28 juin 2008

Becdelièvre. Branche des marquis de Cany

Branche des marquis de Cany.
  1. Charles DE BEC-DE-LIÈVRE, Ier du nom, seigneur de Chavaignes, cinquième fils de Guillaume DE BEC-DE-LIÈVRE, seigneur du Bouexic et de Jeanne Sorrel, suivit en France la duchesse Anne de Bretagne, lorsqu’elle épousa le roi Charles VIII. Il épousa 1.° Gillonne de Beaune Samblançay, sœur de Jacques, seigneur de Samblançay et de la Carte, vicomte de Tours, chambellan du roi, bailli et gouverneur de Touraine, mort vers l’an 1490 ; et 2.° Pernelle de Dreux. Il eut de son premier mariage :
    1. Gilles, mentionné dans la ratification de la transaction du 29 mars 1514, mort sans alliance ;
    2. René, qui suit ;
    3. Guy, dit Guyon, chanoine de l’église métropolitaine de Rouen, prieur de Saint-Ymer, qui fit donation, le 6 septembre 1538, de la terre de Chemaille en Touraine, à René son frère, en faveur des enfants qu’il aurait de son second mariage ;
    4. Jeanne, femme de Martin Fumée, morte lors de l’accord du 2 avril 1548.Et du second lit sont sortis :
    5. Charles, seigneur de Sautonne, de Sanoye, et de la Leurie, en Anjou et Touraine, qui ratifia, tant pour lui que pour Gilles, Guyon, François et Jacques, ses frères, l’accord du 21 juillet 1500, par acte passé devant les notaires de Rennes, avec Raoul, seigneur du Bouexic son cousin-germain. Il mourut sans postérité en avril 1548 ;
    6. François, seigneur de Launay et de Vauthibault, qui servit dans les guerres de Piémont, sous le prince de Melphes, transigea le 2 avril 1548, avec Charles de Sazilly, son neveu, sur les successions de Jacques, Gilles, Guy, et Charles de Bec-de-Lièvre, ce dernier seigneur de Sautonne, et de Jeanne de Bec-de-Lièvre, avec ses frères et sœur, oncles et tante de Charles, seigneur de Sazilly. Il fit cession, par acte du 15 août 1555, de tout ce que les enfants du premier mariage de Charles, seigneur de Chavaignes, avec Gillonne de Beaune, devaient à ceux du second mariage avec Pernelle de Dreux, ainsi que de ce qui lui appartenait dans les seigneuries de Sanoye et de la Leurie. Il épousa Bertrande du Pin, dont il eut Guillaume, homme d’armes de la compagnie du seigneur de Montmorency, qui fut prisent à la prise de possession que fit Charles, IIe du nom, seigneur de Sazilly, le 27 décembre 1560, de la terre de Sanoye. Il mourut sans alliance ;
    7. Jacques, mort sans alliance avant le 15 mars 1574 ;
    8. Louise, dame Destors, veuve le 18 mars 1527, de Denis Duval, vivait en 1538, comme il est prouvé par un titre de l’abbaye du Val ;
    9. Et Renée, femme de Martin de Péguigneau, seigneur de Villaumer et de la Motte.

  2. René de BEC-DE-LIÈVRE, seigneur de Sazilly, suivit Louis XII, à la conquête du Milanais, qui le fit, en gouverneur et podestat de ville d’Alexandrie. Après la perte de ce duché, le roi lui donna, en 1512, une charge de conseiller-clerc en l’échiquier de Normandie ; il succéda au cardinal d’Amboise, dans la charge de garde-des- sceaux de la chancellerie, près le parlement, et mourut le 14 avril 1545. Il avait épousé, 1.° le 7 janvier 1513, Marie d’Osmont, veuve de Robert de Croismare, seigneur des Alleurs, et fille de Nicolas d’Osmont, seigneur de Berville, mort le 10 décembre 1531 ; et 2.° le 4 septembre 1538, Marguerite de Bonshomes, fille de Jean, seigneur de Hautonne et de Couronne. Il eut de son premier mariage :
    1. Charles, qui suit ;
    2. Françoise, née le 31 décembre 1523, mariée le 14 septembre 1541, à Jean de Bonshomes, seigneur de Couronne et de Hautonne ; Et du second lit sortirent :
    3. Marie, qui épousa, le 21 mars 1553, Adrien, fils de Breaute, châtelain de Neville, bailli de Gisors, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, chevalier de son ordre et capitaine d’une compagnie de ses ordonnances, morte sans postérité.

