11 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : E

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
EBAUDY. Cette famille, qui possédait au siècle dernier les seigneuries de Francour, de Fresnes, de Rochetaillée, a été convoquée aux assemblées de la noblesse des bailliages d'Aval et de Besançon en 1789.

EBERLIN. Armes : d'azur, à deux tours d'argent maçonnées de sable.

ENSKERQUE. Une inondation chassa de la Hollande la maison d'Enskerque ou Emskerque, qui vint se réfugier à Anvers, puis en Franche-Comté, où l'empereur Charles-Quint lui confirma sa noblesse. Elle a été admise à Saint-Georges en 1664 et a donné un evèque de Salonne. Elle s'est éteinte dans son petit-neveu. Alliances : Prevost, Bercin, Despotots, de Jouffroy, etc. Armes : d'azur, à trois harengs mis en fasce, posés l'un sur l'autre et couronnés d'or.

ESCARROT. Cette famille, originaire de Neufchâtel, a possédé le fief de Feules, a donné un recteur de l'Université de Franche-Comté en 1514 et s'est éteinte dans celle de Robardey. Charles-Quint lui avait accordé des lettres de noblesse. Armes : de gueules, au sautoir engreslé d'or.

ESCHENOZ. Famille éteinte, qui avait pour Armes : d'argent, à la fasce d'azur, chargée de trois coquilles d'argent.

ESCRILLES. Le village de ce nom, situé sur les bords de la Valouze eut ses seigneurs particuliers connus dès l'an 1211. Loys d'Escrilles était châtelain de Monnet en 1417, et Boniface réfecturier de l'abbaye de Joux en 1448. La terre d'Escrilles passa de cette maison dans celles de Morel, de la Baume, de la Tourière, de Marmier, de Bocquet, d'Iselin et du Chaylar. Armes : d'argent, à la croix de sable, au chef endenché de six pièces du même.

ESSERTENNE. Un village de ce nom, situé près de Gray, a été le berceau des seigneurs d'Essertenne, éteints depuis longtemps. Armes : d'azur, à la bande d'argent, accompagnée de trois étoiles du même.

ESMONARD. Cleriadius Esmonard, natif de Gigny, obtint en 1651 du roi d'Espagne des armoiries. La noblesse de sa famille n'est pas très assurée. Armes : de sinople, à la bande d'or accompagnée de deux heaumes d'argent.

ESPENOY. Cette famille éteinte remontait à Froment d'Espenoy, chevalier, vivant en 1376. .Elle a été reçue à Saint-Georges en 1467, et s'est alliée à celles de Cléron, Scey, Villers, du Vernois, Poncelin, etc. Armes : de gueules au croissant d'argent.

ESTAVAYER. Une branche de cette maison, originaire de
Suisse, s'établit en Franche-Comté, où elle s'est éteinte en 1490.
Elle remontait à Pierre d'Estavayer, qui testa à Salins en 1321.
Alliances : Saint-Mauris, Poligny, Franchet, etc. Armes : pallé d'or et de gueules de six pièces, à la fasce d'argent chargée de trois roses de gueules.

ESTERNOZ ou ESTERNOS. Cette famille, originaire de Salins et anoblie en 1411 dans un greffier en chef du Parlement, dont la postérité acquit de l'illustration, fut reçue à Saint-Georges en 1767 et 1817, admise ans honneurs de la cour en 1769 et 1789. Les terres de Refranche, Pitgant, etc., furent érigées en comté d'Esternoz, en 1724, pour Philippe Joseh d'Esternoz de Molambos, capitaine de dragons. Alliances : Arvisenet, Hennequin, etc. Armes : de pourpre à la fasce d'argent, chargée d'une coquille du champ.

ESTERNO. D'une ancienne noblesse connue dès l'an 1210, cette maison s'est éteinte après avoir produit plusieurs branches, dont la famille précédente se prétendait issue et dont les armoiries lui ont souvent été à tort attribuées. Armes : de gueules, à la fasce d'argent, accompagnée de trois arrêts de lance du même.

ESTEY. La devise de cette famille, éteinte depuis longtemps, était : De toutes les saisons, l'esté meplait. Armes : d'azur, à deux lions affrontés d'or, soutenant de leurs pattes de devant un sautoir raccourci de gueules.

ESTIENNE. Ancienne famille patricienne de Besançon, qui a fourni deux cogouverneurs en 1588 et 1597, et s'est éteinte au siècle suivant. Alliances : Richardot, Mareschal, Poutier, Melcot de Fédry, etc. Armes : d'or, du chevron de sable, chargé de deux trèfles et d'une croisette en chef, le tout d'argent, et accompagné de trois chênes, arrachés de sinople.

ESTRABONNE. Les anciens barons d'Estrabonne, connus dès 1123, se sont éteints dans Jeanne, fille de Guillaume d'Estrabonne, chambellan du duc de Bourgogne Philippe le Bon. Elle épousa Jacques d'Aumont vers 1458. Alliances : de Bouclans, Moncley, Ray, Rougernont, Vienne, etc. Armes : d'or, au lion d'azur.

ESVANS. Armes : de gueules, à la croix d'argent, cantonnée de quatre coquilles du même.

ETIMONET. Cette famille, convoquée en 1789 aux assemblées électorales de la noblesse de Lons-le-Saulnier, était alors représentée par Charles Désiré Etimonet de Gaudière, seigneur de Domblans et lieutenant du roi à Cambrai.

EUVRARD. Jean Euvrard, cogouverneur de Besançon en 1431, était d'une famille alliée celle de Chaffoy. Armes : d'azur, à trois navettes d'argent.

1 commentaire:

pipo a dit…

Bonjour,

La famille d'Etrabonne est connue dès 1084 (Nardouin 1er d’Etrabonne figure parmi les signataires d'une charte de Romain-Moutier)et s'éteindra en mars 1471 à la mort de Jean VI, fils de Guillaume III.
Etrabonne passera par sa demi-soeur, Catherine (fille de Guillaume III et de Marguerite de Rougemont) dans la famille d'Aumont après le mariage de Catherine d'Etrabonne et de Jacques d'Aumont en 1454 (contrat de mariage du 27/2/1454)