29 novembre 2008

Famille de la Ville

VILLE (DE ou DE LA), famille illustre et des plus anciennes de la Lorraine ; elle prend son nom de la seigneurie de la Ville-sur-Illon, située à trois lieues de Mirecourt. Les ducs de Lorraine, qui sont la souche de la maison impériale d’Allemagne d’aujourd’hui, admirent les seigneurs de Ville à prendre alliance dans leur maison, et leur accordèrent, dans divers actes, le titre de cousin, Les comtes de Ville s’allièrent également, par mariage, aux anciens comtes de Vendôme et aux anciens ducs de Bourgogne, et fournirent des femmes à la maison de Haynault, de laquelle sont issus les empereurs de Constantinople, de la maison de Flandre. On voit ensuite ces mêmes comtes de Ville s’unir aux premières maisons, de l’Allemagne ; et de nos jours nous trouvons un comte de Ville qui sera mentionné plus bas, marié à une princesse de Hesse-Philipsthal, de sorte qu’il est constant que cette famille tient, par les liens du sang et de l’alliance, aux maisons les plus illustres de l’Europe.
  1. GILBERT Ier, seigneur DE VILLE, chevalier, s’engage, par traité conclu en 1097, à défendre et protéger l’abbesse et l’abbaye d’Epinal, à condition qu’il aurait l’avouerie de Faverolle, et qu’il porterait le titre de seigneur de Saint-Goéri. Il eut, d’Adélaïde de Louvain, son épouse :
    1. Jean ou Janin Ier dont l’article viendra ;
    2. Savari, dont l’existence est également connue en 1146, ainsi qu’il est avisé par le cartulaire de Saint-Paul-de-Verdun, qui le nomme chevalier de grand’mérite.

  2. Jean Ier, ou Janin, seigneur DE VILLE, chevalier, vivant en 1149, mentionné au cartulaire de l’abbaye de Verdun, article 38, laissa les enfants qui suivent :
    1. Erard Ier, dont l’article viendra ;
    2. Allard, seigneur de Ville, qui eut pour fille : Marie de Ville, qui épousa Philippe de Hainault, de la maison de Flandre, cousin de Baudoin, empereur de Constantinople ;
    3. Marie, dame de la Ferté en Ponthieu, vivant en 1202 ; elle épousa Raoul de Roye, seigneur de Germigny ; qui forma la branche de la Ferté. De ce mariage vint : Marie de Roye, qui épousa 1.° Audebert III de Hangest, seigneur de Genlis, 2.° Bouchard V, comte de Vendôme. De ce dernier mariage sont issus les anciens comtes de Vendôme.

  3. Erard Ier, seigneur de VILLE, chevalier, gouverneur du duché ; de Lorraine sous les ducs Thibault Ier et Matthieu II, vers l’an 1220, épousa Elisabeth de Bourgogne-Montagu, petite-fille de Hugues III, duc de Bourgogne, et d’Alix de Lorraine De ce mariage vinrent :

  4. Guillaume Ier, seigneur DE VILLE, chevalier, marié à Constance de Zoehringen, famille de laquelle est sortie la maison de Baden : de ce mariage vint :

  5. Gauthier Ier, seigneur DE VILLE, qui épousa, en 1249, Hélinde, dont le nom de famille est resté ignoré ; ils vendirent, d’un commun accord, à l’église de Saint-Paul, les hommages des biens qu’ils avaient à Ennemont. Ils laissèrent pour enfants :
    1. Simon Ier, dont l’article viendra ;
    2. Jean, seigneur de Muraut, qui laissa pour héritiers deux fils, Robin et Jean. Celui-ci décéda en 1307, et laissa trois enfants, 1.° un fils appelé Robin ; 2.° Clémence, qui épousa Erard Ier du Châtelet, issu des ducs de Lorraine ; 3.° Marie, alliée à Gué de Sorbon, seigneur de Turterin ;
    3. Gérard, abbé d’Estival en 1290. Il est mentionné dans les annales de cette abbaye, comme descendant d’une famille équestre.

  6. Simon Ier, seigneur DE VILLE, chevalier, eut de sa femme, dont le nom est resté inconnu :
    1. Androin Ier, dont l’article viendra ;
    2. Jean, à qui le duc de Raoul Ier de Lorraine accorde le titre de cousin, dans un traité fait avec Adhémar, évêque de Metz en 1343 ;
    3. Isabelle,
    4. Etiennette,
    5. Beatrix,
    6. Marguerite, mariée en 1328, à Mathieu III, seigneur de Roye, grand-maître des arbalestiers de France ;
    7. Guillemette DE VILLE, abbesse d’Epinal en 1340, jusqu’en 1373. Dans le même temps on trouve Jacobée, Mathilde, Catherine et Alexis de Ville, chanoinesses et bienfaitrices de l’abbaye de Remiremont. Les différents actes, recueils de fondation, nécrologes, martyrologes et cartulaires de ce chapitre, prouvent que les demoiselles du nom de Ville étaient admises dans ce chapitre noble, de toute ancienneté et longtemps avant 1300.

