13 janvier 2009

Grant, le Grant et le Grand

GRANT, LE GRANT et LE GRAND, ancienne famille noble, originaire d'Écosse, dont les historiens font remonter l'origine au célèbre Alpin, l'ami de Fingal, souverain du nord de l'Écosse dans le troisième siècle, cité par Ossian. Les historiens de la Grande-Bretagne s'accordent à dire qu'Alpin, roi d'Écosse en 830, et ses successeurs jusqu'au treizième siècle, descendaient de cet Alpin (an 210 de l'ère chrétienne). Le nom de Grant fut une épithète honorable accordée à l'un des descendants de cette famille, dans laquelle il s'est perpétué depuis l'an 1150. Tassain Grant, le premier de la branche établie en Normandie depuis la Seulle jusqu'à la Seine, dont la généalogie est ci-après, et Guillaume Grant vinrent en France en 1359 avec le chevalier Jean Grant, ambassadeur d'Ecosse, leur cousin germain, et restèrent au service de France. Guillaume, pour ses bons et loyaux services, fut fait vicomte de Caen en 1372, où lui et, ses descendants possédèrent longtemps cette dignité : l'un d'eux fut tué pendant le siège de cette ville, en 1417, dans une tour nommée depuis ce temps la Tour-au-Massacre ; une autre tour de cette même ville s'appelle la Tour-le-Grant, du nom de cette famille.

Tassain-Grant épousa, quelques années après son arrivée en France, en 1363, Jorette de Quetteville, fille de Nicole de Quetteville, chevalier, seigneur de Quetteville, de Bonnebos, d'Aubigny.

Depuis que cette famille est en Normandie, elle y a possédé en différents temps plus de soixante terres. Les Grant de Normandie ont été aux bans et arrière-bans, en 1740 et en d'autres temps ; ils ont assisté aux sièges d'Amiens, d'Orléans, etc., pendant lesquelles guerres ils ont sacrifié leurs biens et leurs vies pour la patrie. Dès l'an 1428, Jehan Grant, chevalier, fut capitaine de deux lances et vingt archers à cheval. Le même Jean est cité dans Monfaulx à la tête des nobles de son canton, et fut encore à l'arrière-ban de Caux en 1740, armé de pied en cap et monté. Jacques ou James Grant, seigneur de Moyaux, près Quetteville, chevalier, était maréchal des logis, et homme d'armes de la compagnie de soixante lances, fournie sous la charge de M. le comte de Lorges, en 1549, et en 1560 sous M. le comte d'Arron.

Claude, dit le Grant, mort en 1676, était recteur de l'Université de Caen, et l'un des hommes les plus éclairés de son temps ; on voit sur son tombeau, cette épitaphe en vers latins, qui caractérise sa naissance et son mérite

Claudius hic situs est, titulis et nomine magnus,
Qui sibi commissas sedulo pascit oves ;
Antè sacerdotis ilium gradus extulit : ilium
Res mundus proprias jussit obre vices,
Quam benè dicebat Sophi mysteria Sacra!
Quam benè sacrato clerica jura foro!
Hunc sibi devotum doctorem academicus ordo,
Erepturnque sibi flet quoque praesul amans.
Ille gregi dederat coelestià pabula paschae
Et sacramentis fretus ad astra volat.

Les Grant, en Normandie comme en Écosse, ont fait les alliances les plus illustres, entre autres avec plusieurs souverains. L'un d'eux s'est allié aux rois d'Angleterre, ayant épousé une Boullenc ou Boullein, de la même maison d'une des femmes de Henri III, à laquelle il fit trancher la tête. Elle fut mère de la reine Élisabeth : cette maison en Angleterre est connue sous le nom de Rocheford ou Rutherford. Ils ont fait beaucoup d'autres alliances avec les meilleures familles de France et de la Grande-Bretagne, comme on le verra dans la filiation.

Jean-Charles-Adolphe Grant de Blairfindy, en Écosse, quinzième descendant de sir Duncan Grant de Freuchy, au service de France, en 1754, blessé à Klostercamp, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, colonel depuis 1768 dans la légion royale, neveu de M. l'abbé Grant, président du collège des Écossais à Douay en Flandres. Il épousa, en 1778, Élisabeth-Françoise d'Amelet, fille du comte d'Amelet, ci-devant major des mousquetaires noirs, mestre de camp de cavalerie.

Voici la filiation des principales branches de cette famille, tant d'Écosse que de Normandie, telle qu'elle est confirmée par leurs titres et archives en originaux, par les historiens et par le baronnage d'Écosse.
  1. Alpin, roi d'Écosse en 830, assassiné par Brudus, laissa :
    1. Kenneth, qui lui succéda, et dont la postérité a régné pendant quatre cents ans ;
    2. Donald, mort sans postérité ;
    3. Gregor, qui suit ;
    4. Achayus, chef de la branche qui a conservé le nom de Mac-Alpin jusqu'à nos jours. Ce différentes branches, sont consignées dans, l'histoire et le baronnage d'Écosse. Les maisons de Stuart, de Bailleul, de Bruce, sont sorties de la même souche.

