12 avril 2008

Notice sur la famille Périer

La famille Périer, qui a donné de nos jours un ministre célèbre, deux pairs de France et un président de la République Française, est originaire du hameau de Périer, en Dauphiné.

Au siècle dernier elle a acquis dans le commerce une fortune considérable, et son chef, Claude Périer, acheta en 1778, pour entrer dans la noblesse, une charge de conseiller secrétaire du Roi en la chambre des comptes du Dauphiné ; il fut nommé à cette charge par lettres patentes du 31 décembre 1778 et reçu le 21 janvier 1779. La Révolution française l’en déposséda comme tant d’autres, en 1790, sans qu’il ait pu obtenir les lettres d’honneur qui devaient lui donner, pour lui et ses enfants, la noblesse héréditaire. On peut donc considérer que c’est un cas de force majeure qui empêché Claude Périer de remplir les vingt années d’exercice nécessaire, et que, bien qu’il n’ait pas fait usage d’armoiries ni fait aussi preuve de noblesse aux assemblées de 1789, en demandant à voter dans les rangs des nobles comme propriétaire de la seigneurie de Vizille, achetée par lui en 1780, Claude Périer n’en avait pas moins acquis le premier degré de la noblesse comme tous les autres secrétaires du Roi. Ce fait ne saurait être controuvé par l’objection que ses descendants n’ont pas réclamé ensuite sous la Restauration le bénéfice de cette dépossession pour se faire maintenir dans leur noblesse, comme d’autres familles qui se trouvaient dans le même cas.

La filiation de cette famille s’établit depuis Jacques Périer, bourgeois du Périer, fils de Claude et petit-fils de Pierre, qui mourut en 1758, et avait épousé, le 14 octobre 1692, Antoinette Barthélemy, dont il eut treize enfants, entre autres :
  1. Jean Périer, notaire royal à Gresse, puis au Périer, né 23 septembre 1699, marié à Mlle Luyas, dont François et Jean-Louis, qui suivent ; puis à Madeleine Vivian, dont Madeleine, mariée, 27 février 1764, à François Tivolier.
    1. François Périer, dit Périer-Lagrange, conseiller du Roi, garde scel de la juridiction des Gabelles de Grenoble par la résignation de son cousin germain Claude, né 20 mars 1729, marié à Louise Marie Lagier, dont aa. Louis-François, + 22 janvier 1807 ; bb. François-Daniel, marié à Mlle Beyle ; cc. Louise Emilie, mariée à Savoie ; dd. Jeanne, mariée à M. Tivolier ;
    2. Jean-Louis.
  2. Jacques qui suit ;
  3. Jean-Antoine, établi à Grenoble.
Jacques Périer se fixa à Grenoble, et épousa, le 24 août 1741, Marie Elisabeth Dupuy, dont :
  1. Claude, qui suit ;
  2. Jean, mort jeune ;
  3. Antoine, dit Périer du Merlet, avocat an parlement de Grenoble, né 16 mai 1744, + sans postérité ;
  4. Jacques Paul Augustin, né 26 mai. 1746, + 1793, marié en 1777 à Marie-Charlotte Carier, dont une fille, tuée avec sa mère en 1793 ;
  5. Hélène Elisabeth, née 20 mai 1745, + 26 mai 1818, mariée, 26 septembre 1764, à Esprit Alexandre Gueymar ;
  6. Marie Elisabeth, née 4 juin 1748, mariée, 22 octobre 1765, à Pierre Jordan ;
  7. Rose-Euphrosine, née 4 juin 1748, mariée, 1er octobre 1785, à Pierre-François Duchesne.
Claude Périer, conseiller du Roi, Garde scel de la juridiction des Gabelles de Grenoble, charge qu’il résigna en 1778 en faveur de son cousin François Périer, acheta une charge de conseiller secrétaire du Roi en la chambre des comptes de Dauphiné et fut nommé par lettres patentes du 31 décembre 1778 et reçu en charge le 21 janvier 1779. Il acquit, par acte devant Me Bronod, notaire à Paris, le 5 juin 1780, moyennant 1.024.000 livres, de Gabriel Louis de Neufville, duc de Villeroy, la terre et seigneurie de Vizille, où il offrit en 1789 asile aux réunions des assemblées provinciales du Dauphiné. Né à Grenoble le 28 mai 1742, + à Paris, le 6 février 1801, il fut député de l’Isère (26 décembre 1799) et avait épousé, le 28 avril 1767, Marie-Charlotte Pascal, née aussi à Grenoble, le 6 décembre 1749, + à Grenoble le 31 juillet 1831, dont il eut neuf fils et trois filles :
  1. Jacques Prosper Périer, né le 3 novembre 1768, + en bas âge.