  7. Androin Ier seigneur DE VILLE, épousa Jeanne d’Amance, sœur de Jacques d’Amance, grand-maréchal de Lorraine, De ce mariage vinrent :
    1. Jean II, dont l’article viendra ;
    2. Jeanne, qui épousa Burneguin de Savigny, d’une illustre famille de Lorraine, qui a contracté beaucoup d’alliances avec les maisons du Châtelet, de Lénoncourt et de Paroie ;
    3. Isabelle, chanoinesse à Remiremont.

  8. Jean II, seigneur de VILLE, grand-prévôt, en 1396, du chapitre noble de Remiremont, charge pour laquelle il fallait, dès ce temps, faire les mêmes preuves de noblesse qu’on exigeait des chanoinesses. Il épousa Marguerite de Villars-sur-Sceie, de laquelle il eut :
    1. André Ier, qui suit ;
    2. Philippe, nommé à l’évêché de Toul, et prince du Saint-Empire, à la sollicitation de Charles Ier, duc de Lorraine, son parent. Il occupa le siège depuis 1399 jusqu’en 1409 ;
    3. Henri, aussi nommé, après la mort de son frère, à l’évêché de Toul, à la sollicitation du même duc de Lorraine ; on voit soit tombeau dans l’église cathédrale, et son épitaphe près le grand autel. Il occupa le siège depuis 1409, jusqu’en 1446 ;
    4. Alix, doyenne de l’abbaye noble de Remiremont, vivant en 1442. Vers, le même temps on trouve Geoffroy de Ville, chevalier, marié à Isabelle Buignéville ; puis Agnès, Jeannette, Guillemette, et Jacquette de Ville, chanoinesse de Remiremont.

  9. André Ier, seigneur DE VILLE, chevalier, vivant en 1420, épousa Isabeau d’Épinal, de laquelle il eut :
    1. Antoine, qui continua la branche aînée, et qui épousa, en 1444, Catherine du Châtelet, de la branche de Deuilly dite la Grande Dame, fille d’Erard du Châtelet, baron de Deuilly, surnommé le Grand, lequel descendait en ligne directe et masculine de Thierri de Lorraine, surnommé d’Enfer, fils puiné de Ferri Ier, duc de Lorraine, souche de la maison d’Autriche de nos jours. De cette alliance vint Colignon Ier, seigneur de Ville, baron et bailly des Vosges, en 1456 : il avait pour sœur Elisabeth, chanoinesse, en 1470, à Remiremont. Il épousa Mahaut de Ville, sa cousine, de laquelle il eut les enfants rapportés ci-après : 1.° Antoine de Ville, baron et bailly des Vosges, en 1540, mort sans postérité, d’Yolande de Bassompierre. En lui s’éteignit la branche aînée ; 2.° Jeanne, mariée, en 1484, à Christophe de Bassompierre, frère d’Yolande, bisaïeul du maréchal de Bassompierre ; 3.° autre Jeanne, mariée à Thierry IV, seigneur de Lenoncourt et de Vignory, dont Henri de Lenoncourt, cardinal, évêque de Châlons, pair de France ; 4.° Marguerite, mariée à Jean de-Saint-Amadour, seigneur de Lanoy. De ce mariage vint Anne de Saint-Amadour, femme de Pierre de Choiseul, IIIe du nom, baron de Meuse, chevalier des ordres du roi ; 5.° Catherine de Ville, femme de Philippe de Raigecourt, seigneur d’Ancerville, reçu à Jérusalem chevalier du Saint-Sépulcre ; il fut chambellan de René, IIe du nom, duc de Lorraine. On trouve encore vers le même temps Simon de Ville, Nicolas de Ville, bienfaiteur du chapitre de Remiremont, et Pierre de Ville, qui donna à ce chapitre la seigneurie de Viviers, près de Montfort.
    2. André, dont l’articlé viendra ;
    3. Arnaud, avoué d’Epinal, marié à Catherine de Saint-Loup ;
    4. Jean, seigneur de Fontoi, marié à Marguerite de Telec ;
    5. Erard, seigneur de Montquentin ;
    6. Jolande, chanoinesse de Remiremont ;
    7. Jacobée ; chanoinesse de Remiremont.