  3. Charles DE BEC-DE-LIÈVRE, IIe du nom, seigneur de Sazilly et de Quevilly, né le 20 janvier 1520, fit hommage au roi pour sa terre de Quevilly, et fut élu par la noblesse de la province, en 1588, pour répondre aux cahiers et articles présentés par l’archevêque de Lyon et autres commissaires députés par le roi en Normandie. Le 8 novembre 1593, il fut député du corps de la noblesse du bailliage de Rouen, pour assister aux états tenus à Caen par M. le duc de Montpensier. Il épousa 1.° au mois de mars 1548, Françoise Surreau, fille de Jean, seigneur de Farceaux, et de Marguerite de la Vieille ; 2.° le 5 mai 1558, Anne du Hamel, fille de Nicolas, seigneur de Feuguerolles, de laquelle il n’eut point d’enfants ; et 3.° le 22 septembre 1574, Geneviève Rusa, fille de Louis, seigneur de la Herpinière, et de Geneviève le Tur. II eut de son premier mariage :
    1. Pierre, qui suit ;
    2. François, auteur de la branche des seigneurs de Bonnemare, rapportée après la postérité de son frère aîné ;
    3. Charlotte, mariée le 20 septembre 1566, à Jean de la Place, seigneur de Ronfeugère et de Fumechon, et de son troisième mariage :
    4. Geneviève, qui épousa, le 28 novembre 1594, Jacques de Boscregnoult, seigneur dudit lieu et du Moulin.

  4. Pierre DE BEC-DE-LIÈVRE, Ve du nom, seigneur de Quevilly et de Brumare, chevalier de l’ordre du roi, gentilhomme ordinaire de la chambre, servit à la bataille de Saint-Denis, en 1587, sous M. le duc de Longueville ; aux guerres de la Basse-Normandie ; aux sièges de Domfront et de Saint-Lô, sous le seigneur de Matignon ; en 1589, et en 1590, sous M. le duc de Montpensier ; au siège de Rouen, en 1591, en la compagnie du seigneur de Sainte-Marie. Il partagea le 15 décembre 1575, avec Hervé de Longaunay, seigneur dudit lieu, mari de Catherine Surreau, sa tante, en la succession de Thomas Surreau, seigneur de Farceaux, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, mort sans postérité de Susanne de Monchy-Senarpont, et fit hommage au roi le 19 juillet r 605, pour sa terre de Quevilly. Il avait épousé, le io octobre 1576, Catherine Martel, fille d’Artus, seigneur d’Hocqueville et de Bertheauville, et de Catherine Boivin de Bounelot, dont il eut :
    1. Charles, qui suit ;
    2. Pierre, seigneur de Quevilly, conseiller au parlement de Rouen, maintenu dans sa noblesse le 6 février 1641, qui épousa, 1.° le 14 juillet 1616, Marie de Clainville, fille de Jacques, seigneur de Beaucoursel, et de Catherine Boulays ; et 2.° le 9 mars 1619, Marguerite Marc, fille de Louis, seigneur de la Ferté, et de Marguerite de Baudoin. Il mourut sans postérité avant le 8 mars 1653, à laquelle époque ses biens furent partagés entre ses neveux ;
    3. Charles, dit le jeune, seigneur de Fresnes et de Saint-Georges, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. Il partagea avec ses frères la succession de leurs père et mère, le 17 mars 1622, et fut tué en duel le 3 janvier 1640. Il avait épousé, le 22 octobre 1624, Anne le Brument, fille de Pierre et d’Anne de His, dont il eut :
      1. Pierre, seigneur de Fresne, né le 3 janvier 1635, intendant de Rouen le 3 juin 1668, mort sans alliance ;
      2. René, seigneur de Saint-Georges, né le 16 avril 1637, capitaine au régiment de Rambure en 1659, ensuite au régiment de la Marine, puis colonel-lieutenant du régiment du Roi, infanterie, le 6 janvier 1676 ; il fut brigadier de ses armées, par brevet du 24 février suivant, et servit en cette qualité, en 1677, dans l’armée de Flandres, commandée par Monsieur, duc d’Orléans, et fut tué la campagne suivante, à la bataille de Saint-Denis, en 1678 ;
      3. Et Jeanne, née en décembre 1627, et mariée le 10 novembre 1646, à François du Four, seigneur de Nogent ;
    4. Catherine, mariée le 15 mai 1598, à Antoine de Parey, seigneur de Combray ;
    5. Marguerite, femme de Pierre de Vinefay, seigneur de la Bataille ;
    6. Jeanne, mariée le 25 novembre 1610, à Charles de Clercy, seigneur de Monyaux, du Fresnay et de Fulletot ;
    7. Et Geneviève, femme de Pierre Gouel, seigneur des Pares et de Normanville.

