06 octobre 2011

Famille de Chateauneuf de Randon

Famille des plus anciennes du royaume ; elle est la souche de l'illustre maison de Joyeuse, si célèbre dans l'Histoire de France. (Anne, duc de Joyeuse, pair et amiral de France, a épousé, en 1581, Marguerite de Lorraine-Guise, sœur de Louise de Lorraine-Guise, reine de France, femme du roi Henri III ; la maison de Chateauneuf-de-Randon a encore donné naissance à celle d'Apchier, qui est une des plus distinguées du royaume.

Ainsi cette famille se trouve avoir fourni un grand-maître de l'ordre de Malte, trois maréchaux de France, trois ducs et pairs, un grand amiral et un grand buvetier de France, plusieurs chevaliers des ordres du Roi, des gouverneurs des provinces de Languedoc, de Normandie, d'Anjou et du Maine, un premier gentilhomme de la chambre, un grand-maître de la garde-robe, plusieurs chambellans de nos rois, des capitaines de cinquante et de cent hommes d'armes, des généraux d'armées du pape, des cardinaux, des doyens du sacré collège et plusieurs évêques.

Cette généalogie a été dressée sur les titres les plus authentiques.
  1. Guillaume de CHATEAUNEUF, Ier du nom, seigneur de Châteauneuf et de Randon, et de plus de quatre-vingts paroisses ou châteaux en Gévaudan, en Vivarais et en Auvergne, qualifié Domicellus miles, vivant en 1050, eut pour sœur Artaude de Châteauneuf, femme de Pons de Brion, chevalier, à laquelle il fit une obligation de cinq mille cinq cents sols viennois, pour sa portion des biens du Vivarais. II eut quatre enfants :
    1. Angaris ou Acharis, dont l'article suit ;
    2. Bertrand, chevalier, qui fut prisent à la donation de Pierre du Fay, en 1077, en faveur de l'abbé de Pebrac, de la paroisse de Chassesac, en Vivarais ;
    3. Guérin, présent à la même donation ;
    4. Guy de Chateauneuf-de-Randon.
     
  2. Angaris ou Acharis de Chateauneuf-de-Randon, fit hommage en langue vulgaire à Guillaume évêque de Mende, de son château de Randon, avec toutes les forces qui y étaient contenues, en 1100. Il s'allia avec Marie d'Auvergne, fille du comte d'Auvergne, dont il eut :
    1. Guillaume, qui suit ;
    2. Guérin, mort en 1134.
     
  3. Guillaume de CHATEAUNEUF-DE-RANDON, II, seigneur de Châteauneuf, Comeras, le Chaylar-l'Evêque, Belveset, Puy-Laurens, Alties, et de la ville de Montfort, aujourd'hui Villefort, donna avec Elisabeth d'Epernon, sa femme, au mois de novembre 1150, le mas de Grosfau, aux-frères du Temple de Jérusalem, pour le repos de l'âme de Guérin, son frère ; et au mois de novembre 1156, pour la même raison, au Temple de Jalès, le mas de Grosvilar et la permission de faire paître tous les bestiaux dans les terres du diocèse de Mende. Il fonda les Dames bénédictines de l'abbaye de Mercoire, dans sa terre de Châteauneuf, qui étaient dotées de huit mille livres de rente. Il fit de grands biens aux moines de Langogne, et fonda plusieurs prieurés. Ses enfants furent :
    1. Guillaume, dont l'article viendra ;
    2. Guérin, seigneur d'Arsenc et d'une partie de Châteauneuf et de Randon, auteur de la branche des seigneurs et comtes d'Apchier, aussi illustre par les grandes alliances qu'elle a faites, que par les charges et les emplois distingués dont elle a été honorée ;
    3. Guy, seigneur de Laurac, Vernon, les Beaumes, de la moitié de Joyeuse et du comté de Grandpré, en Champagne, auteur de la branche des seigneurs de Joyeuse.
     
  4. Guillaume DE CHATEAUNEUF, IIIe du nom, seigneur de Châteauneuf et de Randon, Saint-Germain et autres places, épousa Guillemette de Saissac, en Vélay. Il fut père de :
     
  5. Guignes-Mechin DE CHATEAUNEUF, seigneur en partie de Châteauneuf, de Randonat et de plusieurs autres paroisses et châteaux qui épousa Marie d'Assumens, dont :
    1. Randon, qui suit ;
    2. Guillaume, archidiacre de Mende, et légat du Saint-Siège, que le comte de Toulouse fit assassiner ;
    3. Odilon de Guérin, auteur de la branche des seigneurs et barons du Tournel, rapportée ci-après ;
    4. Guignon, chef de la branche des seigneurs et vicomtes de Saint-Remeise, barons d'Alenc et autres places, rapportée plus loin.
     
