04 novembre 2006

Richard de Corbery et de Rochelines

Nobiliaire universel de France - Tome 9
Nicolas Viton de Saint-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N0036870
pages 413 à 416

Armes : D'azur, au rich, ou loup cervier, au naturel ; au chef d'or, chargé d'un léopard de gueules.

Après la famille Piny qui a eu l'honneur de figurer dans l'annuaire de la noblesse, voici une autre famille d'Allos, la famille Richard, avec cette notice du nobiliaire universel de France.

Les actes du 17e siècle cités dans cette notice peuvent être vérifiés dans les deux volumes des actes de l'insinuation d'Allos édités par le Cercle Généalogique des Alpes de Haute-Provence. A la lecture de ces relevés, rien de particulier n'incite à penser que la famille Richard ait été noble.
Blason Richard de Corbery et de RochelinesRICHARD, famille noble qui a longtemps été établie à Allos, petite ville en la Haute Provence, autrefois fortifiée.

Elle y possédait dès le quatorzième siècle, et peut-être longtemps auparavant, un domaine de son nom, dont elle paraît avoir joui en fief, vu la nature des droits qui en dépendaient, et notamment le droit exclusif de pâturage sur les montagnes qui confrontaient ce domaine, qu'elle a conservé jusqu'à la fin du dernier siècle. On ignore si c'est la famille qui a donné son nom au fief, ou si c'est de ce fief qu'elle tient le sien. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'il s'y est formé le Hameau de Champ Richard, qui existe aujourd'hui près de cette ville.

Plusieurs de ces Richard servirent aux quatorzième et quinzième siècles, dans les armées de Sardaigne et dans celles d'Angleterre.
  1. Hugues, premier connu de la famille, passa au service d'Angleterre, vers le commencement du quatorzième siècle, s'attacha au parti de Jean de la Pole, de la maison des ducs de Suffolk (voir note 1), et fut tué à la bataille de Stoke, en 1488.

  2. Jean, fils de Hugues, se trouva, à la même bataille et y fut tué, mais il laissa un fils, qui suit :

  3. Charles, épousa Marie de la Pole, de la maison ci-dessus mentionne. Ils périrent tous deux, sous prétexte de religion, en 1542, victimes de Henri VIII, roi d'Angleterre, qui en voulait principalement à la famille de la Pole, à cause de ses droits à la couronne (2).

  4. Vincent Ier, fils de Charles, pour se soustraire au sort de son père, vint en France avec son fils, qui suit, qu'il comptait faire passer en Italie, auprès du cardinal Pole, son proche parent, qui fuyait aussi pour se soustraire aux poursuites de Henri VIII. Mais Vincent Ier mourut à Allos, la même année.

  5. Vincent II, son fils, fut conseiller sénateur au sénat de Nice, se maria à Allos en 1556, et mourut le 22 novembre 1636, à l'âge de cent un ans.

  6. Vincent III, fils de Vincent II, était mort avant son père en 1618. Il avait laissé un fils, qui suit :

  7. François, né le 24 février 1577 ; épousa demoiselle N... Honorat, d'une famille noble d'Allos. Ils moururent audit lieu, en 1630, du fléau de la peste.

  8. Sébastien, leur fils, leur succéda, hérita de plusieurs autres successions, fut nommé juge ordinaire d'Allos, le 8 janvier 1692. Il avait épousé dame Marguerite d'Allègre, de famille noble, le 1er janvier 1648, et il mourut le 7 août 1694. Il eut de son mariage :
    1. Jean, conseiller au conseil de Colmar en Provence ;
    2. Joseph, curé du Quirieu, et du Villard-Reymond, en Dauphiné ;
    3. Etienne, qui suit ;
    4. Une fille mariée avec messire Charles Pascalis, capitaine au régiment de Lasti.

  9. Etienne, vint s'établir au Villard Reymond, auprès de son frère, se maria, le 3 novembre 1694, avec demoiselle Marguerite Pélissier. Il décéda le 3 mars 1723, et laissa :
    1. Jean, qui suit ;
    2. Joseph, mort curé de la paroisse de la Garde, en Dauphiné.

  10. Jean, succéda à son père, et épousa dame Claudine Garden de La Fond, de la maison de Garden de Lessard, qui tire son origine de lord Garden, qui s'était établi en Dauphiné vers l'an 1300. Jean mourut le 9 novembre 1755. De son mariage étaient nés :
    1. Joseph, qui suit ;
    2. Jean-Baptiste ;
    3. Etienne, qui fonde la branche de Rochelines, établie au Puy-en-Velay, et rapportée ci-après.

  11. Joseph, seigneur de Corbery, et, en partie, des fiefs de Lyon et de Gondy, chevalier, mort en 1807 ; il avait épousé à Paris, le 15 février 1775, Marie Sophie de Beauvalet, de laquelle il a eu :

  12. Augustin Thomas de Corbery, chevalier, marié à Jeanne Marie Eulalie d'Arcis, le 4 juillet 1807. De ce mange est né, en 1809 :

  13. Charles Gustave Auguste.
Branche de Rochelines.
  1. Etienne RICHARD DE ROCHELINES, marié au Puy-en Velay, à Claudine Parrel de Beaubac, de laquelle il a, entre autres enfants :
    1. Jean-Baptiste Julien, qui suit ;
    2. Clotilde Richard

  2. Jean-Baptiste Julien RICHARD DE ROCHELINES, né le 19 novembre 1785, chevalier, capitaine lieutenant d'artillerie dans la garde royale, chevalier de l'ordre noble de Saint-Hubert de Lorraine.
Cette généalogie a été dressée d'après celle qui se trouve dans l'ancien dictionnaire de la noblesse, à la lettre R, tome XII, et sur les titres originaux qui m'ont été communiqués.