  10. André II, DE VILLE chevalier, second fils d’André Ier, fut seigneur de dom Juillien, grand officier et chancelier du chapitre de Remiremont, porta la bannière du cardinal de Lorraine à la bataille de Nancy en 1477, contre Charles-le-Téméraire, duc de Bourgogne, qui y fut tué. André II, avait épousé Jeanne d’Haussonville, dont il eut :
    1. Antoine qui suit ;
    2. André, marié à Jeanne de Mailly, de laquelle il eut Antoine de Ville, seigneur de Brémoncourt, au service de France en 1497 ;
    3. Mahaut, mariée à Colignon de Ville, son cousin ;
    4. Jeanne, mariée à Jean de Vouhet, chevalier ; leur fille Jeanne épousa Jean Ier d’Aubusson la Feuillade.

  11. Antoine DE VILLE, chevalier, seigneur de dom Jullien, et de Beaupré, chambellan du roi de France Charles VIII, capitaine de 50 hommes d’armes et de 400 arbalétriers, gouverneur de Montélimart, en 1494, avait été à la conquête du royaume de Naples, où il fut nommé duc du Mont-Saint-Ange, titre qu’il conserva jusqu’à sa mort. Il avait épousé Claudine de Beauveau. De ce mariage vinrent :
    1. Antoine, qui continua la branche aînée, et qui épousa en secondes noces Alix de Bertrand, famille qui a fourni un chancelier de France et de premiers présidents au parlement de Toulouse. De ce mariage vint Jean, marié, en 1564, à Marguerite de la Barthe, d’une famille qui a fourni un maréchal de France, et de laquelle il eut : 1.° Ferri, auteur d’une branche établie en Dauphiné, et qui est éteinte aujourd’hui ; 2.° Joseph, qui fonda dans l’Agénois une branche qui a continué jusqu’à nos jours. Il avait épousé, en 1612, Florette de Galard ; 3.° Antoine, appelé le chevalier de la Ville. 4.° Alix, doyenne de Remiremont, vivant en 1576 ;
    2. André, qui a fondé une branche en Alsace, et dont l’article va suivre,
    3. Jeanne, mariée le 25 Juin 1494 à Christophe de Bassompierre, dont le maréchal de France fut l’arrière-petit-fils.
    4. Marguerite, mariée à Jean de Saint-Amadour ; 2.° à Philibert du Châtelet, chef de la branche de Pierre-Fitte, avec laquelle il continua cette lignée. Du premier mariage elle avait eu Anne de Saint-Amadour, mariée d’abord à Antoine de Savigni, ensuite à Henri d’Haraucour ; 3.° à Pierre de Choiseul, IIIe du nom, baron de Meuse, chevalier des ordres du roi.

    Branche d’Alsace.

  12. André III, comte DE VILLE, chevalier, accompagne en Souabe le duc Antoine de Lorraine qui menait toute sa noblesse, en 1525, contre les rebelles qui désolaient l’Allemagne et toutes les contrées voisines du Rhin. Il s’établit dès-lors dans le Palatinat, y acheta un fief, le 5 mars 1530, et épousa, le 18 mai 1532, de Zollner de Meissenbourg, fille de Zollner de Meissenbourg, chevalier, et de Sophie de Hirschom. De ce mariage sont issus :
    1. Raoul ou Rodolphe Ier dont l’article viendra ;
    2. Françoise, morte en 1591, sans avoir été mariée.

  13. Raoul ou Rodolphe Ier, comte DE VILLE, chevalier ; épouse, le 3 janvier 1580, Marguerite de Babenhaussen, fille de Rheinart de Babenhaussen, chevalier, et de Dorothée Lehelme, comtesse, de Berghen, famille qui a fourni deux électeurs de Cologne. Celle de Babenhaussen a donné un grand-maître de l’ordre teutonique en 1572. Raoul et son épouse testèrent le 4 février 1601, de leur mariage vinrent :
    1. Etienne, dont l’article suit ;
    2. Alexandre, chevalier, au service de l’empereur Ferdinand ;
    3. Charles, chevalier au service, du même prince.