  6. Randon de CHATEAUNEUF, seigneur en partie de Châteauneuf, de Randonat et autres places, épousa Marguerite d'Anduze, dame des Portes, de Luc, Pradelles Saint-Laurent-les-Bains, petite-fille de Guérin, qualifié prince de Luc. Il rendit hommage à l'évêque d'Uzès, en 1252, pour ce qu'il avait à Montfort et à Genouillac ; et, le 29 mai 1259, au prieur de Soubès, au nom de ses enfants mineurs, pour la terre des Portes, située dans les Cévennes. Il accorda, conjointement avec Odilon de Guérin de Châteauneuf, son frère, des exemptions aux habitants de Montfort, et de leurs autres terres. Il fonda les Jacobins de Genouillac, et fit de grands biens à l'abbaye de Chambons. Il eut guerre avec Etienne, évêque de Mende, qui fit marcher sur lui plusieurs soldats et deux cents cavaliers, commandés par le seigneur de Mercœur, lesquels détruisirent dix-huit de ses châteaux, ce qui l'obligea d'assiéger la ville de Mende, dont le seigneur de Mercœur lui fit lever le siège. Il eut aussi guerre avec Pons Ve du nom, seigneur de Polignac, son aïeul, dont il demandait la moitié de la succession, de même qu'Odilon de Guérin, son frère. Les différends furent terminés par les sentences arbitrales de Bernard de Montagu, évêque du Puy, et d'Armand de Peyre, prévôt de Notre-Dame du Puy. Ses enfants furent :
    1. Guillaume, dont l'article suit ;
    2. Bernard, dit l'Anduze, qui fut présent aux exemptions que son père et Odilon, son oncle, donnèrent aux habitants de Randonat.
     
  7. Guillaume DE CHATEAUNEUF, IV, seigneur en partie de Châteauneuf et de Randonat, fit hommage à l'évêque de Mende, le 6 mai 1263, et à l'évêque d'Uzès, pour la moitié de ce qu'il avait à Montfort, le 12 avril 1264. Il est. nommé le premier des barons qui se trouvèrent à l'assemblée tenue à Montpellier, le 25 janvier 1288, au sujet des différends survenus entre le roi et le pape Boniface VIII. Il testa, en 1303, et mourut la même année. Il eut de Valpurge, son épouse, fille d'Hugues, comte de Rodès, et d'Elisabeth de Roquefeuil :
    1. Randon, mort avant 1303 ;
    2. Marquese de Châteauneuf, dame de Châteauneuf, des Portes et de Luc, mariée avec Armand, vicomte de Polignac, mort le 29 avril 1277. Elle eut, en 1289, l'administration des biens de ses enfants, malgré Bernard, seigneur de Mercœur, et Pierre de Polignac, prêtre de Brioude, qui la lui disputaient. Elle confirma, le 17 janvier 1301, la vente que Guillaume de Randon, seigneur de Luc et des Portes, avait faite de son consentement, le 1er janvier précédent, à Jean de Bannes, archidiacre d'Uzès, de ce qu'il avait au château de Genouillac. Elle fit son testament en 1311, par lequel elle fit plusieurs legs à ses gentilshommes, ses écuyers, et à autant de demoiselles. Par le même acte, elle fit son second fils son héritier, et mourut la même année. C'est du mariage de Marguese de Châteauneuf avec Armand de Polignac, que descendent les seigneurs et vicomtes de Polignac.
Branche des seigneurs de Chateauneuf-de-Randon, seigneurs et barons du Tournel, prise au Ve degré.
  1. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDONAT, Ier du nom, troisième fils de Guignes Mechin, et de Marie d'Assumens, épousa Marguerite Guérin du Tournel, héritière de la baronnie du Tournel. De ce mariage naquit :
     
  2. Guignes-Mechin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, seigneur d'Altier et autres places, qui, selon l'usage du temps, prit le nom de sa principale terre, qui était celle du Tournel. Il épousa Vierne de Valergues, dont :
    a. Odilon, dont l'article suit ;
    b. Odilon de Guérin, chanoine de la cathédrale de Mende, dont il fut élu évêque. Il transigea avec saint Louis, roi de France, pour le château de Grefes.
     
  3. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, IIe du nom, seigneur et baron du Tournel, fut fait prisonnier par le vicomte de Polignac, au sujet de la guerre que son père avait eue avec lui pour la succession de Guillemette de Saissac. Il épousa Mirande de Montlaur, fille d'Hébrard, seigneur et marquis de Montlaur et de Marguerite d'Auvergne. De ce mariage vinrent :
    1. Odilon, qui suit;
    2. Hébrard de Guérin du Tournel, lequel fut présent avec son frère, à l'hommage qu'Hébrard de Montlaur rendit à Etienne, évêque de Mende.
     
