18 février 2006

Beaumont en Dauphiné

Beaumont
Armes : de gueules à une fasce d'argent chargée de trois fleurs de lys d'azur.

Supports : deux sauvages de carnation, armés de massues.

Cimier : une tête de licorne d'argent.

Couronne de marquis.

Devises : IMPAVIDUM FERIENT RUINE ; et : AMITIE DE BEAUMONT.

Cri de guerre : BEAUMONT ! BEAUMONT !

Dessin de Amaury de la Pinsonnais publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb

Annuaire de la noblesse de France - 1860
pages 140 à 145
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036588
Cette maison, de race chevaleresque, est une des plus illustres de la province du Dauphiné, et son origine remonte à des temps si reculés, que Guy Allard a dit d'elle : « Il n'en est point qui la surpasse en ancienneté; il en est peu qui l'égalent. »

Au nombre de ses premiers auteurs on trouve Humbert, qui signa comme témoin au bas d'une charte du prieuré de Domène (1080) ; Pierre et Guigues, qui confirmèrent en 1108 plusieurs donations de leur père en faveur de l'église de Grenoble ; Soffrey, chevalier croisé en 1147 (voyez la notice déjà donnée dans l'Annuaire de 1853, p. 194, dont celle-ci n'est que la suite et le complément). Soffrey de Beaumont s'étant distingué en Terre sainte, le pape Alexandre III lui inféoda quelques dîmes dans le Viennois par bulle du mois de mai 1163.

La filiation suivie et prouvée par actes authentiques commence à Artaud I, seigneur de Beaumont et de la Freyte, chevalier, qui vivait encore en 1250 (Histoire généalogique de la maison de Beaumont, par l'abbé Brizart, 2 vol. in_fo. 1779). Sa descendance a produit entre autres personnages cités avec éloge par les historiens : Henri de Beaumont, qui se signala à la bataille de Varey en 1325 ; Artaud IV, auquel Amé III, comte de Genève, donna en 1327 l'investiture d'une forteresse, en considération de son illustre naissance : « Propaginis ejus famosa commendatio debet eidem merito suffragari » ; Amblard Ier, dit le grand Amblard, honoré pendant plus de vingt ans de toute la confiance du dernier des Dauphins, qui, pour se l'attacher par des liens plus étroits, lui fit épouser une de ses parentes en 1336. La maison de Beaumont conserve encore, comme titres précieux, les lettres du roi Philippe de Valois de 1343, et celles du roi Jean et du Dauphin, depuis Charles V, de l'an 1354, qui établissent que la cession du Dauphiné à la France fut due en grande partie aux soins et au zèle d'Amblard.

Il faut mentionner encore : Humbert de Beaumont, seigneur si puissant à la fin du XIVe siècle, qu'il osa lutter tour à tour contre son cousin Louis de Poitiers, comte de Valentinois, contre le roi de Sicile et contre le pape, souverain du comtat Venaissin ; Laurent de Beaumont de Saint-Quentin, Balthazar et Jean de Beaumont, dignes compagnons du chevalier Bayard ; et enfin le célèbre François de Beaumont, baron des Adrets, dont les grandes qualités guerrières ont été ternies par un caractère dur et farouche ; mais que ses ennemis se sont efforcés de rendre encore plus odieux en exagérant les faits.

Antoine de Beaumont se distingua dans les guerres de religion et périt sur le champ de bataille en 1573 ; Gaspard, son fils, mourut vers 1617, après s'être ruiné pour soutenir la cause royale ; Charles de Beaumont d'Autichamp commanda l'arrière-ban de la noblesse du Dauphiné en 1690 ; Louis Joseph de Beaumont, marquis d'Autichamp, fut tué à la bataille de Lawfeld en 1747 ; son fils Jean Thérèse Louis Joseph, chevalier de Saint-Louis et des ordres du roi, colonel du régiment de dragons de son nom en 1789, suivit le comte d'Artois dans l'émigration, se distingua à la défense de Maestricht contre les troupes républicaines et fut nommé en 1845 lieutenant général. Il donna encore, à 92 ans, des preuves de bravoure et d'énergie au mois de juillet 1830 en défendant contre l'insurrection le Louvre, dont il était gouverneur.

