24 juillet 2009

Famille de la Myre

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 19
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s

MYRE (DE LA). D'après les historiens et des titres authentiques, cette famille tenait, dès l'an 1031, un rang distingué dans la haute noblesse des bailliages de Laurac et de Châteauneuf en Guyenne, et son nom se trouve honorablement placé parmi ceux des plus illustres maisons de Guyenne, de Languedoc et de Quercy. Son nom existait avant l'introduction des fiefs, et ceux de cette maison étaient qualifiés chevaliers dans les temps où ce titre ne s'acquérait que par des services militaires.

Le premier de ce nom que l'on connaisse, est Pons DE LA MYRE, qui fut présent, avec plusieurs autres seigneurs, à un acte du 6 des kalendes d'octobre 1031, la 35e année du règne du roi Robert, par lequel Ermengaud, par la grâce de Dieu comte et marquis, et Bélaschitte sa femme, vendent à Arnaud Spire un alleu situé dans le comté d'Urgel.

Bernard de la Myre, surnommé de Toréna, et sa femme Salmadrine, firent, par acte du 4 des ides de mai 1160, don à Dieu, à la sainte Vierge et aux prieur et religieux de Campagnia, pour l'amour de Dieu et le salut de leurs âmes ; de tous les droits de directe qui leur appartenaient dans le territoire de Villelongue au diocèse de Carcassonne. Le même, sa femme et leurs enfants firent, en l'année 1171, et au mois de janvier 1189, différentes donations à l'abbé et aux religieux de Bonnefont et de Campagnia.

Hugues de la Myre, Raymond de la Myre, et Augier de la Myre, furent du nombre des chevaliers qui, in castro de-Carcassona-sub-Ulmo, prêtèrent serment de fidélité à Raymond Roger, fils de Roger, vicomte de Béziers.

R. de la Myre, chevalier, fut député avec l'archidiacre de Villemur, par lettres du roi Louis VIII, du mois de juin 1226, vers le consul et l'université d'Alby, pour recevoir leurs hommages. En la même année, R. de la Myre, chevalier, reçut la soumission des villes de Béziers, de Nîmes et de Carcassonne, à l'église et au roi Saint Louis prenant, par lettres du mois de juin 1228, les habitants de la ville d'Alby sous sa protection, leur mande de lui faire le serment de fidélité entre les mains de l'évêque d'Alby ; de R***, prévôt de cette église ; et de R. de la Myre, chevalier.
  1. Pierre DE LA MYRE, chevalier, le premier dont la descendance soit bien connue, né vers l'an 1220, fut, au rapport de la Faille, dans ses Annales de Toulouse, ainsi que ses trois fils, du nombre des barons, chevaliers, nobles et consuls du bailliage de Laurac, qui, les 9, 10, 11, 12 et 13 des kalendes de janvier 1271, firent serment de fidélité au roi Philippe III, dit le Hardi. On ignore le nom de sa femme et l'époque de sa mort. Il a eu trois enfants :
    1. Sicard de la Myre, chevalier, qui suit ;
    2. Guillaume de la Myre, damoiseau ;
    3. Pons de la Myre, damoiseau.

  2. Sicard DE LA MYRE, chevalier, né vers l'an 1245, fils aîné de Pierre de la Myre. Il prêta serment de fidélité au roi Philippe III avec, son père et ses frères. On ne connaît ni le nom de sa femme, ni les alliances de ses, frères, s'ils en ont contracté, Il eut pour fils Pierre de la Myre, qui suit.

  3. Pierre DE LA MYRE, second du nom, seigneur de la Motte-Séguier, près de la ville de Saint-Porquier en la sénéchaussée de Toulouse, et de Bartombal en Quercy. Il vivait en 1310, et, dans la transaction passée entre ses enfants, en 1378, pour le partage de sa succession, il est qualifié nobilis Myri dominus de la Motte-Séguier et de Bartombal. Il eut pour fils :
    1. Jacques de la Myre, qui suit ;
    2. Philippe de la Myre, seigneur de Bartombal, mort sans postérité, dont les biens passèrent à Isaac de la Myre, son petit neveu.

  4. Noble Jacques DE LA MYRE, seigneur de la Motte-Séguier, père de Jean de la Myre, qui suit.

  5. Jean DE LA MYRE, seigneur de la Motte-Séguier, chambellan du roi d'Arménie. Il obtint, en date du 27 septembre 1391, un passeport du roi d'Angleterre lui permettant, ainsi qu'à François de la Myre, grand sénéchal d'Arménie, de passer en Angleterre avec six écuyers de leur compagnie, leurs armes, artillerie, et autres choses prohibées. Il eut pour femme demoiselle Marie de la Fare, fille de Raimond, damoiseau, seigneur de la Fare, et d'Isabeau de Pelebarbe d'Iserne, comme il conste par la quittance de la dot de ladite demoiselle, en date de l'avant-dernier jour de mars 1390. De ce mariage sont nés :
    1. Isaac de la Myre, qui suit ;
    2. Pierre de la Myre, marié à Jeanne de la Mina, mort sans postérité.

  6. Isaac DE LA MYRE, damoiseau, seigneur de la Motte-Séguier, de Bartombal, des Bordes, de Fitte et de Baranet. Dans son testament fait en 1476, il est qualifié nobilis et venerabilis vir Isaac Myri domicellus. Il avait épousé Jeanne de Montbrison, dont il eut pour fils :
    1. Robert de la Myre, qui suit ;
    2. Philippe de la Myre ;
    3. Jacob de la Myre.

