16 décembre 2008

Salperwick

SALPERWICK (DE), famille noble d'extraction et des plus anciennes ; elle est originaire de la province d'Artois, où elle était établie avant 1159. MM. De Salperwick sont membres de la noblesse des états d'Artois.

Thomas de SALPERWICK, écuyer, assiste, comme témoin, en 1159, dans une donation faite par Barbe, comtesse de Soissons, et son époux, à l'abbaye de Saint-Aubert de Cambray. Voyez l'Histoire du Cambrésis, par le Carpentier.

Hugues DE SALPERWICK assiste, comme témoin, dans un acte de cautionnement fait en 1170, par un comte de Guignes, aux moines d'Ardres. Voyez André Duchesne dans l'histoire de la maison de Guignes.

Eustache DE SALPERWICK, écuyer, fut reçu chevalier en 1181 par Baudouin, comte de Guignes, en même temps que celui-ci conférait cet ordre à Arnoul II, comte de Guignes, son fils aîné. Cet Eustache était un des chevaliers qui accompagnaient le jeune conte dans les tournois et à la cour de Flandre.

Pierre et Philippe DE SALPERWICK, écuyers, comparurent dans une donation faite par le comte de Flandre en 1225.

Beaudouin DE SALPERWICK, écuyer, était grand-bailli du comté de Fauquenberg en 1251.
Mathieu DE SALPERWICK, écuyer, reçut du comte d'Artois, en 1291, un fief situé en Artois, près de Saint-Omer, qui fut nommé de son nom, et possédé depuis par ses descendants.

Eustache DE SALPERWICK, écuyer, existait en 1307.

Beaudouin DE SALPERWICK, écuyer, accompagna, en cette qualité, le duc de Bourgogne à la bataille de Saint-Omer, qui se donna le 27 juillet 1340.
Mathieu DE SALPERWICK, écuyer, fut fait souverain bailli de la comté de Guignes le 4 décembre 1362.
  1. Regnault DE SALPERWICK, écuyer, inscrit sur la liste des gentilshommes présents aux états d'Artois en 1414. Il épousa N*** de Cherf. De ce mariage vinrent :
    1. Enguerrand, qui suit ;
    2. Gilles, dont l'article viendra ; et qui a fondé la branche cadette, rapportée plus bas.

  2. Enguerrand DE SALPERWICK, écuyer, membre de la noblesse des états d'Artois, épousa, le 7 avril 1412, dame Françoise de Lisque, fille aînée de Florent de Lisque, écuyer, et de dame Françoise de Lonvillier. De ce mariage vint :

  3. François DE SALPERWICK, écuyer, épousa, en 1440, Marie de Roncq. De ce mariage vint :

  4. Edmond DE SALPERWICK, écuyer, qui épousa, le 5 mars 1482, demoiselle Isabelle de Rabodinghe, fille de Claude de Rabodinghe, écuyer, seigneur de Rocquemoire, et de dame Julienne Morcamps. De ce mariage vinrent :
    1. Guillaume, qui suit ;
    2. Louis, qui vient après son frère.

  5. Guillaume DE SALPERWICK, écuyer, épousa, en l'an 1541, Jeanne Daveby. Il passa en Angleterre, où sa branche s'est éteinte.

  6. Louis DE SALPERWICK, écuyer, échevin de la ville de Saint-Omer, épousa, le 18 décembre 1538, Anne Benaut, fille de Jean Benaut, écuyer seigneur de Beauvoir, et de Charlotte Surques. De ce mariage vinrent :
    1. Françoise, qui épousa Henri de Cherf ;
    2. Hélène, morte jeune.
Branche cadette existante.
  1. Gilles de SALPERWICK, écuyer, second fils de Regnault et de N*** Cherf. (Voyez page 314, art. Ier) épousa, en 1418, N***. De ce mariage vinrent :
    1. Trie, mort jeune ;
    2. Jacques, qui suit :

  2. Jacques de SALPERWICK, écuyer, épousa, en 1488, N*** Delisque, de laquelle il eut :

  3. Pierre de SALPERWICK, écuyer qui épousa, en 1478, Marie Lefebure. De ce mariage vint :

  4. Andrieu de SALPERWICK, écuyer qui épousa, en 1541, demoiselle Jacqueline Benaut, fille de Jean Benaut, écuyer, seigneur de Beauvoir, et de Charlotte de Surques. Elle était sœur de celle qui épousa Louis de Salperwick. De ce mariage vinrent :
    1. Guillaume, dont l'article viendra ;
    2. Noel, qui épousa Isabeau de Ladroye : ils n'eurent point d'enfants.

