28 août 2005

Nobiliaire de Provence : Barthélemy

Annuaire de la noblesse de France
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N0036591
page 125 et 126

Armes : d'azur, au rocher d'argent, surmonté d'un soleil d'or.
Dessin : Sébastien Avy

La famille Barthélemy est originaire d'Aubagne, petite ville de Provence située à quatre lieues de Marseille, où elle jouissait d'une position honorable. C'est là, ou bien à Cassis, petit port de mer voisin, car les biographes ne sont pas d'accord sur ce point, que naquit, en 1746, l'abbé Jean- Jacques Barthélemy, le célèbre auteur du Voyage d'Anacharsis. Ce savant archéologue, nommé en 1753 garde du cabinet des médailles de la bibliothèque du roi, consacra plus de trente ans à composer cet ouvrage, qu'il publia en 1788, et où, au moyen d'un cadre simple et ingénieux, il traça un tableau élégant et fidèle de la Grèce au siècle de Périclès. Privé un moment de ses fonctions et emprisonné en 1793, il fut rétabli dans sa place de garde du cabinet des médailles après la chute de Robespierre, et mourut l'année suivante. Il avait été reçu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1783, et de l'Académie française en 1789.

François Barthélemy, neveu du précédent, naquit à Aubagne, le 20 octobre 1747. Placé jeune dans les bureaux de M. de Choiseul, premier ministre de Louis XV, il suivit le baron de Breteuil, ministre de France en Suisse et à Stockholm. Il était secrétaire d'ambassade à Londres lorsqu'en novembre 1794, il fut nommé ambassadeur en Suisse et chargé de renouveler les capitulations des cantons helvétiques avec la France. Il négocia, en avril 1791, la paix avec la Prusse et signa les traités conclus avec l'Espagne et la Hesse. Appelé, en 1797, à faire partie du directoire, il fut enveloppé dans la proscription du parti clichien et déporté a Cayenne, d'où il parvint à s'échapper. Il rentra en France après le 11 brumaire, fut nommé vice-président du sénat conservateur en 1800, membre de l'institut et comte de l'empire. Au mois d'avril 1844, il présida l'assemblée qui prononça la déchéance de Napoléon, et fut appelé à la pairie au mois de juin suivant.

L'ordonnance royale du 31 août 1817 a attaché héréditairement le titre de marquis à sa pairie, et des lettres patentes du 16 janvier 1828 ont autorisé la transmission de l'un et de l'autre, à défaut d'hoir mâle, en faveur d'Antoine François Xavier Sauvaire, son petit-neveu, né le 16 novembre 1800. Le marquis Barthélemy étant mort le 3 avril 1830, ce dernier fut admis, le 27 septembre 1830, à prêter serment comme pair à titre héréditaire. Il faisait encore partie de la chambre haute en 1848. Il fut, après la révolution de février, élu député de Marseille à l'assemblée nationale et à l'assemblée législative, où il se montra un des chefs les plus zélés du parti légitimiste. Un décret impérial, au mois de mai 1862, a autorisé Antoine François Xavier Sauvaire, marquis Barthélemy, à faire précéder son nom de la particule. Il a épousé Victorine Marie Stéphanie Chambette, dont il a 1) Léon, comte de Barthélemy, marié le 1er octobre 1860 ; veuf, le 12 mai 1861, d'Hélène Marie Elisabeth Pillet-Will; 2) Gaston, vicomte de Barthélemy; 3) Wilfrid, vicomte de Barthélemy.

Le marquis François Barthélemy, membre du directoire, avait un frère, Joseph Anicet Barthélemy, membre du conseil général de la Seine, en 1814, qui fut anobli pour son courageux dévouement à la cause des Bourbons ; et qui avait épousé Avoye Michel de Grilleau, dont il n'a laissé qu'une fille, mariée à Élie, marquis de Dampierre, fils du pair de France.

Armes : d'azur, au rocher d'argent, surmonté d'un soleil d'or.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

super !
marc sabatés du beausset var.

Perseis a dit…

Antoine François Xavier Sauvaire BARTHÉLEMY marquis de Barthélemy est témoin au mariage de sa cousine Louise Avoye Marie de DAMPIERRE et de Marie Joseph Casimir Henri DUVAL de CURZAY le 13/05/1865 à Paris VII

Froment Michele épouse Khellafi a dit…

Ce sont mes ancêtres et j'en suis très fière.
Par contre, ce que j'ignore c'est le cimetière dans lequel ils sont enterrés....

Jean Pierre LOMBARD a dit…

Comme quoi on pouvait être marquis et...membre du Directoire !
J'avoue qu'il y a pour moi parfois des mystères...