19 août 2008

Branches et rameaux de la maison d’Abzac

  1. La branche des marquis de la DOUZE, qui est l’aînée de toutes celles qui subsistent encore, a été formée par Olivier d’Abzac, marié le 28 mars 1400, avec Jeanne de Barrière ; elle compte dix degrés jusqu’à François d’Abzac, dit le marquis Deverg, marié le 2 avril 1688, avec Marie-Thérèse de Taillefer, et mort sans postérité, en 1698.

  2. La branche de REILLAC et MONTANCES, devenue aujourd’hui l’aînée, a été formée par Pierre d’Abzac de la Douze, qui se maria le 2 décembre 1612, avec Marie de Jay, et qui avait pour père et mère, Gabriel d’Abzac de la Douze, chevalier de l’ordre du roi, et dame Antoinette de Bernard de Vieilleville ; elle existe dans la personne de deux frères, qui font le septième degré depuis la séparation de leur branche, et dont l’aîné est veuf sans enfants de mademoiselle de Fayolle. Le cadet, M. Alexandre d’Abzac, a épousé mademoiselle de Bouillac, dont un enfant.

  3. Le rameau de GOUDEAUX-SUR-L’ISLE, a été formé par M. Gantonnet-Michel d’Abzac, dit le vicomte de la Douze, capitaine dans le régiment des Carabiniers, chevalier de Saint-Louis, encore vivant, qui, de mademoiselle Tropet, son épouse, a trois enfants.

  4. Le rameau de PEYRAMOND et MONSAC, a été formé par Foucaud d’Abzac, deuxième fils de Gabriel I d’Abzac, seigneur de la Douze et d’Antoinette de Bernard de Vieilleville ; Il a eu de Louise de Bosredon, sa femme, deux enfants, dont on ignore le sort.

  5. La branche des seigneurs de MAYAC, VILLAUTRANGES et MAILLEREY, commence à Guillaume d’Abzac ; marié vers l’an 1476, avec Antonie, ou Antoinette de la Cropte ; il était le cinquième fils de Guy d’Abzac, seigneur de la Douze et d’Aymé de Montlouis. Elle s’est éteinte de nos jours, et au dixième degré, dans la personne d’Antoine-Louis d’Abzac de Mayac, émigré, mort à l’armée de monseigneur le prince de Condé, marié le 9 juin 1776, avec demoiselle Marie-Louise-Charlotte comtesse de Custine, dont il n’a pas eu d’enfants. Il ne reste de cette branche, que deux femmes, madame l’abbesse de la Règle, et madame de Foucauld, sa nièce.

  6. Le rameau de LIBOURNE est sorti de Mayac, et a été formé par François d’Abzac, sixième fils d’Henri, seigneur de Mayac, et de Marie-Benoite de Saunier, marié le 30 mai 1749, avec demoiselle Philippe le Blanc. Son fils, qui est le dernier rejeton, est mort, il y a six mois, sans avoir été marié. Sa mère lui survit, et il laisse une sœur, mariée, sans enfants.

  7. La branche de LIMEIRAC et SARRAZAC, commence à François d’Abzac, deuxième fils de François d’Abzac, seigneur de Mayac et de Souveraine de Paleyrac, lequel se maria le 3 juin 1561, avec demoiselle Louise Jain du Bois. Cette branche a fourni sept degrés, et existe encore (quoiqu’à la veille de s’éteindre) dans la personne de deux frères, dont l’aîné, Pierre-Marie, dit le vicomte d’Abzac, écuyer ordinaire du roi en la grande écurie ; il a fait la campagne dans l’armée des Princes, comme officier dans les Mousquetaires, a été marié deux fois ; 1.0 le 10 août avec demoiselle Marie-Biaise de Bonneval ; 2.° avec N*** de Coquart, veuve du dernier rejeton de la branche de d’Abzac de Juvénie ; il n’a pas eu d’enfants de ces deux femmes. Son frère, nommé le baron d’Abzac, qui est à la tête du haras de Pin, n’a pas été marié. Il a fait aussi la campagne dans l’armée des Princes, comme garde-du-corps.

  8. Rameau de MASVIEUX, issu des seigneurs de Sarrazac et de Limeirac, sur lequel on n’a presque pas de renseignements.

  9. La branche de VILLARS et SAINT-PARDOUX sort de Mayac, et a été formée par Guy, ou Guinot d’Abzac, deuxième fils de Pierre d’Abzac, seigneur de Mayac, et de Marguerite de Salignac ; elle a fini au cinquième degré, dans la personne de Renée-Françoise d’Abzac, mariée en 1701, avec Claude d’Aloigny, seigneur du Puy-Saint-Astier.