  5. Guillaume DE SALPERWICK, écuyer, membre de la noblesse des états d'Artois, épousa, en 1574, Jeanne de Béry, fille de Jean de Béry, écuyer, et de dame Jeanne Brunel. De ce mariage vinrent :
    1. Jean, tué en Flandre ;
    2. Jérôme, dont l'article viendra ;
    3. Maximilien, tué en Flandre ;
    4. Françoise, qui épousa Regnault de Siméon, capitaine d'infanterie ;
    5. Marie, qui épousa Antoine de Chanteraine ; elle n'eut point d'enfants ;
    6. Noel, mariée à Jacques de Gargan, écuyer.

  6. Jérôme DE SALPERWICK, écuyer, seigneur de Créhem, guidon de la compagnie du prince de Ligne, épousa, en 1598, damoiselle Barbe de Sains, fille de Louis de Sains, écuyer, seigneur d'Hestruval, et de dame Jeanne Caron. De ce mariage vinrent :
    1. Louis, dont l'article viendra ;
    2. François, tué étant alphère de la compagnie de M. le comte d'Estrées, au siège d'Hesdin ;
    3. Jeanne, qui épousa, en 1642, Louis de Boutry, écuyer, seigneur de Frevillers ;
    4. Marie, morte en bas âge.

  7. Louis de SALPERWICK, écuyer, seigneur de Créhem, épousa, le 6 mai 1654, damoiselle Antoinette-Philippe de Bascourt, fille de Jean de Bascourt, écuyer, marquis de Grigny, et de dame Isabelle de Voocht. De ce mariage vinrent :
    1. François, dont l'article viendra ;
    2. Barbe, morte jeune ;
    3. Marie, morte jeune ;
    4. Isabelle, qui épousa Gervais-François de Brandt, écuyer, seigneur de Marconne.

  8. François DE SALPERWICK, chevalier, marquis de Grigny, épousa, le 12 février 1689, damoiselle Marie-Charlotte de Harchies, fille de Jacques de Harchies, écuyer, seigneur de Guisy, et de dame Thérèse Ducaurel. De ce mariage vinrent :
    1. Jean-Philippe, dont l'article viendra ;
    2. Louis-François-Henri, mort lieutenant du roi de la ville d'Hesdin ;
    3. Jean-Charles, mort jeune ;
    4. Marie-Joseph-Pacifique, mort chevalier de l'ordre de Malte ;
    5. Jacques-Palémon-Alexis, mort chevalier de l'ordre de Malte ;
    6. Marie-Isabelle, qui épousa messire Jean Lefebure, chevalier vicomte de Doulens ;
    7. Marie-Cécile, qui épousa messire François-Tranquillin-Isidore de Dion, chevalier, seigneur de Vandonne ;
    8. Antoinette-Henriette-Charlotte, morte chanoinesse.

  9. Jean-Philippe DE SALPERWICK, chevalier, seigneur de Grigny, épousa, le 7 mars 1725, damoiselle Gabrielle Charlotte de Lanion fille de messire Charles-Joseph de Lanion, comte de Lanion, seigneur de Bontavent, et de dame Denise-Charlotte Talon. De ce mariage vinrent :
    1. Charles-Louis-Philippe, dont l'article viendra ;
    2. Charlotte-Marie, morte sans alliance ;
    3. Catherine, qui épousa messire Antoine-François-Marie de Bernes, chevalier, seigneur de Longvilliers ;
    4. Reine-Stanislas, morte chanoinesse de Messine.

  10. Charles-Louis-Philippe DE SALPERWICK, chevalier, seigneur de Grigny, grand-bailli héréditaire de la ville d'Hesdin, officier de cavalerie au régiment de Noailles, épousa, le 19 mai 1760, damoiselle Marie-Charlotte Lefebure de Milly, fille de messire Jean Lefebure de Milly, chevalier, vicomte de Doulens, et d'Isabelle de Salperwick. Vinrent de ce mariage :
    1. Eugène Louis-Philippe, dont l'article viendra ;
    2. Louise-Charlotte-Philippe, morte.

  11. Eugène-Louis-Philippe DE SALPERWICK, chevalier, marquis de Grigny, membre des états de la noblesse d'Artois, capitaine de cavalerie au régiment de Royal-Navarre, épousa Antoinette-Marie Vidard de Saint-Clair, fille de messire Antoine-François-Nicolas Vidard, chevalier, seigneur de Saint-Clair, colonel de cavalerie, et de dame Antoinette-Louise-Maxime de Puységur, de laquelle il a :
    1. Armand de Salperwick ;
    2. Louise-Joséphine-Mélite.
Armes : « un écu vairé et contre-vairé d'argent et d'azur au franc quartier d'argent, semé d'hermines, et timbré d'un cygne ; des lions pour support. »

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 313
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+