11 octobre 2009

Les commandeurs de Puimoisson

J'ai trouvé cet article dans le Tome VIII des Annales des Basses-Alpes, publié en 1898 et disponible sur BnF/Gallica. Cet article a été pour moi un prétexte pour dessiner quelques blasons qui sont également téléchargeables au format SVG dans cette bibliothèque de mon Google Site.

LES COMMANDEURS DE PUIMOISSON

Cette nomenclature ayant été dressée d'après les registres de délibérations du Chapitre provincial de Saint-Gilles, les procès-verbaux de visites, les actes de reconnaissance, chartes et papiers de diverse nature présentant de nombreuses solutions de continuité, il n'a pas été possible de donner toutes les dates de succession des commandeurs. A défaut d'indications plus précises, les dates que nous donnons sont celles des documents renfermant les mentions les plus anciennes et les plus récentes du nom de chaque titulaire.

GUILLAUME DE BEAUDINARD, commandeur probable, assista, comme représentant de l'Ordre, à la confirmation que fit Pierre Géraud, évêque de Riez, des donations précédemment faites aux Hospitaliers de Puimoisson par l'évêque Augier, XIII des kalendes de février 1155.

ALBERT DE GRIMALDI, de la famille des princes de Mourgues, fut le troisième commandeur de Puimoisson (1168).

Armes : Fuselé d'argent et de gueules.

SANCHE DE LOMBERS reçut dans l'Ordre Cordel, seigneur de Brunet, qui fit donation du domaine de Telle (décembre 1194).

GUILLAUME DE LA CLUE, portant le titre de Magister, reçut simultanément avec Bermond Artaud, portant celui de Preceptor, la donation de la terre de Mauroue faite par Spade et Guillaume Augier (avril 1198).

ISNARD DE SAINT-VINCENT reçut dans l'Ordre Cordel de Brunet, fils d'autre Cordel déjà reçu, qui confirme la donation faite par son père et y ajoute le Défens des Gilberts (1230).

Armes : De gueules fretté d'argent, (alias) d'azur à un sautoir accompagné de quatre molettes, le tout d'or.

GUILLAUME VERRE (1231-1239) agrandit considérablement les domaines de la commanderie, au moyen de donations et d'acquisitions successives. Blacas, d'Aups, et Laure, sa femme, lui donnent leurs domaines situés à Puimoisson (1231) ; Cordel lui donne le Défens de la Séouve (1232) ; Guillaume, de Moustiers, ses censés et terres à Puimoisson (1232) ; assiste au Chapitre tenu à Saint-Gilles en 1233 ; il échange avec Artaud, abbé de Saou, l'église de la Répara, que l'Ordre possédait, pour l'église de Saint-Apollinaire, tenue jusqu'alors par les Augustins de l'abbaye de Saou (8 des kalendes de juillet 1233) ; Franc de Moustiers lui donne un affar situé au quartier de Saint-Apollinaire (1239).

Armes : De gueules à trois voiles enflées d'argent.

GUILLAUME DE BEORZET paraît dans un instrument daté du 8 des kalendes d'avril 1239.

RAYMOND DE VENTABREN, commandeur probable (1240).

GUILLAUME DE CABRIS, qui figure comme simple chevalier dans l'acte de donation fait, en 1232, par Guillaume de Moustiers à Guillaume Verre, fut commandeur en 1242-1243.

Armes : De gueules à une chèvre saillante d'argent, surmontée d'une fleur de lis d'or.

JACQUES DE PORTALÈS assista, en qualité de commandeur de Puimoisson, au Chapitre tenu à Saint-Gilles, le 15 juillet 1246.

FERAUD DE BARRAS (1246-1264) s'engagea à payer la quarte épiscopale à l'évêque de Riez, lui désempara dix séterées de condamine à Mauroue (9 des kalendes de septembre 1246) : devint grand prieur de Saint-Gilles, tout en gardant la commanderie ; achète d'Isnard de Moustiers, pour la somme de 14.000 sous tournois et de 50 livres provençales, tout ce que ce seigneur possédait à Puimoisson sous la directe de l'Ordre (18 des kalendes de septembre 1260) ; se fit confirmer dans la possession du mère et mixte impère à Puimoisson, par Charles d'Anvers ; vend Sainte-Madeleine (1262).