  5. Charles DE BEC-DE-LIÈVRE, IIIe du nom, seigneur d’Hocqueville et de Brumare, né le 26 février 1579, suivit le duc de Mercœur aux guerres de Hongrie, et se distingua au siège de Canise. Il fut investi de la charge de maître-d’hôtel du roi Henri IV, le 4 mars 1620 ; de celle de gentilhomme ordinaire de la chambre de Louis XIII, le 30 décembre 1614. Il fut nommé conseiller d’état d’épée, par brevet du 4 juin 1619 ; mestre-de-camp d’infanterie, le 11 février 1620 ; reçut commission, le 11 juillet, pour commander un régiment de cinq cents hommes à pied, dans l’armée que le duc d’Elboeuf assemblait en Normandie, et le roi lui écrivit de la Suze, le 4 août de la même année. Il mourut le 15 novembre 1622. Il avait épousé, le 2 novembre 1604, Jeanne de Morant, dame du Bois d’Aubigny, fille de Thomas, seigneur d’Esterville, et de Massiotte de Morel Putanges, dont il eut :
    1. Pierre, qui suit :
    2. Thomas, seigneur de Brumare, mort en 1643, sans alliance ;
    3. Catherine, mariée par contrat du 6 septembre 1626, à Thomas de Franquetot, seigneur de Carquebuc et de Vassy, l’un des vingt-quatre gentilshommes ordinaires de la maison du roi ;
    4. Et Madeleine, femme de Marc-Aurèle de Giverville, seigneur d’Argences.

  6. Pierre DE BEC DE LIÈVRE, VIe du nom, marquis de Quevilly, d’ Hocquevile, et de Cany-Barville, châtelain de Grainville, premier président de la cour des aides, de Normandie, conseiller d’état ordinaire et au conseil privé. En récompense de ses services et de ceux de son père, le roi érigea, au mois de mai 1654, la seigneurie de Quevilly et fiefs y joints en marquisat. Il mourut le 13 juillet 1685, et fut inhumé dans l’église des Carmes déchaussés de Rouen, qu’il avait fait bâtir. Il avait épousé, le février 1637, Madeleine de Moy, fille de Pierre, seigneur de Bieurville, et de Barbé Hébert. Sont issus de ce mariage :
    1. Pierre, marquis d’Hocqueville et de Cany, châtelain de Grainville, où il fonda un hôpital de religieux de la Charité ; premier président de la cour des aides de Normandie, par provision du 9 décembre 1678 ; mort en 1726, sans postérité. Il avait épousé, le 20 mai 1672, Françoise le Boutez, fille de Noël, seigneur de Chomot, conseiller en la grand’ chambre du parlement de Paris, et d’Anne Desprez ;
    2. Thomas-Charles, qui suit ;
    3. Barbe, mariée le 29 mai 1659, à Pierre le Guerchois, seigneur d’Autretot et de Sainte-Colombe, procureur-général du parlement de Normandie ;
    4. Geneviève, mariée le 19 mai 1663, à Balthasar le Marinier, marquis de Cany-Veauville ;
    5. Et Madeleine, mariée le 19 mai 1670, à Jacque Danviray-Machonville, baron de Beaudemont, président en la chambre des comptes de Normandie.

  7. Thomas-Charles DE BEC-DE LIÈVRE, marquis de Quevilly, président à mortier au parlement de Normandie, par provision du 15 janvier 1681, mourut le 26 décembre 1711. Ii avait épousé, le 31 janvier 1674, Marie-Anne Pellot, fille de Claude, comte de Trevière, premier président du même parlement, et de Claude le Camus. De ce mariage sont nés :
    1. Claude, marquis de Quevilly, président à mortier du parlement de Normandie, qui épousa, 1.° le 4 décembre 1703, Marguerite Bouchard, fille d’Alexandre, seigneur, vicomte de Blosseville, et d’Elisabeth-Susanne-Marie Vauquelin ; et 2.° le 8 janvier 1728, Marie-Angélique-Charlotte-Henriette de Noucel, fille de Jacques-Alexandre-Henri, seigneur de Lourailles, président à mortier du parlement de Rouen, et de Marie-Madeleine-Cécile Maignard de Bernières ;
    2. Pierre, capitaine d’infanterie au régiment de Bigorre, par commission du 15 février 1693, puis sous-lieutenant de la compagnie colonelle des gardes françaises, par lettre du 12 mars 1694 ; tué à Tournai en 1697 ;
    3. Charles- François, religieux bénédictin de Cluny, prieur de Bort, de Besu et de Saint-Aubin-des-Fresnes, mort ;
    4. Paul-René, carme déchaussé, visiteur-général, et assistant du général de son ordre, mort le 9 décembre 1741 ;
    5. François-Alexandre, capitaine d’infanterie au régiment de la marine, tué au combat de Cassano en août 1705 ;
    6. Henri, garde de la marine, tué sur le vaisseau de M. le comte de Toulouse, au combat de Malaga, en 1704 ;
    7. Louis, dont l’article viendra ;
    8. Thérèse, mariée le 15 mai 1700, à Louis Carrel, président de la chambre des comptes de Normandie, morte veuve et carmélite à Rouen, le 14 décembre 1755 ;
    9. Barbe-Ursule, mariée le 3 mars 1709, à Robert-Vincent d’Esmalleville, marquis de Panneville, baron de Préville, chevalier de Saint-Louis ;
    10. Geneviève, mariée le 14 septembre 1711 à Pierre de Varoc, seigneur d’Houeseville, morte le 1er juin 1767 ;
    11. Marie-Anne, morte religieuse à l’abbaye de Saint-Louis de Rouen ;
    12. Madeleine, religieuse ursuline à Rouen, morte le 7 décembre 1768 ;
    13. Elisabeth, religieuse ursuline à Rouen, morte le 28 octobre 1763 ;
    14. Et Claude-Louis, mort en bas-âge.

