. On compte parmi ses rejetons Louis de Fortia, officier de marine, qui eut le malheur de tuer en duel le fils du poète Malherbe, en 1627 ; Pierre-Paul de Fortia, baron de Baumes, frère de Louis, et colonel d'un régiment d'infanterie, qui prit le nom de Piles; Toussaint Alphonse de Fortia, marquis de Piles, aide de camp du maréchal de Villars, chevalier de Saint-Louis, né en 1714; par bulle du 14 juin 1775, le pape Pie VI érigea en sa faveur la baronnie de Baumes en titre de duché sous le nom de Fortia. Cette branche s'est éteinte en la personne d'Alphonse Toussaint Joseph André Marie Marseille, comte de Fortia de Piles, né en 1758. Il servait en qualité de sous-lieutenant au régiment du roi, infanterie, lorsque la révolution de 1789 amena la dissolution de ce corps, et il fut nommé chevalier de Saint-Louis. Il avait épousé, en 1786, une fille du président à mortier de Cabre de Roquevaire, dont il eut Alphonsine Marie Reine Caroline de Fortia de Piles, mariée 1° en 1809, à Jean-Paul de Laidet; 2° à Edouard de Malijay. De la première union était issu Alfred Jules Alphonse de Laidet, qui a été autorisé, par ordonnance royale du 21 août 1816, à ajouter à son nom patronymique celui de Fortia. Mais il est décédé à l'âge de douze ans, à Marseille, le 10 février 1824.

ARMES : d'azur, à la tour d'or, crénelée et maçonnée de sable, posée sur un rocher de sept coupeaux de sinople, mouvant du bas de l'écu. (Voyez pl. 2 du Nob.) -- Couronne ducale. -- Supports : deux lions. -- Devise TURRIS FORTISSIMA
VIRTUS.

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+