17 juin 2006

La famille de Ravel

Nobiliaire universel de France - Tome 4 - 1ère partie
Nicolas Viton de Saint-Allais
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N0036865
pages 180 à 183

Armes : « D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux roses de même, et en pointe d'un lévrier d'argent. »

Dessin de Sébastien Avy publié avec l'aimable autorisation de HeraldiqueGenWeb

RAVEL ou RAVELY (DE) : famille originaire de Florence, où elle a produit plusieurs personnes de distinction, dans le temps que cette ville était gouvernée par les grands-ducs. Ambroise et Charles de Ravel, frères, se retirèrent en Provence vers le milieu du seizième siècle. Ambroise s'établit à Marseille, et Charles à Pertuis où sa branche s'étant éteinte, s'est réunie à celle d'Ambroise, qui suit :
  1. Ambroise DE RAVEL épousa Marguerite de Monteoux, d'une noble famille de Marseille, et eut, entre autres enfants

  2. François DE RAVEL, Ier du nom, qui, dès sa plus tendre jeunesse, se distingua dans les armées de Henri III, et de son successeur Henri le Grand. Ce dernier prince lui donna, en récompense de ses services, une compagnie au régiment de Picardie. Il épousa Anne de Liliers, de la province d'Artois, qui le rendit père de :
    1. François, dont l'article suit ;
    2. Gaspard de Ravel, capitaine d'une des galères du roi, qui eut un bras emporté d'un coup de canon dans le fameux combat qui se donna devant Gênes, entre quinze galères de France et pareil nombre d'Espagne.

  3. François DE RAVEL, IIe du nom, épousa Gabrielle de Gombert, de laquelle il eut :
    1. Marc-Antoine, qui suit ;
    2. Gaspard de Ravel, mort en 1680, étant consul de Marseille.

  4. Marc Antoine DE RAVEL eut de Madeleine de Bernardy, son épouse :
    1. Louis, mort jeune ;
    2. Pierre, dont l'article suit ;
    3. François, assesseur de Marseille, qui n'eut, de son mariage avec Marguerite Ganteaume, qu'une fille, alliée à la maison de Damian Vernègues, de la ville de Salon ;
    4. Jean, lieutenant au régiment de Royal-Comtois, qui fut, blessé dangereusement à la bataille de Messine. Deux de ses amis ayant été emportés d'un coup de canon, il en fut tellement touché, qu'il quitta le service et se retira dans une solitude, où il mourut en odeur de sainteté en 1717 ;
    5. Marc-Antoine, qui entra dans l'ordre de Saint-Augustin, et fut docteur de Sorbonne.

  5. Pierre DE RAVEL acquit les terres de Crottes et de Montmirail, en Dauphiné. Il épousa Claire de Ravel, sa cousine, issue, par divers degrés, de Charles, frère puîné d'Ambroise. De ce mariage vinrent :
    1. Lazare, dont l'article suit ;
    2. Marc-Antoine ;
    3. Jean, mort sans alliance ;
    4. François, chanoine de l'église de Marseille, et vicaire général du diocèse ;
    5, 6, 7 et 8. Quatre autres fils, chevaliers de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, et anciens officiers dans les armées du roi ;
    9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 16. Huit filles, dont trois alliées aux conseillers de Boeuf, de Blanc-Luveaune, et à noble Claude d'Allard, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, brigadier des armées du roi, et commandant l'artillerie en Provence ; les autres religieuse à Marseille

  6. Lazare de RAVEL, seigneur des Crottes et de Montmirail, s'établit à Aix, où il fut reçu conseiller au parlement, l'an 1712. De Marie-Thérèse de Luguet, fille unique de noble Pierre, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, capitaine de galères, sont issus :
    1. Pierre Hyacinthe de Ravel-Montmirail, reçu conseiller au parlement d'Aix, le 18 octobre 1756, par résignation de son père, à qui le roi avait accordé des lettres de vétérance, en récompense de son savoir et de ses services. Il a eu deux filles, l'une mariée à M. de Saint-Laurent, l'autre à M. de Ravel la Fourbine, qui est mort laissant un fils officier de marine au service de LOUIS XVIII, et trois filles, dont l'aînée a épousé M. de Laurentcin, de la ville de Valence ;
    2. Jean-François, dont l'article suit ;
    3. Etienne, ecclésiastique, depuis conseiller-clerc au parlement de Grenoble, possédant, près de cette ville, une abbaye dite Notre-Dame de la Couronne ;
    4. Marie-Anne de Ravel, alliée à noble Pierre Joseph de Bernardy, vicomte de Valernes, de la ville de Sisteron.

