30 décembre 2006

Nobiliaire de Savoie : E à J

Source : Annuaire de la noblesse de France 1861
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365890/f392.item

ESCRIVIEUX. Habitués et possessionnés en Savoie et Bugey, les seigneurs d'Escrivieux se sont alliés aux Amblards, aux Grolée, aux Mareste, aux la Ravoire.
Armes : d'argent, au chevron de gueules.

FAUCIGNY. Cette maison était issue d'Émerard, brave et puissant capitaine sous les derniers rois de Bourgogne. Sa domination s'étendait depuis Seyssel jusqu'à Fribourg, en Suisse. Béatrix, dernière princesse de Faucigny, ayant épousé en 1241. Guigues XII, dauphin de Viennois, lui apporta en dot ses États, qui furent réunis à ceux de la maison de Savoie en 1355. Elle avait produit Guy de Faucigny, évêque de Genève, 1073-1120 ; Gérard de Faucigny, évêque de Lausanne, 1103-1129 ; Ardutius de Faucigny, évêque et premier prince de Genève, 1135-1185.
Armes : palé d'or et de gueules de six pièces.

FAVRE. Philibert Favre, avocat fiscal du duc de Savoie, épousa Bonne de Châtillon, dont il eut Antoine Favre, baron de Péroges, né en 1557, sénateur en 1584, président du conseil de Genevois, en 1596, qui, avec saint François de Sales, accompagna en 1618 le cardinal Maurice de Savoie, chargé de négocier le mariage de Victor-Amé Ier avec Christine de France. Le président Favre publia plusieurs livres de jurisprudence, mais sa célébrité comme écrivain fut éclipsée par celle de Claude Favre de Vaugelas, son fils puîné, élu membre de l'Académie française en 1614.
Armes : d'argent, au chevron d'azur, accompagné de trois têtes de Maure tortillées d'argent.

LA FLECHERE. C'est une des familles irlandaises venues dans le Faucigny avec Pierre, comte de Savoie. Elle existe encore et a produit, entre autres rejetons : Pierre de la Fléchère, major général de l'armée sarde et gouverneur de Cagliari ; il défendit cette place coutre la flotte française qui, sous les ordres de l'amiral Truguet, la bombarda en 1793. Un de ses rejetons actuels, le comte Alexis de la Fléchère, était, en 1860, membre de la chambre des députés de Turin.
Armes : d'azur, au sautoir d'or, cantonné de quatre aiglettes d'argent.

FoncetFONCET DE MONTAILLEUR. A cette famille de Saint-Joire en Faucigny appartenait Jean-Joseph Foncet, baron de Montailleur, seigneur de la Tour, né en 1707, conseiller d'État en 1748 ; il signa comme ministre plénipotentiaire de Savoie le traité avec Genève en 1754. Son fils aîné Pierre Clément Foncet, baron de Montailleur, était sénateur à Chambéry ; Eugène, le plus jeune officier au régiment de Savoie, périt en 1796 à l'attaque des cols des montagnes de Nice.
Armes : d'azur à la tour d'argent
Dessin : Rodolphe de Maistre

FORAS. Cette ancienne maison, originaire du Chablais, a donné un chevalier de l'ordre de l'Annonciade. Elle est encore représentée aujourd'hui par le comte de Foras, qui a épousé Élisabeth Vichard de Saint-Réal, dernier rejeton de ce nom, et dont le fils, Amédée de Foras, prépare un Armorial de Savoie.
Armes : d'or, à la croix d'azur.

GARNERIN DE MONTGELAS. Cette famille, originaire de Savoie et fixée an siècle dernier en Allemagne, a produit Maximilien Garnerin, baron de Montgelas, général de cavalerie, père du baron de Montgelas, ministre du roi de Bavière en 1806.

GENÈVE ou Genevois. La maison souveraine de Genève, ou pour mieux dire des comtes de Genevois, fut, après celle des rois de Sardaigne actuels, la plus puissante des maisons du pays. Elle tenait ses États en investiture des princes évêques de Genève. Robert, fils puîné d'Amé III, comte de Genevois, devint évêque de Thérouanne, puis cardinal en 1371, et fut élu pape sous le nom de Clément VII en 1378. Après sa mort, le comté de Genevois passa à la maison de Savoie par la vente que consentit Odon de Villars, sieur de Thoire, en faveur d'Amédée VIII.
Armes : cinq points d'or, équipolés à quatre d'azur.

IVOLEY. Antoine Ivoley, secrétaire de Philippe de Savoie, comte de Bresse, puis duc de Savoie en 1480, est la souche de cette famille originaire de Bresse. Jean d'Ivoley, seigneur de la Roche, fut attiré en Savoie vers 1577 par Jean-François Berliet, son oncle maternel, archevêque de Tarentaise. Son fils aîné fut conseiller d’État et procureur en la chambre des comptes de Savoie; le plus jeune, Guillaume d'Ivoley, entra au service militaire. Cette famille est éteinte depuis plus d'un siècle.
Armes : d'azur, à trois fers de lance.

Nota du 19/6/2014 : Mr Ph. DAGET me signale par mail que la famille d'Ivoley ne serait pas "éteinte depuis plus d'un siècle". Bénédicte d'Ivoley épouse Dudray est décédée il y juste 100 ans en 1914 et le général Gaston d'Ivoley, quant à lui, est décédé en 1929. Par ailleurs, il y a une branche d'Ivoley-Boggs qui subsiste de nos jours

JAILLET DE SAINT-CERGUES. Ce nom est aujourd'hui représenté par Humbert, comte Jaillet de Saint-Cergues, né le 25 juin 1803, lieutenant général sarde, originaire de Savoie, passé au service de France en août 1860.

3 commentaires:

rodolphe a dit…

Pour Salteur, je trouve deux étoiles d'argent.

Gilles a dit…

Merci Rodolphe. J'ai vu que vous aviez dessiné le blason des Salteur sur HeraldiqueGenWeb et je l'ai utilisé sur cette page du nobiliaire de Savoie.

rodolphe a dit…

et pour Foncet: d'azur à une tour d'argent