Armes : Fascé d'or et d'azur de six pièces, (alias) d'or à trois fasces d'azur ou d'azur à trois fasces d'or.

FOULQUE DE THOARD achète, au profit de la commanderie, une terre appartenant à Barthélémy Salvage, au quartier de Saint-Apollinaire (1264).

GEOFFROY DE REILLANNE apparaît dans un acte de 1271.

Armes : D'azur à un soc de charrue d'argent posé en pal, (nouveau) le soc posé en bande.

GUILLAUME MATHERON fit, avec Bérard de Grasse, recteur de Moustiers, la délimitation des dîmeries de Moustiers et de Saint-Apollinaire (1276).

Armes : D'azur à une voile en poupe d'argent attachée à une antenne posée en fasce d'or, liée de gueules et accompagnée en pointe d'un rocher d'or sur une mer de pourpre.

GUILLAUME DE BARRAS assiste, en qualité de commandeur de Puimoisson, au Chapitre tenu à Trinquetaille, le 18 juillet 1283, et à celui tenu en 1284.

RAYMOND DE GRASSE conclut un arrangement avec le prévôt de l'église de Riez, pour désigner sur quelles terres le prévôt et le commandeur doivent prélever la dîme séparément ou de moitié (14 des kalendes de février 1286). C'est sous lui que le grand maître de l'Ordre, Jean de Villiers, vint à Puimoisson et y donna la charte de confirmation des libertés et privilèges de la ville de Manosque (12 des kalendes de septembre 1286.

Armes : D'azur à un lion de sable, couronné, lampassé et armé de gueules.

R. D'AGOULT donna investiture à Pierre Castel d'une terre achetée par lui, loco ad nostram dominant, acte par Guillaume Jacob, notaire de Puimoisson (1292).

ISNARD DE FLAYOSC (1292-1301) se fit maintenir dans la faculté de pâturage et lignerage dans le terroir de Brunet, faculté que le seigneur de ce lieu lui contestait (1292) ; conclut un accord avec Réforciat de Castellane, seigneur de Salernes, au sujet de la haute juridiction et droit de ban aux lieux de Fos et Saint-Jean-de-Bresc (22 septembre 1297) ; fut nommé commandeur de Manosque (octobre 1298) ; protesta contre les empiétements de juridiction de la cour de Moustiers (1300).

Armes : De gueules fretté d'argent.

GUILLAUME D'AMPHOUX, vice-commandeur depuis la translation d'Isnard de Flayosc à Manosque, eut à se défendre contre les empiétements de juridiction du juge de Moustiers (1301).

BERTRAND BONAS paraît dans un acte de 1308.

ELION DE VILLENEUVE, une des grandes figures qui honorent le moyen âge, né en 1270, fut nommé commandeur de Puimoisson par lettres de Foulque de Villaret, le 3 des nones de novembre 1314 ; devint lieutenant du grand maître, prieur du prieuré de Provence ; fut élu grand maître de l'Ordre, à Avignon, à la recommandation de Jean XXII, en 1319 ; accorda à Puimoisson une foire de trois jours (huit jours avant la Pentecôte) et un marché tous les mardis ; prit une part glorieuse à la bataille de Cassel (1328) ; rentra à Rhodes en 1332 ; prit Smyrne aux Turcs (1344) ; battit sur mer le roi du Maroc ; mourut en 1346.

Sa sévérité le fit surnommer Manlius. Il était frère de sainte Roseline et parent de saint Elzéar et de sainte Delphine.

Armes : De gueules fretté de six lances d'or, accompagnées de petits écussons semés dans les claires-voies de même, et sur le tout un écusson d'azur chargé d'une fleur de lis d'or.

FRANÇOIS DE PUY-AGUT passa avec les habitants une importante transaction réglementant la perception du droit de tournage (19 avril 1327) ; fut pourvu de la commanderie de Manosque par bulle du 27 septembre 1330 ; mourut en 1345.