  7. Jean-François DE RAVEL, d'abord lieutenant d'artillerie, parvint de grade en grade jusqu'à celui de maréchal de camp, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, inspecteur général de l'artillerie. Il est mort en 1810, âgé de quatre-vingts ans, après avoir servi cinquante-cinq ans effectifs. Il avait fait les campagnes de 1747 et 48 en Piémont, où il s'est trouvé à trois sièges, de 1757 et 1758 en Allemagne, où il s'est trouvé à trois affaires ; de 1759, 1760 et 1761 sur les côtes de l'Océan ; en 1762 à l'armée auxiliaire de France , en Espagne et en Portugal, et 1781, 82 et 83 sur les côtes de Provence ; en 1792, 1793, et 1794 l'armée du Rhin, où il s'est trouvé à trois affaires, et au siège du fort de Manhein. Il a fait la plupart de ces campagnes sous les ordres du général Moreau et de Pichegru. Etant commandant à Toulon, vers le commencement de la révolution il parvint par son courage et sa prudence à apaiser deux partis considérables, les uns dits les Blancs, les autres les Noirs, qui s'étaient rassemblés environ six mille hommes au champ de Mars, et étaient près d'en venir aux mains. Il s'acquit le surnom glorieux de général humain, dans un temps où l'humanité n'était qu'un titre de proscription. A l'époque de la terreur, il fut envoyé pour requérir du blé chez une veuve, qui lui montrant plusieurs enfants, le conjura de ne pas tout lui ravir. Les ordres étaient rigoureux, et ne pouvant se dispenser de les remplir, il paya de ses propres deniers ce qu'il aurait pu prendre de vive force. Il a laissé de la veuve d'Agnel-Bourbon, son épouse :

  8. Louis de RAVEL de PUYCONTAL qui embrassa aussi la carrière des armes, que sa mauvaise santé l'a forcé d'abandonner. Il a fait les campagnes en 1809 et 1810 contre l'Autriche dans le Tyrol.
Armes : « D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux roses de même, et en pointe d'un lévrier d'argent. »

22 commentaires:

Anonyme a dit…

Sauriez vous préciser, la filiation de : Anne de Ravely, décédée en 1697, qui épousa vers 1648 ( date incertaine )jean baptiste Saboulin.Merci de votre réponse.
Roland de Saboulin

Gilles a dit…

J'ai juste trouvé sur geneabank des Bouches du Rhône le mariage suivant qui me semble pouvoir correspondre :

Paroisse : Marseille - Accoules
COTE : 201E669
Date : 16/5/1672
Époux : SABOLLIN J-BAPTISTE +
Infos époux : SIGNES 83
Épouse : RAVELLY (DE) ANNE +
Père époux : SABOLLIN PIERRE+
Mère époux : SABOLLIN HONORADE
Père épouse : RAVELLY (DE) ANTOINE+
Mère épouse : GARRIGUE ANNE

David Rabaez a dit…

Bonjour, je vous serais reconnaissant de rapports Rabai famille. Mon grand-père huitième, Juan Bautista Rabai macer avait environ 1647 à Albenga, République de Gênes, mais je pense que le nom est originiario de la Provence. Salutations et merci beaucoup.

Gilles Dubois a dit…

@David : Je suis désolé mais je ne sais du tout où chercher des information sur les familles Rabai ou Rabaez, pourriez-vous me donner un peu plus d'infirmation sur vos recherches et ce que vous savez déjà ?

David Rabaez a dit…

Bonjour, oui, autant que j'ai pu enquêter sur le nom Rabai est un nom français Rabay italianisation ou Ravay, et il est très probable que ma famille à travers la frontière avec la République de Gênes Provence au XVe siècle.

Ici, je pourrais trouver un Ravay, 1627

http://actes.geneprovence.com/acte_mari.php?xid=119108&xct=6885

Mais en 1515, il avait Rabai dans la République de Gênes, peut trouver Sebastianus Rabai dans:

http://www.soudan.it/ediz-doc.htm

Le nom a de nombreuses variantes Rabay, Ravay, Rabai, Ravai, Rabais, Raby, Rabail, Rabau, (Rabae et Rabaez en Espagne) et bien d'autres.

Salutations et merci beaucoup

David Rabaez a dit…

"Rabai" nom provençal "Rabab" Persian instrument de musique semblable au violon.

http://books.google.es/books?id=T0CjqTY39HwC&pg=PA388&dq=Rabab+Rabai&hl=es&sa=X&ei=iXtHUZyfDK2Q7Aa7ooGoAQ&ved=0CDUQ6AEwAA

Gilles Dubois a dit…

J'ai bien vu vos deux derniers messages mais je n'ai rien trouvé de plus sur votre famille. Désolé.

David Rabaez a dit…

Salut Gilles, je vous remercie beaucoup d'avoir essayé. Suivez votre blog, j'adore ça. Salutations de l'Espagne.