  4. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF, IIIe du nom, seigneur et-baron du Tournel, damoiseau, fit hommage, le 11 février 1287, à l'évêque d'Uzès, pour la ville de Montfort, aujourd'hui Villefort. Il se trouva à l'assemblée des seigneurs de la province, convoquée à Montpellier, le 25 juillet 1288, pour concilier les différends du roi avec le pape Boniface VIII. Il épousa, le 3 juillet 1305, Eléonore de Canillac, dont :
    1. Guignon de Guérin de Châteauneuf, seigneur et baron du Tournel, marié avec Valergue de Polignac sa cousine au quatrième degré, dont il n'eut point d'enfants ;
    2. Odilon, qui suit.
     
  5. Odilon de Guérin DE CHATEAUNEUF, IVe du nom, seigneur et baron du Tournel, succéda à son frère, mort sans enfants. Il reçut hommage à Montfort, le 20 juin 1320, d'Etienne d'Altier, chevalier. Il obtint, le 2 avril 1326, avec les autres barons du Gévaudan, une ordonnance du sénéchal de Beaucaire, contre la cour commune du Gévaudan, qui empiétait sur leurs droits. Il testa, le 9 mai 1363, et laissa d'Yolande de Simiane, fille de Guiraud, IVe du nom, marquis de Simiane, et de Matille d'Arpajon :
    1. Guignon, dont l'article suit ;
    2. Marguerite, mariée, en 1340, avec Bernard d'Anduze.
     
  6. Guignon de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel et autres places, épousa, le 12 avril 1365, Isabelle ou Elisabeth de Chalençon, fille de Guillaume, seigneur et marquis de Chalençon et de Valurge, vicomtesse de Polignac, dont :
    1. Armand, qui suit ;
    2. Marguerite, mariée, le 20 janvier 1375, avec Guillaume de Châteauneuf, comte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, et autres places.
     
  7. Armand de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, fit une inféodation aux habitants de Chambonnet, en 1389. Il pousa, le 14 septembre 1398, Marguese de Beaufort de Canillac, fille de N*** de Beaufort de Canillac et de Catherine Dauphine, dont :
    1. Pierre, dont l'article viendra ;
    2. Jeanne, mariée le 20 septembre 1416, à Antoine de Cardaillac, seigneur et marquis de Cardaillac, vicomte de Brioule ;
    3. Marguerite, mariée, le 23 mai 1420, à Louis de Sabran, baron d'Ansouis ;
    4. Éléonore, mariée, le 23 mai 1423, à Aldebert de Sabran, frère de Louis.
     
  8. Pierre de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, reçut un hommage de Pons de la Raisin, seigneur du Chambonnet, le 16 avril 1432. Il épousa, le 22 avril 1452, Louise de Crussol, dame d'Arsilan, fille de Giraut Bastel, IVe du nom, sire de Crussol, et d'Hélix de Lastic, gouvernante du Dauphin, fils du roi Louis XI. Il eut de ce mariage :
    1. Jean, dont l'article suit ;
    2. Gabrielle de Guérin de Châteauneuf, baronne du Tournel, après la mort de son frère, qui épousa, le 20 JUfl 1486, Sigismond de Chateauneuf-de-Randon, son cousin, vicomte de Saint-Remeise et autres lieux ;
    3. Anne, mariée, le 20 septembre 1472, avec Bérenger de Roquefeuil, seigneur et marquis de Roquefeuil.
     
  9. Jean de Guérin DE CHATEAUNEUF, seigneur et baron du Tournel, épousa, le 5 août 1485, Simonne, vicomtesse d'Uzès, fille de Jean ‘et d'Anne de Brancas, dont il n'eut point d'enfants.

Branche des seigneurs et vicomtes de Saint-Remeise, baron d'Alenc, prise au Ve degré.
  1. Guignon DE CHATEAUNEUF, seigneur et vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc et autres places, quatrième fils de Guignes. Méchin et de Marie d'Assumens, eut pour fils :
     
  2. Guillaume DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, 1er du nom de cette branche, qui fit hommage, en 1307, à l'évêque de Mende. Il eut de son mariage, contracté le 10 février 1320, avec Gillette de Tournon ;
    1. et 2. Lambert, qui suit, et Guignon. Ces deux frères firent aussi, en 1340, hommage à l'évêque de Mende, du lieu et baronnie d'Alenc, et ses appartenances, des lieux de Larsalier, Laprade, le Marsel, etc. ensemble de tout ce qu'ils avaient dans la paroisse de la Rouvière et d'une partie de Châteauneuf.
     