  2. Augustin Charles Périer, député de l’Isère, pair de France (16 mai 1832), né à Grenoble, le 12 mai 1773, + au chateau de Frémigny, commune de Bouray (Seine et Oise), le 2 décembre 1833 ; marié, en mai 1798, à Louise Henriette (dite Eglantine) de Berckheim, née à Iebsheim (Haut-Rhin), le 16 novembre 1772, + à Paris, le 30 novembre 1863, ayant survécu à tous ses enfants :
    1. Adolphe Joseph Scipion, conseiller référendaire à la Cour des comptes, né à Grenoble, le 25 décembre 1802, + à Vanves, le 4 avril 1862, des suites d’une cruelle affection cérébrale qui avait déterminé son internement ; il avait épousé, le 9 janvier 1828, Nathalie Renée Emilie Mottier (et non Dumottier) de la Fayette, née le 22 mai 1803, + à Paris, 16 mai 1878, dont :
      1. N..., né en 1833, + en 1834 ;
      2. Marie-Henriette Octavie, née le 26 novembre 1828, + 8 mars 1876, mariée à Paris, le 16 mars 1847, à Sigismond Louis Joseph Marie Pourcet de Sahune ;
      3. Emilie Augustine Amélie, née le 26 février 1830, + à Paris, 4 mai 1878, dame de Saint-Thomas de Villeneuve ;
    2. Eugène Fortunat Paul, premier secrétaire d’ambassade, né à Grenoble, le 11 juin 1809, + à Paris, le 12 juin 1849, sans alliance ;
    3. Camille Octavie Joséphine Fanny, née à Schoppenwihr (Haut-Rhin), le 9 août 1800, + à Grenoble, le 10 octobre 1826, mariée, le 13 juillet 1823, à François-Charles-Marie de Rémusat, qui épousa en secondes noces Pauline de Lasteyrie ;
    4. Alexandrine Octavie Camille, née à Grenoble, le 23 juillet 1801, + à Grenoble, le 15 septembre 1824 ;
    5. Marie-Amélie, née à Grenoble, le 2 février 1806, + à Grenoble, le 30 novembre 1827, sans alliance.

  3. Alexandre Jacques Pierre Périer, député du Loiret, né à Grenoble, le 25 décembre 1774, + à Montargis, le 14 décembre 1846, marié à Thérèse Alexandrine Pascal, née à Grenoble, + à Montargis, le 4 octobre 1855, dont deux fils et une fille :
    1. Charles César, né à Voiron (Isère) en 1805, + à Montargis, le 6 juillet 1817 ;
    2. César, né à Voiron, + à Paris, en 1862, sans alliance ;
    3. Augustine Bonne Clotilde, née à Voiron, le 20 août 1806, + Montargis, le 27 décembre 1832 ; mariée à Jacques César, comte Randon, maréchal de France, + à Genève, le 14 janvier 1871 (il se remaria, le 3 octobre 1849, à Constance Hedwige Zénaïde Suin), dont une fille, mariée au Général de Salignac-Fénelon.