  7. Robert DE LA MYRE, Ier du nom, chevalier, seigneur de la Motte-Séguier, Douazac, Manaut, de Moutet et de Montbrison, capitaine de cinq cents hommes de pied, gascons. Il avait servi d'abord sous son père, et passa toute sa vie dans le métier des armes. Il suivit Charles VIII en Italie, lors de la conquête de Naples, et le 6 juillet 1495, à la mémorable bataille de Fornoue, étant à la tête de cinq cent hommes de pied, gascons, et Guillaume de la Myre son fils en commandant cinquante, il se fit remarquer entre les plus braves, malgré son âge, des preuves de la plus rare valeur, et fit prisonnier un des princes ligués d'Italie qui portait en son écu trois aigles d'or au champ d'azur, que le roi lui permit, à lui et à sa postérité, de porter en écartelure avec ses armes (1):
    (1) Lachenaye des Bois, suivant en cela l'Armorial de France, t. g, attribue par méprise ce fait à Guillaume de la Myre, qui, à la vérité, avait partagé avec son père les dangers et la gloire de cette journée ; mais M. d'Hozier a rectifié cette erreur dans le procès-verbal qu'il dressa, en 1730, des preuves de la noblesse de Luc de la Myre, l'un des descendants de ce valeureux chevalier. Ce trait historique est encore rapporté en l'épitaphe apposée en 1678 sur la tombe de Jean de la Myre, dans l'église de Sainte-Godeberthe de Noyon, et rappelé, par le roi Louis XIV, dans les provisions qu'il donna, en 1714, de la charge de son lieutenant en la province de Picardie, à Antoine de la Myre.
    Robert de la Myre avait épousé Flore de Biran, fille de Bernard de Biran, seigneur de Roquefort, et de Françoise de Montesquiou. Il en a eu deux enfants, tous deux du même nom :
    1. Guillaume de la Myre, qui a continué la branche aînée sous le nom de la Myre de Douazac ;
    2. Guillaume de la Myre, auteur de la branche connue longtemps sous le nom de la Myre de la Motte, et dont est sortie celle de la Myre Mory.
Branche de la Myre de Douazac, prise au septième degré.
  1. Guillaume DE LA MYRE, chevalier, seigneur de Douazac, du Moutet et de Merle, fils aîné de noble Robert de la Myre, et de Flore de Biran. Il est né en 1462, et de son mariage avec demoiselle Marie Boucher, il a laissé douze enfants. :
    1. Robert de la Myre, qui suit ;
    2. Raymond de la Myre, mort sans alliance ;
    3. Jean de la Myre, mort sans alliance ;
    4. Autre Jean dit Jeannot de la Myre, mort sans alliance ;
    5. Pierre de la Myre, prêtre, licencié en droit, chanoine de l'église collégiale de Beaumont ;
    6. Abraham de la Myre, sans alliance ;
    7. Denise de la Myre, mariée à noble Jean de Cédeil ;
    8. Anne de la Myre, mariée au seigneur de Garrigéa ;
    9. Marguerite de la Myre, mariée à noble Bernard de Nepveu ;
    10. Marie de la Myre, mariée à noble Pierre Rantier, seigneur de Castelfranc ;
    11. Jeanne de la Myre, sans alliance ;
    12. Rose de la Myre, sans alliance.

  2. Robert DE LA MYRE, IIe du nom, seigneur de Douazac, du Moutet, et de Merle en partie. Il est né en 1518, et a épousé, en 1550, demoiselle Catherine de la Tapie, dont il a eu :
    1. Jean de la Myre, marié en 1578, à demoiselle Isabeau d'Arbieu, fille de noble Antoine d'Arbieu, seigneur de Poupas, et de demoiselle Isabeau de Garmisière. Il mourut en 1618, laissant de son mariage : a. Jean-Louis de la Myre, mort au service, sans alliance ; b. Philippe de la Myre, seigneur de Merle, marié à demoiselle Marguerite Rey, mort sans postérité ; c. Jean de la Myre, seigneur de-Bosc, mort au service en 1625, sans alliance ; d. Marie de la Myre, mariée à noble Bérard de Voisins, seigneur du Sendat, d'une branche de la maison de Voisins, établie en Armagnac par le mariage de Guillaume de Voisins avec Jacquette de Montaut, fille unique d'Odon, baron de Montaut en Armagnac, et de Bellegarde de Montesquiou.
    2. Abraham de la Myre, qui suit ;
    3. Jean-Louis de la Myre, homme d'armes du roi en 1597, mort sans postérité.

  3. Abraham DE LA MYRE, écuyer, seigneur de Douazac, capitaine d'une compagnie de gendarmes, second, fils de Robert de la Myre et de demoiselle Catherine de la Tapie. Il est né en 1557. Il a épousé, en 1604, demoiselle Marguerite Dufour, et en 1642, en secondes noces, demoiselle Anne de Vigneaux, qui ne lui a pas laissé d'enfants. De sa première femme il a eu Josias de la Myre qui suit.

