03 août 2005

Nobiliaire de Provence : Bermond

La maison des Bermond, seigneurs de la Beaume de Claret, de Rousset, de Vaulx, de Saint Martin, est fort ancienne en Provence ; elle descend des Bermond, comtes d'Anduse, dont elle a toujours conservé les armes. On lui donne pour chef Laugerius Bermundus, qui serait venu s'établir à Sisteron, après que son frère Bermundus de Andusia, chanoine de Maguelone, eut été élu évêque de Sisteron, le 2 novembre 1174. En effet, à partir de cette époque, le nom de Bermond se rencontre constamment et sans interruption de plus de vingt ans, dans les archives de cette ville. (Voyez l'Histoire de la ville de Sisteron, par M. de Laplane, et les archives conservées au greffe de Sisteron).

En 1202, Laugerius Bermundus est cité comme témoin dans un accord passé entre les comtes de Provence et de Forcalquier.

En 1223, Bertrandus Bermundus figure comme chanoine à Sisteron.

En 1231, Petrus Bermundus, chevalier, fait don à Rodolphe, évêque de Sisteron, d'un tènement à Lurs, sous la condition que tous les jours une messe sera dite dans l'église Sainte-Marie, pro anima mea, patris et matris et parentorum meorum. Bertrandus Bermundus, son frère, est présent à l'acte.

De 1220 à 1237, Guillelmus Bermundus et ses frères possédaient des propriétés avoisinant le domaine des Antonins à la Beaume. (Voir l'inventaire des titres et propriétés de l'abbaye de Saint Antoine de Vienne, commanderie de la Beaume, 1780.)

En 1267, Bertrandus Bermundus possédait un chazal à Sisteron.

En 1269, Petrus Bermundus, proeceptor domus hospitalis Jerosolomitani aux Omergues, signe un acte d'échange entre Alain, évêque de Sisteron, et le chapitre de Cruis.

En 1278, Jacobus Bermundus était chanoine à Sisteron.
  1. Guillelmus Bermundus, marié à Laurence de Gombert de Dromon, fut condamné, en 1281, à mettre l'hôpital Saint-Antoine de Sisteron en possession des biens donnés par son père noble Bermond, seigneur de la Beaume, et par sa femme Pétronille. Il est encore mentionné dans les archives de Sisteron en 1294, et il figure parmi les nobles et barons du bailliage de Sisteron, dans l'hommage prêté au roi Robert. En 1320, on le retrouve dans l'inventaire des Antonins. Il eut pour fils :
    1. François de Bermond, député avec Jacques de Gombert, par la ville de Sisteron, près le vicomte de Valernes, 1392.
    2. Antoine, dont l'article suit.

  2. Antoine de Bermond, seigneur de la Beaume, en 1354, partage en cette qualité, avec les religieuses de Sainte Claire de Sisteron, les droits de péage sur le pont de la Durance ; en 1387, il est cité dans le liber viridis aux archives de Sisteron, Il avait épousé Jeanne Louise d'Agoult.
    1. Antoine, syndic de Sisteron, en 1431-1436, chargé de la réforme du chapitre
    2. Louis de Bermond, seigneur de Claret et de Rousset, marié Jeanne de Justus de Châteaufort, dont : a. Barthélemy Bermond de Rousset, reçu chevalier de Malte en 1534 ; b. Antoine de Bermond, coseigneur d'Agoult et de Rousset, marié en premières noces avec Jeanne de Furon, dont il eut un fils Nicolas, reçu en 1550 chevalier de Malte ; en secondes noces avec Lucrèce de Vachères ; c. Florette de Bermond, mariée en 1501, avec Jean de Castellane.
    3. Jean, dont l'article suit.

  3. Jean de Bermond, capitaine du Guet, en 1448, acheta en 1459 une maison au quartier de la Coste à Sisteron. Il épousa N... d'Acin, dont il eut :
    1. Jean Antoine, qui suit.
    2. Pierre de Bermond, trésorier de France en la généralité de Provence, qui, de Perrette de Marsillon, sa femme, eut trois filles, Françoise, Catherine et Perrette, religieuses ursulines. La mère Françoise de Bermond, décédée 2 janvier 1641, est la fondatrice de l'ordre des Ursulines en France.

  4. Jean Antoine, seigneur de la Beaume, de Claret, de Rousset, syndic de Sisteron en 1481, député par cette ville aux états de Provence convoqués en 1485, fut présent à la séance du 25 avril 1487, où fut votée la réunion de ce pays à la France, réunion pour laquelle il se prononça avec distinction. Il ne vivait plus en 1549, époque où fut fait par-devant Garini, notaire à Sisteron, le partage de ses biens entre ses enfants, dont l'aîné suit :

  5. Claude de Bermond de Vaulx, seigneur de Rousset et de Claret, fit, en 1549, le partage des biens de son père avec son frère Bertrand. Il épousa, en 1550, Lucrèce Curety de Vaulx, fille unique de François Auguste Curety de Vaulx, seigneur de Vallavoire, de Saint-Vincent, lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Sisteron, marié à Gabrielle de Forbin ; il logea en son hôtel de la rue Droite, le roi François Ier, le duc d'Alençon et plusieurs seigneurs de la cour lors de leur passage en Italie. Il eut de son mariage :
    1. Antoine, qui suit.
    2. François de Bermond, en 1595, capitaine d'une compagnie, fit arborer l'étendard royal dans le bourg de Montsallier.
    3. Laurent Jacques de Bermond, chanoine à Sisteron.
    4. Noël de Bermond, qui, par testament de l'année 1632, fonda une messe à perpétuité dans l'église de la citadelle à Sisteron.