BERTRAND DE SAINT-MAXIME figure dans un acte de 1333 ; le 18 août 1338, reçut la première visite priorale dont les archives des Bouches-du-Rhône fassent mention ; les commissaires délégués à cet effet par Guillaume de Reillanne, grand prieur de Saint-Gilles, furent Pierre Furon et Isnard de Villemus-Claret, commandeurs.

RAYMOND DU MAS donna investiture à Pierre Giraud de diverses terres acquises par lui (17 mars 1361).

BONIFACE DE BLACAS assista, en qualité de commandeur de Puimoisson, au Chapitre tenu à Avignon en 1366.

Armes : D'argent, à la comète à seize rais de gueules.

GUILLAUME DE LAURIS paraît en 1379. Il donna à la communauté la permission de nommer un ou plusieurs défenseurs pour agir en justice (10 novembre 1380) ; fit publier les lettrés de permission sur tout le territoire mouvant de sa directe (22 juin 1381) ; reçut d'Hugues Terpol une maison et un moulin à paroir sis à Riez (3 janvier 1381).

Armes : D'argent à trois bandes, celle du milieu de sinople, les deux autres de gueules.

RÉFORCIAT D'AGOULT, commandeur d'Aix et de Puimoisson, fils de Raymond, seigneur de Sault, vicomte de Reillanne et grand sénéchal de Provence, et d'Éléonore des Baux, des seigneurs de Meyrargues, capitaine pour le roi Louis II, auquel il prêta hommage pour ses deux commanderies, le 26 mars 1385 et le 24 juillet 1386. Il fit fortifier Puimoisson et construire des redoutes à Moustiers, pour se prémunir contre les invasions de Raymond de Turenne ; assista aux États de Provence ; fut délégué auprès du Pape, avec Francisquet d'Arcussia, pour lui représenter l'état de la province et faire agréer la taxe imposée ; sollicita le Pape Benoît XIII de lui conférer le grand prieuré de Saint-Gilles (mars 1402) ; fit son désappropriement, par lequel il déclare qu'il a vingt-quatre plats d'argent et deux mille setiers de blé à Puimoisson, etc., etc. ; choisit sa sépulture dans l'église de Saint-Jean d'Aix ; nomma pour exécuteurs testamentaires Thomas de Puppio, archev. d'Aix, Guillaume Fabry, évêque de Riez, Guillaume Guirand et Raymond Filleul, syndics d'Aix (6 avril l402).

Armes : D'or au loup ravissant d'azur, lampassé, armé et vilaine de gueules.

RÉFORCIAT DE PONTEVES donna occasion aux habitants de se plaindre de l'élévation des droits de mortalage, qui furent réglés par Pierre de Gaubert, commissaire délégué par le Chapitre (7 août 1407).

Armes : De gueules à un pont à deux arches d'or.

Louis RAYNAUD (1415-1427) fit défendre l'exportation du bois, charbon, chaux (1415) ; se départit de cette défense en faveur des habitants de Puimoisson (1416) (3), qui néanmoins adressèrent plainte au Chapitre pour accuser le commandeur de négliger le service divin, l'aumône, l'entretien des fours et moulins, etc. ; deux commissaires, délégués par le Chapitre, vinrent sur les lieux et réglementèrent les obligations du commandeur (1416) ; assista au Chapitre tenu a Montpellier (1422) ; obtint du jugé des secondes appellations de Provence la restitution de trente-cinq juments à lui saisies par Pierre de Blacas d'Aups, et la confirmation du droit de pâturage dans cette seigneurie (28 avril 1425).

JEAN DE CLARET paraît dans un acte de 1429.

JACQUES DE LA PAULTE, alias DE PANTA, assista, en qualité de commandeur de Puimoisson, à l'assemblée générale tenue à Montpellier en 1448 ; fut Chargé dé l'administration de la commanderie de Manosque, rendue vacante par le décès de Pierre d'Utès (1451) ; figure encore dans un acte dé 1454. A partir de cette époque, il y a, à Puimoisson, un vice-commandeur, bien que Jacques de la Paulte ne soit pas mort et assiste à l'assemblée tenue à Manosque, le 27 février 1461.