  4. Josias DE LA MYRE, seigneur de Douazac, gouverneur de Lavit, et commandant dans la Lomagne. Il est né en 1609, et fut, le 8 mai 1667, maintenu dans sa noblesse d'extraction, par jugement contradictoire de la commission nommée par le roi pour faire, en la généralité de Montauban, la recherche des faux nobles. En 1647, il avait épousé demoiselle Armoise de Petit, fille de noble Daniel de Petit, seigneur de Montbrison, et de demoiselle Armoise de Luppé. De ce mariage sont nés :
    1. Henri de la Myre, qui suit ;
    2. César de la Myre, dit le chevalier de Douazac, mousquetaire de la deuxième compagnie de la garde du roi, successivement brigadier et maréchal-des-logis dans la même compagnie, chevalier de Saint-Louis et mestre-de-camp de cavalerie, mort sans alliance ;
    3. Armoise de la Myre ;
    4. Marie de la Myre ;
    5. Marguerite de la Myre ;
    6. Olympe de la Myre ;
    7. Pauline de la Myre ;

    Toutes mortes sans avoir contracté d'alliances.

  5. Henri DE LA MYRE, seigneur de Douazac, mousquetaire dans la deuxième compagnie de la garde du roi. Il est né en 1649, et a épousé, en 1688, demoiselle Suzanne de Saint-Sardos, fille d'Isaac de Saint-Sardos et de demoiselle Suzanne de la Porte. Il en a eu :
    1. Bernard de la Myre, chevalier de Saint-Louis, mousquetaire de la deuxième compagnie ;
    2. Henri, dit le chevalier de la Myre, mousquetaire en la même compagnie, morts l'un et l'autre sans alliances ;
    3. Jean-François de la Myre, qui suit.

  6. Jean-François DE LA MYRE, seigneur de Douazac, troisième fils de noble Henri de la Myre et de demoiselle Suzanne de Saint-Sardos, capitaine de grenadiers au régiment de Beauvoisis, et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il est né en 1706, et mort en 1765. Il avait épousé, en 1758, demoiselle Marie-Anne de Lautron, dont il n'a eu qu'une fille :

    Marie-Bernardine, née en 1759 ; mariée, en 1778, à messire Godefroy de Secondat, baron de Rocquefort, capitaine de cavalerie.

    C'est en la personne de ladite Marie-Bernardine de la Myre, baronne de Rocquefort, qu'a fini la branche de la Myre de Douazac, et que ses biens ont passé à la famille de Secondat de Rocquefort, branche aînée de celle de Secondat de Montesquieu.
Branche de la Myre de la Motte, prise au septième degré.
  1. Guillaume DE LA MYRE, Ier du nom dans sa branche, chevalier, seigneur de la Motte-Séguier de Bartombal, et de Manant, capitaine de cinquante hommes de pied, gascons, second fils de Robert de la Myre, chevalier, et de Flore de Biran, seigneurs de la Motte-Séguier. Il est né en 1464, et servit avec son père les rois Louis XI et Charles VIII. Sous ce dernier prince il se distingua à la célèbre journée de Fornoue, en qualité de l'un des capitaines de cinquante hommes faisant partie des cinq cents commandés par son père, dont il partagea la gloire en cette occasion. Il a épousé en premières noces demoiselle Marie Bertier de la Tapie, et en secondes noces, par contrat du 17 mars 1510, demoiselle Jeanne de Villemur, dont il n'a pas eu d'enfants ; mais du premier lit il a eu :

  2. Robert de la Myre, second du nom, seigneur de la Motte-Séguier et de Merle, capitaine d'une compagnie de gens de pied, gouverneur de Saint-Porquier, fils unique de Guillaume de la Myre, et de Marie Bertier de la Tapie, sa première femme. Il est né en 1505 : à l'exemple de ses ancêtres, il embrassa dès sa première jeunesse la profession des armes, fut fait capitaine d'une compagnie de gens de pied, et ensuite commandant avec titre de gouverneur de la ville de Saint-Porquier, où il fut tué en 1566 pour le service du roi d'un coup qui lui perça la langue en défendant cette ville contre les religionnaires. En 1531 il avait épousé Louise de la Serre, dame de la Salle et de Merle, fille unique de feu noble Jean de la Serre, et de noble dame Florette de Biran. Il laissa de ce mariage :
    1. Guillaume de la Myre, qui suit ;
    2. Antoine de la Myre ;
    3. Jean de la Myre.

  3. Guillaume DE LA MYRE, second du nom, seigneur de la Motte-Séguier. Il est né en 1532, a servi sous son père dès ses plus tendres années, et le remplaça en charge d'une compagnie de gens de pied, et en celle de commandant, en la ville de Saint-Porquier, qu'il maintint sous l'autorité du roi contre les protestants, et à la défense de laquelle il perdit la vie : il est cité dans les mémoires du maréchal de Montluc pour s'être conduit avec distinction au siège de Thionville sous le duc de Guise en 1558, et s'être jeté des premiers dans une tour dont la prise décida celle de la ville. Il avait épousé en 1578 demoiselle Catherine de Marty, fille de noble Jean de Marty, dont il a eu :
    1. Jean de la Myre, mort en bas âge ;
    2. Autre Jean de la Myre, qui suit.