Dans la marine, Antoine, vicomte de Beaumont, capitaine de vaisseau, commandant d'escadre, chevalier de Saint-Louis, se distingua dans la guerre de 1778, s'empara, le 11 septembre, d'une frégate anglaise après un combat glorieux et acharné ; Guillaume Joseph, baron de Beaumont, de la branche Verneuil-d'Auty, capitaine de vaisseau, chevalier de Saint-Louis, fit la campagne des princes de 1792 ; son fils Adrien Jacques Joseph Charles, comte de Beaumont, chevalier de Malte, de Saint-Louis, de la Légion d'honneur, de Saint-Ferdinand d'Espagne et de Saint-Wladimir de Russie, décoré de la croix de bronze d'Autriche, élevé dans l'intimité du malheureux Dauphin (Louis XVII), servit dans l'armée autrichienne, fit toutes les campagnes contre Napoléon Ier, et fut sous la Restauration capitaine d'état-major de la garde royale, puis chef d'escadron au 12e chasseurs. Ses deux fils Arthur et Stanislas de Beaumont, entrés fort jeunes au service d'Autriche, s'y sont distingués dans les luttes révolutionnaires de 1848 et 1849 à Vienne, en Hongrie et en Italie.

Au-dessus de toutes ces illustrations planent, à une grande hauteur, deux figures vénérables celle de Christophe de Beaumont, archevêque de Paris 1746-1781, le courageux adversaire des philosophes et des jansénistes ; celle de Charles Marie Auguste Joseph, comte d'Autichamp, lieutenant général, pair de France, grand-croix de Saint-Louis et de Saint-Ferdinand d'Espagne, commandeur de la Légion d'honneur, naguère chef du nom et des armes de la maison de Beaumont, qui, après avoir couru les plus grands dangers comme capitaine adjudant-major dans la garde du roi Louis XVI, à la journée du 10 août, devint un de ces braves généraux vendéens, types d'honneur et de fidélité, et qui, à la mort de Stofflet, commanda en chef les débris de l'armée d'Anjou. En 1815, on le retrouva à la tête du mouvement royaliste de l'Ouest, et, en 1832, fidèle à l'appel de madame la duchesse de Berry. Poursuivi et condamné à mort par contumace, il passa quelques années dans l'exil, et, s'étant constitué prisonnier, il fut acquitté par le jury d'Orléans ; il vivait depuis cette époque dans la retraite où la mort l'a frappé le 6 octobre 1859.

Des nombreuses branches qu'a formées la maison de Beaumont, il en reste quatre, dont voici l'état actuel :

I. BRANCHE D'AUTICHAMP.

Charles Marie Auguste Joseph, comte de Beaumont d'Autichamp, lieutenant général, pair de France, chef du nom et des armes, né à Angers, le 8 août 1770, mort à La Rochefatou, le 6 octobre 1859, marié à Marie Élisabeth Charlotte Henriette Julie de Vassé, dont :

  1. Marie Pierre Charles, vicomte d'Autichamp, né en 1797, capitaine de carabiniers, démissionnaire en 1830 ;

  2. Marie Antoine Paul César Achille, comte d'Autichamp, officier aux lanciers de la garde royale, démissionnaire en 1830, marié à Félicie Marie Gabrielle de Suzannet, veuve en 1848, dont :

    1. Marie Charles Adhémar de Beaumont ;
    2. Marie Louise Noémie de Beaumont ;
    3. Marie Charlotte Clémentine Emma de Beaumont.

  3. Marie Gabriel Joseph Amblard, comte d'Autichamp, marié à Marie Antoinette Adeline de Maupas dont : Marie Augustine de Beaumont.

  4. Marie Charles Anatole, comte d'Autichamp, marié à Gabrielle Janvre de Bernay, dont :

    1. Marie Charles Louis Hubert Anatole ;
    2. Marie Charles Christophe Adrien ;
    3. Marie Hubert Stanislas Gabriel Hippolyte ;
    4. Marie Charles Louis Amblard Anatole.

  5. Marie Elisabeth Urbaine Antoinette Henriette de Beaumont, mariée en 1825 à Auguste Balthazar Charles Pelletier, comte de la Garde, pair de France, maréchal de camp ancien ambassadeur.
II. BRANCHE DE SAINT-QUENTIN.

