01 août 2005

Nobiliaire de Provence : BARRAS

BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N0036590
pages 130 à 131

La maison de Barras, une des plus anciennes de Provence, tire son nom d'une terre située dans la viguerie de Digne. Elle est connue dès le XIe siècle, et suivant les chartes des croisades d'Embrun, l'un de ses rejetons partit avec Godefroy de Bouillon pour la terre sainte (la Chesnaye des Bois). Barras de Barras, seigneur de Saint Estève, épousa vers 1230 Louise du Pouget ; et leur fille, Dauphine de Barras, femme de Guillaume de Signe des vicomtes de Marseille, fut mère de sainte Dauphine de Signe, dite de Puymichel, mariée en 1298 à saint Elzéar de Sabran.

Fernand de Barras, grand commandeur de Saint-Jean de Jérusalem, accompagna Charles d'Anjou à la conquête de Naples, et Guillaume de Barras, commandeur du même ordre, obtint de ce prince, en 1267 la confirmation de la donation de Manosque, faite en faveur de son ordre. Louis de Barras était chambellan du roi Charles VIII.

Cette maison s'est alliée à celles de Blacas, de Demandolx, de Gérin, de Laugier, de Lauris, de Serre, etc. Elle a donné des chevaliers de Malte et des généraux de terre et de mer dans les temps modernes. Les diverses branches se sont éteintes successivement ; l'une d'elles était représentée en 1789 par Joseph Denis, marquis de Barras ; une autre par Paul François Nicolas, comte de Barras, né en 1755, député à la Convention, puis membre du directoire, exilé après le 18 brumaire (9 novembre 1799). Barras se retira à Bruxelles, puis à Rome, et ne put rentrer en France qu'en 1814. Il vécut alors à Paris dans une complète obscurité, et mourut en 1829.

Armes : fascé d'or et d'azur. (Voyez pl. du Nob.)

Devise : VAILLANCE DE BARRAS.

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+