12 juin 2010

Ornezan

Cette maison, connue dès la fin du XIIIe siècle, est originaire du comté d'Astarac, dans le bas Armagnac, où elle possédait la terre d'Ornezan et celle de Saint-Blancard. Le Père Anselme, qui a donné sur cette famille une notice généalogique fort incomplète, croit d'après des mémoires qu'elle s'est appelée primitivement d'Orbessan, du nom d'une troisième seigneurie située dans le même comté. Il cite au nombre de ses premiers auteurs : Bernard d'Orbessan, chevalier, qui transigea avec le comte de Comminges en 1276 et en 1293 ; Pierre d'Orbessan, seigneur d'Ornezan et de Saint-Blancard, qui figure dans un acte de 1327 ; Pierre d’Ornezan, qui rendit hommage au comte d'Astarac en 1359 ; Bertrand d’Ornezan, évêque de Pamiers en 1380 ; Savaric d'Ornezan, évêque de Lombez, 1512-1528. Mais il ne commence la généalogie qu'à Bernard, qui suit :
  1. Bernard d'Ornezan, baron de Saint-Blancard au diocèse de Lombez, épousa Cebellie de Cedos, qui fit son testament à l'Isle-en-Jourdain, le 17 septembre 1415. Ses fils furent :
    1. Bernard d'Ornezan, dont l'article suivra ;
    2. Arnaud-Guilhelm d'Ornezan, qui forma la branche des seigneurs et barons d'Auradé, alliée aux maisons de Barthes, de Faudoas, de Durfort, etc., et dont le dernier rejeton, Marguerite d'Ornezan, dame d'Auradé, épousa Amalric de Narbonne, marquis de Fimarcon, fils de Jean de Narbonne, seigneur de Fimarcon, et de Paule de Narbonne. Devenue veuve le 8 août 1622, elle mourut à Toulouse, le 28 avril 1627. (Voyez pour la généalogie de cette branche le Père Anselme, tome VII, pag. 926).

  2. Bernard d'Ornezan, seigneur de Saint-Blancard, reçut conjointement avec son fils quittance de la somme de deux mille cinq cents moutons d'or, qu'il devait à son gendre, Guillaume Rigaud, seigneur de Vaudreuil, de Cabujol et de Trémolet. Ses enfants furent :
    1. Jean d'Ornezan, qui suivra ;
    2. Séguine d'Ornezan, mariée en 1439 à Guillaume Rigaud, seigneur de Vaudreuil.

  3. Jean d'Ornezan, seigneur de Saint-Blancard, fut présent à l'acte du 30 août 1474, rapporté ci-dessus, et au mariage de son cousin germain Jean d'Ornezan, seigneur d'Auradé, avec Florette de Faudoas, en octobre 1482. Il fit un bail de quelques pièces de terre à quatorze habitants de Simorre, le 9 juin 1410. Il avait épousé Jeanne d'Astarac, dame de la Barthe, de Sauvetene, de Gaujac et de Savailhan, fille de Bertrand d'Astarac, seigneur des mêmes terres, et de Jeanne de Montesquiou, dame de la Barthe en Astarac. Il eut de celte union :
    1. Bertrand d'Ornezan, qui a continué la descendance ;
    2. Bernard d'Ornezan, abbé de Nisors et de Feuillans, évêque de Lombez, de 1528 à 1537 ;
    3. Sibylle d'Ornezan, femme de Jean de Saint-Lary, seigneur dudit lieu et de Montblanc ;
    4. Jeanne d'Ornezan, mariée le 17 juin 1501 à Bertrand de Béon, seigneur de la Palu en Astarac.

    Le Père Anselme, trompé par les mémoires qui lui avaient été communiqués, dit qu'un cinquième enfant de Jean, Madelon d'Ornezan, commandant de quatre galères du roi, fut père de Bernard d'Ornezan, seigneur de Montagu, qui disputa la terre de Saint-Blancard et tout l'héritage de sa branche à la maison de Gontaut-Biron, malgré la substitution rapportée plus loin. Mais, comme l'établit le jugement de maintenue des intendants de Provence, Bernard était fils de Bertrand, qui suit :