Armes : D'azur, au rich, ou loup cervier, au naturel ; au chef d'or, chargé d'un léopard de gueules.
Note 1 : Ce Jean de la Pole était le comte de Lincoln, dont le père, Jean de la Pole, duc de Suffolk, avait épousé Elisabeth Plantagenêt, soeur d'Edouard IV, et avait été déclaré, par Richard III, héritier du trône d'Angleterre.(Histoire d'Angleterre).

Note 2 : Charles Richard et ses successeurs descendent donc, par Marie de la Pole, de la maison des ducs de Suffolk. Edmond de la Pole et Richard de la Pole, derniers princes de cette maison et de celle d'York, par leur aïeule Elisabeth Plantagenêt, avaient péri, le premier dans la tour de Londres, par ordre de Henri VIII, et le second, à la bataille de Pavie, auprès de François Ier (Histoire d'Angleterre). La princesse Marie de la Pole leur ayant survécu, devint donc l'héritière de la maison de Suffolk et de celle d'York.

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Votre site est très intéressant, mais ce n'est pas un blog. Un blog sert à raconter des histoires, on s'y expose, on échange, on réagit. Des listes d'ascendance, de l'histoire des familles et des documents en ligne, c'est un site internet pas un blog. Trouvez une autre formule de présentation et bonne continuation.
DF

Gilles a dit…

Bonsoir,

Je ne suis tout à fait d'accord avec votre définition. Je trouve que les logiciels de blog sont très pratiques y compris pour publier le type d'informations que je publie. J'ai déjà publié plus de 400 articles et je n'ai pas envie de passer des jours à changer de formule de présentation. En tous cas pas pour l'instant. C'est vrai que je pourrais mieux faire mais ça serait plus de travail... Merci tout de même pour votre intervention.

Cordialement,
Gilles

Philippe Mendras a dit…

Votre site est fort intéressant pour l'amateur que je suis. Je classe actuellement des papiers qui me viennet de mon père Paul Mendras et j'y trouvent des courriers adressés par la duchesse de Berry et le Comte Mesnard au Comte R de Rochelines lieutenant colonel d'artillerie en 1838 attaché à l'Etat Major de Sont Altesse Impériale le Grand Duc Michel à Saint Petersbourg. Je pourrai, si cela vous intéresse, vous indiquer la filiation que ma famille a avec les Rochelines. Il faut savoir que les Mendras de Marvéjols (Lozère) sont originaires du Puy où ils était négociants en dentelles. Bien à vous. Philippe Mendras (ph.mendras@orange.fr)

Philippe Mendras a dit…

Je trouve votre site fort intéressant. Je classe actuellement des documents qui me viennent de mon père Paul Mendras. Je trouve parmi ces documents des courriers adressés par la Duchesse de Berry et par le Comte de Mesnard à un certain R de Rochelines (un de mes aieuls) qui en 1838 était lieutenant Colonel d'artillerie attaché à l'état majour du Grand Duc Michel de Russie à Saint Pétersbourg. Si cela vous intéresse je pourrai vous communiquer les détails de notre filiation aux Rochelines. Il faut savoir que les Mendras de Marvéjols (Lozère) étaient en fait une vieille famille du Puy où ils étaient négociants en dentelles de père en fils. Je vous joins mon adresse électronique: ph.mendras@orange.fr merci de vos commentaires et peut-être à bientôt / Philippe Mendras

Mireille a dit…

Je cherche l'arbre généalogique de Marie de la Pole.
Quelqu'un peut-il m'aider? merci

Anonyme a dit…

Bonne chance dans vos recherches Mireille, car malheureusement personne ne pourra vous aider. Marie de La Pole n'a jamais existé. Pas plus que Hugues, passé en Angleterre au début du 14e et mort au mieux à 150 ans avec son fils centenaire en 1488 ayant lui même laissé un fils mort en 1542. Je ne sais si c'est l'air de la montagne, mais à Allos on se fait aussi vieux que l'imagination de Saint-Allais est grande.

Gilles Dubois a dit…

L'auteur de cette notice s'est probablement trompé en confondant les années 1400 avec le 14e siècle.

Anonyme a dit…

En effet, l'auteur a vraisemblablement confondu les siècles. Il n'en reste pas moins vrai que les 6 ou 7 premiers degrés de cette notice ne sont que pure fiction.

Gilles Dubois a dit…

Par contre à partir du 17e siècle, les informations sont justes. Il me semble qu'à l'époque de la publication de cette notice j'avais personnellement vérifié dans les actes des insinuations d'Allos éditées par le CGAHP.

Anonyme a dit…

Les renseignements sont "bons", si on peut dire, à partir du mariage de François RICHARD et Madeleine HONNORAT en 1616. Mais sans noblesse ou particule outrancière.

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+