  3. Lambert DE CHATEAUNEUF, épousa, le 10 novembre 1355, Guignotte de Peyre, dont Guillaume, qui suit, en faveur duquel il fit son testament, le 10 juin 1357.
     
  4. Guillaume DE CHATEAUNEUF, Ier du nom, transigea, en 1390, avec les habitants du mandement d'Alenc, Laprade, Larselier, le Marsel, et d'une partie de Châteauneuf et autres lieux. II épousa, le 20 janvier 1375, Marguerite de Guérin du Tournel, de laquelle il laissa :
     
  5. Raimond DE CHATEAUNEUF, marié, le 10 septembre 1452, avec Jeanne de Senaret. Il testa, le 2 septembre 1459, en faveur de Sigismond, son fils, qui suit :
     
  6. Sigismond DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, vicomte de Saint-Remeise et autres places, épousa, comme on l'a vu plus haut, l'héritière de la branche de Châteauneuf, seigneurs et barons du Tournel, Gabrielle de Guérin de Châteauneuf, sa cousine, le 20 février 1486, qui lui apporta en dot la baronnie du Tournel. De ce mariage vinrent :
    1. Antoine, qui suit ;
    2. Jeanne, mariée, en 1312, avec le marquis de Féralt ;
    3. Marguerite, mariée, en 1514, avec Jean, seigneur et marquis de Lescure ;
    4. Marie, femme, en 1516, de Jean de Bruyères, marquis de Chalabre.
     
  7. Antoine DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, Ier du nom, coseigneur de Châteauneuf, marquis de Tournel, vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc et autres places, chevalier de l'ordre du roi, capitaine d'une compagnie de cinquante hommes d'armes, épousa, le 20 juin 1533, Élisabeth de Grimaldi Monaco, fille de Lambert, prince de Monaco, dont :
     
  8. Jean-Gaspard DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, seigneur en partie de Châteauneuf, marquis du Tournel, vicomte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, gentilhomme de la chambre, chevalier de l'ordre du roi, capitaine d'une compagnie de cent hommes d'armes. Il épousa, le 10 septembre 1560, Magdeleine de Combret de Broquier-d'Arpajon, de laquelle il eut :
     
  9. Alexandre DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, Ier du nom, seigneur en partie de Châteauneuf, marquis du Tournel, comte de Saint-Remeise, baron d'Alenc, chevalier de l'ordre du roi, et capitaine d'une compagnie de cinquante hommes d'armes. Il épousa 1. le 15 février 1593, Jeanne de Budos des Portes, sœur de la connétable de Montmorency ; 2. le 30 août 1595, Anne-Marie Pelet de Narbonne. Il eut de son second mariage :
    1. Antoine dont l'article suit ;
    2. Charles, chevalier de Malte.
     
  10. Antoine DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, IIe du nom coseigneur de Châteauneuf, marquis du Tournel, baron d'Alenc, chevalier de l'ordre du roi, mestre-de-camp d'un régiment de cavalerie, épousa, le 6 août 1635, Anne de Crusy Marsillac, nièce de Sylvestre, évêque de Mende, et abbé de la Chaise-Dieu, d'une maison qui a fourni plusieurs chevaliers et commandeurs à l'ordre de Malte. De ce mariage sont issus :
    1. Sylvestre, capitaine de cavalerie, mort à Nancy, au service du roi ;
    2. Alexandre, marquis du Tournel, capitaine de cavalerie, qui commanda la noblesse du Languedoc, à l'arrière-ban en 1694 et 1695, mort en 1696 ;
    3. Jean, dit le chevalier du Tournel, capitaine au régiment de Conti, tué à la bataille de Senef ;
    4. Adam, seigneur et prieur commandataire du prieuré de Sainte-Ennemie ;
    5. André, seigneur de Saint-Jean et du Bleymard, mort en 1697 ;
    6. Jacques-Timoléon ; coseigneur et comte du Tournel, baron d'Alenc, capitaine de cavalerie, qui épousa, le 29 mars 1699, Jeanne-Rose de Rousseau de Lanvaux de Diarnelé, en Bretagne, dont : a. Alexandre, mort jeune ; b. Louise-Claude, qui a hérité des biens de la maison du Tournel. Elle épousa Charles de Molette, marquis de Morangies, baron de Saint-Alban, seigneur de Villefort, de Gardeguerin, lieutenant-général des armées du roi ; c. Jeanne-Michelle, mariée, en Bretagne au mois de janvier 1729, avec Jean de Jourdain, chevalier et seigneur du Couedor
    7. Anne, dont l'article, viendra ;
    8. Anne, mariée, le 14 novembre 1653, avec Marc-Antoine-Grégoire, seigneur et baron de Saint-Sauveur, aïeule de feu N*** de Saint-Sauveur (écuyer du roi et de feu M. le Dauphin) ainsi que de l'évêque de Bazas, du chevalier de Saint-Sauveur, chef de brigade dans les gardes-du-corps, et, brigadier des armées du roi, et de Vital-Auguste, comte de Nozières ;
    9. Marie-Anne, morte en 1714.
     