  4. Bertrand d'Ornezan, baron de Saint-Blancard, marquis des Isles-d'Or, maître d'hôtel de François Ier, amiral des mers du Levant, nommé général des galères en 1521, épousa, le 14 septembre 1505, Jeanne de Comminges Puyguilhem, dont il eut, d'après le jugement de maintenue du 22 novembre 1667, trois enfants :
    1. Bernard d'Ornezan, baron de Saint-Blancard, nommé par brevet du 6 avril 1543 capitaine de Brégançon (fort situé près de Collobrières), puis gouverneur de Sisteron, et en 1553 capitaine des galères du roi, épousa Philiberte d'Hostun. Il fit le 2 novembre 1556 un codicille par lequel il substitua sa femme à ses deux filles, en cas qu'elles décédassent sans postérité. a. Jeanne d'Ornezan, l'aînée, dame d'Ornezan et de Saint-Blancard, épousa Armand de Gontaut, dit le Boiteux, baron de Biron, maréchal de France, et lui apporta en dot la terre de Saint-Blancard, dont le nom est encore porté par ses descendants ; b. Anne d'Ornezan, la cadette, épousa, en 1556, François de la Jugie, baron de Rieux, chevalier des ordres du roi ;
    2. Bertrand d'Ornezan, qui suit ;
    3. Madeleine d'Ornezan, mariée, le 2 septembre 1515, à Lancelot de Vignoles la Hire, seigneur et baron de Vignoles, de Bordes et de Casaubon. C'est un des aïeux de ce chevalier qui figure dans l'histoire de Charles VII et dont le nom a été donné à l'un des valets des jeux de cartes.

  5. Bertrand d'Ornezan, deuxième du nom, baron de Montaigu, dont le Père Anselme ne fait pas mention, était gouverneur de Sisteron en 1562, et reçut provision de la charge de maître d'hôtel du roi Henri III, par lettres patentes du 16 septembre 1563. Il avait épousé : 1° Louise de Baratier, par contrat du 3 octobre 1563, passé devant Gerardy, notaire à Valerne ; 2° Jacobe des Granges. Il fit son testament par acte notarié du 26 septembre 1588. Du premier lit il laissa :
    1. Jean d'Ornezan, coseigneur de Vaumeilh, qui épousa, le 12 novembre 1589, Jeanne Bougerel, fille de Pierre Bougerel, écuyer, sieur de Valaury ou Valory, dont il eut Pierre d'Ornezan, maintenu le 22 novembre 1667 sur preuves établissant sa filiation comme ci-dessus. Il mourut sans postérité ;
    2. François, qui continuera la filiation.

  6. François d'Ornezan, écuyer, coseigneur de Vaumeilh, épousa, le 14 février 1599, Anne de Perissol, fille de Claude de Perissol, seigneur du Port. Il fut maintenu dans sa noblesse par jugement du 4 juin 1608, et obtint deux sentences des commissaires des francs-fiefs le 16 février 1612 et le 5 juillet 1615. Avant de partir pour la campagne d'Italie, qu'illustra si tristement le désastre de Pavie, il fit son testament le 7 février 1625, et laissa de son mariage :
    1. Claude d'Ornezan, dont l'article suivra ;
    2. Balthazar d'Ornezan, légataire de son père.

  7. Claude d'Ornezan, écuyer, seigneur de Vaumeilh et de Méraux, assigné en production de ses preuves de noblesse avec son cousin germain Pierre d'Ornezan, obtint un jugement de maintenue du 12 novembre 1667. (Nobil. de Provence ; Mss. de la Bibl. imp.) Il avait épousé Catherine de Chieusse, dont il eut :
    1. Jean d'Ornezan, qui suit ;
    2. Claire d'Ornezan, reçue au monastère de Sainte-Ursule de Sisteron le 7 novembre 1660.

  8. Jean d'Ornezan, seigneur de Vaumeilh, est mentionné dans les preuves de noblesse fournies en 1777 devant l'assemblée générale de la province pour la dotation de Catherine-Guillelme-Élisabeth d'Ornezan, son arrière-petite-fille.

  9. Claude d'Ornezan, seigneur de Vaumeilh, fils du précédent, est mentionné dans les mêmes preuves de 1777, par lesquelles on voit qu'il fut père de :
    1. André d'Ornezan, qui continua la descendance ;
    2. Elisabeth d'Ornezan, qui figura au contrat de mariage de sa nièce avec Joseph Ardoin.

  10. André d'Ornezan, seigneur de Vaumeilh, épousa Henriette de Vial, fille de Pierre-Jacques de Vial de Saint-Pierre, capitaine au régiment de Champagne et d'Henriette de Flotte, et sœur de Françoise de Vial, mariée à M. de Camargue, et de Benoite, mariée à François-Hyacinthe de Vitalis. André d'Ornezan eut six filles de cette union :
    1. Françoise-Henriette-Anne d'Ornezan, née le 18 septembre 1755, reçue religieuse au couvent de la Miséricorde, à Aix, le 10 juin 1776.
    2. Catherine-Guillelme-Élisabeth d'Ornezan, née à Vaumeilh, le 22 mars 1757, filleule d'Augustin d'Aigremont et de Marie-Anne d'Hermite du Castellard, fut dotée de dix mille livres par l'assemblée générale des états de Provence, en vertu de la fondation, faite par le président de Saint-Vallier. Elle épousa, le 2 juin 1777, Joseph Ardoin, dont elle eut plusieurs enfants. L'aîné, Jacques-Joseph-Augustin-Anne Ardoin, fut député des Hautes-Alpes en 1815 et en 1837 ;
    3. Ursule d'Ornezan ;
    4. Benoîte-Dorothée d'Ornezan ;
    5. Marie-Rose-Madeleine d'Ornezan ;
    6. Ursule-Apollinaire d'Ornezan.
Armes : d'azur, au lévrier rampant d'argent.