JACQUES DE PANTA, receveur général de l'Ordre en la province de Provence, reçoit procuration de Jean Romey, grand précepteur de Rhodes, pour régir en son nom les préceptoreries de Gap et d'Embrun (10 janvier 1448).

JEAN DU PONT reçut d'Antoine Pralier et à titre de vice-commandeur la donation de tous ses biens, sis aux terroirs de Courbons et de Thoard (18 décembre 1455).

Armes : De gueules à un pont de deux arches d'argent sur une rivière de même.

JEAN DE CASTELLANE (1460-1471) fut pourvu de Manosque en 1467 et conserva quand même la commanderie de Puimoisson.

Armes : De gueules à un château ouvert, crénelé et sommé de trois tours d'or, maçonné de sable.

SEILHON OU CELLION DE DEMANDOLX (1474-1480) paraît dans les comptes de Jean de Vaulx, trésorier du roi René, comme ayant payé une amende de 150 florins au roi, dont il avait fait emprisonner un officier nommé Sicolle, qui exécutait les ordonnances de Sa Majesté (1477). Arnaud Paul lui désempara un moulin à paroir qu'il avait fait bâtir au Pas d'Allés. Il fut nommé bailli de Manosque par le Conseil de l'Ordre, en opposition contre Philippe de Maneyrolles, nommé par le Pape ; intenta un procès à son compétiteur ; fut élu grand prieur de Saint-Gilles (1480).

Armes : D'or à trois fasces de sable au chef de gueules, chargé d'une main apaumée d'argent.

JEAN VENGIUS (1480-1481) figure en qualité de commandeur de Puimesson (Puimoisson) dans le catalogue des Chevaliers du prieuré de Saint-Gilles, qui, en 1480, se trouvèrent à la défense de Rhodes, sous le grand maître d'Aubusson.

ELION DE DEMANDOLX (1481-1491) afferma les droits et dépendances de la commanderie à Honoré de Brinione, le 16 novembre 1481 ; se porta, vis-à-vis des syndics et des habitants qui construisaient un four communal, à des violences qui amenèrent la saisie de son temporel et la perte de sa juridiction (1488) ; le sénéchal lui donna permission de nommer les notaires lieutenants de juge, pour exercer la justice à sa place ; il obtint mainlevée de la saisie (20 février 1489) et restitution de la juridiction de la part d'Aymar de Poitiers, sénéchal de Provence (16 février 1490) ; passa avec la communauté une transaction importante au sujet de la banalité des fours et moulins, du droit de cabestrage, du droit d'arrosage, etc. (3 octobre 1491).

TRISTAN DE LA BORME paraît dans un acte de 1491.

MICHEL D'ARCUSSIA (1502) transige avec noble Antoine de Piozin au sujet de la dîme due par lui pour ses terres de Saint-Apollinaire (4 novembre 1505) ; vend à Louis Comte deux cents setiers de sel, mesure de Puimoisson, pour 83 florins.

Armes : D'or à la fasce d'azur, accompagnée de trois arcs à tirer des flèches de gueules, cordées de même et posées en pal, deux et un.

FRANÇOIS DE BLACAS se fit autoriser par le Parlement de Provence (siégeant à Brignoles à ce moment) à faire incarcérer dans les prisons de Puimoisson les délinquants pris au territoire de Labaud, membre de la commanderie (17 septembre 1506), et obtint, du même Parlement, un arrêt le maintenant dans l'exercice des droits seigneuriaux sur le territoire de Saint-Étienne de la Brègue que le seigneur de Puimichel lui contestait (29 août 1508).

PIERRE DE GRASSE fut condamné, par sentence du Parlement, à contribuer aux réparations de l'église et du clocher (21 avril 1512).

JACQUES DE MONTLAUR, dit DE MAUBEC (1513 1541), fils dé François-Louis de Maubec de Montlaur, seigneur et baron de Maubec et d'Anne de la Fayette, fille du maréchal de France de ce nom, obtint des lettres patentes de François Ier portant confirmation des privilèges précédemment concédés à la commanderie par les comtes de Provence (juin 1522) ; transigea avec le prévôt de Riez, au sujet de la dîme que ce dernier prélevait d'une façon abusive (14 janvier 1529) ; prêta hommage le 18 avril 1536 ; fit dénombrement le 15 mai 1540.