  10. La branche de PRESSAC, en Angoumois, sortie de celle de Saint-Pardoux, a été formée par Raimond d’Abzac, troisième fils de Guy d’Abzac, seigneur de Villars et Saint-Pardoux, et de Louise Brun de la Valade ; elle a formé cinq degrés, et a fini dans la personne de Marie-Gabrielle d’Abzac, héritière de Pressac, mariée le 24 avril 1754, avec Thomas d’Aloigny, seigneur du Puy-Saint-Astier.

  11. La branche de FONTLADIER, et de Tuffas en Angoumois, est sortie de celle de Villars, et a été formée par Jaques d’Abzac, deuxième fils de Guy, seigneur de Villars et de Louise Brun de la Valade, lequel épousa, le 3 décembre 1612, Catherine le Poivre, dont ii eut Isaac d’Abzac, dont le sort est ignoré.

  12. La branche de la COMBE, la VALADE et la ROBERTIE, en Angoumois, sort aussi de celle de Villars, et commence à Hélie d’Abzac, troisième fils de Guy d’Abzac, seigneur de Villars et de Louise Brun de la Valade, qui se maria le 10 mars 1621, avec demoiselle Marie Chevalier, dont provint Raimond d’Abzac, qui épousa, en 1657, Marie de Valvire. On ne connaît pas la suite de cette branche.

  13. La branche de CAZENAC, sort de celle de Mayac, et a été formée par Bardin d’Abzac, troisième fils de Pierre d’Abzac, seigneur de Mayac, et de Marguerite de Salignac, lequel se maria le 5 avril 1592, avec Françoise de Cazenac, dame du lieu de ce nom. Le chef actuel de cette branche, époux de mademoiselle de Soire, a plusieurs enfants.

  14. La branche d’AURENCE et de BIGAROQUE, est issue de celle de Cazenac, et a été formée par Charles d’Abzac, deuxième fils de Bardin d’Abzac et de Françoise de Cazenac, lequel épousa demoiselle Berthonneau. On ignore l’état actuel de cette branche.

  15. La branche de FALGUEYRAC, issue des seigneurs d’Aurence, a été formée par Jacques d’Abzac, troisième fils de Charles d’Abzac et de Marie Berthonneau, qui épousa, le 2 janvier 1684, Françoise d’Abzac. Cette branche subsiste encore en trois frères, dont le second, nommé Joseph d’Abzac, officier au régiment de Picardie, a émigré et servi à l’armée de monseigneur le prince de Condé ; il a épousé mademoiselle d’Uzech, héritière de Montastruc, dont il a eu cinq filles, non mariées ; il a un frère nommé François, officier au régiment de Champagne, qui a servi dans l’armée de monseigneur le duc de Bourbon.

  16. La branche de MONDIOL, a été formée par Henri d’Abzac, écuyer, successeur de Mondiol, marié le 1er octobre 1639, avec Anne de Baisselance ; il était le troisième fils de Bardin d’Abzac et de Françoise de Cazenac. On ignore l’état actuel de cette branche, ainsi que celui de la branche de TREVY, qu’on assure avoir la même origine.

  17. La branche établie en IRLANDE descend de Marc d’Abzac, frère puîné du seigneur de Mondiol, lequel sortit de France à l’époque de la révocation de l’édit de Nantes, et se réfugia en Irlande ; il avait épousé Marie d’Abzac de la branche de la Boissière.

  18. La branche de BEAUREGARD, sortie de celle de la Douze, a été formée par Jean d’Abzac, troisième fils d’Olivier d’Abzac, seigneur de la Douze, et de Jeanne de Barrière, lequel se maria en 1428, avec demoiselle Philippe de Fayolle de Beauregard. Cette branche a fini au quatrième degré, dans la personne de Jeanne d’Abzac, mariée le 15 juillet 1515, avec François d’Aubusson, seigneur de Castelnouvel en Limousin.

  19. La branche de MONTASTRUC, a pour auteur Jean d’Abzac, dit Pochy, deuxième fils de Bertrand d’Abzac et de Jeanne de Beynac, qui se maria avec Hélène de Montferrand. Cette branche a fini au quatrième degré par plusieurs filles, dont les deux aînées ont épouse, l’une Bertrand de Ferrand, écuyer, seigneur de Veyran, le 20 janvier 1583 ; et l’autre Galien de Ferrand, écuyer, seigneur de Peyran.