  14. Étienne Ier comte de VILLE, chevalier, épouse, le 4 juillet 1628, Elisabeth baronne de Kromberg, fille de Harthemouth de Kromberg, baron de l’empire d’Allemagne, et d’Elisabeth Moudersbach. La maison de Kromberg ou Crouenberg a fourni un électeur de Mayence en 1626, et un grand-maître de l’ordre teutonique en 1543. Etienne testa le 3 novembre 1645 De son mariage est issu :

  15. César Ier, comte DE VILLE OU DE LA VILLE ; chevalier, capitaine au service de France, épousa, le 2 janvier 1657, Marie-Anne, baronne de Koppenstein, fille de Frédéric Valrap, baron de Koppenstein, et d’Elisabeth, baronne de Stein-Kallesfels. Il fit la guerre de 1672, sous Louis XIV, et fut blessé en 1674, à la bataille de Sinzheim, gagnée par le maréchal de Turenne. Il mourut de la suite de ses blessures, le 4 juillet de la même année. Il eut pour fils :
    1. Etienne II, qui suit ;
    2. Jacques, chevalier, né en 1665, cadet gentilhomme en 1674, lieutenant du régiment de Champagne en 1688, mort la même année, sans postérité, et des blessures reçues à la bataille de Ramillies.

  16. Etienne II, comte DE VILLE OU DE LA VILLE, chevalier, né le 3 juin 1664, cadet gentilhomme le 6 mai 1672, lieutenant au régiment du roi en 1688 depuis capitaine de dragons et commandant de la ville de Lauterbourg, fut chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 30 avril 1721. Il avait épousé ; le 6 mai 1716, Marie-Barbe de Bachmeyer, et mourut le 12 septembre 1753. Il avait assisté à cinq sièges et s’était trouvé à trois batailles. De son mariage, sont issus :
    1. Jean Étienne, mort sans postérité en 1734, lieutenant de dragons ;
    2. François, né le 5 août 1720 ;
    3. Alexandre-François, dont l’article suit ;
    4. Louis-Etienne, mort en 1775, chevalier de Saint-Louis ;
    5. Joseph-Victor, ecclésiastique, né en 1723 ;
    6. Joseph-Eude, major au régiment de Lorraine, chevalier de Saint-Louis, mort sans enfants ;
    7. Julienne, née le 20 mai 1726, morte sans postérité.

  17. Alexandre-François, comte DE VILLE OU DE LA VILLE, chevalier, né le 22 septembre 1722, fit les campagnes de Bohême, assista au siège de Prague sous les ordres des maréchaux de Broglie et de Belle-Isle comme capitaine ; major en 1755, commandant de Lauterbourg, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, le 14 juillet 1757. Il a épousé, le 3 septembre 1759, Cécile Petit-de-Maubuisson, fille de Charles-Annibal de Maubuisson, chevalier, grand-bailli de Feldenz, et de Philippine, baronne d’Ufflingen. Il avait acquis, pour lui et ses hoirs, par acte du 12 août 1770, le droit de bourgeoisie dans l’évêché de Bâle. Il émigra en Allemagne, et y mourut. Il eut de son mariage les enfants qui suivent :
    1. Joseph-Charles, comte de la Ville-sur-Illon, né le 14 février 1761 ; aide-major dans le régiment de Reinach, le 3 décembre 1780. Il émigra et mourut major au service de l’Angleterre, en 1804, à Gibraltar ;
    2. Louis-Joseph ; comte de la Ville-sur-Illon, capitaine, au corps royal de l’artillerie le 1er novembre 1784 ; il passa ensuite au service d’Espagne, où il est aujourd’hui colonel dans la même armée ;
    3. Georges-Annibal, comte de la Ville, lieutenant à la suite du régiment Royal-Alsace, le 17 septembre 1780 ; mort ;
    4. Alexandre-François, comte le la Ville, né le 1er janvier 1769, fut lieutenant au régiment d’Alsace, émigra et devint major au service de Naples. Il s’est fixé dans ce royaume, et s’y est marié ;
    5. Charles-Annibal, comte de la Ville, né le 4 décembre 1771 ; mort ;
    6. Ferdinand, comte de la Ville, dont l’article va suivre ;
    7. Charles-César, comte de la Ville, né le 9 décembre 1779, capitaine de hussards, au service de France ;
    8. Philippine-Caroline, comtesse de la Ville, née le avril 1763, mariée au chevalier Fénis de la Combe.

  18. Ferdinand, comte DE LA VILLE, né le 4 mai 1777, colonel de cavalerie au service de Baden, en 1807, a épousé, le 19 décembre 1810, Catherine-Thérèse-Ferdinande-Jeanne-Louise-Julie-Gasparde-Balthasarde-Melchiore de Hesse Philipsthal, née le 13 janvier 1793, fille de S. A. R, le landgrave de Hesse-Philipsthal, et de Francise, comtesse de Tris-de-Bergh. Le landgrave Louis de Hesse-Philipsthal est celui qui s’est tant illustré par la défense de Gaete, forteresse du royaume de Naples. Est issue de ce mariage :
    Catherine, née le 12 octobre 1811, décédée le 13 août 1813.
Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 287
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+