  8. Louis DE BEC-DE-LIÈVRE, Ier du nom, marquis de Cany et de Quévilly, né le 20 août 1687, rendit hommage au roi de ces seigneuries en 1733, et mourut le 4 novembre 1740. Il avait épousé, le 9 mai 1711, Emérique-Thérèse-Marc de la Ferte, fille de Charles, seigneur de Reux, et de Marie Amiot ; 2.° le 15 avril 1713, Marie Anne Costé de Saint-Suplix, fille d’Alexandre, seigneur de Saint-Suplix, et de Marguerite le Biais ; 3.° le 3 mai 1717, Anne-Henriette-Catherine Toustain, fille de Jacques- Nicolas, seigneur de Herbeville, et de Madeleine-Angélique de Lannoy ; et 4.° le 24 juillet 1723, Marie-Madeleine de Houdetot, morte le 4 septembre 1761, fille d’Adrien-Joseph, marquis de Houdetot, et de Madeleine de Challons. De son second mariage il a eu :
    1. Marguerite Lidie, mariée le 1er mars 1734, à Louis Roger d’Estampes, marquis d’Estampes, baron de Mauny, mort le 3 avril 1741. Il a eu de son troisième mariage :
    2. Pierre-Jacques-Louis, qui suit :
    3. Marie-Angélique-Claudine-Henriette, mariée le 29 mars 1742, à Charles-Louis d’Argouges, marquis de Ranes, maréchal des camps et armées du roi, morte le 10 août 1760 ; et de son quatrième mariage :
    4. Péronne, morte le 13 août 1732.

  9. Pierre-Jacques-Louis DE BEC-DE-LIÈVRE, marquis de Cany et de Quévilly, né le 18 avril 1718, épousa le 30 août 1733, Charlotte de Paulmier-la-Bucaille, fille de Pierre, seigneur de Pretreval, et de Geneviève Marette, morte le 25 janvier 1734, de laquelle il a eu :
    1. Louis-Pierre, comte de Cany, né le 25 août 1737, capitaine de dragons au régiment de la reine en septembre 1755 ; guidon de la gendarmerie en août 1759 ; sous-lieutenant du même corps, et mestre-de-camp de cavalerie par commission du 3 mars 1762, et mort sans alliance le 29 mai 1767 ;
    2. Anne-Louis-Roger, qui suit ;
    3. Et Henriette-Jeanne-Hélie, née le 14 novembre 1742, mariée le 22 juillet 1767, à Louis-François, vicomte de Talaru, colonel d’infanterie, et nommée, en décembre 1768, dame de compagnie de madame Adélaïde de France.

  10. Anne-Louis-Roger DE BEC-DE-LIÈVRE, dit le comte de Cany, né le 13 avril 1739, reçu chevalier de Malte de minorité en 1740, page du roi en sa petite écurie en 1754, premier page en 1757, capitaine de dragons le 18 janvier 1760, guidon de la gendarmerie en février 1761, mestre-de-camp de cavalerie en février 1770, et sous-lieutenant de gendarmerie en 1771, épousa, par contrat signé le 18 juin 1768, Elisabeth-Marie Boutren d’Hattenville, dame de Gros-Ménil, fille de Jean-François Marie , seigneur d’Hattenville, conseiller de grand’ chambre au parlement de Rouen, et d’Elisabeth-Marie-Françoise Boulais, dame de Catteville, dont il a : Armande-Louise-Marie, dite mademoiselle de Cany, née le 20 juillet 1769.
Source : Nobiliaire Universel de France, Tome I, page 137
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/document?O=N036861

Aucun commentaire:

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+