  2. Gregor, chef des maisons de Mac-Gregor et des GRANT, vivant en 859, fut père de :

  3. Dom Gallus-Mac-Gregor, qui épousa Spontana, sœur de Duncan, roi d'Irlande, il mourut en 900 et laissa,

  4. Constantin-Mac-Gregor, célèbre en l'art de la guerre, qui fut nommé par le roi Donald VI, son oncle. Il épousa Malvina, sa cousine, fille de Donald VI, et mourut en 940 : il eut pour fils,

  5. Gregor, dit de l'Étendart, qui épousa Dorviegelda, fille du commandant des armées. Il fut tué en combattant contre les Danois, auprès du roi son ami et son parent il eut de son mariage :

  6. Jean-Mac-Grégor, dit LE GRAND, premier du nom, marié à Alpina, fille d'Augus, quatrième fils d'Achayus, le cadet des enfants du roi Alpin. Il fut tué, en 1004, en combattant sous le roi Malcolm, et laissa :

  7. Gregor-Garable ou le Fort, qui combattit, en 1040, contre les Normands et les Danois. Il épousa une fille de l'ancienne maison de Lochon ou d'Argile, dont il eut :

  8. Sir Jean-Mac-Gregor-le-Hardi, II du nom, mort en 1113. Il avait épousé une femme attachée à la reine Malgarette qui le rendit père de :

  9. Sir Malcolm-Mac-Gregor, lord de Glessurchy. Il épousa N*** fille de Guillaume, chef des armées, et neveu de Saint-David, roi d'Écosse, qui accorda à Malcolm la pairie pour lui et ses descendants mâles, parce qu'il lui avait sauvé la vie. Il fut surnommé le Grand, par rapport à ses grandes actions, Il mourut en 1164, et laissa de son mariage :
    1. William-Mac-Gregor, auteur d'une branche de ce nom ;
    2. Gregor le Grant, qui continue la lignée.

  10. Sir Gregor-More on Grégory GRANT, perpétua le nom de Grant accordé à son père dans sa postérité. Il épousa Marie Bizet, fille de la maison de Lovat, pair d'Ecosse, qui lui apporta en dot la terre de Stroterich. Il bâtit le château de Grant, dans l'Inverneshire, sur la rivière de Spey, ce qui fait que le chef du nom s'appelle toujours Grant de Grant. Il eut pour fils :

  11. Sir Laurence GRANT DE GRANT, qui était fortement attaché à la maison de Bruce contre celle de Bailleul ou Balliol. Il fut pris, et conduit à Londres, en 1296, par Edouard 1er, roi d'Angleterre. Il eut pour fils :
    1. Jean, qui suit ;
    2. Ranalphe Grant.

  12. Sir Jean GRANT DE GRANT, épousa Bigla, fille d'une des plus grandes et des plus riches maisons de Cummings. Il se réunit à William Wallas pour défendre la liberté de son pays, et fut enfin pris et conduit par Édouard, roi d'Angleterre, à Londres, avec son frère Ralph, et élargi sur sa parole en 1297. Il eut pour fils :
    1. Jean, qui fait la branche de Grant d'Écosse, rapportée plus loin ;
    2. Alan, chef d'une autre branche nommée la Tribu Alane ;
    3. Thomas, qui suit.

  13. Thomas GRANT, fut la souche des Grant de Normandie par ses deux fils qui s'y établirent. Il fut membre d'une assise pour une visite faite en 1333 dans le diocèse d'Aberdeen. Ses fils furent :
    1. Tassain, dont l'article suit ;
    2. William ou Guillaume, qui, avec son frère et Jean Grant, leur cousin germain, ambassadeur d'Écosse près la cour de France, vint s'établir en Normandie en 1359.

  14. Tassain GRANT fut vicomte de Caen, et seigneur de Bernière-sur-Mer, près la Délivrande. Il épousa Jorette de Quetteville, fille de messire Nicole de Quetteville, chevalier, seigneur dudit lieu. Une sœur de Jorette de Quetteville, nommée Colette, fut mariée à Jean d'Annebaut, chevalier et aïeul de Claude d'Annebaut, amiral et maréchal de France, chevalier des ordres du roi. Tassain eut de ce mariage :
    1. Auldin, dont l'article suit ;
    2. Jean, mort sans postérité ;
    3. Lucas, ecclésiastique.