  4. Antoine Scipion Périer, né à Grenoble, le 14 juin 1776, + à Paris, le 2 avril 1821, marié à Louise Sophie de Dietrich, + à Paris du choléra, le 11 avril 1832, dont deux fils et une fille :
    1. Alfred Scipion, né à Paris, en 1807, + à Paris, 22 mai 1866, marié, en 1845, à Charlotte Françoise Cécile Blancard, née le 10 juin 1824 ;
    2. Édouard Casimir Joseph, maître des requêtes au Conseil d’Etat, né à Paris en 1812, + à Paris le 17 mars 1865, marié, en 1848, à Mathilde de Brockwell, veuve de M. Muel, dont un fils et une fille :
      1. Georges Scipion, né en 1853, + en 1872, d’un accident de chasse.
      2. Hélène Louise Mathilde, née en 1852, adoptée par son oncle Vitet, qui suit et mariée à son cousin, Jean Casimir Périer, ancien président de la République française ;
    3. Cécile, née en 1814, + à Paris, le 12 février 1858, mariée, en mars 1832, à Ludovic Vitet, député, membre de l’Académie française, + 5 juin 1873, qui adopta sa nièce Hélène ci-dessus.

  5. Casimir Pierre PérierCasimir Pierre Périer, banquier, député, président de la Chambre les députés, ministre de l’intérieur, et président de conseil des ministres, né à Grenoble le 11 octobre 1777, + à Paris (du choléra) le 16 mai 1832, marié, le 13 octobre 1805, à Marie Cécile Pauline Laurence Ponthus-Loyer, née à Lyon en 1788, + Paris, le 18 janvier 1861, dont deux fils, qui ont été autorisés, par décret du 24 mars 1874, à prendre le nom patronymique Casimir-Perier.
    1. Auguste Casimir Victor Laurent Casimir-Perier, ministre plénipotentiaire, député, ministre de l’intérieur, membre de l’institut, né à Paris le 20 août 1811, + à Paris le 6 juillet 1876, marié : 1° à Genève, avril 1834, à Adèle Paturle, + le 19 juin 1835, sans postérité ; 2° le 24 juillet 1841, à Camille Fontenilliat, née en 1821, dont deux fils et une fille :
      1. Jean Casimir-PerierJean Paul Pierre Casimir-Perier, député, ministre et président du conseil, président de la Chambre des députés, président de la République française du 27 juin 1894 au 14 janvier 1895, né à Paris le 8 novembre 1847, marié, à Paris, le 17 avril 1873, à Hélène Louise Mathilde Périer-Vitet, dont : aa. Claude, né au château de Pont sur Seine (Aube), le 17 septembre 1880 ; bb. Germaine, née à Pont sur Seine le 24 septembre 1881 ;
      2. Pierre Armand Hippolyte Casimir-Perier, capitaine d’artillerie, né à Pont sur Seine le 22 juin 1852, + à Lima (Pérou) le 23juillet 1884 ;
      3. Henriette Jeanne Marie Thérèse, née à Paris le 16 juillet 1844, mariée à Paris, le 6 mars 1866, à Louis-Philippe Charles-Antoine, comte de Ségur, ancien député ;
    2. Casimir Charles Fortunat Paul Casimir-Périer, députe, puis sénateur de la Seine-Inférieure, né à Paris le 18 décembre 1812, marié à sa cousine Camille Périer, dont trois enfants :
      1. Casimir, + en bas âge ;
      2. N... + en bas âge ;
      3. Marie Marthe, née à Paris en 1845, + Paris le 11 janvier 1872, mariée à Edouard de Traz.

  6. Camille Joseph Périer, préfet, député, pair de France (3 octobre 1837), né à Grenoble le 15 août 1781, + à Paris le 14 septembre 1844, sans laisser postérité ; il épousa 1° à Paris, en 1809, Camille Anne Pélagie Honorine Lecoulteux, née en 1791, + Paris le 21 juillet 1829 ; 2° à Paris, le 26 novembre 1830, Marie Marguerite Amélie Pourcet de Sahune, née à Strasbourg le 7 mai 1808, et remariée à Anatole de Vivès, général d’artillerie, + le 4 mai 1888.