  4. Jean DE LA MYRE second du nom, seigneur de la Motte-Séguier du petit Barois et d'Eterpigneul ; il est né en 1601, a embrassé dès l'âge de treize ans la profession des armes dans laquelle il s'acquit de la réputation il fut successivement lieutenant au régiment de Brézé, capitaine dans celui d'Hocquincourt, et capitaine des portes des ville et citadelle d'Arras ; ce fut dans cette ville qu'il épousa en 1630 Catherine de Mory, dame d'Ermain et du Metz en Flandres, fille de Jean de Mory, seigneur d'Ermain et du Metz et de Catherine Broude. Il mourut à Noyon en Picardie le 3 septembre 1678, et il fut inhumé dans l'église de Sainte-Godeberthe, et sa femme dans celle d'Argenteuil, dans l'île de France, près Paris. Il a laissé de ce mariage :
    1. Gabriel de la Myre, qui suit ;
    2. Catherine-Marie-Suzanne de la Myre ;
    3. Elisabeth de la Myre.

  5. Gabriel DE LA MYRE, chevalier, seigneur de la Motte-Séguier, d'Eterpigneul, de Boucly, etc., baron, châtelain de Hangest et Davenescourt, lieutenant du roi et commandant pour Sa Majesté dans les ville et citadelle de Pignerol, directeur des fortifications de delà et deçà les monts, etc. Il est né en 1632 ; il fit ses premières armes dans la seconde compagnie des mousquetaires de la garde du roi ; fut fait en 1665 capitaine dans le régiment de Rambures, et depuis incorporé avec le même garde dans le régiment des gardes de M. le Dauphin ; donna au siège de Lille en 1667, des marques d'une valeur distinguée, suivant un certificat du prince Eugène de Savoie, qui dit « qu'il avait conduit et avancé les travaux de l'attaque avec tant de vigueur et de diligence, qu'il ne se pouvait davantage jusqu'à ce que…, traçant un logement sur la contrescarpe du fossé de ladite ville, après y avoir reçu plusieurs blessures…, il se serait enfin retiré, ne pouvant plus agir…, à cause de la grande perte de son sang, ayant, en tous ces travaux conduits par ledit sieur de la Motte la Myre, remarqué un grand courage, et ferme résolution dans le service du roi. » Il s'était effectivement livré, dès sa première jeunesse, à l'étude des fortifications, et y avait eu de grands succès. Après avoir rendu de grands services dans cette partie, il fut fait ingénieur du roi au département de Picardie, et fut aussi chargé de diriger la construction de différentes fortifications dans d'autres provinces. Il fut successivement, sergent-major, lieutenant du roi et commandant des ville et citadelle de Pignerol en Piémont, étant en même temps directeur des fortifications de delà et deçà les monts. Il est mort en 1685 à Pignerol, où son corps est inhumé dans l'église des Dominicains, et son cœur à Davenescourt en Picardie. Il avait épousé en 1669 Marie de Folleville, de Beaumartin, fille de Paul de Folleville, seigneur de Beaumartin, et de Marie de Warluzel : il a eu de ce mariage :
    1. Charles-Gabriel de la Myre de Boucly, né à Pignerol, mort en bas âge, enterré dans l'église des Dominicains ;
    2. Pie de la Myre de Boucly, mort à quatre jours, enterré dans la même tombe ;
    3. Françoise de la Myre, religieuse professe au monastère de la Visitation Sainte-Marie, en la ville de Pignerol en 1687, morte dans ledit monastère en 1724 ;
    4. Lucie de la Myre de Boucly, née en 1670, mariée en 1685 à Pierre-François de Cardevac, chevalier, seigneur de Gouy, second fils d'Antoine-François de Cardevac, baron d'Havrincourt, seigneur des Hauts-Bois, et de Anne de Thieulaine.

    Marie de Folleville étant morte en 1673 à Pignerol où elle est inhumée avec ses deux enfants, Gabriel de la Myre a épousé en secondes noces en 1675 demoiselle Marie l'Argentier, de la maison de Chappelaine, en Champagne, fille de messire Jean l'Argentier, conseiller secrétaire du conseil de la reine, et de Anne Berruyer. Il a eu de ce mariage :
    1. Antoine de la Myre, qui suit ;
    2. Gabriel-Michel de la Myre, dit l'abbé de la Motte, prêtre, seigneur d'Eterpigneul chanoine de l'église cathédrale de Noyon ;
    3. François-Gaspard de la Myre, dit le chevalier de la Motte, qui a servi dans le régiment du roi, et est mort sans alliance ;
    4. Marie-Lucrèce de la Myre, mariée en 1604 à Etienne-François Boynet, chevalier, seigneur du Pin et de la Fremaudière, généralité de Poitiers ; fils de Louis-François Boynet, chevalier, seigneur, etc., et de Anne Boynet, son épouse et sa parente.