Anonyme a dit…

bonjour, je viens de tomber sur votre blog et je m'appelle de Ravel mais je ne sais pas d'ou vient ce nom, mon arrière grand père n'a pas été reconnu par son père ni par sa mère qui l'a quand même déclaré mais sans le reconnaître comment est ce possible ? merci de votre réponse

Jean-Pierre LOGEAIS a dit…

La déclaration de naissance est obligatoire pour tout enfant. Elle doit être faite par toute personne qui assiste à l'accouchement. La déclaration permet d'établir l'acte de naissance.

L'acte de reconnaissance crée les liens Juridiques de filiation entre l'enfant et sa mère, et l'enfant et son père.
Seul cet acte fait naître les rapports de droits et obligations qui unissent l'enfant à celui qui le reconnaît.
Si la reconnaissance n'est pas effectuée, l'enfant et ses parents sont considérés comme des étrangers l'un pour l'autre.
Cordialement

Anonyme a dit…

Merci de votre réponse mais sur l'acte de naissance il y a marqué fils de mina de ravel qui ne l'a pas reconnu, hors aucune trace de cette mina de ravel, pouvez t'elle s'appeler autrement, je fais l'arbre généalogique de ma famille, et je suis curieuse de savoir !!! merci encore de votre aide

Gilles Dubois a dit…

Votre AGP est-il Adolphe de Ravel marié le 5/3/1867 à Paris 10e avec Marguerite Kieffer ? Voir http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/1860_1902_actes/aec_visu_img.php?registre=V4E_01208&type=AEC&&bdd_en_cours=actes_ec_1860_1870&vue_tranche_debut=AD075EC_V4E_01208_0125&vue_tranche_fin=AD075EC_V4E_01208_0137&ref_histo=17775&cote=V4E%201208 page 7/13

Anonyme a dit…

Bonsoir gilles, oui c'est lui mais j'ai aussi son acte de mariage et de naissance mais impossible de trouver cette Mina de ravel ? merci de votre aide cordialement

Anonyme a dit…

Mina de Ravel semble n'être que la fausse identité de Caroline Bony, la mère, déclarée lors de l’accouchement en 1840.

Gilles Dubois a dit…

J'ai vu dans les forums geneanet que Mina de Ravel pouvait être en fait sa grand-mère Joséphine Mina Gravet. Dans ce cas, le seul mystère est : qui est le père d'Adolphe ?

Anonyme a dit…

Oui, tout à fait
Adelle Joséphine Mina (alias Adolphe Joséphine) GRAVET, née à Paris le 13 Germinal an XII, fille de Pierre Nicolas et Adélaïde Louise LEFÈBVRE, mariée à Paris le 3 juin 1820, avec René Bony.
Leur fille Caroline Bony, née à Paris le 11 mai 1826 est la mère d'Adolphe "de Ravel", né le 4 juillet 1840. Elle n'avait alors que 14 ans, impossible donc de reconnaître l'enfant. En 1853 elle épouse Pierre César Antoine COROT-LAQUIANTE.
Adolphe de RAVEL = Adolphe G. RAVET. Quant à l'identité du père ? la mère et la gd-mère ne sont plus la pour le dire.

Anonyme a dit…

bonsoir gilles et anonyme !!!
oui gilles cela reste un mystère pour le père d'adolphe , il semblerait que ce soit un de ravel d'esclapon qui habitait à côté ? mais rien de sûr, anonyme vous en savez des choses sur ce de ravel adolphe ? encore merci de vos réponses, je vais donc rester sur ce mystère !!
cordialement

Gilles Dubois a dit…

Je suis curieux d'en savoir plus sur Caroline Bony qui a un premier enfant à 14 ans en 1840 et qui épouse en 1853 Pierre César Antoine Corot-Laquiante qui est tout de même général et commandeur de la Légion d'Honneur. Ce n'est pas banal !

Anonyme a dit…

bonjour gilles !!

que voulez vous savoir sur caroline Bony ? il semblerait qu'elle gardait les enfants chez ce de ravel d'esclapon, l'aurait'il mise enceinte ? Adolphe de ravel aurait dit à ses enfants que sa mère s'était mariée avec le général corot laquiante !! de plus la fille suzanne a été élevé avec adolphe ?à part marie caroline bony je ne vois pas qui d'autre ? je sais que c'est une histoire pas banale , voilà ce que je sais !!
cordialement

Anonyme a dit…

Saint-Allais, fidèle a ses habitudes, nous dresse la une généalogie de la famille Ravel totalement bidonnée sur les quatre premières générations.

Louis de La Loge a dit…

Ne serait-elle pas cette Mina de Ravel, née le 3 juillet 1895 à Pierrefonds ?

Suzanne L-S a dit…

Mina de Ravel, née en 1895, mère en 1840 et mariée en 1853. Vous auriez gagné le triplet ... mais dans le désordre.