Ce sont les armes qu'a toujours portées la branche de Provence. Le Père Anselme donne à la maison d'Ornezan pour blason : d'azur, au lion d'or. Mais ayant fait son travail sur des mémoires qui lui ont été communiqués plus d'un siècle après l'extinction des seigneurs d'Auradé, les seuls dont il ait connu l'existence, il s'est évidemment trompé. Nous ferons remarquer en passant qu'il donne pour le mariage de Jean d'Ornezan avec Florette de Faudoas deux dates différentes, le 14 et le 24 octobre 1482, et qu’il appelle Jean d'Ornezan seigneur de Saint-Plancat au lieu de Saint-Blancard (tome II, pag. 623).

Source : Annuaire de la noblesse 1868 page 174
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365968

Voir aussi :

6 commentaires:

Anonyme a dit…

je dispose d'un document généalogique concernant cette famille et qui date du,05 juillet 1772.

Gilles a dit…

Je ne sais pas de quel type de document il s'agit mais si vous souhaitez le partager sur ce blog, vous pouvez me l'envoyer à gilles_guy_dubois@yahoo.fr Merci

Anonyme a dit…

Il s'agit d'un certificat de noblesse d'André d'Ornézan délivré en 1772, actuellement en vente sur ebay / petites annonces, pour 9500 euros à débattre par Philrich Hyères.
A force d'écouler tous ces doc. il va finir par être Rich Phil

Gilles a dit…

Oui j'ai vu. Je trouve que c'est un peu cher mais je ne connais la valeur de ce genre de document...

Anonyme a dit…

Un peu cher, c'est le moins que l'on puisse dire, ça en est même risible. Bon ! s'il trouve un gogo. Il serait par ailleurs intéressant d'en connaître la provenance.

Anonyme a dit…

XII. Bertrand, De. Faudoas nommé au Testament de son pere. On ne trouve autre chose de lui.
XII. Flore Tte De Faudoas-épousa par Cono R NE z A N trat passé au château d'Avensac le 24. Octobre 1482. seau, au lyon j>0rjtexdn Seigneur d'Auradé , fils (.YArnaud-Cudlem d'Or
A'or, &noa point V. & 7
d'or à trois faces nez,an , Seigneur d Aurade au Dioceíe de Lombcz. Cette de gbi^onalnT' ^amc étoit une des ayeullcsde Marguerite d'ornezajt Dame quelques-uns. d'Auradé , femme d'Amaury de Narbonne Seigneur de Fimarcòn, & de Catherine d'Ornez.an, qui épousa en premières noces G iles de Montai Baron de Roquebrou, & de Car
bonnicres > bonnìeres; & en secondes noces le 5». Juin 1581. Antoine Seigneur de Roquelaure, Maréchal de France. Cette famille tiroit son nom de la terre d'Ornezan au Diocèse d'Auch , dont rheritierc Jeanne d'Ornezan, fille de Bertrand Seigneur d'Ornezan , & de Saint Blancard , & de Philibcrtc d'Autun, épousa Armand de Gontaut Baron de Biron , Maréchal de France , pere de Charles de Gontaut Duc de Biron, Pair & Maréchal de France. L'Eglife a eu trois Prélats de cette ancienne maison : sçavoir, Bertrand d'Ornezan Evéquc de Painiers l'an 1380. Savaric d'Ornezan Evêque de Lombez, depuis 1512. jusqu'en 1528. que Bertrand d'Ornezan de Saint Blancard lui succéda en cet Evêché.
XIì. Agnez De Faudoas est nommée Huguette dans le Testament de fa mere, & Agnes dans son Contrat de mariage , peut-étre avoit-ellc les deux noms. Elle épousa Bernard de Lambes , fils & Arnaud de Lambes Seigneur de Savignac. Leur Contrat de mariage fut reçu dans l'Eglifc de Saint Michel de Samatan Diocèse de Lombcz le 29. Décembre 1488. par Laurens Bcrnadelli & Dominique de Bonnemaison, Notaires de Lombez : presens Jean de Corneillan Prévôt de l'Eglise de Lombez , Antoine d'Auxonne Chanoine de la même Eglise, Frère Jean de Rolhac , Chevalier de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem Commandeur du Planté, François de Roquelaure Seigneur de S. Aubin , Jean de Monlezun Seigneur d'Anfan, & de Blanqucfort & autres.

Anne 1724, Histoire Geneologique de la Maison du Falga