Paul Hyacinthe Christophe, marquis de Beaumont Saint-Quentin, ancien garde du corps, marié à Anne Marie Joséphine Emé de Marcieu, fille du comte Eléonore Emé de Marcieu, et de Charlotte de Cossé-Brissac, dont : Raoul Adrien Paul Christophe, né 3 novembre 1852.

Frère.

Claude Charles Alexandre, comte de Beaumont Saint-Quentin, né en 1799, ancien garde du corps, marié en 1821 à Louise Tache, dont :
  1. Charles Paul Étienne de Beaumont ;
  2. Laure Ernestine Fortunée de Beaumont ;
  3. Hélène Pauline de Beaumont ;
  4. Marthe Alexandrine de Beaumont ;
  5. Hyacinthe de Beaumont.
III. BRANCHE DE VERNEUIL D'AUTY.

Christophe Amblard Jean Éliacin, marquis de Beaumont, né en 1823.

Cousin.

Adrien Jacques Joseph Charles, comte de Beaumont ancien officier supérieur de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, etc., marié à Antoinette Anne Victorine de Chaumont de Mareil, fille d'Antoine Charles de Chaumont, comte de Mareil, chevalier de Saint-Louis, maréchal de camp, et d'Antoinette Françosie Brochet de Saint-Prest, comtesse du Plessis-Choisel, dont :
  1. Marie Antoine Arthur, comte de Beaumont, capitaine de cavalerie au service d'Autriche, chambellan de Sa Majesté Impériale et Royale, marié 17 octobre 1853 à Mélanie Geneviève Louise de Bessay, fille du comte Paul Isaac Benjamin de Bessay et de Geneviève Nelly Henriette Gazeau de la Boissière, dont :

    a. Marie Antoinette Geneviève Adrienne Charlotte, née 21 avril 1855 ;
    b. Marie Antoinette Pauline, née 10 avril 1856 ;
    c. Henriette Marie Thérèse Louise, née 19 septembre 1857, filleule de M. le comte et de madame la comtesse de Chambord ;
    d. Marie Stanislas Mélanie Marguerite, née 25 août 1858.

  2. Stanislas Marie Joseph, comte de Beaumont, né en 1825, commandant d'escadron au service d'Autriche, marié 10 juin 1856 à Marie de Récourt ;

  3. Henriette Thérèse Françoise de Beaumont, née en 1823, mariée en 1844 à Joseph Jacques Ladislas de Chastenet, comte de Puységur ;

  4. Marie Françoise Hortense de Beaumont, née en 1833, mariée 10 avril 1855 à Casimir, comte de Bruc de Montplaisir.
IV. BRANCHE DU REPAIRE.

Christophe Louis, marquis de Beaumont, chevalier de Saint-Louis, ancien officier de cavalerie, marié en 1820 à Geneviève Thérèse Charlotte d'Astin, dont :
  1. Isabelle Charlotte de Beaumont, né en 1821 ;
  2. Humbert Guillaume Louis, né en 1827 ;
  3. Armand Christophe, né en 1830 ;
  4. Armande Marie, née en 1840.
Cousins
  1. Aymar François Louis Guillaume de Beaumont, né en 1819, marié en 1857 à Albertine de Solage ;
  2. Armande Euphrosine Louise de Beaumont, mariée à M. de Calbiac ;
  3. Élisabeth Marie Louise de Beaumont, mariée à M. de Bonald ;
  4. Joseph Emmanuel Raoul de Beaumont, né en 1829 ;
  5. Christophe Victoire Amable, vicomte de Beaumont, marquis de Baynac, marié à Irène Coignet, dont : Soffrey de Beaumont, né 24 juin 1857.
  6. Antoine Jean Baptiste Amblard, comte de Beaumont, marié à Bonne Françoise Thaïs de Perrochel, veuve en 1843, dont : Pauline Françoise Marie de Beaumont, mariée 9 avril 1852 à Alfred Adrien, comte de Noailles ;
  7. Christophe Amable Amédée, comte de Beaumont, officier d'état-major, démissionnaire en 1830, marié en 1829 à Marie Élisabeth de Beaumont, sa cousine germaine.


Voir aussi :
Article sur WikiPedia

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+