Armes : D'or à deux léopards d'azur, posés l'un sur l'autre.

JEAN DE BONIFACE présenta requête au lieutenant du siège de Digne, pour être déchargé de la saisie de là terre de Puimoisson ; cette terre, n'ayant jamais appartenu à la couronne de France, ne pouvait y faire retour (154l) ; obtint la démolition d'un moulin construit par François d'Agoult ; mourut à Manosque, où il était bailli (1545).

JEAN-CLAUDE DE GLANDEVES (1548-1570) accorda à la communauté de Bras la permission de construire un four et un moulin (1550) ; eut avec la communauté de longs démêlés, qui se terminèrent par une transaction concernant l'obligation de donner le dénombrement individuel, dé recevoir l'investiture, payer les lods et trézains ; il se démit de son droit de cabéstrage (février 1558).

Armes : Fascé d'or et de gueules de six pièces.

ANTOINE DE FLOTTE, dit DE LA ROCHE (1570-1584) eut de longs démêlés et un procès, par-devant lé sénéchal de Digne et le Parlement de Provence, avec le prieur de Moustiers, Guillaume Abeille, ad sujet des dîmes prélevées à Saint-Apollinaire (1573). Une sentence interlocutoire, puis définitive, confirmée par un arrêt en 1583, donna gain de causé au commandeur.

Armes : Losangé d'or et de gueules au chef d'or.

FRANÇOIS D'ASTORG DE SEGREVILLE, prieur d'Angleterre, paraît en qualité de commandeur dans un instrument de 1592.

Armes : D'azur à un aigle d'argent.

FRANÇOIS D'ASTROS LUNÉVILLE, sénéchal de Malte, bailli de l'Aigle, dressa un état des biens de la commanderie (3 novembre 1597) ; eut quelques démêlés avec la communauté, au sujet de l'aumône.

Armes : D'azur à trois étoiles d'or.

CHARLES DE GRASSE-BRIANÇON, bailli de Manosque depuis 1585, fut nommé commandeur de Puimoisson, le 8 novembre 1598, et mourut à Manosque, le 24 août 1603.

JOACHIM DE MONTAIGUT-FROMIGIÈRES. Ses lettres de provision sont du 20 juillet 1609 ; fut installé dans la commanderie le 15 août de la même année ; s'était fait dispenser de la résidence et demeurait à Paris, maison du Lion Noir, paroisse Saint-Eustache.

Armes : De gueules à la tour d'argent, donjonnée d'une autre tour girouettée de même.

HORACE DE CASTELLANE fut nommé le 2 mai 1612, installé le 9 septembre 1613, par Joseph d'Amalric d'Esclangon ; dut mourir bientôt après.

HERCULE DE VINTIMILLE DU REVEST (1613-1616), nommé bailli de Manosque en 1616 ; mourut en 1618.

Armes : De gueules au chef d'or, écartelé de Lascaris, qui est de gueules à un aigle à deux têtes d'or.

FRANÇOIS DE BONIFACE LA MOLE (1616-1631). Les consuls font saisir tous les grains lui appartenant, parce que les fermiers refusaient l'aumône de la vingt-quatrième ; il obtint mainlevée le 10 mai 1619 ; mais un arrêt du Parlement lui enjoignit la continuation de l'aumône annuelle de cent quarante setiers de seigle (17 juin 1619) ; il se fit passer reconnaissance par tous les habitants (1619-1620) ; fit procès d'améliorissement en 1622 ; autorisa les protestants de Puimoisson à acquérir un cimetière à Saint-Roch (1623).

Armes : De gueules à trois fasces d'argent.

LÉON DE GRASSE DU BAR, capitaine de galère, fut nommé le 1er novembre 1630 ; occupa jusqu'en 1637.

Armes : D'or à un lion de sable, couronné, lampassé et armé de gueules.

