25 juin 2005

De Champorcin

D'après un document provenant des Archives Municipale de Digne transmis par Gérard Planson. A PRENDRE AVEC PRECAUTION, voir ce commentaire.

Dessin de Jean-François Binon publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb
DE CHAMPORCIN
PIEMONT, PROVENCE, COMTAT-VENAISSIN ET ALLEMAGNE

BARONS DE CHAMPORCIN, SEIGNEURS DE LA JAVIE
DE CHANDOL, DE SAINTE-COLOMBE, D'ORAISON, D'HAUTERIVE
ET AUTRE LIEUX.


ARMES : D'azur, a un cor de chasse d'or, virolé et lié du même, surmonté à droite d'une croix de Lorraine aussi d'or et â gauche d'une épée d'argent, la pointe en haut. TENANTS : Deux génies, l'un tenant une épée d'argent haute, l'autre un cor de chasse d'or. COURONNE : De Baron. CIMIER : Une croix de Lorraine d'or. - DEVISE : Signo; manu, voce vinces.

La noble et ancienne famille de DES MICHELS DE CHAMPORCIN, l'une des plus distinguées et des plus considérables de la noblesse de Provence, est originaire du Piémont, où elle était déjà connue au treizième siècle.

Jean, MICHAELIS ou DES MICHELS, exerçait l'office de juge mage du comté de Piémont en 1296; il assista en cette qualité aux hommages et reconnaissances, qui furent rendus dans la ville de Démont, à Robert, fils de Charles II, roi de Naples, comte de Provence et de Piémont, en présence de Raimond des Baux, sénéchal de Provence, après la donation que le roi son père lui en avait faite, à Naples, le 20 avril 1309.

Les descendants de Jean DES MICHELS passèrent en Provence, et leur antique noblesse de race leur fut confirmée le 20 janvier 1456, par lettres patentes de Jean, duc de Calabre, fils aîné du roi René.

La terre et seigneurie de Champorcin, possédée par eux depuis ce temps, fut érigée en fief noble en leur faveur, et exemptée de toutes taxes et impositions, et, au commencement du dix-huitième siècle, elle fut érigée en Baronnie.

Cette maison s'est alliée aux maisons les plus illustres et les plus renommées de la Provence et du Dauphiné, notamment celles de Baile, de Blieux, de Borillon, de Cornut, d'Agoult, de Glandevès, d'Honorati, de Grizolles, de Valbelle, de Barras, de Puget, de Félix, de Bologne Cappisucci, de Brouchier, de Gasparis, de Guérin-Castelet, etc.

En 1700, messire Fleury DES MICHELS DE CHAMPORCIN, écuyer, demeurant à Aix en Provence, produisit un arrêt des commissaires royaux en Provence, du 5 mai 1667, et une ordonnance de M. Le Bret, intendant de cette province, en date du 13 juin 1693, dans lesquels sont énoncés des titres qui justifiaient d'une possession non interrompue des terres et fiefs de Champorcin et de la Javie, au diocèse de Digne.

Nous citerons parmi les personnages les plus éminents de cette maison :

Noble Claude DES MICHELS, premier seigneur des terres et seigneurie de Champorcin et de la Javie, ainsi qu'il est attesté par la donation que noble Bertrand de Cornut, son beau-frère, lui fit, en 1436, de ces deux domaines ;

Noble Jacques DES MICHELS, écuyer, seigneur de Champorcin et de la Javie, qui fut reconnu noble avec toute sa postérité, par lettres patentes de Jean, duc de Calabre et de Lorraine, datées du 20 janvier 1456, dûment enregistrées ;

Noble Pierre DES MICHELS, auteur d'une branche qui existait encore à Digne en 1730, en la personne de Pierre DES MICHELS D'ORAISON, fils de Joseph François MICHELS, seigneur d'Hauterive et d'Hortense de Glandevès ;

Noble Nicolas DES MICHELS, écuyer, seigneur de Champorcin et de la Javie, capitaine d'une compagnie d'ordonnances pour le service du roi ;