  6. Antoine DE LA MYRE, comte de la Motte, seigneur de Hainnecour, baron châtelain d'Hangest, Davenescourt, etc., lieutenant pour le roi en la province de Picardie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, fils aîné de Gabriel de la Myre, et d'Elisabeth-Marie Largentier, sa seconde femme. Il est né à Pignerol en Piémont en 1676. Il embrassa très jeune la profession des armes, et fut, dès l'âge de dix-neuf ans, capitaine au régiment du roi. En 1704, il fut fait l'un des aides-majors généraux de l'armée du Rhin sous les ordres du maréchal Tallard, et eut, la même année, l'honneur de recevoir la croix de Saint-Louis de la main du roi. En 1714, sur la démission de M. le duc de Chaulnes, il fut pourvu de la charge de lieutenant pour le roi en la province de Picardie, au département de Péronne, Montdidier et Roye. Dans les provisions qui lui en furent expédiées, il est dit : « En mémoire des services à nous rendus par Antoine de la Myre, dans lesquels et autres il a donné des preuves de valeur, bonne conduite et capacité, s'étant trouvé aux sièges de Môns, Namur Landaw, Brisach et plusieurs autres, et aux batailles de Spire, de Hochstet, Ramillies, etc., où il a été si grièvement blessé, que se trouvant hors d'état de suivre nos armées, nous lui aurions accordé une pension, pour lui marquer la satisfaction qu'il nous reste de ses services dans lesquels il a imité l'affection et le zèle, de Gabriel de la Myre la Motte son père, en commandant pour nous dans Pignerol… comme ont fait ses ancêtres sous les rois nos prédécesseurs, notamment Guillaume de la Myre, tué en défendant la ville de Saint-Porquier pendant les guerres civiles de religion Robert de la Myre, lequel fit, à la bataille de Fornoue, prisonnier un des princes ligués d'Italie, portant pour armes trois aigles d'or, dont le roi Charles VIII lui permit d'écarteler celles de sa famille, etc. » Ledit Antoine et ses frères furent maintenus dan leur noblesse d'extraction, en 1713, par M. de Bernage, maître des requêtes, commissaire départi dans la généralité d'Amiens ; il est mort en 1747. II avait épousé en 1705 Marie-Anne de Marc, fille de Charles de Marc de la Ferté, seigneur, châtelain de Reux et de la Salle Canonville, conseiller du roi en son grand conseil, et de Marie-Françoise Amyot son épouse ; il a eu de ce mariage :
    1. Charles-Antoine de la Myre, lieutenant au régiment du roi, né le 3 février 1713, mort le 29 avril 1728 ;
    2. François-Luc de la Myre Mory, né le 13 février 1715. Le nom de MORY D'HONNEINGHEM lui fut donné en vertu de la substitution établie par le testament de messire Philippe-Pierre-Dominique de Mory. Il est entré dans le régiment du roi, en 1730. Il fit toute la guerre d'Italie, et fut tué d'un boulet de canon en 1745, à la bataille de Fontenoy, étant l'un des plus anciens capitaines de son corps. Il avait eu l'année, précédente l'honneur de recevoir au siège de Fribourg la croix de Saint-Louis, des mains du roi Louis XV. Il avait fait en 1730 ses preuves pour être page du roi dans la grande écurie ; mais il préféra alors entrer au régiment du roi qui, partait pour l'armée. Il est mort sans avoir contracté d'alliance ;
    3. Gabriel-Melchior de la Myre, qui suit ;
    4. Charles-Henri, dit le chevalier de la Myre, né le 25 mars 1717, chevalier de Malte en 1731, mort à Malte le 25 janvier 1742, après y avoir fait ses vœux, ayant toujours servi la religion sur les vaisseaux ou les galères, et s'être distingué par sa valeur en plusieurs occasions ;
    5. François-Jean de la Myre, comte de Mory, dont l'article suivra celui de la postérité de son aîné ;
    6. Marie-Anne de la Myre, née le 11 août 1709, religieuse cordelière de l'abbaye du Moncel, à Pont-Sainte-Maxence ;
    7. Anne-Charlotte-Françoise de la Myre, née le 26 janvier 1716, mariée en 1753 à Charles-François-Joseph, marquis de Rune, exempt des gardes-du corps du roi de Pologne, fils de messire Jacques Antoine de Rune seigneur de Warcy, et de dame Marie de Boufflers, seconde femme ;
    8. Geneviève-Alexandrine de la Myre, née le 10 janvier 1721, mariée en 1764 à messire Pierre Boucher de Flogny, comte de Carisey, chevalier de Saint-Louis, premier capitaine au régiment Mestre de camp de cavalerie, fils de messire Charles Nicolas Boucher, comte de la Chapelle, seigneur de Flogny, et de Suzanne Bazard.