  7. Alphonse Périer, maire d’Eybens, député de l’Isère (1834-46), né à Grenoble le 28 octobre 1782, + à Grenoble le 11 janvier 1866, marié à Grenoble, 4 novembre 1806, à Bonne Marie-Antoinette de Tournadre ; née à Sisteron le 14 mars 1786, + à Grenoble le 26 mars 1869, dont un fils et deux filles :
    1. Charles Amable Théodore, né à Grenoble le 4 octobre 1807, à Grenoble en bas âge ;
    2. Marie-Augustine Elisabeth, née à Grenoble le 1er mars 1810, + Grenoble le 19 février 1894, mariée à Grenoble, le 22 août 1831, à Henri François Giroud, + à Eybens le 31 août 1879 ;
    3. Hélène Joséphine Mathilde, née à Grenoble le 30 juillet 1812, + au château de Thauvenay (Cher), 17 novembre 1895, mariée, 10 octobre 1831, à François-Henri Ernest, baron de Chabaud-la-Tour, général de division, ministre et sénateur, à Paris 10 juin 1885.

  8. Amédée Auguste Périer, né à Grenoble le 14 mars 1785, + à Paris le 2 mai 1851 ; il adopta Mathilde Périer, mariée : 1° en 1842, à Henri Camille Coste de Champéron, colonel, + ; 2° à Henri de la Coux de Marivault, ancien capitaine de vaisseau, et veuf, en 1869, de Marie de Belvèze.

  9. André Jean-Joseph Périer, banquier, régent de la Banque de France, député de la Marne, né à Grenoble le 27 novembre 1786, + Paris le 18 décembre 1868, marié à Marie Aglaé du Clavel de Kergoman, née en 1792, + à Epinay-sur-Seine le 10 juin 1848, dont deux fils et cinq filles :
    1. Edmond, né à Paris en1811, + à Paris le 2 juin 1876, marié à Fanny de Vignevielle, née à Paris en 1811, + à Paris, 12 décembre 1890, dont :
      1. Georges Marie Scipion, né à Neuilly-sur-Seine en août 1845, + à Paris le 3 juillet 1887, marié à Anne Gabrielle Julie Bocher (remariée à Paris, le 8 septembre 1888, à Maurice de Mieulle), dont deux filles : aa. Jeanne-Marie, mariée, le 26 juillet 1892, à Dieudonné Gaston, comte de Vernou-Bonneuil ; bb. Anne-Marie Joséphine ;
      2. Ferdinand Marie Amédée, né à Paris, 21 novembre 1847, marié à Berthe Lécuyer, dont deux fils et une fille : aa. Edmond Joseph ; bb. René ; cc. Marie-Thérèse ;
    2. Arthur Périer, né à Paris, en 1826, qui a plusieurs enfants adoptifs ;
    3. Marie-Augustine Mathilde, née à Paris en 1815, + Paris le 2 mars 1877, brûlée par accident, mariée : 1° en 1835, à Alexandre Ferdinand Pierre Louis, comte de Le Roi de Ville, dont un fils ; 2° à Alfred Lannes de Montebello, comte de l’Empire, député du Gers, + 28 juin 1861 ;
    4. Laure, morte en bas âge ;
    5. Camille, mariée à son cousin Casimir Charles Paul Casimir-Périer ;
    6. Marie Pauline Octavie, née à Paris le 8 janvier 1824, mariée à Paris, en 1843, à Charles, baron Le Lasseur, veuve 8 décembre 1884 ;
    7. Augustine Joséphine Laure Gabrielle, née à Paris, en 1827, + à Paris, 8 janvier 1877, mariée en 1846 à Jules Laurent Dollé, + à Ly-Fontaine, 29 avril 1895.

  10. Elisabeth Joséphine Périer, née 9 avril 1770, + à Grenoble le 23 septembre 1850, mariée, le 22 janvier 1788, à Jacques Fortunat Savoye de Rollin, baron de l’Empire, préfet et député de l’Isère, + à Paris 31 juillet 1823.

  11. Euphrosine-Marine Périer, née à Grenoble le 13 novembre 1771, + en bas âge ;

  12. Adélaïde Hélène (dite Marine) Périer, née à Grenoble le 10 mars 1779, + à Grenoble le 5 août 1851, mariée à Grenoble, le 31 juillet 1791, à Casimir Teisseire, député de l’Isère, + à Grenoble le 17 septembre 1842.
Source :
Annuaire de la noblesse de France 1896
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36623b/f527.item
A voir aussi sur WikiPedia :
Ainsi que :

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+