PIERRE DE MERLES BEAUCHANS, nommé par bulle du grand maître du 11 août 1637 ; prit possession, par procuration d'Edouard de Berre, qui visita en son nom les dépendances, dressa les inventaires, etc.

Armes : D'azur à la bande d'argent, chargée de trois merles de sable, membres et becqués d'or.

HENRI DE LATIL-ENTRAIGUES (1647-1655) était bailli de Manosque depuis 1644 ; se fit passer reconnaissance par les habitants, en 1647, entre les mains du sieur cadet d'Entraigues, qu'il avait nommé son procureur ; était procureur du commandeur du prieuré de Saint Gilles, au Chapitre du 11 mai 1631, présidé par Antoine de Paule, grand maître de l'Ordre ; mourut en 1655.

Armes : D'azur à six losanges d'or, posés trois, deux, un.

GASPARD DE CASTELLANE-MONTMEYAN (1656-1660) nomma pour son procureur M. de Montmeyan, son neveu ; obtint du Chapitre de l'Ordre la permission d'agrandir l'église et fit procès d'améliorissement en 1660.

BALTHAZAR DE DEMANDOLX (1661-1683), neveu du bailli de Demandolx et frère du commandeur de Pézenas, qui, sur le crédit de son frère, emprunta 6,000 livres à la communauté (1661) ; tomba gravement malade à Marseille et reçut, à l'occasion de son rétablissement, des félicitations et de beaux présents de la communauté (1662). En 1669, le 8 juin, il reçut la visite des commissaires de l'Ordre, présidés par François Laugeiret, religieux de Malte et visiteur général ; fit passer reconnaissance, en 1670, le 14 décembre, aux frais des emphythéotes ; reçut la visite priorale faite par Frédéric de Biron Collongue et Jean Dou, accompagnés de Jean Raybaud, secrétaire, qui descendirent, non pas au château, mais à l'auberge des « Trois Rois ». Avant d'être nommé officier de galère, il résidait à Puimoisson, et depuis il vint toujours passer dans sa commanderie le temps libre que lui laissaient ses fonctions. Il mourut à Marseille, le 25 février 1683, et fut enterré dans l'église de Puimoisson, « pour y avoir choisy sa sépulture » (1er mars).

PIERRE DE BLACAS-CARROS (1684-1691) reçut la visite priorale faite par Frère Joseph de Leydet-Callissane et Frère François Rebuffat, prêtre conventuel, visiteurs généraux, qui logèrent « aux Trois Rois » (28 août 1686), et fit procès d'améliorissement en 1689 ; fut élu bailli de Manosque en 1691 ; mourut en 1695.

RICHARD DE SADE-MAZAN (1696-1704), colonel d'une des galères du Pape, colonel des chevau-légers du Comtat-Venaissin, eut successivement les commanderies de Montfrin, Jalès, Puimoisson ; fut fait bailli de l'Aigle ; se fit passer reconnaissance lé 15 juin 1696 ; reçut la visite priorale faite par le chevalier Jean de Guérin Castelet et Frère Jacques Grossi, prêtre, religieux conventuel, commissaires généraux (2 octobre 1696) ; fut pourvu, plus tard, du grand prieuré de Saint-Gilles (16 octobre 1716).

Armes : De gueules à une étoile à huit rais d'or, chargée d'un aigle impérial à deux têtes de sable, couronnées et becquées de gueules.

ANNIBAL DE SÉGUIRAN (1712-1718), chef d'escadre des galères du roi, résidait à Marseille ; fit procès d'améliorissement en 1717 ; transigea avec le sieur Gaufridy, baron de Fos-Amphoux, puis avec le sieur du Chaîne, président au Parlement de Provence, au sujet de la haute juridiction au lieu de Saint-Jean de Bresc ; lé commandeur fit enlever le carcan à ses armes et à celles de l'Ordre, placé à la porte du château, et le président lui reconnut les droits de pêche, censé, dîme, etc. (4 juillet 1718) ; fut nommé lieutenant du grand prieur.

Armes ; D'azur à un cerf élancé d'or.

J.-M. MAUREL.

Source : Annales des Basses-Alpes, Tome VIII, 1897-98, p. 14
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56816691

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+