Messire Honoré DES MICHELS, chevalier; seigneur de Champorcin et de la Javie, fut déclaré noble et issu de noble race par arrêt des commissaires de Provence, rendu le 5 mai 1667, sur la représentation des titres justificatifs de sa noblesse et de sa possession de fief, sous les anciens comtes de Provence ;

Messire Henry DES MICHELS DE CHAMPORCIN, chevalier, seigneur de Champorcin, etc., né le 10 janvier 1685, gouverneur, pour le roi, de la ville d'Aix, et élu second procureur des gens des trois états du pays de Provence, le 3 décembre 1740 ;

Noble Etienne François Xavier DES MICHELS DE CHAMPORCIN, né le 16 septembre 1721, prieur de Roquefeuil, docteur en théologie, agrégé en l'Université d'Aix, chanoine théologal de l'église d'Arles ;

Noble Louis Victor DES MICHELS DE CHAMPORCIN, né le 4 octobre 1724, nommé garde de marine le 1er janvier 1742, après avoir fait campagne sous les auspices de M. le baron de Murat de Saurien, capitaine de vaisseau, son oncle ;

Il prit part au combat qui se livra le 6 août 1741, à l'entrée du détroit de Gibraltar, entre trois vaisseaux de l'escadre commandée par M. le chevalier de Caylus à son retour d'Amérique, et quatre vaisseaux anglais commandés par le capitaine Barklay. Il fut ensuite enseigne et lieutenant des vaisseaux du roi ;

Noble Henry Jacques DES MICHELS DE CHAMPORCIN, né le 20 décembre 1727, cornette de dragons dans le régiment de la reine par brevet du 12 mai 1744, se trouva en cette qualité au siége du fort de Démont, à celui de Coni et à la bataille de Madonna del Ulmo, près Coni, donnée le 30 septembre de la même année ;

Pierre Honoré Thomas Michel DES MICHELS, baron DE CHAMPORCIN, seigneur de la Javie, de Sainte-Colombe, Chandol, etc., né le 21 décembre 1716 ;

Noble Louis Alexandre Honoré DE CHAMPORCIN, chevalier, né le 26 avril 1766, embrassa la carrière ecclésiastique puis il obtint une lieutenance dans le régiment de la vieille marine ;

Il servit pendant la révolution et ne quitta la France qu'après la mort du roi Louis XVI, en 1793 ; il émigra comme tant d'autres gentilshommes et servit successivement comme officier, de 1795 à 1797, dans les régiments des hussards de Salm-Kyzbarq, de Hompech et du prince de Galles, partit pour Saint-Domingue avec ce dernier régiment, et revint en France avec un congé honorable, en date du 24 mai 1797 ;

Il épousa en Allemagne, une demoiselle D'HECVIERSBAN et mourut à Altenbourg, capitale du duché de Saxe-Altenbourg, le 19 mai 1847 ;

Il a eu de ce mariage :

Louis Alexandre Marie, chevalier, baron DE CHAMPORCIN, né le 1er août 1798, à Berlin, conseiller privé de Son Altesse Royale le prince de Reuss.

Il s'est marié, en premières noces, en 1823, avec mademoiselle Louise LUDERS, fille du conseiller Lüders, à Altenbourg, mort en 1837, et de laquelle il a eu trois filles :
1. Marie Albine DE CHAMPORCIN, née le 5 novembre 1821 ;
2. Anne Constance DE CHAMPORCIN, née 1e 11 mars 1826 ;
3. Cécile DE CHAMPORCIN.

Il a épousé en secondes noces, en 1838, mademoiselle Emilie de STRAUCH, fille de M. de Strauch, conseiller de la Cour, à Schleiz, de laquelle il a eu un fils :

Gustave Alexandre DE CHAMPORCIN.

A voir dans Google Maps :

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Le document dont il s'agit, conservé aux AD de Digne est truffé d'erreur.
De plus la famille Allemande du nom de Champorcin n'a aucun lien avec les MICHELS, malgré ce qui est écrit et que certains reprennent sans vérifier - Elle est en fait originaire du Puget-Rostang.

Gilles a dit…

Je vous remercie pour votre message. J'encourage tous ceux qui trouvent des erreurs dans les articles publiés dans ce blog à les signaler au moyen d'un petit commentaire. J'ai ajouté un texte d'avertissement au début de cet article.