  6. Antoine Bertrand de Bermond, né en 1551 , épousa Gabrielle de Gaffarel, dont il eut un fils, qui suit.

  7. Jean Honoré de Bermond de Vaulx épousa Jeanne Madeleine d'Arnaud, fille de Jean Antoine d'Arnaud et d'Isabeau Veneng, et petite-fille de Louis d'Arnaud et de demoiselle de Laydet. Par testament du 14 juillet 1657, il institua héritier l'aîné de ses fils, qui suivent :
    1. Jean Antoine, père de : a. Françoise, mariée en 1693 à Gervais de Beaumont, premier président au parlement d'Aix ; b. Marguerite, mariée le 6 septembre 1713 à Joseph de Clappiers, marquis de Vauvenargues, dont le fils Luc, décédé en 1747, est l'auteur des Maximes et de l'Introduction à la connaissance de l'esprit humain.
    2. Joseph, dont l'article suit.
    3. Louis Elzéard, capitaine au régiment de Normandie, mort en 1722.
    4. Claude, seigneur de Saint-Martin.

  8. Joseph de Bermond de Vaulx, né décembre 1655, marié, le 19 novembre 1684, à Delphine de Latil, fille de Louis de Latil et de Jeanne de Chazal, par testament du 15 mai 1713, institua sa femme légataire universelle, dont il eut :
    1. Jean Antoine, qui suit.
    2. Joseph, seigneur de Saint-Martin, capitaine.
    3. Joseph Honoré de Perivoye, garde du corps du roi, compagnie de Villeroi, chevalier de Saint-Louis en 1748, décédé major de Toulon le 30 novembre 1752.
    4. Jeanne Thérèse, religieuse à Sisteron.
    5. Susanne Marie, religieuse à Sisteron.
    6. Jean-François, chanoine à Saint-Denis, mort le 18 avril 1768.

  9. Jean Antoine de Bermond, seigneur de Vaulx, né le 23 mars 1694, filleul de son oncle Jean Antoine de Bermond et de Françoise de Beaumont, fut nommé, le 28 septembre 1730, conseiller du roi, lieutenant général du siége royal des soumissions de Sisteron. Il se maria le 23 juin à demoiselle Thérèse de Samatan, fille de Jean Basile de Samatan et de Marguerite de Soucheiron, et mourut le 20 septembre 1766, laissant :
    1. Pierre de Bermond de Vaulx, qui suit.
    2. Laurent Basile de Perivoye, né le 4 mars 1757, décédé le 23 février 1835.
    3. Louis Bertrand, né le 13 février 1763, chanoine du chapitre de Sisteron, mort le 20 janvier 1844.

  10. Pierre de Bermond de Vaulx, né le 4 février 1753, fut de 1776 à 1802 vice-consul, puis consul général, à Alep, Salonique, Tripolitza, Coron ; remplit avec honneur plusieurs missions délicates et périlleuses, entre autres auprès du fameux Ali-Pacha de Janina ; membre du conseil général du département des Basses-Alpes, chevalier de la légion d'honneur. Il consacra les dernières années de sa vie à améliorer l'agriculture dans son pays, et mourut, le 31 octobre 1828, laissant de son mariage avec Catherine Zwankowitz, un fils qui suit.

  11. Jean Antoine de Bermond de Vaulx, né le 13 juillet 1798, marié, le 2 décembre 1820, à Louise Combalot, fille d'André Combalot, qui se retira du service en 1801, à l'âge de vingt-quatre ans, avec le grade de capitaine dans la 22e demi-brigade, et dont le père, fermier général de l'ordre de Malte en Dauphiné et en Bourgogne, mourut â Grenoble sur l'échafaud révolutionnaire. Il a de cette union :
    1. Pierre Antoine de Bermond, né le 20 novembre 1821.
    2. Thérèse Octave, officier de marine, né le 1er avril 1831.
    3. Henri Anatole, né le 4 juillet 1833.
    4. Marius Amédée, né le 24 janvier 1838.
Armes : d'or, à un ours rampant de gueules, accolé d'un baudrier d'argent, soutenant une épée dans le fourreau de même.

Couronne de comte.

Devise : PLUS FIDEL ET FIDELITATI QUAM VITAE.

2 commentaires:

Julie from france a dit…

Je suis d'une famille Bermond des hautes-Alpes, et plus précisément de Saint-Auban d'Oze. Savez-vous si les personnes que vous évoquez dans ce post sont mes ancêtres possible?

Merci!

Gilles a dit…

Bonsoir Julie,

Je n'ai pas assez d'éléments pour pouvoir répondre à votre question. Pouvez-vous m'envoyer toutes les données déjà en votre possession pour voir si je peux les compléter ?

Cordialement,
Gilles