  15. Auldin GRANT dit LE GRANT, chevalier, seigneur de Quetteville, fut à la cour de Charles VI en 1411, 1412, 1413 et 1414. Henri VI, roi d'Angleterre, lui rendit les biens qui lui avaient pris par Henri V, tant en Normandie qu'en d'autres lieux. Il épousa N*** de Beaumonchel, fille de Pierre Beaumonchel, chevalier, seigneur de Blacquemare de laquelle il laissa :

  16. Jean GRANT, dit LE GRANT, chevalier, seigneur de Quetteville, fut capitaine de deux lances et vingt archers. Il servit avec distinction et se trouva à l'arrière-ban de Caux en 1470. Il avait épousé Jeanne de Boullenc ou Boullein, parente de Anne de Boullenc, femme de Henri VIII, roi d'Angleterre, et fille de messire Jean de Boullenc, chevalier, seigneur de Viron et de Garabouville, et de Catherine de Malortie. Il eut de ce mariage :
    1. Roger, auteur de la branche des seigneurs des Gruaux, rapportée ci-après ;
    2. Nicolas, dont l'article suit ;
    3. Jean, mort sans postérité ;
    4. Richard, mort sans postérité.

  17. Nicolas GRANT dit LE GRANT, écuyer,-seigneur de Quetteville, épousa Hélène de Bienfaite, fille de Jean de Bienfaite, écuyer, seigneur de Bougy, Mongaux, etc. Il eut pour fils :
    1. Richard, dont l'article suit ;
    2. Nicolas, mort sans postérité ;
    3. Jacques, seigneur de Moyaux, maréchal-des logis de soixante lances, en 1546 et 1560 ;
    4. Charles, auteur de la branche DES GRANT du Pont-de-l'Arche.

  18. Richard GRANT, dit LE GRANT, écuyer, seigneur de Quetteville, du Souchey, de Beuzeville, etc., servit avec distinction ; il produisit des aveux de ses seigneuries en 1543, et épousa N*** de Gastay, fille de Jean de Gastay ou Gatebled, écuyer, seigneur de la Fremondière, de Clairfeuille, etc., et de Marie Postel. Il eut de ce mariage :
    1. Gilles qui suit ;
    2. Durand, qui épousa Jeanne de Gouhaye, fille de Jean de Gouhaye, chevalier, seigneur et baron de Blangy, dont il n'eut point d'enfants. Il mourut au service de l'état, où il fut souvent chargé de missions importantes qu'il remplit toujours avec distinction. Il possédait seize terres en Normandie.

  19. Gilles GRANT, dit LE GRANT, écuyer, seigneur, de Quetteville, de Beuzeville, du Souchey, produisit en 1558 et 1566 un arrêt du parlement de 1518, et d'autres titres par lesquels il prouva sa noblesse et sa descendance de temps immémorial. Il épousa, 1.° Marguerite de Bailleul, fille de Guillaume de Bailleul, chevalier, seigneur de Cantelou et de Françoise d'Escambourg ; 2.° N*** de Trousseauville.
    Enfant du premier lit :
    Olivier, dont l'article viendra.
    Enfants du second lit :
    1. Georges, mort sans postérité.
    2. Nicolas, auteur de la branche des Grant du Souchey, rapportée plus loin.

  20. Olivier GRANT, dit LE GRANT, écuyer, seigneur de Quetteville, de Beuzeville, etc., etc., épousa : 1.° Catherine Parey, fille de Jean Parey, écuyer, seigneur de Mallon, de la Vallée de Norolle, etc., et de demoiselle Guillemette de Bigard, dame du grand fief de Pierrecourt en 1582 ; 2.° Jeanne Draulin.
    Il eut du premier lit :
    1. Jean, dont l'article viendra ;
    2. Durand,
    Et du second lit
    1. Olivier ;
    2. Nicolas, qui fut père d'Olivier, seigneur de Brumar, capitaine d'infanterie, qui fut père de François Grant, qui a été officier dans les cuirassiers, et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. De lui est issue Marie-Françoise Grant, mariée à N*** Desmelliers, gentilhomme de Bretagne, chevalier de Saint Louis, capitaine aide-major d'infanterie. De ce mariage sont sortis : 1.0 Louis-Augustin-Victor Desmelliers, écuyer officier d'infanterie, né à Quetteville ; 2.° Rose Desmelliers ; 3 0 Flore Desmelliers.