  7. Gabriel-Melchior, comte DE LA MYRE, chevalier, baron d'Hangest, châtelain de Davenescourt, seigneur et patron de Tiberminil, Pimont, Yerville, Vibeuf, Lindebeuf, le Torps, Frainville, Boinville et autres lieux, lieutenant pour le roi au gouvernement de Picardie, troisième fils d'Antoine DE LA MYRE LA MOTTE, et d'Anne de Marc, comte et comtesse de la Mette. Il est né le 6 janvier 1717, reçu chevalier de Malte en 1730, et la même année page du grand-maître. Il a été ensuite cornette de cavalerie au régiment de Condé, et a fait toute la seconde guerre en Bavière et sur le Rhin. Il est mort le 16 mars 1777. Après la mort de ses deux frères aînés, il avait quitte l'ordre de Malte, et épousé en premières noces en 1749 demoiselle Marie-Christine de Cardevac d'Havrincourt, fille du marquis d'Havrincourt, de son vivant sous-lieutenant des chevau-légers de la reine au corps de la gendarmerie, brigadier des armées du roi, gouverneur de la ville d'Hesdin, et de demoiselle Anne Gabrielle d'Osmond, marquise d'Havrincourt. De ce mariage sont nés :
    1. Anne-Louis-Chrétien de la Myre, né le 7 mai 1752, mort en 1757 ;
    2. Alexandre-Chrétien de la Myre, né le 15 février 1760, mort en 1769 ;
    3. Gabrielle-Louise de la Myre, née le 7 janvier 1751, religieuse professe à l'abbaye royale de Montreuil-sous-Laon, ordre de Cîteaux, en 1774, successivement coadjutrice et abbesse, de la même abbaye en 1783, morte le 28 août 1809 ;
    4. Anne-Charlotte-Christine-Gabrielle de la Myre, née le 22 juillet 1754, mariée par contrat du 22 novembre 1777 à messire Louis-Charles, comte de Noue, chevalier de St.-Louis, mestre de camp de dragons, lieutenant-colonel du régiment de Languedoc, chevalier, seigneur de Villers en Prayères, la Malmaison, Ventheuil, et en partie de Merval ; veuf de dame Louise-Albertine Tarteron de Monstiers, fils de Louis-Charles de Noue de la Grange, et de demoiselle Marie-Madeleine de Ronty de Suzy ;
    5. Anne-Françoise-Thérèse de la Myre, née le 5 octobre 1757, mariée par contrat du 27 novembre 1785, à messire Jacques-François-Charles de Lancry de Rimberlieu, capitaine de cavalerie au régiment de Royal-Etranger, lieutenant de roi en survivance, des ville et château de Compiègne fils de messire Charles de Lancry de Rimberlieu, chevalier de l'ordre de Saint-Louis, lieutenant de roi des ville et château de Compiègne, et de demoiselle Marie-Suzanne des Fossés.

    Ladite dame Marie-Christine de Cardevac, comtesse de la Myre, est morte le 14 avril 1761 ; et par contrat du 14 février 1764, le comte de la Myre a épousé, en secondes noces, demoiselle Lucie-Philippine-Josèphe de Cardevac de Gouy, sa nièce à la mode de Bretagne, et cousine issue des issus de germain de sa première femme, fille de messire Chrétien-Pierre de Cardevac, chevalier, seigneur, de Gouy en Artois, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, et de dame Marie-Catherine-Henri-Joseph Desucre de Bélain. De ce mariage, sont nés :
    1. Alexandre-Joseph-Gabriel de la Myre, qui suit ;
    2. Antoine-Louis-Gabriel, vicomte de la Myre, né le 5 juin 1773, officier au régiment de Conti, dragons, marié, en 1801, à demoiselle Louise-Camille de Goussancourt de Grivenne, dont il n'a eu que des filles ;
    3. Anne-Charlotte-Christine-Gabrielle-Lucie de la Myre, née le 12 décembre 1764 ; brevetée en 1779 au chapitre noble des Dames comtesses de Neuville ; mariée, par contrat du 19 juin 1783, à Antoine-Gilles-Marie vicomte de Louvel, capitaine de dragons, fils de Charles-Gilles-Marie, comte de Louvel, ancien capitaine de cavalerie, vicomte d'Auterêche, chevalier, seigneur de Warvillé, Arviller, Prunurval, l'Echelle et autres lieux, et de dame Marie-Anne-Antoinette-Nicolle de Guillon ;
    4. Françoise-Henriette de la Myre, née le 13 février 1769 ; admise au chapitre de Neuville en 1779 ; mariée, par Contrat du 27 novembre 1785, à Me Marie-Marguerite-François-Firmin Desfriches, comte Doria, marquis de Payen, seigneur de Cayeux, Cernois, Bettancourt et autres lieux, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre royal, et militaire de Saint-Louis, veuf, en premières noces, de demoiselle Marie-Geneviève Desfossés de Wateville ; et en secondes noces, de demoiselle Catherine-Julie-Alexis de Rougé ;
    5. Gabrielle-Alexandrine-Julie de la Myre, née le 4 juin 1776 ; admise en 1779, au chapitre de Neuville, et mariée, en avril 1795, à monsieur Alexandre d'Aarjavel.

