23 juin 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : PO

POINÇOT ou POINSSOT. Philippe de Bourgogne anoblit Jean Poinçot et son fils, procureur général d'Amont en 1457. Alliances : de Germiny, Droz, etc.

POINTES. Ancienne noblesse qui a relevé au XIVe siècle le nom et les Armes de la maison de Gevigney ; elle possédait au XIVe siècle les seigneuries du Fayl, d'Anrosey et autres. Alliances : Gevigney, Baujeu, Vaux, Montarby, Montot, Prevost, Champagne, Thomassin, Buson, etc. Armes : écartelé, aux 1er et 4e d'or, à trois lionceaux naissants de sable, aux 2e et 3e de Gevigney.

POIPON. Famille de Dole qualifiée noble et alliée aux Moréal au XVIIe siècle.

POITIERS. Une branche de cette maison, surnommée de Nadans et de Saint-Valier, habita la Franche-Comté et un de ses rejetons, Ferdinand-Éléonor de Poitiers-Nadans, chevalier de Saint-George en 1652, avait été substitué aux noms et armes du seigneur de Rye, comte de Saint-Valier, marquis de Varembon. (Voyez pour la maison de Poitiers-Saint-Valier l'Annuaire de 1862, p. 206.)

POL. Alexandre de Pol, armurier du duc Charles, originaire de Milan, s'établit à Dole, où sa famille s'allia aux du Chastel, de Chissey. Armes : vairé d'argent et de gueules, au lion de sable couronné d'or, armé et lampassé du même, brochant sur le tout.

POLIGNY. (Voyez plus haut, p. 168.)

Blason PollenotPOLLENOT. Charles-Quint anoblit en 1525 Jacques Pollenot, attaché au service de Laurent de Gorrevod, son maître d'hôtel. Armes : d'or, à un chevron d'azur accompagné de trois aiglettes de sable, becquées de gueules.

Blason PolyPOLY. Jacques Poly de Ménetru, du bailliage de Poligny, était conseiller au parlement au XVIe siècle. Autre Jacques Poly, chevalier d'honneur en la chambre des comptes de Dole, mourut en 1731. Son fils Gaspard, qualifié comte de Poly, chevalier d'honneur aux comptes, colonel d'infanterie, n'eut qu'une fille. Alliances : le Goux de la Berchère, des Pasquier, Maillot, Chaffoy, Durfort. Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée en chef d'une rose du même.

PONCELIN. Charles Ferdinand Poncelin, originaire d'Espagne, s'établit en 1615 à Gray, où il était trésorier général. Jean-Baptiste Poncelin, seigneur de Raucourt, lieutenant-colonel de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, épousa, en 1784, Jeanne Tugnot de Lannoye, fille d'un maréchal de camp. La branche de Poncelin d'Eschevannes a donné au XVIIe siècle un mayeur de Gray. Alliances d'Épenoy, Rouhier, Logeros, Pointes, Faivre, Ganisot, Vuilleret de Brottes, Tricornot, Renaudin, etc.

Blason PontaillerPONTAILLER. Cette maison d'ancienne noblesse est connue par titres de l'an 1172, et a formé plusieurs branches, L'aînée, qui s'est fondue dans les maisons de Marmier et de Clermont, a donné un maréchal de Bourgogne, chevalier de la Toison d'or, marié à Claudie de Bourbon. La branche cadette des barons de Vaugrenans, commencée au XVe siècle, passa ses biens aux seigneurs de Villiers-Lafaie. Claude de Pontailler, auteur du rameau des seigneurs du Flagey, était chambellan de Philippe le Beau en 1505 ; ses deux fils n'eurent pas d'enfants mâles. Alliances : Montfaucon, Oiselet, Vergy, Ray, Luxembourg, Poitiers, Bauffremont, Cléron, etc. Armes : de gueules, au lion d'or couronné du même, armé et lampassé d'azur.

PORCELET. Il ne faut pas confondre avec les Porcelet de Provence la famille Porcelet de Franche-Comté éteinte depuis longtemps, Hugues et Guillaume Porcelet, chevaliers cogouverneurs de Besançon en 1296 et 1398. Elle avait un sautoir engrêlé et quatre porcs dans ses armoiries.

PORT. Originaire de Savoie, et fixée en Provence et en Comté, où Jean de Port ou des Port était reçu chevalier de Saint-George en 1440, cette famille a fourni le vice-amiral de France du port de Loriol, en 1773. Armes : coupé de gueules et d'argent, à deux portes ouvertes de l'un en l'autre.

Voir aussi ci-dessous la notice sur la famille de Loriol dans le dictionnaire de la noblesse de Badier.



PORTIER. Hugues Portier, issu de la maison de Frolois, chevalier, se fixa à Lons-le-Saulnier en 1350. Sa postérité, éteinte depuis longtemps, avait formé deux branches. Armes : d'or, à six cotices d'azur et à la bordure engreslée de gueules.

POUPET. Cette maison, qui tirait son nom de la Grange-Poupet, près de Salins, devait son élévation à Jean Fruin, de Poligny, ambassadeur du duc de Bourgogne au concile de Bâle, dont la soeur, Gérarde Fruin, avait épousé au XVe siècle Jean Poupet. Un de leurs enfants devint évêque de Châlon-sur-Saône en 1460. Guillaume Poupet, l'aîné, receveur général du duc de Bourgogne, fut père de Charles de Poupet, chambellan de Charles-Quint, dont il devint l'ambassadeur à Rome ; Jean de Poupet, son fils, chevalier d'Alcantara, n'eut qu'une fille, mariée à Jean de Bauffremont. Armes : d'or, au chevron d'azur, accompagné de trois perroquets de sinople, becqués, bouclés et membrés de gueules.

POURCHERESSE. Claude-François Pourcheresse, écuyer, seigneur de Fraisan, était au siècle dernier lieutenant général au bailliage de Salins.

POURLANS. Famille éteinte, qui avait pour armes : de gueules, à la bande engreslée d'argent.

POURREY de SAINT-BRESSON. Famille du bailliage de Dole, convoquée en la chambre de la noblesse en 1789.

POURTIER. Louis Pourtier, avocat fiscal à Salins, fut anobli le 20 décembre 1656. Sa descendance est représentée à Besançon par M. Pourtier de Chaucenne, conseiller à la cour impériale. Armes : d'or, à la bande de sable, chargée de trois fusils d'or et accompagnée de deux clefs de sable.

POUTIER. Ancienne famille de Besançon, fixée de nos jours à Langres et dans le Poitou. Denis de Poutier, seigneur de Sônes, cogouverneur de Besançon en 1621 obtint des lettres de chevalerie de Philippe IV, roi d'Espagne. Jean Poutier, son père, conseiller au parlement de Dole en 1593, avait reçu des lettres de noblesse de l'empereur Rodolphe. Leur descendance a formé deux branches. La cadette s'est éteinte en 1825 dans Antoine de Poutier de Gouheland, chevalier de Saint-George et maréchal de camp. De la branche aînée, qui subsiste encore, était Nicolas-Gabriel de Poutier, comte de Sônes seigneur de la Neuville, chevalier de Saint-George en 1750, qui servit avec son fils dans l'armée de Condé. Alliances : Franchet, Guyot de Maiche, de Maizières, de Bressey, de Han, de Montrichard, de Pra-Peseux, de Rose, Alviset-de-Maizières, de la Tour, de Pradel, Planta de Wildemberg. Armes : de sable à la croix engreslée d'argent.
Source : Annuaire de la noblesse de France 1867
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36595x/f375.item

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+