  21. Jean GRANT, dit LE GRANT, écuyer, seigneur de Quetteville, capitaine d'infanterie sous les ordres de M. de la Fernay en 1656, produisit, en 1626, un mémoire par lequel il prouva que la seigneurie de Quetteville était dans sa famille depuis près de trois cents ans. Il épousa, 1.° Suzanne Achard, fille de Jean Achard, écuyer, seigneur de Saint-Aulvieu et de Marguerite de la Ferrière, dame du Pin et de Carrolle, en 1612 ; 2.° N*** Apparoc, dont il n'eut point d'enfants : il eut de sa première femme quatre fils, dont il n'est resté que :

  22. Alexandre-Jacques GRANT, dit LE GRANT, écuyer, seigneur de Quetteville, qui épousa 1.° Marie Maze ou Massé : 2.° Marguerite de Franqueville.
    Il eut du premier lit :
    1. Nicolas-Alexandre, seigneur d'Asnelle, qui eut trois filles : 1.° N***, mariée à H. de Ruvières, morte, ainsi que son père, à l'Ile-de-France ; 2.° Anne-Madeleine, mariée à messire Charles Graindorge du Teil, écuyer, seigneur de Guillerville, de Fort, etc., dont trois filles ;
    2. Charles, dont l'article viendra ;
    3. Urbain Grant de Vaux, officier d'infanterie, qui eut pour fils : 1.° Charles-François-Urbain Grant de Vaux, sous-brigadier des gardes-du-roi chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, marié à Marie-Charlotte de Berenger, de laquelle il eut : 1.° Louis-Charles-Urbain Grant, né à Vaux-sur-Seulle ; 2.° Pierre-François, né aussi à Vaux, et deux filles ; 3.° Pierre de Vaux, chevalier de Rosny, brigadier des gardes-du-corps du roi, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis ; qui épousa l'aînée des demoiselles Graindorge du Teil ;
    4. Une demoiselle.
    Du second lit sont sortis
    1. Claude Grant, mort au service, sans enfants ;
    2. Hélène, qui a épousé messire de Champeaux, écuyer, seigneur de Saint-Lô, dont est issue une demoiselle mariée à messire d'Hautteville, chevalier, seigneur des Genestais, près Avranches, descendant de la famille du fameux Tancrède d'Hautteville, roi de Sicile.

  23. Charles GRANT, dit LE GRAND, Ier du nom, écuyer, seigneur de Vaux, Meantès, du Catelet, épousa Jacqueline de Clinchamp, fille de messire Odet de Clinchamp, chevalier, seigneur d'Anisy, lieutenant-général des armées du roi, de la noble famille des Clinchamp, près de Caen, qui ont fourni un cardinal en 1200, et ont été seigneurs et barons de Douai pendant sept cents ans. Il eut de ce mariage :
    1. Louis-Charles, dont l'article viendra ;
    2. Anne Grand du Catelet, mariée à Jean de Monfiquet, écuyer, seigneur de Culy, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, brigadier des armées du roi.

  24. Louis-Charles GRANT, dit LE GRAND, écuyer, seigneur du Catelet, de Vaux, Meantès, Saint-Gilles-en-Vaux, de Fontenay-le-Pemel, Brécy et autres lieux, servit vingt-neuf ans avec distinction, tant en France que dans l'Inde, où il épousa Henriette le François de Grainville, fille de Jacques-Romain le François de Grainville, écuyer, capitaine d'infanterie. Il laissa :
    1. Charles, dont l'article suit ;
    2. Marie-Anne-Renée, qui épousa, en 1771, René-Charles le Marchant, écuyer, seigneur et patron de Fingurolle et de Saint-Louet, ancien capitaine de cavalerie, pensionné du roi, et fils de Jean-Jacques le Marchant, baron de Tracy, dont une fille.

  25. Charles GRANT, dit LE GRAND, IIe du nom, écuyer, vicomte de Vaux, né à l'Ile-de-France le 6 juin 1749, fut d'abord sous-lieutenant au régiment de Foix, infanterie, en juin 1765, lieutenant en 1768, puis mousquetaire noir ; après la mort de sa femme, sous-lieutenant des gardes-du-corps du roi, en mai 1777, avec un brevet de lieutenant-colonel de cavalerie ; fit la campagne de 1779, sous les ordres de M. le comte de Vaux, qui commandait les armées destinées à descendre en Angleterre, et fut aide-de-camp de ce général en 1780, à l'armée de Bretagne, étant toujours sous-lieutenant des gardes-du-corps du roi. Il avait épousé, au mois de mai 1768, Anne-Charlotte-Agathe Graindorge du Teil, fille de Charles Graindorge du Teil, écuyer, seigneur de Guillerville, de Fort, etc., et d'Anne-Madeleine Grant, fille de Nicolas Alexandre Grant. Il eut de ce mariage :
    1. Charles-Romain, qui suit ;
    2. Agathe Grant de Vaux ;
    3. Aimée Grant de Guillerville.

  26. Charles-Romain GRANT, écuyer, vicomte de Vaux, né au château de Vaux-sur-Seulle le 22 décembre 1772, fut placé au collège des nobles écossais à Douai, en Flandres, en avril 1782.

Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 353
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Article sur la famille Grant :

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+