  8. Alexandre-Joseph-Gabriel comte DE LA MYRE, baron d'Hangest, châtelain de Davenescourt, seigneur, patron de Tiberminil, Pimont, Yerville, Vibeuf, Lindebeuf, le Torps, Batteville, Châteauroux, Heudières, la Ferté, le Rosay, Hausselaine, Beautot, Rémaugis, Nourviller, grand et petit Gruchet, et autres lieux ; lieutenant pour le roi, en la haute Picardie ; fils aîné de Gabriel Melchior de la Myre, et de Lucie-Philippine-Josèphe de Cardevac, seconde femme. Il est né le 23 avril 1771, est entré, en 1788, au régiment du Roi, infanterie, et a épousé, par contrat du 10 octobre 1795, demoiselle Elisabeth-Françoise-Aglaé le Pelletier d'Aunay, fille de messire Charles-Louis-David le Pelletier, comte d'Aunay, maréchal des camps et armées du roi, chevalier des ordres de Malte et de St-Louis, et de Louise-Elisabeth-Flavie de Chastenet-Puységur. De ce mariage, sont nés :
    1. Charles-Philippe-Gabriel de la Myre, né le 19 avril 1802 ;
    2. Marie-Antoinette-Elisabeth de la Myre, née le 29 mai 1804.
Branche de la Myre-Mory, prise au treizième degré.
  1. François-Jean DE LA MYRE, comte de Mory d'Honneinghem (cinquième fils du comte et de la comtesse de la Motte), chevalier, seigneur de Congis, Villers-les-Rigault, la Tarterelle, la Salle Canonville, Montjay, Hainnecourt, le châtel d'Ocquerre, Viron, et autres lieux ; seigneur et patron de la châtellenie de Reux, mestre-de-camp de cavalerie, capitaine des gardes de S. A. S. monseigneur le prince de Conti prince du sang, ci-devant chevalier de Malte, conservé aux honneurs dudit ordre. Il est né le 14 septembre 1723 ; le 13 juin 1737, il fut reçu chevalier de Malte, et fait le même jour page du grand-maître ; a servi onze ans, et fait vingt-deux campagnes sur les vaisseaux et galères de la religion, en qualité d'enseigne de vaisseau et de major des galères par intérim, quoique cette place ne fût ordinairement remplie que par des procès. Ayant fait dans cet intervalle un voyage en France, par congé, il y a fait la campagne de 1744, sur le Rhin, en qualité de cornette de cavalerie au régiment de Condé. Après la mort de son père, il prit le nom et les armes de Mory, se trouvant par la mort de deux de ses frères devenu le second fils, et comme tel ; appela à la substitution des biens, noms et armes de Mory, suivant le codicille de Philippe-Pierre-Dominique de Mory, seigneur de Hainnecourt, fait à Cambray, le 1er septembre 1703. En quittant l'ordre de Malte, il a eu, par un bref particulier, la permission de continuer à en porter la croix, en considération des services importants qu'il avait rendus à l'ordre. Par contrat du 9 mai 1753, il a épousé demoiselle Marie-Anne-Thérèse de Chamborant de la Clavière, fille de messire Claude de Chamborant, comte de la Clavière, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, seigneur de la Clavière, Eguson, Villemandeur, et autres lieux ; lieutenant-général des armées du roi ; gouverneur de Montmédy, et de la personne de S. A. S monseigneur le comte de la Marche, et de dame Marie-Anne Moret de Bournonville, son épouse. La comtesse de Mory a été successivement dame pour accompagner, et ensuite dame d'honneur, de S. A. S. madame la comtesse de la Marche, depuis princesse de Conti. De ce mariage, sont nés :
    1. Claude-Madeleine de la Myre Mory, né le 17 août 1755 ; abbé commendataire de Preuilly, en Touraine, en 1784 ; prieur d'Oysé, au diocèse du Mans, en 1786 successivement vicaire général de Carcassonne, de Bourges et de Paris ;
    2. André-Jérôme de la Myre, vicomte de Mory, qui suit ;
    3. Claude-Gabriel-François, dit le chevalier de la Myre Mory, chef de la seconde branche qui suit, après celle de son frère ;
    4. Claude-Marie-Louise de la Myre Mory, née le 28 juin 1754 ; brevetée, le 1er août 1765, au noble chapitre des dames chanoinesses-comtesses de Neuville ; mariée, par contrat du 29 décembre 1772, à messire Jean-Dominique, comte de Cassini, chevalier, noble Siennois, mousquetaire de la deuxième compagnie de la garde du roi, membre de l'académie royale des sciences de Paris, directeur en survivance de l'observatoire royal ; fils de messire César François Cassini de Thury, chevalier, noble Siennois, conseiller du roi, maître ordinaire en sa chambre des comptes, membre de l'académie royale des sciences de Paris, de la société royale de Londres, de l'institut de Bologne, etc., et de dame Charlotte-Jeanne Drouyn de Vaudeuil ;
    5. Louise-Fortunée de la Myre Mory, née le 20 juillet 1759 ; brevetée au chapitre de Neuville, le 2 août 1765 ; morte le 16 février 1766 ;
    6. Alexandrine-Emilie de la Myre Mory, née le 28 août 1764, brevetée au chapitre de Neuville le 2 août 1765, installée chanoinesse-comtesse, titulaire audit chapitre, le 27 novembre 1785 ; religieuse au monastère des Carmélites déchaussées de la réforme de Sainte Thérèse, à Chambéry en Savoie, le 13 avril 1791 ; décédée au monastère de Turin, le 29 janvier 1795 ;
    7. Pauline-Marie de la Myre Mory, sœur jumelle de la précédente ; brevetée au même chapitre, le 1er août 1765 ; chanoinesse comtesse titulaire le 26 novembre 1783 ;
    8. Antoinette-Louise-Marie-Edesse de la Myre Mory, née le 1er novembre 1773 ; brevetée au chapitre de Neuville, le 6 février 1774 ; mariée, par contrat du 25 février 1797, à messire Anne-Charles-Frédéric-Ambroise, comte de Beauclerc, chevalier honoraire de l'ordre de Malte, et auparavant enseigne des vaisseaux de la religion, fils de messire Charles de Beauclerc, baron d'Achères, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, capitaine au régiment d'Harcourt, dragons, et de Marguerite-Laurence Rocheron de Voisins.