  20. La branche de la FERRE et CAMPAGNAC, sort de celle de Montastruc, et a été formée par Gaston d’Abzac, deuxième fils de Jean II d’Abzac, seigneur de Montastruc et de Gabrielle Cochet, lequel épousa, le 22 mai 1531 demoiselle Charlotte de Campagnac. Cette branche a formé sept degrés, et a fini dans la personne de Joseph d’Abzac, seigneur de la Ferre, mort émigré à l’armée de Condé. Le rameau de Campagnac sort de la branche de la Ferre, et a été formé par Laurent d’Abzac, deuxième fils de Gabriel d’Abzac, seigneur de la Ferre et de Campagnac, et de Françoise de Beaumont. On ignore son état actuel.

  21. La branche de BELLEGARDE a été formée par Jean d’Abzac, dit Pitro, troisième fils de Bertrand d’Abzac et de Jeanne de Beynac, lequel fut marié deux fois ; 1.° avec Rixende de Boscmorel ; 2.°, en 1477 avec Gilberte de Royère. Cette branche a fait cinq degrés, et s’est fondue dans celle de Montastruc, par le mariage de Marquese d’Abzac, fille aînée et principale héritière de Bertrand II d’Abzac, seigneur de Bellegarde, avec François d’Abzac, seigneur de Montastruc.

  22. La branche des seigneurs de la FORÊT, la BOISSIÈRE, ou du BUGUE, est sortie de celle de Bellegarde, et a été formée par Gaston d’Abzac, deuxième fils de Jean II d’Abzac, seigneur de Bellegarde, lequel épousa, vers, l’an 1505, demoiselle N*** de Beaudel, fille du seigneur de Cardon. Cette branche a formé huit degrés, et existe encore dans la personne d’ Henri-Venance-Augustin d’Abzac, seigneur de Puymége, ancien capitaine au régiment d’Auxerrois infanterie, et employé en qualité de major aux îles du vent de l’Amérique ; il est chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, a émigré, et fait la campagne de 1792 dans l’armée de monseigneur le duc de Bourbon ; marié, le 15 juillet 1777, avec demoiselle Louise-Renée-Rose de Cacqueray de Valmenier, dont il a plusieurs enfants.

  23. La branche des barons de JUVENIE, en Limousin, descend de celle la Forêt, et a été formée par Gaston d’Abzac, deuxième fils de Josue d’Abzac et d’Anne de Besco, lequel épousa Peyronne de Bar de la Gazaille. Le dernier de cette branche a épousé demoiselle N*** de Cocquart, dont il n’a pas eu d’enfants ; il est mort en détention en 1794, laissant une sœur ; et sa veuve s’est remariée en 1804 à M. le vicomte d’Abzac de Limeirac.

  24. La branche de la PRADE, de VERDUN, ou CASTILONNES, descend de Gantonnet d’Abzac, quatrième fils d’Aimar d’Abzac, seigneur de la Douze et de Guillemette de Boniface ; lequel épousa, avant l’an 1450 demoiselle Catherine de Sort. De lui descend au onzième degré Aubert-Jean-François-Gery, marié le 11 novembre 1788, à mademoiselle Marie-Anne-Julie de Chabans de la Chapelle Faucher, dont il a des enfants.
Armes de la maison d’Abzac

Au 1er° et 4e d’argent à la bande d’azur, brisée en cœur, à un besan d’or. A la bordure d’azur, à huit besans d’or. Au 2e et 3e d’azur à la fasce d’argent, accompagnée de six fleurs de lys d’or, 3, 3 ; sur le tout, de gueules à trois léopards d’or.

On les trouve ailleurs blasonnées de la sorte :

Au 2e et 3e d’or à la fasce de gueules, accompagnée de six fleurs de lys d’azur, qui est de Barrière. Au 1e et 4e d’argent, à la bande d’azur, chargée d’un besan d’or. A la bordure besantée d’or, et sur le tout de gueules à trois léopards d’or.

Cimier, une reine de Chypre issante. Supports : deux sphynx ailés, aux armes ci-dessus.

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 190
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

1 commentaire:

Peter de Loriol chandieu a dit…

La maison Abzac de la Douce sevit actuellement en Angleterre sous le nom 'd'Abzac'

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+