20 mai 2007

La famille de Fabre de Mazan

Source : Chaix d'Est-Ange, Gustave (1863-1923), Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1120109/f14.item

Blason Fabre de MazanArmes : de gueules à une tête de boeuf d'or.
Couronne : de Marquis.
La famille de Fabre de Mazan appartient à la noblesse de Provence.

Artefeuil en a donné au XVIIIe siècle une généalogie qui a été reproduite par la Chesnaye des Bois. On trouvera les derniers degrés de la filiation dans l'Histoire véridique de la noblesse de Provence.

La famille de Fabre de Mazan a eu pour berceau la petite ville de Riez, en Haute-Provence, dans les environs de laquelle elle a conservé jusqu'à nos jours le château de Pontfrac. Honoré Fabre, auquel le travail d'Artefeuil fait remonter la filiation, fut autorisé le 23 mai 1470, par lettres du roi René, à posséder un seizième de la seigneurie de cette ville et autres fiefs nobles avec toute justice comme les autres nobles de la province. Ces lettres de 1470 doivent être considérées comme un véritable anoblissement. Honoré Fabre avait épousé Marie Puget par contrat passé le 18 mai 1451 devant notaire à Saint Maximin. Leur fils, Etienne Fabre, coseigneur de Riez, épousa, par contrat passé le 9 mars 1487 devant notaire à Riez, Honorade d'Astouaud, fille de Jean, coseigneur de Riez et de Mazan, et héritière d'un sixième de la seigneurie de la ville de Riez. Il en eut deux fils, tous deux appelés Antoine, qui, par acte du 21 mai 1530, partagèrent la succession de leur oncle maternel, François d'Astouaud. Le plus jeune de ces deux frères épousa Louise de Guiramand ; il fut l'auteur de la branche des seigneurs de Vinay qui comptait encore des représentants au XVIIIe siècle. L'aîné épousa, le 12 septembre 1537, Louise de Ferrier, fit son testament le 15 juin 1580 et fut l'auteur de la branche qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours. Il eut lui-même deux fils : 1° Joseph, dont la descendance s'éteignit en la personne de Marc-Antoine du Fabre, marié en 1658 à Marguerite de Pontevès-Bargème ; 2° Pierre, seigneur de Mazan, qui épousa Françoise d'Albert de Régusse par contrat passé le 8 octobre 1606 devant notaire à Draguignan et qui continua la lignée. Le fils de ce dernier, Jean de Fabre, seigneur de Pontfrac, marié en 1635 à Gabrielle de Sabran, fut maintenu dans sa noblesse le 29 février 1668, avec ses enfants et les autres membres de sa famille, par arrêt des commissaires chargés de la recherche des faux nobles en Provenue. Il fut père d'Elzéar de Fabre, seigneur de Pontfrac, marié en 1663 à sa cousine Claire de Fabre de Vinay, qui fut à son tour maintenu dans sa noblesse le 20 mars 1708, sur le vu de l'arrêt de 1668, par jugement de Cardin le Bret, premier président au Parlement de Provence, grand-père de Louis de Fabre, seigneur de Pontfrac et de Mazan, chevalier de Saint-Louis, marié en 1743 à Charlotte de Bombelles, bisaïeul de Charles-César de Fabre, seigneur des mêmes domaines, marié en 1746 à Anne-Félicité de Coriolis, trisaïeul de Maxime-Louis de Fabre de Mazan, né en 1762, marié en 1785 à Marie-Géronyme de Chaylan de Moriès, et quadrisaïeul de César de Fabre de Mazan, né en 1786, marié en 1813 à Victoire d'Eymar-Montméyan, décédé en 1868, de deux des fils duquel descendent les divers représentants actuels.

La famille de Fabre de Mazan a donné cinq chevaliers à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem : Hugues de Fabre de Mazan en 1572, Maximilien de Fabre de Mazan en 1585, Charles de Fabre de Mazan de Pontfrac en 1664, Marc-Antoine de Fabre de Pontfrac en 1676 et Auguste de Fabre de Mazan en 1788.

Marc-Antoine de Fabre de Pontfrac, chevalier de l'ordre de Saint- Jean de Jérusalem, lieutenant de la compagnie des gardes de l'étendard des galères, fit enregistrer son blason à l'Armorial général de 1696 (registre de Marseille).

M. de Fabre de Mazan, chevalier de Saint-Louis, prit part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Forcalquier.

Auguste de Fabre de Mazan était à la même date chanoine comte du chapitre noble de Saint-Victor de Marseille dans lequel on n'était admis qu'après avoir justifié six degrés de noblesse paternelle.

Le chef de la famille de Fabre de Mazan est connu de nos jours sous le titre de marquis.

Principales alliances : d'Astouaud, de Pontevès, d'Albert de Régusse, de Sabran, de Bombelles, de Coriolis, de Gasqui 1640, de Chaylan de Moriès 1785, de Courtois 1898, de Brossard, de Barras, etc.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon ancêtre Pierre Boliane, était un bayle. J'ai en ma possession, un
ancien document signé par lui et
un dessin bizarre est ajouté au bas de la page.

La dame française qui l'a copié me
dit que cela peut représenté les
huit branches de l'étoile des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem.

Comment puis je faire pour le savoir

Merci

Annebelle Boulianne
Canada

Gilles a dit…

Pouvez-vous me dire de quelle région était votre ancêtre Pierre Boliane et à quelle époque vivait-il ?

Anonyme a dit…

Monsieur André Lacroix dit dans son livre qu'il était de la Vallée de Quint.

Mais sous le sceau apposé sur le document, j'ai cru lire la ville de
FORAN (ALPES MARITIMES)

J'ai deux documents
Un de 1394 et l'aure de 1431

Mais comme ils sont écrits sur de la peau de porc et en latin gothique, je n'ai pu lire que quelques mots

Je peux vous les envoyer par internet mais je ne sais comment

Annebelle

Anonyme a dit…

Désolée, Monsieur Dubois

Je vous ai malgré moi induis en erreur

Il s'agit de la ville de FONTAN

Annebelle

Gilles a dit…

Je connais bien Fontan parce que mon épouse y a des ancêtres. Malgré cela, je n'ai rien trouvé concernant votre Pierre Boliane (ou Boulianne). Désolé.

Gilles a dit…

Finalement, j'ai trouvé une notice sur la famille de Bouillane dans le dictionnaire des familles de Chaix d'Est-Ange. Cliquez ici pour voir cette notice.

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+