  2. André-Jérôme DE LA MYRE, vicomte de Mory, membre de l'association de Cincinnatus d'Amérique, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, maréchal des camps et armées du roi. Il est né le 8 avril 1762, a été fait, le 9 avril 1777, cadet gentilhomme au régiment d'Auxerrois, infanterie, avec lequel il a fait la guerre en Amérique ; s'est trouvé à la prise de la Dominique, en 1778 ; à celle de la Grenade, en 1779, a reçu plusieurs blessures au combat naval qui en été la suite ; s'est encore trouvé, en 1780, à l'assaut de Savanah, après lequel il a eu les jambes gelées dans la baie de Chesapeach. De retour en France, il a fait capitaine de cavalerie au régiment de Royal-Etranger, le 12 juillet 1781 ; et le 30 octobre 1785, mestre-de-camp lieutenant en second du régiment d'infanterie de S. A. S. monseigneur le prince de Conti. Il a fait ensuite toutes les campagnes de l'armée de Condé, en qualité de lieutenant et de capitaine de compagnies de chasseurs nobles ; y a été fait chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, le 30 avril 1794 ; y a été grièvement blessé le 13 août 1796, au combat de Kamlach ; et a été fait, par le roi, maréchal de ses camps et armées, le 1er décembre 1797 ; il est mort le 18 septembre 1807 ; par contrat du 19 février 1786, signé ledit jour par le roi et la famille royale, il avait épousé demoiselle Bernarde-Françoise Bertier, fille de messire Louis-Bénigne-François Bertier, chevalier, conseiller du roi. en ses conseils, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, intendant de justice, police et finances de la généralité de Paris ; surintendant des finances, domaines et affaires de la maison de la reine, et de defunte dame Marie-Josèphe Foullon, son épouse. De ce mariage sont nés :
    1. Alfred de la Myre Mory, né le 11 octobre 1790, mort la même année ;
    2. Arnold-Pierre-Aimé de la Myre Mory ; né le 17 janvier 1793, mort le 25 avril 1814 ;
    3. Auguste-Jacques-Anne de la Myre Mory, qui suit ;
    4. Ernestine-Marie-Louise de la Myre Mory, née le 30 juillet 1787, mariée, par contrat du 30 août 1809, à messire Edme Seguin de Broin, fils de messire Nicolas Seguin de Broin, et de dame Claudine-Huguette Cochet de Savigny ;
    5. Albine-Anne-Françoise de la Myre Mory, née le 24 avril 1789, morte en 1790 ;
    6. Albine-Antoinette-Madeleine de la Myre Mory, née le 28 juin 1796 ;
    7. Athanaïs-Albine-Eusèbe de la Myre Mory, née le 26 janvier, morte le 15 décembre 1800 ;
    8. Zéphyrine-Louise-Ferdinande de la Myre Mory, née le 26 juin 1801 ;
    9. Pulchérie-Claudine-Marie de la Myre Mory, née le 16 mai 1805.

  3. Auguste-Jacques-Anne, Comte DE LA MYRE MORY, troisième fils d'André-Jérôme de la Myre, vicomte de Mory, né le 11 septembre 1794.
Seconde branche issue de la Myre-Mory, prise du quatorzième degré.
  1. Claude-Gabriel DE LA MYRE-MORY, troisième fils de François-Jean de la Myre, comte de Mory. Il est né le 18 avril 1767, reçu, le 2 mai suivant chevalier de Malte, est entré au service de la marine en 1782, l'a quitté, en 1787, avec le grade de lieutenant de vaisseau, a été fait capitaine de cavalerie au régiment de Royal-Normandie en 1788, et est mort le 15 janvier 1808. Par contrat du 24 mars 1796, il avait épousé demoiselle Auguste-Geneviève-Françoise-Claire de Mauperché, fille de messire Auguste de-Mauperché, conseiller de grand' chambre au parlement de Paris, dont il a eu : Alphonse-François de la Myre-Mory, qui suit.

  2. Alphonse-François, vicomte DE LA MYRE-MORY, fils unique de Claude-Gabriel de la Myre-Mory et de Auguste-Geneviève-Françoise-Claire de Mauperché, son épouse, est né le 30 mars 1797 ; mousquetaire de la première compagnie de la garde du roi, en 1814.
Armes : Écartelé au premier et quatre d'azur à trois aigles d'or, au vol abaissé, diadémées, becquées et membrées de gueules, posées deux et un : au deux et trois d'or à la bande de gueules, surmontée de trois merlettes de sable et accostée de deux tourteaux d'azur, aux angles de l'écu à sénestre en chef, et à dextre en pointe.

5 commentaires:

martine a dit…

Anne Charlotte de la Myre semble liée au château de Warsy (80). Voici de qui est dit ici :
http://www.warsy.com/history.htm

"The present chateau was built in 1725 by Jacques’ great-grandson, Jacques-Antoine, the 1st Marquis de Rune; his son, Charles-Francois died on the eve of the Revolution, without issue from his marriage to Anne-Charlotte de la Myre. A drawing of that time (see right) featured on the panel outside the chateau gates shows the chateau much as it is today."

Gilles a dit…

Merci pour ce complément. J'avais noté "Anne-Charlotte-Françoise de la Myre, mariée à Charles-François-Joseph, marquis de Rune, fils de messire Jacques Antoine de Rune seigneur de Warcy". Apparemment la bonne orthographe est Warsy et non Warcy.

Maryline a dit…

Gabrielle Alexandrine Julie De la Myre est née à DAVENESCOURT 80
http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413219oyrG1D/1/128

wattelainne a dit…

Décés Gabriel Victor De La myre
http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413219oyrG1D/1/136
Maryline

Gilles a dit…

Merci beaucoup Maryline, c'est une très bonne idée d'avoir ajouter les liens

Gabrielle Alexandrine Julie de la Myre

Décès de Gabriel Victor de la Myre

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+