19 novembre 2008

Famille de Coston de Cornas

Armes : « écartelé à 1 et 3 de gueulés à trois rencontres de taureau d’or, au 2 et 4 d’azur semé de France, qui sont les armes de Bouvier de Montmeiran et sur le tout un écusson d’azur à trois lances d’or, qui sont les armes de Coston de Cornas. »

Dessin de Sébastien Avy publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb.

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 281
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861
COSTON DE CORNAS (DE) famille originaire de Normandie et fort ancienne. Elle quitta cette province, il y a déjà plusieurs siècles, pour venir s’établir dans la Guienne, et ensuite dans le Comtat Venaissin.

Il existe une vieille tradition, dans cette famille, qui apprend que lorsque le duc de Berry, fils de Louis XI, fit assassiner, à Poitiers, le dernier rejeton de la maison de Montferrand, il était accompagné d’un Coston, qui, justement effrayé par cet attentat, passa en Angleterre. Il emporta avec lui ses litres, et se fixa dans le comté d’Essey, où sa postérité existait encore il y a peu d’années. Il ne put emmener avec lui un de ses enfants qui était au berceau. Resté dans sa patrie, cet enfant est devenu la souche d’une branche qui habite le Querci, et c’est de lui que descend également :
  1. Pierre DE COSTON, capitaine au régiment de Piémont, marié à Anne de Montestier. Il eut pour fils :

  2. Claude DE COSTON, homme d’armes de la compagnie de la reine, garde du corps de leurs Majestés, qui épousa Jeanne de Boyard : il mourut major, commandant la ville et citadelle de Valence, en Dauphiné, et laissa :

  3. Claude-François DE COSTON, mousquetaire du roi ; il se couvrit de gloire au siège de Valenciennes, en 1677, sous les yeux de Louis XIV, qui le combla d’éloges. Sachant qu’il ne pouvait le récompenser par le don de la noblesse, puisqu’il était déjà gentilhomme, le roi lui demanda quelle était la grâce qu’il désirait obtenir. L’intrépide Coston ayant sollicité la majorité de Valence qui venait de vaquer par la mort de son père, elle lui fut accordée malgré sa grande jeunesse. Cette anecdote est consignée dans le Journal militaire et politique dédié à Monsieur, frère du roi, en date du 15 juin 1679. Il épousa Marguerite de Bouvier de Montmeiran, fille de Jean de Bouvier, baron de Montmeiran, Cornas, Durtail, etc. Marguerite, qui était alliée aux plus anciennes familles du Dauphiné et du Vivarais, devint l’héritier de sa maison par La mort sans enfants de François de Bouvier, baron de Durtail, son frère. Elle porta, dans celle de Coston, les terres de Cornas, Durtail, et beaucoup d’autres biens. De ce mariage vinrent :
    1. François DE COSTON, capitaine d’infanterie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, et major, commandant la ville et citadelle de Valence. Il avait épousé N*** de Savoie dont il n’eut point d’enfants, et à qui il donna tous ses biens par testament.

  4. Jean-Charles DE COSTON, baron de Cornas, entra au service en 1717, capitaine aide-major dans le régiment de Talard, et mort d’une blessure en 1746. Il fut héritier de Marguerite de Bouvier-Montmeiran, sa mère, qui lui laissa la baronnie et terres de Durtail, Cornas, Saint-Romain et Chaban, et tous les autres biens de sa maison non substitués à François de Coston, à la charge d’en porter les armes, qui sont de gueule à trois rencontres de taureau d’or panachées de même. Le baron de Cornas épousa, en 1736, Marie-Anne-Emerentiane Duclaux ; dont sont issus :
    1. Charles-Louis ; qui suit :
    2. Jeanne-Marguerite, née lé 8 juillet 1738, religieuse au monastère de Notre-Dame de Valence, décédée ;
    3. Catherine-Reine, née le 20 juillet 1742, mariée à M. des Aimards d’Etoile, également décédée. Elle a laissé une fille unique qui a épousé M. Garnier de la Barère.

  5. Charles-Louis DE COSTON, baron de Cornas, né le 26 juin 1741, ancien capitaine au régiment de la Couronne, lieutenant-colonel au régiment provincial d’artillerie d’Auxonne, et chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il a épousé Françoise Grimaud, dont il a eu ;
    1. François-Gilbert, baron de Coston, né le 23 mai 1780, major d’artillerie, officier de la légion d’honneur et chevalier de l’ordre royal des Deux-Siciles. Il a perdu un bras à la bataille d’Aboukir en Egypte. Ayant eu l’honneur d’être présent au roi, il en a reçu la décoration du lys.
    2. Amélie, mariée à N. de Rostaing, habitant, à Tournon en Vivarais ;
    3. Alexandrine, mariée à N. Grimaud, morte sans enfants.

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+