  11. Anne DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON, baron du Tournel, seigneur du mandement de Saint-Etienne du Val-Donné, Préfontaine, etc., capitaine de cavalerie, épousa Madeleine de la Roque du Marsel, dont il eut :
    1. Alexandre, prévôt de l'église cathédrale de Mende, prieur de Saint-Martin du Pin ;
    2. Pierre, mort sans alliance ;
    3. Guillaume, dont l'article suit ;
    4. Antoinette ;
    5. Françoise ;
    6. Marie-Anne, morte religieuse bernardine à l'abbaye de Mercoire.
     
  12. Guillaume DE CHATEAUNEUF-DE-RANDON du Tournel, seigneur du mandement de Saint-Etienne du Val-Donné, Garjac, Préfontaine, d'Issinges, du Marazel de Nozières, coseigneur, d'Hispagnac, etc., dit le comte de Chateauneuf-Randon, capitaine de cavalerie au régiment de Clermont-Prince, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, épousa, le 19 avril 1755, Paule de Launay, fille de Louis et de Paule Pajerle, et nièce de M. de Saint-Vallery, receveur-général des finances de Flandres et du Hainault. De ce mariage sont nés :
    1. Alexandre, qui a continué la branche aînée, et dont l'article suit ;
    2. Antoine-Pierre, vicomte de Randon, qui fait la branche des vicomtes de Randon, nom primitif de cette maison ; cette branche est rapportée plus bas ;
    3. Marie, ne le 28 octobre 1756, morte.
     
  13. Alexandre, marquis de CHATEAUNEUF-RANDON, né le 19 octobre 1757, lieutenant-général des armées du roi, a épousé N*** du Roure de Chastel. De ce mariage sont issus :
    1. Aldebert ;
    2. Éléonore.
Branche des vicomtes de Randon, prise au dix-septième degré.
  1. Antoine-Pierre, vicomte DE RANDON, né le 27 octobre 1759, était capitaine de cavalerie attaché à la maison du roi, et s'est émigré en 1791 ; a fait la campagne dans l'armée des Princes, a aujourd'hui rang de lieutenant-colonel. Il est décoré de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et du Lys. Cette dernière décoration lui a été accordée par Sa Majesté Louis XVIII, à son avènement au trône. Il a épousé Marguerite Treuner de laquelle il a :
    1. Hermand-Frédéric ;
    2. Henri-Alphonse ;
    3. Charles ;
    4. Henriette-Eugénie.

Armes : « D'or, à trois pals d'azur, au chef de gueules. »
Supports, deux lions, et pour légende : Deo Juvante.

Nota. On voit que la maison de Châteauneuf-Randon, a formé les souches des illustres maisons de Joyeuse et d'Apcher, et qu'elle donne encore de nos jours naissance à la branche des vicomtes de Randon.


Source : Nobiliaire Universel de France, Tome II, page 200
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36862s

2 commentaires:

Anne-kelly Bonnaud a dit…

bonjour,
je tiens à vous féliciter pour votre article sur la famille de Chateauneuf de Randon qui est tout bonnement fantastique.
je fais actuellement des recherches sur la commune de Brenoux et j'ai pu trouver un enfant naturel de Pierre de Chateauneuf de Randon fils d'Anne de chateauneuf de Randon (XVI)il s'agirait de Guillaume de Bonave fils de Pierre et de Jeanne Bonave, information visible lors du décès en date du 8 octobre 1808.
Ceci peut peut-être complété vos recherches.
Cordialement,
Anne-Kelly
(anne-kellyb@hotmail.fr)

Anne-kelly Bonnaud a dit…

rectification du message précédent:
information visible lors du mariage de Guillaume BOnave Chaldaureille en date du 5 mars 1764 à St Etienne de Valdonnez (AD Lozère)
Pierre de Châteauneuf est décédé le 23 aout 1764 à Préfontaine(Brenoux)
Anne de chateauneuf est décédé le 16 avril 1732 à Brenoux

Cdt
Anne-Kelly